Navigation – Plan du site
Frontières

La frontière indienne du Río de la Plata, un espace de contact et d'échanges

Ghislaine Dagorn

Résumés

Zone "marginale" de la colonisation hispanique, le Río de la Plata n'avait pas suivi le modèle général de la Conquête, avec une Frontière indienne au-delà de laquelle les peuples indigènes demeuraient libres et conservaient le contrôle effectif de leurs territoires. L'Histoire de la région se focalise la plupart du temps sur des conflits interethniques entre Indiens et Blancs. Cette ligne de démarcation imprécise établie par les Espagnols était cependant en fait un espace de contact et d'échanges continus entre des cultures à la fois antagoniques et interdépendantes. Les Amérindiens avaient toujours sillonné ces territoires à la recherche de ressources naturelles, dans un but social ou commercial, le processus se poursuivit avec l'adaptation rendue nécessaire par l'arrivée de l'homme blanc. Mais cette société de Frontière prendra brutalement fin avec les campagnes militaires de la Conquête du Désert à la fin du XIXe siècle.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Zone « marginale » de la colonisation hispanique, le Río de la Plata n'avait pas suivi le schéma habituel de la Conquête, par la présence d'une Frontière indienne au-delà de laquelle les peuples autochtones restaient maîtres de leur territoire. Son histoire est souvent focalisée sur des conflits plus ou moins ininterrompus et généralement du fait des indigènes : raids en pays indien « insoumis », malocas de part et d'autre afin de se procurer biens de consommation et esclaves, ou de représailles. Or, si ce fut certes une zone de guerre, c'était aussi un espace d'échanges continus et intenses entre deux sociétés.

Contacts préhispaniques… caminos y rastrilladas

  • 1  Rochietti, Ana-María, "La Historia social del Desierto", Santa Rosa : Universidad Nacional de la P (...)

2De tout temps les nations indiennes avaient sillonné ces territoires à la recherche de ressources naturelles, dans un but social ou commercial. En 1582 Juan De Garay remarqua des tissus d'origine chilienne chez les Indiens de la côte Atlantique. Près de Junín de los Andes un chemin reliait depuis des siècles l'Araucanie chilienne à la pampa par la vallée du Chimehuin. La Sierra de Cura Malal à l'Ouest de la Ventana était un lieu sacré de réunion et un but de voyage initiatique, celui qui en revenait sain et sauf du côté chilien était consacré guerrier. D'après Francisco de Viedma, trois grands chemins principaux venaient du Chili : celui du Río Negro par Choele-Choel, parcouru par les Indiens de Tandil et de la Sierra de la Ventana ; un autre passait par Salinas Grandes et la rivière Chadí Leuvú, emprunté par les Araucans venus chercher du sel ; le troisième, au sud de Córdoba et Santa Fe et suivi par les Ranquele, traversait le pays des Pehuenche de la Cordillère1. Le réseau complexe de circulation économique instauré au XVIIe siècle suivra généralement tout naturellement ces chemins indiens.

Métissage de frontière

3Le métissage intervient dès les premiers contacts par l'union de soldats de l'expédition de Sébastien Cabot avec des femmes timbúes du Paraná (1527) et les expéditions de Pedro De Mendoza de la première fondation de Buenos-Aires (1536). Lorsque Juan de Garay fonde Buenos-Aires en 1580, il est accompagné d'une dizaine d'Espagnols et d'une cinquantaine de hijos de la tierra, premiers métis qui recevront une parcelle de terre, le reste de l'expédition étant constitué de quelques Guaraníes. Le gouverneur Hernandarias cherchera d'ailleurs plus tard à favoriser les mariages mixtes.

  • 2  Quijada, Monica, "Repensando la Frontera Sur argentina : concepto, contenido, continuidades y disc (...)

4A sa création au XVIIIe siècle, le corps des blandengues – milices de frontière – est principalement constitué de noirs, mulâtres, métis, indios hispanizados, un métissage clairement perceptible et d'autant plus que l'on descendait dans les classes sociales de la société de frontière2. Au milieu du XIXe siècle, l'Argentine est largement métissée, le gaucho en étant le meilleur exemple.

Produits autochtones contre produits importés

  • 3  Schmidl, Ulrico, Relatos de la Conquista del Río de la Plata y Paraguay 1534-1554, Madrid : Alianz (...)

5Lansquenet bavarois de l'expédition de Mendoza, Ulrich Schmidl décrit les premiers échanges avec les tribus rencontrées (haches, couteaux, rosaires, miroirs, une chemise et autres produits manufacturés à Nuremberg) contre de la nourriture, des couvertures de coton mais aussi de précieux objets dont une couronne d'argent du poids d'un marc et demi et une plaque en or d'une palme de longueur3. Des échanges qui par ailleurs n'enlèvent rien à la violence de l'expédition. L'arrivée des Espagnols impliquera de considérables changements dans l'économie et les stratégies des autochtones, en premier lieu par l'importation du bétail et des chevaux. L'adoption de cet animal, la chasse et l'exploitation du bétail sauvage signifiait une grande mobilité et de tout autres perspectives économiques : des ressources alimentaires accrues, des produits tels le cuir et la graisse en abondance. Le cheval devient outil de chasse et de guerre, monnaie d'échange, richesse… La laine des moutons fournira une matière première aux tisserandes indiennes. Ce nouveau contexte va aussi impliquer une forte poussée démographique. L'acquisition de la culture équestre a permis aux Tehuelche du Sud de remonter peu à peu vers des terres plus proches de la province de Buenos-Aires. Sous la poussée des Blancs (la frontière du Bío-Bio empêchant toute expansion vers le Nord), des Araucans du Chili – agriculteurs et éleveurs de lamas – vont s'installer dans la Pampa entre la fin du XVIIe et la première moitié du XVIIIe, adopter le cheval, chasser, élever et faire le commerce du bétail. La ruca (maison) en dur, sera souvent remplacée par le toldo de cuir, plus adapté à une vie nomade ou semi-nomade. Ils amènent aussi avec eux des techniques agricoles ainsi que leur art du tissage et du travail de l'argent.

  • 4  Gascón, Margarita, "La formation de la frontière sud du Pérou, 1598-1740", Histoire et Sociétés de (...)

6La Couronne d'Espagne concédait des terres aux colons à charge de cultiver des céréales à proximité de la capitale ou de faire une estancia d'élevage aux confins du pays par la capture des chevaux et des bovins errants. Buenos-Aires était alors un petit établissement tourné vers le Potosí et à qui le monopole colonial interdisait le commerce avec d'autres colonies, la contrebande étant cependant très active. Mais dès 1598 la Couronne autorisait l'exportation de produits de la terre vers les colonies portugaises pour subsister. Au Chili la grande révolte araucane de 1598-99 et la frontière du Bío-Bío avaient privé les Espagnols de l'accès à une région fertile et à la main-d'œuvre indienne. Les ressources de la Vallée Centrale ne suffisant ni à l'approvisionnement des troupes de la Frontière ni aux exportations vers le Pérou (majoritairement graisse et cuirs), ce qui manquait allait devoir être acheminé de l'Est ou acquis auprès des Indiens. Or, à la fin du XVIe siècle, le bétail sauvage de la Pampa semble être une ressource illimitée tant pour les Blancs que pour les indigènes. Les conditions étaient donc réunies pour favoriser au cours des deux siècles suivants et surtout au XVIIIe, l'émergence d'une véritable économie de Frontière entre Créoles et autochtones avec axe d'acheminement du bétail vers le Chili par les Andes. Mendoza, Córdoba et enfin Buenos-Aires vont être peu à peu intégrés dans un réseau d'élevage commercial4.

  • 5  Hux, Padre Meinrado, Caciques borogas y araucanos, Buenos Aires : Marymar, p.134, 1992.

7En Patagonie, au Neuquén, l'intérêt de ces échanges était évident : les tentatives de peuplement à la fin du XVIe siècle avaient échoué, les Missions au XVIIIe échoueront également, la possession du territoire était théorique. Commerce et diplomatie permettaient quelque contrôle sur les mouvements des tribus et sur ceux des puissances étrangères, concurrentes potentielles des dernières décennies de la vice-royauté. Les Indiens proposaient des biens ne concurrençant pas les produits métropolitains tout en étant consommateurs de biens européens. Tandis que les indigènes constataient que l'intensification de la traite avec les hispano créoles permettait l'accès à ces biens, les occupants des établissements suppléaient aux approvisionnements déficients de Buenos-Aires. Proche de l'une des voies commerciales les plus importantes unissant la Pampa au Chili, le Fort de Carmen de Patagones favorisera le développement rapide des échanges à l'instar d'autres forts et colonies côtières. A l'Indépendance, une des préoccupations majeures sera d'éloigner les indigènes de l'influence des Royalistes. En 1820, année d'expéditions contre les Indiens lancées par le gouverneur Rodríguez, le traité de Miraflores reconnaissait par ailleurs l'autorité des caciques et l'accès en toute sécurité des indigènes au-delà de la Frontière pour commercer5.

Commerce et évolution de la société indienne

8Juan De Garay avait exploré la côte au sud-est du Salado jusqu'au Cap Corrientes et plus tard Hernandarias était arrivé jusqu'à Tandil avec 200 hommes. Des estancias et quelques postes ruraux vont s'installer alors que le bétail sauvage s'est multiplié. Découvert vers 1700, Salinas Grandes – lieu d'approvisionnement en sel des Indiens – deviendra vite un but de voyages réguliers, le sel étant indispensable pour conserver la viande et traiter les cuirs. Buenos-Aires était alors en procès avec Córdoba qui, non seulement, fermait par ses estancias toute possibilité d'expansion vers l'Ouest mais aussi parce que les Cordobais venaient puiser dans le bétail sauvage de sa juridiction. Le Cabildo portègne préférait donc acheter le sel aux Indiens et entretenir de bonnes relations avec eux plutôt que de favoriser les salines de Córdoba. L'expédition se transformait d'ailleurs en caravane commerciale afin de troquer produits manufacturés (outils, vêtements, céréales, farine, sucre, café, tabac, yerba mate) et produits indigènes (bétail, cuirs, harnais, ponchos, couvertures) tout en favorisant l'exploration et la surveillance des tribus. Des particuliers se rendaient également à Salinas, quoique ce ne fût pas légal. Au début du XIXe siècle, l'autorisation des autorités indiennes sera toujours nécessaire pour l'entrée de ces expéditions sur leur territoire et on songera à les intégrer en tant que fournisseurs officiels.

  • 6  Mandrini, Raúl José, "La economía indígena del ámbito pampeano-patagónico, ¿ problema de las fuent (...)

9C'est donc dans un espace d'intérêt stratégique, sociopolitique et économique majeur, point d'attraction de nombreuses tribus, que s'établira le célèbre Calfucurá arrivé du Chili dans les années 1830. La région en arc de cercle au sud du Salado était une suite de centres de peuplement assez stables et denses démographiquement, d'Azul-Tapalqué et Tandil à l'Est jusqu'à Salinas Grandes (carrefour de routes conduisant au Chili) et au Colorado au sud-ouest, en passant par Cura-Malal, La Ventana et Carhué au centre. Ce sera une zone de contact privilégié avec la société créole. Les Indiens – dont ceux qui avaient été refoulés au sud du Salado – disposaient d'eau et de pâturages pour élever de nombreuses têtes de bétail. Tandil était un centre d'approvisionnement en chevaux, spécialisé dans le transfert à grande échelle vers le Chili et Tapalqué – occupé en partie par les Indiens et en partie par soldats et commerçants créoles – un véritable dépôt de marchandises pour les tribus des environs. Encore au début du XIXe siècle se tenait à Kakel Huincul à l'Est de Tandil laFeria de Ponchos annuelle où Indiens de la Pampa, Pehuenche de la Cordillère et Tehuelche du Sud se réunissaient pour troquer leurs produits et où s'approvisionnaient de nombreux marchands de Buenos-Aires. Certaines tribus favorisaient des établissements sur leur territoire. Quant aux Pehuenche de la Cordillère, ils servaient d'intermédiaires avec le Chili, les troupeaux étaient engraissés sur leurs pâturages avant d'être acheminés vers les centres coloniaux chiliens6.

  • 7  Alvear, Emilio De, "Reforma económica" in Halperín Donghi, Tulio, Proyecto y construcción de una n (...)

10Les échanges commerciaux se faisaient donc en territoire indien, avec les forts, les estancias et pulperías – à la fois épiceries, débits de boisson et lieux de rencontre – frontalières mais également à l'intérieur de la Frontière des Blancs, dans les postes avancés, commerçants et autorités faisaient du troc avec les Indiens. Si les marchands ambulants allaient commercer dans les villages indiens, des Indiens venaient proposer régulièrement leurs produits en ville. En 1869, Emilio de Alvear se souvenait que la rue Rivadavia à Buenos-Aires avait été une pépinière d'échoppes proposant entre autres tissages et autres productions indigènes7. Dans la seconde moitié du XVIIIe siècle et au début du XIXe, on notera une nette augmentation, en quantité et diversité, des produits échangés dans les forts et aussi dans les allées et venues d'Indiens à Buenos-Aires et de marchands ambulants dans les tolderías indigènes.

11L'alcool introduit par les Espagnols était malheureusement très vite devenu aussi un instrument incontournable d'échange commercial ou diplomatique, figurant sur les listes de présents des traités, dans les chargements des commerçants et au XIXe siècle dans les rations des tribus amies. C'était avec le tabac un troc très lucratif pour les pulperos de la Frontière contre de bons cuirs, des plumes ou des harnais revendus ensuite avec profit. A Patagones il était courant d'échanger une petite bouteille d'alcool – parfois coupé d'eau – contre un cheval ou des bijoux en argent, l'histoire des échanges est émaillée d'anecdotes démontrant qu'ils étaient à l'occasion un réel marché de dupes pour les Indiens.

  • 8  Les réserves de blé promises aux colons n'avaient pas été fournies et les premières récoltes furen (...)

12Si les indiens étaient de plus en plus demandeurs de produits créoles, la réciproque était vraie. A la fin du XVIIIe siècle, les ponchos indiens vont s'imposer sur tous les marchés, très demandés de par leur qualité et leur prix bas, ils résisteront un certain temps à l'invasion des textiles anglais et ensuite les cuirs fournis par les indigènes continueront à constituer une part très importante de l'économie de la Frontière. Arrivés en Patagonie à partir de 1860, les immigrants gallois entretiendront avec les Tehuelche des échanges qui ne s'achèveront qu'avec les campagnes militaires des années 18808.

  • 9  Guevara, Tomás, Historia de la Civilización de la Araucanía, T. VI,  Santiago : Imprenta Cervantes (...)

13Les échanges entre groupes indiens avaient évolué de manière plus ou moins conséquente après l'arrivée des Espagnols. Les Araucans du Chili troquèrent désormais du côté argentin les cannes de colihue pour la fabrication des lances, leur artisanat et l'argent pour la fabrication de bijoux et de harnais contre des chevaux, des bovins ou du sel9. La communication Est-Ouest continua activement pour échanger produits, esclaves, informations ou nouer des alliances cette fois au gré des périodes de paix ou de guerre avec les huinca (Blancs). Certaines tribus allaient aussi chercher ce qu'ils n'avaient pas à proposer auprès d'autres groupes. Des chasseurs-cueilleurs, pêcheurs, agriculteurs et éleveurs pour certains, deviendront cavaliers, pasteurs, commerçants. L'intégration de produits nouveaux dans l'économie indigène avait généré des besoins qu'il fallait financer, la chasse ne servait désormais plus seulement à l'approvisionnement du groupe mais à faire du commerce et le tissage des ponchos mapuches était désormais destiné aussi aux marchés chiliens et argentins. Avec l'augmentation des richesses, l'organisation clanique évoluera à la fin du XVIIIe siècle et au début du XIXe vers un pouvoir politique plus concentré et de grandes chefferies plutôt héréditaires.

Echanges humains et culturels. Fin de la Frontière

  • 10  Schmidl, Ulrico, op. cit., p.40.

14La prise de captifs existait bien entendu avant l'arrivée des Espagnols, les Timbúes avaient remis deux esclaves Carios à l'expédition d'Ayolas comme guides et interprètes10.

  • 11  Migden Socolow, Susan, "Los cautivos españoles en las sociedades indígenas : el contacto cultural (...)

15Dans la Pampa, la majorité des tribus incluront quelques captifs blancs dans leur population au moins dès le début du XVIIIe siècle11.

  • 12  Luiz, María Teresa, "Repensando el orden colonial : los intercambios hispano-indígenas en el fuert (...)

16Beaucoup moins souvent mentionnée, la réciproque était tout aussi vraie : acheter des esclaves indiens était pratique courante à la Frontière et dans la région du Río Negro et du fort de Patagones aux XVIIIe et XIXe siècles12.

  • 13  Mansilla, Lucio V., Una excursión a los Indios Ranquele, T. 2, Buenos-Aires : Centro Editor de Amé (...)

17Et puis il y avait les exclus de la société créole qui choisissaient d'aller vivre chez les Indiens : le déserteur de l'armée, le gaucho malo qui avait maille à partir avec les autorités, fuyait l'enrôlement dans les milices de Frontière ou bien ne pouvait justifier d'un travail auquel l'obligeait la papeleta de conchavo (le passeport intérieur obligatoire). Il y eut les nombreux transfuges des guerres civiles, tel le colonel unitaire Manuel Baigorria, réfugié comme beaucoup d'autres chez les Ranquele afin d'échapper aux Fédéralistes. Il y restera une vingtaine d'années, participant à toutes les actions de la tribu. Lucio Mansilla citait le cas de Manuel Alfonso Chañilao, originaire de Río Cuarto, subordonné au cacique Baigorrita et qui avait vécu alternativement parmi les Blancs et les Indiens13. Dans les années1860, bien des participants à la guerre civile des caudillos provinciaux continuèrent à se réfugier chez les Indiens. La société indigène qui fournissait habitat et chevaux ainsi que l'opportunité de s'insérer dans un clan familial par mariage était pour beaucoup bien plus accueillante et plus libre que celle qu'ils avaient quittée. L'intégration se poursuivra dans la seconde moitié du XIXe siècle, même dans l'escalade de la guerre avec le gouvernement argentin. Lorsque la tribu de Catriel sera chassée en 1875 des terres d'Azul accordées par traité en 1857, certains huinca des environs choisiront de partir avec les Indiens. Quelques-uns seront fusillés durant la Campagne du Désert avec des caciques.

18Volontaires ou non, ces huinca finissaient par constituer des groupes assez nombreux. En 1821, le colonel Pedro Andrés García avait noté la présence d'une cinquantaine de « renégats » ou « déserteurs » dans chacune de 9 divisions indiennes comptant de 140 à 400 personnes. Un certain nombre de captifs préférait d'ailleurs rester ou retourner chez les Indiens, tels Petronilla Pérez au début du XIXe siècle qui avait choisi de rester avec sa famille indienne et les enfants qu'elle avait eus ; libérés depuis longtemps, ses frères venaient régulièrement lui rendre visite. Certains, médiateurs ou interprètes assumèrent des rôles importants. Dans la plupart des nations indiennes au XIXe siècle, les caciques avaient leurs secrétaires pour correspondre avec les autorités de la Frontière ou d'autres tribus : José Bucha et María Carrière De Omer chez Baigorrita, José Antonio Loncochino chez Valentín Sayhueque, Juan Iribarne chez Inacayal.

19Par suite, la Frontière n'était pas une séparation étanche et ces passages d'une société à l'autre impliquaient forcément des transferts de technologies et d'informations. A l'Indépendance et lors des guerres civiles qui s'ensuivirent, les déserteurs ou les Unitaires en fuite amenaient avec eux des méthodes et une organisation militaire qui s'intégraient à celles des indigènes. Ces transfuges étaient également une source d'informations sur les habitudes et les intentions du camp adverse de grande valeur pour la stratégie à suivre, que ce soit dans un but guerrier ou pacifique ; ils pouvaient servir de guides, certains avaient leur réseau d'information à l'intérieur même des établissements chrétiens qu'ils mettaient au service de la tribu d'accueil : ils étaient donc haïs et redoutés de la société qu'ils avaient fuie. Auxiliaires des unités militaires les Indios amigos jouaient le même rôle d'informateurs et de guides. Quant aux marchands qui se rendaient avec leur carriole chez les Indiens ils pouvaient soit apporter des renseignements sur les changements de politique à Buenos-Aires ou une expédition en préparation, soit informer les autorités d'un raid indien projeté.

20Au début du XIXe siècle, les estancias créoles s'étaient installées de plus en plus près de la Frontière et au-delà, des Indiens y travaillaient fréquemment, en groupe ou individuellement, et après 1820 dans la région même de la Sierra de la Ventana. Il y eut beaucoup de peones indiens dans les estancias de Rosas qui invita souvent des caciques amis à des festins et des joutes à cheval dans ses propriétés.

  • 14  Ebelot, Alfred, La guerre dans la pampa, Paris : l'Harmattan, p.42-43, 1994.

21Il est difficile d'avoir une idée précise des limites du métissage culturel dans ces passages d'une société à l'autre et de savoir dans quelle mesure les Indiens installés dans les villages de la Frontière pour y travailler maintenaient les liens avec la société d'origine tout en intégrant un certain nombre de pratiques de l'autre culture. En 1840, le voyageur anglais William MacCann décrivait Tapalqué comme un village occupé par des Indiens et des Créoles ; selon lui, il y avait probablement beaucoup moins de différences culturelles entre Indiens et gauchos des zones rurales et frontalières qu'entre gauchos et habitants de la capitale. Comme d'autres caciques de grandes tribus, Cipriano Catriel habitait une maison de brique d'Azul et se déplaçait en voiture à cheval et uniforme de général de la Nation. Dans les années 1860, ce bourg était présenté comme un exemple de cohabitation entre Créoles, immigrants (Italiens, Basques, Français) et Indiens qui élevaient bovins, moutons et volailles, vendaient leur chasse et leur artisanat aux Blancs et à d'autres tribus ; quelques enfants allaient à l'école. En 1875, le frère de Cipriano, Juan-José et ses caciques subordonnés seront décrits habillés en gens aisés de la campagne : bottes à éperons d'argent, culotte noire bouffante et poncho flottant sur l'épaule14. A Azul comme ailleurs, un certain nombre d'enfants et adultes étaient baptisés.

22Parallèlement aux guerres qui émaillèrent l'Histoire de la région et aux empiétements successifs du XIXe siècle de l'Etat-Nation argentin, la Frontière était donc un espace de circulation continue de gens, de biens, de technologies et d'informationsqui ne s'interrompait pas aisément même en temps de guerre. Il y eut bien en 1740 – période de guerre – un décret d'interdiction d'acheter des ponchos aux Indiens serranos sous peine d'amende, de travaux forcés ou de coups de fouet. Mais dans les deux dernières décennies du siècle – autre cycle de conflits sanglants – le commerce aura plutôt tendance à s'intensifier. En 1878, en pleine Campagne du Désert, les Indiens qui vont tomber dans l'embuscade tendue par Rudecindo Roca à Villa Mercedes venaient régulièrement commercer avec les habitants de la ville, l'affaire fera grand bruit dans LaNación des 16 et 17 novembre. Jusqu'en 1880 Inacayal et Sayhueque cultiveront encore leurs céréales et pratiqueront le troc avec leurs voisins tehuelche ou les habitants de Patagones.

23Cette ligne militaire imprécise délimitait en fait l'espace que chaque société était censée contrôler, mais ne correspondait pas la plupart du temps à une démarcation humaine ou économique. Du côté indien, l'arrivée des Espagnols avait impliqué une adaptation des échanges préexistants et de profonds changements économiques et sociopolitiques. Des deux côtés s'étaient créés des réseaux complexes faits de liens sociaux, familiaux et économiques entre deux univers à la fois antagoniques et liés par toutes ces histoires de vies, points de passage d'une culture à l'autre.Par suite, il y avait une réelle interdépendance.

24Cette société de frontière prendra fin avec la Conquête du Désert qui débute en 1875. Lorsqu'en 1867 on avait tenté de réduire le trafic des cuirs avec les Indiens les pulperos avaient prédit la ruine d'Azul, dans une certaine mesure ce fut le cas lorsque la grande tribu de Catriel fut chassée de ces terres, car c'était l'activité la plus importante. La majorité de la tribu fut employée dans les estancias de leur ancien territoire : Azul, Olavarría, Tapalqué, enrôlée dans l'armée et la marine ou dispersée entre les deux colonies de Conesa et Los Puelches avec une volonté affichée de faire éclater la structure tribale et disparaître l'autorité des caciques. Beaucoup d'Indiens survivants furent déportés dans les raffineries de sucre du Chaco ou les grands centres pour assurer le service domestique ou les travaux publics. L'abandon de la politique des traités qui avaient été une règle – à défaut d'être respectés – depuis l'époque coloniale, signifiait bien la fin d'un ordre juridique en même temps que celle du système de Frontière. Son histoire sera gommée au profit du mythe d'un Désert à peupler par l'immigration européenne, l'Indien étant réputé disparu, exterminé :

  • 15  Daireaux, Émile, La vie et les mœurs à La Plata, vol.I, p.80, p.83, Paris : Hachette & Cie 1887.

La Pampa perpétuera ce souvenir des races disparues dans les noms géographiques, dont le sens imagé sera vite oublié, sans doute […] sans aucune valeur pour le colon futur. […] des rameaux pampéens de la race araucane […] il ne reste rien. […] L'Indien n'avait pas de caractères assez définitifs pour se perpétuer […] dans l'océan des races, qui, toutes, contribuent à la constitution future de la nation qui peuplera cette région.15

Haut de page

Bibliographie

Alvear, Emilio De, "Reforma económica" in Halperín Donghi, Tulio, Proyecto y construcción de una nación (argentina 1846-1880), Caracas : Biblioteca Ayacucho, p. 328-331, 1980.

Ángelis, Pedro De, Colección de obras y documentos relativos a la Historia antigua y moderna de las provincias del Río de la Plata, vol. III (1836), chap. 2, Buenos-Aires : Plus Ultra, p. 421-480, 1969-1972.

Barros, Álvaro, Indios, fronteras y seguridad interior (1875-1877), Buenos-Aires : Solar / Hachette ("Dimensión argentina"), 1975.

Best, Félix, Historia de las Guerras argentinas de la Independencia, internacionales, civiles y con el Indio, vol. II Buenos-Aires : Peuser, 1960.

Daireaux, Emile, La vie et les mœurs à La Plata, vol. I, Paris : Hachette & Cie, 1887.

Ébelot, Alfred, La Guerre dans La Pampa souvenirs et récits de la frontière argentine (1876-1879) (1876-1880), Paris : l'Harmattan, 1994.

Escudé, Carlos, Cisneros, Andrés, Historia General de las Relaciones Exteriores de la República Argentina, vol. 8, chap. 40 " La colonia galese en Chubut", Buenos-Aires : Grupo Editor Latinoamericano. Mis en ligne 2000 : http://www.cema.edu.ar/ceieg/arg-rree/8/8-005.htm

Gascón, Margarita, "La formation de la frontière sud du Pérou, 1598-1740" in Histoire et Sociétés de l'Amérique latine, N° 7, p. 163-184, Premier semestre 1998. En ligne : www.univ-paris-diderot.fr/hsal/hsal1981/index.html

Guevara, Tomás, Historiade la Civilización de la Araucanía, vol. VI, Santiago : Imprenta Cervantes, p. 3-38, 1910.

Hux, Padre Meinrado, Caciques borogas y araucanos, Buenos Aires : Marymar, p. 133-136, 1992.

Lenton, Diana I., "La 'cuestión de los indios' y el genocidio en los tiempos de Roca : sus repercusiones en la prensa y la política" in Cuaderno N° 6, Buenos-Aires : I.I.P. "Marina Vite", Marzo de 2006. En ligne : http://www.ctera.org.ar/iipmv/publicaciones/Cuaderno6/Doc/1800/lenton.doc

Luiz, María Teresa, "Repensando el orden colonial : los intercambios hispano-indígenas en el fuerte del Río Negro" in Mundo Agrario, N° 10, La Plata : Universidad Nacional, Primer semestre de 2005. En ligne 23.12.2005 : http://www.mundoagrario.unlp.edu.ar/numeros/numero10/atdocument.2005-12-19.1267038034/?searchterm=representaciones

Mandrini, Rául José, "La economía indígena del ámbito pampeano-patagónico, ¿Problema de las fuentes o ceguera de los historiadores ?" in América Latina en la Historia Americana, Boletín de fuentes, N° 12, p. 39-58.Julio-diciembre de 1999, México : Instituto de Investigación José María Luis Mora. En ligne : http://www.mora.edu.mx/revistas/Numero%2012/12-3-RaulJoseMandrini.pdf

Mansilla, Lucio V., Una excursión a los Indios Ranquele (1870), T. 2, Buenos-Aires : Centro Editor de América Latina, 1967.

Mayo, Carlos A., "El cautiverio y sus funciones en una sociedad de frontera – El caso de Buenos-Aires (1750–1810)", in Revista De Indias, vol. XLV, N° 175, Madrid : Universidad Complutense p. 235-243 1985.

Migden Socolow, Susan, "Los cautivos españoles en las sociedades indígenas : el contacto cultural a través de la frontera argentina", Tandil : Anuario del Instituto Históricos y Sociales, N° 2, p. 99-196, 1987.

Quijada, Monica, "Repensando la Frontera Sur argentina : concepto, contenido, continuidades y discontinuidades de una realidad espacial y étnica (siglos XVIII-XIX)", Revista de Indias, vol. LXII, N° 224, p. 135, 2002. En ligne : http://revistadeindias.revistas.csic.es/index.php/revistadeindias/article/viewFile/461/529

Rochietti, Ana-María, "La Historia social del Desierto", Santa Rosa : Universidad Nacional de la Pampa, Facultad de Ciencias Humanas. En ligne : www.fchst.edu.ar/DOCUMENTOS %20YFOTOS/ROCHIETTI.pdf

Schmidl, Ulrico, Relatos de la Conquista del Río de la Plata y Paraguay 1534-1554 – 1567 – Madrid : Alianza Editorial, 1986.

Haut de page

Notes

1  Rochietti, Ana-María, "La Historia social del Desierto", Santa Rosa : Universidad Nacional de la Pampa, Facultad de Ciencias Humanas. www.fchst.edu.ar/DOCUMENTOS%20YFOTOS/ROCHIETTI.pdf

2  Quijada, Monica, "Repensando la Frontera Sur argentina : concepto, contenido, continuidades y discontinuidades de una realidad espacial y étnica (siglos XVIII-XIX)", Revista de Indias, Vol LXII, N°224, p. 135, 2002.
http://revistadeindias.revistas.csic.es/index.php/revistadeindias/article/viewFile/461/529

3  Schmidl, Ulrico, Relatos de la Conquista del Río de la Plata y Paraguay 1534-1554, Madrid : Alianza Editorial, p. 37, p.68, p.71-72, 1986.

4  Gascón, Margarita, "La formation de la frontière sud du Pérou, 1598-1740", Histoire et Sociétés de l'Amérique latine, p.165-166, p.168, premier semestre 1998. http://www.univ-paris-diderot.fr/hsal/hsal1981/index.html

5  Hux, Padre Meinrado, Caciques borogas y araucanos, Buenos Aires : Marymar, p.134, 1992.

6  Mandrini, Raúl José, "La economía indígena del ámbito pampeano-patagónico, ¿ problema de las fuentes o ceguera de los historiadores ?" América latina en la Historia americana, Boletín de fuentes, N°12, p. 52-53, México : Instituto de Investigación José María Luis Mora, julio-diciembre de 1999.
http://www.mora.edu.mx/revistas/Numero%2012/12-3-   RaulJoseMandrini.pdf

7  Alvear, Emilio De, "Reforma económica" in Halperín Donghi, Tulio, Proyecto y construcción de una nación, Caracas : Biblioteca Ayacucho, p. 329, 1980.

8  Les réserves de blé promises aux colons n'avaient pas été fournies et les premières récoltes furent un désastre.

9  Guevara, Tomás, Historia de la Civilización de la Araucanía, T. VI,  Santiago : Imprenta Cervantes p.13-15, 1910.

10  Schmidl, Ulrico, op. cit., p.40.

11  Migden Socolow, Susan, "Los cautivos españoles en las sociedades indígenas : el contacto cultural a través de la frontera argentina", Tandil : Anuario del Instituto Históricos y Sociales, N°2, p. 111, 1987.

12  Luiz, María Teresa, "Repensando el orden colonial : los intercambios hispano-indígenas en el fuerte del Río Negro", Mundo Agrario N°10, La Plata : Universidad Nacional, 1° semestre de 2005. http://www.mundoagrario.unlp.edu.ar/numeros/numero10/atdocument.2005-12-19.1267038034/?searchterm=representaciones

13  Mansilla, Lucio V., Una excursión a los Indios Ranquele, T. 2, Buenos-Aires : Centro Editor de América Latina, p. 81-82, 1967.

14  Ebelot, Alfred, La guerre dans la pampa, Paris : l'Harmattan, p.42-43, 1994.

15  Daireaux, Émile, La vie et les mœurs à La Plata, vol.I, p.80, p.83, Paris : Hachette & Cie 1887.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ghislaine Dagorn, « La frontière indienne du Río de la Plata, un espace de contact et d'échanges », Amerika [En ligne], 2 | 2010, mis en ligne le 14 juin 2010, consulté le 25 avril 2017. URL : http://amerika.revues.org/987 ; DOI : 10.4000/amerika.987

Haut de page

Auteur

Ghislaine Dagorn

Doctorante sous la direction de Néstor Ponce, LIRA, université de rennes II
ghis-dagorn@wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo ERIMIT - Equipe de recherche interlangues : mémoire, identités, territoires
  • Les cahiers de Revues.org