Navigation – Plan du site

Journée d’études « Les ChronosyntaxeS », Université Lille 3

La phrase est généralement considérée comme un agencement spatial d’unités susceptible d’être modélisé par une topo-syntaxe, sous forme d’arbres ou de structures syntaxiques.

Cependant, du point de vue des sujets parlants, qui font l’expérience des énoncés lors de l’activité de parole, d’interprétation, de rédaction et de lecture, un énoncé se déroule nécessairement dans le temps, et nécessite une certaine durée opérative entre l’instant où il commence et celui où il s’achève, temps qui est aussi celui de la construction du sens. Dès lors, une syntaxe ne peut être que chrono-syntaxe, terme introduit par l’hispaniste Y. Macchi et qui recouvre l’étude des instants d’intervention des opérateurs signifiants dans l’énoncé et de leur variation de date.

La chronosyntaxe s’intéresse à la façon dont chaque langue met en œuvre des protocoles spécifiques de construction du sens. Elle ouvre la perspective d’un regard renouvelé sur la typologie des langues et sur la gestion des interactions verbales par les enchaînements syntaxiques. Elle se présente comme l’étude de l’inscription des signifiants incarnés dans le processus de coordination intersubjective. De ce fait, elle se place sur les terrains de l’énonciation, l’allocutivité, l’interlocution, la polyphonie, la médiativité. Elle met l’accent sur l’aspect vivant, expérientiel et interactif du processus de construction du sens, ce qui la relie également aux problématiques de la phénoménologie et de l’énaction.

L’objectif de la journée est de réunir sous l’appellation « Les ChronosyntaxeS » des approches théoriques et descriptives impliquant le facteur temps en syntaxe, telles que, entre autres : la chronosyntaxe, la on-line syntax, la grammaire instructionnelle, la syntaxe énactive… et de confronter leurs propositions, leurs contributions spécifiques, leurs complémentarités, leurs éventuelles divergences, leurs impensés, et de faire progresser la coordination entre ces modèles. Il s’agit également de les appliquer à des langues et faits de langues de divers types linguistiques de manière à explorer leurs potentiels contrastifs et typologiques.

Cette journée s’inscrit dans la continuité des séminaires organisés par le laboratoire ERILIIS depuis 2015 sur le thème de la corporalité dans les formes signifiantes et l’interaction langagière.

Contacts : Marine Poirier (marine.poirier@univ-rennes2.fr ou marine.poirier@univ-lille3.fr), Didier Bottineau (didier.bottineau@ldi-cnrs.fr) et Yves Macchi (yves.macchi@univ-lille3.fr)

Document annexe

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo ERIMIT - Equipe de recherche interlangues : mémoire, identités, territoires
  • Les cahiers de Revues.org