Navegação – Mapa do site
Dossier "Les féminismes en Amérique latine et dans les Caraïbes (XXe-XXIe) : identités et enjeux"
Littérature de résistance

Nouvelles perspectives dans la littérature brésilienne contemporaine : Vozes-Mulheres et Quantos filhos Natalina teve ? de Conceição Evaristo

Pauline Champagnat

Resumos

Cet article se propose d’analyser une des manifestations du féminisme brésilien contemporain dans les oeuvres Vozes-Mulheres (1990) et Quantos filhos Natalina teve ? (2015) de Conceição Evaristo sous le prisme des études de genre et des études post-coloniales. Dans un premier temps, nous questionnerons une nouvelle branche du féminisme brésilien : l’intersectionnalité. Après une brève définition du concept, nous expliquerons de quelle manière il s’insère dans le contexte du féminisme brésilien actuel. Dans un deuxième temps, nous nous pencherons sur l’analyse du conte Quantos filhos Natalina teve ? de Conceição Evaristo, ce qui nous permettra d’évoquer le concept de non-famille suggéré par Edouard Glissant, ce conte étant une illustration possible de ce concept. Nous évoquerons le concept de matrifocalité comme marque de l’esclavage mais également comme structure familiale héritée de l’Afrique. Puis finalement, nous analyserons le poème Vozes-Mulheres, également de Conceição Evaristo, qui rompt avec le concept de fragmentation familiale évoqué précédemment.

Topo da página

Texto integral

Considérations initiales

  • 1 Le premier numéro de la revue Cadernos Negros est sorti en 1978. Il contenait plusieurs poèmes. Les (...)

1Aujourd’hui, nous pouvons considérer qu’il existe plusieurs sortes de féminismes brésiliens. L’un d’eux serait le féminisme intersectionnel, qui surgit dans les années 1980, lorsque les premiers mouvements noirs commencèrent à prendre place. La IIIe Rencontre Féministe latino-américaine à Bertioga (Brésil) en 1985 marque le départ d’une organisation de femmes noires s’exprimant au nom d’un collectif afin d’acquérir de la visibilité dans le monde du féminisme. L’arrivée d’un féminisme noir brésilien coïncide avec l’apparition de la revue « Cadernos Negros »1, dans laquelle l’auteure Conceição a publié à de nombreuses reprises.

2La nécessité de créer un nouveau courant féministe naît de la constatation suivante : bien que les femmes brésiliennes soient confrontées quotidiennement à des problèmes similaires liés au genre, certains de ces aspects ne sont pas totalement recouverts par la question féministe. En effet, certaines de ces femmes font également partie d’un autre groupe social marginalisé au Brésil : les afro-brésiliens. C’est pourquoi elles sont simultanément confrontées à des problèmes liés au patriarcalisme et au racisme de la société brésilienne. Ces problèmes sont spécifiques au groupe marginalisé, tels que l’exclusion sociale, l’accès à l’éducation et à la santé, la pauvreté, la discrimination à l’emploi, les mauvaises conditions de logement. Ces problèmes ont un fort impact sur la vie de ce groupe et ne peuvent pas être totalement ignorés lorsque nous prenons en compte les questions féministes. Les vécus d’une féministe noire et d’une féministe blanche brésilienne sont indéniablement différents, étant donné que cette dernière n’aura pas été confrontée à la discrimination raciale.

3En effet, Chandra Mohanty, une chercheuse indienne vivant aux Etats-Unis, s’insurgeait déjà en 1988 de ce qu’elle appelait la « colonisation discursive » qui selon elle était pratiquée par certaines théoriciennes féministes occidentales. Elle va même plus loin en considérant ce courant de pensée comme hégémonique et n’intégrant pas le point de vue des femmes pauvres et marginalisées, enfermées dans l’image de la « femme du Sud », muette, impuissante, victime, traditionnelle, en opposition avec l’image de la femme occidentale éduquée, moderne, maîtresse de son corps et de sa sexualité et libre de prendre ses propres décisions. Il y a là une construction de l’image d’une femme qui serait objet de son histoire au lieu d’en être le sujet. (Verschuur et Destremeau, 2012, p.9)

4Cette réflexion coïncide avec la naissance du mouvement féministe intersectionnel, concept créé par Kimberlé Crenshaw en 1991, et qui désigne la situation de personnes vivant simultanément des oppressions de natures différentes (classe, genre, ethnie...etc) au sein de la société. Celui-ci est assimilé depuis les années 1990 aux mouvements féministes nord-américains, mais commence à se populariser au sein des discours féministes brésiliens depuis quelques années.

5Cette image d’une femme étant l’objet de son histoire fait écho avec l’histoire de la protagoniste du conte Quantos filhos Natalina teve ? (2015) de Conceição Evaristo. Nous devons cependant marquer une distinction : dans ce conte, bien que Natalina soit objet de son histoire à de nombreuses reprises, son dénouement nous indique une prise en main de son futur et une nécessité d’être maîtresse de ses choix de vie.

6Nous analyserons dans cet article de quelle façon l’auteure Conceição Evaristo représente le mouvement féministe intersectionnel brésilien grâce au conte Quantos filhos Natalina teve ? (2015) et Vozes-Mulheres (1990).

Quantos filhos Natalina teve ? Illustration du concept de la non-famille d’Edouard Glissant

7Selon Edouard Glissant (1997), la famille antillaise aurait été marquée par le traumatisme du « viol originel » vécu pendant la période de l’esclavage. De plus, celle-ci aurait également souffert d’une construction familiale élaborée pour le simple profit du maître, afin d’améliorer son rendement :

Famille-investissement (pour le profit du maître)
Désir de mort et meurtre de l’enfant par la mère
Condition de la femme: génitrice.
Condition de l’homme: étalon. 
(Glissant, 1997, p.168)

8De cette manière, les familles antillaises auraient donc été marquées par un manque de cohésion structurelle dû à la logique de la société esclavagiste. Ces familles se caractérisent par un père absent voire inexistant, qui se retrouverait dans l’impossibilité d’effectuer son rôle de père, celui-ci étant occupé de manière symbolique par le maître qui détient l’autorité patriarcale. Cependant, selon Edouard Glissant, il existerait une autre explication à cette omniprésence de la figure de la mère ainsi qu’à l’effacement du rôle de père. Ses origines se trouveraient en Afrique :

L’antifamille originelle n’est donc pas le simple revers d’une famille idéale, dont le modèle aurait été occidental. Il y a là les principes d’une véritable et originale organisation sociale, dont il manque aux martiniquais à en prendre collectivement conscience. (Glissant, 1997, p.171)

9Cette structure familiale étendue est opposée à la conception familiale nucléaire occidentale. La famille antillaise trouverait donc ses origines dans une structure familiale matrifocale. Il s’agit d’une dynamique familiale dans laquelle la mère se trouve au centre, tandis que les autres éléments de la famille gravitent autour d’elle. Le père est absent ou inexistant dans ce schéma. Son rôle est infériorisé, étant donné que les décisions les plus importantes sont prises par la mère. Dans ce type de structure familiale, la présence d’autres figures maternelles féminines est très importante, et permet de créer un cadre familial.

10Dans le conte Quantos filhos Natalina teve? de Conceição Evaristo (2015), la problématique de la maternité est abordée sous l’angle critique de la situation de la femme noire brésilienne vivant dans une favela. Il existe une impression de ne pas disposer de son propre corps, caractéristique de l’époque esclavagiste, lorsque les femmes esclaves subissaient fréquemment des viols commis par leurs maîtres. C’est pourquoi le sentiment d’être étrangère à son propre corps, à sa propre grossesse, et à son propre enfant est évoqué grâce au personnage de Natalina, protagoniste du conte.

11Le conte Quantos filhos Natalina teve? ouvre un questionnement sur cette problématique de non-famille. Ici, le rejet total de la part de la protagoniste de former une famille au sens traditionnel du terme - c’est-à-dire basée sur le modèle familial occidental - ouvre la discussion sur la maternité dans les classes défavorisées de la société brésilienne, la construction familiale brésilienne et l’importance de la mère dans cette construction.

12La diversité des quatre grossesses vécues par Natalina permet de donner au lecteur une vision globale de ces problèmes. En ce qui concerne ses deux premières grossesses, elles sont chargées de références à l’époque esclavagiste. En effet, lors de la première, Natalina ne souhaitait pas garder l’enfant et a recours, avec l’aide de sa mère, à des thés et autres décoctions réalisées à base de plantes médicinales connues pour leur capacité à interrompre la grossesse. Il s’agit là d’une référence directe à l’époque esclavagiste brésilienne, lorsque beaucoup de femmes esclaves recourraient à des plantes médicinales dans le but d’interrompre leur grossesse ou arrivaient même au point de tuer leur bébé immédiatement après leur naissance, pour leur éviter de subir la condition d’esclave à leur tour.

13Cette première grossesse, vécue alors que Natalina était encore adolescente, met l’accent sur le manque d’information et de recours concernant la contraception des jeunes filles dans les favelas. Lorsque tous les recours traditionnels pour interrompre la grossesse furent épuisés, la jeune fille et sa mère décidèrent de faire appel à la vieille sage-femme Sá Praxedes. C’est un personnage ambivalent car d’un côté, c’est vers elle que l’on se tourne pour mettre des enfants au monde, mais aussi pour pratiquer des avortements. Elle impressionne Natalina car elle détient les clés de la vie et de la mort, à coté de cela, nous pouvons noter qu’une fois de plus, sa volonté et son opinion ne semblent pas peser énormément.

14Étant donné que l’avortement est interdit au Brésil jusqu’à ce jour, la pratique effectuée par Sá Praxedes est illégale, d’où le recours à des techniques dangereuses manquant des conditions minimales d’hygiène, ce qui met en danger la vie des femmes y ayant recours. Le père de l’enfant ainsi que le père de Natalina sont totalement exclus du processus de décision concernant le futur enfant, nous pouvons noter que seulement des figures féminines y prennent part, renforçant ainsi l’idée d’une famille à structure matrifocale dans laquelle les décisions importantes sont prises par la mère. Le choix se portera finalement sur l’adoption de l’enfant après sa naissance.

  • 2 Traduction libre : « L’enfant naquit un jour, beau et faible. Il survécut. Ses parents pleuraient, (...)

15La troisième grossesse de Natalina fait également écho à des épisodes de l’histoire brésilienne lors de la période esclavagiste. Durant cette période, certaines esclaves étaient vendues exclusivement pour servir en tant que « nourrices de lait » (amas-de-leite) dans des familles bourgeoises. Pour cela, elles devaient fréquemment abandonner leur propre enfant afin de s’occuper de celui d’une autre femme. Natalina se retrouve en quelque sorte dans le même cas de figure lorsqu’elle doit abandonner son enfant conçu avec son patron, pour pallier au problème de stérilité de sa patronne. Cet enfant n’est pas vraiment le sien dès sa conception, et sa naissance apporte une conclusion à cette grossesse qui semblait appartenir dès son commencement à une autre : « Um dia a criança nasceu bela e fraca. Sobreviveu. Os pais choravam aflitos. Natalina quase morreu. Tinha os seios vazios, nenhum vestígio de leite para amamentar o filho da outra. Para o seu próprio alívio foi esquecida pelos dois”. (Evaristo, 2015, p.48)2. Cette distanciation par rapport à la naissance de son propre enfant en dit long sur son sentiment de ne pas disposer de son propre corps.

16En effet, l’instrumentalisation du corps de Natalina est clairement exprimée par le fait que, bien qu’elle ait failli mourir, elle ait été immédiatement oubliée par ses patrons après la naissance de « leur » enfant, son corps ayant déjà rempli la fonction pour laquelle il avait été requis. L’absence de lait pour alimenter « le fils de l’autre » démontre un refus de créer un lien avec cet enfant qui lui est étranger.

17Nous pouvons remarquer que la protagoniste du conte se sent étrangère à son corps et à ses grossesses, qui sont surtout définies par les personnes souhaitant s’occuper de l’enfant après la naissance, qu’il s’agisse d’une famille d’adoption, du père ou bien de ses patrons. Le lecteur peut donc être surpris par la joie qu’éprouve Natalina lors de sa quatrième grossesse. Elle porte un enfant qui lui appartient exclusivement, bien que conçu dans l’horreur du viol commis par un des trafiquants ayant envahi sa maison :

  • 3 Traduction libre : « Elle était heureuse. Son fils pouvait faire son apparition sur terre à tout mo (...)

Estava feliz. O filho estava para arrebentar no mundo a qualquer hora. Estava ansiosa para olhar aquele filho e não ver a marca de ninguém, talvez nem dela. Estava feliz e só consigo mesma. Lembrava de Sá Praxedes e sorria. Aquela criança, Sá Praxedes não ia conseguir comer nunca. Um dia, quando era quase menina ainda, sairá da cidade onde nascera e fugira da velha parteira. Agora, bem recentemente, sairá de outra cidade fugindo do comparsa de um homem que ela havia matado. Sabia que o perigo existia, mas estava feliz. Brevemente iria parir um filho. Um filho que fora concebido nos limites frágeis da vida e da morte. (Evaristo, 2015, p.50)3

18Nous constatons ici à quel point le sentiment de ne rien devoir à personne est important pour Natalina, qui est heureuse d’avoir cet enfant seule, malgré les circonstances tragiques et violentes de sa conception. La volonté de déconstruction de la famille modèle à laquelle la protagoniste refuse de prendre part témoigne d’un sentiment de non-appartenance à ce même modèle. C’est pourquoi elle est très heureuse de savoir que son enfant qui est sur le point de naître ne fera jamais partie d’un schéma familial traditionnel :

  • 4 Traduction libre : « Cette fois-ci elle ne devait rien à personne. [...] Maintenant elle aurait un (...)

Não, dessa vez não devia nada a ninguém. [...]. Agora teria um filho que seria só seu, sem ameaça de pai, de mãe, de Sá Praxedes, companheiro algum ou de patrões. E haveria de ensinar para ele que a vida é viver e morrer. É gerar e é matar. (Evaristo, 2015, p.49)4

19Le conte Quantos filhos Natalina teve? (Evaristo, 2015) nous renvoie à cette problématique d’une non-famille évoquée auparavant par Glissant. Bien que cette thématique ait été conçue pour le contexte antillais, elle s’applique parfaitement au contexte brésilien, étant donné la similitude des expériences vécues dans le processus de construction de la nation tels que la colonisation et l’esclavage. Ce conte évoque aisément un contexte familial marqué par la prédominance de la figure de la mère ainsi que l’absence ou l’effacement de la figure du père.

20Nous pourrons noter que Conceição Evaristo a également abordé la thématique d’une famille à structure matrifocale sous divers aspects, comme dans le poème Vozes-Mulheres (Evaristo, 1990) dans lequel contrairement au conte précédemment évoqué qui démontre un sentiment de fragmentation de l’être ainsi que de la famille, il existe une notion de continuité familiale allant jusqu’à une complémentarité des expériences vécues par les membres de cette familles au fil des générations.

21La solitude de la protagoniste, Natalina, qui n’arrive pas à créer des liens d’identification avec sa propre communauté contraste avec la continuité et l’agrégation familiale évoquées dans le poème suivant écrit également par Conceição Evaristo : Vozes-Mulheres (1990).

Continuité et agrégation familiale matrifocale

22Contrairement à la dynamique d’une conception de non-famille vue précédemment, celle avec laquelle nous avons affaire ici s’inscrit dans une perspective diamétralement opposée. Le poème Vozes-Mulheres de Conceição Evaristo nous offre un panorama des changements survenus dans la vie des afro-brésiliens depuis l’époque de l’expérience traumatique du bateau négrier, jusqu’à l’époque actuelle. Ce panorama, en plus de retracer l’expérience afro-brésilienne, permet de dresser un portrait contemporain de cette communauté encore marginalisée aujourd’hui. Les mots sont soigneusement choisis pour décrire les problèmes auxquels chaque génération a dû faire face ; ils sont chargés de références propres à l’esclavage et à la situation actuelle des noirs au Brésil.

23L’auteure, qui appartient elle-même à cette communauté marginalisée, utilise sa visibilité dans le monde académique, conquis grâce à un parcours sinueux et laborieux pour pouvoir se faire entendre au sein d’une élite généralement blanche et de classe moyenne ou aisée. En effet, Conceição Evaristo a grandi dans une favela de Belo Horizonte, où elle dut faire preuve de beaucoup d’efforts pour pouvoir terminer ses études, car, comme la plupart des femmes de sa famille, elle fut contrainte de travailler en tant qu’employée domestique pour subvenir à ses besoins financiers. Comme elle l’explique fréquemment, elle est issue d’une famille dans laquelle la majorité des membres étaient illettrés. Il n’y avait pas beaucoup de livres chez elle durant son enfance. Cependant, il y avait beaucoup d’histoires, racontées par des membres de sa famille, qui permettent de faire le lien avec le passé des noirs brésiliens, ainsi qu’avec la tradition orale, originaire d’Afrique.

24La publication de ce poème s’inscrit alors dans une perspective chère à l’auteure : donner de la visibilité à la situation des afro-brésiliens ainsi qu’à leur histoire. Grâce à la conquête d’un espace académique et littéraire privilégié, Conceição Evaristo est dorénavant loin d’être considérée comme productrice d’une littérature marginale ou marginalisée, étant donné que ses oeuvres sont traduites et vendues dans le monde entier, et rencontrent un franc succès au Brésil mais également au-delà de ses frontières, et font depuis quelques années l’objet de nombreux articles académiques, mémoires et thèses.

25Selon Silvestre et Feldman (2015, p.4), les études post-coloniales et les études du genre sont complémentaires, du fait de leur dénonciation commune de tous types d’oppressions, qu’elles soient impériales ou patriarcales. Elles avancent également que le processus que traverse le colonisé est celui d’une reconquête de sa place de sujet auparavant usurpée, tout en refusant les impositions de l’Autre, c’est-à-dire le colonisateur. Les termes « colonisé » et « colonisateur » sont ici employés de manière symbolique, pour faire référence à des dynamiques structurelles sociétaires héritées de l’époque colonialiste et qui se répéteraient dans le présent, bien que sous des formes différentes.

26Dans la première strophe, l’auteure tente de rechercher la voix étouffée de son arrière-grand-mère, tout en faisant référence au traumatisme de la traversée de l’Atlantique à bord du bateau négrier vécu par les esclaves :

  • 5 Traduction libre : « La voix de mon arrière-grand-mère résonna lorsqu’elle n’était encore qu’une en (...)

A voz da minha bisavó ecoou
criança nos porões do navio.
Ecoou lamentos
de uma infância perdida.5 (Evaristo, 1990)

  • 6 Ici, nous employons afro-américains au sens large du terme, c’est-à-dire, les esclaves africains tr (...)

27L’auteure fait ici subtilement référence à la dureté des conditions dans lesquelles les esclaves étaient amenés aux Amériques. Cette strophe renvoie l’idée de la violence d’un arrachement à la terre natale ayant pour objectif la vente d’esclaves au même titre que de la marchandise, qui aurait fait des afro-américains6 ce que Edouard Glissant qualifie de « migrants nus ». Le terme « enfance perdue » donne le sentiment d’une rupture irréparable avec un temps associé à la vie passée par son arrière-grand-mère en Afrique avant sa capture. La perte de l’innocence enfantine va donc de pair avec la découverte de l’horreur du trafic négrier et de l’esclavage.

28Le terme « blancs-maîtres-du-monde » est empreint d’ironie et révèle l’impossibilité de disposer de son propre corps de la femme noire esclave. Cette strophe plus courte que les autres démontre l’empêchement pour la grand-mère de l’auteure de s’exprimer, la mise sous silence de sa voix :

  • 7 Traduction libre : « La voix de ma grand-mère résonna une obéissance aux blancs-maîtres-du-monde. »

A voz de minha avó
ecoou obediência
aos brancos-donos de tudo7. (Evaristo, 1990)

29Ensuite, nous pouvons suivre la progression de la révolte passant d’une génération à l’autre, symbolisée par une voix qui s’élèverait de plus en plus. Cette fois, nous retrouvons la mère de la protagoniste du poème dans des cuisines appartenant à ses patrons, ce qui nous indique son appartenance à la catégorie socio-professionnelle d’employée de maison. Le travail domestique et manuel étant irrémédiablement associé à l’esclavage au Brésil, nous pouvons y voir une sorte de continuation de la condition de la femme esclave vivant dans la maison grande avec les maîtres. La distinction entre « les blancs » et la femme de ménage nous rappelle que ses employés appartiennent à des catégories socio-professionnelles très éloignées. Il est important de noter que, dans la strophe précédente, le terme « blanc » était associé aux maîtres. Cette fois-ci, la figure du maître réapparaît sous la forme de la figure des patrons de la femme de ménage, et conserve les mêmes rapports de force liés à la domination déjà présents dans la plantation.

30L’inégalité se fait également présente lorsqu’elle évoque son habitation : la favela. La construction des favelas au Brésil, et surtout dans les grands centres urbains comme Rio de Janeiro est le résultat d’une politique appelée « hygiénisation » menée par le gouvernement brésilien peu de temps après l’instauration de la République en 1889. Cette politique avait pour but de chasser les habitants appartenant aux classes pauvres dont la majorité était noire ou métisse et vivait dans des habitations très vétustes du centre appelées cortiços. C’est pourquoi la plupart des habitants de ces cortiços ont dû se réinventer des logements de fortune dans les collines de Rio, aujourd’hui appelées favelas. L’idée était de calquer le modèle de développement urbain de Rio sur celui de Paris, rendant ainsi la ville plus européenne. Cette politique était liée aux théories du racisme scientifique qui à l’époque étaient extrêmement populaires.

31Nous pouvons donc voir ici que la précarité du logement des habitants des favelas est suggérée par le terme « chemin poussiéreux », qui indique que la rue n’est pas goudronnée, et fonctionne comme une dénonciation de la condition sociale dans laquelle les noirs brésiliens se trouvaient et se trouvent encore aujourd’hui.

  • 8 Traduction libre : « La voix de ma mère fit doucement résonner l’écho d’une révolte, du fin fond de (...)

A voz de minha mãe
ecoou baixinho revolta
no fundo das cozinhas alheias
debaixo das trouxas
roupagens sujas dos brancos
pelo caminho empoeirado
rumo à favela8 . (Evaristo, 1990)

32L’autre aspect marquant de cette strophe est l’impression de saleté renforcée par les termes « chemin poussiéreux » et « linge sale ». Cet accent mis sur la saleté indique la position subalterne dans laquelle la mère de la protagoniste se trouve, étant donné que, en plus d’être confrontée à la saleté d’autrui pour son travail, cette saleté ne la quitte pas pour autant lorsqu’elle prend le chemin du retour à la maison après une laborieuse journée de travail. Cet aspect dénonce les mauvaises conditions de logement auxquelles la mère de l’auteure est confrontée. La saleté représente également l’ordre social injuste dans lequel elle évolue.

33La quatrième strophe marque un tournant important dans cette progression, étant donné que l’évocation de l’écriture en vers indique que la protagoniste est lettrée. Pour la première fois, il semble que la voix poétique soit écoutée, après qu’elle ait pris possession de l’écriture. Cette maîtrise de l’écriture lui permet une certaine distanciation menant à une analyse approfondie de la condition des afro-brésiliens. D’où la présence de « vers perplexes » face à des problématiques de violences et de difficultés économiques se répétant de génération en génération. Sa voix porte les traces d’une mémoire traumatique familiale.

  • 9 Traduction libre : « Ma voix résonne toujours, par des vers perplexes composés de rimes de sang et (...)

A minha voz ainda
ecoa versos perplexos
com rimas de sangue
e fome9. (Evaristo, 1990)

34La voix de la fille est également fondamentale. En effet, au-delà du fait qu’elle réunisse en elle toutes les voix souvent étouffées ou passées sous silence des générations antérieures, il y a cette fois-ci une notion de passage à l’acte qui représente une prise de pouvoir d’une catégorie sociale antérieurement placée systématiquement dans une position subalterne. Ici, la mémoire générationnelle représente simultanément la transmission de l’héritage et la libération. La voix de la fille prend symboliquement la suite de sa mère dont les « vers perplexes » la laissent sûrement dans un état qui l’empêche d’agir et de s’exprimer :

  • 10 Traduction libre : « La voix de ma fille réunit toutes nos voix, réunit en elle-même, les voix muet (...)

A voz de minha filha
recolhe todas as nossas vozes

recolhe em si
as vozes mudas caladas
engasgadas nas gargantas.
A voz de minha filha
recolhe em si
a fala e o ato.
O ontem – o hoje – o agora.
Na voz de minha filha
Se fará ouvir a ressonância
O eco da vida-liberdade
10
(Evaristo, 1990)

35Par cet acte symbolique de réunir toutes les voix de diverses générations de femmes de sa famille, la voix de la fille de l’auteure réussit à les sortir de leur marginalité et de leur silence, pour finalement les incorporer à sa lutte sociale ayant lieu dans le temps présent. L’invocation de ces figures féminines lui permettra de réunir les forces nécessaires pour son passage à l’acte, c’est-à-dire la revendication de droits sociaux égaux pour les noirs brésiliens. Cette strophe retraçant le passé familial termine sur une impression d’actions revendicatrices ayant lieu dans le présent et probablement dans le futur. Ici, le rapport entre ancestralité, résistance et libération permet la reconstruction identitaire du sujet.

36Dans ce poème, les récits des difficultés rencontrées par toutes ces générations de femmes appartenant à une même famille permettent de retracer l’histoire afro-brésilienne, pour pouvoir ensuite questionner la situation sociale dans laquelle la majorité se trouve encore aujourd’hui. Il s’agit ici d’un « moi » collectif, étant donné que la visibilité est donnée à une communauté spécifique sur chaque génération.

37L’inscription du sujet poétique dans le sillage de l’ancestralité grâce à la mémoire ancestrale et générationnelle crée des liens d’appartenance qui lui permettent de reconstruire son identité et de se projeter dans l’avenir. L’auto-histoire et l’histoire collective coïncident. Le sujet s’inscrit dans une dimension collective de l’histoire.

Conclusion

38Nous pouvons conclure que, le mouvement féministe intersectionnel brésilien est représenté dans Vozes-Mulheres (1990) et Quantos filhos Natalina teve ? (2015) de Conceição Evaristo, car des préoccupations liées à la condition féminine sont évoquées, telles que la maternité, l’avortement, la place de la femme dans la société, l’engagement politique féminin. Ces préoccupations sont constantes et permettent de remettre en question les valeurs d’une société brésilienne patriarcale dans laquelle les voix poétiques évoluent.

39Au-delà de la préoccupation concernant la condition féminine, nous pouvons noter plus précisément le besoin de parler de problèmes de genre directement liés au vécu des afro-brésiliennes. En effet, ces deux textes sont chargés de références liées à l’esclavage et aux conditions de vie dans lesquelles les esclaves devaient évoluer. Ces références peuvent se faire de manière directe ou plus subtile. Cependant, il existe toujours la nécessité d’effectuer un lien entre le passé esclavagiste brésilien et la situation actuelle. De cette manière, l’auteure montre comment certains aspects n’ont que trop peu évolué depuis cette époque, impliquant ainsi qu’il reste encore énormément de progrès sociaux à effectuer.

40La poésie et la prose de Conceição Evaristo peuvent donc incontestablement être qualifiées de littérature militante et revendicatrice. Dans ce contexte, le militantisme affiché est clair : il œuvre en faveur de l’amélioration des conditions de vie et des droits sociaux pour les femmes noires au Brésil. Ainsi, Conceição Evaristo s’inscrit dans la lignée d’auteures afro-brésiliennes contemporaines partageant des préoccupations similaires aux siennes telles que :  Sueli Carneiro, Esmeralda Ribeiro, Miriam Alves, également publiées de manière récurrente dans la revue Cadernos Negros. Ce qui nous indique que la littérature féministe brésilienne questionnant les droits des femmes noires devrait probablement continuer à se développer dans les années à venir.

Topo da página

Bibliografia

Evaristo, Conceição, Olhos d’água, Rio de Janeiro : Pallas, Fundação Biblioteca Nacional, 2015.

-, Vozes-mulheres, Cadernos Negros, vol. 13, São Paulo, 1990.

Falquet, Jules, Le mouvement féministe en Amérique latine et aux Caraïbes. Défis et espoirs face à la mondialisation néo-libérale. Actuel Marx 2007/2, n°42, p. 36-47.

Glissant, Edouard, Le discours antillais, Paris : Gallimard, 1997.

Ribeiro, Djamila, « Quem tem medo do feminismo negro ? », Carta capital, 2015. Disponible en ligne.

Stevens, C. M. T. : Vania Vasconcelos, « Mães de outras cores : matrifocalidade na literatura afro-brasileira de autoria femenina », Revista Cerrados, Brasilia, v. 20, p. 200-215, 2011. Disponible en ligne.

Silvestre, Nelci ; Feldman, Alba. « Vozes-Mulheres do terceiro mundo : a perspectiva de Conceição Evaristo », Anu. Lit. Florianópolis, v. 20, n°1, p. 96-111, 2015.

Versschuur, Christine ; Destremeau, Blandine, « Féminismes décoloniaux, genre et développement. Histoire et récits des mouvements de femmes et des féminismes aux Suds », Revue Tiers Monde, 2012/1 (n°209), p. 7-18. Disponible en ligne.

Topo da página

Notas

1 Le premier numéro de la revue Cadernos Negros est sorti en 1978. Il contenait plusieurs poèmes. Les auteurs de ces poèmes se sont partagé les frais de publication, pour pallier aux difficultés existantes de publier dans les maisons d’édition les plus renommées du pays. L’objectif était de promouvoir et diffuser la littérature afro-brésilienne. La revue en est à présent à son trente-huitième numéro, et continue de recevoir un accueil intéressé de son lectorat. Il n’est pas exagéré d’affirmer que cette revue a permis l’ascension de plusieurs auteurs importants afro-brésiliens contemporains.

2 Traduction libre : « L’enfant naquit un jour, beau et faible. Il survécut. Ses parents pleuraient, affligés. Natalina faillit mourir. Ses seins étaient vides, il n’y avait plus aucun vestige de lait pour allaiter le fils de l’autre. À sa grande satisfaction, les deux l’oublièrent. ».

3 Traduction libre : « Elle était heureuse. Son fils pouvait faire son apparition sur terre à tout moment. Elle avait hâte de regarder cet enfant et n’y voir la marque de personne, peut-être même pas la sienne. Elle était heureuse et seule avec elle-même. Elle se souvenait de Sá Praxedes et souriait. Sá Praxedes n’arriverait jamais à manger cet enfant. Un jour, alors qu’elle était encore une enfant, elle était partie de la ville où elle était née et avait fui de la vieille sage-femme. Récemment, elle était partie d’une autre ville pour fuir le compère d’un homme qu’elle avait tué. Elle savait que le danger existait, mais elle était heureuse. Elle allait bientôt accoucher d’un enfant qui avait été conçu dans les limites fragiles de la vie et de la mort. »

4 Traduction libre : « Cette fois-ci elle ne devait rien à personne. [...] Maintenant elle aurait un enfant qui ne serait qu’à elle, sans menace de père, de mère, de Sá Praxedes, de compagnon quelconque ou de patrons. Et elle devrait lui apprendre que la vie c’est vivre et mourir. C’est concevoir et tuer. »

5 Traduction libre : « La voix de mon arrière-grand-mère résonna lorsqu’elle n’était encore qu’une enfant, dans la cale du bateau. Elle fit l’écho des supplications d’une enfance perdue ».

6 Ici, nous employons afro-américains au sens large du terme, c’est-à-dire, les esclaves africains transportés aux Amérique.

7 Traduction libre : « La voix de ma grand-mère résonna une obéissance aux blancs-maîtres-du-monde. »

8 Traduction libre : « La voix de ma mère fit doucement résonner l’écho d’une révolte, du fin fond de la cuisine des autres, sous la pile de linge sale des blancs, par le chemin poussiéreux du retour à la favela. »

9 Traduction libre : « Ma voix résonne toujours, par des vers perplexes composés de rimes de sang et de faim. »

10 Traduction libre : « La voix de ma fille réunit toutes nos voix, réunit en elle-même, les voix muettes et silencieuses étouffées dans nos gorges. La voix de ma fille réunit en soi la parole et l’acte. Hier, aujourd’hui, l’instant présent. La résonnance se fera entendre dans la voix de ma fille. L’écho de vie-liberté. »

Topo da página

Para citar este artigo

Referência eletrónica

Pauline Champagnat, « Nouvelles perspectives dans la littérature brésilienne contemporaine : Vozes-Mulheres et Quantos filhos Natalina teve ? de Conceição Evaristo », Amerika [Online], 16 | 2017, posto online no dia 01 Julho 2017, consultado o 20 Novembro 2017. URL : http://amerika.revues.org/8096 ; DOI : 10.4000/amerika.8096

Topo da página

Autor

Pauline Champagnat

Université Rennes 2 / EA 4327 ERIMIT
pauline.champagnat@univ-rennes2.fr

Topo da página

Direitos de autor

© Tous droits réservés

Topo da página
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo ERIMIT - Equipe de recherche interlangues : mémoire, identités, territoires
  • Les cahiers de Revues.org