Navegación – Mapa del sitio
Dossier "Coup d'état en Argentine et Guerre des Malouines"
Coup d'État : militaires, résistants et artistes

Le coup avant le Coup : les luttes des enseignants pendant l’Operativo Independencia à Tucumán, 1975-1976

Antonio Ramos Ramírez

Resúmenes

Avant le commencement définitif de la dictature argentine auto-dénommée Proceso de Reorganización Nacional, les forces armées installant à Tucumán le laboratoire où pouvoir expérimenter le système répressif qui s’étendit dans tout le pays à partir de mars 1976. Le décret de l’Operativo Independencia mena aux militaires à « anéantir la subversion » dans la province, y compris la guérilla rurale de l’ERP et d’autres groupes armés, mais s’adressant avant tout, au propos de court-circuiter les possibles éléments de résistance articulés dans les organisations syndicales. Les enseignants, une fraction de travailleurs traditionnellement peu mobilisés, se trouvaient immergés dans un processus de prolétarisation dont sa manifestation à l’échelle régionale de Tucumán représenta l’Agremiación Tucumana de Educadores Provinciales (ATEP), porte-parole des enseignants de plus en plus politisés et combatifs. Le but de cet article est d’analyser les actions de contestation que les enseignants développèrent aux cours de ces treize mois de conflit et les résultats qu’ils parvinrent à réaliser.

Inicio de página

Texto completo

1. Introduction

  • 1 L’ATEP est un syndicat crée en 1949, sous le régime péroniste, qui aux cours de ses premiers années (...)

1À Tucumán, les premières victimes de la dictature furent deux maîtres d’école : Francisco Isauro et Arturo René Arancibia. Avant la levée du soleil, au petit matin, un groupe d’opérations de la police provinciale s’adressa au siège de l’Agremiación Tucumana de Educadores Provinciales (en suite, ATEP)1, ayant comme but de procéder à l’arrestation du président du syndicat, F. Isauro Arancibia, qui occupait la tête de l’organisation depuis 1958. Isauro, comme il était connu par tous, dormait dans une petite pièce du siège syndical et, cette nuit, probablement parce qu’ils craignirent le pire, Isauro était accompagné par son petit frère, comme lui, enseignant et militant syndical.

2Le peloton fut reçu par les tirs des deux vieux fusils de chasse qui tenaient les frères Arancibia. Après l’affrontement, au cours duquel les deux ont été assassinés, plus d’une centaine de coups de balle furent aperçus sur leurs corps.

3Dans la province la plus petite de l’Argentine, même si c’était une des plus bouleversées après la crise sociale résultante du démantèlement de la structure productive de l’agro-industrie sucrière en 1966, le premier objectif de la dictature fut un petit syndicat de maîtres d’école. Cependant, au milieu de l’impunité régnante, F. Isauro Arancibia n’avait pas été le premier dirigeant local à tomber sous le plomb. Quelques jours avant le coup d’État, Atilio Santillán, secrétaire général de la puissante Federación Obrera Tucumana de la Industria Azucarera (FOTIA) fut très probablement assassiné par de membres de la Triple A, l’organisation paramilitaire d’extrême droite impulsée par José López Rega, le ministre des Affaires Sociales (Bienestar Social) du gouvernement présidé, à partir de juillet 1974, par María Estela Martínez de Perón. Faisant part de son cortège funèbre, F. Isauro Arancibia reçut le dernier des messages anonymes, signé encore par la Triple A, en lui disant qu’il serait le prochain à subir le même sort.

4Au moment où les frères Arancibia furent assassinés, ils s’étaient déjà écoulés treize mois où Tucumán vivait en état d’exception. Cette suspension du régime de libertés démocratiques fut approuvée grâce au décret numéro 261, du 5 février 1975. Avec ce texte légal, la présidente du gouvernement et son cabinet habilitèrent le Commandement Général de l’Armée pour « procéder à exécuter les opérations militaires nécessaires aux effets de neutraliser et/ou anéantir les actions des éléments subversifs qui agissent à la province de Tucumán ».

5L’Operativo Independencia fut le cadre juridique qui, encore dans un contexte formellement démocratique, donna place à l’installation de la méthodologie répressive qui, peu après, s’élargit au reste de l’Argentine. C’est ainsi qu’on trouve le premier centre clandestin de détention du pays à l’école, la escuelita, de Famaillá, une petite ville au sud de la capitale provinciale. La escuelita, ainsi que les locaux de la Direction Supérieure de Police et l’Arsenal Militaire Miguel de Azcuénaga, furent le banc d’essai d’une opération sociopolitique destinée à extirper une partie de la société argentine. L’excuse de la présence de la compagnie de montagne Ramón Rosa Jiménez, un petit groupe d’une trentaine de combattants qui appartenaient à l’Armée Révolutionnaire du Peuple (ERP), favorisa qu’une partie des tucumanos aient considéré l’intervention militaire comme nécessaire. Cependant, comme les recherches en cours le démontrent, le plus important contingent de victimes de la répression de l’État est composé par de militants et dirigeants du syndicalisme sucrier. L’Operativo Independencia fut, pour autant, fondamentalement dirigé à court-circuiter la capacité organisationnelle du mouvement ouvrier de la province, dans le but d’empêcher les possibles éléments de résistance.

6Mais si, pour le cas de Tucumán, dire « les ouvriers » se transformait en synonyme de « travailleurs du sucre », il est nécessaire de rappeler que les enseignants, travailleurs de l’éducation, étaient en cours de subir une profonde mutation en tant qu’acteur collectif. Comme F. Orquera le souligna dans son ouvrage, Tucumán était « l’ardent jardin de la République » (Orquera, 2010) où, comme R. Pucci a décrit, la clôture des ingenios sucriers décrétée par la dictature de Juan Carlos Onanía en 1966, élagua le système social articulé au tour de l’ensemble agro-industriel de la canne à sucre (Pucci, 2007). De la même manière, l’union d’intérêts manifestée par les ouvriers et les étudiants à Tucumán a été explorée (Kotler, 2014 et Nassif, 2012), aux cours des Tucumanazos de 1970 et 1972, des journées de lutte qui ont éclatée comme conséquence de la profonde crise économique qui frappait à l’ensemble des travailleurs.

7Les enseignants, dans sa longue marche pour la construction de l’union syndicale nationale, passèrent de se regarder comme les apôtres laïcs de la civilisation à l’autodéfinition en tant que « travailleurs de l’éducation » (Balzuzzi et Vázquez, 2000). À l’intérieur de leurs luttes, il y apparaissait aussi bien les préoccupations d’ordre matérielle que l’opposition aux plusieurs essais de modifier le cadre légal du travail enseignant (M. Gudelevicius, 2011 ; Rodríguez, 2012). Dans ce processus de proletarianization des travailleurs de l’éducation (Donaire, 2012), la conséquence institutionnelle la plus remarquable fut la création de la Confederación de Trabajadores de la Educación de la República Argentina (en suite, CTERA), au congrès de Huerta Grande en septembre 1973, à travers laquelle les organisations que l’ont intégrée ont participée aux mobilisations à l’échelle nationale.

2. Les luttes des enseignants

8Après l’interruption que les vacances marquent pour au rythme scolaire, la vie quotidienne à Tucumán était déjà immergée dans les conditions que le pouvoir de facto imposait. L’état d’exception fut représenté, dans un premier temps, par le commandant de l’Operativo, le général Acdel Vilas, qui occupa le poste jusqu’à décembre 1975. L’arrivée de Vilas avait même été saluée par les dirigeants de la CGT régionale, les 62 Organizaciones et la FOTIA, en affirmant que les syndicats se sentaient pleinement identifiés avec la tache donnée aux forces armées (Crenzel, 2010 : 390). Ce ne fut le cas de l’ATEP, dont ses représentants ne participèrent pas des réunions accordées avec Vilas.

9Bien au contraire, à peine quelques semaines après le début de l’année académique, la première semaine d’avril, l’ATEP déclara le syndicat en état d’alerte, étape que normalement précédait l’appel à grève. En ce moment, le conflit plus important se trouvait en relation avec la rédaction du projet d’une nouvelle loi de l’éducation, de la part du gouvernement national. Les syndicats accusaient le ministre Óscar Ivanissevich de continuer avec un projet à caractère réactionnaire qui aurait pour but l’éradication de l’esprit de la loi 1.420 en vigueur, qui préconisait l’accès obligatoire et gratuit à l’éducation publique.

  • 2 Leurs demandes précises étaient : 1. Salaire initial minimal de 550.000 pesos viejos pour l’enseign (...)
  • 3 Suite au maintien de l’appel à la grève, le 26 juin, le gouvernement de la province publia dans la (...)

10C’est ainsi que l’ATEP décida d’adhérer la grève nationale qui avait été convoquée le 26 juin par la CTERA, comme un nouveau acte de contestation contre la dite réforme. CTERA avait appelée à cette journée de proteste après une réunion de sa direction, à laquelle ils étaient présents F. Isauro Arancibia et Julio Bulacio en représentation de l’ATEP2. Avant d’entamer cette voie, les membres de la CTERA avaient hésité pendant plusieurs semaines à cause du problème juridique qui signifiait le non reconnaissance de la personería gremial, procédure préalable à l’officialisation de la confédération comme représentant du collectif enseignant. Cette circonstance impliqua que le directeur de Relations de Travail déclare illégale la journée de grève3. Dans ce sens, le secrétaire d’Éducation du gouvernement national, Carlos Frattini, déclara :

  • 4 La Gaceta, 26/06/1975, p. 1

Llevamos bien señalados desde hace tiempo los antecedentes de este proceso para crear problemas al gobierno con huelgas docentes. […] Para la conducción educativa la huelga docente rompe un principio de la razón de ser del docente y de la escuela. […] Las huelgas docentes son incompatibles con la educación como la salud es incompatible con la enfermedad. Hasta 1950 no conocíamos una sola huelga docente, los docentes quieren trabajar. […] El solo anuncio de la huelga es un crimen de lesa majestad. Si un maestro hoy se ha despedido de sus alumnos hasta el viernes, ha hecho muy mal. Queremos que los maestros sean la primera prioridad en el país. Aquí no está en discusión lo que merecen los maestros sino los métodos. Los están utilizando para sus manejos personales y eso no es cristiano ni de argentino.4

  • 5 La FDT fonctionnait comme organisation de deuxième niveau qui regroupait les syndicats des enseigna (...)
  • 6 La Gaceta, 26/06/1976, p. 8

11Les représentants de Tucumán à la CTERA, à la fois délégués à Buenos Aires par désignation de la Fédération des Enseignants de Tucumán (en suite, FDT)5, répondirent aux déclarations de C. Frattini en lui demandant sa démission avec la publication d’un texte, ou l’on peut lire que les enseignants montraient leur « rejet d’une politique économique qui détermine une inflation irrépressible et l’augmentation du coût de la vie qui détériore le salaire de la classe ouvrière »6.

  • 7 La Gaceta, 11/08/1975, p. 5

12Un nouveau plan de lutte fut approuvé par la CTERA pour le mois d’août, qui consistait à la réalisation d’une grève de quarante-huit heures, le 12 et 13 août, suivis d’autres cessations d’activités de soixante-douze heures la troisième (19, 20 et 21 août) et la quatrième semaine (26, 27 et 28 août). Dans cette occasion, un des motifs à ajouter aux raisons de la mobilisation fut la démission du ministre Ivanissevich, ainsi que la dérogation de la résolution qui concéda à l’Unión del Docente Argentino (en suite, UDA) la personería gremial, et pourtant, la capacité de représentation collective cherchée par la CTERA7.

  • 8 Archive ATEP, Livre I, acte nº 112, 07/08/1975
  • 9 La Gaceta, 08/08/1975, p. 6

13On retrouve les répercussions locales à l’initiative de la CTERA à l’occasion de la célébration d’une assemblée de délégués de l’ATEP. Seulement trois écoles ne soutenaient pas le mouvement de force, tandis que la grande majorité des participants n’ont pas seulement montré leur conviction de participer de la main de la CTERA, mais aussi ils ajoutèrent qu’il n’était qu’une question salariale ce qui était en jeu, mais « la dignité des enseignants qui avait été insultée »8. En réaffirmant la position combative de l’ATEP, ses dirigeants déclarent que le plan de lutte se trouvait au milieu d’un vrai sentiment populaire, en accord avec la réalité socio-économique que le pays traversait, de la même manière qu’ils manifestèrent que « la lutte de la CTERA est encadrée dans l’exercice de la démocratie syndicale, opposée au syndicalisme qui réponds à une verticalité soumise au patronat »9.

  • 10 La Gaceta, 18-19/09/1975, p. 10
  • 11 La Gaceta, 22/09/1975, p. 9
  • 12 La Gaceta, 29/09/1975, p. 9

14Le mouvement augmenta encore sa pression avec une nouvelle mobilisation nationale lancée par la CTERA, cette fois ci pour les jours 17,18 et 23, 24 et 25 septembre, à laquelle l’ATEP participa à nouveau. Suite à la première journée de proteste, l’ATEP aussi bien que la FDT déclarèrent que le mouvement de force avait été suive massivement, dans les établissements publics aussi bien que dans les privés, à hauteur de 85 % de participation10. Cependant, le dimanche avant la nouvelle semaine de mobilisations, la CTERA décida de reporter les actions de force jusqu’au 27 septembre, en attendant les négociations qui avaient été reprises par les députés nationaux11. Le résultat des négociations matérialisa avec la réintégration de l’article 52 du Statut des Enseignants, ajoutant les âges minimaux pour pouvoir avoir accès à la retraite : 48 ans pour les femmes et 52 ans pour les hommes. Concernant les montants à percevoir, il fut accordé le 70 % de salaire, actualisé d’un 3 % annuel jusqu’à arriver au 80 % du salaire en activité professionnelle, comme les organisations syndicales le réclamaient. En vue de cet accord, le bilan d’ATEP fut positif, parce qu’il était considéré qu’avec le présent accord, les organisations des enseignants avaient réussi à satisfaire leurs aspirations, poursuivies aux cours de longues années de luttes syndicales12.

  • 13 Avec cette action, la CTERA essayait d’accélérer les solutions aux problèmes suivants : Paiement da (...)
  • 14 La Gaceta, 08/10/1975, p. 8
  • 15 Il est intéressant de reproduire intégralement l’extrait original de cette citation, parce qu’il co (...)

15Néanmoins, cette conquête était loin de mettre fin au conflit, ce qui résulta évident avec le nouvel appel à grève, faite pour le jeudi 9 octobre13. Pour sa part, la secrétaire générale de l’UDA à Tucumán, Gabina Valverdi, qui était contre la grève, demandait aux enseignants de participer : « aux sacré devoir d’enseigner, ce qui dignifie la mission éducatrice et répercute au progrès du pays, afin de faciliter la reconstruction nationale »14. En ce qui concernait l’administration publique, un des arguments contre la journée de grève, exprimé par le secrétaire de l’Éducation, Héctor Carrizo, insista sur l’idée qu’en vertu de la lutte contre l’analphabétisme, les enseignants ne pouvaient infliger plus de souffrances à l’enfance : « l’enfant de Tucumán nécessite de l’assistance permanent des maîtres d’école »15.

  • 16 En effet, les termes choisis par Arancibia furent catégoriques : "el Consejo de Educación está desg (...)

16La réponse de l’ATEP contredit les termes que le représentant gouvernemental avait transmis à la presse, accusé d’ignorer la réalité du monde éducatif. F. Isauro Arancibia insista également sur l’idée que les travailleurs de l’éducation ne faisaient que réclamer à l’État le respect des normes que l’État même s’était données. Arancibia rappela que le manque de réponse des institutions et le manque d’honnêteté du gouvernement éducatif était la responsabilité de l’administration et non pas de ses travailleurs16.

17Malgré toutes les pressions exercées par les syndicats enseignants, la maltraitance du gouvernement national continua au moment où une augmentation salariale de 150.000 pesos viejos fut décrétée pour les travailleurs de l’administration, en excluant aux enseignants.

18La dernière assemblée de l’ATEP avant le Coup de mars 1976 fut célébré dans le siège de la FOTIA. En ce moment, le bilan des mobilisations n’était pas positif. Le paiement de la dette rétroactive n’avait pas eu lieu, dont le moment était estimé à plus de 20.000 millions de pesos viejos. Aucune autre solution n’avait pas été trouvée concernant l’augmentation de 150.000 pesos viejos et l’ambiance oppressive du prologue de la dictature ne cessait pas d’augmenter.

3. L’explosion de la violence

  • 17 La Gaceta, 03/06/1975, p. 3

19Quelques jours après l’arrivée du deuxième comandant de l’Operativo Independencia, le général Antonio Domingo Bussi, F. Isauro Arancibia fut arrêté quand il conduisait sa camionnette sans le réglage de lumières adéquat et mis en garde à vue parce qu’il ne put pat payer l’amende qui lui avait été imposée. Son arrestation, loin d’être anecdotique, supposa la confirmation effective qui démontrait que les services d’intelligence des Forces Armées avaient parmi leurs objectifs au président de l’ATEP. Cependant, aux cours de ces derniers mois avant le Coup, malgré la pause de l’année scolaire qui réduisait l’activité syndicale, l’ATEP continua à protester pour la réparation de plusieurs établissements scolaires de campagne, ainsi que pour le paiement de la dette salariale cumulée. D’autant plus que, en raison d’un acte de défense de l’école publique, F. Isauro Aranciba s’adressa aux assistants en affirmant que « l’éducation doit être au service de la reconstruction et libération national et non pas au service d’intérêts sectaires et rétrogrades »17.

20La relève au commandement de l’Operativo se produisit en décembre 1975 et, en ce moment, les opérations de combat des Forces Armées avaient donné suite à la répression systématique de travailleurs, étudiants et militants politiques engagés. En janvier et février, les messages anonymes que F. Isauro Arancibia recevait ne cessaient pas d’arriver au siège de l’ATEP. Comme il paraît logique, F. Isauro Arancibia se montrait préoccupé, mais il décida de ne pas céder aux menaces et continuer à la tête de l’organisation.

21Les dernières heures de F. Isauro Arancibia montrent comment il était conscient du sort qui pouvait lui arriver, au même temps qu’il essayait de continuer avec ses responsabilités, apaisant ainsi la peur que ses compagnons de la commission directive sentent (Rosenzvaig, 2006).

4. Conclusions

22À Tucumán, le Coup d’État civil-militaire de mars 1976, fut avancé avec le décret de l’Operativo Independencia, mais il nécessita de la mort d’un maître d’école pour faire official le commencement de l’époque la plus sombre de l’Argentine contemporaine.

23Il n’est pas difficile à imaginer la commotion que l’assassinat du dirigeant de l’ATEP, figure emblématique de la province depuis vingt ans, supposa pour les militants du syndicat. Il est significatif que, à peine quelques semaines après sa disparition, le gouverneur de facto, Antonio D. Bussi, convoqua une réunion avec les enseignants de la province. Dans cet acte macabre, le criminel Bussi exhorta les enseignants à satisfaire ses obligations civiques.

  • 18 La Gaceta, 25/04/1976

Illustration : Antonio D. Bussi s’adressant à l’assemblée d’enseignants18

Illustration : Antonio D. Bussi s’adressant à l’assemblée d’enseignants18

24Si on regarde en arrière, les objectifs de l’ATEP dépassèrent largement les réduits intérêts sectoriels. La transformation expérimentée par les enseignants démontre que, même avec les conditions le plus difficiles, le compromis de lutte en quête d’une société plus juste et plus égalitaire ne fut pas abandonné. Quelque mois avant la tragédie, les propos de l’ATEP étaient exposés de la manière suivante :

  • 19 La Gaceta, 30/03/1975, p. 3

[Que] la política educacional se desarrolle en forma de servir los intereses generales del país y de sus masas populares, por encima de las limitaciones que imponen los intereses sectarios, empresariales, de grupos interesados no en un proceso de enseñanza en busca del fortalecimiento y elevación del nivel cultural del pueblo argentino, sino en beneficio material de sectores minoritarios, con una concepción clasista de la educación, contra el derecho natural de todos los habitantes del país.19

25La disparition de F. Isauro Arancibia et l’atroce répression de la dictature furent extrêmement nocives pour l’organisation, mais l’expérience accumulée aux cours de leurs luttes n’a pas été oublié, ce qui explique que, actuellement, les enseignants soient un collectif de travailleurs fortement mobilisé et solidement organisé.

26À Tucumán, la dictature commença avec l’assassinat de deux maîtres d’école, une métaphore tragique de la barbarie génocide commis contre le peuple argentin.

Inicio de página

Bibliografía

Archive ATEP, actes de réunion des assemblés ordinaires et extraordinaires de délégués, 1975-1976

La Gaceta, San Miguel de Tucumán, 1975-1976

Balduzzi, Juan et Vázquez, Silvia Andrea, De apóstoles a trabajadores. Luchas por la unidad sindical docente, 1975-1976, Buenos Aires : Ediciones CTERA, 2000

Crenzel, Emilio, « El Operativo Independencia en Tucumán », dans Orquera, Fabiola (Coord.), Ese ardiente jardín de la república, Córdoba : Alción, 2010, pp. 377-400

Donaire, Ricardo, Los docentes en el siglo XXI : ¿Empobrecidos o proletarizados ?, Buenos Aires : Siglo XXI Editores, 2012

Gudelevicius, Mariana, « La actuación política de los docentes primarios durante la ’Revolución Argentina’. Un análisis sobre características y alcances de la protesta gremial entre 1968 y 1972 », Nuevo Mundo Mundos Nuevos, marzo 2011. Disponible sur : http://nuevomundo.revues.org/61103 (Consulté le 02/11/2016)

Kotler, Rubén I., « La alianza obrero estudiantil como respuesta a la dictadura de 1966 en la periferia argentina : el caso de Tucumán », Clío, Revista de pesquisa histórica, nº 31,Vol., 2, 2014. Disponiblesur :http://www.revista.ufpe.br/revistaclio/index.php/revista/article/viewFile/360/197 (Consulté le 02/11/2016)

Nassif, Silvia G., Tucumanazos : una huella histórica de las luchas populares, 1969-1972, Tucumán : Universidad Nacional de Tucumán, 2012

Nassif, Silvia G., « Conflictos sociales protagonizados por obreros y estudiantes en Tucumán durante 1970 », Conflicto Social, Nº 5, 2011, pp. 175-200. Disponible sur : http://webiigg.sociales.uba.ar/conflictosocial/revista/05/10_nassif.pdf (Consulté le 02/11/2016)

Orquera, Fabiola (Coord.), Ese ardiente jardín de la República. Formación y desarticulación de un « campo » cultural : Tucumán, 1880-1975. Córdoba : Alción, 2010

Pisani, Alejandra et Jemio, Ana Sofía, « Memorias sobre el Operativo Independencia en Famaillá. Algunas reflexiones sobre los conceptos de memoria, ideología y conciencia de clase », Revista del Programa de investigaciones sobre Conflicto Social, Nº 6, UBA : Instituto de Investigaciones Gino Germani, pp. 170-184. Disponible sur : http://webiigg.sociales.uba.ar/conflictosocial/revista/jornadas/i/14_pisani.pdf (Consulté le 02/11/2016)

Pucci, Roberto, Historia de la destrucción de una provincia. Tucumán 1966, Buenos Aires : Ediciones del Pago Chico, 2007

Ramos Ramírez, Antonio, « Des craies et du sucre. La politisation du discours des travailleurs de l’éducation à Tucumán, 1966-1970 », Les Langues Néo-latines, publication en ligne de la Société des Langues Néo-Latines, http://neolatines.free.fr/wp/wp-content/uploads/Colloque-Grenoble-5.pdf (Consulté le 02/11/2016)

Ramos Ramírez, Antonio, « Entre ouvriers et intellectuels : l’expérience des premières années de l’ATEP, 1949-1955 », ALHIM Paris 8. Disponible sur : https://f.hypotheses.org/wp-content/blogs.dir/2414/files/2015/10/Ramos_Article-ATEP-JED-p %C3 %A9ronisme-1.pdf (Consulté le 02/11/2016)

Rosenzvaig, Eduardo, La oruga sobre el pizarrón, Buenos Aires : Colihue, 2006

Rodríguez, Laura Graciela, Civiles y militares en la última dictadura. Funcionarios y políticas educativas en la provincia de Buenos Aires (1976-1983), Rosario : Prohistoria, 2012

Inicio de página

Notas

1 L’ATEP est un syndicat crée en 1949, sous le régime péroniste, qui aux cours de ses premiers années eut comme objectif l’intégration des enseignants dans une structure représentative du parti au pouvoir. L’ATEP regroupait l’ensemble des enseignants primaires du système éducatif public de la province et, en 1973, compte avec plus de 4.000 adhérés. Après la chute du péronisme, suite au coup d’État de 1955, les activités syndicales furent suspendues et puis rétablies à partir de 1957, en donnant accès á la Commission Directive de l’ATEP à un groupe de militants de nature combative. Ce groupe, dirigé par F. Isauro Arancibia, prit en main l’organisation et accompagna une militance enseignante de plus en plus mobilisée. Pour en savoir plus : Ramos Ramírez, Antonio, « Entre ouvriers et intellectuels : l’expérience des premières années de l’ATEP, 1949-1955 », ALHIM Paris 8, https://f.hypotheses.org/wp-content/blogs.dir/2414/files/2015/10/Ramos_Article-ATEP-JED-p %C3 %A9ronisme-1.pdf

2 Leurs demandes précises étaient : 1. Salaire initial minimal de 550.000 pesos viejos pour l’enseignant ; 2. Respect de le Statut des Enseignants en matière de retraite ; 3. Rejet de la diminution de salaire de 3 % ; 4. Réincorporation de tous les enseignants qui avaient été expulsés du système éducatif en raison de la rationalisation de ressources ; 5. Remboursement des cotisations sociales et de santé aux enseignants ; 6. Reconnaissance de la CTERA comme l’organisation vraiment représentative des enseignants ; 7. Refus des insultes adressés aux enseignants par le ministre d’Éducation de la Nation, Dr. Óscar Ivanissevich. Dans : La Gaceta, 26/06/1975, p. 9

3 Suite au maintien de l’appel à la grève, le 26 juin, le gouvernement de la province publia dans la presse locale le décret suivant : "Toda adhesión al paro de orden nacional, declarado ilegal por la autoridad competente, será sancionado con el descuento de la remuneración correspondiente a esa fecha en caso de ausencia, que a ese efecto será considerada falta injustificada, aplicándose además las sanciones administrativas a que hubiere lugar, según la legislación vigente". Dans : La Gaceta, 26/06/1975, p. 9

4 La Gaceta, 26/06/1975, p. 1

5 La FDT fonctionnait comme organisation de deuxième niveau qui regroupait les syndicats des enseignants du primaire et secondaire.

6 La Gaceta, 26/06/1976, p. 8

7 La Gaceta, 11/08/1975, p. 5

8 Archive ATEP, Livre I, acte nº 112, 07/08/1975

9 La Gaceta, 08/08/1975, p. 6

10 La Gaceta, 18-19/09/1975, p. 10

11 La Gaceta, 22/09/1975, p. 9

12 La Gaceta, 29/09/1975, p. 9

13 Avec cette action, la CTERA essayait d’accélérer les solutions aux problèmes suivants : Paiement dans l’année en cours de toutes les augmentations salariales de façon rétroactive, à partir du 1er juin ; réincorporation de tous les enseignants expulsés du système éducatif et reconnaissance de la personería gremial pour la CTERA. Dans : La Gaceta, 06/10/1975, p. 8.

14 La Gaceta, 08/10/1975, p. 8

15 Il est intéressant de reproduire intégralement l’extrait original de cette citation, parce qu’il constitue un exemple extraordinaire de la conception réactionnaire tenue par le Secrétariat de l’Éducation, qui niait la condition de l’enseignant en tant que salarié, afin de sauvegarder sa dignité professionnelle qu’à travers le travail inconditionnel d’instruction. Ainsi, H. Carrizo déclara : "El niño tucumano necesita la asistencia permanente de los maestros. Esta asistencia significa, al margen de cualquier otra razón, acompañarle durante todo el transcurso del año escolar en los requerimientos de su formación. Esta formación que es humana e integral, es decir, que abarca todos los aspectos de su ser, en lo trascendente y en lo temporal, es la única razón de la existencia de la escuela en una sociedad. No asistir al niño y joven tucumano en su formación significa no haber comprendido la razón de ser de la escuela. En Tucumán, especialmente en ciertas formas, los índices de analfabetismo, de deserción, de retraso en la formación de los niños en edad escolar alcanza topes sólo comparables con ciertos países subdesarrollados, casi primitivos. El gobierno provincial, consciente de este grave fenómeno ha agenciado todos los instrumentos posibles para paliar esta degradante situación. Es un problema de todos y en esto el gobierno recibe la colaboración de todos. Pueblo y gobierno tucumanos reconstruyen la escuela pública. Basta abrir los ojos. Por todo lo dicho, cerrar las puertas de una escuela es primeramente incomprensible, y luego atentatorio contra la formación y el proceso educativo de casi doscientos mil niños, jóvenes y adultos tucumanos. Incrementar la ignorancia, el analfabetismo, no puede ser considerado –por quien piensa con honestidad- sino un acto de imprudencia cuando no de irresponsabilidad. La sociedad tucumana, los padres tucumanos, no pueden aceptar –porque piensan con honestidad- que las escuelas de formación de sus hijos cierren las puertas. Si existen problemas –y quien piensa honestamente los reconocerá como tales- éstos deben ser considerados como corresponde a gente honesta y responsable, en la mesa de tratativas. Pero la formación no puede frenarse. Alguien dijo, con exageración, que el culto del ausentismo se ha convertido en el culto del analfabetismo. Estas consideraciones sirven para ayer, para hoy y para todo tiempo. Sobre todo para el hoy tucumano : necesitamos menos ignorantes, más hombres formados y coherentes, menos desfasaje moral e intelectual. La Secretaría de Educación y Cultura exhorta a quienes tienen, en el ámbito provincial, la responsabilidad de la formación de los jóvenes tucumanos que dejen a estos jóvenes en todas las escuelas y en todas las aulas. La escuela según la ley, debe permanecer abierta. A todos los maestros les asiste el derecho al trabajo, y las inasistencias serán computadas según las normas vigentes”. Dans : La Gaceta, 08/10/19975, p. 8.

16 En effet, les termes choisis par Arancibia furent catégoriques : "el Consejo de Educación está desgobernado, engañándose al gobernador y al pueblo, y si el gobernador no está engañado, él es el responsable también de todo el desquicio educativo de los ineptos del Consejo". Dans : La Gaceta, 09/10/1975, p. 9

17 La Gaceta, 03/06/1975, p. 3

18 La Gaceta, 25/04/1976

19 La Gaceta, 30/03/1975, p. 3

Inicio de página

Índice de ilustraciones

Título Illustration : Antonio D. Bussi s’adressant à l’assemblée d’enseignants18
URL http://amerika.revues.org/docannexe/image/7759/img-1.jpg
Ficheros image/jpeg, 3,1M
Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Antonio Ramos Ramírez, « Le coup avant le Coup : les luttes des enseignants pendant l’Operativo Independencia à Tucumán, 1975-1976  », Amerika [En línea], 15 | 2016, Publicado el 15 diciembre 2016, consultado el 30 marzo 2017. URL : http://amerika.revues.org/7759 ; DOI : 10.4000/amerika.7759

Inicio de página

Autor

Antonio Ramos Ramírez

Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines/Université Paris-Saclay
antonioramos83@gmail.com

Inicio de página

Derechos de autor

© Tous droits réservés

Inicio de página
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo ERIMIT - Equipe de recherche interlangues : mémoire, identités, territoires
  • Les cahiers de Revues.org