Navigation – Plan du site
Comptes-rendus
Sciences sociales

Lida Clara, Pablo Yankelevich (comp.), Cultura y política del anarquismo en España e Iberoamérica – Thomas Llaguno, José Julián, La semilla que germina. Anarquismo, cultura política y nueva intelectualidad en Costa Rica (1900-1914) – Victor Muñoz Cortés, Sin Dios ni patrones. Historia, diversidad y conflitos del anarquismo en la región chilena (1890-1990)

México, El Colegio de México, 2012 – San José, Acracia Editores, 2012 – Valparaíso, Mar y Tierra Ediciones, 2013.
Joël Delhom
Référence(s) :

Lida Clara, Pablo Yankelevich (comp.), Cultura y política del anarquismo en España e Iberoamérica, México, El Colegio de México, 2012. – Thomas Llaguno, José Julián, La semilla que germina. Anarquismo, cultura política y nueva intelectualidad en Costa Rica (1900-1914), San José, Acracia editores, 2012. – Victor Muñoz Cortés, Sin Dios ni patrones. Historia, diversidad y conflitos del anarquismo en la región chilena (1890-1990), Valparaíso, Mar y Tierra ediciones, 2013.

Entrées d’index

Géographique :

Amérique latine
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Suriano, Juan, Anarquistas. Cultura y política libertaria en Buenos Aires, 1890-1910, Buenos Aires  (...)
  • 2 Clara E. Lida et Pablo Yankelevich (comp.), Cultura y política del anarquismo en España et Iberoamé (...)
  • 3 Dans l’ordre chronologique : Grez Toso, Sergio, Magno Espinoza. La pasión por el comunismo libertar (...)

1Y a-t-il un boom –sans mauvais jeu de mot– de la recherche latino-américaine sur l’anarchisme ? On peut se le demander tant celle-ci s’est considérablement enrichie ces deux dernières décennies. Après que Juan Suriano eut publié son Anarquistas1, qui fait aujourd’hui référence, rien qu’en Argentine entre 2007 et 2015, cinq journées d’étude furent organisées par le Centro de Documentación e Investigación de la Cultura de Izquierdas (CeDInCI) - Universidad Nacional de San Martín (UNSAM) et dans quelques semaines, du 26 au 28 octobre 2016, se tiendra le I Congreso Internacional de Investigadores sobre anarquismo organisé conjointement par le CeDInCI et l’Instituto de Altos Estudios (IDAES-UNSAM) à Buenos Aires (http://congresoanarquismo.cedinci.org/​). Au Mexique, Clara E. Lida et Pablo Yankelevich ont coordonné un séminaire au Colegio de México les 23 et 24 mars 2011, sur le thème « Culture et pratique de l’anarchisme, des origines à la Première guerre mondiale », qui a débouché l’année suivante sur la publication de l’ouvrage Cultura y política del anarquismo en España et Iberoamérica2. Quant au Chili, pas moins de sept monographies furent publiées entre 2011 et 2014 : trois biographies de militants, une anthologie d’articles de Manuel Rojas, deux synthèses et une étude d’un mouvement de protestation3. Bien sûr, de même qu’une hirondelle ne fait pas le printemps –bien qu’un seul arbre suffise parfois à cacher la forêt–, deux ou trois pays latino-américains ne font pas un mouvement et encore moins un sous-continent… Ceci dit, il y a peut-être là le germe d’une poussée durable, comme celle qu’on a pu observer en Espagne depuis les années 1990, et le signe d’un passage de témoin d’une génération à une autre.

  • 4 Grez Toso, Sergio, Los anarquistas y el movimiento obrero. La alborada de "la Idea" en Chile, 1893- (...)

2Je voudrais ici attirer l’attention sur deux monographies parues respectivement en 2012 et 2013 sous la plume de jeunes chercheurs. La première sur le Costa Rica, pays sur lequel il n’existe quasiment pas de travaux quant à l’influence exercée par le mouvement libertaire, est un travail d’histoire des idées politiques ; la seconde sur le Chili, qu’un ouvrage de l’historien Sergio Grez Toso avait déjà admirablement traité en 20074, s’ancre dans l’histoire sociale. Mais, auparavant, je présenterai les contributions portant sur plusieurs pays d’Amérique latine de l’ouvrage collectif coordonné par Clara E. Lida et Pablo Yankelevich en 2012.

  • 5 Les contributions dont nous ne parlerons pas ici sont : Morales Muñoz, Manuel, « Rituales, símbolos (...)

3Cultura y política del anarquismo en España et Iberoamérica (México D.F. : El Colegio de México, 2012, 328 p.) rassemble cinq études consacrées à l’Amérique latine sur les huit de l’ouvrage5. Dans « Las prácticas culturales del anarquismo argentino » (p. 145-174), Juan Suriano, à travers l’étude des Cercles ouvriers, s’intéresse à l’objectif culturel complémentaire à la lutte syndicale et les difficultés rencontrées dans sa mise en œuvre dans une Argentine à divers égards fragmentée et mouvante. Il s’agissait d’un projet universaliste d’éducation et de transformation de l’individu à long terme, pour construire une société sans oppression, qui entrait en conflit avec l’aspiration des travailleurs à une ascension sociale rapide et les stratégies étatiques d’intégration nationale au moyen, par exemple, de l’école publique, obligatoire et gratuite. La contribution suivante, « El anarquismo y la cultura de las clases y minorías subalternas en el Perú » (p. 175-217), de Ricardo Melgar Bao insiste aussi sur l’hétérogénéité et les paradoxes du mouvement anarchiste avant 1919 dans ce pays andin, son caractère urbain, la place faite aux femmes, la perception des indigènes, des afro-descendants et des asiatiques, en prenant en compte leurs répercussions sur la lutte syndicale. La convergence des imaginaires rebelles indigène et anarchiste a permis l’andinisation de ce courant idéologique exogène. Pour sa part, Amparo Sánchez Cobos, dans « Sociabilidad anarquista y configuración de la identidad obrera en Cuba tras la Independencia » (p. 219-258), confronte l’essor de l’anarchisme à la construction de l’identité nationale à un moment de passage d’une colonialité abolie vis-à-vis de l’Espagne à une dépendance croissante à l’égard des États-Unis. Là aussi les conflits raciaux entre militants d’origine espagnole et travailleurs noirs cubains furent difficiles à surmonter. L’approche est centrée sur trois moments de la sociabilité anarchiste, le temps du travail, le temps de l’éducation et le temps des loisirs. C’est aussi de la manière dont l’anarchisme chilien a pris en charge le temps libre des classes populaires dont s’occupe Sergio Grez Toso dans « Resistencia cultural anarquista : poesía, canto y dramaturgia en Chile, 1895-1918 ». Il étudie la contreculture développée au moyen de ces expressions artistiques et souligne les différences entre ces pratiques au Chili, notamment la production musicale et dramaturgique, et dans d’autres pays du continent. Enfin, « Acerca del militante anarquista : sensibilidad, cultura y ética política. São Paulo y Río de Janeiro, 1890-1920 » de Jacy Alves de Seixas, analyse les représentations de la subjectivité politique du militant anarchiste et la pluralité des processus de formation des cadres au Brésil, où les différences ethniques et culturelles jouent aussi un rôle central. Elle met en exergue l’importance de l’exemplarité de l’action autonome du militant qui lui permet de devenir un modèle et donc un leader naturel et respecté. Le briseur de grève apparaît comme le pôle opposé de cette construction identitaire. Ce bel ouvrage collectif, qui présente une abondante bibliographie, renouvelle et enrichit considérablement notre connaissance de la diversité de l’anarchisme dans ses spécificités nationales, sans pour autant perdre de vue l’une de ses matrices principales, l’Espagne.

4Le petit livre de José Julián Llaguno Thomas, La semilla que germina. Anarquismo, cultura política y nueva intelectualidad en Costa Rica (1900-1914) (San José : Acracia Editores, 2012, 191 p.) est tiré de sa thèse en sciences politiques soutenue en 2010 à l’Université du Costa Rica, mais comme il répond à un objectif de divulgation de la recherche, il a été quelque peu allégé. Si en tant que chercheur on peut le regretter, il est certainement louable de porter à la connaissance d’un plus large public le fruit du travail universitaire. Trois parties structurent cette étude. La première, intitulée « Orden y progreso : las grietas del liberalismo en Costa Rica (1900-1914) » propose au lecteur le panorama idéologique dominant contre lequel l’anarchisme va tenter de se poser en alternative. Le libéralisme est lui-même tiraillé entre deux courants incarnés par la Generación del Olimpo, pour sa version orthodoxe au pouvoir, et la Nueva Intelectualidad, plus radical et socialisant, qui remet en question le dogme hégémonique. La deuxième partie, « La Idea llega a Costa Rica : exponentes, tendencias y proyecto común (1900-1910) », souligne le rôle de l’immigration ouvrière espagnole (Vicente Lines, Avelino Alsina, Andrés Borrasé, José Faja, Ricardo Falcó, Juan Vera, Francisco Lloret), catalane tout particulièrement, dans la diffusion des idées anarchistes et leur progressive cristallisation dans une certaine diversité conceptuelle parmi des intellectuels et des artistes nationaux de la Nueva Intelectualidad (Joaquín García Monge, Elías Jiménez Rojas, Roberto Brenes Mesén, Billo Zeledón, Omar Dengo, José María Zeledón, Carmen Lyra…), également influencés par des écrivains tels que Zola et Tolstoï ou encore par certains événements sociopolitiques internationaux (affaire Dreyfus, Révolution russe, exécution de Francisco Ferrer Guardia à Barcelone, Révolution mexicaine, etc.). Les articles publiés dans la presse (Vida y Verdad, La Aurora, Sanción, Cultura) sont ici analysés du point de vue doctrinal et l’auteur observe une « tensión entre un proyecto institucional/profesional y otro contra-institucional/militante. Esto se resume por un lado, en el papel que juegan los intelectuales en la vida pública del país, laborando como educadores, artistas y funcionarios del sector estatal –en donde mantienen una lucha a lo interno de la institución–. Por otro lado, desarrollan una labor fuera de la institución estatal como periodistas, escritores y educadores populares » (p. 107). D’où découlent certaines divergences et des ruptures internes à cette génération (séparation de Roberto Brenes Mesén, entré au gouvernement). Enfin la dernière partie, « Los años de cosecha : el Centro de Estudios Sociales Germinal (1911-1914) », étudie comment un certain nombre d’intellectuels tentent, notamment au moyen de la très internationale revue Renovación, co-dirigée par le poète José María Zeledón et l’anarchiste espagnol Anselmo Lorenzo Aspillaga, mais aussi de Germinal, Hoja Obrera et La Aurora Social, d’articuler l’idéologie libertaire qu’ils professent aux luttes du mouvement ouvrier pour élaborer un projet social et culturel alternatif. Le lieu de la confluence entre intellectuels et ouvriers ou artisans est le Centro de Estudios Sociales Germinal fondé en 1912 à San José. C’est ainsi qu’est célébré pour la première fois en 1913 le Premier mai et que trois mois plus tôt, en janvier, est créée la Confederación General de Trabajadores (CGT), dont l’orientation anarchosyndicaliste reste à confirmer et qui restera active jusqu’en 1923. L’ouvrage s’achève par l’identification des causes du déclin anarchiste au Costa Rica, notamment la captation d’un certain nombre de ces intellectuels radicaux par le gouvernement réformiste d’Alfredo González Flores et la division internationale du mouvement libertaire sur la question de la Grande Guerre. L’auteur considère que l’anarchisme costaricien se distingue par une moindre référence à la violence que dans d’autre régions du monde : « […] a pesar de existir rasgos que invocan al rompimiento violento del orden social, predomina el discurso evolucionista y pacifista, por lo menos en el sector intelectual » (p. 165). Quelques pistes pour des recherches complémentaires sont signalées en conclusion. Trois annexes recensent les publications anarchistes reçues et/ou vendues au Costa Rica. Bien que la frontière entre libéralisme radical et anarchisme ne soit pas toujours bien nette chez ces propagandistes costariciens, l’étude de José Julián Llaguno a le mérite de mettre en lumière les passages du premier vers le second et la volonté d’une partie de la classe moyenne éduquée de contribuer à l’émergence de la classe populaire comme acteur sociopolitique. L’absence de travaux sur d’autres pays d’Amérique centrale rend malheureusement impossible les comparaisons régionales.

  • 6 Muñoz Cortés, Víctor, Armando Triviño : Wobblie. Hombres, ideas y problemas del anarquismo en los a (...)

5En revanche, le Chili est une terre qui commence à être déjà bien labourée, notamment par des chercheurs formés par Sergio Grez Toso à l’Universidad de Santiago de Chile. C’est le cas de Víctor Muñoz Cortés, qui avait déjà publié la biographie d’Armando Triviño avec une anthologie de ses écrits en 20096. Mais dans Sin Dios ni patrones. Historia, diversidad y conflictos del anarquismo en la región chilena (1890-1990) (Valparaíso : Mar y Tierra Ediciones, 2013, 331 p.) c’est à une tâche d’une tout autre ampleur qu’il s’est attelé : « Este libro – écrit l’auteur – no pretende ser una historia total del anarquismo en la región chilena, pero sí aspira a dar una imagen más completa de la que se tiene hasta el momento » (p. 181). Et le résultat est concluant : malgré plus de neuf cents notes, une abondante bibliographie et la densité de l’information, la synthèse qu’il livre reste claire et agréable à lire. Cependant, en raison de la structure du livre, on a parfois une impression de répétition ou du moins de revenir en arrière dans une temporalité déjà étudiée sous un autre angle. La première des trois parties, intitulée « Un hilo negro en el relato nacional (1890-1990) » inscrit le mouvement libertaire dans le contexte historique chilien et déroule chronologiquement en neuf brefs chapitres ses avancées et ses reculs. La deuxième partie, « De los Oficios y las Ideas. Desarrollo del anarcosindicalismo en la región chilena » se concentre sur l’anarcho-syndicalisme dans ses successives phases d’organisation (origines, International Workers of the World, Federación Obrera Regional de Chile, Confederación General de Trabajadores, Central Única de Trabajadores) avant de passer en revue les différents corps de métiers où il fut prépondérant (dockers et marins, boulangers, ouvriers du bâtiment, cordonniers et typographes). La dernière partie, « El árbol de la Anarquía. Diversidad de intereses y conflictos del movimiento libertario », s’intéresse aux manifestations culturelles (pédagogie, littérature, théâtre) et à des aspects tels que la question paysanne et indigène, le logement et les mouvements de quartier, la santé, le corps et la nature, l’antifascisme et la solidarité avec les révolutionnaires espagnols ou encore le mouvement anarchiste lui-même dans ses velléités de recherche d’unité. En somme, c’est la diversité de l’influence libertaire qui est ici mise à l’honneur. L’auteur explique le déclin du mouvement par la répression systématique et l’adoption de lois sociales durant la seconde moitié des années vingt : « (…) el auge del anarcosindicalismo se dio cuando las relaciones entre el capital y el trabajo no estaban mayormente medidas por el Estado. (…) Sin embargo, cuando el Estado comenzó a intervenir, a señalarse como entidad “defensora” de la masa productora, el discurso libertario perdió efectividad (…) ». Une des originalités de ce travail est d’analyser aussi la période la moins étudiée de l’anarchisme chilien, celle postérieure à 1927. En effet, entre 1931 et 1942, il y eut un nouvel essor, suivi d’un ultime reflux. Encore que l’auteur croit percevoir une renaissance depuis la fin des années 1980... L’ouvrage comprend trois annexes très utiles qui présentent une liste des organisations par villes, une liste des publications libertaires de 1893 à 1973 et enfin un résumé partiel des grèves menées par les anarcho-syndicalistes de 1931 à 1947, année par année.

6Il serait vain de chercher à comparer des ouvrages aussi différents sur des pays qui ne le sont pas moins. Leur lecture, toutefois, permet d’observer des traits communs dans la diffusion de l’idéologie anarchiste, sa diversité, son apogée et son déclin. Le rejet contemporain par une grande partie de nos sociétés d’une certaine manière de faire de la politique – en professionnel rompu et corrompu – en excluant les citoyens de la prise de décision explique peut-être ce regain d’intérêt pour un mouvement qui a été capable d’organiser les travailleurs en force autonome à l’aube du XXe siècle, leur a permis d’arracher des conquêtes sociales aujourd’hui remises en causes par le néolibéralisme financier dominant, et qui a porté une utopie d’égalité et de justice dans le respect de la dignité de tous, sans distinction de sexe ou de couleur. Quoi qu’il en soit, si boom il y a, on ne peut que s’en féliciter. Si les travaux sur le Cône sud, le Brésil et le Mexique sont déjà nombreux ; la recherche est encore balbutiante dans les pays andins ; et quasiment tout reste à faire en Amérique centrale. Compañeros, ¡manos a la obra !

Haut de page

Notes

1 Suriano, Juan, Anarquistas. Cultura y política libertaria en Buenos Aires, 1890-1910, Buenos Aires : Manantial, 2001, 361 p.

2 Clara E. Lida et Pablo Yankelevich (comp.), Cultura y política del anarquismo en España et Iberoamérica, México D.F. : El Colegio de México, 2012, 328 p. Les interventions du séminaire sont disponibles sur http://catedramex-esp.colmex.mx/index.php/13-textos-del-encuentro-cultura-y-practica-del-anarquismo-desde-sus-origenes-hasta-la-primera-guerra-mundial

3 Dans l’ordre chronologique : Grez Toso, Sergio, Magno Espinoza. La pasión por el comunismo libertario, Santiago de Chile : Ed. USACH, 2011, 107 p. ; Rojas, Manuel, Un joven en La Batalla. Textos publicados en el periódico anarquista La Batalla, 1912-1915, compilación y estudio de Jorge Guerra Carreño, Santiago de Chile : Ed. LOM, 2012, 124 p. ; Muñoz Cortés, Víctor, Cuando la patria mata. La historia del anarquista Julio Rebosio (1914-1920), Santiago de Chile : Ed. USACH, 2012, 120 p. ; Allende, Sebastián, Entre zapatos, libros y serruchos. Anarquismo y anarcosindicalismo en Chile (1920-1955), pról. de Carlos Penelas, [¿Santiago de Chile ? : éd. de l’auteur], 2013, 162 p. ; Muñoz Cortés, Víctor, Sin Dios ni patrones. Historia, diversidad y conflictos del anarquismo en la región chilena (1890-1990), Valparaíso : Mar y Tierra Ediciones, 2013, 331 p. ; Godoy Sepúlveda, Eduardo Andrés, La huelga del mono. Los anarquistas y las movilizaciones contra el retrato obligatorio (Valparaíso, 1913), Santiago de Chile : Quimantú, 2014, 210 p. ; et enfin du même auteur, Juan Segundo Montoya. La consecuencia de un anarcosindicalista y naturista libertario en Chile, Santiago de Chile : Ed. USACH, 2014, 167 p.

4 Grez Toso, Sergio, Los anarquistas y el movimiento obrero. La alborada de "la Idea" en Chile, 1893-1915, Santiago de Chile : Lom Ediciones, 2007, 436 p.

5 Les contributions dont nous ne parlerons pas ici sont : Morales Muñoz, Manuel, « Rituales, símbolos y valores en el anarquismo español, 1870-1910 » (p. 27-61) ; Lida, Clara E., « Organización, cultura y prácticas políticas del anarquismo español en la clandestinidad, 1873-1881 » (p. 63-93) ; et Girón Sierra, Álvaro, « Una historia contada de otra manera : librepensamiento y “darwinismos” anarquistas en Barcelona, 1869-1910 » (p. 95-143).

6 Muñoz Cortés, Víctor, Armando Triviño : Wobblie. Hombres, ideas y problemas del anarquismo en los años veinte. Vida y escritos de un libertario criollo, Santiago de Chile : Editorial Quimantú, 2009, 140 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Joël Delhom, « Lida Clara, Pablo Yankelevich (comp.), Cultura y política del anarquismo en España e Iberoamérica – Thomas Llaguno, José Julián, La semilla que germina. Anarquismo, cultura política y nueva intelectualidad en Costa Rica (1900-1914) – Victor Muñoz Cortés, Sin Dios ni patrones. Historia, diversidad y conflitos del anarquismo en la región chilena (1890-1990)  », Amerika [En ligne], 14 | 2016, mis en ligne le 15 juin 2016, consulté le 27 juin 2017. URL : http://amerika.revues.org/7180

Haut de page

Auteur

Joël Delhom

Université de Bretagne-Sud

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo ERIMIT - Equipe de recherche interlangues : mémoire, identités, territoires
  • Les cahiers de Revues.org