Navigation – Plan du site
Comptes-rendus
Littérature

Néstor Ponce, La palabra sin límites

Buenos Aires, El Suri Porfiado, 2014
Jean Marie Lassus
Référence(s) :

Nestor Ponce, La palabra sin límites, Buenos Aires, El Suri Porfiado, 2014.

Entrées d’index

Mots-clés :

poésie

Géographique :

Argentine
Haut de page

Texte intégral

1Tout en laissant libre cours au langage sous toutes ses formes, les poèmes de Néstor Ponce réunis sous le titre La palabra sin límites, recueillent la mémoire d’événements personnels liés à l’histoire récente de l’Argentine. Le dernier poème du recueil, Poéticas, qui s’intitule « Solitario », évoque un vieux poète qui par une nuit d’orage invente un alphabet qui bouleversera l’ordre des lettres afin de créer un nouveau langage

(…) indubitablement plus musical

et politiquement incorrect

qui montre qu’il n’existe pas de frontières

de chaînes de tiroirs en acier ou de numerus clausus

pour la poésie

2Ce final est à l’image d‘un recueil qui mêle humour et gravité : « Solitario » est en effet – en accord avec ce qu’il désigne- le seul poème de la dernière « section » du recueil intitulée « Poétique ». Les quatre autres sont consacrées à divers domaines – culinaires, économiques, médicaux, sportifs- et regroupent des poèmes qui ont trait au corps -humain et social-. Grâce au pouvoir illimité des mots, affirmé dès le titre, Néstor Ponce réussit ce tour de force de donner un droit de cité poétique à des activités qui en sont généralement exclues. A fortiori lorsque ces poèmes liés à la grande comme à la petite histoire évoquent aussi un passé douloureux et personnel : l’enfance, l’amour, l’amitié, la politique et les fins de mois difficiles de l’exil.

3Après le coup d’Etat du 24 mars 1976 et l’instauration d’une dictature militaire, plusieurs proches de Néstor Ponce seront enlevés par les militaires et l’auteur poursuivra son activité militante d’opposition dans la clandestinité avant de s’expatrier au Brésil en 1978, où il continuera son activité littéraire auprès d’autres exilés argentins et uruguayens en attendant de rejoindre la France. Les poèmes de La palabra sin límites se font l’écho d’événements liés à cette histoire, jusqu’à une époque plus contemporaine, et donnent un sens au choix des thèmes abordés. On pourra ainsi voir dans ce dernier poème un clin d’œil au premier roman publié par Osvaldo Soriano, grand ami de l’auteur, ancien joueur de football et lui aussi exilé politique : Triste, solitario y final (Je ne vous dis pas adieu, 1973). Sur un registre plus personnel, les poèmes de la première section me rappellent ce que les compagnons d’exil de l’auteur ayant dû fuir la dictature avant d’être accueillis en France me confiaient de leurs activités quotidiennes lorsque je leur demandais où ils avaient appris à si bien cuisiner : leur réponse fut que l’art culinaire était alors une activité qui aidait à passer le temps en oubliant ces situations difficiles. On se souviendra aussi que le premier roman de Néstor Ponce, El intérprete (1998, prix Fondo Nacional de las Artes), avait déjà consacré plusieurs pages à la préparation d’un dîner.

4La palabra sin límites mêle ainsi le quotidien à l’histoire en dépassant toujours le cadre de la résignation. Dans l’un des poèmes consacrés au sport, l’auteur déclare aimer ces chants sportifs qui bravent les interdits. Il se se rappelle qu’on entonnait pendant les matches la marche péroniste à une époque où « le décret 4161 » interdisait de prononcer le nom de Perón, avant de transformer son texte en un poème d’amour :

J’ai toujours aimé les choses interdites

inaccessibles

comme tes yeux de menthe et de miel

et tes cheveux sur ma poitrine

5Comme ces intertextualités que l’on retrouve dans d’autres poèmes de Néstor Ponce, notamment les barres obliques inventées par l’argentin Juan Gelman (1930-2014) -autre grand poète de l’exil-, il existe une mémoire interne de La palabra sin límites, où certaines expressions récurrentes permettent de suivre un fil intérieur qui résiste au quotidien le plus implacable : comme la menthe et le miel indissociables de l’évocation de la femme aimée, et qui protègent aussi des maladies ; les subterfuges pour déjouer la faim dans les périodes de privations en inventant « des simulacres de repas » ; ou encore l’attitude du retraité frappé de plein fouet par la crise économique et exposé au cynisme des banquiers, mais qui lorsqu’il fait la queue à la banque n’oublie pas de caresser la tête d’un petit chien abandonné. Autant de stratégies de résistance au mal sous toutes ses formes, évoquées avec une tendresse et un humour d’autant plus forts qu’ils sont sans commune mesure avec une réalité vertigineuse. Mais une réalité transcendée par le verbe poétique, tout en mêlant plusieurs registres de langue.

6Si le dernier poème du recueil évoque la solitude, le premier, « Pulpo a la gallega » - poulpe à la galicienne- est celui des retrouvailles avec des Argentins qui en raison de la crise économique qui a frappé leur pays au début des années 2000 a provoqué de nombreux retours vers l’Espagne. Les demandes de titres de séjour des « Gallegos » - ou Galiciens, surnom donné aux Espagnols en Argentine- auraient été depuis multipliées par trois en raison d’un chômage qui frappe plus de 25 % de la population. Ce premier poème est un hommage à ces exilés de la crise économique autant qu’un chant d’amour à une Galice que l’auteur n’avait fait qu’imaginer jusqu’alors. Il y rencontre par hasard des compatriotes « qui sont retournés au pays » et qui lui demandent s’il est Argentin « avec des larmes dans les tentacules » avant de chanter tangos et milongas avec lui.

Il était minuit et je rentrais

à travers les rues de Lugo

je sentais comme une muraille qui libérait mon âme

des dictateurs romains

7Les poèmes de La palabra sin límites, à travers lesquels la parole poétique se fait le réceptacle de la mémoire, ouvrent aussi le cœur et l’imagination. A déguster lentement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Marie Lassus, « Néstor Ponce, La palabra sin límites », Amerika [En ligne], 14 | 2016, mis en ligne le 15 juin 2016, consulté le 23 mars 2017. URL : http://amerika.revues.org/7170

Haut de page

Auteur

Jean Marie Lassus

Université de Nantes

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo ERIMIT - Equipe de recherche interlangues : mémoire, identités, territoires
  • Les cahiers de Revues.org