Navigation – Plan du site

Goooaal

La politique du football dans Des morts qui dérangent (2006) par le sous-commandant Marcos et Paco Ignacio Taibo II
Kristine Vanden Berghe

Résumés

Le roman Les morts qui dérangent écrit par le Sous-commandant Marcos et Paco Ignacio Taibo II, inclut une scène qui décrit une rencontre de football entre les habitants indiens locaux du Chiapas et les observateurs internationaux sympathisants de la cause zapatiste. Cette scène peut être interprétée de différentes façons. Métaphore de la lutte au Chiapas entre les Zapatistes et le gouvernement, elle est en même temps mise en abyme de l’histoire racontée dans le roman qui est, comme la rencontre de foot, une histoire de deux bandes adversaires dont l’une essaye d’occuper le terrain de l’autre. En plus, elle est à l’image de l’acte même de l’écriture et plus spécifiquement de la collaboration entre les deux auteurs. Dans l’autre texte qui inaugure le retour des zapatistes sur la scène politique en 2005, Marcos recourt également à l’imaginaire du football. En le faisant, il entre sur un des terrains privilégiés de l’affirmation de l’identité collective mexicaine et il présente l’Armée Zapatiste comme populaire par excellence, puisqu’elle partage avec les intégrants de la nation, un des repères les plus importants de la culture du pays. Mais, comme le football est également le plus universel des divertissements populaires, l’imaginaire utilisé est aussi susceptible de susciter la sympathie d’un public international.

Haut de page

Texte intégral

La mejor forma de adquirir temple ante la adversidad es ser hincha de un club perdedor.
Adolfo Bioy Casares

  • 1  En France il parut comme feuilleton dans Libération en 2005 et comme roman en 2006 chez Payot et R (...)

1Des morts qui dérangent, roman écrit par le porte-parole de l’EZLN, le Sous-commandant Marcos, et l’auteur mexicain de romans policiers Paco Ignacio Taibo II, parut en 2005 sous forme de livre après avoir été publié d’abord comme feuilleton dans le journal mexicain La Jornada 1.

2Dans le troisième chapitre, impair et donc écrit par Marcos (Taibo II rédige les chapitres pairs), un nouveau personnage prend la parole et commence par se présenter lui-même :

« Ce n’est pas moi l’assassin […] je ne suis pas non plus le majordome. Je crois qu’il vaut mieux le dire d’entrée parce que vous savez bien que souvent dans les polars, l’assassin c’est le majordome » (Morts, p. 35).

  • 2  Voir Orejas 2003.

3Bien que, dans cette présentation, le narrateur marque clairement une distance entre « son » roman et le genre du policier, de façon paradoxale, ce même commentaire, par son caractère métafictionnel, intègre le roman dans une tendance très dominante du roman policier actuel2. Le narrateur se demande ensuite ce qu’il fait dans ce roman (Morts, p. 37), une question à laquelle il reçoit une réponse un peu plus tard quand une voix anonyme lui communique qu’il s’agit d’une erreur regrettable (Morts, p. 39).

  • 3  Je n’analyserai donc pas le roman dans sa totalité mais je me concentrerai seulement sur un aspect (...)
  • 4  Ibid.

4Cette contribution se propose d’expliquer le pourquoi de cette « erreur »3. Une des réponses se loge dans les termes utilisés par le narrateur pour compléter son autoportrait : « En revanche, j’ai été gardien. Non, pas d’immeubles, gardien de but »4. Le narrateur-personnage égaré dans ces pages, un gardien de but au Chiapas, permet à son auteur Marcos d’introduire une rencontre de football. La représentation de ce match de foot, expression populaire par excellence au Mexique, a des objectifs littéraires et politiques. En premier lieu, la description de la rencontre présente des parallélismes avec les descriptions de la lutte indienne que nous trouvons dans les communiqués zapatistes. Ainsi, dans le roman le jeu de football se présente comme une métaphore littéraire de la guerre entre l’armée zapatiste et le gouvernement mexicain. Deuxièmement, en attirant l’attention sur certains parallélismes entre le match et la trame du roman, j’argumenterai que la scène footballistique fonctionne également comme une mise en abyme de celui-ci. En troisième lieu, nous passerons au niveau de l’acte d’écriture proprement dit, afin d’illustrer que les références au football dans le roman peuvent être lues comme un commentaire méta-littéraire implicite qui renvoie à l’écriture du roman lui-même. Finalement, je me demanderai si avec ce roman, le sous-commandant Marcos a marqué un but contre ses principaux adversaires.


***

5Dans le roman, de nombreux aspects du match de football suggèrent que celui-ci soit lu comme une métaphore de la situation des communautés indiennes et de la lutte zapatiste.

« J’ai quelquefois joué à ce poste dans les matchs de football organisés au caracol de la Garrucha. Les premières fois, je ne comprenais pas de quoi il était question, parce que tous les dimanches, après la prière à l’église, les enfants étaient tout excités pendant que les adultes discutaient en tzeltal. Tout ce que je comprenais, c’était quand ils disaient « campeurs, zapatistes », avant de se diriger tous vers le terrain. Du lundi au samedi, c’est un pré mais les dimanches, il se transforme en terrain de foot. Comme si elles savaient que c’était dimanche, les vaches quittent toutes seules le pré qui est complètement miné par les bouses. Certains des villageois arrivent alors en portant les bancs de l’église et de l’école et construisent une sorte de tribune improvisée. Le champ qui sert de terrain de foot est sur le flanc d’une colline, de sorte qu’un des buts est situé plus haut que l’autre, ce qui offre un avantage évident à l’équipe qui joue « en haut ». Mais le changement de côté à la mi-temps rétablit l’équilibre. Enfin, c’est ce qu’on suppose. » (Morts, p.36)

6Les préparatifs de la rencontre signalent au passage l’échange d’objets qui appartiennent à des domaines différents : religion, travail, agriculture, enseignement, sports. Les communautés indiennes, comme l’indiquent la transformation des espaces ainsi que le transfert spontané d’objets, fonctionnent sur le mode harmonieux et ne connaissent pas l’autonomie des sphères telle que la pratiquent les sociétés occidentales. La réutilisation des objets est aussi un indice de la pauvreté de ces mêmes communautés. Ce manque de moyens, néanmoins, ne pose pas de problème puisque les habitants y réagissent pleins de joie en déployant leur créativité. Or, ce déplacement d’objets et les affectations différentes d’un même espace évoquent fortement l’image de l’armée zapatiste quand celle-ci est entrée, en janvier 1994, dans différents villages du Chiapas. Grande était alors la surprise des observateurs quand ils constatèrent que les combattants étaient armés de bouts de bois ou de coutelas. Outils de travail ou objets trouvés recevaient à ce moment un autre destin et, en plus, attiraient l’attention sur le manque de moyens auquel les zapatistes étaient confrontés.

  • 5  Voir Vanden Berghe 2005, p. 151.

7Il est surprenant que, au milieu de cette économie de survie, les Indiens continuent à réserver une place tellement importante au jeu. Le roman répète ainsi un motif très présent dans les récits antérieurs de Marcos qui avait l’habitude de se représenter en train de faire des avions de papier pour les lancer du haut d’un arbre5. Cette image est d’ailleurs reprise par Taibo II qui l’applique au protagoniste des chapitres pairs, le détective Belascoarán qui « se lança, avec le plus grand soin, dans la fabrication de petits avions en papier qu’il balançait sur la corniche du quatrième étage » (Morts, p. 27). Néanmoins, le match de football reprend surtout l’image que les zapatistes diffusent d’eux-mêmes comme une guérilla dont les objectifs ne relèvent pas seulement de la politique mais sont aussi et surtout d’ordre plus largement culturel. Ce trait leur a permis de s’attirer la sympathie d’un important secteur du monde intellectuel.

  • 6  Comme il est expliqué dans le roman dans une note en bas de page, les étrangers sont des campeurs (...)

8À son tour, le choix des personnages est loin d’être innocent. D’abord, la désignation de l’arbitre appuie l’idée d’improvisation : « un habitant du village, à l’autorité reconnue, s’improvise arbitre » (Morts, p. 36). Il est difficile de le voir comme le juge impartial qu’il devrait être parce qu’une des équipes est constituée exclusivement de joueurs locaux. Le seul critère à la base du choix des équipes est en effet la provenance géographique des joueurs. Dans ce sens, il est intéressant de constater que l’équipe adverse est composée exclusivement d’étrangers. Il s’agit d’une façon d’affirmer que les observateurs internationaux sont toujours présents au Chiapas et que les rebelles, loin d’être abandonnés à leur sort, continuent à recevoir un appui massif6. Le narrateur-gardien de but passe ensuite en revue les différents joueurs de son équipe. Il les présente en fonction de deux traits, leur nationalité et leur orientation sexuelle. Sa propre homosexualité ainsi que la présence d’une joueuse lesbienne dans l’équipe rappellent l’appui que les zapatistes manifestent depuis longtemps aux minorités de genre. En même temps, il y a des frontières à la diversité. Dans ce cadre, notons surtout l’absence de joueurs mexicains qui ne sont pas des Indiens du Chiapas. Plus loin dans le roman, le narrateur constate explicitement que le nombre de sympathisants mexicains au Chiapas est trop bas (Morts, p. 39). Dans ce sens, l’absence de footballeurs mexicains pourrait refléter le manque d’intérêt que les zapatistes suscitent parmi leurs concitoyens au moment de la rédaction du roman.

  • 7  Cf. Vanden Berghe 2005.
  • 8  Ibid.
  • 9  Ibid.

9C’est avant tout le déroulement de la rencontre qui est construit à l’image que les zapatistes construisent de leur lutte dans d’autres textes7. L’équipe locale doit faire face à la prédominance des étrangers qui sont avantagés par la force physique, incarnée par deux stars danoises, « impressionnantes, qui devaient mesurer deux mètres chacune » (Morts, p. 36). Très vite, les étrangers donnent leur victoire pour acquise : « au bout de dix minutes, on gagnait déjà 2-0 »8. En revanche, l’équipe locale paraît irrémédiablement perdue, en raison essentiellement de la petite taille des Indiens9. À un certain moment, les relations de force changent et, contre toute attente, l’équipe locale termine par vaincre.

10En tant que gardien, le narrateur est bien placé pour analyser le jeu. Il arrive à la constatation que le résultat s’explique tant par les points faibles de l’équipe étrangère que grâce aux vertus de la locale. Chez les premiers, le manque d’entente est un facteur de poids : comme les campeurs étrangers ne parlent pas tous la même langue, ils ne parviennent pas à communiquer de façon correcte. À cela s’oppose la communication au sein de l’équipe locale qui relève de l’exemplaire : « Personne n’a donné d’indication précise, ils ne se sont pas concertés, il n’y a pas eu d’échange de mots, de gestes ou de regards » (Morts, p. 36-37). Pendant qu’ils encaissent les attaques et les goals, les joueurs locaux ne cessent de travailler en fonction de leur victoire. Ils le font en décidant de ne plus bouger et d’épuiser ainsi les Danoises et leurs co-équipiers. En outre, ils profitent de leur connaissance du terrain qui, à cause des grandes et fréquentes foulées des Danoises, se transforme en un champ de boue. Les Indiens compensent leur manque de force physique par l’habilité et l’absence de muscles par la stratégie.

  • 10  Ignacio Ramonet a attiré l’attention sur l’emploi de métaphores guerrières dans le vocabulaire du (...)

11Les nombreux points communs entre le football et la guerre aident à construire et à lire le match comme une métaphore de la confrontation entre les zapatistes et le gouvernement. Le premier parallèle entre les deux s’établit par les choix lexicaux : en recourant à des mots comme « attaquer », « replier », « défendre », « territoire », la rencontre est présentée comme un affrontement militaire10. Également du point de vue des actants, les parallélismes sont forts. Les textes produits au sein de la guérilla répètent que cela fait maintenant 500 ans que les Indiens sont perdants. Par conséquent, ainsi disent-ils, ils ont appris à attendre et à ne pas perdre espoir. De toute façon, ils savent que les gagnants perdront et les perdants sortiront vainqueurs.

  • 11  Ibid.

12En plus, tout comme les zapatistes, les footballeurs locaux changent radicalement les règles du jeu traditionnelles. Si le football implique rapidité, agilité et mouvement constant, les zapatistes se contentent d’attendre et manifestent principalement une grande passivité. Tandis que l’objectif du jeu consiste à envahir la propriété territoriale de l’adversaire, l’équipe locale se limite à protéger son but, ce qui représente une autre inversion des règles du jeu11. Il est vrai que cette stratégie est fréquemment utilisée dans le football afin de perdre du temps pour en gagner. Cependant, c’est normalement l’équipe gagnante qui y recourt vers la fin d’un match tandis que les zapatistes l’appliquent en tant que perdants presque dès le début. Voici autant de renversements des règles du jeu élémentaires du football. Le choix de présenter les joueurs locaux en ces termes fait honneur à l’identité autoproclamée des zapatistes d’être les transformateurs des règles habituelles du jeu politique. Tout ceci est, sans doute, le résultat d’un travail conscient de la part du sous-commandant Marcos afin de diffuser sous différentes formes et à partir d’imaginaires différents quelques caractéristiques centrales de l’Armée Zapatiste.

13Mais, d’une façon sans doute involontaire, le déroulement et la description du match de football répètent aussi certaines images stéréotypées des Indiens qui font penser à celle du bon sauvage : ils sont pauvres et vivent dans la simplicité, ils ne se disputent pas et cohabitent de façon harmonieuse avec les autres et avec la nature qui les entoure et à laquelle ils s’adaptent à merveille. En plus, les individus se diluent dans un actant collectif, dans la vie communautaire. L’image des joueurs de l’équipe locale nous parvient de façon systématique sous forme de celle d’un groupe. Il n’y a pas deux joueurs indigènes qui seraient l’équivalent des Danoises, en effet, dans l’équipe zapatiste.

  • 12  Voir Ehrenhaus 2006, p. 7.
  • 13  Voir Peñate Rivero, 2001, p. 108.

14Peu d’études établissent des liens entre la littérature et le sport. En général, les critiques regardent le sport plutôt avec dédain, et le considèrent incompatible avec leurs intérêts. Ehrenhaus définit cette scission entre littérature et sport –il parle plus spécifiquement de football- comme un cliché et, qui plus est, un cliché faux12. Mais surtout intéressant dans le cadre de ce travail est l’article « Fútbol y literatura : juego entre líneas », de Julio Peñate Rivero qui offre une approche méthodologique en argumentant qu’un match de foot a, dans un certain sens, une structure narrative13. Comme un texte narratif, et dans un cadre prédéterminé, un ensemble de personnages réalisent une action déterminée, appuyés par des adjuvants et boycottés par des opposants. Comme la narration, le jeu de foot se déroule dans le temps, avec un début, un développement et une fin, le tout étant basé sur un conflit d’intérêts qui est à l’origine d’une série de péripéties. Cette structure narrative de la rencontre de football permet que la scène sportive dans Des morts qui dérangent soit également analysée comme une mise en abyme de la trame romanesque dans sa totalité.

15La trame du match décrit au troisième chapitre coïncide en effet sur plusieurs points avec celle du roman dans sa totalité. Dans le roman, un sujet zapatiste, le détective Elias Contrarios, aidé par d’autres zapatistes et par des sympathisants de l’EZLN, est à la recherche d’un criminel appelé Morales. Morales incarne le mal et est une espèce de petit poisson dans un réseau de malfaiteurs dont le but est de privatiser et de commercialiser une zone du Chiapas extrêmement riche en végétaux et en espèces animales. Ce réseau, dans lequel sont impliqués des personnages comme Zedillo, Fox, Bush, Blair et Berlusconi est, comme le suggère le roman à plusieurs reprises, la simple continuité d’autres projets qui, depuis 500 ans, veulent extorquer les richesses du Mexique aux habitants du pays. Les zapatistes qui cherchent d’abord en vain le personnage qui accumule les crimes depuis des décennies, finiront tout de même par l’attraper. Ainsi, ils pourront démasquer tout le réseau. Une fois de plus donc, grâce à leur persévérance et à leur solidarité, ceux qui sont d’abord perdants, terminent par gagner.

16Un deuxième parallélisme entre le match de football et l’intrigue du roman concerne l’espace. Pendant la rencontre footballistique, l’équipe étrangère occupe l’espace de l’équipe locale et essaie de se l’approprier. De la même façon, l’objectif convoité par le réseau délinquant, composé en partie de « mauvais étrangers », est d’accaparer l’espace de Aguas Azules afin de le vendre à des compagnies et investisseurs étrangers. De leur côté, les zapatistes veulent protéger le caractère mexicain de la zone. Dans les deux cas, l’équipe locale réussit à chasser l’adversaire de son territoire. Dans ce sens, le match de football dans le roman a la fonction d’un véritable carrefour sémiologique où le lecteur trouve des indices pertinents pour la compréhension de l’ouvrage ainsi que pour s’imaginer la réalité à laquelle celui-ci renvoie.


***

  • 14  Voir Peñate Rivero 2001, p. 112-3.

17Dans l’article préalablement cité, Julio Peñate Rivero suggère que football et littérature ont un certain nombre de traits en commun mais que les ressemblances s’arrêtent quand on considère l’acte même d’écriture, activité dirigée et solitaire et donc prévisible pour son auteur et entièrement contrôlée par celui-ci. Le contraire est vrai pour le football, jeu qui obéit à deux stratégies différentes et dont l’issue est, par conséquent, inconnue jusqu’à la dernière minute14. La création littéraire est donc essentiellement différente du football dans la mesure où elle suppose un seul auteur qui contrôle le jeu.

18Évidemment, cette différence ne vaut pas pour Des morts qui dérangent. De la même façon comme, au football, les joueurs sont dirigés par deux entraîneurs dont les stratégies sont différentes, Marcos et Taibo II ont construit leurs personnages indépendamment l’un de l’autre. Ainsi, l’écriture très particulière de Des morts qui dérangent s’écarte des pratiques littéraires communes et, dans la même mesure, s’approche de la pratique du football. Non que Marcos et Taibo II soient deux stratèges qui s’opposent. Au contraire, ils doivent jouer l’un avec l’autre. Mais leur collaboration suppose deux trames différentes, inconnues de l’un ou de l’autre. La conséquence est, tout comme dans le football, et contrairement aux projets littéraires plus traditionnels, que la fin du roman était imprévisible pour les deux. C’est surtout Taibo II qui, dans différents paratextes, a attiré l’attention sur les difficultés que cela entraînait pour l’élaboration d’une trame cohérente. Dans un entretien publié dans Clarín (22 septembre 2005), le journaliste lui pose la question suivante :

« —¿Cuál fue el mayor desafío que le impuso este proceso de escribir a cuatro manos ?
—Mucha mayor presión mediática que de costumbre, y desde el inicio, trabajar contra reloj, tener que adivinar a mi coautor. Difícil, pero divertido. [...] »

  • 15  Ce prologue n’a été traduit que partiellement dans la version française publiée par Payot et Rivag (...)

19Dans le prologue de la version en espagnol, cette même difficulté est décrite comme un jeu de ping-pong : « Una novela que se está escribiendo, diseñada como un juego de ping pong en el que cada autor y su personaje reaccionan a lo que el otro escribe » (2004)15. La comparaison avec le football aurait été tout aussi possible.

  • 16  Voir Peñate Rivero 2001, p. 115.

20Peñate Rivero signale encore une deuxième différence capitale entre littérature et football. Dans celui-ci, il arrive que le public ait une influence décisive sur le déroulement du match16. Le public lecteur d’un texte, au contraire, fait son entrée une fois que celui-ci est écrit. À cette interprétation on peut objecter évidemment qu’elle fait abstraction du caractère actif, participatif et créateur de la lecture. Mais, même si on considère la lecture sous l’angle de Peñate Rivero, il faudrait reconnaître à nouveau le caractère déviant du roman de Marcos et Taibo II. Dans la mesure où celui-ci a été publié originellement sous forme de feuilleton, il n’est pas impossible que le facteur public soit intervenu dans son déroulement. On connaît des cas d’auteurs de feuilletons qui ont changé l’intrigue de ceux-ci en fonction de leur réception par le public. Mais que je sache, il n’y a pas d’information disponible concernant le roman qui nous intéresse, d’où la difficulté de formuler des hypothèses sur ce sujet.

  • 17  Voir Ponce 2007.
  • 18  Voir Taibo II 2005.

21Néstor Ponce a rappelé opportunément que ce roman annonce une nouvelle prise de parole des zapatistes, qui s’étaient tus pendant pratiquement quatre ans17. Comme le signale Taibo II, le contexte explique aussi le but politique du roman : « —Funcionó para sacar al zapatismo de una de las largas etapas de silencio en que se encontraba »18. Trois mois après la publication du feuilleton dans La Jornada, un deuxième texte annonça le retour de la guérilla sur la scène médiatique. Marcos rendit alors publique une lettre adressée à Massimo Moratti, principal actionnaire de l’Inter de Milan dans laquelle il remerciait l’équipe de Milan d’avoir accepté l’invitation à participer à une rencontre amicale avec l’équipe zapatiste (communiqué du 25 mai 2005). La lettre est suivie d’un post-scriptum signé par Marcos :

« Le sup, employant la technique de l’uruguayen Obdulio Varela dans la finale contre le Brésil, (Mondial de football, stade Maracaná, Río de Janeiro, 16 juillet 1950), avec le ballon dans la main s’est promené comme en caméra lente (à partir de mai 2001) en partant du but zapatiste. Après avoir réclamé à l’arbitre l’illégitimité du goal reçu, il met la sphère au milieu du terrain. Il se retourne pour regarder ses compagnons et ils échangent des regards et des silences. Avec le tableau d’affichage, les paris et le système entier contre, personne n’a de l’espoir dans les zapatistes. Il commence à pleuvoir. Sur une horloge il est presque six heures. Tout est prêt pour que la rencontre se renoue… »

22Dans ce post-scriptum, Marcos se représente comme footballeur et, plus spécifiquement, comme un gardien de but, un rôle qui se distingue de tous les autres. En se présentant comme gardien de but plutôt que dans une autre position, Marcos suggère qu’il occupe une place un peu à part dans l’équipe zapatiste, comme métis parmi les guérilleros indiens et intellectuel parmi les agriculteurs. Mais ce qui m’intéresse ici est que, dans ce post-scriptum, Marcos utilise le lexique du football afin de résumer le passé et de renvoyer à l’avenir de la guérilla. En parlant de but illégitime il se réfère au refus de la classe politique de reconnaître, en août 2001, la culture et les droits indiens tels que ceux-ci avaient été inscrits dans les Accords de San Andrés, le 16 février 1996. D’autre part, en annonçant le renouement de la rencontre, il affirme que les zapatistes feront bientôt leur rentrée sur la scène médiatique, une rentrée qui se réalisera en juin 2005 avec la Sixième Déclaration qui annoncera à son tour la Nouvelle Campagne commencée quelques mois plus tard.

  • 19  Le 8 juillet 1996, il avait rédigé un autre communiqué, adressé à Eduardo Galeano dans lequel il r (...)
  • 20  Voir Ramonet, 1998, p. 7.

23Dans les deux textes qui inaugurent le retour des zapatistes sur la scène politique du Mexique en 2005, Marcos recourt donc à l’imaginaire du foot19. Ce choix n’est pas dénué de signification. En utilisant une des références majeures de la nation –au moins de la moitié masculine de celle-ci afin de capter l’attention du public, il entre fermement sur un des terrains privilégiés de l’affirmation de l’identité collective mexicaine. De la même façon, il présente l’Armée Zapatiste comme populaire par excellence, puisqu’elle partage avec les intégrants de la nation un des repères les plus importants de la culture populaire du pays, un ciment symbolique, un amplificateur fondamental des passions nationales. Mais, comme le dit Ignacio Ramonet, le football est également « une passion planétaire, le plus universel des divertissements populaires »20. L’imaginaire du football est donc aussi susceptible de susciter la sympathie du public international.

24Les références au football dans les textes de Marcos et surtout l’image théâtrale avec laquelle il se présente lui-même comme gardien de but peuvent aussi être mises en relation avec le côté « spectacle » de la guérilla qui a été signalé à maintes reprises et qui lui a valu, entre autres, le qualificatif de « postmoderne ». Comme les footballeurs, les zapatistes ont parfois mis en scène leurs apparitions comme s’ils étaient des acteurs dans un jeu qui se joue devant de nombreux spectateurs. Comme un footballeur, le zapatiste et spécialement son porte-parole Marcos, homme de lettres et d’armes, doit coordonner muscles et intelligence, art et technique. Comme un footballeur, Marcos recommence constamment et essaye et réessaye de façon inlassable de marquer un but ou, en tant que gardien, d’empêcher les buts des autres.

  • 21  Voir Vanden Berghe, 2007.

25Le caractère réitératif du jeu sportif ne signifie pas que chaque action soit identique à l’action antérieure. Le pas, le temps employé, les stratégies des opposants, la nature du terrain, l’attitude du public, l’urgence plus ou moins grande de marquer un but, font que chaque action est unique et, dans ce sens, susceptible de surprendre l’opposant. On peut dire la même chose des textes de Marcos qui, comme j’ai essayé de le démontrer à une autre occasion, accusent des variations importantes21. L’objectif, néanmoins, reste le même dans le football et dans les récits de Marcos : surmonter l’intransigeance d’un opposant qui empêche de laisser passer, de réaliser ses objectifs.

26Il va de soi que ces équivalences valent dans la mesure où l’écriture de Marcos est une écriture transitive, qui ne trouve pas son but en elle-même. Comme le football, ses textes ont une finalité extérieure. Quelle que soit la beauté de l’écriture ou le niveau du jeu sportif, le but ultime est de gagner, de marquer un goal. Reste à voir si cela a été le cas de Des morts qui dérangent. D’une part, il est indéniable qu’il existe un intérêt pour le roman, aussi chez le public francophone : après sa publication en français en 2006, en juin 2008 le roman se publia en version poche. D’autre part, au moins au Mexique, la réception n’a pas été très favorable et l’image publique des zapatistes s’est fort détériorée depuis la Nouvelle Campagne.

  • 22  Cité par Naifleisch Aisenberg 2006, p. 251.

27Et ici apparaît une des différences capitales entre un club de foot, et un joueur individuel, un auteur ou un activiste politique. Quoi qu’il arrive, le supporter reste fidèle à son équipe. En revanche, pour qu’un joueur, un écrivain ou un activiste politique ne perde pas ses supporters, lecteurs ou électeurs, il faut qu’il continue à marquer des buts. Comme le dit Mario Vargas Llosa : « sur les tribunes rien n’est plus proche de l’ovation que les sifflements »22.

Haut de page

Bibliographie

Anónimo, « Paco Ignacio Taibo II : Donde fracasó Lenin, triunfa Robin Hood » en : Clarín, 22 septembre de 2005.

Ehrenhaus, Andrés, « Prologue », en : Pérez González, Jorge O., Los Nobel del fútbol. Barcelona : Editorial Meteora. 2006, 7-11.

Naifleisch Aisemberg, Jaime, « Pitido final » en : Pérez González, Jorge O., Los Nobel del fútbol. Barcelona : Editorial Meteora, 2006, 248-252.

Orejas, Francisco G., La metaficción en la novela española contemporánea : entre 1975 y el fin del siglo. Madrid : Arco Libros, 2003.

Peñate Rivera, Julio, « Fútbol y literatura : juego entre líneas », en Versants. Revue suisse de littérature comparée. Sport et Littérature. Numéro composé par Antonio Stäuble, 40/2001, 101-130.

Ponce, Néstor, « Subcomandante Marcos- Paco Ignacio Taibo II : le roman policier au secours de l’imagination politique. Autour de Muertos incómodos (2005) », en : Néstor Ponce (dir.), Le discours autoritaire en Amérique Latine de 1970 à nos jours. Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2007, 59-72.

Ponce, Néstor, « Subcomandante Marcos – Paco Ignacio Taibo II : los otros círculos del detective en Muertos incómodos », en : Aleph n° 22, La novela policiaca contemporánea en América Latina, 2007, 71-78.

Ramonet, Ignacio, « Un fait social total » en : Ignacio Ramonet et Christian de Brie (coord.), Football et passions politiques. Manière de voir 39. Le Monde Diplomatique. Mai-juin, 1998, 6-7.

Soriano, Osvaldo, Artistas, locos y criminales. Madrid: Mondadori, 1990.

Subcomandante Marcos and the Zapatistas, The Other Campaign. La otra campaña. Intro. Luis Hernández Navarro. San Francisco : City Lights Books, 2006.

Taibo II, Paco Ignacio et Sous-commandant Marcos, Des morts qui dérangent. Paris : Payot et Rivages, 2006.

Vanden Berghe, Kristine, Narrativa de la rebelión zapatista. Los relatos del subcomandante Marcos. Madrid/Frankfurt : Iberoamericana/Vervuert, 2005.

Vanden Berghe, Kristine, ‘Cambios y constantes en la narrativa del Subcomandante Marcos : de los relatos a la novela Muertos incómodos (falta lo que falta)’ en : Mexican Studies/Estudios Mexicanos. University of California, Winter, 2007, 387–408.

Haut de page

Notes

1  En France il parut comme feuilleton dans Libération en 2005 et comme roman en 2006 chez Payot et Rivages. Á partir de maintenant : Morts.

2  Voir Orejas 2003.

3  Je n’analyserai donc pas le roman dans sa totalité mais je me concentrerai seulement sur un aspect très spécifique en fonction de la thématique du football. Pour des analyses plus globales, voir Ponce 2007 et Vanden Berghe 2007.

4  Ibid.

5  Voir Vanden Berghe 2005, p. 151.

6  Comme il est expliqué dans le roman dans une note en bas de page, les étrangers sont des campeurs de la paix, des observateurs sympathisants des zapatistes ou membres d’ONG (Morts, p. 35). Selon le narrateur gardien de but, les membres des campements sont là, entre autres, pour « jouer au foot, et pour perdre contre les équipes zapatistes » (Morts, p. 49). Une des raisons pour lesquelles lui-même est venu au Chiapas est d’ailleurs parce que le Barça n’était pas dans sa meilleure période (Morts, p. 39).

7  Cf. Vanden Berghe 2005.

8  Ibid.

9  Ibid.

10  Ignacio Ramonet a attiré l’attention sur l’emploi de métaphores guerrières dans le vocabulaire du football : « attaquer », « tirer », « défendre », « conquête », « capitaine », « territoire », « tactique », « victoire » en font partie (Cf. Ramonet 1998, p. 17).

11  Ibid.

12  Voir Ehrenhaus 2006, p. 7.

13  Voir Peñate Rivero, 2001, p. 108.

14  Voir Peñate Rivero 2001, p. 112-3.

15  Ce prologue n’a été traduit que partiellement dans la version française publiée par Payot et Rivages. L’image du ping-pong par exemple ne s’y retrouve pas.

16  Voir Peñate Rivero 2001, p. 115.

17  Voir Ponce 2007.

18  Voir Taibo II 2005.

19  Le 8 juillet 1996, il avait rédigé un autre communiqué, adressé à Eduardo Galeano dans lequel il raconte une autre histoire de football qui a plusieurs ingrédients en commun avec la scène dans le roman. Voir : http://www.patriagrande.net/mexico/ezln/galeano-19960708.htm, date de consultation : le 25 avril de 2008.

20  Voir Ramonet, 1998, p. 7.

21  Voir Vanden Berghe, 2007.

22  Cité par Naifleisch Aisenberg 2006, p. 251.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Kristine Vanden Berghe, « Goooaal », Amerika [En ligne], 1 | 2010, mis en ligne le 24 février 2010, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://amerika.revues.org/691 ; DOI : 10.4000/amerika.691

Haut de page

Auteur

Kristine Vanden Berghe

Université de Liège/FUNDP-Namur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo ERIMIT - Equipe de recherche interlangues : mémoire, identités, territoires
  • Les cahiers de Revues.org