Navigation – Plan du site
Thématique

Les territoires de l’attente dans la littérature des Amériques au 20ème siècle : représentations et enjeux

Thomas Plançon

Résumés

Les sciences sociales se sont intéressés aux déplacements de population pour fournir des données statistiques, sociales, politiques de la migration, notamment à travers les flux vers les Amériques au cours du 20ème siècle. Aujourd’hui, la recherche s’oriente vers de nouvelles thématiques et de nouvelles approches au plus près des migrants, pour comprendre les ressentis et vécus des personnes en mouvement. C’est le cas des territoires de l’attente dont l’objectif est d’analyser la mise en attente – volontaire ou non – ainsi que sa perception durant les voyages vers les Amériques. Si les archives nous donnent un aperçu de ce qu’est l’attente au cours de la traversée, il est cependant important de travailler sur de nouveaux corpus qui retranscrivent les ressentis face à cet entretemps, comme la littérature par exemple.
Au-delà du simple exercice historiographique des rapports entre histoire et littérature, cet article met en avant l’importance de la fiction dans la compréhension d’ « évènements qui n’ont pas de place définie dans le temps » (Bruno Schulz), à travers l’exemple de l’attente vécue par des migrants ou des personnes déplacés par un pouvoir politique en place.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Carlo Ginzburg (2010 : 16-17).

Les historiens (et, de manière différente, les poètes) ont pour métier ce qui fait partie de la vie de tout un chacun : démêler cet entrelacement du vrai, du faux et du fictif qui forme la trame de notre présence au monde1

  • 2 Ces réflexions ont cependant un plus grand écho dans l’historiographie anglo-saxonne qui s’est inté (...)

1Les phénomènes migratoires qu’ont connus les Amériques durant le 20ème siècle ont été largement étudiés, du moins ne sont pas étrangers aux recherches historiques. Ces espaces fournissent un sujet d’étude intéressant dans la mesure où les migrations ont été les plus fréquentes, notamment au cours du 20ème siècle. Que ce soit à l’intérieur d’un pays ou vers l’étranger, les migrants n’ont cessé d’exister dans des espaces eux aussi en mouvement. Entre le Nord et le Sud du continent américain, en un siècle les changements notables ont explosé. Les sciences sociales n’ont pas manqué de s’intéresser aux déplacements de population pour fournir des données statistiques, sociales, politiques de la migration2. Il est possible de quantifier les déplacements, les arrivées, de mesurer leurs importances dans la construction d’une nation, que ce soit entre la France et les États-Unis (Marnot, 2006), ou sur un centre d’arrivée comme celui d’Angel Island sur la côte californienne (Lee et Yung, 2010).

2Cependant, même si ces recherches « sont passées de l’étude des mouvements de masse à l’échelle d’une nation, d’un peuple ou d’une ethnie à des approches ‘au microscope’, dans le sillage de la microstoria en Italie ou de l’Alltagsgeschichte en Allemagne » (Marnot, 2006 : 19), il n’en demeure pas moins que la perception de la migration par les principaux intéressés reste étrangère des différents ouvrages sur le sujet. Les sensations au cours du voyage, les espoirs, les attentes sont autant de questions auxquelles les historiens tentent de répondre, cependant bien difficilement.

3Par bien des égards, la littérature a devancé la réflexion historienne sur la migration. Ici, nous entendons par le terme « littérature » les romans. Les écrivains « n’hésitent pas, avant même que les sciences sociales s’en préoccupent, de s’emparer d’une situation sociale » (Poton, Symington, Vidal, 2012 : 11). C’est le cas de certaines situations particulières, celles de la mise en attente. Ces moments ponctuent à la fois la migration, mais également le déplacement forcé de populations à l’intérieur même d’un pays. Et qu’ils soient subis ou volontaires, les mouvements de personnes ne sont pas linéaires, ils connaissent des alternances qui conduisent à un ressenti différent. Notamment lorsque le temps s’allonge, comme dans les moments d’attente. Ils ponctuent les départs, les traversées, les arrivées. Mais au-delà d’un vécu temporel, c’est aussi un vécu spatial, car n’importe quel lieu peut devenir territoire de l’attente, qu’il soit conçu ainsi ou non. Et la littérature, qui a rendu compte de ces endroits spécifiques, devient une source non-négligeable.

4L’objectif de cette recherche est d’appréhender la question de l’apport de la fiction dans la compréhension de certains phénomènes tels que les territoires de l’attente ; cela à travers les exemples d’un corpus de romans des Amériques. Ces récits permettront d’aborder différentes situations dans plusieurs pays, et cela durant le 20ème siècle.

1. La notion de territoires de l’attente

5Comme il a été dit plus haut, le voyage ne s’effectue pas de manière linéaire comme l’on pourrait le penser, mais il connaît des instants où le temps se dilate ou se rétracte. C’est à l’intérieur de ces moments que naît l’attente.

6Si l’on devait représenter le voyage d’un migrant d’un point A vers un point B, une droite ne serait pas la meilleure façon de le faire. Au contraire, la ligne apparaitrait discontinue, les espaces non tracés représentant les moments où est ressentie l’attente. Cette dernière peut être vue comme une temporalité où « on est d’autant plus attentif à ce qu’on trouve qu’on est plus obsédé par ce qu’on cherche. La perception y est alertée et aiguisée par l’imagination » (Grimaldi, 2005 : 113).

  • 3 Les territoires de l’attente sont au cœur de l’ANR Terriat, dont l’objectif est d’étudier l’attente (...)

7En plus d’être temporelle, elle est aussi spatiale, car elle renvoie « au lieu où se vit cette attente (qu’il soit clos, saturé ou contraignant), lieu où l’homme fait souvent l’expérience de la tyrannie de la spatialité » (Vidal, Musset, Vidal, 2012). C’est ce que l’on appelle les territoires de l’attente3. Cette notion désigne et regroupe une double dimension de la vie sociale. En effet, si une situation d’attente ou de pause domine un espace, entrainant ainsi une modification éphémère ou sur une plus longue durée de ce dit-espace, on parle de « territoire de l’attente ». Par exemple, le pont d’un bateau n’est pas prévu pour mettre en attente des voyageurs, il n’est qu’un lieu de passage. Pourtant, comme dans le film The immigrant de Charlie Chaplin, les migrants sont contraints d’attendre la fin de la traversée, au gré du roulis et du tangage. Dans le même temps, si un espace est pensé et construit dans le but de mettre en attente les populations en déplacement, comme c’est le cas d’Ellis Island par exemple, il est préférable d’employer le terme de « lieu de l’attente » (Vidal, 2013).

8Qu’ils soient territoires ou lieux, les territoires de l’attente prennent naissance bien souvent dans la mobilité et de la mobilité. Les migrants adaptent ces espaces pour mieux tirer profit de l’attente, mais ils peuvent être organisés avec l’objectif de faire attendre. Alors « ils s’imposent comme des dispositifs dotés d’une matérialité physique (bâtiments, murs…). Marqués par la présence et l’action d’une institution, ils fonctionnent sur le modèle d’un « espace orienté » (Le Goff), avec un parcours (réel ou symbolique) à effectuer entre le début et la fin de l’attente » (Vidal, 2013).

  • 4 « Exprimer le passé en termes historiques ne signifie pas le reconnaître "tel qu’il a réellement ét (...)

9Il est facile de voir que tout ou presque peut être vécu comme un territoire de l’attente. Mais les romanciers ont surtout mis en avant des instants au cours de la migration ou des déplacements, ces « instants du danger » comme nous le dit Walter Benjamin4. Ils permettent notamment de repenser certaines situations sous le prisme de l’attente, particulièrement dans les Amériques.

Longtemps terre de refuge pour les persécutés de toutes confessions, puis Eldorado rêvé pour des millions d’immigrants, le continent américain est aujourd’hui encore le théâtre de nombreux déplacements humains : migrants quittant (ou fuyant) les campagnes pour des villes tentaculaires, clandestins franchissant les murs de la peur, réfugiés climatiques s’entassant dans des camps de la sécheresse ou des installations précaires (comme après Katrina). (Vidal, Musset, Vidal, 2012)

10Il est possible de voir en certains exemples que nous fournit la littérature des rapprochements avec les réflexions sur la nature de certains territoires de l’attente ainsi que sur les expériences décrites et vécues au sein de ces espaces.

2. Les situations et les expériences de l’attente

  • 5 « De même que nous attendons toujours, de même, en effet, y a-t-il toujours du temps » (Grimaldi, 2 (...)

11Si les romans illustrent la double dimension des territoires de l’attente, en ce sens qu’il est facile de regrouper sous une même appellation des exemples mentionnés dans les récits, la multiplicité des expériences conduit à les percevoir et à les appréhender selon des approches distinctes. L’attente, bien qu’universelle, est avant tout une perception du temps singulière. Les êtres ne la ressentent pas de la même façon, et chacun peut en donner sa définition. Et quel que soit l’âge où l’on y est confronté, elle accompagne notre existence (Lefebvre, 2010). Elle existera tant qu’il y aura du temps5.

  • 6 Les dates indiquées sont celles de la première publication dans la langue originale. La plupart des (...)
  • 7 Steinbeck, avant d’écrire Les raisins de la colère, avait écrit plusieurs articles sur les hoovervi (...)

12Entre les personnages décrits dans le roman de John Steinbeck Les raisins de la colère (États-Unis, 1939)6 et ceux de Jorge Amado Les chemins de la faim (Brésil, 1946), il existe deux univers, le Middle-West américain et le nordeste brésilien. Pourtant les héros et autres protagonistes se retrouvent face à des situations presque identiques, le déplacement provoqué par une crise (financière chez Steinbeck, climatique chez Amado). Ils quittent leurs terres vers les rares endroits où il est possible de trouver du travail. Leur attente est la même, celle de retravailler et de sortir de la misère. Une vie meilleure est possible pour l’une et l’autre famille décrite par les romanciers. Mais la réalité finit toujours par réduire leurs espoirs et les conduire de nouveau dans une situation d’attente où naissent de nouveaux rêves. Pour parvenir à provoquer ce sentiment d’enfoncement au fur et à mesure de leurs personnages, les deux romanciers ont écrit des histoires « réalistes », dans le sens où elles sont ancrées dans les vraies conditions de vie, basées sur des expériences vécues : John Steinbeck et Jorge Amado sont allés « sur le terrain », ont vu la détresse et la misère7.

  • 8 Cette citation vient du séminaire du CRHIA de La Rochelle, « Cultures et territoires » du jeudi 17 (...)

L’histoire n’est pas datée mais elle se passe plus ou moins dans les années 1930, donc elle est contemporaine de Jorge Amado, de l’époque où il l’écrit. Lorsqu’il écrit ce roman, il a été très marqué par la lecture des Raisins de la colère. Il a fait comme Steinbeck, il est allé sur place, il a visité des camps de migrants, mené une enquête véritable. (Vidal, 2013)8

13L’attente décrite ici apparait de manière impromptue, elle nait d’un besoin vital pour les migrants. Ce besoin « ouvre un temps de crise dont l’urgence s’achève aussitôt le besoin satisfait » (Grimaldi, 2005 : 113).

  • 9 Bien que commençant en 1973, la dictature s’est progressivement installée au cours des années précé (...)

14Cette approche réaliste se retrouve également dans les « lieux de l’attente », en particulier dans le récit d’un écrivain uruguayen, Carlos Liscano. Dans son roman Le fourgon des fous (2001), il raconte son internement dans une prison politique durant les années de dictature uruguayenne (1973-1985). Liscano, interné dès 19729, livre sans concession les moments de sa vie dans cette situation particulière. Là encore, l’attente dépeinte est réelle, même si l’auteur, au contraire de Steinbeck et Amado, ne cherche pas à rendre misérable sa condition d’être humain. Il y est question de montrer l’humanité dans sa vérité crue, sans chercher à magnifier ou à enfoncer les protagonistes (ce qui se ressent chez l’auteur états-unien et brésilien).

  • 10 Dans une ville autrichienne assiégée par les troupes turques, une troupe de théâtre joue les aventu (...)
  • 11 Il est possible d’établir un parallèle entre le film de Terry Gilliam et le livre d’Ángel Parra sur (...)

15Dans d’autres cas, la manière d’échapper à l’attente passe par une évasion de l’esprit par l’imaginaire. À la manière des aventures du baron de Münchhausen dans le film éponyme de Terry Gilliam de 198810, l’imagination permet de sortir de l’enfermement et de la mise en attente. C’est cette expérience que nous décrivent Manuela Fingueret et Ángel Parra dans leurs romans respectifs, Hija del silencio (Argentine, 1999) et Mains sur la nuque (Chili, 2005). Dans chacun d’eux les personnages sont confrontés à des enfermements dans des prisons improvisées, dans des lieux dont l’objectif n’est pas de retenir des condamnés (la Escuela de Mecanica de la Armada ou ESMA en Argentine, le stade de Santiago du Chili lors du coup d’état d’Augusto Pinochet). Dans ces situations où l’attente de la libération, ou de la mort, est omniprésente, les narrateurs décident de raconter des histoires, soit aux codétenus dans le roman de Ángel Parra, soit à elle-même dans celui de Manuela Fingueret (et plus particulièrement l’histoire de sa grand-mère, enfermée dans le camp nazi de Theresienstadt, non loin de la ville fortifiée de Terezín). Rafael, le héros de Mains sur la nuque, raconte une histoire d’amour à la fois drôle et féérique. Jusqu’à sa sortie, il tient en haleine ses compagnons d’infortune11.

16On le voit, les administrations cherchent à contrôler le flux de migrants. Cela est notamment dû à la volonté de filtrer les futurs arrivants ; de la politique des « bras ouverts » les autorités des pays d’accueil sont passées à celle de la « prophylaxie migrante » (Marnot, 2006). Un des moyens pour réguler les passages est de ralentir l’introduction sur le nouveau territoire par la mise en attente des immigrants. « Faire attendre : prérogative constante de tout pouvoir » comme nous le dit Roland Barthes (2002 : 70). Certains romanciers ont mis en avant cette situation ou l’ont du moins mentionnée à l’intérieur de leurs ouvrages. Si Jordi Soler évoque à plusieurs reprises l’emprisonnement de soldats républicains fuyant le régime franquiste au camp d’Argelès-sur-Mer dans Les exilés de la mémoire (Mexique, 2004), David Bezmozgis en fait l’un des éléments centraux de son roman Le monde libre (Canada, 2011). Dans ce récit, l’auteur narre l’exil d’une famille juive lettone dans les années 70 fuyant l’URSS. Arrivée à Rome en attendant de pouvoir rejoindre le nouveau continent, elle sera confrontée à une administration demandeuse de démarches de plus nombreuses et complexes, ce qui la conduira à décider un départ pour le Canada au lieu des États-Unis. « La prise en compte de l’immigration par les autorités politiques et administratives s’est traduite par la mise en place d’espaces de transition, sorte de « sas de décompression », de purgatoire entre le Paradis et l’Enfer, où un sévère examen de passage permettait d’effectuer le tri entre les élus et les indésirables » (Marnot, 2006 : 106) : ici Rome devient une sorte d’entre-lieu, de purgatoire qui conditionne la vie quotidienne et un départ de plus en plus hypothétique.

17Un des effets de cet entretemps qu’est l’attente est la transformation individuelle : rendre malléable les esprits pour ensuite les reconditionner. Si au départ les situations dans lesquelles sont confrontés les personnages leur paraissent disproportionnées. Insidieusement et progressivement le lieu entraine une mutation de la volonté de chacun. Cela est décrit en particulier dans Quand l’empereur était un dieu de Julie Otsuka (États-Unis, 2002) et Souvenirs de la guerre récente de Carlos Liscano (Uruguay, 1988), ce dernier étant construit à la manière du Désert des Tartares de Dino Buzzati. Dans les deux cas, l’internement forcé transforme les perceptions individuelles, conduisant à la docilité et à l’obéissance des personnages : les membres de la famille japonaise dans le roman d’Otsuka deviennent comparables à des esclaves, le narrateur chez Liscano ne pouvant vivre que dans la rigueur militaire (alors qu’il était antimilitariste au tout début du roman).

  • 12 Par exemple la nouvelle « Ellis Island » de l’écrivain Mark Helprin, dans le recueil éponyme.
  • 13 Don DeLillo (2006).

18Il existe d’autres exemples de romans pouvant mettre en scène des territoires de l’attente, des plus connus (comme Ellis Island)12 aux plus incongrus (une limousine)13. Si les cas cités ci-dessus sont parmi les plus représentatifs, ce sont surtout les enjeux et les réflexions qu’ils amènent qui doivent être au cœur des préoccupations des historiens.

3. Enjeux et réflexions sur les territoires de l’attente dans la littérature

  • 14 On retrouve cette notion de vécu et pensé dans le travail de Kenneth Pike sur les notions d’emic et (...)

19Dans la conclusion de son ouvrage Mazagão, la ville qui traversa l’Atlantique, Laurent Vidal nous invite à repenser la notion d’attente dans la migration : « Les grandes enquêtes sur le déplacement des hommes à l’époque moderne et contemporaine, ainsi que sur les ports d’émigration, n’ont jamais vraiment insisté sur la vie quotidienne des populations en attente […] Que fait-il pendant ce temps ? Où loge-t-il ? Que mange-t-il ? Qui rencontre-t-il ? » (Vidal, 2008 : 304). Cet entretemps mérite pleinement sa place dans la recherche historique, et conduit à revoir nos réflexions sur la question même de la migration, car l’attente permet de comprendre la mobilité et la réception de la mobilité (Vidal, 2008). En effet, il existe deux niveaux d’appréhension, l’attente vécue et l’attente pensée14. La première est comme son nom l’indique l’attente ressentie par les migrants. La seconde correspond à l’attente dont les pouvoirs politiques usent pour réguler les arrivées ou dans un but de mise en attente volontaire de personnes à l’intérieur des états.

  • 15 On peut penser par exemple aux photos d’ouvriers et de populations pauvres de l’Ouest des États-Uni (...)

20Par la littérature, il est possible de percevoir cette notion d’attente vécue. Que ce soit dans un camp d’internement improvisé, prévu à cet effet ou un lieu dont la fonction de départ n’est pas l’attente, les romanciers nous permettent de saisir un sentiment qui ne transparait à l’intérieur d’archives « officielles ». La littérature apporte une dimension humaine de la migration et du déplacement, donne une « âme » aux immigrants, là où les archives ne nous présentent qu’une enveloppe. En ce sens, elle peut être complétée par la photographie, lorsque celle-ci existe et transcrit ce que le récit dépeint15.

21Attention cependant à ne pas uniquement se concentrer sur la littérature comme un document, ce que les sciences humaines et sociales n’ont que trop fait (Bridet, 2011). Notamment en histoire où les romans ne servaient qu’à nous apprendre ce que l’on savait déjà. Ils n’ont fait que « mettre en scène ou qu’observer ce qui est déjà une réalité historique ou, plus précisément encore, ce qui a déjà été identifié comme tel par la science historique » (Bridet, 2011). La littérature a toujours été une impatience de la connaissance selon Hermann Broch (1996 : 254). Elle peut se permettre, de par sa nature, une écriture que l’historien ne peut concevoir de par sa vocation scientifique. Contrairement à l’historien, « le romancier est autorisé à façonner l’histoire de ce qui aurait pu se produire, de refuser de trier les évènements, de choisir une autre hiérarchie des choses. Et justement, d’une certaine manière, de ressusciter les vies échouées en archive » (Poton, Symington, Vidal, 2012 : 53). Il « réclame son droit à l’écriture de l’histoire intime et individuelle, le droit d’écrire les détails insignifiants qui font vivre les personnages » (Poton, Symington, Vidal, 2012 : 53).

22Mais il n’est pas question non plus, à la suite de Tzvetan Todorov (2010 : 36), de penser cette dernière comme « la première des sciences humaines ». L’histoire s’est posée comme une discipline scientifique dès la fin du 19ème siècle. Elle a développé la notion de res factae, quand la littérature restait sur le terrain des res fictae (Nora, 2011).

  • 16 Il est amusant de noter par ailleurs que le terme même de microhistoire provient d’un roman, Les fl (...)

23Il faut plutôt imaginer, à la suite de Carlo Ginzburg, « construire la vérité sur des fables, l’histoire vraie sur l’histoire fictive »16. En ce sens qu’au lieu de penser la littérature comme un document, ou comme une source d’exergues de début d’ouvrages ou d’articles scientifiques, il est préférable de partir du texte pour reconstruire l’époque, l’individu et la mentalité. Grâce aux romans, il est possible de concevoir des réflexions sur les politiques de migration, mais aussi de comprendre l’impact de cette dernière sur la production littéraire – voire artistique en général. C’est aussi une façon de penser la mémoire et sa transmission d’histoires « oubliées ». L’historien doit comprendre « la façon dont les textes littéraires sont investis d’une capacité particulière à témoigner du monde » (Anheim, Lilti, 2010 : 256) : dans le cas des territoires de l’attente, c’est toute une perception de la mise en attente et de cet entretemps qui est éclairé par les romans. Plus largement, c’est notre rapport au temps qui s’en trouve questionné.

Conclusion : pour un dialogue entre histoire et littérature17

  • 17 C’est le sous-titre de l’ouvrage collectif dirigé par Didier Poton, Micéala Symington et Laurent Vi (...)

24Dans un ouvrage de 2002, Nancy Green (2002) nous invite à « repenser les migrations », à élargir le champ de la recherche sur les phénomènes de déplacement. Elle invite à un renouvellement de la perception du phénomène : « Les migrants changent à travers le temps ? Leurs observateurs aussi » (Green, 2002 : 122). Cela conduit notamment à resituer l’ensemble des migrations « dans le temps mais également dans l’espace » (Green, 2002 : 123).

25Penser les instants d’arrêt, de mise en attente s’intègre dans cette optique de renouvellement de la réflexion sur les migrations. Elle répond aussi à un besoin de penser ces phénomènes non plus qu’une temporalité linéaire mais bel et bien comme une succession d’instants plus ou moins rapide, de « routes en zigzag » (Green, 1999). Il faut, comme nous y invite Nancy Green, « historiciser les lieux et les moments de passage tout en dégageant leur profond sens socio-anthropologique » (Green, 1999).

26Une des manières d’y parvenir est sans doute de reconsidérer la place de la littérature dans la recherche historique. Elles sont « toutes deux en mesure, dans des démarches tendanciellement éloignées ou au contraire plus proches, d’apporter une contribution plus ou moins importante à la connaissance (ou de ne rien apporter du tout qu’une simple répétition) » (Bridet, 2011). La littérature dispose d’un savoir, imaginaire (même si elle se base sur des faits réels ; l’imaginaire détermine le style de l’écrivain), qu’il ne faut pas écarter de la recherche. Il ne « s’agit pas d’opposer la fiction et l’histoire autour de la représentation empirique des faits passés, mais plutôt de montrer comment la littérature permet de penser l’historicité de l’expérience humaine dans son rapport au temps, à l’attente, à la guerre ou à la mort » (Anheim, Lilti, 2010 : 257). À l’historien de s’aventurer dans ce territoire.

Haut de page

Bibliographie

Amado, Jorge, Les chemins de la faim, Paris : Gallimard collection « Folio », 1991. Traduction de Violante Do Canto.

Anheim Étienne, Lilti Antoine, « Savoirs de la littérature », Annales Histoire, Sciences Sociales, 65ème année, n° 2, mars-avril 2010, pp. 253-260.

Barthes, Roland, « L’attente », in « Fragments d’un discours amoureux », Œuvres complètes V. Livres, textes, entretiens 1977-1980, Paris : Seuil, 2002.

Benjamin, Walter, Sur le concept d’histoire, Paris : Payot, 2013. Traduction d’Olivier Mannoni.

Bezmozgis David, Le monde libre, Paris : Belfond, 2012. Traduction d’Élisabeth Peellaert.

Bridet, Guillaume, « Ce que les sciences humaines font aux études littéraires (et ce que la littérature fait aux sciences humaines) », Fabula-LhT, n° 8, « Le partage des disciplines », mai 2011. Disponible en ligne : http://www.fabula.org/lht/8/bridet.html. Page consultée le 31 mars 2014.

Broch, Hermann, Création littéraire et connaissance, Paris : Gallimard collection « tel », 1966. Traduction d’Albert Kohn.

DeLillo, Don, Cosmopolis, Paris : Éditions J’ai lu, 2006. Traduction par Actes Sud Éditions.

Fingueret, Manuela, Hija del silencio, Buenos Aires : Grupo Editorial Planeta, 1999.

Ginzburg, Carlo, Le fil et les traces. Vrai faux fictif, Paris : Verdier Histoire, 2010. Traduction de Martin Rueff.

Green, Nancy L., Repenser les migrations, Paris : PUF « le nœud gordien », 2002.

Green, Nancy L., « Trans-frontières : Pour une analyse des lieux de passage », Socio-anthropologie [En ligne], 6, 1999, mis en ligne le 15 janvier 2003. Disponible en ligne : http://socio-anthropologie.revues.org/110. Page consultée le 14 mars 2014.

Grimaldi, Nicolas, Traité de la banalité, Paris : Presses Universitaires de France, 2005.

Lee, Ericka, Yung, Judy, Angel Island. Immigrant gateway to America, New-York: Oxford University Press, 2010.

Lefebvre, Gérard, Quelques considérations sur l’attente, Paris : L’Harmattan « Questions contemporaines », 2010.

Liscano, Carlos, Le fourgon des fous, Paris : Belfond, 2006. Traduction de Jean-Marie Saint-Lu.

Liscano, Carlos, Souvenirs de la guerre récente, Paris : Belfond, 2007. Traduction de Jean-Marie Saint-Lu.

Marnot, Bruno, Les migrations internationales en Europe et aux États-Unis. Des 1840 à 1940, Neuchâtel : Éditions Alphil, 2006.

Nora, Pierre, « Histoire et roman : où passent les frontières ? », Le débat. L’histoire saisie par la fiction, n° 165, mai-août 2011, pp. 6-12.

Otsuka, Julie, Certaines n’avaient jamais vu la mer, Paris : Phébus, 2012. Traduction de Carine Chichereau.

Otsuka, Julie, Quand l’empereur était un dieu, Paris : Belfond, 2004. Traduction de Bruno Boudard.

Parra, Ángel, Mains sur la nuque, Paris : Belfond, 2007. Traduction de Bertille Hausberg.

Pike, Kenneth L., Language in relation to a unified theory of the structure of human behavior, La Hague, Mouton and co, 1967.

Poton, Didier, Symington, Micéala, Vidal, Laurent, La migration européenne aux Amériques. Pour un dialogue entre histoire et littérature, Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 2012.

Queneau, Raymond, Les Fleurs bleues, Paris : Éditions Gallimard collection « folio », 2012.

Soler, Jordi, Les exilés de la mémoire, Paris : Belfond, 2007. Traduction Jean-Marie Saint-Lu.

Steinbeck, John, Les Raisins de la colère, Paris : Gallimardcollection « folio », 1972. Traduction de Maurice-Edgar Coindreau et Marcel Duhamel.

Steinbeck, John, The Harvest Gypsies, Berkeley (Californie): Heyday Books, 2002.

Symington, Micéala, « Mémoire et effacement. Écrire la migration atlantique », La migration européenne aux Amériques. Pour un dialogue entre histoire et littérature, Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 2012, pp. 51-58.

Todorov, Tzvetan, « La littérature est la première des sciences humaines », Sciences Humaines, n° 217, Août-Septembre 2010, p. 36.

Vidal, Laurent, Laurent Vidal, « Pour une histoire sociale de l’attente », Mazagão, la ville qui traversa l’Atlantique, Paris : Flammarion « Champs histoire », 2008, pp. 301-306.

Vidal, Laurent, « Cultures et territoires XIXème-XXIème siècle. Les rapports entre histoire et littérature », jeudi 17 janvier 2013. Disponible en ligne : http://www.youtube.com/watch?v=dvBVwnvNyek. Page consultée le 31 mars 2014.

Vidal, Laurent, « Les territoires de l’attente en 10 propositions », Terriat, 20 juin 2013. Disponible en ligne : http://terriat.hypotheses.org/734. Page consultée le 31 mars 2014.

Vidal, Laurent, Musset, Alain, Vidal, Dominique, « Sociedades, mobilidades, deslocamentos : os territórios da espera. O caso dos mundos americanos (de ontem a hoje) », Confins [Online], 13, 2011, mis en ligne le 30 Novembre 2011. Disponible en ligne : http://confins.revues.org/7274. Page consultée le 4 avril 2014. Il existe une version traduite en français, intitulée « Sociétés, mobilités, déplacements : les territoires de l’attente. Le cas des mondes américains (d’hier à aujourd’hui) ». Disponible en ligne : http://hal.archives-ouvertes.fr/docs/00/75/25/49/PDF/article_TERRIAT_pour_dA_pA_t_HAL.pdf. Consultée le 4 avril 2014.

Haut de page

Notes

1 Carlo Ginzburg (2010 : 16-17).

2 Ces réflexions ont cependant un plus grand écho dans l’historiographie anglo-saxonne qui s’est intéressée au flux internationaux. Les historiens français ont quant à eux surtout étudié les phénomènes migratoires de leur pays.

3 Les territoires de l’attente sont au cœur de l’ANR Terriat, dont l’objectif est d’étudier l’attente dans les phénomènes de mobilité et de déplacement dans les sociétés américaines (et atlantiques). Ce programme pluridisciplinaire est coordonné par le professeur Laurent Vidal (CRHIA/Université de La Rochelle), http://terriat.hypotheses.org/ .

4 « Exprimer le passé en termes historiques ne signifie pas le reconnaître "tel qu’il a réellement été". Cela revient à s’emparer d’un souvenir tel qu’il apparait en un éclair à l’instant du danger » (Benjamin, 1942 : 60). La présente traduction est celle établie pour l’édition Payot, 2013.

5 « De même que nous attendons toujours, de même, en effet, y a-t-il toujours du temps » (Grimaldi, 2005 : 108)

6 Les dates indiquées sont celles de la première publication dans la langue originale. La plupart des titres sont ceux des traductions, sauf lorsque les romans n’ont pas été traduits.

7 Steinbeck, avant d’écrire Les raisins de la colère, avait écrit plusieurs articles sur les hoovervilles (bidonvilles de travailleurs) de Californie dans le San Francisco News. Il est possible de les lire dans l’ouvrage The Harvest Gypsies, Berkeley (Californie) : Heyday Books, 2002.

8 Cette citation vient du séminaire du CRHIA de La Rochelle, « Cultures et territoires » du jeudi 17 janvier 2013. Elle est disponible au lien suivant : http://www.youtube.com/watch?v=dvBVwnvNyek. La transcription est personnelle.

9 Bien que commençant en 1973, la dictature s’est progressivement installée au cours des années précédant le coup d’état de Bordaberry.

10 Dans une ville autrichienne assiégée par les troupes turques, une troupe de théâtre joue les aventures du fameux baron, jusqu’à ce que celui-ci arrive en chair et en os. À la suite d’aventures plus rocambolesques les unes que les autres, ce dernier finit par chasser l’ennemi turc mais meurt assassiné par un des notables de la ville. Le film se termine sur le baron, bien en vie, qui clôt son histoire et qui prouve en ouvrant les portes de la cité que les Turcs ont quitté le champ de bataille. Par la narration fantastique et imaginaire de ses aventures, Münchhausen a permis de faire passer l’attente du siège grâce à l’évasion de l’esprit.

11 Il est possible d’établir un parallèle entre le film de Terry Gilliam et le livre d’Ángel Parra sur le traitement du récit fantaisiste et de la mise en abyme pour échapper à l’attente.

12 Par exemple la nouvelle « Ellis Island » de l’écrivain Mark Helprin, dans le recueil éponyme.

13 Don DeLillo (2006).

14 On retrouve cette notion de vécu et pensé dans le travail de Kenneth Pike sur les notions d’emic et d’etic : l’emic serait l’expérience vécue par un individu, l’etic serait la perception que le chercheur se ferait de l’emic. Dans le cadre des territoires de l’attente, ce que nous voyons comme de l’attente, de par notre point de vue en hauteur, ne correspond pas forcément à de l’attente pour les migrants des romans et des auteurs.

15 On peut penser par exemple aux photos d’ouvriers et de populations pauvres de l’Ouest des États-Unis prises par Dorothea Lange dans les années 30, que l’on retrouve dans les œuvres de Steinbeck entre autre.

16 Il est amusant de noter par ailleurs que le terme même de microhistoire provient d’un roman, Les fleurs bleues de Raymond Queneau (2012, pp. 88) :

« - Et cette histoire universelle à propos de laquelle je t’ai, il y a bien longtemps déjà, interrogé […] Dis-moi, ce concile de Bâle, est-ce de l’histoire universelle ?

- Oui-da. De l’histoire universelle en général.

- Et mes petits canons ?

- De l’histoire générale en particulier.

- Et le mariage de mes filles ?

- À peine de l’histoire évènementielle. De la microhistoire, tout au plus. »

17 C’est le sous-titre de l’ouvrage collectif dirigé par Didier Poton, Micéala Symington et Laurent Vidal, La migration européenne aux Amériques. Pour un dialogue entre histoire et littérature, Rennes : PUR, 2012.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thomas Plançon, « Les territoires de l’attente dans la littérature des Amériques au 20ème siècle : représentations et enjeux », Amerika [En ligne], 13 | 2015, mis en ligne le 25 décembre 2015, consulté le 23 août 2017. URL : http://amerika.revues.org/6866 ; DOI : 10.4000/amerika.6866

Haut de page

Auteur

Thomas Plançon

Université de La Rochelle
thomas.plancon@univ-lr.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo ERIMIT - Equipe de recherche interlangues : mémoire, identités, territoires
  • Les cahiers de Revues.org