Navigation – Plan du site
Comptes-rendus
Musique

Nicholas E. Limansky, Yma Sumac. The Art Behind the Legend

New York, YBK Publishers, 2008
Yves Laberge
Référence(s) :

Nicholas E. Limansky, Yma Sumac. The Art Behind the Legend, New York, YBK Publishers, 2008.

Entrées d’index

Géographique :

Pérou
Haut de page

Texte intégral

1Plus qu’une chanteuse, Yma Sumac (1922-2008) aura été une véritable icone de la musique latino-américaine, à la fois spectaculaire et inclassable. Sa voix incomparable couvrant cinq octaves lui permettait de toucher les notes les plus graves du registre des chanteurs masculins mais aussi d’atteindre des notes suraigües pour imiter des sons d’oiseaux. Son répertoire était très varié : chants incas, opéra, jazz, mambo, chansons populaires et même le psychédélisme au début des années 1970 ! Elle chanta en anglais, en espagnol, dans des langues anciennes et pouvait aussi utiliser des onomatopées pour scander des mélodies rythmées, par exemple sur son disque envoûtant intitulé « Mambo». Après plus d’un demi-siècle, tous ses disques ont été réédités en CD. Même Vanessa Paradis mentionnait son nom au passage dans sa chanson « Joe le taxi » (1987). Ce livre méconnu de Nicholas Limansky est le seul en langue anglaise à lui avoir été consacré ; il n’en existe aucun dans notre langue.

2La sublime Yma Sumac connaît son heure de gloire durant les années 1950. Elle incarne alors l’exotisme par excellence, enregistrant des musiques aux sonorités des Jivaros — coupeurs de têtes (son célèbre disque « Legend Of The Jivaro») et des mélodies incas (« Voice Of The Xtabay » et « Taita IntyVirgin of the Sun God »). Son dernier disque fut « Miracles », de style psychédélique, en 1972 (pp. 156-172). Ses origines péruviennes et son surnom de « princesse inca » donnèrent alors lieu à toutes sortes de légendes, rumeurs, spéculations que ses agents ne démentissent qu’à moitié. Il y a sans doute une part de rêve et une faible part d’authenticité dans ces mélodies dites incas puis dérivées et augmentés d’arrangements très hollywoodiens. Néanmoins, derrière ces orchestrations sensationnelles se trouve une voix auréolée de mystère, indéniablement forte et toujours étonnante. Domiciliée au New Jersey au début de sa carrière, Yma Sumac a fait ses premières émissions à la radio à New York en 1942 (p. 15). Adulée et célèbre à partir de 1950, elle parcourt le monde, du Canada à l’URSS, sans oublier l’Amérique latine et le Pérou, sa véritable patrie (p. 213).

3Biographe passionné et admiratif, Nicholas Limansky décrit les spectacles de la chanteuse comme étant « extravagants » : elle pouvait interpréter au cours d’un même récital des chants incas suivis de vocalises improvisées sur l’air du « Clair de Lune » de Debussy (p. 137). Curieusement, comme pour beaucoup de vedettes, de nombreux critiques ont surtout commenté ses costumes de scène et sa posture scénique sans s’attarder outre mesure à la qualité exceptionnelle de son chant (p. 198). D’ailleurs, un journaliste de Milwaukee écrivait en 1954 : « Actually, Miss Sumac was more a delight to the eye than to the ear » (p. 119). Nicholas Limansky montre bien l’incapacité de bien des critiques généralistes de décrire un spectacle inusité, par exemple ce journaliste d’Indianapolis : « The last song of all, an imitation of jungle noises, was one of those things you’d never believe from any description of it » (p. 119).

4Loin d’être une simple biographie, Yma Sumac : The Art Behind the Legend raconte les tournées mondiales et la réception des critiques face à cette artiste phénoménale et imprévisible ; les dimensions musicologiques et discographiques sont aussi mises de l’avant (p. 198). L’abondance et la précision de sa documentation réunie font la force de ce livre étoffé comprenant d’innombrables citations et extraits de nombreuses critiques de l’époque (p. 137). Même des extraits de critiques enthousiastes parues dans le quotidien soviétique Pravda sont cités au passage : Yma Sumac aurait envoûté le public soviétique et a même pu rencontrer le président Khrouchtchev, tout comme les compositeurs Chostakovitch et Khatchatourian (p. 145).

5Rétrospectivement, on comprend que ce livre étoffé permet d’étudier un phénomène interculturel dans les États-Unis des années 1950, alors que cette partie authentique de la culture sud-américaine était réappropriée par l’appareil de culture de masse des États-Unis pour être commercialisé. En soi, le succès du phénomène Yma Sumac témoigne de la fascination d’une partie du public nord-américain pour tout ce qui peut évoquer les civilisations précolombiennes, et en particulier l’héritage de la culture des Incas.

6Pour sa part, l’auteur a rencontré quelques proches de la chanteuse et a retranscrit leurs souvenirs et témoignages. Elle-même résume son propre style musical : « un mélange combinant l’atmosphère des Andes péruviennes avec des arrangements musicaux contemporains » (« My music has always blended the feel of the Peruvian Andes with contemporary musical arrangements», p. 198). Au dernier chapitre, un tableau indique le nombre d’octaves atteints (la plupart du temps trois octaves) par Yma Sumac selon les titres des chansons interprétées (p. 266). On regrette seulement l’absence ce notes en bas de page et de bibliographie précise. Mais on comprend que la documentation sur ce sujet reste encore bien mince. Ce livre sur une chanteuse fascinante accompagnera idéalement l’écoute ou la découverte de cette chanteuse unique. Comme il est difficile de le trouver en dehors des États-Unis, on en recommandera l’acquisition aux bibliothèques publiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yves Laberge, « Nicholas E. Limansky, Yma Sumac. The Art Behind the Legend  », Amerika [En ligne], 12 | 2015, mis en ligne le 29 mai 2015, consulté le 27 février 2017. URL : http://amerika.revues.org/6092

Haut de page

Auteur

Yves Laberge

Université d’Ottawa

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo ERIMIT - Equipe de recherche interlangues : mémoire, identités, territoires
  • Les cahiers de Revues.org