Navigation – Plan du site
Comptes-rendus
Littérature

Jorge Carrion (ed.), Mejor que ficción. Crónicas ejemplares

Barcelona, Anagrama, 2012
Sylvie Koller
Référence(s) :

Jorge Carrión, Mejor que ficción. Crónicas ejemplares, Barcelona, Anagrama, 2012.

Entrées d’index

Géographique :

Amérique latine
Haut de page

Texte intégral

  • 1 A titre d’exemple, pour chacun des trois genres : Darío Jaramillo Agudelo (ed.) Antología de crónic (...)

1Un boom de base intensité. C’est ainsi que l’on pourrait qualifier le nouvel âge d’or de la chronique latino-américaine. Hybridation féconde de journalisme et de littérature, ce genre est exposé dans des revues culturelles telles que Soho ou El Malpensante en Colombie, et dans des médias d’information en ligne comme Gatopardo (édité en Colombie au Mexique, et en Argentine), El Faro (édité au Salvador), Marcapasos (édité au Venezuela). D’autres revues numériques ont été créées spécifiquement pour diffuser le travail d’écrivains de non-fiction : Etiqueta Negra au Pérou, El Puercoespín et Anfibia en Argentine. Voici maintenant que l’édition espagnole s’intéresse à ce phénomène et, quoique timidement, commence à publier des anthologies, des livres dus aux plumes les plus reconnues et des essais critiques1. Des revues espagnoles, elles aussi, ouvrent largement leurs pages et contribuent à la notoriété du genre. Ainsi de la revue mensuelle Tinta Libre qui, depuis son premier numéro de mars 2013, publie régulièrement des articles consacrés à ce renouveau et reprend des chroniques publiées dans des revues latino-américaines. Il faut mettre en relation cet appétit nouveau avec la redécouverte de grands écrivains-témoins espagnols de la première moitié du vingtième siècle comme Josep Pla et Manuel Chaves Nogales. Comme leurs glorieux prédécesseurs, certains auteurs passent de la fiction à la non-fiction.

2Par ses choix, l’anthologie proposée par Jorge Carrión, écrivain, professeur d’écriture créative et critique, donne à voir l’amplitude du genre et sa circulation transatlantique. Des auteurs espagnols y trouvent en effet leur place aux côtés des auteurs latino-américains. Plusieurs générations sont présentes, de l’Argentin Edgardo Cozarinsky, né en 1939, à la Vénézuelienne Maye Primera, née en 1970. Mais c’est surtout par la reconnaissance d’approches et de styles variés que l’anthologie nous invite à réfléchir à des filiations et à des affinités. Cette ouverture à la pluralité est explicitée dans l’excellente préface, un essai de quarante pages. Elle s’inscrit également dans le dictionnaire des auteurs hispano-américains de non-fiction présenté à la fin de l’ouvrage, qui prend en compte le reportage, le journalisme d’investigation, le récit de voyages, le portrait, l’interview et l’essai comme « territoires de confluences ».

  • 2 Nuevoscronistas.fnpi.org
  • 3 Dans son numéro un de mars 2013 de la revue Tinta Libre a publié une somptueuse chronique de Jon Le (...)

3De qui les chroniqueurs actuels sont-ils les héritiers ? Des auteurs situés à la charnière du XIXº siècle et du XXº siècle comme José Martí, José Enrique Rodó, Amado Nervo. Des premiers chroniqueurs des Indes, dont se réclament explicitement les auteurs qui constituent le groupe des Nuevos Cronistas de Indias, rassemblés autour de la Fundación Gabriel García Márquez para un Nuevo Periodismo Iberoamericano2. Du Nouveau Journalisme nord-américain, objet de leur admiration unanime : Truman Capote, Norman Mailer, Gay Talese, Tom Wolfe et aujourd’hui Jon Lee Anderson3. Mais les références invoquées sont beaucoup plus nombreuses et soulignent la transmission d’une culture cosmopolite, dans la lignée d’Ernest Hemingway, Claudio Magris ou Cees Noteboom. Les auteurs présents dans l’anthologie assument cet héritage et le reformulent en écrivant sur le Japon, L’Inde, le Maroc, l’Afrique de l’Est. Une esthétique du décentrement est à l’œuvre, refusant l’exotisme et traquant partout les traces de la mondialisation culturelle et d’une certaine banalisation du monde. Un modèle du genre est ici La guerra de Estambul, de Juan Pablo Meneses, qui met en scène le voyage touristique d’un couple d’amoureux inauguré le 11 septembre 2001. Visiter Sainte-Sophie ou regarder CNN en boucle dans sa chambre d’hôtel, tel est le dilemme.

4Quel est le rapport du chroniqueur à son sujet ? Le point de vue sur le réel est redevable d’une éthique de l’observation, d’un questionnement sur la distance juste à trouver avec le sujet. Observateur « infiltré » dans le réel, le chroniqueur cherche par la subjectivité du témoignage à échapper à la communication institutionnelle, à la version officielle ou simplifiée du réel. Le choix de Jorge Carrión porte la marque de cette subjectivité revendiquée, puisque certains textes semblent tirés vers la fiction : En familia (Plaza Djemà El F’Na’), de María Moreno, ou Punta de Sal, de Jaime Bedoya, se lisent plus volontiers comme des nouvelles que comme des chroniques de voyage.

5Il n’y a dans cette anthologie que peu de chroniques inspirées par l’actualité latino-américaine, mais celles qui ont été retenues portent la marque des tragédies. El rastro de los huesos de Leila Guerriero nous fait côtoyer l’Equipe Argentine d’Anthropologie Légiste, occupée à identifier les restes des disparus enterrés dans des tombes anonymes. Enquête longue, souci du détail, dévoilement progressif de l’histoire de l’équipe par des allers et retours entre le présent et le passé, la narration est impeccable. L’empathie se lit dans les portraits attachants de ces très jeunes gens désormais appelés à identifier des ossements dans le monde entier. Un sujet en apparence plus anodin, celui de la vente pirate de DVD, conduit en quelques pages Alberto Fuguet à évoquer la picaresque urbaine, le pluri-emploi, la défaillance des circuits de distribution cinématographique chiliens, tout en tenant magistralement le fil d’un portrait individuel, celui d’un pirate cinéphile passé maître dans l’autojustification.

6La discussion sur la frontière entre chronique et fiction, un point de passage obligé pour les nouveaux chroniqueurs, n’est pas tranchée. L’ambivalence assumée semble l’attitude la plus raisonnable et la plus répandue : “En esa consciente ambivalencia, en las fisuras de lo real y de los géneros que tratan de representarlo, trabaja la no ficción de este cambio de siglo”. Y aurait-il des indices à trouver du côté des outils d’écriture, d’une poétique propre, pour définir la dimension littéraire de la chronique ? Ici le préfacier se trouve un peu démuni, et recourt à un essentialisme proche du crédo symboliste :

No es posible describir con la misma sintaxis ni con el mismo ritmo y metáforas los desiertos patagónicos que la ciudad de Nueva York (p.18).

También los escritos de Guerriero hablan por lo general de desplazamientos en el espacio que poseen su propia música : mediante la sintaxis, la puntuación, el énfasis o el ritornello las palabras sintonizan con el espacio que intentan representar (p.36).

7Comme les vingt-et-une chroniques en attestent, la diversité des registres stylistiques est grande, de la tendre ironie d’Alberto Salcedo Ramos (El bufón de los velorios) à la cruauté baroque de Pedro Lemebel (Las amapolas también tienen espinas). Le dénominateur commun est bel et bien celui du talent. Un talent qui doit beaucoup à la constitution d’une communauté intellectuelle et à des entreprises éditoriales audacieuses.

Haut de page

Notes

1 A titre d’exemple, pour chacun des trois genres : Darío Jaramillo Agudelo (ed.) Antología de crónica latinoamericana actual, Alfaguara, 2011. Juan Pablo Meneses, Niños futbolistas, Blackie Books, Barcelona, 2013 et María Ángulo (coord.), Crónica y mirada, Madrid, Libros del K.O, 2014.

2 Nuevoscronistas.fnpi.org

3 Dans son numéro un de mars 2013 de la revue Tinta Libre a publié une somptueuse chronique de Jon Lee Anderson intitulée La Caracas de Hugo Chávez, reprise de la revue argentine El Puercoespín.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvie Koller, « Jorge Carrion (ed.), Mejor que ficción. Crónicas ejemplares », Amerika [En ligne], 12 | 2015, mis en ligne le 29 mai 2015, consulté le 27 février 2017. URL : http://amerika.revues.org/6053

Haut de page

Auteur

Sylvie Koller

Université de Rennes

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo ERIMIT - Equipe de recherche interlangues : mémoire, identités, territoires
  • Les cahiers de Revues.org