Navigation – Plan du site
Opinion / Varia

Représentation du corps sous la torture et la répression

Œuvres narratives argentines 1960-2000
Liliana Lukin
Traduction de Sandra Gondouin

Notes de la rédaction

Élaboration fragmentaire sur le Séminaire « El cuerpo en la letra. Representación del cuerpo en la tortura y la represión. Narrativa argentina 1960-2000 », donné en 2009 à l’Université Hebraïque de Jérusalem, Israel, et en 2010 à l’Universidad Autónoma de Barcelona.

Texte intégral

1Penser, écrire, c’est, à notre sens, porter témoignage pour le timbre secret. Que ce témoignage fasse œuvre et que cette œuvre, dans quelques cas, puisse, au prix de la pire méprise, du pire mépris, être placée sur les circuits de la mégalopole médiatique, c’est inévitable, mais ce qui l’est aussi, c’est que l’œuvre ainsi promue soit redéfaite, déconstruite, désœuvrée, déterritorialisée, par le travail de penser encore et par la rencontre égarante d’une matière (avec l’aide, non de dieu ni du diable, mais du hasard). Témoignons du moins, et encore, et pour personne, de la pensée comme désastre, nomadisme, différence et désœuvrement. Faisons nos graffiti, à défaut de graver. Cela semble d’une vraie gravité. Je me dis pourtant : même celui qui continue à porter témoignage, et témoignage de ce qui est condamné, c’est qu’il n’est pas condamné, et qu’il survit à l’extermination de la souffrance.”
Jean-Francois Lyotard, L’inhumain

2- Penser la littérature comme façon d’inventer ce qui est advenu pour que cela advienne dans une histoire de lectures.

3- Effacer l’impossibilité pour le langage de transmettre une expérience : quelque chose qui reproduise, en ses mots, la matérialité de ce sur quoi l’on a travaillé. Le caractère fragmentaire de cette écriture en tant que partie de cette matérialité : donner à lire en parties, penser la pensée en esquilles, en restes, en traces.

  • 1 Darnton R., Los best sellers prohibidos en Francia antes de la Revolución, Buenos Aires : FCE., 200 (...)

4- Se demander, avec Darnton1, si les livres produisent des évènements ou pas, si les livres deviennent des révolutions ou non, penser, en suivant cette ligne que complètent Chartier y Foucault (en niant une relation directe), les raisons et les mécanismes à travers lesquels les idées et les livres se mélangent, interviennent et génèrent des changements sociaux.

5- Je revois un documentaire qui présente un entretien entre Jorge Semprun et Elie Wiesel, où ce dernier affirme : « Il est interdit de se taire, il est impossible de parler ». Sous toutes les dictatures l’opération - inverse ? - se produit : « il est interdit de parler, mais il est impossible de se taire. » Wiesel ajoute : « Ils ne veulent pas, ils n’ont pas voulu écouter ».

6- Penser la littérature comme un chemin de traverse qui permet le passage du corps par la grille l’interdit . Le triomphe de la lettre ou l’échec du sens.

  • 2 Rosa N., Cuaderno de Narrativa Argentina, Buenos Aires, Noveno Encuentro de Escritores R. Noble, «  (...)

7- Je cite : « Ce qui n’a pas pu se passer dans la réalité (dans la réalité politique, dans la realpolitik), revient sur le plan de l’imaginaire. »2
La littérature argentine fait parler les corps depuis leurs origines – dans El matadero, d’Esteban Echeverría –, bien que pour ce faire elle invente des formes de mutisme. Ce silence parle. Entre le silence et ce qui parle dans le silence, on tente une écriture.
Qu’est-ce qui, plus que le lien à l’expérience, pourrait faire qu’un thème devienne une matrice productive de faits esthétiques-éthiques ?

8- Le corps qui écrit, comme un corps témoin : Etre témoin et témoigner, être témoin et ne pas témoigner, ou bien, être un survivant dans le sens que donna Primo Levi, qui ne se prend pas pour un survivant, car un survivant c’est un témoin anéanti, quelqu’un qui ne peut plus parler.

9- Penser la représentation des corps implique de prendre en considération cet énorme vide qui s’inscrit entre les textes et les témoignages, et le silence d’une société où quelques travaux d’écriture, quelques littératures, récupèrent, exhument, parfois des années plus tard, les faits dont on témoigne.

10- Penser la relation entre les textes et l’expérience : en tant que transmission, mais d’une expérience de lectures. Aucune de ces idées n’est produite par autre chose que la lecture, tout provient de la lecture, dans le sens où elle se superpose, se trame, agit sur d’autres expériences. Il s’agit de ce que les lectures font à mon corps.

11- Créer un théâtre d’idées pour des modes de représentation des corps dans leurs constructions linguistiques et répressives.

12- La littérature argentine ne s’écrirait pas dans ce que nous avons l’habitude d’appeler par convention des romans, des nouvelles, de la non-fiction, mais à travers des textes qui s’approchent d’essais philosophiques, psychanalytiques, sociologiques, au-delà des questions de genre : une enquête sur leur fonction en tant qu’élaborateurs de la parole du témoin.

13- Penser la relation entre corps et politique dans la littérature argentine une fois de plus : la relation entre la littérature argentine écrite pendant et sur la Dictature Militaire de 1976 et la littérature écrite après et sur l’Holocauste ou Shoah.

14- Le savoir sur l’Histoire : toujours en termes de mémoire et d’oubli.

15- La Shoah à l’horizon des interprétations de toute lecture et écriture postérieures à celle-ci : une partie de la culture, des lectures à travers lesquelles la littérature argentine a inventé des façons de faire parler l’Histoire.
Donner à voir comme un don à savoir.

16- Ecrire « je souffre » ne produit pas de souffrance et ne donne pas à lire de souffrance, il faut une écriture qui souffre.
« le corps le plus corps est le corps mort » 

17- Il s’agit de penser ce que les lectures font à un corps. Je suis mon corps. Il s’agit de penser, non plus avec Spinoza, que « nul ne sait ce que peut le corps », mais ce qu’une histoire de lectures peut faire à un corps.
Que font-elles à mon corps ? Que font-elles à un corps social ? Que font-elles au corps d’une société qui ne lit pas ces textes ?
« les eaux que les morts
ont cessé de boire
coulent plus lentement
 »
En juillet 1985, Borges a écrit et publié un texte dans le journal « Clarín » d’abord, puis dans d’autres média, sur son expérience, celle d’entendre une séance du procès contre la Junte Militaire.
Il s’agissait du témoignage de Víctor Basterra, un photographe qui avait été à l’ESMA (Ecole de Mécanique de l’Armée). On sait qu’il était chargé de photographier ses camarades détenus disparus, de faire de faux papiers et d’autres travaux ; on sait aussi qu’il a réussi à garder les négatifs des photos de quelques-uns d’entre eux, et à les faire sortir quand il a été libéré.
Borges convertira le témoignage de Victor Basterra en un fait qui, dès lors, fera partie de l’histoire de la lecture, puisque le livre Testimonios : los juicios a las juntas où le témoignage avait été publié, n’est pas inscrit dans le champ littéraire traditionnel.
En revanche, l’opération que le nom de Borges (inscrit en haut lieu dans la littérature argentine) fait avec le témoignage d’un détenu disparu permet à cette parole de devenir un texte ; un texte atroce. Borges lui-même utilise dans ce texte le mot « atroce ».

« Paradis perdu

Nous sommes condamnés.
Nous n’avons pas su créer l’oubli.
 »

18- Je choisis El niño proletario et Los Tadeys, Osvaldo Lamborghini, Cuerpo a cuerpo, David Viñas, Ultima conquista del ángel, Elvira Orphée, « Cambio de armas », de Luisa Valenzuela, pour une première trame exemplaire des procédés de fictionnalisation, de leurs jeux et variations : le travail métaphorique et référentiel sur la torture, la répression, le souvenir, les savoirs médicaux, policiers, l’histoire de l’Art, la Culture Nationale, l’avenir.

  • 3 Kaufman A., dans les Journées « Cuerpos Argentinos », Bs. As. : IUNA, 2008.
  • 4 Lamborghini O., « El niño proletario » in Sebregondi retrocede, 1973, reédité dans Novelas y cuento (...)

19- L’Histoire argentine, cependant, a inventé des figures, des tropes, des ressources issues de l’imagination du Pouvoir : les Disparus et leur corrélat corporel, les Mères (dont le pouvoir destituant a été le résultat inédit d’une politique que l’on pourrait synthétiser en un « ne pas pleurer, ne pas abandonner l’espace publique, persister et grâce à laquelle on a ouvert une « faille » au cœur du système répressif »3) et les enfants volés : un perfectionnement des processus de manipulation des corps, que la littérature a prononcé et pré-annoncé : « Tuer un enfant prolétaire (...) est un acte parfait »4.
« El niño proletario » est une courte nouvelle qui démarre cette série telle une sorte de prémonition : « fantaisie politique qui met en scène, parmi d’autres clichés de la culture populaire et la littérature dite « cultivée », le discours « patriotique », et le discours normalisateur des institutions où nous allons trouver dans la phrase citée « tuer c’est parfait ». Double sens qui s’ajoute à la transgression et à la moquerie du « Premier commandement » et va inclure les idées de « sujet politique » et de « lutte de classe ». Tout cela va installer un niveau de violence qui produira l’intolérable lecture de ce qui a été narré, tout en prenant en charge la construction littéraire de cette violence sur un corps.

- Ainsi, dans « El niño proletario », le mutisme du corps sans nom engendre une inadéquation orthographique exagérée, que nous pourrions dire « violant avec des cris », « avec des interjections », les lois du langage, ce qui va correspondre avec les violences dont souffrira le protagoniste.
Ce texte va expliciter et réunir en une seule fiction ce que nous pourrions nommer « politiquement incorrect » ; cela sera poussé à l’extrême par la description des actions d’un groupe envers un seul individu (pauvre, ignorant, sale, mal habillé, fils des immigrants illettrés, -alcooliques et prostitués-, habitant un quartier marginal), et sera légitimé de façon évidente dans le récit à travers des opérations linguistiques et narratives. Le récit devient comme un premier plan de cinéma pornographique « snuff » : il n’y a pas autre chose que du sexe et de la mort, et toutes les combinaisons possibles entre sexe et mort que véhiculent celui qui a le pouvoir sur la victime, toujours innocente.

20- L’horreur de la narration est atténuée par une sorte d’effet parodique, car ces enfants vont dénoncer leur conscience de classe et les causes de leur acharnement, le mépris profond pour l’objet, qui méritait cette soumission et cette souffrance de par son « abjection naturelle ».

21- Dans le même sens, devient explicite un « pacte de silence » (figure de la « politique » par excellence) entre les victimaires bourgeois illustré dans ce cas par l’ingestion du sperme et des excréments.

22- Le langage crée un texte où le délit est justifié par la supériorité morale de classe. Alors la bouche devient le lieu d’ingestion d’une sexualité et de ses propres déchets, telle une valeur suprême : le corps torturé a moins de valeur que ses propres excroissances. De façon ironique, le pauvre corps ainsi discriminé va se manifester à l’heure de sa mort « avec la langue dehors » : double sens d’« avoir fini épuisé » et de la gestuelle de se moquer de l’autre.
Un frisson parcourt le texte, fait rayonner dans la lecture l’impunité de l’anecdote, du langage, de la haine, annonce l’avenir.

  • 5 González H., Cuaderno de Narrativa Argentina, Buenos Aires : Noveno Encuentro de Escritores R. Nobl (...)

23- Je cite : "Ceci est un présent où la révision de ce qui s’est passé se fait à partir de l’idée que le pouvoir de la vérité en tant que fiction (ce en quoi concordent les grandes théories des sciences humaines) a un effet tel, qu’il est très difficile de savoir où situer aujourd’hui des écrits comme ceux de Walsh, ou d’Osvaldo Lamborghini. Bien qu’ils soient différents, il me semble qu’ils sont faits avec une intention presque similaire ou avec une autre idée de l’histoire. Disons qu’ils défient le présent. En ce sens, la vraie littérature, ce que l’on suppose qu’est la littérature, serait une façon de désarmer l’histoire du présent."5

24- Inscrire la lettre dans le corps : l’Histoire en tant qu’histoire d’un corps.

  • 6 Sarlo, Beatriz, « Los militares y la historia : contra los perros del olvido », in Punto de Vista, (...)

25- Je cite, d’un essai de Beatriz Sarlo : « [...] Que faire de ces textes : les enfermer, les cacher, les brûler ? Ils parlent sans arrêt, ils construisent et reconstruisent ce que, depuis d’autres lieux de la société argentine, l’on prétend occulter. Pour y parvenir, il faudrait supprimer une bonne partie de la littérature argentine de ces dix dernières années. Et ce serait une entreprise inutile ou une opération impensable qui détruirait complètement ce qui est déjà matière à mémoire. Si le discours officiel, sous l’exigence militaire, établit la réunification par l’oubli, d’autres discours sont porteurs du passé. Je lis « Pandore sent », écrit entre 1980-82 :

« 
Un mot
si on le garde longtemps
lâche des fèces
matières blessantes
à l’œil et à l’oreille
moiteurs
il fait
sang par plusieurs de ses côtés
il ne pourrit pas
vue sa condition
de témoin à charge
 
mais il empeste »
(traduction de Jacques Ancet)

Pandore, la littérature, insiste pour garder ouverte la boîte que d’autres veulent refermer. La prétention des militaires, tourner la page déjà écrite de l’histoire, on pourra l’accepter dans certains cas. Mais pas dans d’autres : les mots, en effet, sont des témoins à charge. Il a été démontré, en Argentine, que leur circulation peut être interrompue, mais également qu’ils reviennent se faire entendre avec ténacité. Ils empestent mais ne pourrissent pas, ils ne se désintègrent pas. Les mots, contre toute évidence de sens commun, sont plus tenaces que les corps. Ceux-ci peuvent disparaître, être jetés à la mer (« un naufragé vient de naître », ou dans le livre Descomposición, de Lukin, écrit entre 1980-82), mais les textes qui rappellent cette décomposition, (ces poèmes où l’on trouve des doigts qui « ressemblent à des corbeaux… qui s’agitent sur l’eau »), idem, reviennent, une fois ouverte la boîte de Pandore, pour dire exactement ce qu’ils disent.
Nous avons lu la littérature de ces dernières années, en lui donnant un ordre, celui des mots, en contact avec l’ordre d’une biographie collective. Pour oublier, il serait nécessaire non seulement de détruire notre souvenir, mais aussi de refermer cette boîte de Pandore, la littérature. Il faudrait effacer la trace matérielle des écrits, leur trace imprimée, et la marque de la mémoire des lectures. Pour tourner la page et en écrire une autre qui la contredise, il serait nécessaire que nous oubliions deux fois : ce qui est arrivé à chacun d’entre nous, et ce à partir de quoi, avec ce matériel collectif, identifiable ou anonyme, a travaillé la littérature. […] »
6

26- Je crois en un retour à la « vérité » du témoignage. Rendre son historicité à la narration sur les corps, comme une relecture de ce qui se situe en marge des genres.

27- Je choisis Gutural y otros sonidos d’Estela dos Santos, Diario íntimo de Odolinda Correa de Roma Mahieu, En estado de memoria de Tununa Mercado et La traducción de Sonia Catela, pour une seconde trame exemplaire. Des formes extrêmement singulières de la représentation du corps féminin dans des situations limites, dans des écritures également limitrophes, même dans leur inscription dans des genres ou formules. Elles exposent en tant qu’objets du récit des femmes qui, victimes de la misère ou de l’ignorance, de la répression scolaire, de viols, de l’exil, de la maladie, de la prison ou d’enlèvements, de torture, d’intervention au nom de la santé mentale, physique ou reproductive et d’autres discriminations, « parlent » à la première personne : journal intime, confession, chronique, document, mémoires, journal de bord. Indécidable.

28- Une fois son registre installé dans les limites des formes de fictionnalisation, la subjectivité ainsi exposée met le récit face au problème de réception que pose toute écriture travaillée entre la fiction du témoignage et le témoignage de la fiction. À partir de là, un programme.

29- Ce non hasard, cette première personne qui m’interpelle à nu dans chaque texte, c’est ce qu’établit le corpus : eux, elles, m’ont fait m’engager, non pas seulement envers la lecture, mais envers ses effets. Je devrai donc en répondre.

30- Ces textes réécrivent ce qui ne cesse jamais de devoir être dit.

  • 7 Piglia, Ricardo, La ciudad ausente, Buenos Aires : Sudamericana, 1987.

31- Un fragment de La ciudad ausente7, qui s’appelle « Grabación » (« Enregistrement ») : la transcription du témoignage d’un homme qui a été témoin, un témoin qui témoigne, qui offre un témoignage, de comment il a vu, à la campagne, l’arrivée constante de camions qui amenaient des corps et comment étaient creusées des fosses ensuite recouvertes de chaux, créant ainsi une carte, une cartographie de points blancs dans la nuit, car la gelée produisait des reflets là où se trouvaient les fosses, que lui, le témoin, il avait comptées comme étant plus de 700…

  • 8 Baudrillard J., El intercambio simbólico y la muerte, Caracas : Monte Avila, 1981.

32- Un risque : « le texte comme ossuaire de signes »8
L’écriture comme un os blanchi, ce qui est resté des cadavres après la chaux et le passage du temps.

33- Si les textes sont mémoire, si les textes sont la mémoire sociale, ils sont condamnés à l’échec car la mémoire, en tant qu’opération, en tant que revendication du passé, construit des ossuaires : des lieux de conservation du presque rien, des restes, le miroir de la nuda vida.

34- Alors, une autre opération est possible : travailler avec l’oubli et mettre l’oubli en scène. Ce que l’on ne doit pas oublier c’est qu’il y a eu un oubli.

  • 9 Wajcman G., El objeto del siglo, Buenos Aires : Ediciones Amorrortu, 2002.

35- Gerard Wajcman9, conclut que le véritable objet de l’art du XXIème siècle ce n’est pas, comme on pourrait le supposer en raison de l’insistance du mot dans les sociétés occidentales, la Mémoire, mais l’Oubli.
Il décrit les antimonuments de l’artiste Jöchen Gerz. Une ville allemande le convoque pour une œuvre sur l’Holocauste. Il prend la rue pavée la plus importante du centre ville, enlève tous ses pavés et en sépare 2146, le nombre exact de cimetières juifs existant en Allemagne en 1939 et détruits par les nazis. Sur l’envers de chaque pavé, il inscrit le nom d’un cimetière et on remet les pavés à leur place, avec l’inscription en-dessous. Les citoyens de cette ville et du monde qui passeront par cette rue, à partir du moment où l’œuvre a été réalisée, y marcheront sans savoir quel pavé porte une inscription et lequel n’en porte pas, ils marcheront de façon aléatoire et poseront à jamais leurs pas sur ce qui reste, le vide, le manque des milliers de cimetières juifs annihilés.

36- Éradiquer des cimetières : l’annihilation de l’annihilation, sur la scène publique, non pas à la vue mais aux pieds du Monde...

37- Une opération semblable est décrite dans La ciudad ausente, car cette chaux qui réverbère la lumière la nuit est comme le pavé retourné. Ces champs où l’on peut compter jusqu’à 700 zones lumineuses sous le givre représentent une version de la rue aux pavés sur lesquels on est intervenu, des puits noirs qui irradient la lumière d’un fait dont ils ont connaissance, dépassés par la puissance de ce qui gît là.

  • 10 del Barco O, « Algo sobre los campos de exterminio », in Revista Nombres Nº 10, Córdoba : UNC, 1997

38- Oublier ou se rappeler sont des actes de la volonté.
Bien qu’Oscar del Barco10 affirme : « plutôt que de s’opposer à l’oubli (ce qui ne peut être fait), il faudrait essayer d’accéder à la vérité du camp d’extermination en tant que révélation » et qu’il cite à son tour Robert Antelme quand dans L’espèce humaine, en 1947, il dit que « notre horreur était notre lucidité ».

39- Travailler le langage pour provoquer quelque chose qui soit inoubliable. Inoubliable, cela devrait être l’un des objectifs de la littérature, être inoubliable.

  • 11 Meschonnic H., La Poética como crítica del sentido, Buenos Aires-Madrid : Ediciones Mármol-Izquierd (...)

40- Je cite : « On pourrait dire qu’un texte, au sens d’une invention de pensée (et quel que soit ce qu’on appelle un genre, poème, ou roman, ou texte dit philosophique) est ce qu’un corps fait au langage. Et si un texte, en ce sens, est ce qu’un corps fait au langage, alors il oblige à penser, repenser, ce qu’on appelle un sujet. (…) Alors la poétique est elle-même une éthique en acte de langage. (...) elle est du même coup politique. Une politique du sujet. Des sujets. »11

41- La littérature serait ce que peut un corps dans le langage. La littérature vue comme une action.

42- La production littéraire (fiction, non fiction), on le sait, dialogue avec la tradition littéraire et pas seulement avec « le réel ».
La littérature « se charge » de trouver une place, ce qui revient à trouver un style, car la place que cherche la littérature est une place dans le style.

43- Penser certains thèmes que la littérature argentine n’a pas pu traiter, travailler jusqu’à présent : la disparition des mains du cadavre de Perón. En revanche, un thème comme le vol du cadavre d’Evita et la relation qui s’est établie entre celui qui a enlevé le corps et ce corps embaumé, a inspiré de nombreux textes. Une opération, la dissimulation de ce cadavre, qui annonce ce que la dictature militaire postérieure va faire de ces corps.

44- Comme si l’Histoire prévenait la littérature : comme si elle créait les arguments pour la répétition de l’Histoire, mais qu’elle les donnait aussi à la littérature. Primo Levi nous dit : « Si comprendre est impossible, connaître est nécessaire. Car ce qui est déjà arrivé peut encore revenir. Les consciences peuvent être à nouveau séduites et obscurcies : même les nôtres ».

  • 12 Jinkis, J, Violencias de la memoria, Madrid : Edhasa, 2012 (publié en Revista Ñ, 17-3-2012).

45- Les textes donnés à lire en tant que métaphore qui revient.
Se demander non pas comment c’est arrivé, ni même pourquoi c’est arrivé, mais comment est-il possible que, cela étant arrivé et la société le sachant, cette société entière puisse le nier par omission, oubli ou volonté. Et quel est le destin (la marque éthique que cela laisse en lui) du corps social qui a choisi cela ou qui a laissé faire, sans se sentir responsable.
Je cite : « Généraliser griffonne tout avec le torchon de la culpabilité. Un « nous » qui ne discrimine pas dissout dans un anonymat qui rassure les consciences, assure l’impunité, et dissout la responsabilité. Il y a une inclémence intrinsèque dans les liens sociaux : comment n’allaient-ils pas s’exaspérer dans le temps de la terreur, jusqu’à atteindre parfois l’extrémisme du « sauve-qui-peut » ? Mais il y eut aussi des actes de résistance, de solidarité généreuse et risquée. Je dis alors que la passivité de la population n’as pas été de l’assentiment. »12

  • 13 Martyniuk C, Esma : fenomenología de la desaparición, Buenos Aires : Editorial Prometeo, 2004.

46- L’Histoire argentine n’abandonne pas ses motifs littéraires ni historiques et elle les réinstalle au niveau du réel ou du fictionnel, indéfiniment. 2001, 2002 : tout explose, crise totale du système économique-politique-social ; encore une fois nous avons tout perdu. Même les métaphores. Quels récits rendront compte de cela ? C’est l’une des questions que se pose Martyniuk, en partant d’une énorme tristesse, dans un texte emblématique, croisement entre sociologie, philosophie, littérature, quels types de formes narratives rassemblent aujourd’hui la société, hormis le football ? La sensation, écrit-il, qu’a une société, que la disparition est quelque chose qui continue continuellement.
Etre attentif, dit-il, que pouvons-nous faire d’autre ? Insister, attirer l’attention, écrire, se lever, faire l’effort de se relever, même s’il ne nous reste plus de force, continuer, écouter. « Ecrire comme on frappe l’être, en éveillant l’attention, en éveillant les sens, la lecture et l’écriture contre l’indifférence. »13

47- De l’énorme tristesse. Nul n’oublie rien.

48- Un corps d’idées qui tombe de tout son poids sur mes épaules, me traverse, continue à passer à travers moi en ce moment. Un corps d’idées qui désire être interminable, proliférer dans d’autres textes.

Haut de page

Bibliographie

Baudrillard J., El intercambio simbólico y la muerte, Caracas : Monte Avila, 1981.

Darnton R., Los best sellers prohibidos en Francia antes de la Revolución, Buenos Aires : FCE., 2007.

González H., « La Historia en la literatura » in Cuaderno de Narrativa Argentina, Buenos Aires : Noveno Encuentro de Escritores R. Noble, 1996.

del Barco O, « Algo sobre los campos de exterminio » in Revista Nombres Nº 10, Córdoba : UNC, 1997.

Jinkis, J, Violencias de la memoria, Madrid : Edhasa, 2012 (publié en Revista Ñ, 17-3-2012).

Kaufman A., dans les Journeés « Cuerpos Argentinos », Buenos Aires : IUNA, 2008.

Lamborghini O., « El niño proletario » in Sebregondi retrocede, 1973, reédité dans Novelas y cuentos, Barcelona : Ediciones del Serbal, 1988 et dans Novelas y cuentos I, Buenos Aires : Editorial Sudamericana, 2003.

Lukin L., Malasartes (1978), Buenos Aires : Editorial Galerna, 1981. p. 4.

Lukin L., Descomposición.1980-82, Buenos Aires : Ediciones de la Flor, 1986. p. 3.

Martyniuk C, Esma : fenomenología de la desaparición, Buenos Aires : Editorial Prometeo, 2004.

Meschonnic H., La Poética como crítica del sentido, Buenos Aires-Madrid : Ediciones Mármol-Izquierdo, 2008.

Piglia, Ricardo, La ciudad ausente, Buenos Aires : Sudamericana, 1987.

Rosa N., « La Historia en la literatura » in Cuaderno de Narrativa Argentina, Buenos Aires : Noveno Encuentro de Escritores R. Noble, 1996.

Sarlo, Beatriz, « Los militares y la historia : contra los perros del olvido », in Punto de Vista, nº 30, Buenos Aires : 1987, citant poème Descomposición. 1980-82, de Liliana Lukin L, Buenos Aires : Ediciones de la Flor, 1986.

Wajcman G., El objeto del siglo, Buenos Aires : Ediciones Amorrortu, 2002.

Haut de page

Notes

1 Darnton R., Los best sellers prohibidos en Francia antes de la Revolución, Buenos Aires : FCE., 2007.

2 Rosa N., Cuaderno de Narrativa Argentina, Buenos Aires, Noveno Encuentro de Escritores R. Noble, « La Historia en la literatura », 1996.

3 Kaufman A., dans les Journées « Cuerpos Argentinos », Bs. As. : IUNA, 2008.

4 Lamborghini O., « El niño proletario » in Sebregondi retrocede, 1973, reédité dans Novelas y cuentos, Barcelona : Ediciones del Serbal, 1988 et dans Novelas y cuentos I, Buenos Aires : Editorial Sudamericana, 2003.

5 González H., Cuaderno de Narrativa Argentina, Buenos Aires : Noveno Encuentro de Escritores R. Noble, « La Historia en la literatura », 1996.

6 Sarlo, Beatriz, « Los militares y la historia : contra los perros del olvido », in Punto de Vista, nº 30, Buenos Aires : 1987, citant poème Descomposición. 1980-82, de Liliana Lukin L, Bs. As. : Ediciones de la Flor, 1986.

7 Piglia, Ricardo, La ciudad ausente, Buenos Aires : Sudamericana, 1987.

8 Baudrillard J., El intercambio simbólico y la muerte, Caracas : Monte Avila, 1981.

9 Wajcman G., El objeto del siglo, Buenos Aires : Ediciones Amorrortu, 2002.

10 del Barco O, « Algo sobre los campos de exterminio », in Revista Nombres Nº 10, Córdoba : UNC, 1997.

11 Meschonnic H., La Poética como crítica del sentido, Buenos Aires-Madrid : Ediciones Mármol-Izquierdo, 2008.

12 Jinkis, J, Violencias de la memoria, Madrid : Edhasa, 2012 (publié en Revista Ñ, 17-3-2012).

13 Martyniuk C, Esma : fenomenología de la desaparición, Buenos Aires : Editorial Prometeo, 2004.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Liliana Lukin, « Représentation du corps sous la torture et la répression », Amerika [En ligne], 12 | 2015, mis en ligne le 02 avril 2015, consulté le 28 avril 2017. URL : http://amerika.revues.org/5856 ; DOI : 10.4000/amerika.5856

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo ERIMIT - Equipe de recherche interlangues : mémoire, identités, territoires
  • Les cahiers de Revues.org