Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Chaque époque crée et imagine des « monstres » depuis la norme, depuis un système (linguistique, politique, religieux, social) qui les situent « contre », « en dehors » ou comme manifestation d’une erreur/faille ou élément étranger et difforme qui déstabilise et met en danger le système, légitimant ainsi son rejet ou bien son assimilation. En ce sens, le monstre est reconnaissable depuis l’altérité qui le constitue. C’est pour cela qu’il nous permet de comprendre comment se construit l’autre et comment on le perçoit. Tout ceci sans perdre de vue que le monstre n’est pas seulement l’autre ni toute personne qui est hors norme. Nous sommes tous des autres (pour les autres) et nous ne sommes pas des monstres pour autant. L'autre est nécessaire à l’identification du moi à qui il sert de support dès la première identification.

2Nous proposons un retournement dans l’appréhension contemporaine du monstre vers un retour dans l’intime, individuel et corporel comme symptôme socio-esthétique des interactions problématiques et de l’éclatement structurel du contexte postmoderne. D’une fonction purement cognitive et représentative qui souvent peut être assimilatrice, le monstre investit une fonction performative dans la sphère de l’action : survie, libération, résistance, revendication, lutte politico-sociale. Le monstre se resitue dans le Moi, dans l’individu, dans la conscience et surtout dans l'inconscient. Depuis Freud nous savons que le moi est clivé et que nous ne connaissons qu'une petite partie de ce moi. L'inconscient formé à partir du refoulement est le réservoir de tout ce qui n'est pas accepté par la société et qui peut apparaître comme monstrueux pour le moi lui-même.

3A partir de cette hypothèse, nous pouvons penser à toute sorte d’action sur le corps comme expressions (ou « options formelles ») de revendication identitaire et traces de ce même processus : fragmentation, fracture, (auto)-mutilation, blessure, maladie, appendice, coupure, oubli, animalisation, drogue, séparation aussi bien du corps individuel que du corps social.

4Le retournement que nous proposons ne doit pas être compris comme rupture radicale dans la mesure où il se base sur le corps, sur les marques du corps, les restes du passé ou réappropriations dans les représentations et les traditions. C’est en cela que se définit la position contemporaine : dans ce « changement focal » qui met en place le caractère performatif dans la subjectivité et dans la réception du produit esthétique. Ainsi, nous proposons une réflexion diachronique sur le Monstre dans la mesure où il est présent dans les esthétiques et représentations hispano-américaines et brésiliennes, où le monstre occupe une place originale, depuis les entreprises de légitimation des conquêtes, les guerres d’indépendances jusqu’aux discours constructeurs de la Nation ou autres expressions discursives, politiques dictatoriales ou néolibérales… Il nous reste donc à suivre les traces du monstre dans cette perspective de « changement focal » pour mesurer sa portée et son pouvoir esthétique et social aujourd’hui.

5Dorénavant, nous proposons une réflexion interdisciplinaire, poursuivant le défi de saisir une certaine entrée « systématisante » dans nos problématiques contemporaines depuis diverses « options formelles » et les « changements focaux » qui les ont impliqués : histoire, mémoire, politique, littérature, cinéma, linguistique, théâtre, musique, art populaire et de rue.

6Ce numéro est la fruit d’un projet lancé par le Laboratoire Interdisiciplinaire de Recherches sur les Amériques (LIRA/ERIMIT 4327) en 2012. Il s’est traduit par l’organisation de journées d’étude et colloques à Rennes 2 et dans d’autres universités françaises et étrangères (Paris IV-Sorbonne, Liège, Las Palmas de Gran Canaria). Au dossier thématique sur « Monstres et monstruosités », s’ajoutent un dossier « Monstres d’ailleurs », qui englobe d’autres aires culturelles (abordées lors de nos journées d’études et colloques), et un troisième dossier « Mélanges », qui inclut des collaborations hors thématique, mais toujours dans la même optique interdiciplinaire. Le dossier « Mélanges » réunit des textes théoriques des spécialistes du monde entier (Espagne, Brésil, Argentine), qui abordent des thématiques diverses (la musique dans les Caraïbes, l’œuvre de Juan José Saer -qui a enseigné pendant de longues années à l’Université de Rennes 2- et d’Assis Brasil, l’altérité indigène en Argentine).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Audran, Elodie Hardouin et Nestor Ponce, « Editorial », Amerika [En ligne], 11 | 2014, mis en ligne le 25 décembre 2014, consulté le 24 août 2017. URL : http://amerika.revues.org/5813

Haut de page

Auteurs

Marie Audran

Articles du même auteur

Elodie Hardouin

Articles du même auteur

Nestor Ponce

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo ERIMIT - Equipe de recherche interlangues : mémoire, identités, territoires
  • Les cahiers de Revues.org