Navigation – Plan du site
Thématique
Monstres et monstruosités

Les monstres du péronisme

Fictions illustrées, émotions et politique dans les années 1970
Moira Cristiá

Résumés

Toute société et tout groupe social crée leurs propres monstres, des créatures anormales qui provoquent la peur ou simplement le refus. Les différents courants du péronisme des années soixante-dix inventent également les leurs, dans le cadre d’un climat d’intolérance politique et de forte violence. Dans cet article, nous cherchons à identifier ces figures rejetées à travers l’étude de fictions illustrées, notamment des bandes dessinées publiées dans la revue de la Jeunesse péroniste Doña Robustiana, mais en évoquant également des caricatures tirées d’autres publications. Ces vignettes, utilisant l’humour pour alléger la tension, s’appuient sur le mythe politique du péronisme et font appel au plaisir du rire pour critiquer leurs adversaires. Nous proposons dans ce travail des pistes de réflexion sur la construction d’un imaginaire de la monstruosité, associé, dans ces documents, à l’immoralité et à l’impérialisme.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Des créatures déformées, des bêtes énormes et écœurantes, des hantises de l’imaginaire populaire, les monstres de toute société sont des figures intimement liées aux craintes collectives. Symbolisant des fantaisies terrifiantes, le monstre est régulièrement réquisitionné, dans l’imagerie polémique, textuelle ou iconique. Sa laideur, son caractère anormal et antinaturel, transmet une désapprobation, une association à l’immoralité. Si la représentation du monstre peut être associée à toute une gamme d’émotions négatives telles que la peur, la haine ou l’anxiété, l’inscrire dans une situation ridicule, ou dans un registre comique, permettra d’alléger la tension émotionnelle qu’il génère en provoquant le rire. L’humour est ainsi un moyen de traiter un sujet délicat, en neutralisant la souffrance grâce au plaisir du divertissement, voire d’un accès d’hilarité.

2Être fantastique et effrayant, le monstre n'appartient pas qu'à la pensée préscientifique des temps immémoriaux, il apparaît également dans différents types de créations artistiques de la période contemporaine. Dans l’Argentine des années 1970, dans un contexte de violence et d’intolérance politique, le monstre reste associé aux valeurs qui sont refusées. Que représente-t-on dans la monstruosité ? Représente-t-on tous les adversaires comme des monstres ? Quelles caractéristiques sont mises en avant lors de ce type de représentation ? Cet article cherche à les identifier afin de pouvoir définir un imaginaire lié aux représentations monstrueuses de la période étudiée. Au lieu d’analyser le discours écrit, l’enjeu est ici de choisir une approche qui favorise la compréhension des imaginaires sociaux qui traversent ces groupes, leur vision du monde et la construction de leur place dans la société. Dans ce but, nous aborderons les fictions illustrées publiées dans des revues de différents groupes péronistes, aux bases idéologiques disparates. Nous chercherons ensuite à reconnaître les mythes politiques que ces histoires incarnent. Enfin, nous montrerons que tandis que les monstres sont généralement associés à la force impérialiste, à la cruauté sociale et économique, d’autres adversaires, même conçus comme des forces du mal, de l’hypocrisie et de la fausseté ne reçoivent pas le même traitement.

1- Le monstre infernal

  • 1  « Doña » est le corollaire féminin du titre honorifique castillan « Don ». Actuellement, ces formu (...)
  • 2 Malgré l’absence de date sur certains exemplaires, nous pouvons déduire des thématiques liées au co (...)
  • 3 Le tirage n’est pas indiqué dans la revue et elle n’est pas enregistrée à l’Institut vérificateur d (...)
  • 4 Cette utilisation de la presse alternative dans les années soixante n’est pas une exception argenti (...)

3Le monstre incarne une menace, un obstacle ; il est la personnification du danger, d’un rival déguisé. Exprimant un mythe – une construction narrative expliquant la situation vécue –ces êtres effrayants interprètent la réalité à travers une fiction. Dans les publications de la gauche argentine, l’un des monstres récurrents que nous retrouvons concerne la représentation de l’impérialisme. Il apparaît ainsi, par exemple, dans la revue de bandes dessinées Doña Robustiana, dirigée par Jorge Serrano1 et éditée irrégulièrement entre la fin de l’année 1972 et juin 1973 par des militants de la jeunesse péroniste2. Vecteur d'un discours propagandiste, cette publication est clairement destinée à un public populaire. Même si son tirage est inconnu, notre intérêt réside dans les procédés utilisés : la construction de messages d’endoctrinement politique péroniste à partir de fictions illustrées qui récupèrent des éléments de la culture populaire3. À la manière d’autres expressions artistiques, telles que certaines pièces de théâtre militant de l’époque, ces histoires en images présentent des problèmes de la réalité intégrés à une fiction afin d’offrir au consommateur une autre perspective et de l’inciter à agir. Sans aucun doute, ces revues, à l’esthétique assez naïve, manifestent une volonté didactique et politique assez affirmée. Elles entendent distraire la jeunesse travailleuse, mais aussi l’instruire à partir de l’humour et lui offrir des modèles de résolution des problèmes. Une telle inclination se traduit notamment par la mise en évidence des conflits et la proposition de solutions. De même, des explications avec des éléments théoriques sont également exposées, dans un but de diffusion d’une idéologie péroniste révolutionnaire4.

4Le personnage principal éponyme de la revue est une femme au foyer d’un quartier ouvrier. Notre anti-héroïne au physique robuste – comme son nom l’indique – et à la forte personnalité représente esthétiquement une femme quelconque, toujours vêtue d’une robe à pois et portant des bigoudis. Ses ennuis, ses réflexions et sa façon d’agir représentent également la vie des habitants d’un quartier populaire, pour susciter l’empathie du lecteur. Ainsi, chaque numéro aborde différents problèmes sociaux à partir de cas particuliers, en utilisant un niveau de langage familier et des expressions populaires. Par exemple, le premier numéro s’occupe de l’augmentation des prix, des enfants mendiants, du travail au noir et irrégulier, de la précarité économique, de la corruption des agents de l’État, de la répression des manifestants, de la censure et, en général, de l’attitude dictatoriale des militaires.

  • 5 Dans ses études sur l’humour, Sigmund Freud explique son pouvoir « libérateur », en allégeant le co (...)
  • 6 Des catégorisations politiques sont diffusées par ces moyens. Par exemple, l’évolution des anti-pér (...)
  • 7 « Que si el pueblo trae al viejo esto sí que va a cambiar ».

5De même, des problèmes complexes sont exposés en utilisant des outils pédagogiques comme des cadres explicatifs ou des exemples simplifiés. Grâce à l’humour, certains messages passent plus facilement, en produisant du plaisir et en libérant des tensions5. La récréation est combinée avec l’endoctrinement politique : des mots croisés, des allitérations, des mélodies et des paroles de chansons sur les problèmes abordés sont publiés avec des caricatures politiques6. Dans le premier numéro, Doña Robustiana apparaît dans une situation financière difficile et réclame en colère à son mari de faire un effort pour la famille. C’est la pomme de terre qu’elle lui jette en le traitant de fainéant qui prend vie et se met à leur expliquer les raisons de l’augmentation des prix. La pomme de terre, symbole de la nourriture provenant du continent américain qui avait sauvé de la famine des générations de paysans européens, revient dans son récit dans le passé, au moment où un travailleur rural avait dû s’endetter pour pouvoir compléter sa récolte. Son explication montre l’exploitation des paysans pour parvenir à la conclusion que le principal coupable de l’inflation est le capitalisme impérialiste. Après avoir dévoilé les raisons cachées de la situation actuelle, la pomme de terre chante un chamamé – genre traditionnel de la province de Corrientes, au Nord-est de l’Argentine – intitulé « Prépare-toi, Robustiana » (Preparate Robustiana). Ses paroles, pleines d’espoir, indiquent la solution politique qui apparaît évidente : le retour de Perón au pouvoir. Le refrain de la chanson insiste sur cette idée en affirmant « que si le peuple fait revenir le ‘vieux’ il y aura de véritables changements »7.

6La monstruosité est abordée dans la deuxième bande dessinée du même numéro. La planche « Le monstre infernal » s’empare de la science fiction pour analyser la réalité politique selon un point de vue clairement influencé par le marxisme. L’histoire commence sur la planète « super-sousdéveloppante » (super-subdesarrollante) de Kosmopolia où des hommes d’affaires, avides de nouveaux marchés, conçoivent un mécanisme efficace : une sorte d’hydre qui se nourrit de bananes et les transforme en sève vitale. Le monstre est dessiné en combinant un corps de dragon, une bouche en forme d’entonnoir et de multiples têtes humaines – représentant des hommes riches ou liés au pouvoir, un prêtre par exemple – au bout de ses longs cous. Les « kosmopolitains » s’en servent afin d’obtenir des ressources et des revenus grâce à un tuyau qui transmet également leurs excédents de production industrielle dans le sens contraire. Une fois la créature infernale arrivée à sa destination – claire métaphore de l’établissement de rapports néo-coloniaux – le peuple local se voit obligé de travailler pour l’approvisionner en nourriture. L’attitude des politiciens locaux, fondée sur l’idée du besoin de progresser grâce à l’aide des Kosmopolitains, justifie cette soumission. Cette critique à la politique fait référence à une théorie en essor depuis les années 1960 – le desarrollismo – diffusé par la CEPAL à partir de la création de l’Alliance pour le progrès, financée par les États-Unis.

Image 1

Image 1

Doña Robustiana, n° 1

  • 8 La présentation du problème, des acteurs sociaux et de la résolution possible ressemble beaucoup au (...)
  • 9 Doña Robustiana, n° 1, sans date (approximativement octobre-novembre 1972).

7Accablés par cette lourde tâche que représente l’extraction de richesses du pays, plongés dans la misère, les habitants décident de s’organiser en groupes réduits avec des activités spécifiques cordonnées par une commission stratégique afin de lutter contre le monstre8. Un jour, pendant que la créature insatiable dort, le peuple débranche le tuyau qui livre la richesse à la métropole. Chaque tête de l’hydre tente alors de convaincre les citoyens de le rebrancher avec différents arguments et en leur promettant des bénéfices. Lorsque l'un d'entre eux finit par céder à la tentation et par l’aider, le monstre regagne sa force et devient alors plus vorace et agressif. Suite à plusieurs tentatives pour le désactiver, d’abord en soutenant une grève qui affaiblit le monstre et reconfigure la solidarité citoyenne, la population finit par se révolter, le bat violemment, coupe ses têtes et expulse son cadavre fragmenté sur un radeau hors du pays, en direction du Nord. Néanmoins, la fin triomphale laisse perdurer une sensation de danger latent et le besoin de rester unis face aux forces du mal9.

Image 2

Image 2

Doña Robustiana, n° 1

  • 10 Nous avons constaté la reproduction de ce document dans d’autres supports : des films militants –no (...)
  • 11 « Esto sí que no es un chiste », Doña Robustiana, quatrième de couverture, n° 1.

8En somme, dans cette courte fiction très métaphorique, certaines valeurs sont mises en avant, en critiquant ceux qui agissent pour leur intérêt particulier. Au contraire, l’histoire promeut l’engagement social et la solidarité collective. L’impérialisme est ici figuré crûment comme un monstre, alors que la solution proposée est l’organisation et l’affrontement armé. Cette idée est reprise en quatrième de couverture du même numéro où « l’ordre général » (orden general) de José San Martín du 27 juillet 1819 est reproduit en proposant une interprétation anachronique qui l’adapte à la conjoncture présente10. Ce document historique, où le militaire indépendantiste demande à la population locale de jurer de ne pas baisser les armes, incite à participer à la guerre révolutionnaire latino-américaine et fait appel au sacrifice personnel, se montre toujours actuel. Pendant que Doña Robustiana regarde sérieusement l’affiche de l’ordre général, elle affirme : « ça, c’est sûr que ce n’est pas une blague »11. Même si l’humour est utilisé dans le registre de cette situation, la clarification met en exergue le message idéologique à transmettre effectivement : la voie armée est légitime pour la libération du pays.

  • 12 Nous nous intéressons particulièrement à la section « l’identification » du texte daté de 1921. Cf. (...)

9L’histoire « Le monstre infernal », une lecture économique et politique de l’impérialisme, plus précisément du matérialisme historique, évoque une forme particulière de construction de l’identité collective (d’un nous) et de l’ennemi politique (de l’autre). Si Sigmund Freud avertit que dans la vie animique de l’individu, l’autre sert souvent comme un modèle d’opposition, il établit un processus semblable pour les groupes sociaux. La psychologie des masses traite l’individu comme membre d’un collectif auquel il appartient, dans un processus d’identification : la manifestation d’un lien sentimental l’unissant aux autres. Sur l’énigme de la formation de la masse, Freud propose l’hypothèse de l’empathie qui rend possible une prise de position à l’égard d’une autre vie psychique. De sorte que l’identité se construit aussi bien dans l’assimilation des semblables que dans l’hostilité vis-à-vis de ceux qui sont différents12. Nous constatons que la figure de l’adversaire est un référent significatif dans la construction identitaire et que, dans cette fiction, elle est nettement associée à l’impérialisme. De même, la procédure à suivre est claire : un débat collectif et l’action directe.

  • 13 Sur cette publication voir Besoky, Juan Luis, “La revista El Caudillo de la Tercera posición”, in C (...)

10Si nous prenons le cas d’une revue du péronisme orthodoxe, El Caudillo para la tercera posición, où le principal ennemi est constitué par le marxisme, l’utilisation de la figure du monstre n’est pas pourtant associée à cette force13. Au contraire, les militants de gauche sont dévalorisés, anéantis et ridiculisés, en les représentant efféminés, infantilisés ou associés à des animaux. Malgré cette insistance sur l’adversaire politique gauchiste, le nom de cette publication liée aux syndicats traditionnels signale que le groupe assume une position intermédiaire entre deux extrêmes : le capitalisme et le communisme. En effet, le premier péronisme (1946-1955), comme d’autres forces politiques latino-américaines contemporaines, avait promu les droits politiques et sociaux de l'ensemble de la population, suivant des politiques nationalistes et anti-impérialistes, dans le cadre d’un gouvernement fort, voire autoritaire. Le péronisme prétendait effectivement se situer dans une position plus juste que le capitalisme et le communisme, en insistant sur la justice sociale.

  • 14 Symbole qui faisait référence au slogan « Perón revient » (Perón vuelve), pendant l’exil du leader (...)
  • 15 Devenu un héros et martyr du syndicalisme orthodoxe, José Rucci est assassiné par Montoneros le 25/ (...)
  • 16 El Caudillo, n° 63, 19/02/1975, p. 22.

11Cette interprétation de la réalité politique peut être visualisée dans une illustration de l’avant-dernière page du numéro 63 de la revue, dont le héros – nommé « Ortodoxio » – occupe toute la page. Créé en opposition à celui de la revue du péronisme révolutionnaire Militancia peronista para la liberación nommé « Tendencio », le héros imaginaire récupère la symbologie classique. Arborant le sigle PV14, une moustache qui ressemble à celle du leader syndical José Rucci15, et vêtu d’une salopette de travail, Ortodoxio s’empare d’un bâton d’une main et d’un gourdin de l’autre pour affronter les deux « maux »16. Si les militants de gauche sont minimisés et représentés peureux en train de s’enfuir, la puissance du capital est ici également symbolisée par une créature monstrueuse – une pieuvre géante sur laquelle est inscrit « désapprovisionnement » – soutenue par un gorille, dénomination couramment utilisée pour désigner les opposants au péronisme. Alors que les militants adversaires traités de « marxistes » sont réduits à de petits personnages grotesques qui ne semblent pas être à la hauteur du héros, l’impérialisme, allié aux secteurs anti-péronistes, est représenté comme une force très dangereuse mais injuste, liée à l’égoïsme et à l’avarice. Ainsi, comme dans la revue Doña Robustiana, les caricatures de cette publication présentent le même monstre et critiquent les mêmes valeurs.

Image 3

Image 3

El caudillo, n° 63

2- La monstruosité personnifiée

  • 17 Pour une lecture à partir de cette perspective du péronisme classique, où l’auteur met en exergue l (...)
  • 18 Sur la définition de mythe politique cf. Girardet, Raoul, Mythes et Mythologies politiques, Paris : (...)

12Au-delà des véritables monstres, les valeurs ou attitudes perçues comme négatives, voire monstrueuses, sont souvent représentées personnifiées dans des fictions qui cherchent à éclairer la réalité. Si le mythe est un récit qui se réfère au passé mais qui garde dans le présent une valeur éminemment illustrative dans la mesure où il explique certaines péripéties du destin de l’organisation sociale, la figure du leader du péronisme et son rôle dans l’histoire argentine sautent rapidement aux yeux dans ces documents17. Le mythe est un récit des origines : dans le cas du péronisme, il présente la manière dont les masses ont atteint le statut de véritables acteurs de la politique grâce à leur dirigeant18. Dans cet esprit, « Super Pocho », la deuxième histoire du troisième numéro de Doña Robustiana de février 1973, semble éloquente. Evoquant le surnom du leader péroniste, ce super-héros se bat contre l’impérialisme personnifié dans le personnage de « Rocky Diabolikus ».

Image 4

Image 4

Doña Robustiana, n° 3

  • 19 Les noms insistent sur des caractéristiques risibles, à travers des jeux de mots. « Lungó », dessin (...)

13De manière tout à fait significative, la planche commence en signalant que le monde se trouve réparti entre lui (représentant les États-Unis) et trois personnifications des pays les plus puissants du monde : Mesié Lungó (la France), Sir Sterling (la Grande Bretagne) et Osus Siberius (l’Union soviétique). En effet, Rocky coupe un globe terrestre avec un grand couteau comme s'il s’agissait d’un gâteau : il en donne la moitié à Osus Siberius et garde l’autre moitié pour lui. Face aux réclamations des deux autres personnages, Rocky leur concède les miettes qui restent dans l’assiette pour qu’ils se les partagent entre eux. Cet acte semble évoquer, de manière fictionnalisée et sans respecter la vérité historique, les conséquences de la distribution des zones d’influence lors de la conférence de Yalta en 1945 et le début de la guerre froide. De même, les constructions de personnages réunissent des éléments de la réalité avec des valorisations : si Mesié Lungó est une nette caricature de Charles de Gaulle, Sir Sterling évoque un banquier de la fin du XIXème siècle et Osus Siberius a sans doute une ressemblance avec Nikita Kruschev et un air de famille avec Frankenstein19. En forçant sciemment le trait, la distorsion permet de s’en gausser facilement, provoquant le rire dans une vision corrosive de leur pouvoir. À l’opposé surgit le héros, pourvu des caractéristiques qui provoquent l’identification et l’adhésion.

  • 20 La doctrine fondée par Juan Domingo Perón présentait la « justice sociale » comme un idéal primordi (...)
  • 21 Créé par le scénariste Jerry Siegel et le dessinateur Joe Shuster, ce personnage qui voit le jour e (...)
  • 22 Le « sourire péroniste » est une caractéristique de sa représentation pendant la période classique (...)
  • 23 Rappelons que ce sigle annonce la demande du retour de Perón au pouvoir et démontre alors la victoi (...)
  • 24 Juan Domingo Perón était un amoureux des motos : il en avait plusieurs. Dans la vague industrialist (...)
  • 25 Sur la façon dont la construction des super-héros incarne des idéalisations sociétales aux États-Un (...)
  • 26 D’une façon semblable, Carlos Nine avait créé le personnage de « Super Macho » en faisant clairemen (...)

14Le conflit commence lorsque le peuple de « Justilandia », qui représente l’Argentine, refuse de déposer son offrande pour Rocky Diabolikus, ce que tous les pays dominés étaient forcés à faire20. Super Pocho apparaît alors comme une création du peuple argentin pour se libérer de l’impérialisme, représenté par les États-Unis. Paradoxalement, ce personnage est construit en adaptant les attributs du célèbre super-héros américain des bandes dessinées des années 1930 « Superman »21. Comme lui, notre super-héros est habillé d’un justaucorps et d’une cape rouge, blanche, noire et jaune. Il porte également la casquette typique du leader péroniste – couramment nommée depuis les années 1940 « gorro pochito » – de couleur rouge, symbolisant son esprit révolutionnaire. Même dans les scènes de danger, il est dessiné presque toujours arborant le grand sourire qui le caractérisait dans la propagande officielle22. Au lieu du « S » du costume de Superman, Super Pocho exhibe le sigle « PV » marqué sur le torse23. Doté de pouvoirs extraordinaires – tels que la super-vision qui lui donne la possibilité de voir à des kilomètres – et d’être capable de voler à grande vitesse avec sa « super-pochoneta »24 (une moto « justicialiste »), le super-héros est néanmoins vulnérable. Au lieu d’être sensible à une substance comme la « kryptonite » de Superman, le point faible de Super Pocho est son besoin d’être en contact avec le peuple25. C’est lui qui le nourrit grâce à un « super maté-anatomique », l’infusion populaire de l’Argentine. En découvrant cette particularité, son ennemi essaie de le séparer de son peuple pour l’affaiblir et le vaincre26.

  • 27 Sans aucun doute, cette représentation est récurrente dans différents supports. Par exemple, dans l (...)

15Comme nous l’avons signalé, Rocky Diabolikus est une allégorie des États-Unis et de l’impérialisme. Habillé de la même manière que l’Oncle Sam, ce personnage manipulateur dont le nom évoque un caractère diabolique, cherche à tout moment à s’enrichir. Gros, maladroit et sadique, Rocky contrôle avidement son pouvoir et, de la même manière que le monstre infernal, essaie de coopter des complices parmi les autochtones27. Lorsqu’il découvre que Justilandia s’abstient de payer ses offrandes, des images de Super Pocho lui sont transmises à la télé par les services secrets. On voit alors le super-héros en train de voler sur Buenos Aires en prononçant la rime suivante : « Libre, justa y soberana, la patria de hoy y de mañana » (« Libre, juste et souveraine, la patrie d’aujourd’hui et de demain »).

Image 5

Image 5

Doña Robustiana, n° 3

  • 28 « Zorro », créé en 1919 par Johnston McCulley, est un personnage de fiction masqué, habillé tout en (...)
  • 29 Instrument de percussion – gros tambour – issu de la musique précolombienne et utilisé souvent dans (...)

16Pour défendre ses intérêts et reconquérir Justilandia, Rocky demande à sa machine de créer un super-robot qui accomplirait la tâche de séparer Super Pocho de son peuple. Dans le style d’un cowboy de western américain, portant un masque noir sur les yeux comme d’autres héros populaires américains tels que « el Zorro » ou « Batman », le robot convainc l’opposition locale d’organiser un complot28. Les « cipayes » (des entrepreneurs industriels, de grands propriétaires terriens, des commerçants, des banquiers, etc.) séquestrent et abandonnent Super Pocho dans le désert, ce qui représente certainement, dans la vie réelle de Perón, son exil entre 1955 et 1973. Néanmoins, dans la bande dessinée, le peuple le cherche, distrait l’ennemi avec ses bombos29 et envoie un délégué habillé en gaucho qui lui apporte le super-maté. En le buvant, Super Pocho récupère son énergie pour détruire le robot ennemi. Il est à noter que, comme la planche « le monstre infernal » (El monstruo infernal), l’histoire laisse ouverte la possibilité que Rocky trouve un autre moyen de s’attaquer à son adversaire. Ainsi, la morale de cette aventure conclut également sur le besoin de rester unis et attentifs face aux attaques de l’impérialisme pour pouvoir bien se défendre.

Image 6

Image 6

Doña Robustiana, n° 3

Image 7

Image 7

Doña Robustiana, n° 3

  • 30 Dans le même esprit, H. González affirme que la conspiration aurait deux maîtres : l’État et l’inti (...)
  • 31 Girardet, Raoul, op. cit., pp. 16-18.

17Le thème de la conspiration – présent dans les deux bandes dessinées – n’est pas en effet uniquement négatif, car l’image du complot démoniaque a pour contrepartie celle de l’organisation populaire pour le vaincre30. S’il existe une ombre menaçante, il existe également une ombre tutélaire, la possibilité d’agir ensemble. En ce qui concerne le symbolique, le thème de la conspiration maléfique – théorisé par Girardet – se trouve placé en référence à la souillure. Girardet identifie des marques très accablantes du pôle négatif associées à la conspiration : les personnages du complot s’épanouissent dans les fétidités obscures, ils sont assimilés aux animaux immondes, visqueux ou tentaculaires, ils répandent le poison et l’infection31. En somme, parmi les illustrations parcourues, nous avons vu la personnification du « mal » et de la monstruosité dans les représentants de l’impérialisme, aussi bien à travers une créature déformée qu'un corps humain caricaturé. Le « monstre infernal », sale et répugnant qui mange des bananes (le principal produit d’exportation dans les pays tropicaux), apparaît comme la figure brutale de la dépendance, d’où surgit la dénomination péjorative assez généralisée de « Républiques bananières ». De même, Rocky Diabolikus – dont le nom fait référence bien évidemment au diable – incarne également les vices les plus condamnés comme l’égoïsme, la manipulation et la trahison.

Conclusions

18Très habituel dans les fictions à toutes les époques, le monstre est évoqué également dans la propagande politique contemporaine. En effet, pour stigmatiser un ensemble de forces hostiles, de puissances considérées malignes, la figure du monstre semble utile. Le surdimensionnement est à son comble dès qu’il s’agit de visualiser une force internationale, l’énormité du corps, un grand nombre des tentacules ou de têtes, peut allégoriser sa force. La pieuvre ou l'hydre conservent des atouts inquiétants en raison de l’alliance du mou et du ferme, du centrifuge (l’allongement multidirectionnel des tentacules et de ses multiples cous) et du centripète (la succion des ventouses ou d’une bouche insatiable). Les formes anormales et de grandes dimensions terrifient vu la difficulté à s’en libérer et la perdition existentielle qui en découle. À ce décrochage du réel qu’assume l’imagination s’ajoute un choix stylistique, dicté par la volonté d’expressivité iconique et surtout par une intention critique. Il ne faudrait cependant pas oublier que cette fonction est toujours accompagnée dans ces documents de l’intention d’amuser, qui peut également fonctionner pour transformer les situations les plus douloureuses et révoltantes en plaisanteries.

  • 32 Sur le symbolisme associé au langage et aux espaces chargés de signification dans l’inconscient soc (...)

19De la même façon que les grands mythes sacrés des sociétés traditionnelles, les mythes politiques contemporains – en l’occurrence ceux liés au péronisme – se caractérisent par une porosité et l’indécision de leurs contours respectifs. Ils se chevauchent, s’interpénètrent, se perdent parfois l’un dans l’autre. Dans les fictions illustrées étudiées dans cet article, nous avons souligné la dénonciation des complots maléfiques et l’appel au sauveur, au chef rédempteur. En effet, le seul nom de Perón et de son mouvement évoque tout un ensemble de représentations collectives formées par des croyances, des images et des symboles relatifs à un passé et à un futur meilleurs. Ainsi, nous retrouvons dans ces documents le mythe du « royaume heureux » comme symbole d’une projection d’une société de paix et de prospérité économique où les hommes seront heureux, lié au mythe de l’ « âge d’or » et à l’attente de son retour, analysé par M. García Pelayo. De même, comme dans le cas étudié, cette construction est souvent liée à la vision religieuse de la salvation32.

  • 33 Girardet, Raoul, op. cit., pp. 14-15. Roger Bastide signale le facteur d’arbitraire, de « rêve » pl (...)

20En guise de conclusion, soulignons encore une fois le fait que, d’après ces fictions, c’est au peuple péroniste que revient la tâche de débarrasser la cité des forces pernicieuses qui prétendent étendre sur elle leur domination. Comme le mythe religieux, le mythe politique apparaît comme fondamentalement polymorphe : il faut entendre par là qu’une même série d’images oniriques peut se retrouver véhiculée par les mythes les plus divers en apparence. Ainsi, un même mythe est susceptible d’offrir de multiples résonances et des significations non moins nombreuses. Certains auteurs – tels que Roger Bastide et Raoul Girardet – soulignent justement les rapports d’analogie entre la démarche mythique et celle du rêve. Comme le rêve, le mythe s’organise en une succession dynamique d’images, qui s’enchaînent, naissent l’une de l’autre, se répondent et se confondent par un jeu complexe d’associations visuelles. Comme le rêve, le mythe ne peut être cerné selon des contours précis qu’en le conceptualisant, avec le risque de donner une version appauvrie de sa richesse et de sa complexité33. Ainsi, nourries de ce mythe politique du péronisme, les fictions abordées se servent de la figure du monstre ou de sa personnification pour le recycler et le renforcer, insistant sur les mêmes aspects dans des récits nouveaux qui expliquent la réalité.

Haut de page

Bibliographie

Bastide, Roger, « Les mythes politiques nationaux de l’Amérique latine », in Cahiers internationaux de sociologie, vol. 33, Paris, juillet-décembre 1962, pp. 75-84.

Berger, Peter, Risa redentora, La dimensión cómica de la experiencia humana, Madrid : Kairós, 1999.

Besoky, Juan Luis, “La revista El Caudillo de la Tercera posición”, in Conflicto Social, n° 3, pp. 7-28, URL : http://www.iigg.fsoc.uba.ar/conflictosocial/revista, mis en ligne juin 2010, consulté le 09/07/2014.

Burucúa, José Emilio, Corderos y elefantes. La sacralidad y la risa en la modernidad clásica – siglos XV a XVII, Buenos Aires : Miño y Dávila, 2001.

Burucúa, José Emilio, La imagen y la risa. La Pathosformel de lo cómico en el grabado europeo de la modernidad tardía, Madrid : Periférica, 2007.

Chastagner, Claude, « Presse underground, comix et nouveau journalisme », in Révoltes et utopies. Militantisme et contre-culture dans l’Amérique des années soixante, Paris : Presses Universitaires de France, 2011, pp. 112-116.

Cristiá, Moira, « América Latina como frontera simbólica. La historieta y la sensibilización política en la Argentina de los sesenta y setenta », in Bernabeu, Salvador et Langue, Frédérique (coords.), Fronteras y sensibilidades en las Américas, Madrid : Doce Calles, 2011, pp. 343-366.

Eco, Umberto, « Le mythe de Superman », in Communications, n° 24, 1976. La bande dessinée et son discours, pp. 24-40.

Freud, Sigmund, « El chiste y su relación con el inconsciente », 1905, in Obras completas, vol. VIII, Buenos Aires : Amorrortu Ediciones, 1991 (« Le mot d’esprit et ses rapports avec l’inconscient »).

Freud, Sigmund, « Psychologie des masses et analyse du moi » in Œuvres complètes, vol. XVI, Paris : Presses Universitaires de France, 2010.

García Pelayo, Manuel, Los mitos políticos, Madrid : Alianza Editorial, 1981.

Gené, Marcela, « Los rostros del General Perón. Del retrato protocolar a la caricatura », in Prohistoria, año 9, n° 9, 2005, pp. 83-108.

Girardet, Raoul, Mythes et Mythologies politiques, Paris : Seuil, 1986.

Girbal-Blacha, Noemí, Mitos, paradojas y realidades en la Argentina peronista (1946 – 1955) : una interpretación histórica de sus decisiones político-económicas, Quilmes : Universidad Nacional de Quilmes, 2003.

González, Horacio, Filosofía de la conspiración. Marxistas, peronistas y carbonarios, Buenos Aires : Colihue, 2004.

Maigret, Éric, et Libbrecht, Liz Strange, « Grew Up With Me: Sentimentality and Masculinity in Readers of Superhero Comics », in Réseaux. The French journal of communication, 1999, vol. 7, n° 1, pp. 5-27.

McMillian, John, Smoking Typewriters: The Sixties Underground Press and the Rise of Alternative Media in America, Oxford: Oxford University Press, 2011.

Szafran, Willy, et Nysenholc, Adolphe (dirs.), Freud et le Rire, Paris : Métaillié, 1994.

Haut de page

Notes

1  « Doña » est le corollaire féminin du titre honorifique castillan « Don ». Actuellement, ces formules sont uniquement utilisées en Argentine à la place de « Señor » ou « Señora » par les secteurs populaires.

2 Malgré l’absence de date sur certains exemplaires, nous pouvons déduire des thématiques liées au contexte de production que ses cinq numéros ont été publiés entre ces deux dates. L’indication « elle est publiée quand elle peut » (sale cuando puede) est inscrite sur sa couverture. La revue coûte $2,50, tandis qu’une publication de littérature telle que Crisis coûte plus du double (6 pesos, référence de l’exemplaire de décembre 1973).

3 Le tirage n’est pas indiqué dans la revue et elle n’est pas enregistrée à l’Institut vérificateur de circulations, vu qu’elle était distribuée de manière informelle.

4 Cette utilisation de la presse alternative dans les années soixante n’est pas une exception argentine. L’expérience américaine est très intéressante à ce sujet et ses exemples abondants. Ce type de presse inclut également une forme particulière de bandes dessinées – les comix – une version corrosive et satirique de la grande tradition américaine. En changeant l’écriture du mot (comix au lieu de comics) on indiquait à la fois la différence et un contenu lié au sexe. D’esprit iconoclaste, les comix traitaient principalement de sexe, de drogues et de musique, et plus rarement de politique, notamment de la guerre du Viêt-Nam. En tentant de briser les tabous sexuels, ces revues offrent un aperçu du mode de pensée de la génération émergente et servent alors de plateforme à sa diffusion. Cf. McMillian, John, Smoking Typewriters: The Sixties Underground Press and the Rise of Alternative Media in America, Oxford: Oxford University Press, 2011; Chastagner, Claude, « Presse underground, comix et nouveau journalisme », in Révoltes et utopies. Militantisme et contre-culture dans l’Amérique des années soixante, Paris : Presses Universitaires de France, 2011, pp. 112-116.

5 Dans ses études sur l’humour, Sigmund Freud explique son pouvoir « libérateur », en allégeant le contenu négatif d’un message. L’humour aurait un effet soulageant, et parviendrait alors à « sublimer », lorsque le « moi » s’affirme, refuse de se laisser imposer la souffrance, et trouve le moyen de convertir des circonstances traumatisantes en un certain plaisir. Cf. Freud, Sigmund, « El chiste y su relación con el inconsciente », 1905, in Obras completas, vol. VIII, Buenos Aires : Amorrortu Ediciones, 1991 (« Le mot d’esprit et ses rapports avec l’inconscient »). Sur l’humour cf. aussi : Szafran, Willy, et Nysenholc, Adolphe (dirs.) Freud et le Rire, Paris : Métaillié, 1994 ; Burucúa, José Emilio, La imagen y la risa. La Pathosformel de lo cómico en el grabado europeo de la modernidad tardía, Madrid : Periférica, 2007 ; Berger, Peter, Risa redentora, La dimensión cómica de la experiencia humana, Madrid : Kairós, 1999 ; Burucúa, José Emilio, Corderos y elefantes. La sacralidad y la risa en la modernidad clásica – siglos XV a XVII, Buenos Aires : Miño y Dávila, 2001.

6 Des catégorisations politiques sont diffusées par ces moyens. Par exemple, l’évolution des anti-péronistes est exposée dans une caricature, en indiquant que le « gorille » (surnom donné aux antipéronistes) est un descendant du monopole.

7 « Que si el pueblo trae al viejo esto sí que va a cambiar ».

8 La présentation du problème, des acteurs sociaux et de la résolution possible ressemble beaucoup aux bandes dessinées d’Héctor Oesterheld, généralement basées sur l’idée d’une invasion extraterrestre. Pour approfondir sur sa production intellectuelle et la caractérisation des héros et des ennemis, consulter : Cristiá, Moira, « América Latina como frontera simbólica. La historieta y la sensibilización política en la Argentina de los sesenta y setenta », in Bernabeu, Salvador et Langue, Frédérique (coords.), Fronteras y sensibilidades en las Américas, Madrid : Doce Calles, 2011, pp. 343-366.

9 Doña Robustiana, n° 1, sans date (approximativement octobre-novembre 1972).

10 Nous avons constaté la reproduction de ce document dans d’autres supports : des films militants –notamment dans La hora de los hornos – et dans la revue Sobre. Cette utilisation décontextualise le document pour légitimer la lutte armée.

11 « Esto sí que no es un chiste », Doña Robustiana, quatrième de couverture, n° 1.

12 Nous nous intéressons particulièrement à la section « l’identification » du texte daté de 1921. Cf. Freud, Sigmund, « Psychologie des masses et analyse du moi » in Œuvres complètes, vol. XVI, Paris : Presses Universitaires de France, 2010.

13 Sur cette publication voir Besoky, Juan Luis, “La revista El Caudillo de la Tercera posición”, in Conflicto Social, n° 3, p. 7-28, URL : http://www.iigg.fsoc.uba.ar/conflictosocial/revista, mis en ligne juin 2010, consulté le 09/07/2014.

14 Symbole qui faisait référence au slogan « Perón revient » (Perón vuelve), pendant l’exil du leader (1955-1973).

15 Devenu un héros et martyr du syndicalisme orthodoxe, José Rucci est assassiné par Montoneros le 25/09/1973, le lendemain de l’investiture de Perón à la présidence.

16 El Caudillo, n° 63, 19/02/1975, p. 22.

17 Pour une lecture à partir de cette perspective du péronisme classique, où l’auteur met en exergue les valeurs symboliques conservées dans la mémoire collective et analyse la façon dont ces groupes sociaux interprètent le passé en fonction des besoins du présent, voir : Girbal-Blacha, Noemí, Mitos, paradojas y realidades en la Argentina peronista (1946 – 1955) : una interpretación histórica de sus decisiones político-económicas, Quilmes : Universidad Nacional de Quilmes, 2003.

18 Sur la définition de mythe politique cf. Girardet, Raoul, Mythes et Mythologies politiques, Paris : Seuil, 1986, p. 13.

19 Les noms insistent sur des caractéristiques risibles, à travers des jeux de mots. « Lungó », dessiné très grand et très mince, évoque justement sa hauteur en imitant la sonorité de la langue française. « Osus Siberius » ressemble à « oso » (Ours) et Siberius sonne comme le nom scientifique – en latin – d’une espèce animale originaire de la Sibérie. Sir Sterling semble faire référence à une banque, en insistant ainsi sur le rôle historique de la Grande Bretagne en Amérique latine. Depuis le processus d’indépendances de l’Espagne, la Grande-Bretagne occupe une place primordiale dans la région en tant que fournisseur de capitaux (aussi bien par ses investissements que ses prêts aux gouvernements). Cette présence diminue suite à la Première guerre mondiale, lorsque les États-Unis imposent leur hégémonie.

20 La doctrine fondée par Juan Domingo Perón présentait la « justice sociale » comme un idéal primordial.

21 Créé par le scénariste Jerry Siegel et le dessinateur Joe Shuster, ce personnage qui voit le jour en 1938 apparaît comme un modèle de valeurs humanistes et l’incarnation picturale d’un certain idéal hollywoodien de la beauté masculine. L’analyse du mythe que ce personnage construit a inspiré de nombreux travaux, dont l’un des plus célèbres est Eco, Umberto, « Le mythe de Superman », in Communications, n° 24, 1976. La bande dessinée et son discours, pp. 24-40.

22 Le « sourire péroniste » est une caractéristique de sa représentation pendant la période classique (1946-1955). Cf. Gené, Marcela, « Los rostros del General Perón. Del retrato protocolar a la caricatura », Prohistoria, año 9, n° 9, 2005, pp. 83-108.

23 Rappelons que ce sigle annonce la demande du retour de Perón au pouvoir et démontre alors la victoire de la « volonté populaire ».

24 Juan Domingo Perón était un amoureux des motos : il en avait plusieurs. Dans la vague industrialiste de son gouvernement, le modèle Lambretta 125 cc commence à être fabriqué en Argentine. L’entreprise Siam Di Tella achète les droits pour la fabriquer, en l’appelant « Siambretta ». Les 75 premiers exemplaires sont offerts aux jeunes péronistes de l’UES (Union d’étudiants secondaires). C’est pourquoi cette moto commence à être couramment appelée « pochoneta », d’après le surnom du leader, Pocho. Sur la couverture du premier numéro de la revue antipéroniste d’humour Pocholandia, Perón est dessiné avec sa casquette typique arborant le sigle de l’UES et sur sa moto. Pocholandia, n° 1, octobre 1955.

25 Sur la façon dont la construction des super-héros incarne des idéalisations sociétales aux États-Unis et en France, consulter Maigret, Éric, et Libbrecht, Liz Strange, « Grew Up With Me : Sentimentality and Masculinity in Readers of Superhero Comics », in Réseaux. The French journal of communication, 1999, vol. 7, n° 1, pp. 5-27.

26 D’une façon semblable, Carlos Nine avait créé le personnage de « Super Macho » en faisant clairement référence à la virilité de Perón dans son court-métrage « En péril » (En peligro, 1973, 4’). L’histoire commence par montrer une jeune fille appelée Liberté (Libertad) qui est persécutée par un homme-vampire qui veut la faire s’affilier à un parti du centre (Nueva Fuerza). Finalement on voit arriver le héros pour la sauver : l’ombre du profil caractéristique de Perón.

27 Sans aucun doute, cette représentation est récurrente dans différents supports. Par exemple, dans le cadre de la célébration du premier retour de Perón en Argentine (en novembre 1972), organisée par la Jeunesse péroniste de la Regional I dans le quartier Valentín Alsina de Buenos Aires, le spectacle de la troupe de théâtre Octubre et des musiciens du quartier s’intitule « La Distribution du fromage » (El reparto del queso). Son personnage principal – l’Oncle Sam, représenté avec un chapeau haut-de-forme et un pantalon bleu – essaie par tous les moyens de garder pour lui le morceau le plus grand d’un fromage. La référence à l’impérialisme – qui se diffuse dans la pièce avec humour – est également présente dans le spectacle de marionnettes destiné au jeune public qui aborde son évolution à travers l’histoire. Cf. « La reconstrucción del teatro popular », in Noticias, 04/11/1973, p. 14

28 « Zorro », créé en 1919 par Johnston McCulley, est un personnage de fiction masqué, habillé tout en noir, avec une cape et un chapeau rigide à large bord qui combat l’injustice dans la Californie espagnole du XIXème siècle. Plus récent, Batman est originalement un héros de bande dessinée américaine créé en 1939 mais qui, à la différence de superman, n’a pas de pouvoirs surhumains.

29 Instrument de percussion – gros tambour – issu de la musique précolombienne et utilisé souvent dans les manifestations pour le son grave qu’il produit.

30 Dans le même esprit, H. González affirme que la conspiration aurait deux maîtres : l’État et l’intimité. Deux connotations presque antagonistes : dans le premier cas la conspiration est une menace, un danger, dans la deuxième, elle est ce qui harmonise, ce qui réunit. Cf. González, Horacio, Filosofía de la conspiración. Marxistas, peronistas y carbonarios, Buenos Aires, Colihue, 2004

31 Girardet, Raoul, op. cit., pp. 16-18.

32 Sur le symbolisme associé au langage et aux espaces chargés de signification dans l’inconscient social et la façon dont il s’intègre dans la société, cf. García Pelayo, Manuel, Los mitos políticos, Madrid : Alianza Editorial, 1981.

33 Girardet, Raoul, op. cit., pp. 14-15. Roger Bastide signale le facteur d’arbitraire, de « rêve » plus que de vécu par rapport à la réalité environnante. Au lieu d’être des réalités concrètes, il s’agit d’images idéales. Cf. Bastide, Roger, « Les mythes politiques nationaux de l’Amérique latine », in Cahiers internationaux de sociologie, vol. 33, juillet-décembre 1962, pp. 75-84.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Image 1
Légende Doña Robustiana, n° 1
URL http://amerika.revues.org/docannexe/image/5803/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Image 2
Légende Doña Robustiana, n° 1
URL http://amerika.revues.org/docannexe/image/5803/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Image 3
Légende El caudillo, n° 63
URL http://amerika.revues.org/docannexe/image/5803/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Image 4
Légende Doña Robustiana, n° 3
URL http://amerika.revues.org/docannexe/image/5803/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Image 5
Légende Doña Robustiana, n° 3
URL http://amerika.revues.org/docannexe/image/5803/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Image 6
Légende Doña Robustiana, n° 3
URL http://amerika.revues.org/docannexe/image/5803/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Image 7
Légende Doña Robustiana, n° 3
URL http://amerika.revues.org/docannexe/image/5803/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Moira Cristiá, « Les monstres du péronisme », Amerika [En ligne], 11 | 2014, mis en ligne le 25 décembre 2014, consulté le 28 avril 2017. URL : http://amerika.revues.org/5803 ; DOI : 10.4000/amerika.5803

Haut de page

Auteur

Moira Cristiá

Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle/CRIAL
moicristia@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo ERIMIT - Equipe de recherche interlangues : mémoire, identités, territoires
  • Les cahiers de Revues.org