Navigation – Plan du site
Comptes-rendus
Littérature

Marie-Madeleine Gladieu, Lectures de García Márquez. El otoño del patriarca

Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2014
Silvia Palma
Référence(s) :

Marie-Madeleine Gladieu, Lectures de García Márquez. El otoño del patriarca, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2014.

Texte intégral

1L’étude proposée par Marie-Madeleine Gladieu fait partie de la collection « Didact Espagnol », affichant donc une visée clairement pédagogique. Si cet ouvrage convient particulièrement aux étudiants hispanistes préparant les concours de l’enseignement de second degré, il est également destiné à un public large, dont la préoccupation immédiate est le plaisir de lire ou de se cultiver.

2Prenant comme point de départ la figure du dictateur − comme l’ont fait de nombreux auteurs du boom latino-américain − Gabriel García Márquez nous donne la clé pour aborder le mythe de la révolution, un mythe fortement présent dans les sociétés latino-américaines des années soixante. Son protagoniste (le Patriarche) représente en fait exactement l’opposé des valeurs de cette révolution.

3Les aspects littéraires étudiés par Marie-Madeleine Gladieu, extrêmement riches, permettent au lecteur de comprendre toute la complexité d’un roman à plusieurs facettes. Sont abordées en priorité la question du temps, l’intertextualité, la question de l’oralité, ainsi que certaines spécificités du personnage de Gabriel García Márquez, un personnage un peu à part par rapport aux dictateurs présents dans les romans d’autres auteurs contemporains (La fiesta del rey Acab de Enrique Lafourcade (1959), El señor presidente de Miguel Angel Asturias (1946) Yo el supremo de Augusto Roa Bastos (1974) ou encore La fiesta del chivo de Mario Vargas Llosa (2000), pour ne citer que quelques exemples parmi les plus marquants).

4Chez Gabriel García Márquez, l’horreur de la dictature « renvoie à un temps figé, qui ne progresse plus, au mépris de l’ordre naturel et particulièrement au soleil qui ne rythme plus les journées, car c’est le Patriarche qui « donne l’heure », à une répétition du même par la multiplication de sosies mourant à sa place, à un exercice du pouvoir qui lui échappe progressivement (…) » (p.25). En effet, le Patriarche a, par exemple, le pouvoir de décréter un changement d’heure en fonction de ses désirs, changement qui sera relayé dans tout le pays et par la nature elle-même. Ce fonctionnement très particulier du temps est à mettre en rapport non seulement avec l’incroyable longévité du personnage mais aussi avec le flou entourant son identité. En effet, le Patriarche est toujours désigné par son statut aux yeux de ses administrés et privé tant d’un père certain que d’une date de naissance clairement établie (trois actes de naissance contradictoires). Sa mère, Bendición Alvarado, constitue son seul lien familial clair et tous deux sont unis par une relation fusionnelle.

5L’utilisation massive du discours direct libre constitue un autre point clé du roman : dès la deuxième phrase, la parole est donnée au peuple faisant irruption dans le palais présidentiel vide. Progressivement, ces locuteurs qui s’approprient l’histoire en la racontant laisseront la place à des énonciateurs du passé. La construction polyphonique du roman permet au lecteur de découvrir les diverses facettes des personnages et des faits évoqués. La dénonciation des excès du dictateur n’est ainsi que plus efficace. Par ailleurs, la multiplicité de points de vue est en parfait accord avec la multiplicité des masques du protagoniste, un être disposant de plusieurs sosies.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Silvia Palma, « Marie-Madeleine Gladieu, Lectures de García Márquez. El otoño del patriarca », Amerika [En ligne], 11 | 2014, mis en ligne le 02 décembre 2014, consulté le 16 août 2017. URL : http://amerika.revues.org/5300

Haut de page

Auteur

Silvia Palma

Université de Champagne-Ardenne

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo ERIMIT - Equipe de recherche interlangues : mémoire, identités, territoires
  • Les cahiers de Revues.org