Navigation – Plan du site
Comptes-rendus
Sciences sociales

Ignacio Martín Cloppet, Les origines de Juan Perón et d’Eva Duarte. Leurs racines françaises et basques. La parenté entre Borges et Perón

Buenos Aires, Editions Alfar, 2013
Marie Michèle Esponde
Référence(s) :

Ignacio Martín Cloppet, Les origines de Juan Perón et d’Eva Duarte. Leurs racines françaises et basques. La parenté entre Borges et Perón, Buenos Aires, Editions Alfar, 2013.

Entrées d’index

Géographique :

Argentine
Haut de page

Texte intégral

1Il s’agit de la première édition en français de l’ouvrage Los orígines de Juan Perón y Eva Duarte paru en Argentine en 2013, qui lui-même était la réédition revue et complétée de deux ouvrages antérieurs. L’auteur a pu ainsi présenter son livre au Pays Basque français en octobre 2013 au cours d’une tournée de conférences. Il a en effet découvert que les origines paternelles de ces deux acteurs majeurs de l’histoire argentine, en particulier en ce qui concerne Evíta, se situaient au Pays Basque français, terre d’émigration. Chercheur infatigable, Ignacio Martin Cloppet a pu recueillir un très grand nombre de documents jusqu’ici inconnus (actes d’état civil ou de baptême, photographies, dossiers de succession etc.).

2La première partie de l’ouvrage est consacrée aux origines de Juan D. Perón. L’auteur explique l’origine du patronyme Perón : il vient de Tomàs Marius Perrón, né à Gênes vers 1803 et arrivé en Argentine vers 1827. C’est l’arrière-grand-père de Juan D. Perón. En 1833 il a épousé Ana Hughes Mackenzie, née à Londres et d’origine écossaise par sa mère. Il était propriétaire d’une épicerie et d’une maison dans le vieux centre de Buenos Aires. Très vite, le nom « Perrón » a perdu son double « r », pour des raisons d’euphonie. Le couple a eu huit enfants dont l’aîné était Tomás Liberato Perón, né à Buenos Aires en 1839. C’est le grand père de Juan Perón, devenu un médecin très renommé. Il a également eu une carrière politique. C’est dans le cadre de son travail de médecin d’hôpital qu’il a rencontré Dominga Dutey qui était infirmière. Comme dans les romans, le prestigieux médecin et la jeune infirmière auront une relation amoureuse.

3Dominga Dutey était née en 1844 à Paysandú, en Uruguay. Ses parents venaient de la vallée de Saint Etienne de Baïgorry, au Pays Basque. Ils ont fait partie des premiers contingents d’émigrants Basques, précédant d’une dizaine d’années le début de l’émigration massive des Basques vers le Rio de la Plata . Le père de Dominga, Jean Dutey, né en 1811, était issu d’une famille de chirurgiens de Saint Etienne de Baïgorry. Il était cordonnier. Il est arrivé à Montevideo en 1839. Il a épousé Vicente (devenue Vicenta) Bergouignan en 1844 à Paysandú. Son épouse, Vicente(a) Bergouignan était née à Banca, dans le haut de la vallée de Saint Etienne de Baïgorry. Peu après ils se sont installés à Buenos Aires, où ils ont eu dix autres enfants. Jean Dutey avait un magasin de chaussures dans le centre ancien de Buenos Aires.

4En 1860, leur fille Dominga a épousé Miguel Martirena, cordonnier et basque lui aussi, né à Montevideo. Elle allait avoir seize ans et son époux dix-neuf. De ce couple sont nés cinq enfants. Deux filles seulement ont survécu : María Baldomera, née en 1862 et Dionisia Vicenta, née en 1865. A l’âge de vingt-cinq ans, Dominga Dutey s’est trouvée veuve. Elle est alors devenue infirmière. C’est ainsi qu’elle a fait la rencontre de Tomás Liberato Perón qui a mis beaucoup de temps à officialiser cette liaison, puisque leur mariage n’aura lieu qu’en 1881. Ils ont eu ensemble deux fils, Mario Tomás, le père de Juan D. Perón, né en 1866 et Tomás Hilario né en 1871.

5Mario Tomás Perón, a été juge de paix d’abord à La Plata puis à Lobos. C’est à Lobos qu’il a commencé à acheter des terres. C’est aussi là que sont nés ses trois fils : Avelino Mario en 1891, Juan Domingo le 8 octobre 1895 et Alberto, décédé en bas âge, en 1899. La mère de Juan D. et d’Avelino Perón était Juana Sosa Toledo. Elle était née à Lobos en 1874. Ses ancêtres, les Toledo, les Gaona, les Sosa et les Acevedo étaient des criollos, c’est à dire des Argentins de souche ancienne. Jorge Luis Borges et Juan D. Perón avaient un lien de parenté puisqu’ils avaient un ancêtre commun, Pedro Pascual de Acevedo, né vers 1695, qui s’était illustré militairement dans la lutte contre les indiens. L’auteur insiste sur cette parenté, d’autant plus étonnante que Borges a été « le symbole intellectuel de l’opposition au péronisme ».

6Mario Tomás Perón et Juana Sosa Toledo et leurs deux fils ont vécu quelques années à Lobos. Par la suite, Mario Tomás a décidé de s’installer en Patagonie, où il était propriétaire de deux estancias. En 1904, à l’âge de neuf ans, Juan D. Perón a été confié à sa grand-mère paternelle, Dominga Dutey. C’est elle, aidée par les deux filles issues de son premier mariage, Baldomera et Vicenta Martirena, devenues enseignantes, qui a donné à Juan D. Perón et à son frère Avelino une éducation de qualité. Juan D. a réussi son examen d’admission au collège militaire en 1911.

7Les origines de Juan D. Perón sont multiples : italiennes, anglaises, basques, espagnoles et portugaises. L’auteur parle à son propos de « race cosmique », expression empruntée au penseur mexicain José Vasconcelos. Par contre, il réfute la thèse selon laquelle Perón aurait également eu des origines indigènes.

8La seconde partie est consacrée aux origines d’Eva Duarte. Elle est née le 7 mai 1919 dans l’estancia « La Unión » située à vingt kilomètres de Los Toldos. Ce patronyme « Duarte » est le résultat de la transformation argentine du nom « Uhart » qui était celui de son grand-père, François (devenu Francisco) Uhart, venu du Pays Basque français. Il était né en 1817 dans le village de Lapiste, près de Saint Palais. Il a embarqué à Bayonne le 8 novembre 1841, pour arriver à Montevideo le 27 février 1842, presque quatre mois plus tard. En 1850, Francisco Uhart a épousé Marie (plus tard María) Manechena qui était née à Souraïde, en Pays Basque français, dans la province côtière du Labourd, le 5 novembre 1823. Sa mère était Marie Etchegoyen et son père Jean Manechena, laboureur. En 1842 ce dernier est accusé d’avoir volé cinq agneaux et condamné à une année de prison. Il décède à la prison à Pau le 9 juin 1843, six jours avant la libération prévue.

9Marie Manechena a dû émigrer vite après ce triste épisode. Elle était à Buenos Aires en 1850, année de son mariage avec François Uhart. Le couple a vécu quelques années à Buenos Aires, puis s’est installé vers 1854 à Chivilcoy, où ils avaient acheté des terres et où sont nés leurs enfants, Juan, qui sera le père d’Evita, en 1858 et ses trois sœurs. A Chivilcoy, Marie Manechena, est devenue une énergique estenciera, « María La Vasca », qui, après son veuvage, n’hésitait pas à prendre son fusil lors des malones (attaques des indigènes).

10Son fils, Juan Duarte, était devenu un notable local, très populaire auprès des travailleurs de la terre. Il avait épousé sa cousine germaine, Adela Uhart, fille d’un frère de son père. Le couple avait eu de nombreux enfants. Mais Juan Duarte a eu aussi une seconde famille, non officielle, avec Juana Ibarguren, qu’il avait connue alors qu’elle avait treize ans, lors de ses tournées à Los Toldos en tant qu’administrateur de l’estancia La Porteña. De cette relation sont nés cinq enfants, qu’il a reconnus. María Eva (Evíta), née en 1919, était la plus jeune. Juana Ibarguren descendait par son père d’une famille originaire d’Amezketa, en Pays Basque espagnol. Du côté maternel, Juana Ibarguren était issue d’une famille criolla, les Núñez-Pregote, présente en Argentine dès le début du 18e siècle.

11En 1926, à Chivilcoy, Juan Duarte décède lors d’un accident de voiture. Il a été souvent dit que la famille officielle avait refusé à Juana Ibarguren et à ses enfants l’accès à la chambre mortuaire de Juan Duarte. Ignacio Martin Cloppet, qui descend lui aussi de la famille Duarte-Manechena, après avoir recueilli les témoignages de sa famille, tient à préciser qu’il n’en est rien : Juana Ibarguren et ses enfants ont pu faire leurs adieux à Juan Duarte dans sa chambre mortuaire.

12Cet ouvrage, riche de toutes sortes de données a le mérite de replacer Perón et Evíta dans leur contexte familial, ce qui permet d’éclairer certains aspects de leur personnalité. Il nous permet aussi d’imaginer la vie de leurs ancêtres, dans les vieilles rues de Buenos Aires, ou dans les estancias d’autrefois.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Michèle Esponde, « Ignacio Martín Cloppet, Les origines de Juan Perón et d’Eva Duarte. Leurs racines françaises et basques. La parenté entre Borges et Perón  », Amerika [En ligne], 11 | 2014, mis en ligne le 02 décembre 2014, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://amerika.revues.org/5292

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo ERIMIT - Equipe de recherche interlangues : mémoire, identités, territoires
  • Les cahiers de Revues.org