Navigation – Plan du site
Thématique
Monstres et monstruosités

La monstrueuse perfection : l’illustration poétique de XXY

Eva Tilly

Résumés

Alex, protagoniste principal du film XXY, réalisé par Lucía Puenzo et sorti en salle en 2007, apparaît comme un type particulier de monstre. Nous nous attachons dans ce travail à proposer une analyse de ce film en en soulignant le caractère poétique et symbolique. Si la réalisatrice s’est inspirée d’une nouvelle de Sergio Bizzio qui traite de l’éveil à la sexualité d’une jeune fille qui souffre d’une « ambiguïté génitale », il nous semble que le sujet abordé dans la « recréation » cinématographique propose une perspective plus ample que celle des premiers émois sexuels d’une adolescente. Les espaces et les éléments contribuent à rappeler au spectateur la théorie de l’androgynie première de l’être humain. L’eau, aussi bien l’océan que la pluie, et les paysages côtiers jouent un rôle symbolique primordial dans la poétique de l’œuvre. Les personnages, baignés dans un camaïeu de bleus et de gris, semblent attendre un événement. Les tortues marines, omniprésentes, apparaissent comme des animaux métaphoriques dont il conviendra d’éclairer la signification. Quelle est donc la finalité de la mise en scène de ce « monstre » au sein d’un décor polysémique, au sein d’un groupe de personnages qui ne semblent exister que parce qu’il existe ?

Haut de page

Entrées d’index

Géographique :

Argentina, río Uruguay
Haut de page

Texte intégral

1Olivier Roux commence ainsi l’ouvrage qu’il consacre à la tératologie : « El sueño de la razón produce monstruos », titre d’une eau-forte de Francisco de Goya. Le fait d’initier une recherche sur les monstres par une phrase écrite en castillan et qui sert de légende à une œuvre d’un artiste espagnol n’est pas sans intérêt pour notre travail, comme si la culture hispanique était un creuset propice au développement de cet axe d’investigation. L’intérêt de cette démarche est encore renforcé si l’on poursuit la lecture du premier paragraphe de l’introduction de cette étude dont nous nous permettons de citer ici l’extrait le plus intéressant pour le sujet qui nous préoccupe :

  • 1 Roux, Olivier, Monstres. Une histoire de la tératologie des origines à nous jours, Paris : CNRS édi (...)

[…] cette célèbre maxime semble énoncer une incompatibilité de nature entre le monstre et la raison, celui-là surgissant lorsque celle-ci est assoupie. Le monstre de nature ne peut être soumis aux catégories et aux classes, il mélange les êtres, les espèces ou les sexes, et face à lui la raison est impuissante. Cet affrontement se poursuit dans les domaines juridiques et théologiques, où une véritable casuistique légale va parfois, comme dans le cas des hermaphrodites, jusqu’à nier l’existence et la définition médicale mêmes du monstre car, socialement, il faut relever de l’un ou de l’autre sexe.1

2L’hermaphrodisme apparaît donc comme une forme de monstruosité particulière liée à la négation de l’existence même du « sujet » concerné. Cette négation et l’importance de l’intégration sociale sont les questions que nous allons aborder.

  • 2 Bizzio, Sergio, « Cinismo », in Chicos, Buenos Aires : Interzona, 2004.

3Alex, hermaphrodite de quinze ans, protagoniste principal du film XXY réalisé par Lucía Puenzo et sorti en salle en 2007, apparaît donc comme un type particulier de monstre. Nous allons nous attacher à proposer une analyse de ce film en tentant d’en souligner le caractère poétique et symbolique. Si la réalisatrice s’est inspirée d’une nouvelle de Sergio Bizzio intitulée « Cinismo »2 qui traite de l’éveil à la sexualité d’une jeune fille diagnostiquée comme souffrant d’une « ambiguïté génitale », il nous a semblé que le sujet abordé dans l’adaptation ou plutôt la recréation cinématographique propose une perspective plus ample que celle des premiers émois sexuels d’une adolescente. Les espaces et les éléments contribuent à rappeler au spectateur la théorie de l’androgynie première de l’être humain. L’eau, aussi bien l’océan que la pluie, et les paysages côtiers jouent un rôle symbolique primordial dans la poétique de l’œuvre. Les personnages, baignés dans un camaïeu de bleus et de gris, tons neutres et pourtant significatifs, semblent attendre un événement, un changement, une nouvelle naissance ou une éclosion. Les tortues marines, omniprésentes, apparaissent comme des animaux métaphoriques, mais quelle peut être cette allusion ? L’éveil de la sexualité d’Alex est un des éléments développés par Lucía Puenzo sans pourtant donner l’impression au spectateur que la première expérience sexuelle de la protagoniste constitue le noyau du film. Quelle est donc alors la finalité de la mise en scène de ce « monstre » au sein d’un décor polysémique, au sein d’un groupe de personnages qui ne semblent exister que parce qu’il existe ?

  • 3 Freud, Sigmund, « Le malaise dans la culture », in OCF.P., XVIII, 1926-1930, pp. 245-333.

4Le rôle attribué à l’eau dans ce film est primordial. Le générique de début du film présente un va-et-vient entre deux milieux : l’un sous-marin où des organismes qui semblent se trouver à mi-chemin entre le végétal et l’animal paraissent respirer comme s’ils se trouvaient au sein d’une matrice, évoquant déjà, dès les premières images, l’idée de naissance et de génération, idée renforcée par les sons qui rappellent ceux du milieu utérin3 ; l’autre terrestre où l’on voit Alex courir entre les troncs d’arbres muni d’un couteau et suivi par une amie, Roberta, fille d’un collègue de son père, Washington. Ce générique se termine par le moment où Alex plante violemment le couteau dans le sol et où apparaît le titre du film écrit avec trois « x », la jambe du dernier étant tranchée pour former un « y ». Le couteau planté dans le sol ne l’est pas par hasard puisqu’il s’agit de trancher un serpent qui rampait en semblant vouloir échapper aux deux jeunes protagonistes. Cette introduction annonce selon nous l’idée principale du film qui est celle de naissance ou de renaissance du et des personnages. Le couteau planté dans le sol pourrait quant à lui figurer deux idées : la fin d’un combat contre soi mené par Alex et orienté par ses parents avec cette lame qui devrait servir à le mutiler, mais aussi peut-être le début d’un autre combat qui sera celui de l’affirmation de soi, non par la « normalisation » d’Alex, qui consisterait à lui assigner un seul sexe, mais par la liberté d’être elle-même avec sa particularité. Le couteau, auquel on attribue souvent une symbolique phallique, peut également signifier le choix d’Alex de ne pas vouloir être opérée. Si l’on s’oriente vers une interprétation biblique du serpent, Alex réécrit la genèse en annihilant le serpent tentateur, cause de la chute de l’être humain. Alex affirmerait ainsi, dès les premières images du film, sa volonté de ne pas être soumise au destin commun ; son geste pourrait aussi signifier la destruction du mal qui sépare l’humanité de Dieu (et ne représente-t-elle pas, selon son père, la perfection, perfection première des êtres parfaits, complets, dotés des deux sexes, créés par Dieu ?).

  • 4 Gheerbrant, Alain, Chevalier, Jean, Dictionnaire des symboles, Paris : Robert Laffont, 1997.

5L’introduction à elle seule est riche de significations et si l’eau y est déjà présente, cet élément est récurrent dans le film. En effet, Suli et Kraken, les parents d’Alex, ont quitté Buenos Aires pour échapper aux personnes bien intentionnées de leur entourage, prisonniers d’une pensée unique qui les incitait à faire opérer Alex comme souhaitaient le faire les médecins dès la naissance de l’enfant. Le film se déroule donc dans un village de la côte uruguayenne, un lieu qui est sans doute une île puisque les invités de Suli arrivent et repartent en ferry. Le lieu de vie qu’ils ont choisi serait donc entouré par la mer, mer qui est « symbole de dynamique de vie. Tout sort de la mer et tout y retourne : lieu des naissances, des transformations et des renaissances »4 comme nous l’avons évoqué pour le milieu sous-marin du générique. Ce lieu est symbolique d’une autre façon car c’est sur cette côte qu’Alex a été conçue : il s’agit donc pour ses parents d’un retour aux sources et pour l’adolescente d’un retour symbolique au monde intra-utérin qui préfigure la naissance ou la re-naissance comme nous l’avons dit. Ce choix du moment de vie particulier qu’est l’adolescence est bien sûr lui aussi signifiant puisque ce moment de latence et de transition souvent douloureux précède ou accompagne le passage à l’âge adulte, la re-naissance de soi.

6L’eau apparaît également sous forme de pluie : la nuit qui suit le moment où Alex a son premier rapport sexuel avec Alvaro, le fils des amis de sa mère, dix-sept ans, homosexuel, vierge lui aussi, une pluie torrentielle s’abat sur la côte. Un jeu de miroir est alors créé par la réalisatrice lorsqu’elle montre Alvaro torse nu sous la pluie battante observant Alex à travers la baie vitrée de sa chambre qui se regarde entièrement nue dans le miroir, le visage mouillé de larmes. Cette pluie, symboliquement de nature féminine, baigne Alvaro qui est à présent certain de son homosexualité sans toutefois être encore prêt à l’admettre publiquement, craignant, plus que la colère de son père, son mépris et son désintérêt primaire et destructeur. Alex n’avait pas besoin de ce rapport sexuel pour se découvrir. Elle apparaît attristée par son corps différent, son corps que la médecine tente de transformer à l’aide de nombreuses médications. Comme surprise de ce qu’elle a été capable de faire puisqu’elle a pénétré Alvaro, les larmes traduisent sans doute l’émotion du pas franchi mais aussi l’insatisfaction de cette relation tronquée, tronquée car le père d’Alex les a surpris, mais aussi parce qu’Alex dira à Alvaro qu’elle veut autre chose que ce type de relation, que ce n’est pas assez. Si l’on se réfère sur ce point à la nouvelle de Bizzio, Alex souhaiterait une histoire d’amour, une véritable relation sentimentale et ressentirait l’intérêt d’Alvaro comme la curiosité d’un adolescent submergé par son désir de découvertes sexuelles. Alex s’enfuit cette même nuit chez son amie Roberta qui lui avoue avoir connu ses premières expériences sexuelles avec son cousin. La féminité brute de la toute jeune fille ne déconcerte Alex qu’au moment où elles se retrouvent toutes les deux sous la douche. Alors que Roberta profite du moment avec sensualité, Alex soudain mal à l’aise abrège l’instant d’intimité. A nouveau, l’eau, ici sous la forme d’une pluie artificielle, accompagne une étape dans la prise de conscience de soi du personnage. Si elle apprécie la compagnie et les confidences de son amie, une trop grande proximité et l’ambiguïté d’un rapport de séduction avec elle la fait fuir. Son refus d’une apparence féminine se concrétise également à ce moment par le ton qu’elle emploie en s’adressant à Roberta lorsqu’elle découvre que celle-ci profite de son sommeil pour lui poser du vernis à ongles.

7L’omniprésence de l’eau et le plaisir évident que ressent Alex à s’y baigner peut également faire référence au mythe de Salmacis et d’Hermaphrodite de la mythologie grecque : alors qu’Hermaphrodite, fils d’Hermès et d’Aphrodite, se baignait dans l’eau d’une source, la nymphe de ce lieu tomba amoureuse de lui et s’en approcha. Il repoussa ses avances et la nymphe pria alors les dieux d’unir leurs deux corps, ce qui fut accordé. Les deux corps des jeunes gens se fondirent alors et Hermaphrodite fut doté des deux sexes et d’une double apparence. C’est bien de l’eau que naquit ce personnage mythologique ; Alex se ressource souvent dans la mer et semble y trouver la paix comme nous le montre ce moment où elle se baigne seule, allongée sur le dos, les bras en croix, regardant le ciel comme dans un moment de communion avec l’élément qui l’accueille. Le mythe d’Hermaphrodite rappelle également celui de l’androgyne qu’une interprétation particulière de la Bible souhaite voir comme l’être premier puisqu’il est écrit que Dieu créa le premier être homme et femme. Les légendes disent aussi que le premier être possédait les deux sexes mais qu’il se montra tellement présomptueux que Dieu décida de le couper en deux afin qu’il passe sa vie à tenter de retrouver sa moitié perdue : l’hermaphrodite ne serait-il pas alors un être parfait, complet ? C’est en tout cas l’opinion exprimée par Kraken lorsqu’il se souvient de la naissance de sa fille. Elle lui a toujours paru, dès le premier instant, parfaite, et c’est pour cette raison qu’il s’opposa farouchement aux médecins qui lui proposèrent d’opérer Alex afin de la « normaliser ». Et un monstre n’est-il pas ce qui sort de la « norme » ?

  • 5 Ibidem

8L’importance du milieu marin est telle qu’il semble jouer le rôle d’un des personnages principaux. Sa présence influence l’existence des autres personnages comme le fait Alex : la réalisatrice, qui a pris de grandes libertés avec le texte de Sergio Bizzio, a fait du père de l’adolescente un biologiste qui étudie et tente de protéger les tortues de mer. Le premier mot prononcé dans le film est « hembra » sentence prononcée par Kraken qui vient d’ouvrir le corps d’une tortue. Les tortues ont la particularité de ne pas être identifiables sexuellement de façon évidente car les organes sexuels ne sont pas apparents. Certaines spécificités, comme la grosseur du corps ou la grandeur des pattes, peuvent donner des indices du sexe de l’animal mais parfois, seule l’étude de son anatomie interne permet de savoir avec certitude s’il s’agit d’un mâle ou d’une femelle. Le corps de cet animal montrerait que peu importe le sexe : si chez l’homme les organes sont apparents et constituent un moyen de classer les êtres selon leur sexe afin qu’ils adoptent le comportement qu’il convient, que se passerait-il si nos organes génitaux n’étaient qu’internes et notre apparence moins sexuée ? Que de discriminations évitées sans doute et quelle liberté pour ceux qui considèrent que leur sexe ne constitue qu’une partie de ce qu’ils sont et non tout ce qu’ils sont comme tente de l’exprimer Alex. Si Lucía Puenzo a choisi en particulier cet animal, c’est aussi parce qu’il est un symbole de sagesse et de force, un symbole à la fois « mâle et femelle, humain et cosmique qui s’étend sur toutes les régions de l’imaginaire »5. Les tortues font partie des reptiles, animaux qui ont peuplé très tôt notre terre, et sont aujourd’hui menacées par les Hommes qui les déciment. L’association entre Alex et les tortues est assez claire. Son père tente de les protéger des pêcheurs sans scrupule comme il protège sa fille du chirurgien et de tous ceux qui s’en prendraient à elle. De la même façon qu’il ne parvient pas toujours à les soustraire à la cupidité des pêcheurs, il ne parviendra pas à protéger Alex des fils de ces derniers. L’image de la carapace vidée et brisée qui apparaît aux pieds de la mère d’Alex lorsqu’elle scrute l’horizon, inquiète par la trop longue absence de sa fille qui a effectivement été agressée par les fils des pêcheurs curieux de découvrir le spécimen étrange qu’elle représente, figure symboliquement la violence subie par l’adolescente. La remarque d’un pêcheur est explicite lorsqu’il dit à Kraken d’éloigner sa fille car il y a déjà assez d’espèces en voie d’extinction dans les parages en faisant référence aux tortues. La définition d’un « monstre » est bien d’abord celle d’un être ou d’un animal avant d’être celle d’une personne, ce qui prouve la difficile classification d’un être humain affublé d’une telle qualification, à mi-chemin entre l’humanité et l’animalité.

9L’environnement aquatique du film se prête également à un choix esthétique de la réalisatrice dont les images sont teintées de gris-bleu comme si les personnages et même les paysages terrestres étaient imprégnés de l’essence même de la mer. Symboliquement, le bleu fait référence à la conscience qui s’éveille, au processus du passage de l’inconscient vers le conscient, qu’il favorise la compréhension d’une réalité différente. Le gris quant à lui fait référence à une vie moins contrastée, qui échappe aux extrêmes, un peu monotone. N’est-ce pas ce qui est évoqué dans le film ? Alex dit que ses parents lui font pitié parce qu’ils ont toujours l’air d’attendre quelque chose, comme s’ils vivaient dans un état de latence, monotone, dans l’espoir d’un changement, d’un événement. Ne s’agit-il pas effectivement de consciences qui s’éveillent peu à peu ? Alex a cessé de prendre les hormones qui empêchent sa virilisation, elle décidera de porter plainte contre les jeunes gens qui l’ont agressée afin que tout le monde sache ce qui s’est produit car ce n’est pas elle le monstre ! Ne s’agit-il pas d’un processus de passage de l’inconscient vers le conscient lorsqu’Alex et ses parents se trouvent enfin convaincus réellement de la nécessité d’accepter la différence d’Alex non comme un handicap mais comme une voie identitaire possible ? L’histoire des personnages baignés de bleu ne permet-elle pas d’avancer vers une compréhension d’une réalité différente ? Kraken expliquera à Ramiro, le chirurgien qu’a invité son épouse en pensant agir pour le bien de sa fille et de sa famille, qu’Alex est née bleue car elle a manqué d’oxygène pendant plusieurs minutes : ce bleu de la naissance ne semble pas avoir quitté le monde dans lequel elle évolue comme s’il s’agissait encore d’attendre ou plutôt d’espérer son premier vagissement, sa véritable naissance. Nous aimerions souligner que les deux seuls moments où des couleurs chaudes semblent se détacher dans le film sont des moments qui représentent des pas importants sur le chemin de la compréhension de l’autre et sur l’acceptation et même la défense de la différence. Lorsque les deux couples de parents et Alvaro se retrouvent à table tandis qu’Alex est partie rejoindre Roberta, quelques éléments rouges dans le décor apparaissent pour souligner les propos cinglants de Kraken lorsqu’il défend Alvaro contre son père qui le force à boire. Ce dîner a lieu le soir même où Kraken a découvert les deux adolescents ensemble : il connaît l’homosexualité d’Alvaro et semble encourager l’adolescent à affirmer sa personnalité, quelle qu’elle soit, car le modèle représenté par Ramiro n’est ni l’unique ni le meilleur. Le ton employé n’est plus celui du doute mais celui de l’agacement, presque celui de la colère. Le second moment suit ce dîner et correspond à la visite que rend Kraken au pompiste intersexué dont le cas fut traité dans la presse et au sujet duquel il a gardé un article. L’intérieur de l’habitation de ce personnage possède également des couleurs plus vives. Cette rencontre est décisive pour Kraken car elle lui permet de se rendre compte ou plutôt de finir de se convaincre qu’il ne se trompe pas en laissant sa fille choisir de ne pas être opérée. Juan, le personnage du pompiste, exprime effectivement la douleur qu’ont représenté pour lui les diverses interventions chirurgicales qui devaient le rendre « normal » et rassure Kraken en lui affirmant que laisser Alex décider seule de son avenir est non seulement la meilleure solution mais la seule qui soit humaine, renversant par ses propos l’ordre de la « norme ». Les monstres ne sont plus ceux qui apparaissent comme « hors norme » mais bien ceux qui tentent d’imposer cette norme à tout prix en usant même de la violence qu’est le vol de l’identité. Kraken peut sans doute à ce moment « percevoir » un avenir possible pour sa fille, une intégration sociale, car Juan a retrouvé le corps, l’apparence, qui correspond à son esprit, s’est marié, a adopté un enfant et se prépare à en adopter un autre pour constituer « la familia típica ». Les couleurs plus chaudes de cette scène dans la cuisine évoquent la confidence, les sentiments clairement exprimés, et confortent Kraken dans le choix qu’il a fait de laisser sa fille décider du chemin à suivre. Si, comme nous l’avons dit, le bleu et le gris renvoient à une monotonie, à un moment de latence ou de transition, ces deux moments où les couleurs se font plus vives correspondent à des moments de décisions ou de certitudes. Kraken, le père d’Alex, joue un rôle prépondérant dans ces moments car il affirme son combat contre l’application unilatérale des règles et des lois établies, règles et lois faites pour la majorité certes mais qui ne conviennent pas à tous et parfois même nient ou écrasent de tout leur poids les personnalités autres, différentes, « anormales »… mais peut-être aussi parfois « supérieures », si toutefois une hiérarchie trouve quelque légitimité.

10En ce qui concerne les personnages du film, ils ne semblent exister ou en tout cas n’être déterminés que par Alex. Suli, sa mère, voulait quatre filles comme Susanita, en référence à la bande dessinée Mafalda. Elle n’a eu qu’Alex, effrayée par ce premier enfant différent qu’elle a mis au monde. Il est intéressant de noter que Susanita représente une petite fille très « conservatrice » car son rêve est de se marier et d’avoir beaucoup d’enfants. Ses perspectives s’inscrivent en général dans la norme et elle ne fait que rarement preuve de sens critique, à l’inverse de Mafalda qui la déconcerte souvent. Cette mère, effrayée, selon les dires de Kraken, à la naissance de son bébé, s’inquiète pour elle car elle souhaite qu’Alex soit « normalisée » et devienne une fille à part entière, qu’elle entre dans la norme. Ce n’est qu’à la fin du film et après que Kraken lui ait annoncé qu’il a surpris Alex pénétrer Alvaro qu’elle prend la mesure de la personnalité de sa « fille » et commence à envisager une autre solution que l’opération castratrice. C’est à ce moment qu’elle osera hausser le ton avec Erika, l’épouse de Ramiro : lorsqu’Erika lui dit qu’ils ne pourront pas cacher Alex toute leur vie et qu’il est temps de l’opérer, elle répond « ¿ tú también piensas que mi hija es un fenómeno ? », ce qui sanctionne le départ du couple. Depuis une perspective de genre, la mère d’Alex s’inscrit dans son rôle féminin qui est de transmettre et de conserver, transmettre une « normalité », conserver une apparence. Elle se soumet davantage que son époux aux autorités que représentent les médecins qui pourtant ne font qu’appliquer des protocoles, les mêmes pour tous, avec indifférence. C’est aussi une femme qui veut une fille, qui souhaite reproduire le « même » et accepte difficilement le fait d’avoir engendré « l’autre ». En tout état de cause, la vie de Suli semble tournée entièrement vers son enfant et sa tentative d’intégration sociale. Elle souhaite elle aussi, comme son époux, protéger sa « fille » contre le monde qui l’entoure et c’est elle qui veille sur Alex après son agression. La violence subie ayant un caractère sexuel, Alex se tourne vers sa mère, car c’est le côté féminin d’elle-même qui a été blessé. L’image où elle est blottie entre sa mère et Roberta est significative : dans ce moment de vulnérabilité, son côté féminin est celui qui prédomine ou qui en tout cas est mis en relief par la réalisatrice.

11Kraken, quant à lui, souhaite sans doute davantage avoir un fils. Le film souligne la complicité entre Alex et son père. Kraken aime son enfant comme elle est et c’est lui qui a empêché les médecins de l’opérer car il veut attendre qu’elle décide. Il ose s’opposer à la société, se montrer violent lorsqu’il s’agit de défendre sa fille et annonce qu’elle est « igual como yo », arborant une certaine fierté devant la violence d’Alex lorsqu’elle agresse Vando à qui elle a déjà cassé le nez. Il se querelle avec son épouse lorsqu’il apprend que Ramiro est chirurgien et n’hésite pas à exprimer son opinion à table devant le couple : s’ils ont fui Buenos Aires c’est justement pour échapper aux jugements de ceux qui croient tout savoir et qui s’autorisent à imposer leur opinion aux autres. Il ne supporte pas la façon dont le chirurgien traite son fils en le forçant à boire du vin, pour qu’il ait du sang dans les veines... Il est vrai que les parents d’Alvaro sont traités de façon un peu caricaturale par la réalisatrice. En effet, le couple est invité par Suli qui souhaite demander un avis médical. Le père apparaît comme un homme sûr de lui, homophobe et insensible. Il n’hésite pas à dire à son fils qu’il n’a aucun talent et qu’il ne l’aime pas vraiment, qu’il est content qu’il s’intéresse à Alex car il craignait qu’il soit homosexuel, faisant preuve, à travers cette déclaration, d’un manque total de discernement concernant la personnalité d’Alvaro, envers la nature même d’Alex, et affirmant le désintérêt qu’il éprouve pour son fils dont seule la normalité sexuelle (et donc le rôle social normé) l’intéresse… Alex ne se trompe pas quant à la personnalité de cet homme et deux scènes prouvent son intelligence : lorsqu’elle rencontre le chirurgien dans la cuisine alors qu’il est en train de trancher un saucisson, évocation limpide de son métier qui consiste à découper des corps, elle le provoque en lui demandant de ne pas lui mentir et joue une sorte de jeu de séduction en buvant à même la brique du lait qui coule de sa bouche… Elle posera à Alvaro la même question au sujet de son père qu’elle lui a directement posé à lui : aime-t-il ouvrir des corps ? Du brillant métier de chirurgien plasticien elle le ravale au rang de boucher, renversant ainsi les rôles : ce n’est pas elle le monstre, ce sont ceux qui veulent la transformer, la mutiler. Il est intéressant de noter que cette scène lors de laquelle Ramiro coupe le saucisson, que goûte d’ailleurs Alex, est reprise lors du dialogue entre Suli et Erika, lorsque Suli ose enfin se rebeller contre ce qui résonne comme une critique de la part d’Erika. Dans cette scène, Suli coupe en effet une carotte et se blesse avec le couteau. Si Ramiro manipule habilement et délicatement cet objet tranchant, dont on a déjà évoqué la symbolique phallique, pour découper de la viande, Suli ne fait que trancher un légume et se blesse. La douleur qu’elle ressent alors accompagne son changement d’opinion au sujet de l’opération de sa fille.

12Erika, joue, quant à elle, son rôle d’épouse : suivre son époux, protéger son fils sans toutefois le comprendre et inciter Suli, dont elle se prétend l’amie, à faire opérer sa fille sans chercher à trouver une autre solution, sans même connaître réellement l’adolescente qu’est devenue Alex. La perspicacité dont elle fait sans doute preuve en s’interrogeant sur le lien amical qui unit Alex et Vando, ne paraît pas l’éclairer sur la personnalité de son propre fils, ou sans doute préfère-t-elle s’aveugler afin de mieux conserver les apparences et rester dans une norme confortable.

13Alvaro, jeune homme réservé, a grandi entre une mère protectrice et un père qu’il admire mais qui le rejette. La sensibilité du jeune homme lui permet de se rendre compte de la désaffection qu’éprouve son père à son égard, ce qui le blesse profondément. La rencontre avec Alex lui offre la possibilité d’exprimer et de confirmer son homosexualité bien qu’il ne soit pas encore prêt à l’assumer, notamment face à ses parents. Il est doté d’un réel talent pour le dessin que son père ne prend pas au sérieux bien qu’il exhibe les capacités « artistiques » de son fils à table (alors même qu’Alvaro a dessiné une fille de dos qui rappelle certaines des photos prises d’Alex exposées dans la maison), capacités qu’il doit considérer comme bien piètres face à son habileté de médecin. Bien que de deux ans l’aîné d’Alex, Alvaro n’a pas encore atteint la maturité suffisante pour s’opposer à ses parents, affirmer sa personnalité, et se construire comme un être à part entière et non un adolescent en devenir, ce qui contribue sans doute à éloigner Alex car, bien qu’elle se dise amoureuse de lui, elle veut « autre chose », une relation assumée sans doute, plus adulte… ou plus complexe.

14Roberta, quant à elle, lui permet de se confronter à la sexualité et à la séduction féminines et de vérifier que les femmes ne l’attirent pas sexuellement. Cette jeune fille, qui ressemble encore à une enfant, parle crûment de sa première expérience sexuelle, moment intime qu’elle partage avec Alex. Les deux « jeunes filles » semblent réellement liées par une amitié sincère et sans complexe car Roberta connaît le secret d’Alex et a établi avec elle une complicité. Enfin, Vando, son « ami », sans doute amoureux d’elle lorsqu’il pensait encore qu’il s’agissait d’une fille, laisse échapper le secret d’Alex, sans se rendre compte des conséquences dramatiques que cette trahison aura. Il montre son courage, sa fidélité mais, au-delà, son affection, en s’opposant aux autres fils de pêcheurs qui l’ont agressée, en restant auprès d’elle et en l’acceptant telle qu’elle est sans craindre la réaction des autres. Deux scènes méritent d’être retenues afin de comprendre la relation qui lie Vando et Alex : lorsque Vando dégage Alex de l’emprise des autres garçons lors de leur agression, il la prend dans ses bras et a le réflexe de rabattre le gilet de la jeune fille sur elle afin de couvrir une partie de ses seins dénudés. Puis, lorsqu’il se retrouve avec Alex et Alvaro près du feu, Vando dit à Alvaro de « laisser tomber » qu’Alex est « trop » pour lui. Dans ce plan des trois adolescents, Alex se trouve entre Vando et Alvaro. Cette image me semble très significative car elle peut orienter le spectateur dans sa compréhension de la personnalité d’Alex. Vando, jeune homme hétérosexuel, attiré par le côté féminin d’Alex, ne la rejette pas lorsqu’il découvre son secret : ils vont uriner ensemble, en une attitude communément virile. Vando a su saisir les deux aspects d’Alex : il l’a protégée, comme s’il s’agissait d’une fille, sur la plage mais il sait aussi boire, fumer et uriner avec elle lorsque l’aspect masculin de sa personnalité prédomine. Il l’aime comme elle est, en entier, et s’adapte à sa personnalité hors du commun bien qu’il ne soit peut-être pas en mesure de satisfaire les attentes physiques et émotionnelles de l’adolescente. Alvaro joue à ce moment le pendant féminin du trio : il se force à boire comme les deux autres adolescents mais ne les suit pas lorsqu’ils urinent ensemble. Il reste assis, passif, un peu hébété, triste, épris d’Alex mais se rendant compte que les propos de Vando concernant son incapacité à la cerner et à être à la hauteur de ses attentes sont certainement justes. Il ne cherche d’ailleurs pas à rétorquer quoi que ce soit ni à tenter de revendiquer une quelconque prérogative.

15Tous les personnages se construisent donc autour d’Alex. Ils sont tous le reflet d’une figure de la société : les personnages féminins, inquiets, peinent à s’opposer à l’ordre établi mais la réalisatrice laisse sourdre leur sensibilité, leur intelligence émotionnelle sous le poids de la norme qu’elles n’ont que trop intégrée. Les hommes montrent une plus grande variété dans leurs comportements : la fermeture la plus totale, comme le père de Vando, le machisme primaire du père d’Alvaro, la grande sensibilité d’Alvaro, le courage et la détermination de Kraken.

16Qu’en est-il alors d’Alex, ce monstre ? Nous choisissons d’évoquer la perfection de ce personnage hermaphrodite car l’explication symbolique et mythique de l’androgyne nous semble mettre en cause l’organisation sociale imparfaite fondée sur les apparences sexuelles qui enferme chaque individu dans un rôle déterminé.

17Tout d’abord, dans la structure du film même est évoquée l’idée de circularité et d’éloignement du monde. Le film commence par une image de la côte uruguayenne et par l’arrivée au port des invités. Au milieu du film, la première image de la côte est reprise car c’est le lieu où a été conçue Alex. À la fin, la famille de Ramiro part du port et Alex et ses parents se retrouvent à nouveau ensemble. Le changement qui s’est produit réside dans une complicité peut-être encore renforcée entre Alex et son père, comme pour affirmer que l’adolescente a choisi sa voie… celle d’être elle-même entièrement, de cesser de prendre des hormones et donc d’accepter sa virilisation. La circularité se retrouve également dans la demeure d’Alex car lorsque les invités veulent entrer ou sortir ils doivent ouvrir une barrière sur laquelle il est écrit « prohibido pasar ». C’est Alvaro qui ouvre la barrière lorsqu’il arrive avec ses parents et c’est encore lui qui la refermera au moment de leur départ. Erika comparera le lieu au paradis : lieu reculé, clos, végétal, à l’abri des regards. A nouveau, l’image de cercle protecteur, de matrice protectrice qui prépare une nouvelle « génération » est présente. Alex est bien au centre de cette retraite, de ce locus amœnus et elle annonce qu’elle va sûrement s’y replier encore davantage car elle vient d’être exclue du lycée pour avoir frappé Vando. Le lien entre le paysage et l’adolescente est prégnant comme nous l’avons évoqué. Si nous avons souligné l’importance du rôle de la mer, celui de la plage est différent et également intéressant car Alex, comme nous l’avons dit, y a été conçue, et y vit des étapes importantes. La plage est un espace entre deux mondes : la mer et la terre. C’est un espace mouvant, instable, lieu de transition. Pour les tortues de mer, et nous avons déjà évoqué le lien tissé par la réalisatrice entre les tortues et Alex, la plage peut se révéler mortelle si elles y restent trop longtemps car elles s’y déshydratent et s’y retrouvent à la merci des prédateurs. C’est sur la plage qu’Alex parle pour la première fois à Alvaro : elle l’aborde avec une certaine agressivité en lui demandant s’il coucherait avec elle. Et c’est à nouveau sur la plage, alors qu’Alvaro dessine tranquillement, qu’elle revient à la charge. Cette deuxième rencontre précède immédiatement leur premier rapport sexuel. Ces deux moments sur la plage sont relativement furtifs car Alex, toujours en mouvement, s’enfuit à chaque fois devant la passivité d’Alvaro. Mais c’est aussi sur la plage qu’Alex est agressée par les fils des pêcheurs. Elle s’y promenait seule, en « terrain découvert » et a attiré l’attention des « prédateurs »… C’est donc sur la plage, lieu de transition entre un état et un autre qu’Alex a établi les prémices de son premier rapport et a subi la violence innommable de jeunes garçons brutaux à la curiosité malsaine. Ce lieu détermine le choix d’Alex : celui de ne pas jouer le rôle d’une femme, celui de ne pas être castré, celui aussi de ne pas continuer à se cacher et de ne pas avoir honte de sa différence, celui de choisir une voie qu’elle devra peut-être construire mais qui sera la sienne. Si le cercle finit de se dessiner avec la fermeture de la barrière qui clôt le parc de la maison d’Alex, la dernière image du film ne montre pas Alex à l’intérieur de cette clôture mais à l’extérieur puisqu’elle se promène avec son père, et sa mère hors champ, sur le port : sortie du cercle de son paradis et toujours sur un espace frontière puisqu’ils se trouvent sur la jetée, entre terre et mer, Alex n’est cependant plus enfermée dans un monde clos et à l’écart et ne se trouve pas non plus sur la plage mais sur un chemin plus solide, tout en tournant toujours le dos au port, port qui signifie pourtant l’ouverture au monde, mais à un monde peut-être encore insuffisamment préparé à accueillir sa « monstruosité », sa « différence » ou sa « perfection ».

Haut de page

Bibliographie

Filmographie

Puenzo, Lucía, XXY, Argentine, 2007.

Bibliographie

Bizzio, Sergio, « Cinismo », in Chicos, Buenos Aires : Interzona, 2004.

Chevalier, Jean, Gheerbrant, Alain, Dictionnaire des symboles, Paris : Robert Laffont, 1997.

Freud, Sigmund, « Le malaise dans la culture », in OCF. P., XVIII, 1926-1930. pp. 245-333.

Mullaly, Laurence, « Lucía Puenzo : la fabrique de nouveaux genres ? », in Lectures du genre, n° 8 : Imageries du genre.

Roux, Olivier, Monstres, Paris : CNRS éditions, 2008.

Haut de page

Notes

1 Roux, Olivier, Monstres. Une histoire de la tératologie des origines à nous jours, Paris : CNRS éditions, 2008, p. 7.

2 Bizzio, Sergio, « Cinismo », in Chicos, Buenos Aires : Interzona, 2004.

3 Freud, Sigmund, « Le malaise dans la culture », in OCF.P., XVIII, 1926-1930, pp. 245-333.

4 Gheerbrant, Alain, Chevalier, Jean, Dictionnaire des symboles, Paris : Robert Laffont, 1997.

5 Ibidem

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eva Tilly, « La monstrueuse perfection : l’illustration poétique de XXY », Amerika [En ligne], 11 | 2014, mis en ligne le 25 janvier 2014, consulté le 17 août 2017. URL : http://amerika.revues.org/5247 ; DOI : 10.4000/amerika.5247

Haut de page

Auteur

Eva Tilly

Université Rennes 2
eva.tilly@uhb.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo ERIMIT - Equipe de recherche interlangues : mémoire, identités, territoires
  • Les cahiers de Revues.org