Navigation – Plan du site
Thématique

Les étrangers et l’idée de pays chez Jorge Amado1

Ana Rosa Neves Ramos

Résumés

Quand le monde et l’État de Bahia célèbrent le centenaire de Jorge Amado, rien n’est plus opportun que de discourir sur l’importance et l’actualité de son œuvre sur la scène mondiale et dans la littérature brésilienne. Je partage l’opinion de Roberto da Matta2 sur la forte attraction que le texte amadien exerce sur ceux qui s’intéressent à la société brésilienne. On sait que Jorge Amado a été un écrivain mû par l’utopie de penser le Brésil : sa construction de l’image d’un pays portée au début par un engagement politico-partisan, glisse, ultérieurement vers un éloge outré du métissage et du syncrétisme. Si cette image est généralement reconnue, identifiée grâce à des personnages typiquement brésiliens, comme Gabriela, Dona Flor, sans oublier Pedro Archanjo, typique représentant des thèses amadiennes sur la question, méconnaitre l’importance des figures d’étrangers dans la construction de cette image, serait restreindre sa portée et son envergure ainsi que la façon originale de ces étrangers à présenter un ensemble de questionnements fondamentaux et novateurs concernant les possibilités d’intégration de notre société en engendrant une image du Brésil perméable à la diversité. Notre objectif, ici, est d’analyser comment l’écrivain a construit son image du Brésil et de voir si cette image persiste encore au XXIe siècle.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Notre participation à ce colloque a été possible grâce au soutien financier de la Fundação de Apoio (...)

Naquele tempo, no rastro do cacau dando dinheiro, chegavam à cidade de alastrada fama, diariamente, pelos caminhos do mar, do rio e da terra, nos navios, nas barcaças e lanchas, nas canoas, no lombo dos burros, a pé abrindo picadas, centenas e centenas de nacionais e estrangeiros oriundos de toda parte: de Sergipe e do Ceará, de Alagoas e da Bahia, do Recife e do Rio, da Síria e da Itália, do Líbano e de Portugal, da Espanha e de ‘ghettos’ variados...
Jorge Amado, Gabriela cravo e canela

  • 4 Da Matta, Roberto, “ Do país do carnaval à carnavalização: o escritor e seus dois brasis”, in Cader (...)

1Quand le monde et l’État de Bahia célèbrent le centenaire de Jorge Amado, rien n’est plus opportun que de discourir sur l’importance et l’actualité de son œuvre sur la scène mondiale et dans la littérature brésilienne. Je partage l’opinion de Roberto da Matta4 selon laquelle le texte amadien exerce une forte attraction sur ceux qui s’intéressent à la société brésilienne, à son côté le plus visible – son existence à travers ses principales institutions, ses coutumes et ses valeurs - autant qu’à son inquiétante question sociale.

2On sait que Jorge Amado a été un écrivain mû par l’utopie de penser le Brésil : sa construction de l’image d’un pays portée au début par un engagement politico-partisan, glisse ensuite vers un éloge outré du métissage et du syncrétisme. Si cette image est généralement reconnue, identifiée grâce à des personnages typiquement brésiliens, comme Gabriela, Dona Flor, sans oublier Pedro Archanjo, typique représentant des thèses amadiennes sur la question, méconnaitre l’importance des figures d’étrangers dans la construction de cette image, de l'idée de pays, serait restreindre sa portée et son envergure, ainsi que la façon originale de ces étrangers à présenter un ensemble de questionnements fondamentaux et novateurs concernant les possibilités d’intégration de notre société en engendrant une image du Brésil perméable à la diversité.

  • 5 Bacelar, Jeferson, "Imigrantes e Estrangeiros na obra de Jorge Amado", in Bahia, a cidade de Jorge (...)

3L’anthropologue Jeferson Bacelar5, dans un court essai sur les immigrants et les étrangers dans l’œuvre de Jorge Amado, déclare que, très tôt, au XIXe siècle déjà, on a constaté une préoccupation autour de la question de l’immigration chez les groupes dominants de Bahia, qui prévoyaient même la fin de l’esclavage. Au XXe siècle, l’intérêt pour cette question persiste, cependant avec la récession dans le Nordeste et dans l’Etat de Bahia, il n’y a jamais eu un nombre considérable d’étrangers dans les groupes ethniques qui ont constitué la société bahianaise originelle.

  • 6 Azevedo, Thales de, As elites de cor, São Paulo : Nacional, 1955. (Col. Brasiliana)

4Il est à noter que notre système d’immigration a toujours été prévu pour les zones agricoles, jamais pour la capitale, Salvador. Ainsi, les immigrants n’ont pas eu d’incidence en termes démographiques à Salvador, atteignant par exemple en 1950 à peine 6.900 individus6. En réalité, la société traditionnelle qui pense à l’abolition de l’esclavage et accepte la République sans transformations substantielles, ne voulait pas accueillir de travailleurs étrangers qui pourraient provoquer des bouleversements dans l’ordre établi, surtout par les idées révolutionnaires qu’ils pourraient propager parmi les travailleurs noirs. En ce sens, le roman Suor est un cas emblématique de la littérature d’Amado.

  • 7 Cf. Tônus, José Leonardo, “Imigrante”, in Dicionário de Figuras e Mitos Literários das Américas, Po (...)
  • 8 Tavares, Paulo, Criaturas de Jorge Amado (2 ed. rev. e aum.), Rio de Janeiro/Brasília: Record/INL, (...)

5La figure de l’immigrant apparaît dans l’espace littéraire brésilien dans le premier quart du XIXe siècle, quand augmentent les transferts des populations européennes vers les Amériques. Au XIXe siècle, cette figure est ambiguë tout comme le statut juridique, social et économique de l'immigrant au Brésil et elle est représentée, surtout, par le Portugais – commerçant et personne exerçant des petits métiers – dont la mise en image varie de la caricature la plus abjecte à l’exaltation flatteuse exagérée7. L’œuvre de Jorge Amado est d’une certaine manière le reflet de la situation réelle des immigrants au Brésil : parmi les 3.570 créatures cataloguées par Paulo Tavares8 et par Bacelar, on compte à peine 50 personnages d’immigrants et 2 étrangers.

6Les immigrants les plus présents dans l’œuvre de Jorge Amado sont les commerçants des quartiers populaires de Bahia ou les colporteurs parcourant les zones rurales, qui s’installeront un jour comme commerçants en ville.

  • 9 Pageaux, Daniel-Henri, De l’image à l’imaginaire, Colloquium Helveticum, n° 7, Berna: Peter Lang, 1 (...)

7Pour analyser les personnages étrangers chez Amado nous nous sommes appuyée sur l’étude de Pageaux9 qui nous affirme que « parce qu'elle est image de l'Autre, l'image est un fait de culture ». L'image est donc « l'expression, littéraire ou non, d'un écart significatif entre deux ordres de réalité culturelle ». D'après lui, l'image doit être étudiée comme un objet, comme une pratique anthropologique qui a sa place dans l'univers symbolique nommé imaginaire, inséparable de toute organisation sociale et culturelle. Il nous propose une lecture qui rend compte de l'organisation globale du texte, de son architecture et de ses articulations.

8L'œuvre, dès qu'elle est créatrice et porteuse d'idéologie, constitue l'endroit privilégié où les formations idéologiques se reproduisent. En ce sens, l'image dont l'idéologie se sert comme un de ses supports est la représentation d'une réalité culturelle à travers laquelle l'individu ou le groupe qui l'ont élaborée, qui la partagent ou qui la propagent, révèlent et traduisent l'espace culturel et idéologique dans lequel ils se situent, puisque, selon Pageaux, « le système de valeurs de l'Autre, les manifestations de sa culture constituent un secteur où s'affirment avec force des relations hiérarchisées ».

9Cela s’applique bien sûr à l’œuvre de Jorge Amado dont nous percevons clairement la construction à partir d’un système binaire qui fixe et définit des rapports de pouvoir et de domination, tout particulièrement dans les romans qui se présentent comme géographie de la zone rurale.

10Quant à Bacelar, il montre que dans les romans dont le scénario est la capitale de Bahia, Jorge Amado présente, selon la nationalité, la série suivante de personnages immigrés : Espagnols, Arabes, Italiens, Nord-américains, Portugais, Français, Juifs, Argentins, Finlandais, Allemands, Russes, Suisses, Péruviens, Hollandais et Chinois.

11En raison de leur importance dans la vie sociale de Salvador, l’anthropologue a concentré son analyse sur les figures et/ou groupes nationaux espagnols, italiens et arabes. Pour Amado, il n’y avait pas qu’une Espagne, mais plusieurs Espagne, donc plusieurs types d’Espagnols. Nous avons l’anarchiste agnostique, Severino (Suor), le cultivé León Esteban (Tenda dos Milagres), le revendeur agréé Manolo Moreira (O Sumiço da Santa), le détaillant malin Pepe Oitocentas (Os Pastores da Noite), le franquiste José Antonio Hernandez (O Sumiço da Santa).

12L’écrivain ne construit pas une identité nationale espagnole, mais inscrit d’une manière indélébile une marque de sa constitution : la guerre civile espagnole, une guerre qu’on ne peut comprendre que dans les vérités des multiples Espagne qui constituaient le pays, une guerre d’idéologie qui témoigne des divisions d’une nation déchirée. Et l’auteur ne cache pas son apport dans la construction cinglante du Sévillan « de taille militaire dans les défilés de la Phalange » (O Sumiço da Santa).

13Cependant, parmi les identités régionales espagnoles, la galicienne ressort nettement dans la construction d'un personnage fondamental dans l’intrique de Os Pastores da Noite. Amado y dépeint les représentations et les images mentales qu’on avait à Salvador du peuple du nord-est de l’Espagne, et qui caractérisent par exemple Pepe Oitocentos. Cet Espagnol a fait fortune dans la boulangerie en exploitant les gens, grâce à une « certaine » forme de commerce où il transformait huit cent grammes en un kilo, d’où son surnom. Se surajoute à cette manière de négocier, l’avarice des Galiciens. En fait, cette description correspond à l’image construite dans les journaux et par les poètes populaires de l’époque, et propagée dans la société de Salvador au siècle dernier, pendant plus de cinquante ans.

14Quand il aborde le sujet des Italiens, l’écrivain construit avec ses personnages, un portrait de cet étranger dont les traits sont les suivants : superstitieux (Giovanni, Ásperos Tempos  et História do Comandante Vasco), profiteur et inhumain (l’Italienne de Suor), voleur, mafieux et libertin (Bonfanti et Moulas, Tenda dos Milagres), artiste (Giuseppe, Jubiabá). Parfois, il renforce les stigmates qui caractérisent un des peuples du sud d’Italie : les Calabrais. Ainsi le personnage de Bonfanti, qui distingue les divisions régionales italiennes, s’écrie : « Appelle-moi voleur, ne m’appelle pas Calabrais, io sono toscano, Dio merda! » (Tenda dos Milagres, p. 317).

15En ce qui concerne la présence arabe à Salvador, Jorge Amado établit une parfaite configuration du parcours de ces immigrés. D’abord, à travers Toufick, il montre le départ douloureux de la terre natale et la lutte pour survivre dans une société lointaine et étrangère : « Il était venu d’un village entre déserts, il avait vaincu des mers de sable, pour venir gagner sa vie de l’autre côté de la terre » (Mar Morto, p. 218).

16Les Arabes, au sein de leur société d’adoption, étaient en grande partie des colporteurs, des gens pauvres qui se battaient pour amasser de l’argent. Amado montre le Libanais Fadul allant de client en client, avec sa valise, descendant ou remontant les pentes. Et il montre également Ibraim. Ce Syrien ne porte plus de valise, mais il a un nègre, Zé Inácio, pour le faire, « en échange de quelques pièces de monnaie qui sont à peine assez pour manger » (Tenda dos Milagres, p. 219).

17Trois figures de Syriens et quatre d’Arabes ont été ainsi identifiées pour représenter l’origine nationale des personnages amadiens. L’immigration arabe a été peu importante au Brésil et très faible à Bahia, probablement de quelques dizaines mais pas plus de quelques centaines d’individus. Mais, d’après Bacelar « qui de ces générations-là, surtout si habitant du Pelourinho, n’a pas eu un "Turc" dans sa vie à Salvador » ?

É fácil identificar um turco pela simples aparência, seja ele sírio, árabe, libanês, É tudo a mesma raça, todos são turcos, reconhecíveis pelo nariz adunco e pelo cabelo crespo, além do acento engrolado. Comem carne crua esmagada em pilão de pedra. Assim conjecturava Diva... (Tocaia Grande, p. 274)

18Aussi bien dans nos analyses, centrées sur les romans du « Cycle du cacao », que dans les analyses de Bacelar, centrées sur les romans qui se passent dans la ville de Bahia, nous remarquons que le dépassement du mythe de l’entrepreneur dynamique qui part de zéro, suivi du mythe de la richesse de l’étranger acquise par l’exploitation ou la malhonnêteté, est une image courante, pleinement intégrée dans l’imaginaire des classes populaires de Bahia dans la première moitié du XXe siècle. Amado présente l’Arabe Murad, l’homme le plus riche de la ville. Toutefois, il ne mythifie pas le « vainqueur » quand il nous fait voir son éloignement et l'absence de légitimité sociale dans son groupe d’origine : « Beaucoup d’autres Arabes le haïssaient, disaient qu’il ne soutenait pas les compatriotes » (Mar Morto, p. 218), et même le discréditaient, affirmant que l’origine de sa fortune était frauduleuse.

19L’écrivain montre aussi par le biais de stéréotypies négatives, la discrimination, la xénophobie et le racisme vis-à-vis des « immigrants indésirables », toujours présents dans la société brésilienne. Porteurs de cultures minoritaires et engagés dans des activités spéculatives réservées principalement aux classes sociales inférieures, ils étaient rejetés par les élites et le peuple, comme par ce brésilien pauvre qui : « … cherchait à frapper son parapluie sur Zebedeu, en criant: - Gringo! Gringo fils de pute » (Suor, p. 51).

20Et finalement, nous sommes en présence des descendants des Arabes, générations nées à Bahia, avides d’acceptation et d’intégration dans la société d’accueil de leurs parents. Adultes, désireux de se débarrasser du stigmate d’étranger qui avait entouré leur enfance et leur adolescence, ils sont devenus plus Brésiliens que les Brésiliens d’origine. Une telle situation est évoquée à travers le personnage de Chalub du Marché, fils de Syriens, Brésilien de première génération, qui réagit aux célébrations patriotiques de l’argentin Bernabo : « Si l’industrie de là-bas est tellement mieux, si la vie là-bas est si formidable, pourquoi alors tu veux monter ici une poterie ? » Et il poursuit : « Pas du tout (...) Une terre où il n’y a pas de mulâtresses, toutes des blanchâtres, ça c’est un endroit où personne ne veut habiter. Dieu merci! » (Dona Flor, p. 275).

21La troisième partie de l’essai de Bacelar met l’accent sur les immigrants originaires de pays possédant des cultures dominantes : Nordiques, Français, Allemands et Américains, dans l’œuvre de Jorge Amado. La perception de l'altérité brésilienne chez ce dernier est révélatrice de l'importance des relations interculturelles dans les représentations de l’identité.

22Quand il aborde l’image des Français, l’écrivain essaie de bâtir soit un « caractère national », soit une identité unique et singulière. Maintes fois, la voie choisie est celle de la stéréotypie qui traduit des processus d’assimilation ou de rejet. D'une part, l’écrivain n’oublie pas nos élites, racistes et culturellement dépendantes, essayant désespérément de devenir « civilisées », en copiant les mœurs et les modes de peuples culturellement hégémoniques, notamment de l'Europe - avec une attention particulière sur le comportement et la culture des Français comme dans le roman Le Pays du Carnaval :

Paulo Rigger, em Paris, como é natural, fez tudo, menos estudar Direito. Ao formar-se era um ‘blasé’, contaminado de toda literatura de antes da guerra, um gastador de espírito... A ‘atitude oposta’ era sempre a sua atitude. Não chegara, muito francês que era, a fazer uma base para a sua vida. Dizia que o homem de talento não precisa de filosofia... (p. 208)

23Par ailleurs, il met l’accent sur l’usage de la langue comme passeur – signe de distinction sociale. Thales de Azevedo (1989, p. 61-83) a traité de notre « francité aggravée » et Jorge Amado, ironiquement en témoigne ici : « La langue d’usage obligatoire pour tous ceux qui voulaient avoir l’air d’intellectuel, instrument indispensable à l'enseignement supérieur (...) parler français sans fautes et sans accent était signe de distinction et de prestige » (Tenda dos Milagres, p. 196). Néanmoins, le plus important est que par la caractérisation de la pédanterie inoffensive des intellectuels au service du pouvoir en place, l’écrivain va démontrer la capacité de la classe ouvrière à acquérir des connaissances, à l’exemple de Pedro Archanjo, comme le constate Zabella, aristocrate décadente qui se bat contre les thèses de la supériorité raciale des blancs :

Le métisse bahianais sait parler le français - Et comment. C'est un plaisir de l'entendre. Son anglais est également admirable. Il connaît bien l'italien et si j'avais le temps de lui apprendre l’allemand, certainement il le parlerait mieux que moi. (Tenda dos Milagres , p. 198)

24Pour Jorge Amado, grand créateur de personnages, le monde fictif et le monde réel peuvent et doivent cohabiter. Dans certains cas, ces personnages portent même le nom d’amis de l’auteur, de personnalités de la vie civile et artistique, qui viennent habiter son œuvre, mais le résultat en est souvent de simples caricatures. Comme on peut le constater avec George Dias Nardeau, ami français de l’écrivain « devenu » capitaine de frégate, fils d'un père français et d'une mère « mineira », née à Vila Rica, « Cheveux blonds comme les blés, yeux bleu-ciel, il aimait les jeux de hasard, les femmes de couleur et la plaisanterie » (História do Comandante Vasco, p. 39).

25La démographie de l'imaginaire amadien comprend également une couche impondérable de personnes non dotées d’anthroponymes, ce qui est, comme on le sait, le premier élément pour l'identification d’un individu. Toutefois, cela n’empêche pas ces personnes d’intégrer des noyaux dramatiques. Elles ont des caractéristiques définies et méritent un traitement spécial de la part du romancier qui leur donne de l’épaisseur, les situe et leur imprime des contours précis. Certains ont même des professions définies (cuisiniers, commerçants, dirigeants). D’autres sont présentés et définis en fonction de leur état civil (épouses, veuves, belles-filles, célibataires, maîtresses) ou leur degré de parenté (fille, oncle, mère). Il y a aussi des créatures anonymes classées selon d'autres caractéristiques : physique (jeune, maigre, blond, costaud, beau) ; comportement (adultère, mâle, traître). D’autres encore, selon des clichés qui représentent des stéréotypes de Français. C'est le cas de Julie, petite Française mondaine, « toda sexo, toda desejo » (O País do Carnaval, p. 16), aventurière de l'amour, flânant partout dans le monde et qui connait le jeune et riche Paulo Rigger lors de son retour de Paris. Elle devient sa maîtresse, débarque avec lui à Bahia et l'accompagne jusqu'à la ferme de cacao à Ilhéus où elle se livre au paysan Honório, « negro hercúleo », et finit par être abandonnée par le premier dans un hôtel de Bahia.

26Mais les personnages se construisent aussi à partir de valeurs que le romancier veut louer ou auxquelles il veut rendre hommage. On peut ainsi repérer les artistes, comme le fameux danseur français invité à se présenter au Théâtre Municipal de Rio de Janeiro (A Luz no Túnel, p. 203-204). Les représentants des savoirs y défilent également, comme Maître Daix, avocat parisien qui, en visite dans la capitale bahianaise, reçoit un hommage improvisé en français du professeur Nestor Sousa de la Faculté de Médecine de Bahia (Tenda dos Milagres, p. 215) ou des intellectuels comme Verger - français au profil d'oiseau et seigneur des mystères du Ifá, personnage emprunté à l'ethnographe Pierre Verger  (Quincas, p. 96 ; Dona Flor, p. 35). Apparaissent aussi des hommes de pouvoir, des entrepreneurs, comme Lavigne, colonel du cacao, « magro, nervoso e loiro » (Tenda dos Milagres, p. 265).

27D'autres personnages, souvent anonymes, sont classés selon leur état d’âme (romantique, pâle, triste), leur orientation sexuelle (manières efféminées, comportement douteux). On découvre ainsi Monsieur Fernand, chef de cuisine « français » embauché à Rio de Janeiro pour le restaurant de Nacib Archar Saad, à Ilhéus « gordote e troncudo, com um bigodinho encerado de pontas finas, tinha uns ademanes suspeitos, uns modos afeminados » (Gabriela, p. 430) qui se montre d'une grande arrogance avec des exigences de belle femme, mais qui est en réalité Portugais d'origine avec un accent très fort dans son usage constant d'expressions françaises.

28Il est intéressant de souligner que, malgré leur condition dans la société, les prostituées jouissent chez Jorge Amado d'une affection particulière. Pour l'écrivain ce sont des victimes de la société, chassées de tous les systèmes, privées des avantages sociaux, sans loi et sans droits. C'est ainsi qu'on est invité à découvrir Madame Claudette - vieille courtisane française, ruinée physiquement et moralement (Dona Flor, p. 145) ; Madame Antoinette - nom professionnel de Tieta do Agreste - Antonieta Esteves, propriétaire de la très sélective maison de débauche Refúgio dos Lordes, à São Paulo, ancien Nid d’Amour acheté à la française Madame Georgette, apparemment fille d'un général français et originaire de la Martinique (Tieta do Agreste, p. 174) ; Madame Gertrude - propriétaire du château de Veneranda à Aracaju - et qui « com o dinheiro amealhado comprara casa e terras na Alsácia, esperando em breve regressar à pátria e à respeitabilidade, casar-se e ter filhos » (Teresa Batista, p. 16) ; la belle Jacqueline - nom français employé par la mondaine Argentine Luísa - (São Jorge dos Ilhéus, p. 42-43) ; ou Manon - courtisane française toujours très maquillée (História do Comandante Vasco, p. 65).

29Il ne faut pas oublier la construction des portraits d’hommes à la vie facile comme Georges - jeune français, compagnon des aventures amoureuses nocturnes de la veuve brésilienne Silvia qui habitait à proximité des Champs-Elysées (Farda Fardão p. 223), ou Jinou - nom affecteux donné par Ginette à son amant Chafik (Ásperos tempos, p. 199). On rencontre également des femmes fatales comme la belle jeune française Madeleine, ex-mannequin d'une maison de mode (Gabriela, p. 63). On a de même Madeleine Camus - née Burnet, qui avait habité en Guadeloupe avec son mari, un lieutenant-colonel d'artillerie, et qui avait appris avec succès l'art de trahir et de reconnaître la performance sexuelle des noirs (Tocaia Grande, p. 58). Et pareillement Marie-Claude Duclos Saraiva de Albuquerque, Baronne d'Itauaçu, appelée Madama ou Madame la Baronne et qui chuchotait : Mon prince : « e a voz se diluía em gozo » (Tocaia Grande, p. 57).

30Et même l’aristocratie décadente est présente dans les portraits de l'écrivain. C'est ainsi qu'on découvre Zabela - nom intime d'Isabel Teresa Gonçalves Martins de Argolo e Pinto, comtesse d'Água Brusca, descendante de l'aristocratie rurale du Recôncavo baiano et petite fille d'un héros des luttes pour l'Indépendance ; Fortunato Araújo, femme très riche qui a une vie autonome et intense à Paris d'où elle ne revient qu'après avoir dépensé toute sa fortune et sa santé, pour passer le reste de sa vie à Bahia, dûment installée dans une petite maison tout proche du Couvent de Lapa, avec pour compagnie un chat et une bonne et d’une élégance tout à fait belle-époque : gants, parfums, bijoux et de beaux yeux malins (Tenda dos Milagres, p. 185).

31On ne peut éviter d'évoquer le travail de citation constante, dans l'œuvre d'Amado, du nom de personnages historiques ou de personnalités de la vie publique française. C'est ainsi que Charles Baudelaire, Émile Zola, Jean-Paul Sartre, Anatole France, Alexandre Dumas, André Gide, Henri Gauthier-Villars, Jules Verne et plusieurs autres écrivains cohabitent dans les récits d'Amado avec une multitude de personnages littéraires (Cyrano de Bergerac, D'Artagnan. etc.), de la vie artistique (Matisse, Dior, Chanel, etc.) et historiques (Napoléon, De Gaulle, Clemenceau, etc.) pour rendre hommage à la France, pays pour lequel l’écrivain était plein d’admiration.

  • 10 Touraine, Alain, Le retour de l’acteur, Paris : Fayard, 1990, p. 93.

32En ce qui concerne l’analyse de l’image des étrangers dans l’univers rural de l’œuvre de Jorge Amado, nous nous appuyons sur la pensée d’Alain Touraine10 (p. 93) qui explique que

dans un monde dominé par la guerre, le nationalisme étatique, l'industrialisation accélérée, où la transmission de l'héritage socioculturel apparaît de plus en plus problématique à mesure que s'accroît l'hétérogénéité des sociétés nationales, nos sociétés semblent perdre progressivement leur unité, s'enrichissant de leur diversité. Après la période d'intégration ou d'assimilation des minorités, nos pays acceptent un degré croissant de diversité et de désintégration.

33Nous pensons avoir découvert un parallèle entre la pensée du sociologue et ce que nous avons constaté dans l’œuvre de Jorge Amado où nous assistons au passage d'une optique sociale basée sur le compromis idéologique et l'engagement politique - celui de la dénonciation de l'injustice sociale vis-à-vis des travailleurs ainsi que du peuple - à une autre optique, toujours sociale, mais plutôt esthétique et culturelle, où la dénonciation n'est qu'une toile de fond, chargée d'humour et d'ironie. C’est le cas dans Tocaia Grande, récit dans lequel Jorge Amado nous donne l'image d'une société ouverte, déracinée, constamment en mouvement.

Cruzavam-se hábitos, maneiras de festejar e de chorar. Misturavam-se sergipanos, sertanejos, levantinos, 1ínguas e acentos, odores e temperos, orações, pragas e melodias. Nada persistia imutável nas encruzilhadas onde se enfrentavam e se acasalavam pobrezas e ambições provindas de lares tão diversos. Por isso se dizia grapiúna para designar o novo país e o povo que o habitava e construía. (Tocaia Grande, p. 226)

34Touraine (p. 15) dit que les pays au capitalisme tardif, comme le Brésil, suivent le modèle de l'historicisme culturel allemand, puisque l'analyse d'un système social est remplacée par l'histoire d'un pays, elle-même subordonnée à l'idée d'une essence nationale ou régionale. Le sociologue s'oppose à la définition des idées et des forces politiques comme expression de groupes et intérêts économiques, de passions et d'idées sociales en affirmant que cette valorisation correspond à une idée périmée de la vie sociale. Et il affirme que le propre de l'action sociale est qu'elle s'analyse toujours en termes de rapports sociaux inégaux (pouvoir, domination, influence, autorité). Il ajoute que les rapports sociaux ne restent jamais complètement « ouverts », ils se ferment aussi, se transforment en ordre social, maintenu par des agents de contrôle social et culturel et finalement, par le pouvoir de l'État.

35Concernant la forte présence de la région Cacaoyère dans l’œuvre de Jorge Amado, nous tenons à souligner qu’elle a été, pendant une longue période, la base idéologique et économique de l'État de Bahia, contribuant à affirmer son image aux niveaux national et international. Et l'identité régionale qui en résulte ne se réalise pas simplement au niveau spatial ou physique, mais, surtout, au niveau culturel et idéologique, forgée à partir de l’idéologie du travail (les défricheurs, les pionniers, les migrants).

36Dans les agglomérations humaines, qui constitueront plus tard des villages, et dans les villes, le commerçant est considéré comme un élément clé dans le processus de développement économique et social, puisque l'établissement commercial constitue également un lieu de sociabilité où les individus de groupes sociaux divers se retrouvent pour parler affaires ou pour les loisirs. En outre, le commerçant représente l'une des forces de travail qui est le fondement de la construction de l'identité régionale, l’identité « grapiúna », le plus souvent, est le signe de la présence d’un élément étranger dans la culture locale. Ici, Jorge Amado instaure un dialogue avec les grands mythes nationaux comme projet utopique pour la nation, à partir de la construction d’un territoire imaginaire perméable à la diversité culturelle - l’expérience de l’Autre.

37Voyons une des images que les étrangers se font de notre pays, en saisissant des éléments de notre réalité ou en projetant leurs propres fantasmes :

Até então Fadul apenas trabalhara num afã desesperado de burro de carga, cruzando brenhas, enfrentando riscos... Ainda não enriquecera, longe disso. Nem sequer se estabelecera, como decidira fazer, com casa de negócio num dos vários povoados que brotavam no rastro do cacau, nas encruzilhadas das fazendas, ao passo das tropas e tropeiros. Sem embargo, não podia se queixar: estava juntando seu pé-de-meia, Sobretudo depois que iniciara a prática da agiotagem. (Tocaia Grande, p. 39-40)

38L'idéologie du travail est donc accompagnée d'une autre idéologie, celle de la richesse.

39Comme le personnage de Fadul nous le montre, l'image du commerçant arabe peut aussi être construite au moyen de signes qui révèlent la présence d'un stéréotype culturel négatif dont le narrateur se sert pour montrer la façon dont l’image était constituée dans l'imaginaire socioculturel brésilien. Voyons comment se forme cette représentation en tant qu'opération de sens à travers l'image d'un Syrien : « ...Um sírio tentava, apesar dos solavancos do ônibus, vender ali mesmo uns colares e uns anéis, a um lavrador que os apalpava com desconfiança... » (São Jorge dos Ilhéus p. 23).

40En outre, les valeurs inhérentes aux étrangers sont montrées comme des valeurs positives, et peuvent soit être intégrées à la culture du pays d’accueil, soit se présenter comme un prolongement de l'espace de celui qui regarde :

... Turco Fadul., deixe que lhe diga: estou de queixo caído. Nunca pensei que fosse um povoado tão grande...Você acertou quando deixou de bater pernas e se estabeleceu aqui. Bem que se diz que a raça árabe tem bom faro, onde põe o pé os negócios crescem. Não demora você ficar rico e botar roça de cacau. (Tocaia Grande, p. 270)

41La controverse qu'on va découvrir dans Tocaia Grande suppose que la vie sociale ne découle plus de la notion de société. La communauté se rebelle contre la reproduction de l'image d'unité proposée par le système, refuse de se définir par une participation sociale gérée et/ou soutenue par l’État, et dénonce l'impérialisme irrationnel des dirigeants. Elle se définit par son histoire et sa culture particulières plutôt que par son degré de modernité. Ces attitudes constituent une évolution par rapport aux récits précédents d’Amado où cette image de société était toujours accompagnée de règlements imposés par l’Etat, alors que dans Tocaia Grande ces règlements sont progressivement remplacés par de nouvelles formes de consensus : la capacité croissante des sociétés humaines à agir sur elles-mêmes, ainsi que la distance croissante entre la production et la reproduction de la vie sociale.

42L'image des étrangers qui se dégage de ce roman nous amène à percevoir l'identité comme un thème à la fois culturel et éthique. Cet appel à l'identité va consister en un appel à réveiller l'identité nationale à travers la diversité - le discours sur l'Autre :

... Brasileiro,- batia com a mão enorme no peito cabeludo - filho de sírios, graças a Deus... (Gabriela, p. 40)
- Distante e esquecida, a terra natal, Fadul Abdala, o Grão Turco das putas, o Turco Fadul das casas-grandes, seu Fadul das míseras choupanas, sabe que veio para, ficar, não trouxe passagem de volta...Não mudou apenas de país e de paisagem, mudou de pátria. Libanês de nascimento e sangue, chamam-no turco por ignorância; se soubesse ver e constatar, proclamaria aos quatro ventos sua fé grapiúna. (Tocaia Grande, p. 40)

43Tocaia Grande, comme Gabriela, démontre d'une façon plus systématique ce qui a été vu en filigrane dans les récits précédents. Ces romans montrent que les singularités locales impriment une identité non seulement à la région, mais aussi au peuple qui l'habite. Ce qui est éliminé ici c'est le « chauvinisme ». C'est exactement ce que le narrateur veut combattre. Dans Tocaia Grande, son intention est de montrer progressivement qu'après la période d'intégration et d'assimilation des minorités qui ont bâti la « civilisation du cacao », la diversité doit être appréhendée comme une devise de ses habitants et pour cela elle doit être présentée comme une forme d'intégration et non pas comme un constituant de la différence ou de l'exclusion.

44A travers la représentation des migrants, ces récits construisent de véritables dialogues de culture : « Era hora do aperitivo que precedia o almoço, hábito que desde há muito anos, quando haviam chegado para iniciar a construção da estrada de ferro, os ingleses haviam ensinado aos grapiúnas... » (São Jorge dos Ilhéus, p. 30). Et nous nous rendons compte que l'appel à l'identité n’a rien d’agressif, au contraire, il devient volonté de construction d'une action collective. En fait, il désigne non seulement la dimension sociale et culturelle des faits historiques, mais aussi du fait littéraire, puisque la figure de l'étranger a pour but de véhiculer des idées qui traduisent notre représentation de pays bâtie sur les notions de métissage et d’hybridation :

Do que não se recordava mesmo era da Síria, não lhe ficara lembrança da terra natal tanto si misturara ele à nova pátria e tanto se fizera brasileiro e ilheense... Processo rápido de naturalização que o respeitável tabelião praticava com perfeita consciência do dever cumprido por uns quantos mil-réis...fazendo desses filhos de migrantes, quando não dos próprios imigrantes, vindos trabalhar em nossas terras, autênticos brasileiros, vendendo-lhes boas e valiosas certidões de nascimento. (Gabriela, p. 4l)
... o sírio Asfora, que se fez fazendeiro e cujas filhas haviam casado com brasileiros. Asfora já não era mais considerado estrangeiro... (São Jorge dos Ilhéus, p. 39)

45On remarque ici la suppression des distances entre ce qui est étranger et ce qui est national. Il est intéressant de noter que dans Gabriela et dans Tocaia Grande, l'auteur donne une tonalité politique à son roman par le social même, puisque selon Touraine (p. 15) « ce changement donne naissance d'une part à une idée de changement permanent, qui signifie une conception politique de la vie sociale, mais aussi, d'autre part à l'idée de sujet dont la capacité créatrice remplace les anciens principes d'unité de la vie sociale ».

46Et nous assistons ainsi à la consolidation d'une nouvelle historicité puisque l'image du peuple, si chère à l’écrivain, cesse d'être représentée par des notions méta-sociales pour introduire des représentations d’individus habitant un lieu, une région. C'est donc la communauté elle-même qui définit ce qui peut être appréhendé comme une devise, l’idée de pays :

A pátria de um cidadão é o lugar onde ele sua, chora e ri, onde moureja para ganhar a vida e construir casa de negócio e residência... Fadul Abdala reconhece e adota a nova pátria. Nela não viu a luz nem se batizou. Ninharias desprezíveis pormenores: mais importante que o berço é a cova e a dele será aberta no território do cacau... ao fazer-se homem fez-se brasileiro... (Tocaia Grande, p. 40)

47Dans Tocaia Grande, c'est la mise en action de la contre-idéologie qui s’instaure et se réalise aussi bien sur le plan économique que sur le plan culturel et idéologique. Les rôles de la communauté sont définis en termes proprement sociaux et même politiques, c’est-à-dire « nationaux ». Les figures sociales présentes sont avant tout les citoyens d'une communauté qu'ils fondent et au sein de laquelle ils érigent leurs pratiques, des citoyens pour qui le développement personnel est inséparable du progrès social qu’ils mettent en place.

48Dans ces récits, le culturel et l'idéologique, toujours visibles à travers et derrière l'économique, représentent le peuple, le peuple amadien dans sa totalité, sans soumission aux instances du pouvoir, c'est-à-dire l'ensemble des figures contestataires et libertaires : ouvriers, vagabonds, prostituées, artistes, flâneurs et étrangers.

Haut de page

Bibliographie

Amado, Jorge, A Morte e a morte de Quincas Berro d’Agua (1 ed.), Lisboa : Europa-América, 1983.

Amado, Jorge, Cacau (40 ed.), Rio de Jaeiro : Record, 1982.

Amado, Jorge, Dona Flor e seus dois maridos (42 ed.), Rio de Janeiro : Record, 1984.

Amado, Jorge, Gabriela (63 ed.), Rio de Janeiro : Record, 1982.

Amado, Jorge, Jubiabá (42 ed.), Rio de Janeiro : Record, 1982.

Amado, Jorge, Mar morto (54 ed.), Rio de Janeiro : Record, 1982.

Amado, Jorge, O Menino grapiúna, Rio de Janeiro : Record, 1982.

Amado, Jorge, O país do carnaval (44 ed.), Rio de Janeiro : Record, 1984.

Amado, Jorge, O Sumiço da Santa, Rio de Janeiro : Record, 1988.

Amado, Jorge, Os Pastores da noite (41 ed.) Rio de Janeiro : Record, 1984.

Amado, Jorge, Os Subterrâneos da liberdade. A Luz no túnel (3) (28 ed.), Rio de Janeiro : Record, 1976.

Amado, Jorge, Os Subterrâneos da liberdade. Agonia da noite (2) (35 ed.), Rio de Janeiro : Record, 1982.

Amado, Jorge, Os Subterrâneos da liberdade. Ásperos tempos (1) (22 ed.), Rio de Janeiro : Record, 1976.

Amado, Jorge, São Jorge dos Ilhéus (38ed.), Rio de Janeiro: Record, s.d.

Amado, Jorge, Suor (43 ed.), Rio de Janeiro : Record, 1984.

Amado, Jorge, Tenda dos milagres (23 ed.), Rio de Janeiro : Record, 1979.

Amado, Jorge, Teresa Batista (3 ed.), Lisboa : Europa-América, 1983.

Amado, Jorge, Terras do Sem Fim (51 ed.), Rio de Janeiro : Record, 1983.

Amado, Jorge, Tieta do Agreste (1 ed.), Lisboa : Europa-América, 1978.

Amado, Jorge, Tocaia Grande, Rio de Janeiro : Record, 1984.

Azevedo, Thales de, As elites de cor na Bahia, São Paulo : Cia. Ed. Nacional, 1955.

Azevedo, Thales de, "A francesia baiana de antanho", in Thales de Azevedo, Italianos e outros temas, Salvador : Empresa Gráfica da Bahia, 1989. p. 61-83.

Bacelar, Jeferson, "Imigrantes e estrangeiros na Bahia", in Bahia a cidade de Jorge Amado, Salvador : FCJA /Museu Carlos Costa Pinto, 2000. p. 145-164.

Bastide, Roger, "Sobre o romancista Jorge Amado" (Trad. Ligia Junqueira), in Jorge Amado Povo e Terra 40 anos de literatura, Rio de Janeiro : Martins, 1971.

Da Matta, Roberto, "Do país do carnaval à carnavalização : o escritor e seus dois brasis", in Cadernos de Literatura Brasileira : Jorge Amado, São Paulo : Instituto Moreira Sales, 1995. p. 120-135.

Medauar, Jorge, "Personagens árabes na obra de Jorge Amado", in Vera Rollemberp (org.), Um Grapiúna no País do carnaval, Salvador : FCJA/EdUFBA, 2000. p. 239-250.

Pageaux, Daniel-Henri, "De l’image à l’imaginaire", in Colloquium Helveticum n° 7, Berne, Peter Lang, 1988. p. 9-17.

Ramos, Ana Rosa Neves, "Pour une typologie sociale de la région cacaoyère", in Figures et Mythes littéraires des Amériques, Colloque de Montréal, Montréal : UQAM, 2004. (CdRom)

Ramos, Ana Rosa Neves, "Historicidade e cultura urbana", in Bahia a cidade de Jorge Amado, Salvador : Casa de Palavras, 2000. p. 29-60.

Ramos, Ana Rosa Neves, "L’idée du peuple chez Jorge Amado : engagement politique et création romanesque" 3v., Thèse de doctorat: Université Sorbonne-Nouvelle, Paris III : 1992. 754 f. dactyl.

Tavares, Paulo, Criaturas de Jorge Amado (2 ed. atual.), Rio de Janeiro/Brasília : Record/INL, 1985.

Tavares, Paulo, O Baiano Jorge Amado e sua obra, Rio de Janeiro/Brasília : Record/INL, 1980.

Tônus, José Leonardo, "Imigrante", in Zilá Bernd (org.), Dicionário de Figuras e Mitos Literários das Américas, Porto Alegre, 2007. p. 310-330.

Touraine, Alain, Le retour de l’acteur, Paris : Fayard, 1984.

Haut de page

Notes

1 Notre participation à ce colloque a été possible grâce au soutien financier de la Fundação de Apoio à Pesquisa do Estado da Bahia/FAPESB, et à celui de l’Université de Rennes, à qui je réitère mes sincères remerciements.

4 Da Matta, Roberto, “ Do país do carnaval à carnavalização: o escritor e seus dois brasis”, in Cadernos de Literatura Brasileira : Jorge Amado, São Paulo : Instituto Moreira Sales, 1995.

5 Bacelar, Jeferson, "Imigrantes e Estrangeiros na obra de Jorge Amado", in Bahia, a cidade de Jorge Amado, Salvador : FCJA, Museu Carlos Costa Pinto, 2000, p. 145-162.

6 Azevedo, Thales de, As elites de cor, São Paulo : Nacional, 1955. (Col. Brasiliana)

7 Cf. Tônus, José Leonardo, “Imigrante”, in Dicionário de Figuras e Mitos Literários das Américas, Porto Alegre: Tomo Editorial/EdUFRGS, 2007, p 330-310.

8 Tavares, Paulo, Criaturas de Jorge Amado (2 ed. rev. e aum.), Rio de Janeiro/Brasília: Record/INL, 1985. Dans des oeuvres publiées jusqu’en 1983 - y inclus des contes et le roman Farda Fardão, et dans les neuf romans travaillés par l’anthropologue Jeferson Bacelar, à savoir : Jubiabá, Suor, Mar Morto, O país do carnaval, Dona Flor, Os Pastores da noite, Tenda dos milagres, Os Velhos marinheiros et O Sumiço da Santa.

9 Pageaux, Daniel-Henri, De l’image à l’imaginaire, Colloquium Helveticum, n° 7, Berna: Peter Lang, 1988, p. 9-17.

10 Touraine, Alain, Le retour de l’acteur, Paris : Fayard, 1990, p. 93.

2 “Do país do carnaval à carnavalização: o escritor e seus dois brasis”, in Cadernos de Literatura Brasileira: Jorge Amado, São Paulo: Instituto Moreira Sales, 1995.

3 “Do país do carnaval à carnavalização: o escritor e seus dois brasis”, in Cadernos de Literatura Brasileira: Jorge Amado, São Paulo: Instituto Moreira Sales, 1995.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ana Rosa Neves Ramos, « Les étrangers et l’idée de pays chez Jorge Amado », Amerika [En ligne], 10 | 2014, mis en ligne le 22 juin 2014, consulté le 26 avril 2017. URL : http://amerika.revues.org/5057 ; DOI : 10.4000/amerika.5057

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo ERIMIT - Equipe de recherche interlangues : mémoire, identités, territoires
  • Les cahiers de Revues.org