Navigation – Plan du site
Comptes-rendus
Sciences sociales

Eugênio Marcos Andrade Goulart, Viagens do naturalista Saint-Hilaire por toda Província de Minas Gerais. Voyages du naturaliste Saint-Hilaire dans la Province de Minas Gerais

Ouro Preto,Graphar, 2013
Gláucia Renate Gonçalves et Letícia Malloy
Référence(s) :

Eugênio Marcos Andrade Goulart, Viagens do naturalista Saint-Hilaire por toda Província de Minas Gerais. Voyages du naturaliste Saint-Hilaire dans la Province de Minas Gerais, Ouro Preto, Graphar, 2013.

Entrées d’index

Géographique :

Brésil
Haut de page

Texte intégral

1En 1808, à partir de l’installation au Brésil de la famille royale portugaise, les naturalistes européens purent accéder à ce nouveau Royaume Uni. Ce n’est qu’alors que leur fut offerte la possibilité de découvrir les spécificités physiques, biologiques, ethnographiques et socioéconomiques de ce vaste pays. Les relations de ceux qui s’internaient dans cette partie du Continent Américain répondaient non seulement à la curiosité de l’élite dirigeante réunie autour du roi Dom João VI mais elle satisfaisait aussi celles des peuples du Vieux Continent avides de connaître ces contrées d’outre-mer. Les uns comme les autres, outre une légitime connaissance scientifique du monde, cherchaient en effet à étendre leur domination sur ces nouveaux espaces et les richesses qu’ils pouvaient offrir.

2C’est dans ce contexte qu’en 1816 le français Auguste de Saint-Hilaire (1779-1853) débarqua à Rio de Janeiro. Il séjournera au Brésil jusqu’en 1822. Il faisait partie de la suite du Duc de Luxembourg, ambassadeur de France près le royaume du Portugal, et sa mission principale était d’étudier la flore du Brésil. De ses longues incursions dans les régions les plus diverses du pays, il rapportera effectivement des échantillons de plus de sept mille plantes dont il dressera un inventaire précis mais les journaux qu’il tiendra lors de ses périples et les récits qu’il en publiera à son retour offrent un intérêt qui dépasse le domaine du naturaliste. Ils s’inscrivent d’emblée dans ce qu’on appelle la littérature du voyage. Au-delà de ses observations de botaniste, Saint-Hilaire s’intéresse à ce qui touche à la géographie, l’anthropologie, la linguistique et la zoologie. Il n’hésite pas non plus à rapporter ce qu’il considère comme des bizarreries propres aux structures administratives des portugais, aux coutumes particulières des habitants des hameaux et des villages qu’il traverse, aux pouvoirs que s’arrogent les représentants de l’église, à l’irresponsable destruction des forêts que suscitent des intérêts à très court terme, à la sujétion voire l’extermination des aborigènes, à l’esclavagisme auquel sont soumis les africains, etc.

3Presque deux siècles après les expéditions entreprises par Auguste de Saint-Hilaire, ce sont les notes de voyage du botaniste qu’Eugênio Marcos Andrade Goulart, professeur à la Faculté de Médecine de l’Université Fédérale de Minas Gerais (Brésil), présente et analyse dans son livre Viagens do Naturalista Saint-Hilaire por toda Província de Minas Gerais. Publié en 2013, cet ouvrage est abondamment illustré de documents. En regard des textes portugais, il offre de plus une traduction en français réalisée par la Cia. das Traduções (Cie. Des Traductions). Au fil de ses neuf chapitres, Goulart commente ce que lui inspirent les itinéraires suivis par Saint-Hilaire dans ses traversées des provinces de Rio de Janeiro, Goiás et São Paulo. Cependant, il laisse plus particulièrement un libre cours à ses réflexions pour tout ce qui touche aux longs et souvent risqués parcours du naturaliste par les contrées du Minas. A la suite de ce guide éclairé, le lecteur peut alors accompagner Saint-Hilaire depuis Rio jusqu’à Vila Rica en découvrant au passage les bassins des rivières Doce, Jequitinhonha et São Francisco, la région du District Diamantina (des Diamants), les pentes et les sommets de la montagne Espinhaço (montagne de l’Aiguille), le sud et l’ouest de Minas aux confins du sertão de Farinha Podre (la Farine Pourrie) – ce qui aujourd’hui correspond au Triangle Mineiro et au sud de Goiás – ainsi que les abords de la montagne Mantiqueira.

4En commentant les détails des récits du naturaliste français, soulignant ses impressions, expliquant les valeurs et les préjugés dont l’européen était pétri, en laissant voir une sensibilité et une culture qui se manifestaient au fur et à mesure de ce qu’il découvrait, Goulart établit des comparaisons significatives entre ce que Saint-Hilaire avait en tête, les chemins où il s’aventurait et les dispositions similaires d’autres voyageurs de l’époque comme Johann Baptista von Spix, Carl Phillip von Martius, John Mawe, Wilhelm Ludwig von Eschwege, Georg Henrich von Langsdorff, Johann Moritz Rugendas et Johan Emanuel Pohl. Aux dialogues qu’il suscite ainsi entre ces voyageurs, Goulart ajoute les relations qu’il a à cœur d’établir entre des temporalités distinctes. Il n’hésite pas en effet à mettre en perspective les observations faites au début du XIXème siècle par Saint-Hilaire et la situation actuelle des endroits qu’il décrit. Pour réunir comme il le fait ces faisceaux de convergences Goulart a dû mettre lui-même ses pas dans les pas de Saint-Hilaire. Il en tire une légitimité qui s’impose au lecteur pour dresser un panorama des transformations dans lesquelles s’inscrivent plusieurs des localités marquantes du Sud-Est et du Centre-Ouest du Brésil.

5L’étude développée par Goulart révèle un autre aspect des récits laissés par Saint-Hilaire. En lecteur attentif, il a cherché à caractériser la place laissée aux personnes qui ont accompagné le naturaliste européen. Il a voulu cerner la part de discours indirect que la présence de ces derniers pouvait induire. Cette recherche n’a donné que peu de résultats. De rares mentions sont faites sur des personnages historiques, comme le français Yves Prégent, assistant de Saint-Hilaire, qui tombe malade et meurt à São João del Rey, et le jeune aborigène (botocudo) Firmiano. De plus, rien n’est rapporté de ce qu’auraient pu dire ces personnes. L’écriture de Saint-Hilaire reste strictement binaire. D’un côté, il y a le naturaliste comme sujet exclusif de l’énonciation, de l’autre, ce qui l’entoure réduit à n’être qu’un objet d’analyse.

6Goulart souligne que cette écriture de Saint-Hilaire n’est orientée que par sa curiosité scientifique et que c’est cette dernière qui explique cette relation polarisée uniquement sur le lien observateur et milieu observé, comme il était par ailleurs courant de le faire au XIXème siècle. Il observe cependant que le propos du naturaliste révèle peu à peu une certaine affectivité de sa part pour les gens et les paysages qui l’accueillent. C’est sans doute là qu’il faut chercher la raison pour laquelle Saint-Hilaire n’a pas seulement marqué les mémoires par ses travaux scientifiques mais qu’il a été remarqué par des écrivains que se plaît à citer Goulart. Dans sa chronique « ‘Notre’ Saint-Hilaire » que l’on trouve dans la compilation de ses Crônicas da província do Brasil (Chroniques de la province du Brésil) publiée en 2006 par Editora Cosac Naify, Manuel Bandeira affirme « qu’aucun étranger n’a laissé parmi nous un souvenir aussi sympathique » (Goulart, 2013, p. 173). Dans un article de 1979 dans le journal O Estado de Minas, Carlos Drummond de Andrade déclare qu’une bonne partie de ce que le naturaliste « (…) raconte sur la façon de vivre des brésiliens de l’intérieur de la province n’a pas changé. Ce n’est pourtant pas l’actualité que j’ai cherché en lui, c’est l’observation lucide, l’intérêt qu’il porte aux choses aussi bien de la nature que des hommes, cette inclusion de l’humain dans son travail de scientifique ». (Goulart, 2013, p. 174)

7Plus il se penche sur la littérature de voyage laissée par Auguste de Saint-Hilaire, plus Eugênio Goulart nous découvre, dans la foulée des considérations portées auparavant par Drummond, que les écrits de ce naturaliste européen n’ont pas seulement une valeur historiographique isolée ou proprement illustrative mais qu’ils comportent nombre d’éléments capables de susciter de manière vigoureuse un faisceau de réflexions sur des questions culturelles et socioéconomiques contemporaines. En dialoguant comme il le fait avec Saint-Hilaire, Goulart fait ressortir l’intérêt de nombreux thèmes que la curiosité du voyageur transcrivait dans l’intimité de ses journaux. Il démontre, ce faisant, que l’histoire qui imprègne et les chemins qui marquent toujours la vieille province de Minas ne sont de fait qu’un récit en perpétuelle élaboration.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gláucia Renate Gonçalves et Letícia Malloy, « Eugênio Marcos Andrade Goulart, Viagens do naturalista Saint-Hilaire por toda Província de Minas Gerais. Voyages du naturaliste Saint-Hilaire dans la Province de Minas Gerais », Amerika [En ligne], 10 | 2014, mis en ligne le 28 juin 2014, consulté le 17 août 2017. URL : http://amerika.revues.org/4928

Haut de page

Auteurs

Gláucia Renate Gonçalves

Universidade Federal de Minas Gerais

Letícia Malloy

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo ERIMIT - Equipe de recherche interlangues : mémoire, identités, territoires
  • Les cahiers de Revues.org