Navigation – Plan du site
Thématique

Jorge Amado et le monde arabe

Elisabeth Vauthier

Résumés

L’article étudie la façon dont ‘Awaḍ Šaʿbân, l’un des traducteurs vers l’arabe de Jorge Amado, construit, à travers les préfaces à deux romans de l’écrivain brésilien, une image particulière de cet auteur et de l’universalité de son œuvre, dessinant dans le même mouvement les attentes supposées du lecteur arabophone de la fin du XXe siècle.

Haut de page

Entrées d’index

Géographique :

Monde Arabe, Brésil
Haut de page

Texte intégral

1Il est difficile d’évaluer l’importance de la littérature brésilienne traduite en arabe, mais sa part paraît largement inférieure à celle accordée aux oeuvres écrites en anglais ou en français. Cependant, parmi les œuvres brésiliennes traduites en arabe, la production de Jorge Amado se taille la part du lion et l’on recense plus d’une dizaine de traductions (voire de retraductions) de ses romans, souvent par la médiation de langues européennes. Ainsi, le roman Pays de Carnaval, publié en 1997 à Beyrouth, a été traduit par Mustafâ Karîm à partir de sa version italienne et Quinquin la Flotte a été publié en 1985 par Muhammad ‘Itanî à partir du texte en français. Ce mouvement de traduction témoigne néanmoins de l’intérêt dont jouit Jorge Amado depuis les années 19801, période où les oeuvres de l’écrivain brésilien trouvent plus largement leur place dans les catalogues des éditeurs arabes, en particulier celui de Dâr al-Fârâbî, au Liban, qui propose au lecteur arabophone une grande partie de ses romans. Ce mouvement en faveur de l'écrivain brésilien pose la question des raisons qui, au-delà des circonstances personnelles ou particulières qui déterminent aussi les choix éditoriaux, conduisent des éditeurs à mettre les œuvres de Jorge Amado dans leur catalogue. On peut envisager le sujet sous divers aspects, mais les impératifs commerciaux sont incontournables. Les choix de publication peuvent répondre à des initiatives ou des défis personnels ; ils n'en excluent pas pour autant la contrainte de la rentabilité dans la démarche commerciale de l'éditeur. Pour rencontrer un public, les ouvrages traduits doivent donc intégrer les attentes supposées des lecteurs en vue d'assurer l'équilibre financier de la publication. C’est cet aspect-là que nous privilégierons dans notre démarche et nous centrerons ce travail sur l'étude d’un lieu propice à l'énoncé des objectifs d'un livre, la préface, qui, à travers le discours qu’elle déploie, dessine les contours du destinataire de ce seuil du texte, en l'occurrence le lecteur. L'étude des préfaces à deux romans de Jorge Amado, rédigées par leur traducteur, permettra de dégager des éléments pertinents pour décrire la façon dont le préfacier installe une lecture particulière du texte à venir et pour évaluer les enjeux que représente la diffusion en arabe des écrits de l’écrivain brésilien.

2La préface constitue en effet un lieu stratégique dans le livre et témoigne de la volonté du traducteur d’offrir au lecteur arabophone des clefs de compréhension et d'appréciation du roman à suivre. Rédiger une préface n’a aucune valeur d’obligation et est assez rarement utilisée pour introduire les textes littéraires, chez les éditeurs arabes. Sa présence manifeste ainsi la volonté d’exercer une action sur le lecteur, de le guider dans sa lecture. Gérard Genette dans Seuils, ouvrage incontournable pour aborder la question de la préface, a décrit la relation triangulaire qui s’établit entre le texte présenté, l’auteur de la préface et le lecteur, destinataire de la préface. Par l'éclairage qu'il apporte sur le texte, l’auteur de la préface influe sur la réception ultérieure du lecteur. Il sert la plupart du temps une démarche promotionnelle du texte, ayant notamment pour fonction de rendre le texte attractif et les jugements qu'il énonce relève largement du registre du laudatif, ce qui explique que des extraits de la préface figurent souvent sur la quatrième de couverture.

  • 2 Genette, Gérard, Seuils, Paris: Seuil, 1987, p. 9.
  • 3 Idem, p. 18.
  • 4 Cf. Mitterrand, Henri, Le discours du roman, Paris: PUF, 1980, pp. 26-34.

3La préface est « l’un des lieux privilégiés de la dimension pragmatique de l’œuvre, c’est-à-dire son action sur le lecteur »2, déclare Gérard Genette qui qualifie un peu plus loin3 le paratexte de « transaction » réalisée entre l'auteur de la préface et son lecteur. Dans cette perspective, la préface constitue un espace où se révèle l’univers idéologique de son rédacteur. Elle construit également une représentation particulière du public auquel elle est destinée. Au fil des lignes se révèlent les attentes supposées du lecteur et les valeurs que la préface véhicule. L'étude de la préface permet ainsi, entre autres, de révéler la dimension "idéologique"4 qui sous-tend le travail du préfacier et, dans notre cas, d’éclairer l'image de l’auteur Jorge Amado et de son œuvre, telle que la construit le discours préfaciel dans les deux textes retenus pour étude.

  • 5 Al-Dûnâ Flûr wa-zawjâhâ, Beyrouth: Dâr al-Fârâbî, 1992.
  • 6 al-bazza wa-l-ridâ’ wa-qamîs al-nawm, Beyrouth: Dâr al-Fârâbî, 1992.
  • 7 Désormais désignés respectivement par les initiales DF et UMC.

4Le corpus qui servira à l'analyse a été restreint à deux préfaces rédigées par un des traducteurs de l’œuvre de Jorge Amado vers l’arabe. L’une, longue de 2 pages, introduit le roman Dona Flor et ses deux maris5 ; la deuxième occupe 3 pages et précède le texte du roman de Uniforme, manteau et chemise de nuit6, traduit en français par La bataille du Petit Trianon.7 Les deux romans ont été traduits par ‘Awaḍ Šaʿbân, qui est également l’auteur des deux préfaces. Ces présentations, écrites pour une publication la même année, font preuve d'une grande cohérence entre elles. En effet, nous ne savons pas si elles ont été écrites au même moment, mais, au vu de la date de publication, on peut raisonnablement supposer qu’elles l’ont été dans un délai proche. On y retrouve d'ailleurs des thématiques communes. L’effet d’écho entre les deux textes est particulièrement frappant dans l’ouverture et la clôture des deux préfaces qui offrent des ressemblances formelles et thématiques. Ainsi, l’une et l’autre évoquent l’appartenance d’Amado à la catégorie des écrivains « encyclopédiques ». La préface à DF débute avec l’affirmation qu’Amado fait partie des derniers écrivains dans le monde que l’on peut qualifier d’ « encyclopédiques ». La deuxième s’achève sur l’amplification de la même affirmation, en indiquant qu'il ne fait pas partie des derniers écrivains encyclopédistes, mais qu'il en est le dernier encore vivant.

  • 8 Cf. http://www.awadshaaban.com
  • 9 6 autres romans et nouvelles sont sous presse, selon les informations fournies par le site.
  • 10 Gabriela, girofle et cannelle (1984), Les chemins de la faim (al-Mahsûl al-Ahmar, 1988), Dona Flor (...)

5Outre les convergences constatées entre les deux textes, le parcours personnel de leur auteur est intéressant. ‘Awaḍ Šaʿbân est, en effet, non seulement journaliste et traducteur, mais aussi écrivain lui-même. Sa bibliographie disponible en ligne8 indique ainsi qu’il est l’auteur de 5 romans et 6 nouvelles.9 Né à Beyrouth en 1934, il a vécu en Amérique latine de 1953 à 1960, résidant au Brésil, en Uruguay et en Argentine, ce qui lui a permis de maîtriser l’espagnol et le portugais. Il est ainsi un des rares traducteurs qui traduit directement du portugais sans passer par une langue intermédiaire. Depuis 1984, il a publié en arabe 4 romans d’Amado, tous publiés chez Dâr al-Fârâbî et annonce la sortie prochaine d’un cinquième.10

6Il occupe donc une position de médiateur. En tant qu'écrivain, il connaît les grandes problématiques de la production littéraire en arabe ; il possède aussi une grande familiarité avec les réalités de l’Amérique latine et avec la littérature brésilienne. Il connaît bien la langue portugaise et peut ainsi traduire les textes d’Amado sans passer par une autre langue. C’est cette activité de traducteur qu’il met en avant dans les préfaces étudiées. Son nom n’y apparaît pas, les textes étant signés de la mention : « le traducteur » (al-mutarjim). De cette manière, le préfacier assume le texte à venir en tant que « réécriture » du texte brésilien et s'assigne la fonction d'« auteur second ». L’espace liminaire de la préface apparaît donc comme le lieu privilégié pour justifier son travail et, par conséquent, le choix de traduire Amado.

7Ainsi, dans les deux textes, le préfacier ne se donne pas à voir en tant que personne singulière. Il s’efface devant le livre et, surtout, devant l’auteur qu’il entend promouvoir. Il se place en position d’intermédiaire entre un auteur et son lecteur potentiel, intermédiaire averti puisqu'il se permet de donner son avis comme en témoigne le titre de la préface à Dona Flor : « ce roman différent » (dihi al-riwâya al-muhtalifa), le titre de la seconde préface se bornant au terme « présentation, introduction » (taqdîm). Son statut de rédacteur du texte lui confère une position d’autorité dont il joue pour affirmer l’importance de Jorge Amado en littérature.

8Le discours préfaciel est ici clairement laudatif et s’ingénie à transmettre l’enthousiasme du traducteur. Dès les premiers mots, l’argumentation introduit un jugement de valeur positif : Amado appartient au panthéon des grands auteurs qui ont marqué l’humanité. Le reste du texte suit la même logique. Le ton employé est davantage affirmatif que démonstratif. Il ne s’agit pas réellement d’étayer ce qui apparaît comme un point de départ indiscutable, mais d’élaborer une certaine image de Jorge Amado et de son œuvre, en suivant trois axes qui structurent les deux préfaces :
- l’universalité de l’œuvre de Jorge Amado
- sa singularité
- son engagement social.

  • 11 الكابوس النازي ـ الفاشي الذي كان مخيّـما على العالم قبل وأثناء الحرب العالمية الثانية , (DF, p. 5).

9Le rédacteur de la préface intervient directement à trois reprises dans le deuxième texte d’introduction (UMC) sous la forme d’un « nous » qui le distingue de la personne individuelle du préfacier. Le pronom désigne deux catégories de personnes. Il s’agit d’abord du « nous » des lecteurs d’Amado. Mais le pronom fait aussi référence à une catégorie plus large, celle des contemporains qui portent un regard averti sur le monde qui les entoure. Ils ont connu « le cauchemar fasciste nazi qui a dominé le monde avant et pendant la Deuxième Guerre mondiale »11 et ils en observent les détestables manifestations partout dans le monde contemporain. Cependant, ce « nous » n'englobe pas la génération des jeunes qui, toujours selon le préfacier, n’ont pas lu Amado et donc, ne savent pas encore que, dans le combat entre le Bien et le Mal, le Bien l’emporte toujours. En utilisant la première personne du pluriel, le préfacier ne s’individualise pas. Il s’agglomère au groupe des lecteurs dont il appelle l’adhésion, laissant en apparence un espace libre pour qu’ait lieu la rencontre entre le public et l’œuvre de Jorge Amado.

10La personne du romancier est omniprésente dans le discours préfaciel. Les deux textes débutent par l’énoncé du nom de Jorge Amado (qui constitue le premier et le deuxième mot des deux préfaces). Le ton est clairement donné : il s’agit de présenter l’écrivain en tant que personne dont l’importance dépasse largement la région du monde dont il est issu. Et de l’installer dans une relation de supériorité, comme l’indique son rattachement « aux ténors du roman » (asâtîn al-riwâya, DF, p. 5). Dans cette logique, l’intérêt de l’œuvre est intimement lié au prestige et à la reconnaissance de son auteur. La référence aux pairs, ainsi, souligne l’importance de l’écrivain dont l’action dépasse le cadre strictement brésilien ou lusophone. Le premier texte affirme son rattachement à une « lignée », celle des romanciers « mondiaux » et « encyclopédistes ». Dans le deuxième, il devient le représentant d’une autre catégorie particulière d’hommes, celle du « grand artiste » (al-fannân al-‘azîm), catégorie rappelée au pluriel quelques lignes plus bas par l’expression « les grands écrivains » (al-kuttâb al-‘izâm).

  • 12 Entre scribes et écrivains, Paris: Sindbad, 2003.
  • 13 Le phénomène perdure et l’on peut noter la valeur ajoutée que constitue l’obtention du Booker Prize(...)

11En évoquant l’intégration de Jorge Amado à l’univers fermé de la « littérature mondiale », le traducteur affirme la valeur de l’écrivain. Cette démarche est intéressante à plusieurs égards. D’une part, elle justifie l’absence d’une quelconque réflexion sur le processus de transfert entre les langues et entre les univers culturels différents qu’elles véhiculent. La préface ne s’interroge à aucun moment sur la problématique de la transmission de valeurs ou de réalités différentes entre l’univers représenté et l’édifice cognitif du lecteur arabophone. L’affirmation de la valeur universelle de l’écrivain sert également la stratégie de valorisation mise en place. Elle installe l’écrivain dans la catégorie recherchée des auteurs de la « littérature mondiale ». Le sujet n’est pas innocent. Il fait écho à un débat récurrent sur la scène culturelle arabe en particulier à la période où les traductions sont publiées. Le capital symbolique de l’auteur est renforcé par la reconnaissance internationale et la question posée au sein du champ littéraire arabe est celle de la capacité de sa production à rejoindre la littérature mondiale. L’attribution du prix Nobel de littérature en 1988 à l’écrivain égyptien Neguib Mahfouz, le seul dans l’histoire moderne arabe encore aujourd’hui, pose la question de l’ouverture à l’Autre en des termes différents de ceux dans lesquels elle était posée précédemment. L’affaiblissement des idéologies nationalistes et la mondialisation ont changé les modes de perception de l’identitaire. Dès lors, la place réduite accordée à la littérature arabe dans les circuits culturels mondiaux est vécue comme une manifestation de son incapacité à rejoindre une modernité partagée et à occuper une place honorable dans le concert des nations. Comme le signale R. Jacquemond12 dans une étude consacrée au champ littéraire égyptien moderne, à la fin du XXe siècle, un certain nombre d’écrivains commencent à développer des stratégies d’écriture et de marketing pour pénétrer le champ de la littérature mondiale et des prix littéraires prestigieux se voient accompagnés de promesses de traduction dans les grandes langues occidentales.13

12Amado, on le comprend, réalise cette intégration recherchée que seul Neguib Mahfouz a pu réaliser à ce jour et cet état de fait ne peut que contribuer à la valorisation de l’image de l’auteur brésilien. Il exerce ainsi une influence qui dépasse largement son domaine géographique et son accès à la littérature mondiale s’articule sur deux notions récurrentes dans les préfaces : al-šumûliyya et al-mawsû’iyya, qualités qui permettent de distinguer le « grand écrivain » du reste des littérateurs. La première, al-šumûliyya, renvoie en arabe à l’idée de globalité et d’exhaustivité et a également pris au XXe siècle le sens d’universalité. Le mot est utilisé deux fois dans les textes étudiés : une fois pour qualifier le « grand écrivain », la deuxième pour évoquer le danger de la dictature, danger présent dans la totalité des régions du monde. Dans cette dernière occurrence, le terme suggère que les événements relatés ne sont pas spécifiques au Brésil, mais concernent le monde dans son intégralité, en particulier le Tiers-Monde (al-‘âlam al-tâlit, UMC, p. 6) - dont relèvent les pays arabes -, qui abritent encore des valeurs proches de celles qui ont conduit à la Deuxième Guerre mondiale, selon le préfacier.

13L’encyclopédisme, pour sa part, évoque l’idée d’un savoir diversifié et exhaustif. Il s’applique à la fois aux auteurs et à leur production littéraire. Ainsi, selon le traducteur, il n’existe aucun savoir, un seul art, aucun métier qu’Amado n’ait étudié en profondeur. Il en est de même des sujets qu’il aborde dans ses livres, ce qui le conduit à donner à voir au lecteur toutes les facettes sociales de l’humanité. Cette connaissance encyclopédique du monde et des hommes s’inscrit dans la pluralité des temps : ainsi l’écrivain établit-il un pont qui relie le passé au présent pour le conduire sur les rivages du futur et se pose-t-il en maître qui enseigne aux jeunes générations la victoire du bien sur le mal.

الجيل الحاضر […] سيكتشف أن الشرّ لا يدوم أبدا وإن دام طويلا ، وأن الخير هو المنتصر في النهاية .
La nouvelle génération […] découvrira que le mal a une fin, même s’il peut durer longtemps, et que le bien triomphe à la fin.
(UMC, p. 6)

14Les deux notions inscrivent l’écriture de Jorge Amado dans l’universel et, par ricochet, évacuent les spécificités régionales tout autant que la question de l’hétérogène. Elles s’articulent sur l’affirmation de la singularité de l’écrivain, qui par le fait même qu’il touche à l’universel, devient un être à part.

15Le thème de la singularité est largement développé dans la deuxième préface, où le traducteur insiste sur l’originalité de l’écriture de Jorge Amado. Cette singularité est affichée dès le titre de la préface intitulée : « Ce roman différent ». Le titre peut sembler inhabituel en introduisant l’objet du propos d’entrée de jeu par un démonstratif, comme s’il s’agissait du début d’une phrase qui n’attend que son achèvement. De cette façon, le texte de la préface se déploie comme la suite logique du titre, comme une sorte d’expansion des trois mots initiaux. En donnant à la notion de différence la fonction de résumer ou synthétiser le reste du propos, elle lui confère la qualité de valeur essentielle, rappelée dans le texte préfaciel par des notions connexes liées à l’idée de « nouveau ». En effet, en tant que grand écrivain, il se renouvelle constamment. Le texte débute de la manière suivante :


يثب
جورجي آمادو دائما أن قدرة الفنان العظيم على التجديد لا يمكن أن تتوقف .
Jorge Amado prouve constamment que la capacité du grand écrivain à introduire la nouveauté ne peut s’arrêter.
(DF, p. 5)

16De même, selon la préface, la créativité de Jorge Amado suscite en permanence l’étonnement chez le lecteur. Il innove par les modes de narration, par les procédés stylistiques qu’il utilise et s’oppose à la « narration classique » (al-sard al-taqlîdî). Le discours préfaciel use ici sans retenue des champs lexicaux du renouvellement et de la rébellion (al-‘amal al-tajdîdî, tamarrud al-kâtib ‘alâ al-asâlîb al-ma’rûfa, siyâg jadîda, gayr ma’lûfa...). Le préfacier joue sur l’opposition entre ce qui est connu, habituel (ma’rûf, ma’lûf) et ce qui ne l’est pas (gayr ma’lûf) et finit par retourner la situation : c’est parce que l’auteur renouvelle l’écriture et utilise des procédés inhabituels que ces procédés deviennent habituels, preuve s’il en est besoin que Jorge Amado fait partie des grands écrivains.

تصفحا في وتناثرت الرواية صيغ جديدة كانت غير مألوفة قبل أن يستخدمها هو لتغدو مألوفة .


De nouveaux procédés ont été utilisés au fil des pages, procédés qui étaient inhabituels avant qu’il ne les utilise, afin qu’ils deviennent habituels.
(DF, p. 5)

17Il imprime ainsi sa marque indélébile à la littérature. De ce fait, il devient un maître (muʿallim), enseignant aux autres l’art du roman. On retrouve à ce propos le terme utilisé dans la première préface, associé à l’acuité du regard qu’il porte sur le monde qui l’entoure. Il est le maître au regard affuté et pénétrant grâce auquel il peut parler du réel dont se nourrit son imaginaire sans le déformer.

18L’écrivain, selon le préfacier, est en prise directe avec le réel qui est sa matière essentielle. En cela, c’est un homme engagé dont la vie est dévouée à « la cause de l’homme » (qaḍiyyat al-insân). Par son oeuvre, l’écrivain affirme son appartenance à la société des hommes dont il se fait l’observateur (murâqib) clairvoyant et non complaisant. Car, si l’on s’en tient à la préface du traducteur, Amado n’a de cesse de dénoncer les tares et les inconséquences de la petite bourgeoisie, assimilée semble-t-il à la « haute société » (al-mujtamaʿ al-râqî). L’acte d’écrire n’est pas gratuit. Il possède une fonction sociale et l’auteur prend position à travers ses écrits. Le contenu social du roman DF est largement décrit. Il occupe les trois quarts de la préface et le lecteur apprend finalement que le héros du roman, c’est en fait le peuple brésilien dans son intégralité. Le romancier lui-même est convoqué dans la préface pour affirmer son intérêt pour la peinture sociale, grâce à une citation non référencée située à la fin de la préface. Il y déclare qu’il a voulu, dans ce livre, consigner les aspects de la vie à Bahia.

19A cette occasion, le terme de « wâqiʿiyya » (réalisme) est utilisé pour renforcer l’idée de la relation étroite que l’oeuvre de Jorge Amado est censée entretenir avec le monde réel. Ici, il ne faut pas comprendre le mot selon son acception littéraire stricte, mais bien comme une sorte de déclaration d’intention, une prise de position face à l’objet et aux objectifs de la littérature. L’imaginaire peut être réaliste ; le rêve n’est pas réalité, mais il exprime le réel. Malgré la présence de choix d’écriture non réalistes – la mise en scène de mondes dominés par la magie paraît « étrange » (ġarîb) au traducteur préfacier, par exemple – l’oeuvre d’Amado lui paraît fondamentalement réaliste, car elle parle du monde qui nous entoure et d’expériences humaines transposables dans la vie réelle. Le réalisme ne s’oppose pas à l’imaginaire ; les deux se combinent pour donner au lecteur un certain regard sur le monde.

20Plus encore, le réalisme d’Amado investit l’imaginaire social pour exprimer le vécu des Brésiliens. Ainsi, explique le préfacier, Amado crée des univers gouvernés par la magie pour mieux décrire la réalité d’une partie de la population brésilienne qui croit en la sorcellerie. Ce choix est cohérent et va dans le sens de l’engagement de l’écrivain :


فيكون الكاتب […] منسجما مع واقعيته التي ترفض إهمال هذه الشرائح الاجتماعية في معتقداتها الراسخة وتفكيرها الخارق للمألوف .
Ainsi, l’écrivain […] est en accord avec son réalisme qui refuse de négliger ces classes sociales dans leurs croyances profondes et leur façon de penser qui sort de l’ordinaire.
(DF, p. 5)

  • 14 Entre scribes et écrivains, Paris: Sindbad, 2003.

21L’écriture de Jorge Amado est également comparée à un miroir dans lequel se reflète la vie authentique des millions de Brésiliens et c’est ce qui explique le succès toujours renouvelé du roman traduit. ‘Awaḍ Šaʿbân prend ainsi la peine d’énumérer tous les pays lusophones où il est lu avec « engouement » (naham). C’est aussi ce qui peut expliquer l’intérêt de l’oeuvre d’Amado pour un public arabophone, marqué par le paradigme didacto-réaliste, comme le montre le chercheur Richard Jacquemond dans son travail consacré au champ littéraire égyptien.14 Ainsi, l’image du miroir se retrouve-t-elle dans les propos de l’écrivain Gamal al-Ghitany en 1998, cité par Jacquemond :

  • 15 Ibidem, p. 117.

La vraie littérature est un miroir du réel, elle peut initier la réforme de la société, contribuer à corriger des situations difficiles.15

22Le texte de la préface s’appuie ainsi dans son contenu sur ce que l’on pourrait appeler les mots-clefs du roman social arabe : iniquité, dissimulation, oppression, critique, engagement. Le réalisme de l’imagination (wâqi’iyyat al-hayâl) constitue ainsi le fondement de l’écriture romanesque qui se veut la peinture d’un peuple devenu, par une sorte d’inclusion métonymique, un « grand peuple » évoqué par le « grand écrivain » qu’est Jorge Amado. Ainsi se conclut le texte de la première préface, terminant avec l’adjectif « azîm » (grand), utilisé pour décrire Jorge Amado comme pour qualifier le peuple dont il se fait le porte-parole :


إنها رواية الشعب البرازيلي قاطبة ، بل ملحمة هذا الشعب في غناه الحضاري المتأصل من تعدد أعراقه وأجناسه وثقافات جميع الأقوام التي كوّنت على مدار القرون الخمسة ، هذا الشعب العظيم .
C’est le roman du peuple brésilien tout entier, et même l’épopée de ce peuple, avec sa richesse culturelle enracinée dans la multiplicité de ses races et de la culture des peuples qui, pendant 5 siècles, ont façonné ce grand peuple.
(DF, p. 7)

23Le préfacier impose ici une vision du littéraire qui valorise l’engagement des écrivains dans le devenir collectif des sociétés dont ils sont issus. Jorge Amado devient ainsi porte-parole de son peuple, mais sa vision élargie en fait également le porte-parole d’un universel de l’homme et un observateur de son présent. Le travail de l’écrivain brésilien est chargé de sens et d’espoir. Il renouvelle l’écriture et revisite l’histoire des peuples, trouvant une adéquation entre son génie propre et les attentes supposées du lecteur arabophone. La singularité de l’écrivain est affirmée, mais, paradoxalement, elle ne fait que renforcer son universalité. C’est parce qu’il est unique qu’il peut parler à tous. Ainsi, les particularités du monde brésilien mises en scène dans les romans de l’écrivain sont volontairement négligées et un lecteur en quête de dépaysement ne trouvera pas dans le texte préfaciel une invitation à satisfaire sa recherche. La distance culturelle y est presque totalement ignorée. Certes, les romans de Jorge Amado sont ancrés dans les réalités locales du Brésil et ils en rendent l’esprit et la couleur ; mais, au-delà du régionalisme se déploie la portée humaniste de l’œuvre amadienne et s’exprime l’universalité de l’existence humaine. Loin de se sentir transporté dans un monde étranger, voire étrange, le lecteur arabophone est appelé à ressentir une certaine familiarité avec Amado, autour d’une cause sociale et de valeurs communes. Le discours du préfacier n’annonce pas une découverte ; il place la rencontre entre Amado et son lecteur arabophone sous le signe d’une reconnaissance de valeurs partagées et universelles qui témoignent de la puissance littéraire et de l’engagement de l’écrivain brésilien.

Haut de page

Bibliographie

Traductions de Jorge Amado

Al-Dûnâ Flûr wa-zawjâhâ (traduit par ‘Awaḍ Šaʿbân) Beyrouth: Dâr al-Fârâbî, 1992.

al-bazza wa-l-ridâ’ wa-qamîs al-nawm, ‘Awaḍ Šaʿbân, Beyrouth: Dâr al-Fârâbî, 1992

Ouvrages critiques

Genette, Gérard, Seuils, Paris : Seuil, 1987.

Jacquemond, Richard, Entre scribes et écrivains, Paris : Sindbad, 2003.

Mitterand, Henri, Le discours du roman, Paris : PUF, 1980.

Articles de revue

Šaʿbân, ‘Awaḍ, الروائي البرازيلي الراحل عن 89 عاماً . جورجي آمادو التزم قضية الفقراء وكتب روايات موسوعية, in al-Hayât, 09/08/2001, p. 12.

Site

Mahannâ, Nâzim, آفاق.. جورج أمادو والسوريون, http://tishreen.news.sy/tishreen/public/read/280271.

Šaʿbân, ‘Awaḍ, http://www.awadshaaban.com

Haut de page

Notes

1 Nâzim Mahannâ signale dans l’article qu’il consacre à Amado le 17/12/2013 (http://tishreen.news.sy/tishreen/public/read/280271) que Quinquin la Flotte a été traduit par Nakhla Ward dans une anthologie d’extraits de la littérature brésilienne, publiée en 1964 par les Editions du Ministère de la Culture, Damas. La réédition de l’ouvrage chez Dâr al-Fârâbî en 1979 mentionne la date de 1959 comme année de 1ère édition.

2 Genette, Gérard, Seuils, Paris: Seuil, 1987, p. 9.

3 Idem, p. 18.

4 Cf. Mitterrand, Henri, Le discours du roman, Paris: PUF, 1980, pp. 26-34.

5 Al-Dûnâ Flûr wa-zawjâhâ, Beyrouth: Dâr al-Fârâbî, 1992.

6 al-bazza wa-l-ridâ’ wa-qamîs al-nawm, Beyrouth: Dâr al-Fârâbî, 1992.

7 Désormais désignés respectivement par les initiales DF et UMC.

8 Cf. http://www.awadshaaban.com

9 6 autres romans et nouvelles sont sous presse, selon les informations fournies par le site.

10 Gabriela, girofle et cannelle (1984), Les chemins de la faim (al-Mahsûl al-Ahmar, 1988), Dona Flor et ses deux maris (1992), La bataille du Petit Trianon (1992), Teresa Batista (à paraître).

11 الكابوس النازي ـ الفاشي الذي كان مخيّـما على العالم قبل وأثناء الحرب العالمية الثانية , (DF, p. 5).

12 Entre scribes et écrivains, Paris: Sindbad, 2003.

13 Le phénomène perdure et l’on peut noter la valeur ajoutée que constitue l’obtention du Booker Prize pour un écrivain arabophone. Le Booker Prize garantit à l’auteur primé une allocation financière conséquente ; il comporte également un volet traduction en anglais et dans d’autres langues européennes qui lui assure auteurs des retombées pécuniaires et symboliques importantes.

14 Entre scribes et écrivains, Paris: Sindbad, 2003.

15 Ibidem, p. 117.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elisabeth Vauthier, « Jorge Amado et le monde arabe », Amerika [En ligne], 10 | 2014, mis en ligne le 22 juin 2014, consulté le 17 août 2017. URL : http://amerika.revues.org/4903 ; DOI : 10.4000/amerika.4903

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo ERIMIT - Equipe de recherche interlangues : mémoire, identités, territoires
  • Les cahiers de Revues.org