Navigation – Plan du site
Thématique

Parcours amadiens en Belgique francophone

Leonor Lourenço de Abreu

Résumés

Cette étude analyse d’une part la réception critique de l’œuvre de Jorge Amado en Belgique francophone dans la presse de gauche (Drapeau rouge et Les Aubes) ainsi que dans les journaux « grand public » (Le Soir et La Libre Belgique). D’autre part, elle pose la question de la réception créatrice dans l’œuvre de certains écrivains proches de la mouvance communiste (David Scheinert ou Charles Paron), comme d’écrivains contemporains (Malika Madi ou Jean-Louis Lippert).

Haut de page

Texte intégral

1Si l’on devait jauger la réception critique d’un écrivain par le nombre de traductions de ses livres, on pourrait appliquer, à propos du binôme Amado-Belgique, ce que l’on dit au Brésil au sujet de la bataille d’Itareré : não houve ! (elle n’a pas eu lieu !). En effet, l’œuvre de l’écrivain bahianais n’a fait l’objet d’aucune édition ni en Belgique francophone, ni en Belgique néerlandophone. Par ailleurs, si aucun Flamand n’a fourni de traduction néerlandaise de notre auteur, un Belge du pays de Liège a bel et bien traduit Os pastores da noite dans la langue de Rabelais (chez Stock), Conrad Detrez.

2Vu l’absence de grands intermédiaires transnationaux, la réception de l’œuvre amadienne en Belgique serait-elle donc entièrement tributaire de Paris, pôle quasi absolu de la concentration éditoriale en langue française ? Autrement dit, aucune initiative n’aurait donc été prise en Belgique par rapport à l’écrivain bahianais ? C’est ce à quoi prétend répondre cette étude.

La presse communiste

  • 1 En 1966, le professeur Jules Horrent de l’Université de Liège avait inscrit Bahia de tous les saint (...)

3Si Amado n’a pas eu l’heur de bénéficier d’éditions en Belgique, si à quelques exceptions près l’institution universitaire l’a boudé1, épousant en cela le déclin général des études lusophones dans le milieu universitaire du pays, flamand comme francophone, le nom de l’auteur brésilien s’annonce pourtant dans le paysage culturel belge dès la fin des années 40.

4Du fait de son exil parisien (début 1948 - fin 1949), Amado plonge dans les milieux intellectuels communistes, investis d’une aura d’héroïsme à la Libération. Il y est reçu comme un héros parmi ses pairs. Ayant alors plusieurs traductions à son actif dans diverses langues, Amado jouissait déjà d’une visibilité et d’une crédibilité certaines, potentialisées par le relais de transmission de l’Internationale communiste. Les réseaux de diffusion constitués par les revues culturelles et les pages littéraires des organes des partis frères s’avéraient un système d’intervention culturel extrêmement efficace. Outre les pages culturelles de L’Humanité on remarquera, en France, la revue mensuelle Europe, ou encore l’hebdomadaire Les Lettres françaises, inféodés au PCF, mais qui accueillaient la collaboration de compagnons de route et autres écrivains « progressistes » ; et ce jusqu’à ce que la direction mette fin, en 1948, à la politique pluraliste menée jusqu’alors, au nom du réalisme socialiste (Dirkx, 2006 : 273).

5En Belgique francophone, la diffusion de l’œuvre amadienne est tributaire de l’audience du Parti communiste dans les milieux ouvriers et intellectuels. Le nom d’Amado apparaît pour la première fois dans le quotidien communiste Drapeau rouge (DR) autour de deux axes d’intervention : en tant que représentant brésilien du mouvement international de lutte pour la paix ; en tant qu’acteur de la campagne pour la libération de Neruda, qui croupit dans les geôles chiliennes de Gabriel González Videla (DR : 10/03/1948). Le capital symbolique engrangé par ses écrits sert de caution morale dans les combats de l’époque. On guette ses déclarations à l’occasion des grands-messes communistes : Congrès Mondial des Intellectuels à Wroclaw ; Congrès de Paris pour la Paix. L’engagement, et de l’écrivain et de la littérature, y est systématiquement mis en exergue, ainsi que l’internationalisation de l’œuvre (DR : 20/04/1949). L’année 1949 se clôture par un aphorisme dithyrambique à l’occasion du 70ème anniversaire de Staline (DR : 28/12/1949). En 1950, son nom est encore associé aux travaux du Comité mondial des Partisans de la Paix et à son Congrès du mois de novembre.

6Si l’intervention politique d’Amado est habituellement retenue dans le Drapeau rouge, qu’en est-il de la réception critique de ses œuvres dans la page « La culture et les hommes » (p. 4) ? Avant la présence de l’écrivain en Europe, deux de ses romans seulement avaient été traduits en français : Bahia de tous les saints en 1938 et Terre violente en 1946. En 1949, Les Lettres françaises entreprend la publication de Les Chemins de la faim (Seara vermelha) en vingt-huit livraisons successives, illustrées de xylogravures de Carlos Scliar, exilé lui aussi à Paris. Or cette aventure feuilletonesque entretient un rapport de consanguinité avec la Belgique.

7Au sein des relations culturelles franco-belges, l’histoire de Les Lettres françaises (LLF) est un cas de figure assez singulier. LLF entame, en effet, une trajectoire belge. Du 15 juillet 1949 au mois de mai 1950, en 45 (Dirkx, 2006 : 273) ou 46 (Verstraete-Hansen, 2006 : 100) livraisons, l’hebdomadaire de huit pages -format journal- publie un supplément à l’édition française : deux pages, numérotées 9 et 10, qui concernent le débat esthétique et le positionnement des écrivains belges. Dans cette « ÉDITION BELGE », le compteur repart à zéro : 1ère année, n° 1, 15 juillet 1949. Parmi les noms du Comité de rédaction pour la Belgique – Franz Hellens, Fernand Lefebvre, René Lyr, Charles-Louis Paron –, seul Lefebvre est affilié au PCB et se ralliera aux thèses du réalisme socialiste. Dès les premiers numéros pourtant, l’intervention des agents culturels d’avant-garde est l’objet de divergences : un modèle idéologique et esthétique orthodoxe selon la direction parisienne ; libre et pluriel selon les Belges. Ces clivages, insurmontables à terme, auront raison de la poursuite de l’aventure belge de LLF (moins d’un an). Détenteur de la plus grande efficace symbolique, Hellens, l’arpenteur des contrées du « réalisme magique », le premier, fait défection.

8Pour ce qui est de la réception spécifiquement belge de Les Chemins de la faim, les lecteurs prennent ainsi le train en marche. Ils n’auront droit qu’à la toute dernière partie du roman (Nenén), la plus explicitement réaliste-socialiste.

Le héros du peuple ou le peuple-héros : la tentation mythique

9Il revient à Le Chevalier de l’espérance de mobiliser ensuite les divers acteurs politiques de part et d’autre de l’axe Paris-Bruxelles. En 1949, les Éditeurs Français Réunis publient la biographie romancée de Luis Carlos Prestes. En cette phase d’exacerbation du discours politique, l’œuvre va être perçue à l’aune d’un nouveau messianisme idéologique, sous-tendu par une rhétorique apologétique. LLF publie ainsi un texte laudatif intitulé « Jorge Amado et l’Iliade », dans lequel André Wurmser retient le souffle épique et le lyrisme présents dans Mar morto, mais surtout dans Le Chevalier de l’espérance. Nouveau « romancero », ce « conte lyrique » raconte « la noble vie d’un personnage de légende : héroïque, bon, scrupuleux, sans ambition, qui figure dans des chansons populaires, des récits, des contes fabuleux et qui est lui-même quasi fabuleux » (LLF : 20/01/1950). Or, les aventures héroïques et glorieuses du « Chevalier » brésilien ne vont pas sans rappeler le héros légendaire et mythique des anciens Pays-Bas : Thyl Ulenspiegel.

10Le Drapeau rouge renvoie la balle en publiant un long extrait d’Amado précédé d’un incipit qui introduit le lecteur à l’épopée héroïque d’un sujet historique, la rehausse au niveau du mythe et l’installe au sein d’une famille de héros légendaires, dans la lignée de l’odyssée « homérique » de Wurmser.

Ils l’ont surnommé « Le Chevalier de l’Espérance ». Sa vie est celle de ces héros prestigieux qui, à travers toute l’histoire, sont le symbole du courage et de l’honneur : on pense en lisant ces hauts faits, à Bara, à Jeanne d’Arc, à Bayard, à Fabien ou à l’héroïne soviétique Zoïa. (DR : 08/02/1950)

11Les persécutions encourues par Prestes au Brésil tiennent les lecteurs du DR en haleine. Le livre fait l’objet d’une longue recension où l’on retient la dialectique qui se tisse entre la vie personnelle et la vie sociale du héros pour signaler l’évolution de la conscience politique de celui-ci au contact des populations des sertões du Brésil. Ce héros, malgré les hauts faits de son équipée, demeure bien humain : « Acier et amour, voilà de quoi est fait le cœur des héros » (DR : 09/10/1950).

12Les escarmouches dues au climat de la Guerre Froide avec sa logique dichotomique permettent d’associer régulièrement l’écrivain à des moments-clés du combat internationaliste : défense de Neruda suite à ses mésaventures en Italie ; attribution à Amado du Prix Staline pour la Paix (décembre 1951). La publication de notes de lecture de ses œuvres ne suit pas une chronologie éditoriale rigoureuse. On note ainsi un creux pendant l’année 1952. Son nom réapparaît à propos de Capitaines des sables (DR : 01/04/1953) ; Vivette, lui, dénonce la violence sociale en Amérique latine subsumée dans l’œuvre amadienne (DR : 15/04/1953). La note d’espoir, qui sied à tout bon roman dans la logique des thèses jdanoviennes, se retrouve également dans le finale de la recension que Levaux fait de Terre violente :

Et la vie et l’avenir se fraient un chemin à travers les larmes, au travers du sang qui fécondent cette terre. Le jour n’est pas loin où ces aventures sanglantes entreront dans la légende et où les hommes réconciliés uniront leur cœur dans un même élan vers le bonheur. (DR : 29/09/1954) 

13La même page du DR publie un commentaire de Cette terre !, roman paru chez Gallimard en 1954. Cette œuvre dépaysante de l’écrivain internationaliste et politiquement attentif Charles Paron esquisse des tableaux de la vie quotidienne en Inde et décrit l’exploitation de l’homme par l’homme ainsi que les effets de la domination d’un peuple sur un autre. Le chroniqueur termine par ces mots : « La perspective du livre de Paron est de courage et d’amour. Elle est nôtre. C’est plus qu’un livre : un guide de santé et d’espoir » (DR : 29/09/1954). Le lien de contigüité typographique avec le texte sur Amado renvoie à une parenté thématique réelle, le lyrisme dans l’évocation de la détresse des foules affamées fuyant la misère et la mort.

  • 2 On est contraint de déduire la date de parution du premier épisode car les derniers numéros du DR d (...)

14L’aventure d’Amado dans la presse communiste belge se termine en apothéose avec la publication intégrale en feuilleton (124 épisodes) de Le Chevalier de l’espérance, à partir de la traduction française de Julia et Georges Soria, confirmant l’intuition de Camus qui sut, le premier, identifier le recours aux thèmes feuilletonesques comme étant le propre du style amadien. Le texte paraît quotidiennement à raison de cinq épisodes par semaine : vraisemblablement du 24 juin2 au 2 décembre 1954.

15La publication par le DR de romans-feuilletons, pratique courante dans les journaux belges, situe l’œuvre d’Amado à l’intersection de plusieurs tendances esthétiques : entre Le Verger de Temploux, chronique de mai 1940 d’André Glaude (60 épisodes) et La Reine Margot d’Alexandre Dumas (228 épisodes). La suite est assurée à nouveau par un texte de Dumas, La Dame de Monsoreau. La publication de la biographie de Prestes représente une sorte de chant du cygne de la période stalinienne. Amado n’aura plus les honneurs de la presse belge – militante, ou non – avant 1970 et Les Pâtres de la nuit.

Les Aubes : la fraternisation universelle

  • 3 8 pages, 36 livraisons entre septembre 1953 et décembre 1957.

16On doit à la revue culturelle mensuelle progressiste Les Aubes3 un retour d’Amado sur le devant de la scène intellectuelle. Indépendante du Parti, cette publication est dirigée par David Scheinert et Charles Paron, compagnons de l’aventure belge de LLF et de la page littéraire du DR, dont elle serait une sorte de « prolongation » (Verstraete-Hansen, 2006 : 145). Les Aubes (LA) s’inscrit sous les auspices de l’écrivain naturaliste Camille Lemonnier et d’Émile Verhaeren, dont elle reprend le titre de la première pièce, jouée à Moscou pendant la période révolutionnaire. À l’époque de la décolonisation et des indépendances, la revue prône « l’indispensable fraternité, l’entente entre les peuples, à partir des mêmes droits et des mêmes devoirs » (LA I, 1953 : 1). À la lutte sociale elle associe la lutte antiraciste. Les Aubes se veut une sorte de conscience critique et morale de l’intellectuel engagé, mais se garde de prôner une quelconque subordination esthétique à des ingérences externes.

17Tandis que l’aventure éditoriale du Chevalier de l’espérance se poursuit dans le DR, un article de Glaude revient sur la longue marche de la Colonne Prestes (1925-1927) et de son héros, pour dénoncer la tyrannie existant au Brésil, du temps de l’esclavage aux temps modernes. L’auteur y rappelle les luttes du peuple brésilien, dont rendent compte, et le film O Cangaceiro (1953), et les romans de Jorge Amado qui l’inspirent (LA XII, 1954 : 1-2).

18Les Aubes représente le lieu de convergence symbolique de divers faisceaux de signification qui ont trait à l’œuvre amadienne. Le premier concerne le Noir et l’injustice historique dont furent victimes les fils de Cham. Nombre d’articles font référence à la culture des Noirs africains et américains. Parallèlement à des textes critiques (« Broyer le Noir »), ou des poèmes au souffle épique (Échec de la jungle), Scheinert (LA V, 1954 : 4-5) donne une traduction en octosyllabes de Das Sklavenschiff, Le bateau d’esclaves, le poème qu’Heinrich Heine composa en 1854 et que Gérard de Nerval publia en français dans la Revue des Deux Mondes (01/09/1854) sous le titre Le négrier. Ce poème a inspiré Castro Alves, qui se réapproprie et réélabore le thème (romantique) dans Navio Negreiro. Or, Amado est également l’auteur d’une biographie du poète des esclaves, ABC de Castro Alves (1941), ainsi que d’une version dramatique de la passion du poète : O amor do soldado (1944). Les intersections sémantiques entre les univers du romancier et ceux des poètes Heine, Castro Alves et Scheinert sur les plans imaginaire, éthique et esthétique n’en deviennent que plus évidentes.

D’une certaine idée de peuple

  • 4 Entretemps, Paron avait publié une longue conférence intitulée « Charles De Coster et Thyl Ulenspie (...)

19Un thème axial innerve Les Aubes : la réévaluation de la notion de peuple, autrement dit, l’héritage national revisité. Contre l’art du « jeu » et du « je » que pratiquent les formalistes, « esthètes du vide », Versou propose l’héritage culturel de tous les temps, de Spartacus à Cervantes et de Zola à Charles De Coster, qui sut allier fond et forme pour créer l’immortel Thyl Ulenspiegel, la conscience du peuple (LA XXIV, 1956 : 2-3). Les aventures du personnage de la Légende d’Ulenspiegel (1867), dont le temps diégétique se situe sous le règne de Philippe II d’Espagne, avec des projections mythiques ultérieures, avaient paru en version illustrée dans le DR, parallèlement au Chevalier de l’espérance4. Une contigüité spatiale et sémantique qui n’est pas anodine, la pratique de la paralittérature – littérature populaire – étant une particularité belge, avec laquelle l’œuvre d’Amado a plus d’une accointance. Thyl Ulenspiegel devient le symbole d’un peuple asservi (la Flandre, i.e. les anciens Pays-Bas), mais indompté, en lutte contre ses oppresseurs – l’étranger –, qui pillent les richesses du pays. Une forme d’épopée historique que ne manque pas de cautionner l’entièreté de l’œuvre amadienne.

20Or, le peuple en liesse, comme le peuple en lutte, est subsumé dans la figure du gueux, le rebelle par excellence : « on entend battre les tambours des Gueux » (LA XXXV, 1957 : 6). Tambours des gueux/tambours des Noirs : les exploités sont interchangeables de part et d’autre de l’Océan dans une confluence de champs magnétiques, symboliques et imaginaires.

21En ces temps d’après-Staline, on constate une éviction certaine de l’actualité littéraire – à quelques exceptions près, dont celle de Paron – des pages du DR, au profit d’une projection dans l’humanisme du temps de Rabelais, qui évoque la « lutte des hommes pour la science, le progrès et le bonheur » (DR : 06/05/1953). L’âme espiègle de la culture populaire, on la retrouve non seulement dans la littérature de la Renaissance chez Rabelais et Cervantes, Villon et Hans Sachs, mais aussi dans la peinture des anciens Pays-Bas, de Bosch à Bruegel – comme chez Amado !

À rebours : Le Peuple

  • 5 J’ai consulté les archives de la BR, numérisées jusqu’en 1950, microfilmées pour la suite, jusqu’au (...)

22Le PCB vit son âge d’or entre immédiat après-guerre et début des années 50. L’espace politico-culturel lui est disputé par le Parti socialiste et son organe de presse, Le Peuple (LP). Face à l’importance accordée par le Drapeau rouge à l’écrivain bahianais, qu’en est-il de sa réception dans l’organe du PS ? Les recherches couvrant ces années-là n’ont pas fourni de réponses probantes5. Sans doute la réception d’Amado pâtit-elle de la guerre menée entre socialistes et communistes pour occuper le champ politico-institutionnel. Tandis que les uns exaltaient les conquêtes du socialisme et les hérauts des gestes épiques, les autres dénonçaient la farce soviétique et rappelaient les procès de Moscou, les purges de Staline et les cachots de la nouvelle inquisition.

23Parmi les critiques parues dans la rubrique littéraire « Le Peuple et les livres », elles portent sur des auteurs communistes ou non. Un article recense Le Mage du sertão (1952) du Belge Lucien Marchal, roman inspiré de Canudos et du Conselheiro. L’idée prévaut d’une perspective esthétique fort éclectique ! On y retrouve par ailleurs de nombreuses pages consacrées à l’Afrique, dont « L’apport de l’Afrique à la pensée humaine » (LP : 3/4/1953). Mais aucune référence à Amado !

La presse grand public : succès inégal

24Mon intervention porte, ici, sur les pages littéraires du quotidien belge Le Soir (LS), journal d’obédience libérale qui publiait une page littéraire assez diversifiée ; j’ai recours également à La Libre Belgique (LLB), journal aujourd’hui philosophiquement ouvert mais lié au conservatisme catholique dans le tournant des années quarante-cinquante.

25Amado apparaît pour la première fois dans Le Soir, dans un article extrêmement fouillé de Vandercammen sur Capitaines des sables :

Jorge Amado est certes un écrivain « engagé », mais sa puissance d’observation et ses qualités humaines le retiennent au centre du drame psychologique autant que là où naît le problème social. Et même davantage à « la pointe du cœur » […]. Souvent le sentiment poétique tempère le réalisme bouleversant de son œuvre. (LS : 18/10/1952)

26Une brève notice de Bronne le salue parmi les grands prosateurs brésiliens (LS : 23/10/1954). Lors de la parution des Pâtres de la nuit, Vandercammen signale « l’admirable préface » qui résume l’esprit du roman « dans lequel l’âme des Nègres et la nuit du port se trouvent étroitement mêlées aux matériaux du rêve » :

Les épisodes se multiplient : histoires à rire et à pleurer, ils sont évoqués avec une verve presque bruegelienne, haute en couleurs, dynamique, minutieuse dans le détail comme dans la psychologie de chaque visage. (LS : 07/10/1970)

27Les deux morts de Quinquin la Flotte suscite une recension critique où l’on souligne la poésie authentique et brûlante, l’aspect picaresque du roman, ainsi que la « substantielle préface » de Roger Bastide (LS : 22/07/1971). En dépit des critiques enthousiastes, le style d’Amado n’a pas eu l’heur de plaire à tous les critiques du Soir. Ainsi lit-on sous la plume de Mertens à propos de Dona Flor et ses deux maris :

Que Jorge Amado poursuive, avec une affligeante régularité, sa carrière de romancier, après tout, cela le regarde et ne fait de tort à personne. Mais qu’en France on s’évertue encore à traduire cette œuvre déjà vieille à faire peur, qui emprunte aux ficelles d’un exotisme éculé celles qui remuent pour notre consternation des marionnettes sans âme, cela est déplorable. (LS : 14/03/1973)

28Et l’auteur de récidiver, deux décennies plus tard :

On s’explique mal, par exemple, que Machado de Assis qui, au Brésil, a bénéficié d’une immense renommée se soit tellement moins « exporté » qu’un Jorge Amado... Car celui-ci ne s’extravase guère d’un tropicalisme laborieux, quand celui-là se déploie naturellement dans l’universalisme. (LS : 19/04/1995)

  • 6 Entretien téléphonique de Pierre Mertens avec l’auteur, 01/10/2012.

29Ce critique, par ailleurs romancier central du champ littéraire belge francophone, et promoteur du concept de Belgitude, reconnaîtra plus tard6 que cette écriture, tout en demeurant un produit exotique, exprime néanmoins un certain charme et Amado conserve le mérite d’avoir introduit la littérature brésilienne à l’étranger.

  • 7 Voir la contribution de Marc Quaghebeur à ce volume.

De son côté, Detrez évoque l’écrivain dans deux périodiques catholiques progressistes : La Relève et La Revue nouvelle7.

30Dans les années 1990 et 2000 on retrouve dans Le Soir des chroniques élogieuses de Maury et de Haubruge : « Jorge Amado : la fureur de vivre et d’écrire à Bahia » (LS : 20/10/1990), comme lors de la sortie de Conversations avec Alice Raillard (LS : 25/10/1990) ou de Navigation de cabotage (LS : 24/07/1996). Ces critiques ne brillent pas par une originalité outre mesure. Elles empruntent parfois à la kyrielle de clichés pour rendre compte de l’œuvre et de l’homme, lesquels se confondent à de nombreux égards : la bonhommie du personnage ; son ouverture à l’altérité ; la donne ironique ; son œuvre métisse et sensuelle ; l’enracinement et la réélaboration d’une tradition populaire. Ou encore, selon Maury : « un écrivain somme toute inclassable, dont la force naît d’une invraisemblable vitalité » (LS : 25/07/1990).

31Un succédané d’antiennes se fait encore entendre au décès de l’écrivain dans les deux quotidiens Le Soir et La Libre Belgique : « le chantre de toutes les cultures brésiliennes » qui sait allier « réalisme cru et lyrisme, poésie populaire et revendication révolutionnaire » ; la « joyeuse démesure bahianaise » ; la défense des « putes et des vagabonds ». En somme, Amado le grand conciliateur ; le chantre de la fraternisation universelle, celui qui « aurait été capable de réconcilier Proust avec Sainte-Beuve » (LS : 07/08/2001).

32Le correspondant au Brésil de LLB est plus nuancé dans son jugement. Il est, peut-être, le plus original des critiques d’Amado dans la presse belge. Il revient sur la lutte esthétique menée par l’écrivain dans l’affirmation du populaire (« cette littérature "orale" lui valut le mépris de nombreux critiques littéraires brésiliens qui considèrent son œuvre comme mineure ») ; les revers de la période communiste ; le sursaut après Gabriela ; la nature feuilletonesque de son œuvre et son adaptation à la télévision : « les personnages d’Amado sont entrés dans l’univers des références des Brésiliens, un peu comme les personnages d’Hergé en Belgique ». Et Christian Dutilleux de conclure :

Après Tieta, Amado se répète. Les thèmes et les personnages se copient d’un livre à l’autre. C’est sans doute la limite d’un projet littéraire basé sur l’écoute d’un peuple dont le quotidien évolue peu. Amado, rebelle dans sa jeunesse, est aussi devenu une référence de l’industrie culturelle locale, un auteur encensé, une autorité morale, un académicien riche reçu dans les salons de Rio et de Paris, un bon vivant qui profite de la vie.
Sa littérature s’en ressent. Son imaginaire s’est arrêté au Brésil d’avant les années 60, un pays rural, provincial et insouciant, qui n’a pas encore connu la dictature (1964-1985), la télévision, la croissance explosive des grandes villes, Internet... La lecture des meilleurs textes d’Amado ne reflète plus que rarement le Brésil d’aujourd’hui mais elle permet d’en déguster quelques-uns des meilleurs ingrédients. C’est souvent un régal. (LLB : 07/08/2001)

Chez les écrivains belges : visions plurielles

33La question de la réception critique et créatrice par les écrivains aboutit d’autre part à des résultats mitigés. S’y révèle en effet une connaissance relative chez certains mais une reprise dynamisante chez seulement deux d’entre eux – à l’exception bien sûr de Detrez. Paron et Scheinert qui, tous deux décédés, ne laissent pas affleurer de traces significatives d’influences ou de résonances explicites bien que leur univers de références les eût réunis à plus d’un titre au romancier bahianais.

34Les questions que je posais dans le questionnaire que je leur ai adressé visaient à savoir si, à l’instar de Mia Couto ou de Pepetela pour les pays de l’Afrique lusophone, les écrivains interrogés avaient subi l’influence d’Amado ou avaient été sollicités par son œuvre. Si des modulations intimes de leur imaginaire se trouvaient en résonance avec le sien.

  • 8 Lettre de M. Moreau à l’auteur, 12/08/2012.

35À la petite cinquantaine d’écrivains auxquels j’ai envoyé ce formulaire de onze questions, j’ai reçu une trentaine de réponses dont 17 avouent n’avoir pas lu, ou quasiment pas, l’écrivain. Ainsi en va-t-il de William Cliff, Jacques De Decker, Frans De Haes, Vincent Engel, Jacques Franck, Michel Gheude, Xavier Hanotte, Françoise Lalande, Jean Louvet, Nicole Malinconi, Marcel Moreau, Colette Nys-Mazure, Jean-Claude Pirotte, Jean-Pierre Verheggen, Carmelo Virone, Michel Voiturier ou Liliane Wouters. Marcel Moreau explique pour sa part que « cet auteur est absent de l’histoire de [s]es rencontres avec la substance explosive des œuvres hors de leur assiette ». De ses lectures de jeunesse, en effet, il a « appris à ne retenir que leur qualité de détonatrices »8.

  • 9 Lettre de R. Vaneigem à l’auteur, 30/08/2012.

36Vient ensuite une catégorie d’écrivains qui ont rencontré l’œuvre dans leur prime adolescence (Pierre Mertens) ou presque fortuitement comme c’est le cas du situationniste Raoul Vaneigem qui ne lut que Gabriela, « fresque picaresque agrémentée d’un mélange étonnant de cannelle, de sang, de piments et d’humour »9.

  • 10 Lettre de L. Delisse à l’auteur, 27/08/2012.
  • 11 Lettre d’A. Sempoux à l’auteur, 16/08/2012.

37Cacao a visiblement frappé par sa perfection stylistique et son enracinement André Sempoux, Luc Delisse ou Marc Quaghebeur, qui ont par ailleurs navigué dans des œuvres différentes d’Amado : Dona Flor et ses deux maris pour le premier, ou Mar morto pour le troisième. Delisse, quant à lui, rappelle la découverte simultanée de Suor et de l’œuvre de Jean Genêt pour mieux mettre en exergue leur dimension antipodale : « plénitude douloureuse qui hante l’univers décrit par Amado » versus « la somptuosité néo-classique et les fanfaronnades d’autodidacte du crime » de l’écrivain français. « Feu et glace : Amado et Genêt ? »10. Si les deux derniers ne parlent pas pour autant d’influence de cet écrivain au niveau des vibrations intérieures de leurs œuvres, Sempoux reconnaît chez lui des apparitions amadiennes, de l’ordre « de l’étrange plutôt que du fantastique, et pas d’ordre religieux mystique »11.

  • 12 Lettre de W. Lambersy à l’auteur, 04/10/2012.
  • 13 Courriel d’É. Clémens à l’auteur, 22/09/2012.
  • 14 Courriel de T. Coljon à l’auteur, 04/10/2012.

38Le poète Werner Lambersy, qui a lu Les deux morts de Quinquin la Flotte et Bahia de tous les saints, estime que des traces politiques d’Amado se retrouvent dans son œuvre12. Lecteur de Dona Flor, Éric Clémens, poète et philosophe, trouve dans l’œuvre d’Amado « l’humour rabelaisien surmultiplié par le corps de la langue brésilien (et brésilienne) » qui conforte sa défense « de l’écriture gourmande des langues basses »13. C’est le même roman qui a amené à l’œuvre de l’auteur Thierry Coljon, qui salue la modernité d’Amado, son fantastique, et sa foi en la vie comme en la fantaisie, qui lui rappelle le « surréalisme à la belge… »14.

  • 15 L’Absente du Copacabana Palace (1996).
  • 16 Courriel d’E. Heuffel à l’auteur, 17/07/2012.

39Le cas d’Évelyne Heuffel est singulier puisqu’elle a non seulement vécu longtemps au Brésil, mais lu l’œuvre d’Amado, où elle retrouve le Nordeste de sa jeunesse, sans être pour autant consciente des modulations intimes de l’une ou l’autre de ses œuvres. « L’Absente15 dans ses errances, va devoir beaucoup à des prostituées. Est-ce un hasard ? C’est une femme à scandales, liés aux barons du café […] je ne pense pas qu’Amado y soit pour quelque chose ». Fuyant les clichés et les images réductrices, elle souligne par ailleurs qu’avec Gilberto Freyre, Amado est l’inventeur « du peuple brésilien », une invention à succès mais dont la représentation contrevient à « l’image ultra-moderne que [les Brésiliens] rêvent, actuellement, de transbahuter… »16.

  • 17 Courriel de G. Adam à l’auteur, 01/08/2012.

40Quant à l’éditeur et écrivain Gérard Adam, qui commence sa découverte par Gabriela, il voit dans les romans d’Amado le moyen de résister au nombrilisme de la production parisienne et insiste, comme plusieurs de ses collègues, sur l’enracinement dans une culture métissée, sur « la gourmandise de vie » comme sur « la dimension épique » et « la maîtrise d’une écriture qui se refuse savante ». Sa définition de l’homme et de l’œuvre : « Un humanism(t)e réalisto-socio-libertaire, un hymne jouissif au métissage bio-ethno-culturel et à la liberté intérieure »17.

Une intertextualité avérée

41Si la presque totalité des écrivains belges ne se reconnaît point d’accointances avec l’œuvre d’Amado, tout en reconnaissant sa valeur littéraire et humaine, quelques rapprochements et quelques convergences peuvent être retenus chez deux écrivains contemporains qui avouent clairement le rôle que cet auteur joue dans leur œuvre : Malika Madi et Jean-Louis Lippert.

  • 18 Courriel de M. Madi à l’auteur, 14/09/2012.

42La première le découvre par Suor et se dit particulièrement proche de Capitaines des sables et de Les Chemins de la faim ; elle apprécie en lui la capacité de « rendre universel le drame humain, vécu par des bahianais à un moment précis de notre histoire ». C’est la raison pour laquelle ses personnages féminins, épris de lecture, « ne peuvent exister sous [s]a plume s’ils ne sont pas, eux aussi, amoureux de Jorge Amado »18. D’origine algérienne, Madi vit dans un univers multiculturel qui, à la différence du Brésil, n’a pas (encore) réduit les aspérités entre autochtones et allochtones. C’est pourquoi la condition de la femme de culture musulmane se trouve au cœur même de son écriture romanesque. Dans Nuit d’encre pour Farah (2000), le personnage éponyme est victime des traditions ancestrales. Mariée de force, elle voit se briser ses projets d’avenir – enseigner la littérature. De retour en Algérie, elle devient comme une feuille morte emportée par le vent que seul le nom d’Amado, prononcé incidemment, permet de faire vibrer intérieurement.

43Contrairement à Farah, qui plonge au fond du néant (peut-être pour mieux rebondir, comme Zohra, le personnage de Les Silences de Médéa, 2006), Chamsa, elle, entend prendre en mains les rênes de son destin. Chamsa fille du soleil (2010) se lit comme un conte merveilleux des mille et une nuits, à l’érotisme bousculant les sens, mais aussi comme un roman initiatique et d’apprentissage : le roman d’une femme libre qui se construit entre Orient et Occident visant à une synthèse rédemptrice des contradictions du monde actuel. C’est là que l’univers féminin d’Amado entre en symbiose avec l’univers romanesque de Madi. Son personnage, né dans un bled perdu du lointain Orient, parfait son éducation d’autodidacte en lisant l’écrivain brésilien :

Les personnages féminins d’Amado étaient pauvres comme elle, ambitieuses comme elle, rusées avec un sens de l’esprit affirmé, comme elle voulait le devenir. Le ravissement qu’elle éprouvait en pénétrant l’univers de l’auteur, Chamsa le devait au portrait que brossait Amado des Bahianaises, aptes à surmonter les pires difficultés dans une société où pauvreté et violence meurtrière étaient le quotidien. (Madi, 2010 : 40)

44Similitudes de situations et de destinées, convergence de besoins et de désirs de libération du joug masculin et des traditions ancestrales : « Jorge Amado lui avait révélé l’univers de la douleur, de l’amour, de l’opulence, de la faim. Tereza Batista, Dona Flor, Gabriela étaient ses sœurs, les alter ego des gens de son peuple… » (Madi, 2010 : 99). Parvenue au statut d’épouse d’un prince, Chamsa parcourt le monde en quête de soi et s’approprie l’altérité culturelle par la médiation des livres et le langage des corps. Elle fait construire une grande bibliothèque du savoir universel et introduit le progrès matériel et intellectuel dans sa vallée d’origine.

45Les rythmes du Brésil bercent les rêves de Chamsa – comme ceux de sa créatrice. Reconnaissant la mort de l’érotisme en Occident et cherchant des liens qui n’enchaînent pas, elle donne en exemple ce pays censé avoir aboli toutes les frontières par l’adoption d’une forme de syncrétisme entre toutes les cultures. Le pays devient ainsi le lieu de projections utopiques, qui prône la tolérance et la conciliation entre sensualité et liberté de la femme. En somme, l’apothéose du corps qui se libère de l’apesanteur dans une forme d’extase érotico-mystique, une équivalence fonctionnelle avec la transe lors des cultes de possession où l’on atteint à une forme de sacré.

46De son côté, Jean-Louis Lippert, qui a « rencontré l’œuvre et l’homme à la fête de l’Humanité en 1989 », insiste sur L’Invitation à Bahia comme sur la préface aux Souterrains de la liberté. Vu sa conviction que le mythe est « essentiel dans toute élaboration littéraire », Lippert estime que « ce n’est donc pas un hasard si [s]on personnage de Mamiwata fait écho à la Iemanja chantée par Amado ; ni, si les orixas du candomblé croisent les références à la santeria cubaine dans [s]on dernier livre Ajiaco ». Et l’écrivain de poursuivre :

  • 19 Courriel de J.-L. Lippert à l’auteur, 19/08/2012.

Je croyais avoir dû le citer en exergue de quelque chapitre. Ayant vérifié, je n’en ai pas trouvé trace. Il s’agit d’un exemple flagrant de complicité à ce point intime avec un autre écrivain, que celui-ci, par discrétion, se retire lui-même de vos citations sur la pointe des pieds.19

47Né à Kisangani (ex-Stanleyville), au Congo en 1951, Lippert est partagé entre deux continents et deux cultures, ce qui se trouve en symbiose avec la problématique belge. En dépit des projets esthétiques, fort dissemblables – l’écrivain belge étant obsédé par une poétique chaotique (poétique du fragment) –, les œuvres des deux auteurs se rejoignent en ce qu’elles baignent dans la même critique radicale de la société : une société moderne pour Amado, de consommation post-moderne pour Lippert. Anticonformisme bonhomme versus anticonformisme halluciné. Chez celui-ci, la création remonte le fleuve du rêve et de la mémoire et s’engendre au sein d’une dialectique qui subsume joie et souffrance. Il y a, chez Lippert, une filiation évidente avec l’œuvre de Lautréamont exprimée dans la psalmodie, l’insulte ou la prière. Ainsi, aux six Chants de Maldoror répondent les « six chants de deuil pour une sirène africaine » de Mamiwatta : « Sonhando sonhando sonho / Um sonho lento, tristonho » (Lippert, 1994 : 170).

  • 20 Idem

48Outre le recours au mythe de la déesse des eaux, dont les avatars se retrouvent d’une rive à l’autre de l’Océan, et qui relie les hommes par-delà la tragédie historique de la traite, on retrouve une identique mélopée (dans Mar morto notamment) ; mais aussi des descriptions baroques de scènes bigarrées dans les marchés des bords du fleuve Congo, qui rappellent le grouillement vital des textes amadiens. Son projet utopique, qui plaide pour une « réconciliation d’une humanité libérée de ses humiliations millénaires », le situe dans la lignée de La Légende d’Ulenspiegel, certes. Et d’Amado, du fait même que leurs œuvres s’inscrivent dans une dynamique de « métissage ethnique et culturel » – rejoignant par là « la notion de créolité telle qu’elle fut théorisée par Édouard Glissant et Patrick Chamoiseau »20.

Conclusion

  • 21 Courriel d’É. Clémens à l’auteur, 22/09/2012.

49La réception critique d’Amado en Belgique francophone nous montre que les figures centrales du champ littéraire – Henry Bauchau et Jacqueline Harpman, décédés tous les deux en 2012, ainsi que Pierre Mertens ou Jean Louvet – ne sont marquées ni par son écriture ni par son imaginaire. Parmi les écrivains ayant répondu à mon enquête, l’intérêt mitigé de certains à l’égard d’Amado tient à leur intérêt moindre pour le genre romanesque. Pour d’autres, c’est la dimension universaliste de l’œuvre amadienne qui serait à reconsidérer : « l’écriture d’Amado, métisse de Bahia, est singulière, pas universelle »21. Jorge Amado : une écriture trop référentielle, pas assez mythique ?

50Les écrivains qui reconnaissent, voire qui revendiquent, une relation empathique s’inscrivent, sciemment ou malgré eux, en marge, à la périphérie du champ. Qu’il s’agisse de Lippert, situationniste franc-tireur passé maître dans l’art de la contestation et qui passe une partie de l’année au Maroc ; qu’il s’agisse de Malika Madi, une présence discrète dans le champ mais active dans les réseaux sociaux ; qu’il s’agisse encore de Gérard Adam, ancien membre de Médecins sans frontières qui a vécu l’expérience congolaise et balkanique, devenu éditeur (MEO) publiant des auteurs balkaniques, surtout bosniaques.

  • 22 Courriel de M. Quaghebeur à l’auteur, 05/10/2012.

51Alors que le Brésil est en train de devenir une grande puissance, quelle place Jorge Amado peut-il encore occuper dans l’imaginaire occidental, en l’occurrence belge ? Un de ses mérites et non des moindres est qu’il conforte « le rêve d’un pays encore accordé aux pulsions foncières de l’homme, de son plaisir et de sa fraternité »22. Ce rêve, est-il besoin de le répéter, est de tous les temps et de tous les lieux.

Haut de page

Bibliographie

Journaux et périodiques dépouillés

Les Aubes : 1953-1957.

Drapeau rouge : 1947-1956.

Les Lettres françaises. Édition belge : 1949-1950.

La Libre Belgique : 1950-1956 ; 2000-2012.

Le Peuple : 1948-1956.

Le Soir : 1938-1976 ; 1989-2012.

Témoignages écrits

Gérard Adam (01/08/2012) ; Éric Clémens (22/09/2012) ; Thierry Coljon (04/10/2012) ; Luc Delisse (27/08/2012) ; Évelyne Heuffel (17/07/2012) ; Werner Lambersy (04/10/2012) ; Jean-Louis Lippert (19/08/2012) ; Malika Madi (14/09/2012) ; Marcel Moreau (12/08/2012) ; Marc Quaghebeur (05/10/2012) ; André Sempoux (16/08/2012) ; Raoul Vaneigem (30/08/2012)

Entretien téléphonique

Pierre Mertens (01/10/2012)

Ouvrages cités

Dirkx, Paul, Les « Amis belges ». Presse littéraire et franco-universalisme, Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 2006.

Heuffel, Évelyne, L’Absente du Copacabana Palace, Paris : Métailié, 1996.

Lippert, Jean-Louis, Mamiwata, Bruxelles : Talus d’Approche, 1994.

Lippert, Jean-Louis, Ajiaco, Miroir Sphérique, 2012.

Madi, Malika, Nuit d’encre pour Farah, Mons : Cerisier, 2000.

Madi, Malika, Les Silences de Médéa, Loverval : Labor/Espace Nord, 2006.

Madi, Malika, Chamsa fille du soleil, Paris : Éditions du Cygne, 2010.

Paron, Charles, Cette terre !, Paris : Gallimard, 1954.

Verstraete-Hansen, Lisbeth, Littérature et engagements en Belgique francophone, Bruxelles : P.I.E.-Peter Lang, 2006.

Haut de page

Notes

1 En 1966, le professeur Jules Horrent de l’Université de Liège avait inscrit Bahia de tous les saints à son cours de littérature comparée. On relève en tout cinq travaux académiques entre 1977 et 2004 : trois mémoires de licence, un de DEA et une thèse de doctorat.

2 On est contraint de déduire la date de parution du premier épisode car les derniers numéros du DR de juin 1954 font défaut dans les fonds de la Bibliothèque Royale de Belgique (BR).

3 8 pages, 36 livraisons entre septembre 1953 et décembre 1957.

4 Entretemps, Paron avait publié une longue conférence intitulée « Charles De Coster et Thyl Ulenspiegel » (six livraisons du DR) entre le 22/04/1953 et le 08/05/1953.

5 J’ai consulté les archives de la BR, numérisées jusqu’en 1950, microfilmées pour la suite, jusqu’au 20e Congrès du PCUS (février 1956), avec le rapport Khrouchtchev.

6 Entretien téléphonique de Pierre Mertens avec l’auteur, 01/10/2012.

7 Voir la contribution de Marc Quaghebeur à ce volume.

8 Lettre de M. Moreau à l’auteur, 12/08/2012.

9 Lettre de R. Vaneigem à l’auteur, 30/08/2012.

10 Lettre de L. Delisse à l’auteur, 27/08/2012.

11 Lettre d’A. Sempoux à l’auteur, 16/08/2012.

12 Lettre de W. Lambersy à l’auteur, 04/10/2012.

13 Courriel d’É. Clémens à l’auteur, 22/09/2012.

14 Courriel de T. Coljon à l’auteur, 04/10/2012.

15 L’Absente du Copacabana Palace (1996).

16 Courriel d’E. Heuffel à l’auteur, 17/07/2012.

17 Courriel de G. Adam à l’auteur, 01/08/2012.

18 Courriel de M. Madi à l’auteur, 14/09/2012.

19 Courriel de J.-L. Lippert à l’auteur, 19/08/2012.

20 Idem

21 Courriel d’É. Clémens à l’auteur, 22/09/2012.

22 Courriel de M. Quaghebeur à l’auteur, 05/10/2012.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Leonor Lourenço de Abreu, « Parcours amadiens en Belgique francophone », Amerika [En ligne], 10 | 2014, mis en ligne le 22 juin 2014, consulté le 24 mai 2017. URL : http://amerika.revues.org/4726 ; DOI : 10.4000/amerika.4726

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo ERIMIT - Equipe de recherche interlangues : mémoire, identités, territoires
  • Les cahiers de Revues.org