Navigation – Plan du site
Comptes-rendus
Cinéma

Mathieu Lacoue-Labarthe, Les Indiens dans le western américain

Paris, Presses de l’Université Paris-Sorbonne/Collection Mondes Anglophones, 2013
Gildas Le Voguer
Référence(s) :

Mathieu Lacoue-Labarthe, Les Indiens dans le western américain, Paris, Presses de l’Université Paris-Sorbonne/Collection Mondes Anglophones, 2013.

Entrées d’index

Mots-clés :

western, Amérindiens

Géographique :

États-Unis
Haut de page

Texte intégral

1L’auteur de cet ouvrage a bien entendu raison quand il écrit, dès les premières lignes de son introduction, que « le western est à l’évidence passé de mode, aux États-Unis comme ailleurs, et a pratiquement disparu, en France, du grand écran et des chaînes télévisées généralistes. » (p.10) Le genre continue néanmoins d’exercer une certaine fascination, comme en témoigne le remake de True Grit, que Joel et Ethan Coen ont proposé en 2011. Il est possible qu’à cette occasion, le spectateur ait souhaité voir ou revoir le True Grit réalisé par Henry Hathaway en 1969 et, pourquoi pas, de visionner un autre western d’Hathaway, tel que le très beau Jardin du diable, avec Gary Cooper dans le rôle principal. De la même manière, l’ouvrage de Mathieu Lacoue-Labarthe, Les Indiens dans le western américain, donnera envie au lecteur de découvrir ou de redécouvrir certains classiques du genre.

2Le livre est organisé de manière chronologique, la première partie, « Une image stéréotypée et un discours globalement négatif », couvrant la période qui va du début des années 1930 au milieu des années 1950. La seconde partie, « Une image plus complexe et un discours nettement plus positif », s’étend du milieu des années 1950 à nos jours. L’auteur a choisi cette division parce qu’il a la « conviction que le véritable tournant, en matière de représentation des Indiens, se situe au milieu des années 1950 » (p.16), à un moment où la société américaine connaît de profonds bouleversements.

3Dans chacune des deux parties de son ouvrage, l’auteur expose tout d’abord la représentation des Indiens proposée dans les 600 films qu’il a retenus pour cette étude. Ensuite, il aborde les facteurs susceptibles d’expliquer les diverses représentations. L’analyse effectuée par l’auteur s’appuie sur de nombreux pourcentages, qui attestent le sérieux de la démarche mais ralentissent un peu la lecture.

4Il apparaît donc, pour la première période, que l’Indien est le « grand absent, et l’éternel vaincu » (p.19) du western. Les Indiens font partie du paysage, « associés aux règnes minéral, végétal et animal » (p.31), et sont fatalement « voués à la défaite. » (p.62) L’auteur montre ensuite que l’image principalement négative de l’Indien ne faisait que prolonger celle précédemment véhiculée par la culture américaine. En effet, dans les captivitiy narratives, les tall tales, les dime novels et les pulp magazines, la représentation de l’Indien était essentiellement négative. De la même manière, la peinture, le théâtre, le vaudeville et le Blackface Minstrelsy contribuèrent à propager une mauvaise image des Indiens. Selon l’auteur, « dans les années 1930 et 1940, en raison de l’atmosphère politique et des conditions de production du western, la version négative l’emporte très largement. » (p.87)

5Cependant, l’auteur juge qu’il y eut « une amorce d’évolution à partir de 1945 » (p.111) et il retient en particulier le film Broken Arrow, que Delmer Daves réalisa en 1950. Selon les propres termes du réalisateur, il voulait « montrer dans cette œuvre l’Indien comme un homme d’honneur et de principes, comme un être humain et non comme une brute sanguinaire » (p.141) et c’est pourquoi, dans ce film, le scalp, « preuve habituelle de la sauvagerie indienne » (p.127), est attribué aux Blancs. Pour l’auteur, la démarche de Daves fut facilitée par la participation de nombreux Indiens à la Seconde Guerre mondiale. Mais le certificat de bonne conduite patriotique accordé aux Indiens ne permit pas aux Américains de s’affranchir « de la validité des théories racistes » (p.143). Broken Arrow contribua certes à remplacer l’image du « sauvage sanguinaire » par celle du « noble sauvage » (p.149) mais l’Indien n’en continua pas moins d’occuper une place subalterne, à commencer par les acteurs Indiens eux-mêmes.

6Cette amorce d’évolution ne se concrétisa véritablement qu’à partir du début des années 1960, le western fourmillant alors « de scènes dénonçant l’attitude des Blancs à leur égard » (p.193). Mais, selon l’auteur, la « véritable rupture n’intervient » (p.195) qu’en 1970 avec Soldier Blue de Ralph Nelson et Little Big Man d’Arthur Penn, qui décrivent respectivement le massacre de Sand Creek et celui de la Washita River. Ces deux films donnent à l’auteur l’occasion d’analyser aux pages 199-201 les notions de massacre, de génocide et d’ethnocide, s’inscrivant ainsi dans un champ de réflexion nourri en particulier par l’historienne Élise Marienstras, notamment dans un article intitulé « Guerres, massacres ou génocides ? Réflexions historiographiques sur la question du génocide des Amérindiens » publié en 2005 dans l’ouvrage collectif dirigé par David El Kenz, Le massacre, objet d’histoire.

7Désormais, de nombreux réalisateurs n’hésitent plus à évoquer l’anéantissement des Indiens et à dénoncer le racisme anti-Indien. L’image de l’Indien est profondément revalorisée, y compris par le cadrage (p.238). L’indien est présenté de manière plus réaliste et son mode de vie, sa culture, ses croyances et pratiques religieuses le sont également. La présentation de la Sun Dance dans A Man Called Horse de 1969 en est l’une des plus spectaculaires illustrations. Cependant, en ce qui concerne l’utilisation des langues indiennes, le « grand tournant » (p.265) ne se produira qu’en 1992 avec Dances with Wolves de Kevin Costner.

8L’évolution du western dans les années soixante coïncide évidemment avec la lutte pour les droits civiques, à un moment où « les Indiens s’inspirent de ces mouvements pour réclamer à leur tour d’être traités de manière plus équitable. » (p.382) Autre facteur d’évolution, « la contestation de l’impérialisme américain », un lien direct étant établi entre la guerre du Vietnam et le massacre des Indiens au dix-neuvième siècle. Enfin, la remise en cause à cette époque de « la foi dans le progrès et le productivisme » entraîne un regain d’intérêt pour les cultures indiennes.

9Ainsi que l’auteur le signale (p.436), c’est à cette époque qu’ont été redécouvertes les photographies d’Edward Sheriff Curtis, infatigable ethnologue photographe américain, dont pas moins de 20 000 clichés furent reproduits dans les vingt volumes de The North American Indian. Outre son travail photographique, Curtis avait également réalisé, en 1914, In the Land of the Head Hunters, un film documentaire avec une trame fictionnelle. Ce film, dont tous les acteurs étaient des Indiens, ressort sur les écrans à l’occasion de son centenaire. Bien qu’il soit consacré à des films d’une autre période, le grand mérite de l’ouvrage de Mathieu Lacoue-Labarthe est de raviver notre intérêt pour la culture amérindienne et sa représentation au cinéma et de donner envie au lecteur/spectateur de saisir toutes les occasions de mieux les connaître.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gildas Le Voguer, « Mathieu Lacoue-Labarthe, Les Indiens dans le western américain  », Amerika [En ligne], 9 | 2013, mis en ligne le 02 décembre 2013, consulté le 22 mars 2017. URL : http://amerika.revues.org/4322

Haut de page

Auteur

Gildas Le Voguer

Université de Rennes 2

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo ERIMIT - Equipe de recherche interlangues : mémoire, identités, territoires
  • Les cahiers de Revues.org