Navigation – Plan du site
Comptes-rendus
Littérature

Beatriz Cortez et al., Hacia una historia de las literaturas centroamericanas, Tomo III. (Per)Versiones de la modernidad. Literaturas, identidades y desplazamientos

Guatemala, F&G Editores, 2012
Sergio Coto-Rivel
Référence(s) :

Beatriz Cortez et al., Hacia una historia de las literaturas centroamericanas, Tomo III. (Per)Versiones de la modernidad. Literatura, indentidades y desplazamientos, Guatemala, F&G Editores, 2012.

Entrées d’index

Géographique :

Amérique centrale
Haut de page

Texte intégral

1La publication du tome III en 2012 de la collection Hacia una historia de las literaturas centroamericanas, édité par trois chercheures spécialistes de la région — Beatriz Cortez, Alexandra Ortiz Wallner et Verónica Ríos— vient compléter la moitié des six volumes originalement prévus. Chacun d’eux vise à offrir une perspective plurielle et critique de l’histoire littéraire — et de la production contemporaine dans le cas de cette dernière parution. Comment peut-on écrire une histoire des littératures centre-américaines tout en mettant l’accent sur la grande diversité culturelle et la complexité historique de cette région du continent américain ? La réponse à cette question ne va pas de soi pour l’équipe de recherche qui a entrepris la tâche de réfléchir sur les productions culturelles de l’isthme centre-américain ; pour ces auteurs, le débat et l’échange scientifique autour des littératures régionales se situent au centre du vaste programme de recherche Hacia una historia de las literaturas centroamericanas. Le projet est né grâce à l’initiative d’un groupe de chercheurs et d’écrivains centre-américains et étrangers en 1995 au Nicaragua. Puis, dans les années 2000, la suite a été prise par le CIICLA (Centro de Investigación en Identidad y Cultura Latinoamericanas) de l’Université du Costa Rica.

  • 1 Grinberg, Valéria, Roque Baldovino, Ricardo, op. cit. Introducción, p. XII.

2Les deux premiers tomes ont été publiés par la même maison d’édition (F&G Editores) en 2008 et en 2009 respectivement. Le premier, Intersecciones y transgresiones : Propuestas para una historiografía literaria en centroamérica, édité par Werner Mackenbach, s’attache principalement aux débats théoriques sur les outils pertinents à la construction de l’historiographie littéraire centre-américaine, tels que les notions de région, zone ou contrée, la globalisation et la littérature ou bien l’utilité des études de littérature comparée dans l’histoire littéraire. Ensuite, le tome II Tensiones de la modernidad : del modernismo al realismo édité par Valeria Grinberg et Ricardo Roque-Baldovinos, retrace les discours esthétiques et politiques de la modernité centre-américaine à travers sa littérature depuis la seconde moitié du XIXe siècle et jusqu’aux années 1950. La question principale du deuxième volume est celle du projet moderne dans la région entre copie et fondation, ce qui, d’après les éditeurs, a impliqué la « transplantation du modèle européen et [la] traduction de la modernité dans le contexte centre-américain »1. En ce sens, l’objectif méthodologique de l’ouvrage n’est pas de recenser des auteurs, des styles ou des textes, mais bien plutôt de proposer des voies d’analyse et d’exploration au cours de la période choisie.

  • 2 Cortez, Beatriz, 2010, Estética del cinismo. Pasión y desencanto en la literatura centroamericana d (...)

3Le dernier volet, (Per)Versiones de la modernidad, propose une approche novatrice des littératures des trente dernières années, puisqu’il met en question des notions telles que « le témoignage », « le canon » ou « l’après-guerre » appliquées à la région centre-américaine grâce à la critique et la mise en relation de textes variés. C’est justement à partir du concept « d’après-guerre » (la posguerra) que s’organise une partie assez importante des réflexions proposées dans les articles, comme une manière de retrouver la « sensibilité » commune qui met en scène un certain désenchantement dans le récit contemporain. Cette notion de « sensibilité » liée aux productions littéraires d’après-guerre était déjà présente dans les travaux précédents de Beatriz Cortez2 comme un moyen d’éviter une classification cloisonnant la production dans un style particulier et fermé. Elle a été reprise une nouvelle fois pour designer un axe de lecture de la production contemporaine qui se voit reflétée dans la première partie de l’ouvrage appelée « La ficción de la posguerra » où l’on développe en profondeur les implications d’une lecture de l’esthétique contemporaine. Les questionnements de l’après-guerre soulèvent aussi la question de la violence dans le récit (romans et nouvelles), comme nous pouvons le constater dans l’article d’Alexandra Ortiz « Escrituras de sobrevivencia ».

  • 3 « La voluntad de muchos textos de la posguerra centroamericana de no mostrar ninguna consecuencia d (...)

4Les réflexions théoriques n’ont pas été exclues du troisième volume, ce qui révèle l’intérêt du projet général de garder un rapport assez proche à l’analyse théorique, non seulement des sujets et des thématiques particulières, mais aussi de la construction discursive du phénomène littéraire, de la critique et de l’historiographie. La deuxième partie, « Dinámicas del campo literario y cultural », est un bon exemple de cette analyse avec les articles d’Arturo Arias « Post-identidades post-nacionales » et de Dante Liano « El canon literario hispanoamericano actual ». Cependant, comme nous l’avons souligné plus haut, les débats reviennent souvent sur le besoin de caractériser les romans à partir des années 90, toujours en rapport avec les conflits armés, soit pour reprendre les conséquences de ces derniers, soit pour opérer une coupure symbolique et se centrer sur les représentation intimes de la subjectivité3.

  • 4 Kokotovic, Misha, « Néoliberalismo y novela negra en la posguerra centroamericana » op. cit. p. 187

5La reconstruction de la mémoire individuelle et collective comme lien entre l’histoire et la fiction, le travail de deuil vu et lu dans le récit contemporain ainsi que les thématiques urbaines ou le roman policier sont les principaux sujets de la troisième partie « Memoria, subjetividad y espacio urbano ». Il est important de mettre en avant la recherche de l’écrivain costaricien Uriel Quesada sur les origines du roman policier en Amérique centrale et son développement depuis la seconde partie du XIXe siècle, ainsi que celle de Misha Kokotovic « Néoliberalismo y novela negra en la posguerra centroamericana », qui fait une relecture des novelas negras dans la région ; celles-ci selon l’auteur, ne fuient pas la réalité et les conséquences de la guerre mais, au contraire, tout comme La diabla en el espejo ou El arma en el hombre (romans d’Horacio Castellanos Moya) construisent « une critique des conséquences du capitalisme globalisé »4. Les deux études nous présentent des perspectives pionnières sur un sujet très peu traité par la critique littéraire de la région.

6Les deux dernières parties de l’ouvrage « Multiculturalismo, transnacionalismo, e identidades nacionales » (IV) et « El texto, la imagen y el cuerpo » (V), mettent en relief les discours subalternes, les voix marginales qui n’ont pas toujours été reconnues par le discours officiel en raison de leur origine culturelle et sociale ou bien à cause des différences de genre. Ainsi, les auteurs décortiquent les mécanismes de l’officialisation discursive de l’identité nationale et ses conséquences. L’article d’Edgar Esquit « La diversité culturelle au Guatemala » présente un exemple claire de ce procédé : le discours « multiculturaliste » officiel privilégie directement un secteur de la population a contrario de ce que l’on pourrait croire en raison des avancées en matière d’inclusion. Une réflexion semblable est proposée par Dorothy Mosby sur l’héritage des afrodescendants en Amérique centrale, lequel a été encore mis à l’écart pendant une bonne partie du XXe siècle.

7Il est important de signaler de manière générale que la perspective historiographique est aussi renouvelée par le grand projet dont fait partie l’ouvrage de Cortez-Ortiz-Ríos, dans le cadre des études centre-américanistes. En effet, s’il n’est pas utile de retracer historiquement une succession de caractéristiques, tendances ou esthétiques pour donner un sens diachronique aux littératures régionales, en revanche, la multiplicité d’études et d’approches rend compte d’une cartographie littéraire complexe. Nous n’avons évoqué ici qu’une petite partie des notions critiques et des chemins d’investigation proposés par l’ensemble de cet ouvrage (surtout si nous prenons en considération qu’il fait partie d’un projet plus grand encore en construction), lequel se présente comme une référence indispensable dans les études centre-américaines contemporaines, et donne une idée précise de l’évolution actuelle de la production critique sur la littérature de l’Amérique centrale.

Haut de page

Notes

1 Grinberg, Valéria, Roque Baldovino, Ricardo, op. cit. Introducción, p. XII.

2 Cortez, Beatriz, 2010, Estética del cinismo. Pasión y desencanto en la literatura centroamericana de posguerra, Guatemala, F&G Editores.

3 « La voluntad de muchos textos de la posguerra centroamericana de no mostrar ninguna consecuencia de la misma, o bien de pretender que nunca sucedió, es indicadora del rechazo ético a asimilar el pasado, asimilar los muertos, asimilar la derrota política, dentro de una narrativa histórica coherente y explicativa. » ARIAS, Arturo, « Post-identidades post-nacionales : Duelo trauma y melancolía en la construcción de las subjetividades centroamericanas de postguerra », op. cit. p. 122.

4 Kokotovic, Misha, « Néoliberalismo y novela negra en la posguerra centroamericana » op. cit. p. 187.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sergio Coto-Rivel, « Beatriz Cortez et al., Hacia una historia de las literaturas centroamericanas, Tomo III. (Per)Versiones de la modernidad. Literaturas, identidades y desplazamientos  », Amerika [En ligne], 9 | 2013, mis en ligne le 02 décembre 2013, consulté le 26 juin 2017. URL : http://amerika.revues.org/4307

Haut de page

Auteur

Sergio Coto-Rivel

Université de Nantes

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo ERIMIT - Equipe de recherche interlangues : mémoire, identités, territoires
  • Les cahiers de Revues.org