Navigation – Plan du site
Comptes-rendus
Sciences sociales

Pablo Ortemberg, Rituels du pouvoir à Lima. De la Monarchie à la République

Paris, Éditions de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, 2012
Maud Yvinec
Référence(s) :

Pablo Ortemberg, Rituels du pouvoir à Lima. De la Monarchie à la République, Paris, Éditions de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, 2012

Entrées d’index

Géographique :

Pérou
Haut de page

Texte intégral

1S’inscrivant dans le champ émergent de l’histoire culturelle du politique, l’ouvrage que Pablo Ortemberg a tiré de sa thèse de doctorat offre une étude originale des rituels de pouvoir en Amérique hispanique. Le travail se centre sur la ville de Lima, capitale de l’ancien vice-royaume du Pérou, représentant à ce titre l’un des bastions de la Couronne espagnole. Il embrasse les années 1735-1828, lesquelles couvrent le passage d’un système colonial, monarchiste, et absolutiste, à un régime indépendant et républicain. Ce choix spatio-temporel particulièrement judicieux permet à Pablo Ortemberg, d’une part, de s’intéresser au sens et aux usages des rituels de pouvoir dans un lieu central de l’autorité, d’autre part, de se pencher sur les modifications et les constances de ces rituels au cours d’une période où les bouleversements politiques sont extrêmement nombreux.

2Le livre se divise en cinq chapitres, ordonnés selon la chronologie : le premier et le deuxième concernent le cérémonial colonial sous les derniers Bourbons, et traitent, respectivement, des réceptions des vice-rois et des proclamations royales ; le troisième porte sur les formes que prennent les célébrations de pouvoir avec la crise de l’absolutisme et le constitutionalisme de Cadix ; le quatrième étudie la symbolique mise en place par le Libérateur San Martín ; le dernier, enfin, est consacré au culte bolivarien puis à son abandon.

3Le corpus de sources est riche et varié : récits de voyages et chroniques, éloges et autres discours, relations officielles de fêtes, articles de journaux, etc. Cela donne tout d’abord lieu à une retranscription très précise de la liturgie politique, depuis la restitution des paroles prononcées (serments, panégyriques,…) jusqu’à la description des gestes effectués (baisemains, lancers de pièces de monnaie,…), du signalement des différents espaces de la ville investis par les autorités (itinéraires des passations de pouvoir, des proclamations,…) au récit des divertissements organisés pour le peuple (jeux taurins, comédies,…), et de la peinture des objets utilisés dans les cérémonies (pennons, portraits,…) au tableau de l’architecture éphémère mise en place pour l’événement (arcs de triomphe, machines pyrotechniques,…).

  • 1  RIVIÈRE, C. Les liturgies politiques, Paris, PUF, 1988. ABÉLÈS, M. Anthropologie de l’État, Paris, (...)

4Ces passages descriptifs, dont la lecture est rendue fluide, alternent avec les moments d’analyse. À un premier niveau d’analyse, Pablo Ortemberg s’interroge sur les rituels de pouvoir comme structures de légitimation de l’autorité. À l’instar d’autres travaux relativement récents sur la ritualisation du politique – on pourra mentionner ceux de C. Rivière ou de M. Abélès1 que l’auteur ne cite pas – la recherche menée utilise librement les apports de l’anthropologie en convoquant M. Mauss ou V. Turner et ceux de la sociologie en puisant chez M. Weber, P. Bourdieu, N. Elias ou E. Gil Calvo. Ainsi, la notion de « double lien » développée par l’école de Palo Alto se voit par exemple réappropriée de façon tout à fait pertinente pour étudier les fêtes royales. On saluera également le recours à la pragmatique d’Austin pour l’étude de la mise en récit des rituels. Ce type de grille de lecture s’avère donc opérant, de même que les transpositions au Pérou des réflexions proposées par E. Kantorowicz sur la sacralisation du pouvoir du roi dans l’Europe médiévale ou celles proposées par M. Ozouf sur les symboles révolutionnaires français.

5Pour autant, Pablo Ortemberg ne se montre pas moins convaincant lorsqu’il adopte, à certains moments, une démarche plus empirique et autonome. Grâce à ses qualités d’analyse, en plus de la vaste palette d’outils méthodologiques qu’il mobilise et de la bibliographie plus spécifiquement péruaniste qu’il maîtrise (il n’oublie ni l’ouvrage de référence de K. Périssat sur l’histoire des cérémonies royales coloniales, ni les dernières études de N. Majluf sur la symbolique visuelle des cérémonies indépendantistes et républicaines), Pablo Ortemberg met au jour de façon très subtile les complexes hiérarchies sociopolitiques qui, par le biais des rituels, se dessinent et se redessinent, entre le pouvoir suprême, le pouvoir municipal, et le pouvoir religieux, mais aussi avec l’ensemble de la population, qu’il s’agisse des vecinos importants, des Indiens ou des castas. L’auteur prouve que ces hiérarchies sont constamment renégociées, en montrant que les rituels de pouvoir représentent un moyen de contrôle et d’unification de la part de l’autorité, mais qu’ils constituent également un espace de compétition symbolique entre les différents acteurs sociaux et contiennent toujours en eux-mêmes la possibilité de leur subversion. Il en conclut que le rituel de pouvoir est un immuable qui ne cesse cependant de s’adapter et de se réinventer.

6Comment se fait cette réinvention à plus long terme ? Telle est l’autre question que pose l’ouvrage, joignant à l’étude du temps court la réflexion sur la moyenne ou longue durée. Si certaines évolutions dans les rituels de pouvoir sont mises en évidence et fortement soulignées (militarisation, importance croissante des femmes), ce sont pourtant les continuités qui paraissent les plus frappantes au lecteur : on relève avant tout le parallèle établi entre les proclamations royales, la proclamation de la constitution de Cadix, et la proclamation de l’Indépendance. Cela offre, au final, une réflexion assez fine et nuancée sur la coexistence d’un changement politique et d’un maintien de certaines valeurs entre l’époque coloniale et l’époque républicaine. Pablo Ortemberg veut aborder cette question à travers le débat historiographique proprement péruvien sur « l’Indépendance concédée » lancé par H. Bonilla et K. Spalding dans les années 1970, quand il s’agit, bien plus largement, d’une contribution à l’analyse des ruptures et des continuités qu’a connues le monde hispano-américain en général dans son passage de l’Ancien Régime à la modernité politique. C’est d’ailleurs en ce sens que des comparaisons avec d’autres espaces de l’empire espagnol d’Amérique – autres que la seule ville de Buenos Aires, vraiment distincte de Lima, à laquelle se réfère régulièrement l’auteur – auraient été bienvenues, afin de donner toute sa portée à ce travail déjà fructueux.

7On insistera, en somme, sur l’intérêt que revêt l’ouvrage de Pablo Ortemberg pour les études latino-américaines. Par le biais d’une approche multidisciplinaire qui apparaît nécessaire en sciences sociales aujourd’hui, l’analyse des rituels de pouvoir ouvre de nouvelles perspectives de travail sur l’histoire de l’Amérique hispanique coloniale et indépendante.

Haut de page

Notes

1  RIVIÈRE, C. Les liturgies politiques, Paris, PUF, 1988. ABÉLÈS, M. Anthropologie de l’État, Paris, Armand Colin, 1990.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maud Yvinec, « Pablo Ortemberg, Rituels du pouvoir à Lima. De la Monarchie à la République », Amerika [En ligne], 8 | 2013, mis en ligne le 05 juin 2013, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://amerika.revues.org/3848

Haut de page

Auteur

Maud Yvinec

Université de Rennes 2

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo ERIMIT - Equipe de recherche interlangues : mémoire, identités, territoires
  • Les cahiers de Revues.org