Navigation – Plan du site
Comptes-rendus
Littérature

Mario Barrero Fajardo, Maqroll y compañía

Bogotá, Ediciones Uniandes, 2012
Chloé Tessier
Référence(s) :

Mario Barrero Fajardo, Maqroll y compañía, Bogotá, Ediciones Uniandes, 2012

Entrées d’index

Géographique :

Colombie
Haut de page

Texte intégral

1Mario Barreo Fajardo, professeur de littérature à la Universidad de los Andes, propose d’examiner dans son ouvrage Maqroll y compañía les différents éléments récurrents et les phases de la production littéraire de l’écrivain colombien Álvaro Mutis, dans une étude systématique qui parcourt l’ensemble de son œuvre dans l’ordre d’apparition des poèmes, récits, essais et romans. Le titre laisse entendre d’emblée que l’étude s’organise autour du personnage emblématique qu’est Maqroll el Gaviero – ce marin apatride qui sillonne mers et rivières sans jamais être capable de se fixer – que l’auteur prend comme fil conducteur pour analyser la genèse de la littérature mutisiana.

2L’ouvrage s’organise en deux parties ; il se présente comme un voyage dans l’univers littéraire de Mutis, composé de deux « étapes ». La « Primera jornada » s’intéresse à la naissance, à l’évolution et au rôle du personnage phare qu’est Maqroll, tout en recherchant les voix poétiques et narratives, autres que celles du marin, qui sont sous-jacentes dans sa production littéraire. La « Segunda jornada » s’attache quant à elle aux thèmes récurrents dans l’œuvre de l’écrivain : le voyage bien-sûr, mais aussi l’exil, le statut d’étranger et la misère de l’existence humaine ; il s’agit en somme de retracer la proposition « esthético-étique » que construit Mutis, grâce à ses personnages et au fil de son œuvre, pour exprimer son désespoir et sa désillusion face à la société moderne.

3Dans son étude de l’évolution du personnage de Maqroll dans la première partie      « Maqroll el Gaviero y la necesidad del otro », depuis son irruption dans les premiers poèmes jusqu’à la mort du héros et sa résurrection dans les derniers romans, l’auteur tente de clarifier la relation entre le personnage et l’écrivain. Si le gabier constitue indéniablement l’axe fondamental à partir duquel se construit la trame littéraire mutisiana, c’est parce que Mutis trouve dans le personnage de Maqroll l’autre voix dont il a besoin pour exprimer ce qu’il éprouve, pour transmettre sa vision du monde. Mario Barrero Fajardo décrit ainsi la projection de l’écrivain dans son héros, créature littéraire qui lui permet d’évoquer sa désillusion et son rejet du monde contemporain, et met en évidence la porosité des frontières entre la réalité et la fiction, entre l’auteur et la voix poétique. S’en suit alors une analyse sur la pluralité des voix dans la littéraire hétérogène de Mutis. Mario Barrero Fajardo propose ainsi une étude de ce qu’il appelle « el proyecto heteronímico mustisiano » dont Maqroll, hétéronyme de Mutis, est le point de départ. Observant comment l’écrivain joue avec ces voix au fil de ses œuvres, il décrit les différentes phases de la saga maqrolliana, fondamentalement liées au déplacement de la sphère poétique vers celle du roman, où la voix poétique glisse progressivement vers la voix narrative.

4Dans la deuxième journée, l’auteur propose une « nueva invitación al viaje », seconde lecture des œuvres de l’écrivain, où il présente une analyse de plusieurs thématiques – ou obsessions comme il les désigne – de l’univers littéraire de Mutis. Le voyage est bien sûr un thème récurrent ; en plus d’être une invitation à la pérégrination pour découvrir de nouveaux horizons, l’itinérance est présentée comme une métaphore de l’exploration introspective à laquelle se livrent les protagonistes, lancés dans une quête existentielle pour sonder les profondeurs de leur être. Largement abordés car placés au cœur de l’œuvre mutisiana, les thèmes de l’exil et de la condition d’étranger sont également examinés : caractéristique identitaire des protagonistes mutisianos, déracinés et sans repères, ils conditionneraient également la vie de Maqroll et de ses compagnons en réduisant leur sort à un destin d’errances.

5Mario Barrero Fajardo consacre enfin une large place au « désespoir » exprimé par les personnages lorsqu’ils prennent conscience de la misère de l’existence humaine – la vie ne serait qu’une suite de projets avortés – qu’ils acceptent avec résignation. Chacune des cinq conditions qui constituent selon Mutis la colonne vertébrale du paradigme du désespoir (proposée lors d’une conférence de 1965) est ici observée : la lucidité, l’impossibilité de transmettre à l’autre le scepticisme résultant de cette lucidité, la solitude, l’étroite relation avec la mort et les éphémères instants de bonheur. C’est finalement sur le personnage de Maqroll que se termine l’étude, personnage-clé qui incarnerait le mieux le désespoir mutisano et grâce auquel l’auteur parvient à traduire son regard désenchanté sur la société moderne.

6En s’appliquant à confronter ses observations aux multiples études déjà menées sur les œuvres de Álvaro Mutis et en illustrant son propos par de nombreux extraits, Mario Barrero Fajardo parvient à embarquer le lecteur dans les méandres de la pensée mutisiana et met en évidence la complexité du projet littéraire de l’écrivain.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Chloé Tessier, « Mario Barrero Fajardo, Maqroll y compañía », Amerika [En ligne], 7 | 2012, mis en ligne le 11 décembre 2012, consulté le 25 novembre 2017. URL : http://amerika.revues.org/3409

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo ERIMIT - Equipe de recherche interlangues : mémoire, identités, territoires
  • Les cahiers de Revues.org