Navigation – Plan du site
Comptes-rendus
Sciences sociales

Bernard Lavallé, Eldorados d’Amérique. Mythes, images et réalités

Payot, collection « Histoire », Paris, 2011, 297 p., bibl., index, ill.
Grégory Wallerick
Référence(s) :

Bernard Lavallé, Eldorados d’Amérique. Mythes, images et réalités, Payot, collection « Histoire », Paris, 2011, 297 p., bibl., index, ill.

Texte intégral

1L’ouvrage de Bernard Lavallé, intitulé Eldorados d’Amérique. Mythes, images et réalités, revient sur la genèse du mythe du pays de l’or, en Amérique, depuis Christophe Colomb jusqu’à la fin du XIXe siècle, sachant que l’un des motifs de la Conquista était la recherche de cette denrée si précieuse pour l’Europe et devenue rare dans les derniers siècles du Moyen Age. Suivant un découpage chronologique, l’ouvrage se compose de onze chapitres, chacun abordant différents moments de la confrontation de ce mythe à des réalités plurielles.

2Dans une courte introduction, l’auteur, s’appuyant essentiellement sur les mythes grecs, montre l’importance des trésors pour les civilisations depuis l’Antiquité. Il rappelle aussi les images qui ont longtemps concerné l’Amérique, notamment l’existence supposée de monstres issus de l’imaginaire collectif (sciapodes, acéphales). L’Ancien monde, derrière les couronnes de Castille et d’Aragon, doit chercher à vaincre ses « démons » pour rendre possible l’extraction, dans ce nouveau monde fraîchement découvert, du précieux métal. La découverte d’or, dès la rencontre avec les peuples antillais, permet à la péninsule ibérique d’affirmer sa domination en Europe. L’auteur décrit différents moments de la récolte aurifère, entre les pillages, les rançons et l’exploitation de la main d’œuvre locale, ainsi que le progressif déplacement de l’objet convoité, depuis l’Amérique conquise par les Espagnols jusqu’à la Californie et l’Alaska, en passant par le Sud du continent, par le Brésil. Les récits de Walter Raleigh, navigateur anglais, insistent sur l’abondance de l’or en Amérique, ce qui ne manque pas de renforcer ce mythe. Dès 1599, les graveurs De Bry, installés à Francfort, ajoutent au texte de Raleigh des illustrations entretenant l’illusion de cette abondance. Dans les récits de captures d’indigènes, les rançons permettaient de valoriser le précieux métal. La narration des événements est aisée à lire, fluide et allant à l’essentiel.

3Les peuples qui arrivent sur les terres d’Amérique exercent un pouvoir de domination sur les populations autochtones, les obligeant à fournir un travail toujours plus important, plus lourd, pour obtenir plus de métal. L’esclavage et l’apport d’esclaves africains (au sein de la traite négrière) semblent être les corollaires pour la recherche de l’or, mais aussi pour tout autre manière d’exploiter les terres d’Amérique. De plus, les puissances européennes (l’Espagne, le Portugal, puis la France, l’Angleterre), installées en territoire américain, ont amené, avec elles, les luttes faisant rage dans l’Ancien monde et qui avaient pour enjeu la domination sur plusieurs siècle de l’une sur les autres.

4L’ouvrage de Bernard Lavallé est richement illustré, avec dix-neuf images, cinq cartes et deux documents statistiques. Concernant les images, huit d’entre elles proviennent de la collection de voyages initiée par Théodore de Bry, en 1590, et intitulée les Grands Voyages, dont trente-quatre livres ont été publiés jusqu’en 1634, relatant l’installation progressive des Européens en Amérique, à partir des récits de voyages et de trois cent trente illustrations. Les De Bry semblent constituer pour l’auteur une source majeure, cependant non critiquée. Rappelons néanmoins qu’aucun des membres de la famille De Bry ne s’est rendu en Amérique, et leurs images ont donc moins de valeurs que celles d’un codex, comme celui de Florence, cité d’ailleurs une fois par Lavallé. Les images de l’ouvrage ne sont pas assez descriptives : elles figurent dans l’ouvrage pour illustrer une période, mais le texte explicatif ne les analyse pas. Elles semblent être mises là pour aérer le texte, contrairement à ce qu'enseigne Georges Didi-Huberman avec brio. De Bry, par exemple, n’apparaît pas une seule fois dans la démonstration, ne serait-ce que pour relativiser l’apport de ses productions, qui représentent 42 % des images du livre.

5D’autres sources comme des gravures allemandes, par exemple d’Eduard Hildebrandt ou de l’Ecole allemande, ainsi que des objets conservés dans des musées, sont toutefois utilisées. Des extraits sont cités, permettant de rendre compte du discours tenu par les « découvreurs », les conquistadores ou par les religieux. Ces sources ne font cependant pas l’objet d’une analyse critique. De toute évidence, l'objectif de B. Lavallé n'est pas l'analyse de l'iconographie, qui, dans ce livre, comme dans de nombreux ouvrages de vulgarisation, n'a d'autre but que d'illustrer le texte et de permettre au lecteur d'entrer dans l'univers des chroniques anciennes. Le grand mérite de l'auteur est de mettre à la disposition de tous ses lecteurs, y compris les historiens, une présentation rigoureuse, solide, et même savante des chroniques de cette époque.

6En conclusion, l’auteur insiste sur la persistance du mythe de l’Eldorado dans le temps. Puis l’or a été supplanté par l’argent, on est passé de la période de l’Eldorado à celle du Pactole. Finalement, l’auteur démontre que l’exploitation minière et l’esclavage sont au centre d’un système d’échanges mondial, conduisant à une américanisation du commerce, dominé par l’Europe.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Grégory Wallerick, « Bernard Lavallé, Eldorados d’Amérique. Mythes, images et réalités », Amerika [En ligne], 6 | 2012, mis en ligne le 21 juin 2012, consulté le 31 octobre 2014. URL : http://amerika.revues.org/3210

Haut de page

Auteur

Grégory Wallerick

Docteur en Histoire moderne de l’Université Lille III Charles de Gaulle

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Lira - Université de Rennes 2
  • Les cahiers de Revues.org