Navigation – Plan du site

El Valle nublado d’Abelardo Bonilla

La définition de l’identité nationale costaricienne à travers l’opposition entre culture populaire et culture savante
Mariannick Guennec

Résumés

Abelardo Bonilla participe à la construction de l’identité nationale avec son roman El Valle nublado, publié en 1944. Il y oppose la culture savante, représentée par le protagoniste, membre de l’élite et formé en France, et la culture populaire, que celui-ci découvre lorsqu’il rentre au Costa Rica et qu’il séjourne à la campagne. L’auteur réalise ainsi un travail de collectage. Mais l’opposition permet surtout de valoriser la culture populaire, endogène, et de dénoncer les aprioris de l’élite sur la société costaricienne. L’évolution du protagoniste - tout d’abord critique puis admiratif face aux traditions que la campagne a su préserver - suggère une réflexion que doit mener le lecteur, national ou étranger, sur ses propres préjugés.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1  Bonilla B. A., Antología de la literatura costarricense, San José, Editorial Stvdivm, Universidad (...)
  • 2  Pour le rôle de l’histoire littéraire dans la construction de l’identité nationale, voir Saldaña A (...)

1Abelardo Bonilla est célèbre au Costa Rica pour la publication en 1957 d’une anthologie de la littérature costaricienne en deux volumes, intitulée Historia y antología de la literatura costarricense. Le lecteur y trouve une justification à la publication du tome 2 en introduction. L’auteur explique qu’il veut « fournir au lecteur - national et surtout étranger - une vision adéquate du pays, des coutumes et de la culture costariciennes, à travers l’œuvre de ses principaux écrivains », y compris des auteurs dont la production est jugée comme faible esthétiquement mais « indispensable pour comprendre le pays1 ». Abelardo Bonilla participe ainsi à la définition du pays et à la construction de l’identité nationale qui émergent à la fin du xixe siècle2.

  • 3  Voir Rojas M., Ovares F., 100 años de literatura costarricense, San José, Farben, 1995, p. 32-35.
  • 4  Voir notre article Guennec M., « L’identité costaricienne à travers la langue dans les romans de l (...)

2Les débats ont fait rage en effet à partir de 1897 quant à l’emploi de la langue costaricienne, par opposition au castillan3. Que le dictionnaire de Carlos Gagini, Diccionario de Barbarismos y Provincialismos de Costa Rica, de 1892, devienne en 1919 Diccionario de Costarriqueñismos, rend compte de l’évolution de l’opinion des linguistes et, de manière plus générale, des intellectuels. La question de la langue se pose encore dans les années 1940, puisque les romans sont nombreux à être suivis de glossaires et autres lexiques, tandis que certains termes apparaissent en italique, mettant des spécificités de la langue costaricienne sur le même plan que des mots en anglais, en français ou en latin. À la fin de l’ouvrage, le lecteur trouve une « traduction » d’expressions, de déformations par rapport au standard castillan, mais aussi des définitions de plantes, d’animaux, de personnages légendaires, d’activités agricoles. Le lecteur visé par les romans est donc clairement un public national mais aussi international, comme dans l’introduction d’Abelardo Bonilla4.

  • 5  Les articles publiés au moment de la fête nationale reprennent toujours cette image de Juan Santam (...)

3Cependant, la définition de l’identité nationale va au delà d’une interrogation linguistique. Les discours politiques ont voulu construire un sentiment d’unité nationale autour de la guerre de 1856 et de son héros Juan Santamaría, à partir de 1885. Relayés par la presse, ils ont fait du paysan pauvre le symbole de l’« âme costaricienne ». À travers lui, le Costaricien est défini comme pacifique, catholique, respectueux de la famille, capable de prouesses pour sauver son pays5. La littérature s’interroge ensuite sur ce qui fait le Costa Rica. Toutefois, c’est le tableau d’un pays en crise qui est brossé au début du xxe siècle : crise morale tout d’abord, visible à travers la représentation des coutumes et traditions ; crise économique ensuite, avec la dénonciation de la misère et de l’exploitation, aussi bien à la campagne qu’à la ville. Ce tableau participe encore et toujours à la définition du pays.

4Abelardo Bonilla n’échappe pas à cette interrogation sur ce qu’est le Costa Rica lorsqu’il publie en 1944 son seul roman, El Valle nublado. Il y décrit le retour au pays de Fernando González après un long séjour en France, ses amours, ainsi que l’évolution de son attitude face à la culture populaire et à la culture savante. Nous allons voir comment se caractérisent ces deux cultures, en quoi consiste l’opposition, et comment l’auteur s’en sert pour définir l’identité nationale.

Une valorisation de la culture populaire

  • 6  Leiris M., Cinq études d’ethnologie, Paris, Denoël / Gonthier, 1969, p. 39. Cité par Martin D. (...)

5Prenons comme définition de la culture celle de Michel Leiris : un « ensemble complexe, matériel et immatériel, qui pèse, implicitement ou explicitement, sur le comportement des membres d’un groupe6 ». Pour la culture populaire, ce groupe est dans le cas présent composé presque exclusivement de paysans. Les formes matérielles et immatérielles sont traitées sous trois aspects : les légendes, la prière et la décoration des charrettes. Quant à l’analyse, elle évolue au fil du roman, mais avec des caractéristiques qui sont présentes chez d’autres auteurs de la même génération.

  • 7  Bonilla B. A., El Valle nublado, San José, Trejos hermanos, 1944, p. 289-295.
  • 8  Voir par exemple Dobles F. : Una burbuja en el limbo, San José, Editorial de la Universidad de Cos (...)

6Fernando González écoute un soir dans la cuisine de don Pedro, l’administrateur de la propriété de son oncle, quelques histoires racontées par la mère de celui-ci. Le petit-fils écoute au coin du feu la légende des « duendes », les anges chassés du paradis sans avoir pu atteindre l’enfer et qui errent dans les forêts et au bord des rivières, enlevant les enfants qui n’ont pas écouté leurs parents et se sont approchés de lieux qui leur étaient interdits7. Alors qu’une telle scène se trouve dans d’autres romans de la même génération, l’utilisation qui en est faite ici est particulière8. Il y a la volonté, de la part d’Abelardo Bonilla, de rendre compte de la culture populaire dans un travail qui se rapproche du collectage, que ce soit à propos de ces trolls ou de l’histoire du « Vieil homme de la montagne », « El Viejo de la Montaña », puisque le personnage principal parle de sa volonté de retrouver les traditions populaires. Il s’y ajoute un travail d’explication, à destination de l’enfant et du lecteur, pour expliquer qui sont les « duendes ». Par contre, le message moralisateur, bien qu’évident, n’est pas relevé. Il y a en revanche un rapprochement entre élite et peuple, lorsque Fernando songe à sa tante qui lui racontait les mêmes histoires, qui deviennent ainsi un élément de la culture nationale, et non plus seulement de la culture populaire. Ce rapprochement est d’ailleurs explicite lorsque le protagoniste parle du besoin de trouver une explication aux phénomènes naturels mystérieux, considérant que peuple et érudits agissent de la même manière, même s’ils recourent à des explications différentes :

  • 9  Bonilla B. A., El Valle nublado, op. cit., p. 294.

« Existe-t-il réellement une différence profonde entre les conceptions ou la nomenclature érudites et l’explication naïve du peuple ? Il me semble que toutes deux répondent à la même tendance de l’homme pour corriger son ignorance des lois de la nature. Peut-être que les paysans nous trompent moins que les philosophes et les savants »9

7Il y a alors une valorisation de la culture populaire de la part d’un homme qui représente la culture savante, comme nous le verrons ultérieurement. La différenciation porte sur la capacité d’analyse. Le rôle de l’écrivain est alors de décrire et devaloriser ce qui est généralement dénigré. La culture populaire, endogène, devient supérieure à la culture savante, exogène. Il s’agit de revenir aux racines, géographiquement (Fernando González rentre au Costa Rica après un séjour en Europe, puis quitte la capitale pour aller à la campagne) et historiquement (l’immuabilité de la campagne qui a su, elle, préserver les traditions).

8La deuxième tradition, celle de la prière collective, donne lieu à un travail similaire. La scène se déroule cette fois chez don Jacinto, le « gamonal », à la fois propriétaire terrien et autorité locale. Nous trouvons un tableau des personnes présentes : le propriétaire terrien et sa famille, d’autres propriétaires, le préfet, le curé, de nombreux paysans et, bien sûr, le « rezador », celui qui va diriger la prière et les chants pendant la cérémonie. Comme dans les légendes, Fernando montre de la curiosité pour une forme de culture populaire, dont il se distancie :

  • 10  Id., ibid., p. 238-239.

« Il sentait le besoin de se rapprocher de plus en plus des paysans, de connaître leur vie intime, et une fête comme celle-ci, qui sans doute les ferait sortir de leur mutisme et de leur secret profond, satisferait ses desseins »10

9Nous retrouvons, comme dans la tradition précédente, un travail qui se rapproche de celui de l’ethnologue. D’ailleurs, Fernando reste en retrait, observe, analyse, sans participer. Il n’en a pourtant pas l’objectivité, du moins au début. Il commence par critiquer le policier qui mène la cérémonie, trouvant son attitude aussi ridicule que son latin ou sa manière de transformer les chants de Noël castillans. Il adopte donc, dans un premier temps, une attitude que nous qualifierions d’ethnocentrique si Fernando n’était pas, lui aussi, costaricien, bien que formé en Europe. Orphelin, il a coupé le cordon ombilical avec sa famille mais aussi et surtout avec son pays (départ en Europe) et sa patrie (oubli de ses traditions et méconnaissance des spécificités culturelles des paysans). L’analyse évolue ensuite vers une généralisation :

  • 11  Id., ibid., p. 242-243.

« Tout rite a ce même sens du spectaculaire, qui se transcende en sensation de farce, plus ou moins accentuée selon la culture et les coutumes de ceux qui les pratiquent. Ici au moins, l’acte n’avait pas de sens transcendant. C’était plutôt une fête. Fernando comprenait la prière comme un acte intime, non comme un acte rituel. Les paysans, sans doute avec leur sens réaliste venu de la terre, donnaient à la prière et à tous les actes religieux en général un caractère festif. Chez les peuples païens, avec leur esprit panthéiste, la fête est l’expression naturelle du sentiment religieux, mais il lui semblait découvrir ici quelque chose de différent de l’exaltation de cet esprit et des sens. »11

10Nous trouvons ici des éléments introduits par les frères Grimm et Herder : primitivisme, communautarisme et purisme. Nous avons en effet la présentation de la cérémonie comme une tradition rémanente, collective, paysanne. Néanmoins, l’analyse se poursuit :

  • 12  Id., ibid., p. 244.

« La joie de l’unité mystique s’exprimait par la fête, qui devenait ainsi, plus que la manifestation panthéiste de l’âme primitive, un acte symboliquement humain de conformité terrestre »12

11Selon Fernando, la cérémonie est considérée par ceux qui y participent comme la représentation d’un égalitarisme face à Dieu, ce qui est admis par les paysans les plus pauvres comme les plus riches. Nous retrouvons alors, en filigrane, les caractéristiques du Costaricien telles qu’elles étaient clamées par les hommes politiques de la fin du xixe et que nous avons évoquées en introduction : monde paysan, pacifique, religieux, égalitariste. Toutefois, la distanciation de Fernando suggère que cette description élaborée par les leaders politiques à partir de la fin du xixe siècle ne correspond pas à la réalité. Si les paysans participent à une cérémonie religieuse, celui qui officie n’est pas un prêtre mais un policier, dans un mauvais latin, en présence du curé de la paroisse, dans un relent de paganisme qui ôte au prêtre son rôle central dans la religion. L’égalitarisme est face à Dieu ; il n'en reste pas moins vrai que certains acteurs sont membres des classes populaires et d'autres des classes savantes. Fernando lui-même n’appartenant pas au monde paysan mais cherchant à le connaître, la distanciation instaurée permet au lecteur, de culture savante ou étranger, de s'identifier au protagoniste. Celui-ci joue un rôle comparable à celui de l’ingénu dans Zadig ou Les lettres persanes : la méconnaissance, la non appartenance à un groupe, permet d’en décrire les spécificités, qu’il y ait ou non comparaison avec la culture propre. Il n'y ajoute pas une dimension politique, contrairement à d’autres auteurs comme Manuel de Jesús Jiménez avec Cuadros de costumbres (1902), Aquileo Echeverría dans ses Concherías (1904), ou Fabián Dobles dans Aguas turbias (1943) ; la corruption du clergé par exemple n’est pas abordée. En outre, contrairement à Dobles, Abelardo Bonilla n’adopte pas le point de vue des paysans mais celui de l’élite qui étudie les coutumes paysannes. Il en va de même pour l’examen des décorations des charrettes.

12Alors qu’il est en train de diriger les travaux de défrichage d’une zone offerte par son oncle, Fernando découvre des charrettes peintes, symboles encore aujourd’hui du Costa Rica, même si c’est maintenant à destination des touristes :

  • 13  Id., ibid., p. 180.

« Il savait que les paysans au Costa Rica décoraient les charrettes, mais il n’avait pas prêté attention jusque-là au fait, alors qu’il était sans doute unique en Amérique. Et il fut enthousiasmé par les tons brillants de deux charrettes […]. C’était une décoration toute simple, à base de figures géométriques - des losanges, des triangles et des lignes épaisses - qui étaient répétées de manière parfaitement symétrique et avec des couleurs vives contrastées. Il interrogea les paysans, mais ils ne lui fournirent pas une explication satisfaisante. Il s’agissait apparemment d’un héritage indigène, même si aucun des motifs de décoration des poteries indiennes n’apparaissait ici. Cela ressemblait plus aux décorations sculptées sur les retables coloniaux espagnols, qui étaient encore conservés dans certaines vieilles églises du pays. […] Cela posait un problème psychologique à Fernando. En l’analysant, il se souvenait que les couleurs vives étaient le propre des races primitives, l’Indien et le Noir en particulier. La ville et la civilisation tendent à diminuer les tons et à uniformiser les couleurs. »13

13L’opposition entre la ville et la campagne, la civilisation et les cultures primitives, tourne pour la première fois à l’avantage du monde paysan. Nous en sommes déjà à la deuxième moitié du roman. Le peuple est digne d’intérêt alors que, jusque-là, Fernando n’était que critiques à son encontre. Pourtant, comme pour la prière, le standard espagnol est la référence et le primitivisme est de mise. Le communautarisme apparaît dans la généralisation. Toutefois, il est corrigé par la suite, lorsqu’il est indiqué qu’un homme est à l’origine des dessins. L’inventeur est appelé ñor Remigio et non don Remigio ce qui indique qu’il est lui-même issu du peuple et non de l’élite. Ses dessins ont ensuite été copiés par d’autres paysans. Il est frappant de noter que l’information semble avoir aussi peu d’importance que le fait que, dans la prière, un homme crée les chants et les prières. Pour Fernando, l’important est ce qu’il en tire comme conclusion sur les paysans : ils sont capables d’émotion et de créativité, même si celle-ci se limite aux arts : contes, chants, peinture, cette dernière étant elle aussi associée à la musique puisque les charrettes, pour bien se vendre, doivent « chanter » :leurs roues doivent émettre un son harmonieux et propre à chaque charrette. L’auteur, quant à lui, pose des jalons pour une mise en avant progressive de la culture paysanne. Des spécificités, de la créativité, il va pouvoir passer progressivement à l’émerveillement et à la préférence, alors qu’il y avait au contraire dénigrement et distanciation critique au début du roman.

  • 14  Id., ibid., p. 170.

14Si Fernando insiste tant sur l’émotion, c’est que ses premières observations l’amènent à considérer les ouvriers agricoles comme dépourvus de sentiments et de sensations. Il insiste sur leur mutisme, leur manque d’activité intellectuellequi expliquerait leur incapacité à rester inactifs physiquement. Fernando se demande même s’ils ont une âme14. Nous trouvons ainsi quatre pages de commentaires sur l’opposition entre homme civilisé et homme primitif, le premier étant doué de raison, le deuxième s’abandonnant aux superstitions et autres croyances irrationnelles, c’est-à-dire à la sorcellerie, au fétichisme et à l’attraction du merveilleux. Quant au paysan, il le compare aux peuples primitifs, par des similitudes ou des différences, avant d’arriver à une première conclusion :

  • 15  Id., ibid., p. 172.

« […] l’expérience logique et matérialiste était plus importante chez les paysans que l’expérience mystique et affective. Ce n’était donc pas la forme des fonctions mentales primitives qui dominait chez eux, mais une étape primaire et maladroite de la forme civilisée. […] Chez le paysan, les caractéristiques essentielles sont le manque de confiance, le côté bourru, la lenteur mentale. Mais l’analyse ne satisfaisait pas complètement Fernando, parce qu’elle l’amenait à des conclusions trop générales. La mentalité des paysans était très complexe et lui paraissait une forêt vierge. »15

  • 16  Abelardo Bonilla ne va jamais aussi loin que Max Jiménez dans El Jaúl, publié en 1937, qui insist (...)

15L’étude des charrettes, avec le plagiat des motifs qui est considéré comme un premier signe d’émotion, la discussion avec un paysan qui permet à Fernando de découvrir la violence et l’alcoolisme16, puis sa présence à la prière, et enfin à la soirée des contes, l’amènent peu à peu à réviser son opinion sur les paysans qui travaillent pour son oncle. Il s’éloigne ainsi de ses a priori pour valoriser progressivement la culture populaire, en des termes qui rappellent ceux d’Ariel à propos des Latino-américains : mise en valeur des facultés artistiques, des capacités à s’émouvoir. Il reste toutefois une distanciation très nette : le point de vue est extérieur, essentiellement critique, et Fernando se considère comme supérieur à ceux qui sont pourtant ses compatriotes parce qu’il est capable d’analyse, avec des références à l’histoire ou à d’autres pays, autrement dit à l’Europe. Celle-ci est en effet en partie à l’origine de ses préjugés et une source répétée de comparaisons dans la première moitié du roman, comparaisons toujours négatives pour le Costa Rica.

Une culture savante pleine de préjugés

16Lorsque Fernando rentre d’Europe, il veut étudier son pays en toute objectivité. Ses premières réactions sont pourtant bien différentes. Nous avons ainsi une culture savante qui se définit à travers les analyses de Fernando.

  • 17  Id., ibid., p. 32-33.

17Le roman commence sur le bateau qui ramène Fernando d’Europe, et plus précisément de France, où il a fait son doctorat. Ce simple fait rattache immédiatement Fernando à l’élite. Les éléments biographiques disséminés dans le roman le confirment : il est né à Cartago, une des principales villes de la Vallée centrale avant sa destruction par un tremblement de terre en 1910, en lutte contre San José pour devenir la capitale après l’Indépendance. Il a été élevé par son oncle après le décès de ses parents, un oncle grand propriétaire terrien qui s’est consacré à la vie politique, judiciaireet aux affaires17. Comme son oncle, Fernando veut se lancer dans la politique à son retour de France, même s’il change rapidement d’avis. Il devient propriétaire terrien, tout en déclarant ne pas donner de valeur à la propriété. Au début du roman, il fait de nombreux séjours à San José. C’est là qu’il rencontre un homme politique influent, qu’il se rend au Club central, le rendez-vous de l’élite, qu’il assiste à un concert au Théâtre national, considéré comme un haut lieu de la culture. Son appartenance à la classe dirigeante ne fait donc aucun doute. Il va ainsi, par son attitude et ses réflexions, définir la culture savante, le terme « culture » revenant souvent dans les propos du narrateur et du protagoniste.

  • 18  Id., ibid., p. 78.
  • 19  Id., ibid., p. 70.
  • 20 Id., ibid., p. 58-59.
  • 21  Id., ibid., p. 81.
  • 22  Id., ibid., p. 72.

18Pour l’élite, l’Europe est à chaque fois une source de comparaisons. L’éducation est critiquée parce qu’elle cherche à se débarrasser de la discipline européenne et reste très superficielle18. La vie politique est blâmée pour son « patriarcalisme démocratique » alors qu’en Europe dominent « le sérieux et la conformité respectueuse de tous »19. La ville en Europe « a un caractère géométrique et reposant, technique et culture, et la campagne la suit docilement, conquise elle aussi par l’effort de l’homme. La ville en Amérique est une tentative contre la nature, qui n’a pas encore réussi20 ». Même les conversations ne présentent pas d’intérêt, se limitant à l’anecdotique, à part avec quelques autodidactes et des personnes formées en Europe21. Ce sont en outre les événements qui se déroulent en Europe pendant la seconde guerre mondiale qui servent de repères chronologiques : Munich, Dunkerque, reddition de la France, entrée des États-Unis dans la guerre. Dans la première partie du roman, qui en compte trois, une phrase résume l’attitude de Fernando face à l’art, mais aussi face à son pays de manière générale : « son goût européen rejetait le vernaculaire22 ». Pourtant, Fernando se différencie par sa volonté d’étudier l’ensemble de son pays et il s’éloigne de plus en plus de la ville pour se consacrer à la campagne et à ses habitants. Comme nous l’avons dit précédemment, le fait qu’il appartienne à l’élite et qu’il cherche à connaître la culture populaire en fait un guide pour le lecteur qui est ainsi amené à parcourir le même chemin que lui, à dépasser ses a prioripour s’intéresser à ce qui est habituellement dénigré. Il est le lien entre deux mondes, une sorte de cordon ombilical qui se reconstitue.

19Lorsqu’il rentre au Costa Rica, le projet de Fernando est clair :

  • 23  Id., ibid., p. 11-12.

« […] il était précisément prêt à se défaire du colonialisme mental que produit chez les Américains la fascination pour l’Europe, afin d’étudier l’Amérique avec une vision élargie, mais depuis un point de vue immédiat et réaliste. Il savait que l’Europe était un autre monde et il s’enorgueillissait, surtout, d’avoir réussi à se libérer de la compréhension unilatérale des choses et de porter son intérêt sur ce qui lui appartenait par tradition et conviction. »23

  • 24  Un parallèle peut être fait avec la situation en Espagne à la fin du xixe siècle. Rodríguez J. C.(...)

20Le séjour en Europe est ainsi considéré comme nécessaire pour parfaire la culture mais aussi pour avoir un regard extérieur sur son pays. Les comparaisons de moins en moins récurrentes au fil du roman entre l’Europe et le Costa Rica indiquent que Fernando atteint progressivement son objectif d’analyser son pays dans son ensemble, en se défaisant de la référence européenne. C’est le retour aux sources, à l’origine24. Ses amours sont ainsi symboliques de son intérêt croissant pour son pays : après avoir été attiré par la beauté nordique d’une Allemande, Elly Brünnaeur, et avoir embrassé une Anglaise, Margaret Gladwyn, Fernando s’éprend d’une ancienne conquête costaricienne de l’élite, Helena. Le roman se termine sur les débuts de sa relation avec Lina, la fille de l’administrateur de son oncle. Les études qu’elle a suivies au Collège de jeunes filles, sans les terminer, la rapprochent de la culture savante, tout en symbolisant par le métier de son père le monde agricole.

  • 25  En cela, Abelardo Bonilla est caractéristique de sa génération qui, même si elle situe les actions (...)

21La vision d’ensemble se note d’un point de vue géographique et sociologique. Même si cela n’occupe que quelques pages, l’ensemble du pays est abordé. Fernando accoste dans la région atlantique, évoquant les Noirs qui y travaillent et la végétation qui lui semble moins luxuriante que dans son souvenir. Il se rend également dans la région pacifique pour vendre un terrain de son oncle, passant rapidement à Golfito puis Quepos et Parrita, où il est frappé par l’alcoolisme, la misère et l’abrutissement des ouvriers de la compagnie bananière. Sociologiquement, il s’intéresse à l’élite et aux paysans, tandis que la population la plus pauvre occupe quelques lignes25.

  • 26  Bonilla B. A., El Valle nublado, op. cit., p. 143.
  • 27  Voir ce qui se passe en Espagne à la fin du xixe siècle, avec un processus similaire. Rodríguez J. (...)

22Toutefois, la méthode pour étudier cet ensemble est jugée a posteriori inadéquate. Fernando, à la moitié du roman, considère qu’il aurait d’abord dû commencer par ce qu’il appelle « l’étape réaliste », autrement dit l’étude de la campagne, pour finir par « l’étape culturelle », c’est-à-dire la formation au Costa Rica et surtout en Europe26. La base de toute analyse est donc la campagne, la culture populaire, sans lesquelles il est impossible de comprendre le pays et de le juger correctement. L’origine de l’identité nationale est liée à un lieu dont la connaissance est indispensable pour comprendre l’esprit du peuple, son histoire et son évolution27. Fernando décide ainsi de s’éloigner de la ville pour se ressourcer à la campagne :

  • 28  Bonilla B. A., El Valle nublado, op. cit., p. 135.

« Il reviendrait à la ville quand l’acclimatation serait plus complète ; par conséquent il étudierait dans la vaste et sage école de la campagne, qui était la manifestation première et authentique du pays ; il se baignerait dans l’émotion de la terre et il y découvrirait ce qu’il y a de profond, humain et permanent. »28

23De cette façon, il y a une valorisation de la culture populaire par la culture savante, tandis que les élites sont critiquées si elles n’arrivent pas à prendre en compte l’ensemble de la population. Cette critique porte en particulier sur les écrivains :

  • 29  Id., ibid., p. 60.

« Nous ne voulons pas nous plonger dans cette réalité douloureuse de nos campagnes. Pas même les artistes. Les poètes et écrivains qui les ont décrites l’ont fait de manière conventionnelle, avec une vision fausse. Et ce dans toute l’Amérique. Ils nous offrent un créolisme de façade. Les couleurs criardes et le folklorisme linguistique. La majorité se contente d’exploiter le paysage et oublie l’homme ou l’aborde en fonction du paysage. […] De même notre politique est formaliste. Il est nécessaire de la transformer, d’organiser les minorités et de les y intéresser, de lui donner un caractère national. »29

24L’opposition entre culture européenne et culture costaricienne, entre culture savante et culture populaire, prend alors tout son sens. Les deux sont considérées comme indispensables pour comprendre le pays et rendre compte de ses spécificités. Fernando et l'homme politique qu'il rencontre ayant été formés en Europe, ils ne connaissent que partiellement le Costa Rica et leur projet politique est par conséquent voué à l'échec. Nous pouvons comparer cette réflexion à une autre qui est publiée dans l’anthologie d’Abelardo Bonilla, où il choisit un de ses articles portant sur l’attitude politique des Costariciens :

  • 30  Bonilla B. A., Antología de la literatura costarricense, op. cit., p. 286.

« Nos paysans manquent à la fois d’ironie et d’enthousiasme et ont très peu de personnalité : ils sont silencieux ou d’une expression très élémentaire, méfiants face à l’homme de la ville, timides et indécis. C’est le caciquisme qui a primé durant de nombreuses années, et les propagandistes politiques opéraient principalement sur l’homme riche, le propriétaire, qui était suivi aveuglément par ses ouvriers agricoles et ses débiteurs. »30

25Nous retrouvons ici les mêmes caractéristiques que celles qui sont présentées dans le roman. En revanche, les conséquences sont exprimées beaucoup plus clairement, puisque l’essai porte sur l’attitude des Costariciens face à la politique. C’est la question de la démocratie au Costa Rica. Toutes les remarques sur la passivité, le manque de réactivité, de réflexion, autrement dit tout ce qui pèse sur les paysans, pour reprendre la définition de Michel Leiris, prend alors une valeur politique. Si on considère que le roman est publié au moment où les tensions montent entre l’opposition et le gouvernement de Rafael Ángel Calderón Guardia, associé aux communistes, l’intérêt pour la culture populaire va en effet bien au-delà du folklore. Abelardo Bonilla se rapproche ainsi d’autres auteurs contemporains qui abordent eux aussi la question de la conscience politique de la population : Carlos Luis Fallas avec Mamita Yunai (1941), José Marín Cañas avec Pedro Arnaéz (1942), Fabián Dobles avec Aguas turbias (1943). Toutefois, il adopte le regard de l’élite pour mieux le faire évoluer, au lieu de celui du « peuple », composé des paysans, comme chez Bonilla, mais aussi des marginaux ou des ouvriers des grandes exploitations agricoles, respectivement chez Dobles et Fallas.

26L’opposition entre culture savante et culture populaire dans le roman d’Abelardo Bonilla a donc de nombreuses valeurs. D’une part, elle permet de montrer comment l’élite se distancie de la réalité nationale en étudiant en Europe et en en revenant avec une grille de lecture de la société nationale complètement inadaptée et méprisante. En choisissant un narrateur extra-diégétique et un protagoniste dont l’opinion évolue au cours du roman, en faveur de la culture populaire, Abelardo Bonilla se démarque de cette façon de procéder et donne un exemple d’attitude à adopter. L’auteur tire profit de la recherche identitaire du protagoniste, orphelin, entre Europe et Costa Rica, culture savante et culture populaire. Les préjugés sont dépassés par une étude qui permet de mettre en valeur la culture populaire. Toutefois, la mise à mal de certains stéréotypes ne va pas aussi loin que chez d’autres auteurs de la génération de 1940, comme dans El Jaúl de Max Jiménez (1937). Les principales caractéristiques de la population costaricienne définies par les hommes politiques du xixe siècle ne sont guère dépassées. Malgré tout, l’opposition entre culture populaire et culture savante souligne la nécessité de tenir compte de l’ensemble du pays et des classes sociales avant de pouvoir se faire un point de vue. En cela, Abelardo Bonilla s’inscrit dans une génération qui veut ouvrir la littérature à des zones extérieures à la Vallée centrale, incorporant des métiers et des personnages différents du traditionnel paysan blanc même si, là encore, la place occupée par les ouvriers agricoles des grandes compagnies bananières ou par les artisans est très limitée. Enfin, l’opposition prend une valeur politique lorsqu’on la replace dans le contexte politique et littéraire de publication du roman. Si nous considérons que le personnage principal fait partie de l’élite, que c’est uniquement son point de vue qui est adopté, nous pouvons considérer que le lecteur visé appartient lui aussi à la classe aisée. Ce sont donc les intellectuels et les hommes politiques en particulier etles classes dominantes en général, qui sont invités à réfléchir sur leurs préjugés sur la société costaricienne, par la description et l’opposition entre culture populaire et culture savante.

Haut de page

Bibliographie

Bonilla B., Abelardo, Antología de la literatura costarricense - 1957 - San José, Editorial Stvdivm, Universidad Autónoma de Centro América, 1981.

Bonilla B., Abelardo, El Valle nublado, San José, Trejos hermanos, 1944.

Guennec, Mariannick, « Les répercussions du conflit de 1856 et de la guerre civile de 1948 sur la (re)construction de l’identité nationale costaricienne », in Michaud M.-C. et Delhom J. (sous la direction de) : Guerres et Identités dans les Amériques, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2010, pp. 197-208

Rojas, María ; Ovares, Flora, 100 años de literatura costarricense, San José, Farben, 1995.

Romero Tobar, Luis (editor), Literatura y nación. La emergencia de las literaturas nacionales, Zaragoza, Prensas Universitarias de Zaragoza, 2008.

Haut de page

Notes

1  Bonilla B. A., Antología de la literatura costarricense, San José, Editorial Stvdivm, Universidad Autónoma de Centro América, 1981, p. 5-6.

2  Pour le rôle de l’histoire littéraire dans la construction de l’identité nationale, voir Saldaña A., “Notas para una crítica del nacionalismo cultural” in Romero Tobar L. (editor), Literatura y nación. La emergencia de las literaturas nacionales, Zaragoza, Prensas Universitarias de Zaragoza, 2008, p. 107 :

« Quoi qu’il en soit, il y a lieu d’affirmer que le xixe siècle s’est caractérisé par un fort développement de la politique identitaire nationale […] basée sur le concept politique d’État national et sur le nationalisme culturel et qu’il a favorisé le développement de disciplines comme la philosophie et l’histoire littéraire. C’est ainsi qu’à la fin du xixe siècle l’historiographie littéraire se présente comme une discipline désormais consolidée sur la base de la poétique romantique et ses modèles d’inspiration nationaliste, et l’objet de son étude - la littérature – est considérée comme une manifestation particulière supplémentaire de l’ « esprit du peuple » ou « esprit national » (ce que les romantiques allemands appelaient Volksgeist lorsqu’ils se référaient à l’idée de nation en tant que communauté de culture et de langue). »

3  Voir Rojas M., Ovares F., 100 años de literatura costarricense, San José, Farben, 1995, p. 32-35.

4  Voir notre article Guennec M., « L’identité costaricienne à travers la langue dans les romans de la première moitié du XXe siècle », in Fourtané N. et Guiraud M. (sous la direction de) : L'identité culturelle dans le monde luso-hispanophone, Nancy, Presses universitaires de Nancy, 2005, pp. 501-511.

5  Les articles publiés au moment de la fête nationale reprennent toujours cette image de Juan Santamaría. Voir Guennec M., « Les répercussions du conflit de 1856 et de la guerre civile de 1948 sur la (re)construction de l’identité nationale costaricienne », in Michaud M.-C. et Delhom J. (sous la direction de) : Guerres et Identités dans les Amériques, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2010, pp. 197-208.

6  Leiris M., Cinq études d’ethnologie, Paris, Denoël / Gonthier, 1969, p. 39. Cité par Martin D. -C., « Cherchez le peuple. Culture, populaire et politique », Critique internationale n° 7, avril 2000, p. 170.

7  Bonilla B. A., El Valle nublado, San José, Trejos hermanos, 1944, p. 289-295.

8  Voir par exemple Dobles F. : Una burbuja en el limbo, San José, Editorial de la Universidad de Costa Rica, Editorial de la Universidad Nacional, 1993, t. II, p. 22-25.

9  Bonilla B. A., El Valle nublado, op. cit., p. 294.

10  Id., ibid., p. 238-239.

11  Id., ibid., p. 242-243.

12  Id., ibid., p. 244.

13  Id., ibid., p. 180.

14  Id., ibid., p. 170.

15  Id., ibid., p. 172.

16  Abelardo Bonilla ne va jamais aussi loin que Max Jiménez dans El Jaúl, publié en 1937, qui insiste sur la violence, l’alcool, les viols, l’inceste…

17  Id., ibid., p. 32-33.

18  Id., ibid., p. 78.

19  Id., ibid., p. 70.

20 Id., ibid., p. 58-59.

21  Id., ibid., p. 81.

22  Id., ibid., p. 72.

23  Id., ibid., p. 11-12.

24  Un parallèle peut être fait avec la situation en Espagne à la fin du xixe siècle. Rodríguez J. C., “Las literaturas nacionales o el ombligo de los espíritus” in Romero Tobar L. (editor), op. cit. , p. 69 :

« Le foyer – la Castille d’Azorín – se transformait en Volksgeist, un esprit du peuple, qui trouvait sa chaleur en s’enracinant dans – et en s’accrochant à – l’image d’être toujours aux origines de l’esprit européen depuis sa naissance à l’époque romaine ».

L’esprit européen est ici remplacé par un esprit costaricien, sans dimension panaméricaine.

25  En cela, Abelardo Bonilla est caractéristique de sa génération qui, même si elle situe les actions surtout dans la Vallée centrale, là où vit la majorité de la population, étend le lieu où se déroule l’action à d’autres régions : atlantique pour Mamita Yunai (1941), de Carlos Luis Fallas, et Puerto Limón (1950) de Joaquín Gutiérrez ; région pacifique pour Manglar (1947) du même auteur. De même, les ouvriers, les marginaux, occupent l’espace, alors que le monde agricole était le seul à être considéré comme digne d’intérêt au début du siècle. Voir en particulier Ese que llaman pueblo de Fabián Dobles (1940).

26  Bonilla B. A., El Valle nublado, op. cit., p. 143.

27  Voir ce qui se passe en Espagne à la fin du xixe siècle, avec un processus similaire. Rodríguez J. C., op. cit. , p. 31 : « […] le foyer (la patrie des ancêtres) est toujours lié à un lieu géographique, à un paysage immuable, celui de l’origine / du nombril qui est le seul à savoir se renouveler lui-même, se prolonger comme une naissance, une renaissance (…). Par contre face au lieu / foyer du paysage géographique (la Castille d’Azorín, le Canigou de Verdaguer) apparaît l’histoire comme quelque chose qui nous redécouvre et nous change, nous fait nous voir de manière différente, nous amène à ne plus nous regarder le nombril mais à regarder avec d’autres yeux les réalités concrètes ».

28  Bonilla B. A., El Valle nublado, op. cit., p. 135.

29  Id., ibid., p. 60.

30  Bonilla B. A., Antología de la literatura costarricense, op. cit., p. 286.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mariannick Guennec, « El Valle nublado d’Abelardo Bonilla », Amerika [En ligne], 6 | 2012, mis en ligne le 21 juin 2012, consulté le 22 décembre 2014. URL : http://amerika.revues.org/3159 ; DOI : 10.4000/amerika.3159

Haut de page

Auteur

Mariannick Guennec

Université de Bretagne-Sud (Lorient), HCTI EA 4249
Mariannick.guennec@univ-ubs.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Lira - Université de Rennes 2
  • Les cahiers de Revues.org