Navigation – Plan du site

Figures populaires et formes savantes

La quête de l´équatorianité dans El éxodo de Yangana d´Ángel Felicísimo Rojas
Emmanuelle Sinardet

Résumés

Les années trente signifient, en Équateur, une crise sans précédent, économique et politique mais aussi culturelle et identitaire, où l´idéal de nation équatorienne même semble menacé. C´est toute une génération d´intellectuels et d´artistes qui se penche alors sur la question de l´identité nationale, l´équatorianité, pour mener à bien une quête identitaire qui se veut aussi la défense d´un projet de reconstruction de la nation. Le roman d´Ángel Felicísimo Rojas, El éxodo de Yangana, illustre cette démarche. Il valorise les éléments d´une culture populaire présentée comme le support même de l´équatorianité. Mais les figures de cette culture populaire y font aussi l´objet d´une réélaboration complexe, qui permet à la narration d´atteindre une portée universelle relevant d´une culture académique. Le motif de l´exode articule la double dimension populaire et savante. Ce faisant, il contribue à créer un mythe fondateur du nouvel Équateur à construire.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Cueva, Agustín, « El Ecuador de 1925 a 1960 », Nueva Historia del Ecuador, Época Republicana IV,Qu (...)
  • 2  Voir les essais de Luna Tamayo, Milton, Los movimientos sociales en los treinta : el rol protagóni (...)
  • 3  À ce sujet, voir notamment Sinardet, Emmanuelle, « La redécouverte de l’Amazonie : Amazonie, équat (...)

1Les années trente signifient, en Équateur, une crise sans précédent, économique et politique mais aussi culturelle et identitaire, où l´idéal de nation même semble menacé1. C´est toute une génération d´intellectuels et d´artistes qui questionne alors l´équatorianité, pour mener à bien une réflexion identitaire qui se veut aussi la défense d´un projet de reconstruction de la nation2. Socialistes pour la plupart, les auteurs de la génération des années trente défendent une écriture engagée, prétendant donner à voir toute la vérité, même crue et sordide, des conditions de vie de ceux qui forment, selon eux, le cœur de la nation : les secteurs populaires, indiens, cholos, montuvios. Il ne s´agit pas seulement de défendre un projet politique, mais de montrer qu´il existe une culture populaire susceptible de nourrir une culture nationale originale3.

  • 4  Rojas, Ángel Felicísimo, El éxodo de Yangana -1949-, Quito : Libresa, 1989. Nous avons traduit en (...)

2Le roman d´Ángel Felicísimo Rojas, El éxodo de Yangana, rédigé entre 1938 et 1940, publié en 1949 à Buenos Aires, illustre cette démarche4. Il se penche sur le quotidien du petit village de Yangana, qui vit modestement de l´agriculture dans la province de Loja, au cœur d´une sierra isolée, aux confins de la forêt tropicale. Il recrée les gestes simples, le parler mais aussi les croyances et superstitions qui permettent au lecteur de pénétrer la cosmogonie d´une région dont l´auteur est originaire. Ce dernier entend faire connaître - et reconnaître - une culture rurale méprisée par les élites nationales.

3Pourtant, les figures de cette culture populaire font l´objet d´une réélaboration complexe ; la narration atteint une portée universelle relevant d´une culture savante. Nous tenterons de comprendre comment le motif de l´exode articule la double dimension populaire et académique, afin de cerner dans quelle mesure il contribue à créer un mythe fondateur du nouvel Équateur à construire. Il s´agira ainsi d´observer comment le jeu habile de références littéraires et bibliques sublime les éléments populaires.

1. – Une culture populaire et rurale

1.1. – La génération des années 1930 et les types populaires

  • 5  Adoum, Jorge Enrique, La gran literatura ecuatoriana del 30, Quito : El Conejo, 1984 ; Balseca, Fe (...)

4Les écrivains à l’origine du renouveau de la littérature équatorienne forment un mouvement que la critique a appelé la génération des années 30, rassemblant Joaquín Gallegos Lara (1909-1947), Demetrio Aguilera Malta (1909-1981), Enrique Gil Gilbert (1912-1973), José de la Cuadra (1903-1941), Alfredo Pareja Diezcanseco (1908-1993), Adalberto Ortiz (1914-2003), Pedro Jorge Vera (1914-1999), Jorge Icaza (1906-1978) et Ángel Felicísimo Rojas (1909-2003). Presque tous membres du Parti Socialiste, ils s’identifient aux intérêts des secteurs populaires, à travers le destin implacable des figures du travailleur pauvre rural et urbain, du petit paysan, de l’ouvrier, du cholo, du montuvio ou de l´Indien. La trajectoire funeste de ces types, symboles du groupe social qu´il sont censés incarner, dénonce la survivance d’un système de domination hérité de l’époque coloniale ainsi que les effets destructeurs de la crise économique. Ces œuvres engagées, avec violence, offrent un panorama général des conditions de vie de l’Équateur comme un tout social mais aussi humain, qui puise sa cohésion dans une réalité populaire qui est aussi culturelle5.

  • 6  Icaza, Jorge, « Relato, espíritu unificador en la generación del año 30 », Revista Iberoamericana, (...)
  • 7  Donoso Pareja, Miguel, Los grandes de la década del 30, Quito : El Conejo, 1985.

5En effet, au-delà de la dénonciation des abus dont les personnages sont victimes, le réalisme social de la génération des années 30 s’intéresse à une culture populaire ignorée par les écrivains précédents et les élites au pouvoir6. Il s’efforce notamment de transcrire les parlers locaux, prônant une langue fidèle aux univers décrits, en lutte permanente pour la survie, une langue abrupte, parfois vulgaire. Il tente aussi d´exprimer les doutes et peines des personnages, leurs croyances et superstitions, par la plongée dans leur imaginaire. Certes, les personnages manquent souvent d’une réelle intériorité psychologique : ils sont réduits à une fonction sociale et symbolique, au service de la démonstration idéologique. Toutefois, parce qu´ils sont aussi les représentants d’une spécificité régionale, racialement, socialement, culturellement, ils s’imposent comme les types d´une culture populaire. À travers ces figures littéraires, une culture singulière s’affirmerait en effet comme produite par les enfants mêmes du sol national et façonnée par la nature tropicale et andine. Elle serait une culture encore en élaboration, appelée à faire la synthèse des multiples origines et influences, indigènes et européennes, pour créer une équatorianité susceptible de les représenter tous7. El éxodo de Yangana, à la fin de la décennie, l´illustre particulièrement.

1. 2. – Le village de Yangana, héros collectif populaire

6Le village au cœur de la narration, Yangana, existe dans la réalité extra-littéraire. Le roman relève, comme ceux de sa génération, de ce réalisme social qui décrit minutieusement l´humble réalité rurale. Yangana se présente à ce titre comme le héros collectif incarnant le petit peuple de la région de Loja. Véritable microcosme, il se construit par la multiplication des portraits. La première partie énumère exhaustivement les villageois, classés en types, selon leur métier et / ou leur principal trait psychologique : la beauté fatale, chaperonnée par sa mégère de mère ; le dresseur de chevaux, machiste mais incapable de se faire obéir de sa femme ; le rebouteux se présentant comme médecin ; la sage-femme généreuse et respectée ; le malchanceux persécuté par le destin ; la veuve chaleureuse, appréciée pour ses talents de cuisinière ; le Blanc déclassé, bibliophile érudit, amoureux des vers et auteur des discours prononcés dans le village ; les compères musiciens, adeptes des rythmes populaires ; le cordonnier qui bat sa femme ; l´ancien combattant de l´armée nationale ; le menuisier hideux, marié à une beauté sensuelle ; le passionné de football qui ne quitte jamais sa tenue de sport ; la chola masculine, portée sur les jeux, l´alcool et les litiges avec ses voisins ; le fondeur de cloches, force de la nature et noceur impénitent ; la prostituée, fille du village pervertie par la ville ; le potier amoureux qui n´ose déclarer sa flamme ; le maçon consciencieux, qui lève les murs en un temps record ; et bien d´autres encore. Quarante-cinq séquences se succèdent, consacrée chacune à un type mais aussi aux membres sa famille, transformant la première partie en une galerie de portraits foisonnants.

7Yangana, village par excellence de la sierra du sud, sert le roman-document. Il s´agit de témoigner de l´existence d´un petit peuple marginalisé, oublié des pouvoirs publics comme de la littérature. L´approche factuelle et descriptive, la construction spatiale et temporelle simple et toujours lisible, le narrateur omniscient apportant les compléments d´information au lecteur ignorant, contribuent à faire connaître la réalité quotidienne, y compris la plus sordide. L´envie, le désir, la violence décrits illustrent ce choix de la véracité, loin du costumbrisme du début du siècle. Le rendu du parler local en témoigne encore. L´édition sur laquelle nous travaillons multiplie les notes de bas de page pour expliciter, à l´attention du lecteur profane, le vocabulaire non seulement propre aux petits métiers mais à la région. Le lecteur, témoin et observateur, découvre alors les us et coutumes de Yangana. Il s’initie aux techniques de dressage des chevaux, avec les frères Mendieta ; à la cuisine locale, à travers les recettes de doña Patrocinio et de Rosa Pullaguari ; aux alcools fabriqués dans la « chingana », ce débit de boisson improvisé et sommaire où se vend le « claro de jora », une chicha locale ; les modes de fabrication des savons et bougies ; les techniques successives de transformation de la canne à sucre, entre autres. Le lecteur découvre aussi, à travers les nombreux ragots rapportés, les préjugés et les croyances, dans le cadre d´une immersion culturelle permettant de comprendre l´indiosyncrasie villageoise.

1. 3. – La lutte pour la terre, destin populaire

8Yangana est aussi représentatif d´un destin populaire. Le héros collectif est en effet victime des agissements de grands propriétaires, moteurs de l´action, pour s´emparer des terres communales, l´ejido. De nouveau, les référents extra-littéraires président à un réalisme saisissant, la narration citant même les textes juridiques invoqués par les hacendados prédateurs. A la confiscation injuste répondent le soulèvement du village et les meurtres de l´hacendado Gurumendi et de son complice, le teniente político, narrés dans la troisième partie. Menacé d´une répression sanglante par les plus hautes autorités, Yangana décide de fuir. Les cent-soixante familles du village partent en exode et s´enfoncent dans la forêt tropicale, vers une nouvelle contrée. Le village se refonde à Palanda, propriétaire de la terre qu´il travaille, sous le signe de la paix et de la justice sociale. La narration s´ouvre d´ailleurs sur Yangana en exode dans un prélude in situ : « Prélude – On entend à Palanda une étrange rumeur ».

9C´est ce motif de l´exode comme lutte pour la terre et la liberté, aux cris de « Vive Yangana libre ! », qui donne sa cohérence aux différents éléments textuels, parfois disparates. La première partie, dont le titre « La fuite d’une réprobation collective » renvoie à l´exode, échappe à la juxtaposition de portraits, au simple catalogue, parce que chaque personnage présenté est précisément acteur de cette longue marche dans la forêt. De même, le premier interlude « Le chant ivre des semences », ode à la puissance créatrice de la nature, n´est pas un exercice gratuit : déclamé par Gordillo, un des acteurs de l´exode, il fait écho à la renaissance de Yangana, désignant Palanda comme le lieu de la refondation. La deuxième partie, qui se présente comme la traduction du journal scientifique de Monsieur Spark, botaniste américain séjournant à Yangana, pourrait n´être que la simple description des coutumes locales si elle ne revenait sur les intrigues des hacendados, cause du départ. Pour sa part, la troisième partie revient sur le soulèvement du village, narré par Churón Ocampo, chef des marcheurs en exode. Enfin, le postlude « L´horizon d´un lendemain différent » referme l´exode sur la promesse de paix et de liberté. La terre sera de nouveau celle de tous, selon le modèle de l´ejido. Ce modèle de propriété traditionnelle, collective, égalitaire, ancrée dans la culture rurale populaire, est ici exalté.

10Le motif de l´exode donne son unité à la construction du texte. À travers lui, le thème de la lutte pour la terre s´impose pour dire un destin populaire qui est avant tout celui de la lutte pour la survie. Il complète à ce titre la démonstration de l´existence d´une culture populaire vivace. Le petit peuple y est non seulement appréhendé dans sa réalité quotidienne mais aussi dans sa psychologie, constitutive d´une personnalité et d´une identité.

  • 8  Rojas, Ángel Felicísimo, op. cit., p. 319.

11Cette personnalité se caractérise par l´esprit de résistance, le courage, la dignité, l´amour de la justice. Ainsi, Ocampo songe d´abord à se maintenir par la force à son poste de chef, quitte à refaire couler le sang. Mais il y renonce : « L´aurore ne doit pas être tachée de sang. Elle doit être blanche, très blanche […] »8. Yangana semble définitivement libéré des hacendados, des tenientes políticos, des avocats véreux, des dictateurs arbitraires. La narration fait de l´élément populaire le porteur de valeurs exemplaires pour la nation et, partant, le moteur possible du changement. L’élément populaire, en effet, y représente non seulement les forces vives mais une personnalité noble par ses aspirations. Pourtant, cette démonstration ne repose pas uniquement sur les figures populaires. Elle se construit aussi autour d´un jeu subtil de références savantes.

2. – L´élément populaire médiatisé par la culture savante

2. 1. – La tradition classique

12C´est en effet une culture classique qui préside à la narration, placée sous l´autorité de Lope de Vega. Fuenteovejuna est cité en ouverture :

  • 9 Ibid., p. 31.

« Qui a tué le Commandeur ?
- C´est Fuenteovejuna, Monsieur.
- Et qui est Fuenteovejuna?
- C´est tous pour un. »9

13Le meurtre collectif, parce qu’il s’inscrit ici dans la culture classique, fait de Yangana un avatar équatorien de l´hispanique Fuenteovejuna. Yangana y perd en spécificité et en originalité. La référence savante est d´ailleurs reprise dans la narration même, faisant rebondir l´action. Alors que le village, menacé par le bataillon militaire, discute de la possibilité de désigner pour la justice des coupables afin d´éviter une répression générale et aveugle, un premier assume publiquement le crime, avec panache ; puis un second, un troisième, un quatrième. Le cultivé Muñoz récite alors les répliques de Fuenteovejuna placées en exergue, puis les reprend avec les villageois :

  • 10 Ibid., p. 287.

« Alors le vieil homme […] leva un peu plus la voix et demanda à la foule « - Qui a tué le Commandeur ? Et les gens crièrent en chœur, d´une voix puissante : - C´est Fuenteovejuna, Monsieur. Aussitôt il demanda : - Et qui est Fuenteovejuna ? Ils répondirent d´un coup : - C´est tous pour un. »10

14La solidarité et l´aspiration à la liberté qui caractérisent la personnalité de Yangana, loin de s´ancrer dans la réalité populaire, se situent ici dans une tradition classique qui dépasse la seule défense de l´ejido. La lutte pour la terre rejoint la dénonciation des abus du seigneur féodal de Fuenteovejuna, facette de l’arbitraire. La quête de justice n’est plus incarnée par le seul Yangana, populaire, mais par un Yangana - Fuenteovejuna qui absorbe et dilue, par le jeu d’assimilation, l’élément originel.

15La construction contribue également culture à dégager Yangana de son originalité équatorienne. Avec ses trois parties encadrées par un prélude et un postlude et entre lesquelles viennent s´insérer encore deux interludes, elle renvoie à la pratique théâtrale classique. Elle renvoie aussi à la tradition tragique. Le dénouement funeste est annoncé d´entrée au lecteur, dès le titre « Première partie - La fuite d’une réprobation collective ». L´action s´y conçoit comme une progression inaltérable vers la catastrophe finale, le meurtre collectif. Les anticipations transforment le soulèvement du village en un destin implacable. La lutte pour l´ejido, si ancrée dans la réalité populaire, devient un fatum, celui des humbles condamnés à verser le sang pour survivre. Les particularismes locaux, de nouveau, sont transcendés par la culture savante pour prendre une dimension universelle.

2.2. – La langue recherchée du narrateur omniscient

  • 11 Ibid., p. 32.

16La langue illustre également l´appropriation par une culture académique des motifs populaires. Le narrateur omniscient, loin de s´exprimer comme les personnages, emploie une langue soutenue voire précieuse. Les tournures savantes sont en effet nombreuses. La moitié des notes de bas de page insérées par l´éditeur de 1989 sert même à définir un vocabulaire non pas populaire mais, au contraire, très châtié, tel que « solípedos » pour « caballos »11.

  • 12 Ibid., p. 40.
  • 13 Ibid., p. 36.

17Surtout, ce parler châtié ne se trouve pas au même niveau que le parler populaire. Il existe une hiérarchie favorable au premier, comme en témoigne l´humour dans le roman. Il se crée en effet un jeu de contrastes humoristiques entre la langue élégante employée et l´action prosaïque qu´elle décrit, par exemple lorsque le grossier Camilo baisse ses pantalons pour choquer la terrible matrone doña Pascuala Bailón, lui dévoilant « sa virilité »12. Le comique de la situation est redoublé par le contraste entre la vulgarité des personnages et la pudeur langagière. Car le narrateur omniscient montre un faible pour les épisodes truculents à connotation sexuelle. Il évoque don Lisandro, le patriarche de Yangana, comme « le symbole de Priape »13 pour les jeunes gens du village. La référence mythologique, que ces derniers seraient bien en peine de comprendre, s´adresse au lecteur cultivé. L´humour introduit une distance vis-à-vis de l´univers populaire, créant avec le lecteur une complicité exclusive sur le mode savant.

2. 3. - La multiplication des narrateurs savants

18Le narrateur omniscient s´efface à plusieurs reprises, mais presque toujours pour faire place à d’autres voix cultivées. La multiplicité de narrateurs permet alors de décliner des parlers savants ; le parler populaire occupe en définitive une place restreinte dans l´espace textuel.

  • 14 Ibid., p. 164.

19Le premier interlude, « Le chant ivre des semences », exalte ainsi la puissance créatrice de la nature sur le mode de l´ode élégiaque. Le narrateur, l´étudiant raté Gordillo, incarne certes un déclassé, mais son éloquence, l´élan poétique, les images travaillées, relèvent d´une culture académique. La deuxième partie, pour sa part, redouble la première en offrant de nouvelles descriptions des us et coutumes du village. Mais elle le fait sur le mode savant : elle se présente comme la traduction du journal scientifique de Monsieur Spark, biologiste américain, adepte des observations anthropologiques, figure de l´intellectuel. Le roman se fait étude documentée, avec des phrases courtes et descriptives, un langage sobre et spécialisé, dont le style est défini par le traducteur comme « rectiligne, presque géométrique, sans ornement, sans image »14. Une instance savante, en l´occurrence scientifique, analyse l´objet populaire.

20Spark présente ainsi, avec une précision de géographe, la situation du village. Le chapitre 2 de son rapport, « Description topographique », recourt, chiffres à l´appui, à des termes si complexes que l´éditeur juge bon de les expliciter dans ses notes de bas de page. De même, tous les aspects de la vie sociale, culturelle, économique et politique sont évoqués dans ce qui se présente comme un traité sur Yangana : « 3. Description de la population », « 4. Alimentation », « 5. Vêtements », « 7. Voies de communication », « 8. Un gouvernement paternel », « 9. Le lieutenant politique », « 10. Une autarcie économique primitive », « 12. Croyances », pour ne retenir que quelques exemples. Le traducteur anonyme de Spark assume à son tour la narration, dans ses notes préliminaires et finales. Ce jeu de mise en abîme narrative permet d´introduire, outre la voix scientifique de Spark, celle tout aussi savante du traducteur.

21Certes, dans la troisième partie, le meurtre collectif est narré par une figure populaire, Churón Ocampo. Mais la mise en abîme tend de nouveau à l´effacer pour donner l´avantage à des figures savantes. Ainsi la farce satirique jouée lors de la fête du village, « Méfie-toi de l´eau qui dort », composée par Muñoz, le Blanc érudit de Yangana, est insérée dans la narration pour redoubler, sous une forme cultivée, le drame en train de se jouer. De même, la narration des événements sanglants et des mesures prises par les autorités est redoublée et mise en perspective par la figure éduquée du journaliste : Ocampo fait lire à son interlocuteur deux articles de presse, reproduits tels quels dans le texte, pour étayer et compléter ses propres dires.

22Les éléments populaires sont non seulement médiatisés par les instances savantes, mais assujettis à ces dernières. Car, comme le rappelle le traducteur de Spark, les villageois ne sont pas dignes de confiance :

  • 15  Ibid., p. 192.

« Sachant la façon discutable dont les habitants de Yangana racontent une histoire, il serait fort malvenu de la rédiger maintenant, à la seule lumière des informations disparates et contradictoires qu´il a été possible d´obtenir jusqu’à présent. Il manque quelques-unes des sources les plus importantes. On ne pourrait produire un récit digne de foi. »15

23C´est aux différentes facettes du narrateur cultivé qu´il incombe d´enquêter pour rapporter un propos digne de foi. La voix populaire est en définitive étouffée par des voix savantes multiples, par la préciosité du narrateur omniscient, par le lyrisme de Gordillo, par la précision scientifique de Spark, par les vers inspirés de Muñoz, par la prose habilement alarmiste du journaliste. L´élément populaire semble systématiquement reformulé par une instance savante qui se l´approprie. Cette appropriation se manifeste également par la multiplication des références bibliques, qui tendent à mythifier les éléments populaires. Les motifs de l´exode et de la refondation de Yangana construisent le mythe d’un nouvel Equateur à édifier.

3. – La mythification des éléments populaires

3. 1. – Mythe et Bible

  • 16  Voir les thèses défendues par Frye, Northrop, Anatomie de la critique, Paris : Gallimard, 1969 ; F (...)

24La Bible, texte sacré, est aussi envisagée par les auteurs des années trente comme une manifestation de la mémoire humaine universelle, comme un réservoir de symboles et d´images aux côtés de la tradition littéraire. La Bible est porteuse de mythes, Northrop Frye la considérant même comme la principale matrice des archétypes structurant l´imaginaire à l´œuvre dans la littérature occidentale16. À notre sens, Ángel Felicísimo Rojas adapte les figures de l´exode et de la terre promise à la réalité équatorienne, qu’il transcende à la lumière des références sacrées. Il réélabore, par le biais des motifs bibliques, la dénonciation des injustices sociales, de la corruption, de l´exploitation. En raison des meurtres commis, de la réprobation qui s’ensuit, Yangana a perdu sa pureté originelle, comme l´indique le titre de la seconde partie « Yangana quand elle était pure » où Spark et son traducteur décrivent le village d´avant les meurtres. Dès lors, la fuite n´est plus celle d’assassins se soustrayant à la justice, mais une forme d´expiation d´un crime-transgression qui a plongé le village dans la culpabilité. L´exode et l´errance dans la forêt permettent la purification de la nouvelle Yangana qui sera fondée.

25Le thème biblique transforme les villageois en figures équatoriennes des Hébreux traversant le désert. La lutte pour la terre n´est pas seulement une revendication sociale et politique, mais relève ici du droit à la dignité et à la vie. La douleur de l´errance, « le grand exode », expriment cette lutte fondamentale, non au travers d´un discours idéologique convenu, mais par le truchement d´un texte universel qui donne à l´engagement idéologique une dimension sacrée. Yangana n´est plus village mais un peuple, le terme pueblo, qui signifie à la fois village et peuple, facilitant le jeu de similitudes entre Yangana et les Hébreux.

  • 17  Rojas, Ángel Felicísimo, op. cit., p. 35.

26Tout d´abord, Yangana a son patriarche, don Lisandro Fierro, « procréateur d´une famille biblique »17. Avec son visage sans âge buriné par le soleil, ses sourcils broussailleux, son regard profond, sa voix rocailleuse qui en fait la terreur des enfants, il incarne une autorité charismatique et naturelle. La figure de l´ancien du village se transcende ici dans la figure du patriarche, fondateur d´un peuple, Yangana, comme Adam, à la descendance nombreuse comme Abraham, à la sagesse reconnue comme Joseph.

27Yangana a également sa Vierge, une beauté pure qui suscite passion et concupiscence mais reste une « divinité inaccessible », sa mère défendant jalousement sa virginité. Cette Vierge des Tropiques est la tentation faite femme, associant à la dimension mariale une dimension diabolique. Son surnom « Vierge du Figuier » l´illustre : elle a grandi à l´ombre d´un figuier, arbre que la croyance définit comme maléfique. Cette croyance, présentée comme populaire, est aussi un renvoi à la Bible, à la malédiction du figuier rapportée par les Évangiles (Mt 21, 18-22 ; Mc 11, 12-14, 20-25) mais également à la parabole du figuier stérile (Lc 13, 6-9) qui illustre la force de la foi et de la vie. C’est cette force qui anime le peuple en marche, annonçant la renaissance prochaine à Palanda. À ce titre, la figure complexe de la « Vierge du Figuier » contribue à renforcer le jeu des parallèles entre le village maudit sauvé par sa foi en la justice et les égarés sauvés par leur foi en l’Évangile, assimilant Yangana à un peuple biblique.

  • 18 Ibid., p. 115.

28Car Yangana a aussi son prophète, Gordillo, l´étudiant raté, que l´on tient pour un original. Il s´adresse au village arrivé à sa terre promise de Palanda, interprétant le sens de son exode dans le « chant ivre des semences ». Il ne s´agit pas seulement de louer la beauté et la générosité de la nature : les semences emportées par les villageois représentent aussi chacun d´eux. Ils forment une « Arche de Noé de semences », sauvée de la destruction par leur expiation, en marche vers « le futur, l´avenir »18. La Yangana - Arche purifiée est prête à fonder une nouvelle humanité, comme l´annonce Gordillo - prophète dans son ode-parabole.

29Le jeu de parallèles et d´assimilations est ici à rapprocher de la dimension fabuleuse du fonds biblique. Ce dernier donne au texte nouveau qui s´en inspire, à l´Équateur en quête de sa modernité et de son identité, une représentation possible de sa reconstruction. Les références bibliques sont liées à la préoccupation identitaire, comme en témoigne la forte représentativité de l´Ancien Testament et de la Genèse en écho à la recherche des origines dans leur dimension collective.

3. 2. – Éden, Chute et expiation

30La figure biblique de l´exode rejoint celles de la Chute et du châtiment pour narrer le peuple en lutte. Ce peuple a perdu son paradis terrestre, le Yangana dépeint comme un Éden, un jardin hospitalier et généreux, un espace de paix et d´harmonie, hors du temps et de l´histoire. Cet Éden rejoint une utopie au cœur de l´engagement politique des auteurs de la génération des années 30, où la terre est un bien commun. L´utopie de la terre partagée est décrite dans la seconde partie « Yangana quand elle était pure », associée à l´innocence d´avant la Chute.

  • 19 Ibid., p. 163.
  • 20 Ibid., p. 161.
  • 21 Ibid., p. 164.

31Yangana n´y est pas encore entré dans le temps de l´histoire, comme le souligne Spark en évoquant « le vieux village sans histoire, qui vit de souvenirs romancés, d´aimables légendes »19. A-temporel, a-historique, vivant au seul rythme de la nature, Yangana représente un peuple des origines. Il est l’espace, le lieu d´une humanité idyllique vivant en harmonie avec la nature, « telle une églogue »20. Spark lui-même conclut son rapport par « Si je pouvais revenir ! »21.

  • 22 Ibid., p. 250.

32La Chute prend ici la forme du sang versé par le meurtre, rupture de l´harmonie, qui entérine l´entrée dans le temps de l´histoire. Cette dernière se trouvait déjà en germe avec la dépossession de l´ejido comme irruption d´un ordre social et économique de la douleur et de l´injustice, celui de l´Equateur hérité de l´époque coloniale et contrôlé par les oligarchies. Le crime - Chute se présente comme une fatalité, celle du mal en action, du diable s´immisçant parmi les âmes innocentes, à l´instar du serpent tentateur de la Bible : « Et le diable nous joua un de ses tours. Le mal, le terrible mal nous tomba dessus, comme une fatalité »22.

33Le meurtre prend alors une dimension universelle qui le transcende en élément de la lutte entre le bien et le mal. Il n´est plus meurtre mais crime collectif devenu malédiction :

  • 23 Ibid., p. 165.

« Dans ce petit village sain, tranquille et patriarcal, ce tout petit village d´éleveurs et de paysans, loin du monde et du tumulte douloureux du siècle, dans lequel Monsieur Spark avait vu un havre de paix, la vie aurait pu continuer ainsi, si une tempête horrible, si le vertige de multitudes prises de folie n´avaient fait de Yangana le réprouvé d´un crime collectif, mettant hors la loi un peuple entier et terrorisant l´âme de ces gens simples. »23

34C´est un pueblo – peuple - village qui est ici désigné dans sa culpabilité. Toutefois, le rachat est possible dans l´expiation par l´exode. Le départ, collectif comme la Chute, est sans retour : les villageois réduisent en cendres leurs maisons et leurs champs. Mais parce qu´il est expiation, l´exode rend aussi possibles le retour à un Éden, la réalisation de l´utopie de la terre partagée. Il doit mener, pour ce faire, à la terre promise de Palanda. La première partie s´ouvre ainsi sur un peuple souffrant mais porté par une force qui le guide :

  • 24 Ibid., p. 34.

« Les rigueurs de neuf jours de marche, de frayeurs et de veilles tendues, ont causé des ravages chez les hommes et les bêtes. Pourtant, ils avancent, surmontant la fatigue. Ils ont, semble-t-il, un espoir. […] Une force les pousse, une autre les tire ; ils viennent de laisser derrière eux quelque chose de terrible qui les a forcés à un adieu cruel et sans retour. »24

  • 25 Ibid., p. 106.

35Yangana, principe de vie, symbolise aussi la lutte contre la mort : « C’était une société en semis, avec une volonté explosive de vaincre la mort, qui glissait péniblement, lentement, sur la voie que les machettes ouvraient dans la montagne »25. Le village - peuple atteint enfin sa terre promise, où il se refonde sous le signe de la liberté pour restaurer l´ordre d´avant la Chute.

  • 26 Ibid., p. 290.

36Pourtant, le mal est bien là. Ocampo en témoigne, qui fait l´expérience de l´ivresse du pouvoir : « Je suis le chef. Le chef. Tous les habitants de Yangana sont dans ma main. Dans cette main »26. Toutefois, il ne cède pas à la tentation et remet le pouvoir plutôt que de le conserver par la force. Le refus de la violence entérine l´expiation et la pureté retrouvée. La malédiction a pris fin et l´aurore se lève, aux cris de « Vive le Village Nouveau ! », sur un village, un peuple, un Équateur neufs, libérés de la domination des puissants.

Conclusion

37La narration tisse un réseau de significations qui s´ancrent dans la tradition savante, littéraire et biblique, pour former un jeu de résonances transfigurant les éléments populaires. Les références savantes dynamisent la narration, celle du petit peuple en lutte pour sa survie, par la dramatisation de leurs contenus. La convergence des dimensions populaire et savante réactive le propos engagé non seulement pour dénoncer les mécanismes de domination mais pour annoncer le changement social et politique que la génération des années 30 appelle de ses vœux.

38Le postlude annonce la refondation possible d´une nouvelle Yangana, espoir d´une nouvelle nation, sans grands propriétaires prédateurs de terres et de bras, sans dictateurs civils ou militaires. Les plus humbles y sont libérés de la malédiction qui les frappe, ce fatum de l’exploitation dans un Equateur inique. Le roman se distingue par là de ceux de sa génération. Il est en effet l´un des rares à échapper au bain de sang final dans lequel les protagonistes sont écrasés, broyés, assassinés par le pouvoir en place. La narration se referme sur une fin optimiste, « L´horizon d´un lendemain différent », promesse de lendemains qui chantent selon Rojas.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Adoum, Jorge Enrique, La gran literatura ecuatoriana del 30, Quito : El Conejo, 1984.

Balseca, Fernando, « En busca de nuevas regiones : la nación y la narrativa ecuatoriana », Procesos, Revista Ecuatoriana de Historia, Quito : Corporación Editora Nacional, N°8, II semestre 1995 - I semestre 1996, p. 151-164 .

Carrasco, Adrián, Suárez, Cecilia, Vintimilla, Augusta, La crisis de la sociedad y la cultura : la búsqueda de una nueva ecuatorianidad en los años treinta, Quito : Banco Central del Ecuador – Centro de Investigación y Cultura, 1988.

Cueva, Agustín, « El Ecuador en los años treinta », América Latina en los años treinta, México : UNAM - Instituto de Investigaciones Sociales, 1977, p. 214-238.

Cueva, Agustín, « El Ecuador de 1925 a 1960 », Nueva Historia del Ecuador, Época Republicana IV,Quito: Corporación Editora Nacional, 1990, p. 87-120.

Donoso Pareja, Miguel, Los grandes de la década del 30, Quito : El Conejo, 1985.

Frye, Northrop, Anatomie de la critique, Paris : Gallimard, 1969.

Frye, Northrop, Le grand Code. La Bible et la littérature, Paris : Seuil, 1984.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Icaza, Jorge, « Relato, espíritu unificador en la generación del año 30 », Revista Iberoamericana, volume 32, N°62, juillet - décembre 1966, p. 211-216.
DOI : 10.5195/reviberoamer.1966.2250

Luna Tamayo, Milton, Los movimientos sociales en los treinta : el rol protagónico de la multitud, Quito : Banco central del Ecuador - Centro de Investigación y Cultura, 1988.

Maiguashca, Juan, Las clases subalternas en los años treinta, Quito : Banco Central del Ecuador - Centro de Investigación y Cultura, 1988.

Pachano, Simón, « La sociedad imperceptible », Las crisis en Ecuador : los treinta y los ochenta, Quito : Corporación Editora Nacional, 1991, p. 235-258.

Rojas, Ángel Felicísimo, La novela ecuatoriana, México : Fondo de Cultura Económica, 1948.

Rojas, Ángel Felicísimo, El éxodo de Yangana -1949-, Quito : Libresa, 1989.

Sinardet, Emmanuelle, « La redécouverte de l’Amazonie : Amazonie, équatorianité et éducation dans la première moitié du XXe siècle », Histoire et Sociétés de l’Amérique latine -  Aleph, Paris : L’Harmattan, N°15, 2003, p. 107-139.

Sinardet, Emmanuelle, « Un tipo para la ecuatorianidad : El montuvio ecuatoriano de José de la Cuadra (1937) », HISTOIRE(S) de l´Amérique latine, 2005, vol. 1, article en ligne, http://www.hisal.org

Haut de page

Notes

1  Cueva, Agustín, « El Ecuador de 1925 a 1960 », Nueva Historia del Ecuador, Época Republicana IV,Quito: Corporación Editora Nacional, 1990, p. 87-90 ; Cueva, Agustín, « El Ecuador en los años treinta », América Latina en los años treinta, México : UNAM - Instituto de Investigaciones Sociales, 1977, p. 214-238 ; Pachano, Simón, « La sociedad imperceptible », Las crisis en Ecuador : los treinta y los ochenta, Quito : Corporación Editora Nacional, 1991, p. 235-258.

2  Voir les essais de Luna Tamayo, Milton, Los movimientos sociales en los treinta : el rol protagónico de la multitud, Quito : Banco central del Ecuador - Centro de Investigación y Cultura, 1988 ; Maiguashca, Juan, Las clases subalternas en los años treinta, Quito : Banco Central del Ecuador - Centro de Investigación y Cultura, 1988.

3  À ce sujet, voir notamment Sinardet, Emmanuelle, « La redécouverte de l’Amazonie : Amazonie, équatorianité et éducation dans la première moitié du XXe siècle », Histoire et Sociétés de l’Amérique latine -  Aleph, Paris : L’Harmattan, N°15, 2003, p. 107-139 ; Sinardet, Emmanuelle, « Un tipo para la ecuatorianidad : El montuvio ecuatoriano de José de la Cuadra (1937) », HISTOIRE(S) de l´Amérique latine, 2005, vol. 1, article en ligne, http://www.hisal.org

4  Rojas, Ángel Felicísimo, El éxodo de Yangana -1949-, Quito : Libresa, 1989. Nous avons traduit en français les citations.

5  Adoum, Jorge Enrique, La gran literatura ecuatoriana del 30, Quito : El Conejo, 1984 ; Balseca, Fernando, « En busca de nuevas regiones : la nación y la narrativa ecuatoriana », Procesos, Revista Ecuatoriana de Historia, Quito : Corporación Editora Nacional, N°8, II semestre 1995 - I semestre 1996, p. 151-164 ; Carrasco, Adrián, Suárez, Cecilia, Vintimilla, Augusta, La crisis de la sociedad y la cultura : la búsqueda de una nueva ecuatorianidad en los años treinta, Quito : Banco Central del Ecuador – Centro de Investigación y Cultura, 1988.

6  Icaza, Jorge, « Relato, espíritu unificador en la generación del año 30 », Revista Iberoamericana, volume 32, N°62, juillet - décembre 1966, p. 211-216.

7  Donoso Pareja, Miguel, Los grandes de la década del 30, Quito : El Conejo, 1985.

8  Rojas, Ángel Felicísimo, op. cit., p. 319.

9 Ibid., p. 31.

10 Ibid., p. 287.

11 Ibid., p. 32.

12 Ibid., p. 40.

13 Ibid., p. 36.

14 Ibid., p. 164.

15  Ibid., p. 192.

16  Voir les thèses défendues par Frye, Northrop, Anatomie de la critique, Paris : Gallimard, 1969 ; Frye, Northrop, Le grand Code. La Bible et la littérature, Paris : Seuil, 1984.

17  Rojas, Ángel Felicísimo, op. cit., p. 35.

18 Ibid., p. 115.

19 Ibid., p. 163.

20 Ibid., p. 161.

21 Ibid., p. 164.

22 Ibid., p. 250.

23 Ibid., p. 165.

24 Ibid., p. 34.

25 Ibid., p. 106.

26 Ibid., p. 290.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emmanuelle Sinardet, « Figures populaires et formes savantes », Amerika [En ligne], 6 | 2012, mis en ligne le 21 juin 2012, consulté le 02 septembre 2014. URL : http://amerika.revues.org/3130 ; DOI : 10.4000/amerika.3130

Haut de page

Auteur

Emmanuelle Sinardet

Université Paris Ouest Nanterre-La Défense, CRIIA, EA 369, Centre d´études équatoriennes

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Lira - Université de Rennes 2
  • Les cahiers de Revues.org