Navigation – Plan du site

Le message présidentiel au Mexique ou l’art de rendre populaire ce qui est impopulaire (1910 – 1976)

Elsa Carrillo-Blouin

Résumés

Le travail que nous présentons dans le cadre des Journées d’Etude de l’HCTI (Lorient, novembre 2007), fait partie d’un travail plus vaste portant sur le discours présidentiel au Mexique de 1877 à 1976.  Ce sujet a été amplement développé dans le cadre de notre thèse de doctorat à l’université de Paris I-Sorbonne, thèse intégralement publiée par l’Institut de Recherches Juridiques de l’Universidad Nacional Autónoma de México en 1996.

D’une manière générale, ce que nous appelons ici le « message présidentiel » est en fait, une sorte de bilan-rapport que chaque président effectue chaque année, face à la Chambre des Députés et au Sénat réunis en Congrès. Cependant, le « message présidentiel » proprement dit n’est en réalité que la partie la plus politique de ce discours, partie qui est sensée s’adresser à un public plus large.

Nous verrons de quelle manière ce discours, qui ébauche également les lignes politiques pour l’année à venir, tente de rendre populaires des mesures qui vont souvent à l’encontre de ce qu’elles semblent prôner,  jusqu’au moment où les clivages entre les attentes éveillées par le discours et les réalités avérées sont tels, que des chocs ou des ré-accommodements socio-politiques seront inévitables dans le devenir du PRI en tant que parti au pouvoir.   

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1  Elsa Carrillo-Blouin : Los Informes Presidenciales, 1877-1976: Ruptura o continuidad? Instituto de (...)

1Le travail que nous présentons ici, fait partie d’un travail plus vaste portant sur le discours présidentiel au Mexique de 1877 à 19761.

2Ce que nous appelons ici le « message présidentiel », est en fait une sorte de bilan-rapport que chaque président effectue chaque année, face à la Chambre des Députés et au Sénat réunis en Congrès. Cependant, le « message présidentiel » proprement dit n’est en réalité que la partie la plus politique de ce discours, partie qui est sensée s’adresser à un public plus large.

3Nous verrons de quelle manière ce discours, qui ébauche également les lignes politiques pour l’année à venir, tente de rendre populaires des mesures qui vont souvent à l’encontre de ce qu’elles semblent prôner,  jusqu’au moment où les clivages entre les attentes éveillées par le discours et les réalités avérées sont tels, que des chocs ou des ré-accommodements socio-politiques seront inévitables dans le devenir du PRI en tant que parti au pouvoir.   

Le discours présidentiel, un discours qui parle beaucoup pour ne rien dire ?

4Au Mexique, on avait souvent l’habitude de dire que le bilan-rapport présidentiel, parlait beaucoup pour ne rien dire, et c’est l’impression avec laquelle nous avons commencé notre recherche au milieu des années 80.   Cependant, en étudiant bien ce discours, nous nous sommes rendus compte, qu’il n’en était rien et que si ces discours essayaient de « noyer le poisson », il y avait bel et bien un message (ou plusieurs), qui était adressés à des cibles bien définies ; cibles qui, de plus, étaient les seules à posséder les clés pour la compréhension de ces messages. En quelque sorte, il s’agissait de messages « codés ».

5Cependant, pour comprendre les raisons de cette situation, il est nécessaire de parcourir rapidement l’histoire du discours présidentiel face au Congrès, pour ainsi comprendre, en partie, le pourquoi de cette situation.

Histoire et justification du discours présidentiel face au Congrès

6Comme d’habitude au Mexique, les influences arrivent au travers de l’Espagne, d’une part, et des Etats-Unis, d’autre part.  

  • 2  Constitución Política de los Estados Unidos Mexicanos. Comentada. UNAM, Rectoría de Investigacione (...)

7En ce qui concerne l’Espagne, l’article 121 de la Constitution de Cadix, évoquait de manière imprécise, que « l'absence du roi à la date de l'ouverture des Cortes, n'était pas un empêchement pour leur installation... Mais le roi, au cas où il y serait présent, devrait lire un discours à caractère propositif et pas forcément informatif »2. La présence du Roi pour l’ouverture des Cortes, est ici plus ou moins banalisée, tout en lui réservant le droit de proposition, sans pour autant lui demander de comptes : le Roi propose mais n’a pas à informer sur ses décisions ou ses activités. En contrepartie, les Cortes se réuniront, en dépit de l’absence du Roi… Ces commentaires, sans être des lois, révèlent l’ambiguïté institutionnelle qui, en 1812, pesait encore sur le rapport qui devait s’établir entre les Cortes et le Roi.

8Au Mexique, la Constitution de 1824 donnait également un caractère simplement protocolaire à la présence du pouvoir Exécutif, ne réclamant du président qu'un discours « analogue à cet acte d'une aussi grande importance », c'est-à-dire, l'ouverture des sessions.

  • 3   Ibidem.

9Ce n'est que dans l'article 63 de la Constitution libérale de 1857 que, d’une manière assez similaire à la rédaction de la Constitution nord-américaine (art. II, section 3), on spécifie que le discours prononcé par le président devrait contenir un rapport sur « l'état du pays... la présence du président devenant, non seulement protocolaire, mais aussi, informative »3.

10Plus tard, la Constitution mexicaine de 1917, ne fait que reprendre ces conditions dans son article 69 :

  • 4   Ibidem.

A l'ouverture des sessions ordinaires du Congrès, le Président de la République assistira et présentera un rapport par écrit, dans lequel il rendra compte de l'état général de l'administration publique du pays…4

11Quant aux États-Unis, l'influence théorique apparaît de manière assez explicite quand on lit l'article II - Section 3 de la Constitution nord-américaine. :

  • 5   Padover, Saul K.:  The Living U.S. Constitution, A Mentor Book, New American Library. USA, 1953 ; (...)

He shall, from time to time, give to the Congress information of the state of the union, and recommend to their consideration, such measures as he shall judge necessary and expedient...  5

  • 6   Understanding the Constitution. J.W. Peltason, Library of the Congress, 1982, College Publishing, (...)

12Ici, nous trouvons non pas une contrainte mais un devoir du chef de l'Exécutif, qui doit informer sur l'état de l'Union (shall, from time to time), en même temps qu'une prise en compte de son avis pour le travail législatif qui suivra l'ouverture des sessions.   Ce « devoir » est devenu, par l'habitude, une obligation.  Ainsi, la loi demande actuellement au président de présenter au Congrès « un message sur le budget et un rapport économique », ainsi que quelques recommandations d'ordre législatif.  Cependant, il n'est pas spécifié s’il doit donner personnellement ces messages6, mais d’habitude, c’est lui qui le fait.  Ce discours est connu aux Etats Unis comme « The State of the Union Message ».

13Que se passe-t-il au Mexique? Comment cette « habitude » nord-américaine est-elle devenue une « obligation » au Mexique? Nous pensons que les constituants de 1856-1857 -qui cherchaient à établir la prédominance du Législatif sur l'Exécutif- ont pensé ce « rapport » comme un moyen pour le Congrès de « contrôler et de sanctionner » les activités de l'Exécutif.

14Devoir donc et contrainte de maintenir informé le Congrès, sur la politique suivie pendant l’année précédente, et justification face au Congrès des politiques à venir.  Simplement, avec le temps et le poids de ce que l’on connaît au Mexique sous le nom de « présidentialisme », cette justification est devenue, petit à petit, l’ordre du jour qui devait être repris par le Congrès pour ses travaux législatifs.

Les récepteurs du discours 

15Les récepteurs de ce discours, sont donc en premier lieu les députés et les sénateurs.  Or, aujourd’hui l’écoute attentive et respectueuse qui a caractérisé le XIXe et le XXe siècles, a beaucoup changé, étant donné que l’extraction politique des membres du Congrès s’est bien diversifiée.  De nos jours, il arrive même, que le président ne puisse pas faire son discours dans l’enceinte du Congrès, si ce n’est sous la protection ou après l’intervention des forces de l’ordre.  Cela a été le cas l’année dernière, suite à la contestation des résultats électoraux de juillet 2006.

16Cependant, et en dépit de quelques expressions de mécontentement, pendant deux siècles le rapport face au Congrès, a été un rituel qui se déroulait dans les formes les plus strictes.  Cependant, en dépit de cette ritualisation, ce discours a duré parfois jusqu’à 7 heures, comme cela a été le cas de l’un des discours de Luis Echeverría Alvarez, dans les années 70, période de « ravalement » politique pour le régime, après la crise et le massacre d’octobre 1968.

17Ensuite, il y avait les auditeurs de radio et de télévision : rarement des jeunes et, en général, des personnes déjà plus ou moins sensibilisées à la vie politique du pays.  Plus courant, les lecteurs des journaux, ce qui représentait un cercle plus large.  Ces personnes, en général, allaient directement aux thématiques qui les concernaient et au message politique.

18Suivaient ensuite les commentaires que soulevaient certaines phrases prononcées dans les discours, la plupart du temps, sorties de leur contexte (Ex : esto no nos beneficia ni nos perjudica, sino todo lo contrario) ; ainsi que, plus sérieusement, les commentaires soulevés par diverses mesures annoncées pendant le discours.

19Dans chaque discours, il y avait au Congrès des représentants étrangers : des ambassadeurs, des journalistes, etc., dont les réactions variaient selon non seulement leur connaissance de l’espagnol, mais aussi et surtout, selon leur connaissance du milieu politique mexicain et de ses codes.

20Or, si l’on a l’habitude de dire que le discours présidentiel, parle beaucoup pour ne rien dire, on écoutait souvent cette opinion parmi les classes moyennes et populaires qui s’aventuraient à écouter le discours.

21En fait, les auditeurs changent avec le temps : plus élitiste au XIXe siècle, le nombre d’auditeurs devient plus important avec l’utilisation de la radio et de la télévision : les années 20 pour la radio, et des années 60’s à nos jours, pour la télévision. Enfin, le cercle de récepteurs s’élargit aussi suivant le taux d’alphabétisation mais surtout, la politisation des classes moyennes et de la population en général.

22Dans tous les cas, une question s’impose : Pendant des années, on a observé que suite aux bilans-rapports, certaines valeurs de la bourse ou la bourse en général, montaient ou descendaient...  et continuent à le faire.   Il nous semble que cela peut constituer une preuve à elle seule, qu’en dépit des apparences, le discours ne dit pas que des vacuités.  Que se passe-t-il donc, pour que l’on ait cette impression ?

Les métalangages du discours politique dans le Mexique Révolutionnaire du XXe siècle

23Nous avons vu, comment le discours face aux Chambres réunies, répondait  -au moins dans les formes- à une exigence de contrôle de la Nation -représentée dans le Congrès- sur l’Exécutif.

24Cependant, à mesure que les moyens de communication commencent à donner une plus large diffusion au discours, le discours deviendra de plus en plus long et, en général, à la place d’un rapport purement administratif et de gestion, il deviendra de plus en plus politique... sauf dans des périodes où l’on considère que l’on doit brider l’élan politique « de la nation » ou de la société en général.

25Or, ce que nous appelons le métalangage est, précisément, la manière en général populaire, dont certaines mesures sont annoncées, même si parfois ces mesures vont à l’encontre du sens ou des demandes populaires ;  sens ou demandes, exprimés au préalable au travers des syndicats (même ceux qui étaient « sous contrôle », ou de diverses mobilisations plus indépendantes et qui débordaient les dirigeants des syndicats officiels : cheminots en 1958-1959, étudiants en 1968, etc.).

26Ce métalangage a changé avec le temps. Cependant, il y a des moments clés qui annoncent son utilisation systématique :

  • Nous en avons un avant-goût dans le dernier discours de Porfirio Díaz, en 1911, une fois que la Révolution était en cours et à la veille de son exil.

  • Le deuxième moment fort, voire, un «moment fondateur », correspondrait au discours d’Alvaro Obregón de 1921, moment où après dix années de lutte armée, on voulait stopper le processus révolutionnaire, et qui coïncide avec la première radiodiffusion du discours.

27Par la suite, et sauf dans les moments où l’on veut freiner l’élan politique (en gros de 1947 à 1970, avec des pointes de 1947 à 1952 et de 1965 à 1970), le ton de ce métalangage changera selon l’air du temps : révolutionnaire de la première heure avec Obregón ;  marxisant avec Plutarco Elías Calles (1925-1928) et le Maximat ; le discours déclinera tous les sujets qu’on manie actuellement au niveau international : solidarité, formation, écologie, développement durable, etc., avec Luis Echeverría Alvarez, après la crise de 1968.   On peut même dire que, si le régime priíste a duré jusqu’à l’année 2000,  c’est grâce au « coup de jeune » que l’équipe d’Echeverría a su donner à la manière de faire et de dire la politique au Mexique.   

  • 7  Suite aux élections de juillet 1997, Muñoz Ledo devient président de la deuxième force politique à (...)

28Ainsi, dès avril 1971, Porfirio Muñoz Ledo, membre éminent du P.R.I. et collaborateur de l’équipe du tout récent président Luis Echeverría7, dans un rapport présenté dans le cadre d’un Symposium sur l’Amérique Latine à l’Université d’Austin, Texas, s’exprime dans les termes suivants :

  • 8   27 avril 1971, publié par le quotidien El día du 3 mai 1971 ; cité par Loaeza, S., 1981, p. 175. (...)

La recherche d’un développement politique devrait être conçue comme un processus continu de réponses heureuses à de nouvelles demandes et une intention d’ouverture en vue de la participation et du dialogue, en utilisant la terminologie en vogue. On cherche à ce que le modèle politique passe des méthodes axées sur la réconciliation à [celles de] la mobilisation8

29Ainsi, on diminue la dose de langue de bois, inaugurée au Mexique pendant la période d’Alvaro Obregón en 1921, pour privilégier le déplacement imperceptible du sens des mots en les réadaptant aux nouvelles données politiques. Le temps n’est plus, comme à l’époque de la post-révolution, à une conciliation devenue avec le temps figée et vide de sens (1947-1969), mais à la « mobilisation ».  

  • 9   Meyer, L., 1981, pp. 1275-1373.
  • 10  Carrillo-Blouin, E. 1992, chap. IV.5, p. 580-595.

30Or, étant donnés les fondements révolutionnaires du régime, sa légitimité était devenue beaucoup plus vulnérable à la critique des milieux de gauche9 à un moment où, de plus, la jeunesse –qui par ailleurs représentait aussi un nouvel électorat- penchait plutôt pour Cuba ou le Vietnam que pour les Etats-Unis, la langue de bois ne fonctionnant plus dans ce contexte de mobilisation, et 1968 n’en était que la preuve flagrante10.

  • 11  Carrillo-Blouin, E. 1992, Ibid.,  pp. 595-613 et conclusions.

31Voilà pourquoi il s’avérait nécessaire de déplacer les sens des mots et de chercher de nouvelles consignes mobilisatrices. Ainsi, d’une manière générale, on peut dire que la nouvelle action revendicative sera par la suite immanquablement liée à l’« extérieur » -dépendance économique et technique- ; d’où les concepts forts de « Tiers Monde », « Terre », « Monde », « O.N.U. », etc., qui donnent une nouvelle « vocation révolutionnaire » mais, cette fois-ci, liée à la « conquête » d’» une nouvelle mentalité » -qui rappelle le fameux « il faut changer les mentalités des masses pour construire un homme nouveau» - et à l’acquisition de capacités intellectuelles et techniques11.   Nous y reviendrons.

Des cas concrets : au nom de l’histoire, de la révolution et du saint pétrole.  Une formation pour la globalisation

32Quelle a donc été l’évolution de cette langue de bois, de ce métalangage qui parle faux pour dire vrai, qui parle populaire et révolutionnaire pour dire capital et profit ; qui lâche du lest sur les formes mais pas sur le fond ?

33L’un des principaux arguments d’action tout au long de la période, est l’élément historique, une histoire faite des luttes contre l’injustice, quel que soit le visage donné à cette injustice.

34La révolution vient ensuite, comme corollaire de ces luttes.  Et c’est là que le discours politique se complique, car ne pouvant pas être éternelle, la révolution finit par s’institutionnaliser.  Mais, comme nous l’avons dit, même institutionnalisée et par rapport à son histoire, elle ne pouvait pas se permettre non plus de défendre ouvertement le capital et le profit, l’Etat essayant, en fait, de jouer un rôle de médiateur entre le capital et le travail.  

35Cependant, l’ambiance contestataire qui prédominait dans le monde dans les années 60, dépassait largement les cadres étroits où l’institutionnalisation avait enfermé la révolution.  Il a donc fallu faire glisser le contenu des mots, afin qu’ils aient à nouveau un sens, mais sans qu’ils dépassent les nouveaux cadres établis.  C’est le passage discursif du tout national au tout international.  La lutte ne devrait plus se situer au Mexique, contre les forces d’exploitation du pays, mais contre les colonialismes et les impérialismes, plus lointains, plus diffus et plus difficiles à saisir.  Pour le Mexique, c’est le début de la globalisation, une globalisation discursive qui allait de pair avec la globalisation productive, les premières usines d’assemblage Ford (et autres), ayant été installées à la frontière Nord du Mexique depuis 1967.

36Mais voyons donc de près ces deux exemples.  Premièrement, Alvaro Obregón en 1921, qui pour nous est le premier à utiliser de manière systématique cette langue de bois.

  • 12  Carrillo-Blouin, E., 1992, chap. IV.2, p. 376-381 et 391-395.

37Cette « langue de bois » consistait donc à respecter les préceptes constitutionnels de 1917, lesquels recueillaient les demandes sociales soulevées pendant la révolution armée, tout en dirigeant des messages rassurants -mais déguisés- aux cibles susceptibles d’être affectées par le contenu de ces préceptes révolutionnaires12.

38Ainsi, lorsqu’en 1921 Alvaro Obregón s’exprime à propos du « Traité de Paix et d'Amitié » que les Etats-Unis souhaitaient faire signer comme préalable à leur reconnaissance du nouveau gouvernement, la position nord-américaine est parfaitement expliquée de même que les implications pour le Mexique. Cependant, la réponse négative du Mexique l'est beaucoup moins :

(...) le gouvernement du Mexique a pensé qu’il n’est pas possible, ni satisfaisant, ni nécessaire de signer un tel Traité dans de telles conditions ; étant donné qu’il s’agit d’un préalable à la reconnaissance ou de la simultanéité des deux actes ou de leur fusion (;) considérant que la signature du dit Traité pourrait impliquer ou signifier, en même temps, une reprise des relations diplomatiques entre les deux pays, [cette signature] aurait donné à la reconnaissance un caractère conditionnel et aurait gravement lésé la souveraineté du Mexique. Celui-ci est, en effet, un Etat dont l’existence et la souveraineté n’ont jamais été remises en question pendant cent ans, et ses gouvernements ont, par conséquent, le droit d’être reconnus par les gouvernements des autres pays selon l’usage, c’est à dire, sans autre condition que leur légalité et leur capacité à remplir leurs devoirs et engagements internationaux. Ne serait donc pas justifiable, à la lumière du Droit International, l’exigence que l’Exécutif du Mexique se compromette par avance afin que la reconnaissance lui soit accordée. 

39Sans parler du fait qu’affirmer que la souveraineté du Mexique n’avait jamais été mise en cause, c’était faire fi de l’histoire du pays ;  pour le reste et jusque là tout semble assez clair. Le discours se complique par la suite, à cause du mélange des cibles que l'on voudrait atteindre :  D'une part, l'interlocuteur nord-américain, avec lequel on peut traiter en secret ; d'autre part ce que par facilité nous appelons le « Grand Public » ou la « cible intérieure », et pour qui le message doit passer comme étant en harmonie avec les « principes révolutionnaires » :

(...) cette exigence ne pourrait pas non plus être justifiée -car elle est inutile même pour les intérêts qu’elle prétend défendre- si l’on tient compte que l’actuel chef du Gouvernement a fait... des déclarations répétées [cible extérieure] comme quoi il ajusterait sa politique aux impératifs de la loi et de la morale [cible intérieure](;) et les preuves abondent tant en ce qui concerne sa capacité à développer cette politique [cible extérieure] que de l’appui que lui offrent dans ce sens les autres pouvoirs de la Fédération(;) preuves appréciées à leur juste valeur par tous les gouvernements des pays européens, américains et asiatiques, qui n’ont pas hésité à renouer des relations diplomatiques avec celui du Mexique... 

40Obregón énumère, ensuite, la liste des dommages causés par la révolution et les intentions de remboursement, tout en affirmant son désir de satisfaire «encore à une plus grande échelle les demandes légitimes des étrangers lésés», et il ajoute :

 (…) Enfin, que le caractère rétroactif de l’article 27 de la Constitution, concernant les droits de propriété pétrolière privée, a été récemment défini par une loi exécutoire [cible intérieure] de la Cour Suprême de Justice de la Nation, avec l’esprit de laquelle concordent diverses manifestations et déclarations de l’Exécutif à ma charge ainsi que de membres et groupes de cet H. Congrès -qui, on peut le dire sans risque de se tromper, représentent une énorme majorité- [cible intérieure et extérieure], donnant ainsi un bel exemple de solidarité gouvernementale qui garantit pleinement la réglementation et l’application future de l’article 27, en se pliant totalement au principe de non-rétroactivité [cible extérieure].

41Tout ceci pour dire que la réglementation de l’article 27  -propriété du sol et du sous-sol et donc, du pétrole- ne serait pas rétroactive. Mais comment dire cela à une assemblée qui avait participé au mouvement révolutionnaire, en principe et entre autres, à cause de cette problématique ?

  • 13  Carrillo-Blouin, Elsa, 1984 et 1995 ; Quirk, R., 1981.

42Nous constatons donc comment une sorte de métalangage commence à être utilisé dans les rapports. Ce métalangage (ou langue de bois) consisterait à déguiser les informations essentielles et que l'on souhaite vraiment communiquer (comme les preuves données que les intérêts étrangers ne seraient pas affectés ; l'arrêt des nationalisations en vue de ventes en tant que biens nationaux et, finalement, le caractère non-rétroactif de l'article 27), sous un langage qui, en apparence, est superflu mais qui utilise un vocabulaire mobilisateur par son rapprochement avec celui utilisé pendant la Convention d’Aguascalientes en 191413.


_______________________________

43Un autre temps, d’autres révolutions, comme celle pour la démocratie et pour la formation prôné par Luis Echeverría Alvarez entre 1971 et 1976, au moyen d’une forte utilisation de termes en vogue :

La réalité et la connaissance humaine, évoluent de manière accélérée.  Il est nécessaire de former les enfants et les jeunes pour qu’ils vivent les circonstances et leur moment historique, pour qu’ils soient ainsi capables de créer le prochain siècle.  Cependant, le pays a bien évidement besoin d’élever sa productivité, de diminuer la brèche technologique et de satisfaire, dans tous les domaines, la demande d’hommes compétitifs. (…)  Nous sommes arrivés en retard aux grandes étapes de l’évolution humaine. Pendant des siècles, nous avons vécu en marge des transformations qui ont débouché sur la Révolution Industrielle.  D’anciens et de nouveaux colonialismes ont extrait nos richesses naturelles en employant une main d’œuvre peu préparée, et ont construit, loin de nous, d’immenses fortunes. /  Les nouvelles générations doivent comprendre le contenu moral et patriotique de l’efficacité.  Nous nous fions au progrès scientifique et technologique afin de modifier notre position dans le monde.  Le Mexique est engagé dans un mouvement de libération mentale afin de rendre sa croissance plus autonome et rapide .

 Gouverner c’est aussi coordonner. La diversité d’opinions n’est pas un obstacle au progrès.  Elle reflète la pluralité d’intérêts qui coexistent légalement dans la société et qui doivent se canaliser afin d’accroître l’énergie nationale. /  En réponse à cette idée a été créée la Commission Nationale Tripartite, composée de représentants du Gouvernement, des ouvriers et des entrepreneurs, dans le but d’étudier et de faire des propositions en matière d’investissements, de productivité, de décentralisation des industries, des maquiladoras, du chômage, de la formation des ressources humaines, des exportations, de la cherté de la vie, de l’habitation populaire et de la pollution.

  • 14  Cf. ci-dessus, extrait du discours de Porfirio Muñoz Ledo, p. 7, note 8  ; voir aussi Carrillo-Blo (...)

44Ainsi, en profitant de l'ère d'internationalisation culturelle que connaissait le monde depuis les années 60, au milieu d'une contestation qui se marxisait, Luis Echeverría arrive à dévoiler des données qui existaient depuis longtemps mais qui, dans un souci de bons rapports entre le Mexique et les Etats-Unis n’avaient pas été divulguées.  De toutes manières, et malgré le -ou grâce au-  jargon en vogue, les références ainsi rétablies restent tolérables tant pour le Mexique que pour l'étranger14 : le combat serait intellectuel et technologique, ce qui permettrait l'entrée du Mexique dans une nouvelle ère internationale, ère qui avait déjà commencé à prendre forme avec l’établissement des maquilas dans la partie Nord du Mexique.

45Le système était sauvé, ainsi que l’appareil productif, pour devenir de nos jours un pays plus pauvre et dépendant de l’étranger qu’auparavant.  Cependant, dès la fin du mandat d’Echeverría, les conséquences se font ressentir.  Cinq ans plus tard, en 1976 Echeverría conclut son mandat de la manière suivante :

La Révolution Mexicaine, comme tout mouvement vraiment libérateur, a été nourrie par une vocation anti-impérialiste et par un sens profond de la solidarité internationale. /  Pour des raisons internes, nous ne pouvions pas non plus demeurer  indifférents au monde extérieur. /  La structure inéquitable des échanges économiques et technologiques internationaux, gênait sérieusement n’importe quelle tentative pour faire avancer notre progrès interne.  Des décisions économiques et monétaires prises dans les centres du pouvoir, ainsi qu’un processus d’inflation aiguë, provoqué essentiellement par les économies des pays hautement industrialisés, ont lésé le rythme de croissance de notre propre infrastructure, et ont affecté les niveaux de vie et d’occupation de larges secteurs de notre population. (…).  Ainsi ont été définis les deux budgets fondamentaux de notre politique extérieure : la création des conditions et la recherche de nouvelles alternatives afin de donner une impulsion au développement économique et social du pays, et la participation créative, responsable et solidaire avec les forces du Tiers-monde, dans la lutte  que ces forces livrent pour combattre l’irrationalité, l’exploitation et l’injustice.

De nombreuses décisions auraient pu être ajournées, en éludant ainsi les compromis fondamentaux du service public.  Cependant, en agissant de la sorte, les problèmes auraient pris des proportions colossales, en réduisant, avec le temps, la capacité de les résoudre.  Ce sont précisément les actions non accomplies ainsi que les silences complices du passé qui ont obligé ces dernières années le peuple et le gouvernement du Mexique, à réaliser un effort sans précédent afin de rattraper le temps perdu et de restaurer le cap de la Révolution.

46Ainsi, la justification n'apparaît plus comme substantiellement fixée dans les « conquêtes » du passé dues à la Révolution Mexicaine, évoquées mais d'une manière très voilée (« objetivos perdurables del país », « patrimonio histórico »). Ici on donne la responsabilité au présent, on ne parle plus de conquêtes acquises mais à faire, ce qui implique une coupure par rapport aux bilans présidentiels des années 50-60. Cependant, comme au lendemain de la deuxième guerre mondiale, le nouvel élan révolutionnaire -sans que ce mot soit prononcé : « nous nous trouvons au centre d'un processus de changement » -  consistait à sortir de ce retard, les moyens se trouvant uniquement dans : un « mouvement de libération mentale », dans la formation technologique et scientifique et, peut-être le dernier espoir, dans la lutte « Tiers-mondiste » qui devrait être menée au niveau international ; surtout pas au niveau national.   Et la pilule est passée.    

47Le discours sert donc à la fois à ménager et à mobiliser, à rassurer et à impulser.  On le voit très précisément pour deux périodes importantes de la vie politique du pays. Dans le cas d’Obregón, il s’agissait de stopper le processus de la révolution armée ; dans le second cas, il s’agissait de donner un deuxième souffle révolutionnaire, à un parti qui de temps en temps devait se rappeler qu’il était issu d’un mouvement révolutionnaire.   Un grand écart difficile entre action et tradition, entre passé et avenir, entre intérieur et extérieur.  La recherche d’un équilibre entre le besoin d’une révolution non marxiste, mais qui devait être en revanche, permanente.  

Haut de page

Bibliographie

Carrillo-Blouin Elsa,

–– Los Informes Presidenciales, 1877-1976: Ruptura o continuidad? Instituto de Investigaciones Jurídicas de la Universidad Nacional Autónoma de México, Mexique, octobre 1996 ;  906 p.  Publication de la thèse de Doctorat : Les Rapports Présidentiels au Mexique, 1877-1976 : Rupture ou continuité (2 tomes, 1992, Paris I – Sorbonne, 749 p., plus annexes).

–– « Avant et après la Révolution mexicaine : la politique des présidents à travers leurs discours », Histoire et Mesure, vol. XVIII– 3/4,  éditions du CNRS, 2003 ; pp. 225-262.

–– « Panorama des Rapports Présidentiels au Mexique de 1877 à 1976 : l’Analyse Factorielle »,Histoire et Mesure, vol. XIII-3/4, éditions du CNRS, 1998 ;  pp. 377-410.

–– » Discourse analysis in Contemporary History of Mexico: From Quantitative to Qualitative Approach », Historical and Social Research. The Official Journal of Quantum and Interquant, vol. 14, Num. 4,  pp. 4-9.  Zentrum für Historische and Sozialforschung, Université de Cologne, Allemagne, 1989.

–– » La Revolución Francesa: Pauta a la Forma Discursiva de la Revolución Mexicana », Línea num. 39 : Algunas Proyecciones de la Revolución Francesa en México, avril-juin 1989, México,  pp. 7-67. Actes du colloque organisé par l’Institut Français de l’Amérique Latine (IFAL-UNAM), 1988. (Version plus large qu’une antérieure en français, traitant des influences politiques inspirées par les Etats-Unis).

–– » La Revolution Française : Modèle de la forme discursive de la Revolution Mexicaine », dans L'image de la Révolution Française, Paris, 1989, vol. III ; pp. 1745 à 1753.

–– Analyse Sémiologique des Discours Politiques de la Convention d'Aguascalientes: octobre 1914, maîtrise 1984, Paris I ; dir. François Chevalier et F. X. Guerra. 198 p.

–– » La Soberana Convención Revolucionaria », Revista de El Colegio de Sonora, Num. 10, déc. 1995 ; pp. 129-156. (Réactivation de la symbolique révolutionnaire de 1914, pendant la soulèvement Zapatiste de 1994, quatre-vingt années après).

–– » Un problema de inexactitud histórica », La Jornada Semanal, # 294, 29 janvier 1995 ; pp. 26-29. (Les interprétations révisionnistes sur la Révolution Française des années 1980, vues depuis le Mexique en 1994).

–– Analyse Sémiologique des Rapports Présidentiels (1905-1976) : Rupture ou continuité?, DEA, 1985, Paris I ; dir. François Chevalier et F.X. Guerra.125 p.

–– « Les temps modernes et la violence d’Etat : Octobre 1968 au Mexique »,  in Portal europeo GIS América Latine (IHEAL, Paris) : redial@univ-paris3.fr : http://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-0012243. (2005, communication  ; 2007 publication).

Coll., Constitución Política de los Estados Unidos Mexicanos. Comentada. UNAM, Rectoría de Investigaciones Jurídicas, México, 1985 (plusieurs auteurs).

Loaeza Soledad,  « El Partido de Acción Nacional : La oposición leal en México”, in Lecturas de Política Mexicana, México, El Colegio de México, 2e éd., 1981 (plusieurs auteurs).

Meyer Lorenzo : Historia General de México,  México, El Colegio de México, 3a. ed. 1981, 2 vol.

« Cambio político y dependencia : México en el siglo XX”, Foro Internacional, vol. XIII, num. 2, oct-dic. 1972. (2e éd., Críticas Constructivas del Sistema Político Mexicano, Austin, 1973, pp. 13 à 75)

Quirk Robert, The Mexican Revolution 1914-1915, Greenwood Press, Westport Connecticut, 2e éd.1981 (1e éd., 1960).

Padover Saul K,  The Living U.S. Constitution, A Mentor Book, New American Library. USA, 1953.

Peltason, J.W., Understanding the Constitution, Library of the Congress, 1982, College Publishing.

Haut de page

Notes

1  Elsa Carrillo-Blouin : Los Informes Presidenciales, 1877-1976: Ruptura o continuidad? Instituto de Investigaciones Jurídicas de la Universidad Nacional Autónoma de México, Mexique, octobre 1996 ;  906 p.  Publication de la thèse : Les Rapports Présidentiels au Mexique, 1877-1976 : Rupture ou continuité (2 tomes, 1992, Paris I – Sorbonne, 749 p., plus annexes).

2  Constitución Política de los Estados Unidos Mexicanos. Comentada. UNAM, Rectoría de Investigaciones Jurídicas, México, 1985. Article de Manuel Gonzalez Oropeza, pp. 160-161.

3   Ibidem.

4   Ibidem.

5   Padover, Saul K.:  The Living U.S. Constitution, A Mentor Book, New American Library. USA, 1953 ; cf. p. 71.

6   Understanding the Constitution. J.W. Peltason, Library of the Congress, 1982, College Publishing, cf. p. 103.  En fait, tant au Mexique qu'aux Etats Unis, la manière de présenter le rapport (obligatoire ou protocolaire, écrite ou orale, par le président lui-même ou par l'un des membres de son cabinet) a changé au cours du temps. Ainsi, aux Etats Unis, Jefferson l'envoie par écrit, tandis que déjà Washington et John Adams l'avaient prononcé en personne, le président Wilson rétablissant cette dernière modalité.

7  Suite aux élections de juillet 1997, Muñoz Ledo devient président de la deuxième force politique à la Chambre de Députés en tant que représentant du Parti de la Révolution Démocratique (P.R.D.), opposant du P.R.I., avec le Parti d’Action Nationale (P.A.N., de droite).

8   27 avril 1971, publié par le quotidien El día du 3 mai 1971 ; cité par Loaeza, S., 1981, p. 175. Voir aussi Carrillo-Blouin, E., 1992, chap. IV.5, pp. 531-533.

9   Meyer, L., 1981, pp. 1275-1373.

10  Carrillo-Blouin, E. 1992, chap. IV.5, p. 580-595.

11  Carrillo-Blouin, E. 1992, Ibid.,  pp. 595-613 et conclusions.

12  Carrillo-Blouin, E., 1992, chap. IV.2, p. 376-381 et 391-395.

13  Carrillo-Blouin, Elsa, 1984 et 1995 ; Quirk, R., 1981.

14  Cf. ci-dessus, extrait du discours de Porfirio Muñoz Ledo, p. 7, note 8  ; voir aussi Carrillo-Blouin, op. cit., p. 522 -546.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elsa Carrillo-Blouin, « Le message présidentiel au Mexique ou l’art de rendre populaire ce qui est impopulaire (1910 – 1976) », Amerika [En ligne], 6 | 2012, mis en ligne le 21 juin 2012, consulté le 24 octobre 2014. URL : http://amerika.revues.org/2999 ; DOI : 10.4000/amerika.2999

Haut de page

Auteur

Elsa Carrillo-Blouin

Université de Bretagne Occidentale, Brest

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Lira - Université de Rennes 2
  • Les cahiers de Revues.org