Navigation – Plan du site
Allers/Retours

Identifier et intégrer les groupes non-anglophones dans la Nouvelle-Angleterre coloniale

L’exemple des Acadiens 1755-1776
Adeline Vasquez-Parra

Résumés

Cet article se concentre sur l’exil acadien dans les colonies de Nouvelle-Angleterre suite au Grand-Dérangement en 1755 et plus particulièrement sur leur arrivée dans la colonie du Massachusetts. Il fait ainsi état de la vision de la société puritaine sur ces premiers réfugiés politiques dans les treize colonies d’Amérique. Cet exode nous apporte-t-il une première approche de la perception des Anglo-américains concernant les migrants non-anglophones ? L’article interrogera les décisions qui ont reflété une plus large vision des rapports sociaux puisqu’elles étaient toutes en lien avec la prévention délinquante et l’hygiène telles qu’appliquées aux indigents. Il se penchera aussi sur l’intégration des Acadiens à la culture Anglo-protestante et surtout, la plupart des refugiés acadiens étant des familles, leur insertion dans les relations de travail et dans le plus vaste système économique alors en place dans le Massachusetts. Les Acadiens s’y sont-ils retrouvés ou ont-ils jeté un regard désapprobateur vis à vis de leur accueil ?

Haut de page

Texte intégral

1Cet article revient sur l’accueil des Acadiens en Nouvelle-Angleterre de 1755 à 1776 en le reliant au cadre plus large de la société coloniale nord-américaine et en particulier à ses normes. Ces dernières ont en effet fortement orienté les passions dirigées à l’encontre de cette population francophone et catholique établie dans la Nouvelle-Ecosse voisine depuis le XVIIème siècle (Griffiths 24). Ainsi, les principes en vigueur concernant la paupérisation, l’immigration et même la tolérance religieuse ont véritablement conditionné l’accueil et l’intégration des Acadiens à la société néo-anglaise. A ce titre, l’exil acadien a donné naissance à l’un des premiers cas d’immigration en particulier pour la colonie du Massachusetts ici à l’étude.

2L’exil des Acadiens dans le Massachusetts a révélé un véritable jeu d’identifications, influençant le discours social et les différentes mesures d’urgence entreprises par la Chambre des Représentants. Nous entendons ici par identification : « une procédure qui implique plus d’une personne » (Groebner 27, ma traduction), ce qui, malgré l’aspect succinct de la définition, nous renseigne sur le caractère éminemment social du terme. Pour qu’identification il y ait, il est nécessaire qu’au moins deux personnes entrent en contact : une personne physique ou juridique jouant le rôle de l’identificateur et un individu ou un groupe d’individus se réclamant d’une identité.

3La procédure dont parle Groebner pour désigner l’identification est ce qui autorise la reconnaissance des identités, c’est à dire un ensemble de signes qu’un individu ou un groupe d’individus souhaite (consciemment ou non) mettre en avant lorsque confronté à l’identification.

4A l’heure où le discours historique moderne se penche sur les questions identitaires, nous pouvons nous demander de quelle façon l’identification et l’identité des Acadiens ont été déployées lors de leur exil dans cette colonie.

5En effet, leur identification à des indigents les impliquera étroitement dans un système social développé dans la Nouvelle-Angleterre coloniale. Ce système était largement inspiré des lois élisabéthaines britanniques sur les pauvres (Elizabethan Poor Laws) et de divers courants d’idées (politiques et religieuses) prônant la réforme sociale en Europe du XVIe au XVIIIe siècle. Dans un second temps, l’identification se matérialisera administrativement dans le recensement de 1765 où les Acadiens seront référencés en tant que « Français Neutres » (French Neutrals). Cette multiplication des identifications nous autorise donc à nous demander de quelle façon les Acadiens y ont répondu : s’y sont-ils reconnus ou y ont-ils résisté ? De plus, que nous révèle cette démultiplication identificatrice ? Sous-tend-t-elle un système étroit de surveillance politico-sociale des « éléments indésirables » à la colonie ?

  • 1  Voir a ce titre les statistiques de : LeBlanc Robert A., « Les migrations acadiennes », Cahiers de (...)

6La colonie du Massachusetts aurait comptabilisé 1043 Acadiens en 1763 alors que malgré la mortalité infantile dépassant les vingt-huit pour cent, on dénombre entre 12.000 et 18.000 Acadiens en Nouvelle-Écosse pour l’année 17551. Quelques 735 Acadiens arrivent dans le Massachusetts de 1755 à 1756 et au total, 6301 personnes seront déportées dans les treize colonies d’Amérique (Boston compte 15,520 habitants en 1765 selon le recensement). Ayant refusé à plusieurs reprises un serment d’allégeance à la Couronne britannique, les Acadiens étaient condamnés par les autorités de la Nouvelle-Ecosse à la déportation (surnommée au XIXe siècle Grand-Dérangement). Six bateaux accosteront ainsi dans le port de Boston de novembre 1755 à mai 1756. Les autorités locales sont au courant de la venue des Acadiens mais n’ont pas tenu la population informée qui découvre véritablement les Acadiens dans le port de Boston en novembre 1755.

7Les Acadiens arrivent très affaiblis en novembre 1755 par la déportation et se trouvent bien souvent atteints de la variole. Ce point est capital à la compréhension des politiques d’accueil à l’égard des Acadiens dans le Massachusetts mais a pourtant, à bien des égards, été négligée par quantité d’historiens. Carl Brasseaux écrit dans son ouvrage sur la dispersion des Acadiens suite au Grand-Dérangement que la variole a affecté les Acadiens lors de la déportation et lors de leur arrivée dans les treize colonies : « epidemics (usually typhus and smallpox) broke out among the exiles either during the crossing or upon their arrival at an English colonial seaport » (Brasseaux 9).

8Or, il s’avère que trois épidémies de variole ont touché la Nouvelle-Écosse en particulier dans les environs de Halifax pendant l’hiver 1750-1751, en 1755 et une nouvelle fois en 1757 (Marble 29). Le Grand-Dérangement correspondant aux deux dernières dates, il est quasiment certain que de nombreux déportés acadiens aient été infectés par la variole avant même le voyage vers les treize colonies. La maladie, dont la principale caractéristique est sa grande contagion, se répand dans les bateaux dès l’embarquement et non à la suite de la déportation.

  • 2  « The Acts and Resolves, Public and Private, of the Province of the Massachusetts Bay », Boston 18 (...)
  • 3  Massachusetts House of Representatives, « Report of the Committee on the condition of the French d (...)

9Le taux de mortalité sur les bateaux était donc élevé notamment sur le Endeavour qui accosta dans le port de Boston en 1756 en provenance de Minas et qui ne compta plus que 125 Acadiens sur 166 ayant embarqué (Faragher 381). Les autorités du Massachusetts craignant la contagion, laissent les Acadiens dans les bateaux pendant plusieurs jours pour une mise en quarantaine toutefois rapidement abrégée par la venue de Benjamin Green, membre du conseil du gouverneur de Nouvelle-Écosse qui accepta de payer les frais encourus par la municipalité de Boston ce qui autorisa cent trente Acadiens à sortir de leur confinement le 7 novembre 17552.
Tous furent retenus dans une maison de détention pour indigents (poorhouse3.

10La menace sécuritaire vient donc rapidement s’éclipser au profit de la menace médico-hygiénique que constitue alors les Acadiens : « The long-term threat to internal security posed by the Acadians was, of course, immediately overshadowed by the threat of infection » (Brasseaux 11). Cette première approche de l’immigration voire de l’altérité en tant que problème médical va conditionner les réponses à la fois sociales et politiques à la “ question acadienne ” dans la colonie du Massachusetts. Les Acadiens vont en l’occurrence être éparpillés dans les municipalités en partie à cause du virus, qui, une fois propagé dans un centre urbain important, peut causer des dégâts catastrophiques.

11De surcroît, beaucoup d’Acadiens ne sont vêtus que de haillons et sont aussi sales et amaigris dès leur arrivée dans la colonie (Brasseaux 12). Les Anglo-Américains les perçoivent alors comme des indigents qui vont d’une part coûter cher à la colonie et d’autre part, par un système social inspiré des lois sur les pauvres initié dans l’Europe de la Renaissance, constituer une menace à la paix et à la tranquillité des localités tout comme le sont les itinérants, indigents et autres « indésirables » que la colonie s’applique à exclure de la vie sociale (Bakos 54).

12Le système social de la colonie prévoit par ailleurs que les déplacements des Acadiens soient entièrement contrôlés :

« Afin de rassurer la population locale, une loi de juin 1756 vise à réduire et mieux contrôler les déplacements des déportés. Ceux-ci ne peuvent plus voyager d’une ville à l’autre sans permission écrite d’un représentant de leur ville ou village, ne peuvent pas s’absenter de leur résidence plus de six jours à la fois et ne peuvent plus se déplacer le dimanche sans risquer l’arrestation » (Lauvrière 93)

13Ce système appelé alors « warning-out system » assigne à résidence toute personne indigente, sans domicile fixe (transient) ou tout simplement dites « malveillante » pour la communauté.

14Des centaines de personnes à travers la colonie du Massachusetts se sont vues assignées à résidence au cours du XVIIIe siècle. Ce système est pourtant directement hérité des législations britanniques et maintenu tant bien que mal dans les colonies :

« New England towns did not invent warning out. The English colonies inherited it, along with the rest of English law. Various pieces of seventeenth-and eighteenth-century parliamentary legislation, referred to collectively as the Poor Law, codified and regularized the various means of poor relief that had sprung up in the sixteenth century after the dissolution of the manors, monasteries, and guilds that formerly had given aid to the needy. »(Herndon 4)

15Rappelons à ce titre que se développent en Europe dès la fin du XVIème siècle jusqu’à la révolution française de 1789, des lois « d’hygiène sociale » influencées à la fois par des déséquilibres démographiques et l’humanisme chrétien : « their common inspiration was humanism of Erasmus and Juan Luis Vives, whose writings on poverty were particularly influencial » (Slack 6).

16La figure du pauvre est aussi conçue durant tout ce temps, par des courants philosophiques et politiques variés, comme un poids que la société se doit d’éradiquer (Travill 167). Ces courants repensent alors la société comme une cité idéale, « directement inspirée par Aristote, on pense toujours que le lieu de réalisation par excellence de la vertu humaine, devant la vie terrestre tout au moins, reste la Cité » (Bonolas 309). De nouvelles conceptions de l’organisation sociale naissent et s’éparpillent progressivement en Europe du XVIème au XVIIIème siècle (Arkell 23).

  • 4  Rappelons à ce titre que les idées physiocrates ont inspiré un projet d’établissement des Acadiens (...)

17A cet effet, le Mémoire sur les Vagabonds et les Mendiants (1763) du physiocrate français Guillaume-François Le Trosne4 est tout à fait éloquent, ces derniers représentent : « une augmentation pour le Peuple des tailles, corvées et autres impositions solidaires, le taux de ceux qui quittent leur état pour errer, retombe nécessairement sur ceux qui restent » (Le Trosne 3).

18Cependant, ces tendances s’accordent unanimement sur le rôle du gouvernement dans l’éradication du fléau de pauvreté :

« Les vagabonds et les mendiants sont pour la campagne le fléau le plus terrible, ils attaquent directement la sûreté de ses Habitants, et rendent vraiment à plaindre un état si déjà pénible par lui même : leur nombre et leurs excès sont portés à un point qui mérite toute l’attention du gouvernement, et exige de sa part les mesures les plus promptes et les plus efficaces. » (Le Trosne 2)

19Ces idées ne sont pas entièrement inconnues des Puritains qui ont eux-mêmes un avis tranché sur la question sociale. On recense au XVIème siècle, dans les villes anglaises à influence puritaine, des listes entières d’indigents dans les paroisses. Cette volonté d’éradiquer les maux de la société tels que la paresse ou l’alcoolisme provient de la vision de la cité idéale que les Puritains croient possible d’atteindre sur terre :

« If idleness were rooted out, drunkards, bastard-bearers, hedge-breakers and other rogues would disappear. Poverty itself might be conquered along with ungodliness, if only there were sufficient investment in social engineering » (Slack 16)

20Les pratiques sociales en vigueur dans les colonies américaines sont donc importées d’Europe : « it has been argued that many official colonial customs had their origins in sixteenth and seventeenth century penal practices towards vagrants and servants » (Morgan, Rushton 49). C’est dans ce contexte d’héritage de système social puritain amorcé en Grande-Bretagne que certains réfugiés acadiens obtiennent le statut de transient, c’est à dire en terme juridique, une personne indigente ayant obtenu le droit de vivre dans une ville sans toutefois y être considérée comme habitante légale. Nombre d’individus obtinrent ce statut en raison de la restriction du statut d’habitant légal aux natifs de ces villes, aux personnes effectuant un apprentissage ou pour les femmes mariées à un homme au statut légal (Miller 42).

21Les personnes au statut de transient pouvaient rester dans la ville sous la seule autorisation des membres du conseil municipal et couraient constamment le risque d’être renvoyées. La moindre plainte à l’égard d’un transient l’expulsait définitivement de la ville. Le conseil chargé de renvoyer les individus se réunissaient au nombre de six et décidaient de la ville où devait être exclu l’individu. Ce « ballottage » très commun des indigents servait de système social mais desservait surtout les intérêts des contribuables (Herndon 6).

22Le 16 novembre 1755, l’assemblée du Massachusetts vota une juridiction sous laquelle les Acadiens dépendaient de l’autorité des localités (Lowe 214). Cette loi est caractéristique des relations entre pouvoir central et provincial. A ce titre, certaines localités, craignant le surcoût de l’accueil, refuseront l’établissement des Acadiens chez elles. Pour éviter des rapports trop tendus entre pouvoir central et province, l’Assemblée du Massachusetts demande aux municipalités de procurer aux Acadiens gîte et couvert pour l’hiver, qui seront toutes remboursées par la trésorerie coloniale (Lowe 216).

23L’Assemblée précise également que les Acadiens doivent être parfaitement capables d’assumer l’ensemble de leurs besoins dès le printemps 1756. Cette décision intervient alors que l’angoisse du « poids financier » constitué par ces Acadiens sur la vie paisible des localités de la colonie s’accroît. Les autorités du Massachusetts demandent dès l’arrivée du premier bateau, le Seaflower chargé de deux cent six Acadiens, des compensations financières à la Nouvelle-Écosse pour palier aux frais encourus par cet accueil improvisé :

« La General Court du Massachusetts se tourne toutefois vers la Nouvelle-Écosse pour obtenir de l’aide financière afin de payer une partie des coûts engendrés par l’arrivée et la présence des exilés dans leur colonie. Lawrence n’accorde pas d’argent, mais promet plutôt d’étudier le dossier et d’aider la Cour à trouver des moyens de promouvoir l’autosuffisance des Acadiens et des Acadiennes. » (Lang, Landry 9)

24Le 23 décembre 1755, il est décidé que les bourgs du Massachusetts accueillent les Acadiens mais à condition de les inviter à subvenir à leurs besoins de « manière à encourir le moins de dépenses possibles » (Lauvrière 140).

25Le poids n’est pas que financier, il est également social. En effet, la vie dans les localités de la colonie puritaine du Massachusetts ressemble alors à un long fleuve tranquille. Selon les termes de Michael Zuckerman, « unanimity, then, was the meeting point » (Zuckerman, Peacable 106) car loin de n’être qu’une colonie parmi d’autres, la colonie du Massachusetts est une société homogène. Les communautés formaient au delà de la communauté sociale, des entités purement morales à l’intérieur desquelles l’individu plaçait toute sa confiance. Cette interdépendance entre individus consolidée par des liens de confiance absolue permettait aux municipalités d’assurer le respect de la loi voire la répression lorsque celle-ci était enfreinte :

« one way to alleviate such inconvenience in lieu of legal authority was by consolidating group sentiment against the stranger, and corporate notions did indeed continue to shape the pattern of new settlement far into the eighteenth century » (Zuckerman, Peacable 114)

26Ce principe d’autogestion des municipalités par rapport au pouvoir central n’est pas sans aucun lien avec une certaine conception du pouvoir à l’origine des idées révolutionnaires de 1776 qui craignaient avant tout le pouvoir comme objet d’oppression (Bailyn 60). De surcroît, la vie privée est étroitement mise au vu et au su de tous à travers la surveillance des Watchmen, desPuritains extrémistes espionnant littéralement les foyers et rapportant les comportements déviants aux Eglises (Zuckerman 24). Les prémices d’un étroit système de surveillance des individus autogérés par les différentes localités se mettent progressivement en place. La répression des actes transgressifs était, elle, officiellement assurée par le Board of Selectmen (au nombre de cinq élus chaque année par la communauté). Ainsi, la loi est-elle donc parfois conçue de manière aléatoire, le consentement mutuel primant sur la légalité ou l’illégalité.

  • 5  Voir à ce sujet l’article de Christopher Hodson, « Exile on Spruce Street : An Acadian History », (...)

27Cette vision très étroite de la communauté n’acceptait aucune différence de religion de la même façon qu’elle rejetait toute déviance dans les comportements sociaux ou moraux. L’immigration dans cette colonie est d’ailleurs quasiment inexistante de 1690 à 1770 ouvrant ainsi la voie à une unicité culturelle confinée (Zuckerman 42). Les Acadiens arrivent donc en terrain hostile en ne s’insérant pas dans le carcan culturel de la colonie imposé par la vision puritaine des rapports sociaux. Certains Acadiens vont pourtant saisir le peu d’opportunités économiques et sociales que leur offrent les treize colonies. Une très petite minorité va même jusqu’à prospérer à l’instar de Charles LeBlanc (devenu White) grâce au développement industriel postrévolutionnaire5.

  • 6  Sa vie nous est également connue de par sa correspondance soutenue avec sa dernière fille, Vénéran (...)

28D’autres vont s’engager en tant que marins sur des navires marchands ou des bateaux de pêche en provenance des ports du Massachusetts. D’autres encore tels que Louis Robichaud de Port Royal (qui avait prêté serment d'allégeance au roi George II en 1729) s’intégrera à la société de Boston et jouira même d’une certaine estime de la part des Anglo-américains qui verront en lui un homme éduqué. Il quittera le Massachusetts pour Québec en 1775 soit quelques années après le départ des autres Acadiens6.

29Les Acadiens s’élèvent très tôt contre leur dispersion en raison de leurs larges familles (quinze enfants en moyenne) qui s’éparpillent parfois d’un bout à l’autre de la colonie (Griffiths 34). Ils réclament souvent le regroupement familial à l’instar de Louis Robichaud dans une requête du 10 septembre 1756 et adressée à William Shirley, gouverneur en chef du Massachusetts, où il demande à être transféré avec sa famille de Boston à Cambridge (Lang, Landry 57). Toutefois, et ce malgré le sort qui s’abat sur eux, les Acadiens ne restent pas les victimes passives de forces tierces (Faragher 346). La plupart des Acadiens, une fois arrivés dans les municipalités du Massachusetts, s’impliquent vivement dans la défense de leurs droits bafoués et envoient dizaines de pétitions aux gouverneurs et au bureau des Selectmen (Lauvrière 139).

  • 7  « Yet they do not stand out as starkly as they might, for in eighteenth-century Massachusetts ther (...)

30Les Acadiens vont s’attacher à défendre leur groupe notamment au travers du noyau de leur communauté : la famille. En outre, les Acadiens et les Néo-anglais de par leurs origines européennes avaient des structures familiales différentes ce qui a très tôt mis mal à l’aise les Acadiens incapables de s’ajuster à une culture où l’enfant était considéré comme un adulte et donc « séparable » de sa famille à un très jeune âge pour être utile en tant que force de travail7.
Cette pratique a souvent été relevée comme pernicieuse et illustrant le mauvais traitement réservé aux Acadiens. Or, il s’avère que le travail des enfants servait à l’apprentissage (apprenticeship), tradition commune à l’ensemble de la société puritaine comme l’a par exemple souligné Benjamin Franklin, lui même originaire du Massachusetts, dans ses mémoires (Isaacson 11).

31L’enfant est dans la culture puritaine, la version miniature d’un adulte et doit être considéré comme tel (Morgan 36). Pourtant, les Acadiens s’élèvent rapidement contre l’apprentissage au nom de la place de l’enfant au sein de la famille. De la même façon, les personnes âgées ne comprennent pas pourquoi elles doivent assurer leur subsistance. De nombreuses lettres telles que celle de François Landry, déporté avec sa femme et ses enfants de Grand-Pré à Ipswich et qui adressa au Colonel John Choates, administrateur de la localité d’Ipswich, une lettre faisant part de ces deux doléances, sont révélatrices des préoccupations avant tout familiales des Acadiens.

  • 8  Cette lettre m’a été transmise par le Musée d’Ipswich, Massachusetts.
  • 9  Ainsi que Claude Benoit à Oxford, Claude LeBlanc, Charles Daigle et Pierre LeBlanc à Concord, Augu (...)

32La requête envoyée par François Landry au Colonel Choates indique aussi que la place des membres de la famille est précisément celle qui se doit d’être respectée et prise en compte dans le traitement des autorités vis à vis de la communauté. Landry indique qu’il est vieux et qu’il doit ainsi que sa femme, être pris en charge par la communauté : « I, who am old, ask Maintenance for myself and my wife. » Il mentionne en tant que pater familias (autorité familiale suprême) que ses petits-enfants doivent être rendus à ses enfants : « My Children have desired me to acquaint you, that the affair of putting their Children out to Service is a Thing that occasions Grief to them. »8.                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                       
En 1756, une requête au gouverneur général de la province de Massachusetts Bay et signée par les familles de Jean Landry déportées à Chelmsford9, fut lue le 13 avril 1756 à la Chambre des Représentants. Cette requête concernait exclusivement la garde des enfants acadiens et demandait à ce que les enfants enlevés à leurs familles soient rendus immédiatement. Cette caractéristique culturelle des Acadiens place la famille en tant qu’unité autarcique où chaque membre est nécessaire pour son bon fonctionnement.

33Les familles, toutes séparées les unes des autres, tentent par tous les moyens de se rassembler, ce qui amène des dizaines d’Acadiens à se déplacer dans la colonie ne les liant à aucun endroit fixe ou profession stable. De plus, de par leur statut d’indigent, les Acadiens sont interdits de déplacement d’une localité à l’autre. La liberté de déplacement est relativement inexistante pour toutes les catégories de populations de la colonie : un individu se doit d’obtenir une permission pour pouvoir entrer et s’établir dans une ville du Massachusetts (Fogleman 45).

34Ce dernier devait ainsi obtenir l’aval de la population et du bureau des Selectmen (Bridenbaugh 22). Le gouvernement assigne à résidence les Acadiens et leur interdit de franchir les frontières de la localité de résidence désignée sous peine d’emprisonnement pour une première offense et de coups de fouet publics en cas de récidive. Le 28 août 1756, l’Assemblée générale du Massachusetts prend une mesure radicale en aggravant la peine encourue : tout coupable pris sur le fait accompli sera disposé sur un pilori pendant trois heures et des coups de fouet lui seront appliqués à nu sur le dos, châtiment hérité des lois élisabéthaines britanniques sur les pauvres et les vagabonds (Hindus, 48).

35L’accueil des Acadiens survient aussi dans un contexte politique défavorable. Celui-ci a donc amorcé une réponse de l’assemblée de la colonie entendue comme réplique de la menace française au regard de la guerre de Sept Ans (1756-1763). L’assemblée a envisagé une action répondant à cette situation politique dès l’arrivée des Acadiens :

« It clapped them into jail and then appointed a committee of its own “ to prepare ” the Draught of a Bill to prevent for the future the Subjects of the French King going at large within this Province » (Zuckerman, Peacable 109)

36Les Acadiens sont immédiatement en tant que sujets du Roi français, des « prisonniers de guerre », des ennemis politiques. Le discours historique a beaucoup insisté sur la perception de la « menace » acadienne en ce que ces derniers, catholiques et français, représentaient un ennemi interne à la communauté anglo-américaine et puritaine du Massachusetts.

37La menace d’invasion culturelle existait bel et bien en tant que fantasme public mais cette dernière s’est grandement atténuée après l’installation des Acadiens dans la colonie. Cependant, il est vraisemblable que le gouvernement de la colonie ait entretenu pendant la guerre de Sept ans, une méfiance vis à vis des Français. Le gouverneur Jonathan Belcher écrit dans une note en réponse à une enquête du bureau des affaires coloniales (les Lords of Trade) le 5 avril 1751 que les Français attisent les haines des Indiens et leur fournissent des munitions. « As to the Effects of the French settlements in these parts, they have been very mischievous to this province, those People, and specially the Priests, exciting the Indians to Rebellion, and not only furnishing them with Arms and Amunition to prosecute their Barbarous Wars but also setting a price on the heads of these English whom they shall kill » (Benton 24).

38Cette peur de l’étranger se matérialise dans le recensement de 1765, seule preuve matérielle de l’identification spécifique des étrangers à la colonie du Massachusetts. Les autorités décident de recenser les éléments extérieurs à la communauté anglo-puritaine en dénombrant « les Mulâtres », « les Indiens » et les « esclaves ».

39Les Acadiens reçoivent un traitement spécial comme l’indique la note du gouverneur Francis Barnard en 1764 à l’ordre envoyé aux Selectmen de Rutland : « you are not to include the Acadians, commonly called French Neutrals, among the Provincials as above, but return them separately » (Benton 40).

40Cependant, cette catégorisation sur des bases ethniques part également d’une volonté de la métropole de réfléchir aux possibles recrus de l’armée britannique en Amérique du Nord comme le mentionnent les instructions générales au gouverneur Shirley de 1741 : « how many of them are fit ot bear arms in the Militia of the Said Province » (Benton 9). Ainsi, les Acadiens ont peut être pendant un temps été considérés comme de possibles nouvelles forces venues grossir les rangs de l’armée royale britannique. La classification ethnique du recensement préfigure aussi de futures politiques d’expulsion notamment mises en place à l’encontre des non-blancs sur l’île de Nantucket (Karttunen 54).

41Néanmoins, la peur des Français est beaucoup moins dirigée à l’égard de la culture que de la religion catholique tenue pour entière responsable des luttes ethniques. L’anti-catholicisme restera d’ailleurs ardemment défendu dans l’ensemble des treize colonies même à la suite de la Révolution américaine :

« Roger Sherman and other members of the Continental Congress wanted to prohibit Catholics from serving in the Continental army. Only three of the thirteen colonies allowed Catholics to vote. Most of the New England colonies and the Carolinas prohibited Catholics from holding office » (Waldman 49)

42Le problème des peurs extravagantes du Papisme en Nouvelle-Angleterre ne peut être abordé que dans ce contexte où les Puritains dominent la cosmologie religieuse et sociale de la colonie du Massachusetts. Comme nous l’avons déjà précisé, l’homogénéité culturelle et religieuse est le maître mot qui définit la colonie du Massachusetts même si cette homogénéité tend à s’estomper probablement à l’arrivée de contingents très restreints d’immigrants vers le milieu du XVIIIème siècle. On note également qu’un net conflit générationnel se dessine à la fin du XVIIème siècle et vient complexifier la vie religieuse et sociale du XVIIIème siècle (Zuckerman, The Fabrication 190). Pourtant, l’intolérance religieuse vient très tôt marquer la colonie puisqu’elle interdit aux Quakers de s’installer en son sein sous peine de mort, elle interdit également les pratiques du catholicisme et du judaïsme.

  • 10  Cf. Le chef spirituel des Acadiens, lettre au déporté Louis Robichaud, Halifax, le 17 septembre 17 (...)

43Le culte catholique est formellement interdit pendant la première moitié du XVIIIème siècle et tout prêtre catholique s’avisant à franchir les frontières de la colonie se verrait condamné à mort (Bonomi, 56). Pourtant, les Acadiens restent très attachés à la pratique de leur culte, ils demandent par exemple à se marier ou à baptiser les nouveaux nés. Certains prêtres s’aventureront illégalement jusque dans les localités à proximité de Boston mais ne parviendront pas à exercer le culte. Le père Pierre Maillard stationné à Halifax communiquera avec certains déportés du Massachusetts10.

44Il est ici à noter que tous les Anglo-puritains ne réserveront pas de mauvais jugements vis à vis des Acadiens puisque le révérend Ebenezer Parkman, pasteur de Westboro, où l’acadien Jean-Simon LeBlanc et sa famille résidaient en exil, écrit dans son journal devenu célèbre par la suite, sur les visites qu’il tint aux LeBlanc de 1756 à 1761. Il décrira ainsi les LeBlanc comme « affables, doux, tendres et amicaux » (Parkman 27, ma traduction). Il est toutefois indispensable de préciser que les Acadiens sont victimes d’abus physiques injustifiés et ce, par simple haine de l’étranger.

45Ces châtiments corporels qui incluent des coups de fouet sur la place publique sont effectivement détaillés dans plusieurs lettres de doléances et pétitions acadiennes envoyées aux autorités coloniales du Massachusetts notamment dans la pétition de 1756 adressée au lieutenant gouverneur Spencer Phipps et mise en place par Augustin Hébert. Dans cette pétition, Hébert déclare « avoir été battu au point qu’il a pu à peine marcher pendant deux semaines » et demande donc réparation (Lauvrière 140).

46Cette pratique de répression des vagabonds et des indigents se retrouve très tôt dans les lois britanniques, la toute première loi sociale de 1531 prévue à cet effet souhaite que les vagabonds soient battus et ramenés à leur lieu de naissance (Slack 51). Dès 1756, les Acadiens tentent de ce fait par tous les moyens de quitter le Massachusetts. Une majorité d’Acadiens repart le 1er Mars 1765 quand le gouverneur du Canada, James Murray, offre gratuitement aux immigrants qui viendraient peupler la colonie cent arpents de terre à chaque chef de famille (Bumsted 147). Dans les années 1770, les évènements politiques s’accélèrent et propulsent les Acadiens dans la Révolution américaine.

  • 11  « Robichaud était franc-tireur de la Compagnie privée de Wrentham du Capitaine Olivier Ponds, qui (...)

47En effet, certains Acadiens restés dans les treize colonies après le premier rapatriement en Nouvelle-Écosse en 1766 subissent de plein fouet la guerre d’indépendance. L’un de ceux exilé au Massachusetts, prit même part aux batailles de Lexington et Concord, le 19 avril 1775 : Pierre Robichaud. Ce dernier avait été déporté avec sa famille de Port Royal en 1755 et était resté quelque temps à Walpole11. D’autres Acadiens s’engagèrent également à partir de la Nouvelle-Écosse dans le contingent Company of Frenchmen formée par le capitaine Isaïe Boudrot en 1776 dans le comté du Cumberland sous le commandement du colonel Jonathan Eddy (d’Entremont 10).

48Certains Acadiens sont aussi forcés de partir (et chassés) par les Selectmen notamment ceux stationnés sur l’île de Nantucket au large de Boston. Il y aurait eu en 1764, quelque cinquante-deux Acadiens sur l’île mais le 13 août 1766, une assemblée générale de l’île aurait voté un avis d’expulsion étendu à l’ensemble des populations n’ayant reçu aucune invitation à résidence ou perçu comme indésirable (Karttunen 219). Ces deux derniers éléments nous indiquent bien que les modes d’identification de l’individu ou du groupe extérieur devaient attester des relations de confiance de la communauté pour pouvoir séjourner à ses côtés.

49Somme toute, l’accueil réservé aux Acadiens dans la colonie du Massachusetts peut être qualifié d’ambivalent surtout si l’on prend en considération l’époque et l’absence de coutumes d’hospitalité pour les étrangers de la colonie puritaine. Après des années d’exil, l’identité acadienne s’était donc séparée de toute référence territoriale à l’Acadie.

50Par ailleurs, l’exil dans le Massachusetts aura profondément marquée l’identification des Acadiens dans le sens où le terme « acadien » lui même aura été oublié au profit de dénominations cristallisantes. Comme l’écrit Jan Assmann : « dès lors qu’un groupe prendrait conscience d’un changement décisif, il cesserait d’exister en tant que tel et céderait la place à un groupe nouveau » (Assmann 37). Ainsi, la discontinuité identificatrice qu’a représentée l’exil acadien dans les treize colonies américaines sera rarement mise en avant par le discours historique mais a largement alimenté la fragmentation du groupe dont l’unité identitaire fut inventée par la littérature américaine du XIXème siècle.

Haut de page

Bibliographie

Arkell, Tom, « The Incidence of Poverty in England in the Later Seventeenth Century » Cambridge : Social History, vol. 23, N°1, sept.1987 ; p. 23-47.

Assmann, Jan, La Mémoire culturelle. Ecriture, souvenir et imaginaire politique dans les civilisations antiques, Paris : Flammarion, 2010.

Bailyn, Bernard, The Ideological Origins of the American Revolution, Cambridge :The Belknap Press of Harvard University Press, 1967.

Bakos, Adrianna et al, Politics, Ideology and the Law in Early Modern Europe, New York : University of Rochester Press, 1994.

Benton, Josiah Henry, « Massachusetts Early Census (1765) » in Early Census Making in Massachusetts, 1643-1765 : With a Reproduction of the Lost Census of 1765 and Documents Relating Thereto, Boston : Charles E. Goodsped, Bibliolife, 2010.

Bonolas, Philippe, « La Question des étrangers à la fin du XVIe siècle et au début du XVIIe siècle », Paris : Revue d’histoire moderne et contemporaine, vol. 2, N° 36, sept.1989 ; p. 304-317.

Bonomi, Patricia Updegraff, Under the Cope of Heaven : Religion, Society and Politics in Colonial America, New York : Oxford University Press, 1986.

Brasseaux, Carl, Scattered to the Winds, Dispersal and Wanderings of the Acadians, 1755-1809, Lafayette : University of Southwestern Louisiana, 1991.

Bridenbaugh, Carl, « The New England Town : A Way of Life » Boston : American Antiquarian Society, vol. 1, N°56, dec.1946 ; p. 19-48.

Bumsted, J.M, A History of Canadian Peoples, A Pre-Confederation History, Toronto : Oxford University Press, 1992.

Collection Placide Gaudet, « Acadian Genealogy and Notes », RG 81, Appendix E, 1906, volume 2, Halifax : Public Archives of Nova Scotia, Nov. 1755.

D’Entremont, Clarence, « La participation acadienne à l’indépendance américaine » Moncton : Cahiers de la Société historique acadienne, vol. 6, N°1, oct.1956; p. 5-18.
Disponible sur Internet : http://www.museeacadien.ca/french/archives/articles/index.htm

Faragher, John Mack, A Great and Noble Scheme, the Tragic Story of the Expulsion of the French Acadians from Their American Homeland, New York : W.W Norton and Company, 2005.

Fogleman, Aaron S, « From Slaves, Convicts, and Servants to Free Passengers : the Transformation of Immigration in the Era of the American Revolution » Bloomington : Journal of American History, vol. 1, N°85, dec.1985 ; p. 43-76.

Griffiths, Naomi, The Contexts of Acadian History, Montreal & Kingston : Mc Gill-Queen’s University Press, 1992.

Groebner, Valentin, Who Are You ? Identification, Deception, and Surveillance in Early Modern Europe, New York : Zone Books, 2007.

Herndon, Ruth Wallis, Unwelcome Americans. Living on the Margin in Early New England, Philadelphia : University of Pennsylvania Press, 2001.

Hindus, Michael, Prison and Plantation : Crime, Justice and Authority in Massachusetts and South Carolina, 1767-1878, Chapel Hill : University of North Carolina Press, 1980.

Hodson, Christopher, « Exile on Spruce Street : An Acadian History » Williamsburg : TheWilliam and Mary Quarterly, 3d series, vol. 62, N°2, sept. 2010 ; p. 250-278.

Isaacson, Walter, Benjamin Franklin : An American Life, New York : Simon and Schuster, 2003.

Karttunen, Frances Ruley, The Other Islanders, People Who Pulled Nantucket’s Oars, New Bedford : Spinner Publications, 2005.

Landry François, « Francis Landry’s letter, 1756 », Ipswich : Archives du Musée d’Ipswich (Massachusetts), courtoisie de Pat Tyler.

Landry, Nicolas, Lang, Nicole, Histoire de l’Acadie, Québec :Editions du Septentrion, 2001.

Lauvrière, Emile, La Tragédie d’un Peuple. Histoire du Peuple acadien de ses origines à nos jours. Tome second, Paris : Editions Bossard, 1922.

LeBlanc, Robert A, « Les migrations acadiennes » Québec : Cahiers de géographie du Québec, vol.23, N°58, déc.1978 ; p. 99-124.

Le Trosne, Guillaume, Mémoire sur les vagabonds et mendiants (première publication Paris, 1763), Paris : Gallica, bibliothèque numérique de France. Disponible sur Internet : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k42938f.image.f6

Lowe, Richard G, « Massachusetts and the Acadians » Williamsburg : The William and Mary Quarterly, vol.25, N°2, sept.1968; p. 212-229.

Maillet, Marguerite, LeBlanc, Gérard, Emont, Bernard, Anthologie de textes littéraires acadiens, 1606-1975, Moncton : éditions d’Acadie, 1992.

Marble, Allan Everett, Surgeons, Smallpox and the Poor. A History of Medicine and Social Conditions in Nova Scotia, 1749-1799, Montreal & Kingston : Mc Gill-Queen’s University Press, 1993.

Miller, Perry, Johnson, Thomas H, The Puritans : A Sourcebook of their Writings, 2 volumes bound as one, New York : Dover Publications, 2001.

Morgan, Edmund, The Puritan Family, New York : Harper Torchbook, 1966.

Morgan, Gwenda, Rushton, Peter, « Visible bodies : Power, Subordination and Identity in the Eighteenth-century Atlantic World » Cambridge : Journal of Social History, vol.34,N°1, avr.2005; p. 39-64.
Disponible sur Internet : http://muse.jhu.edu/journals/journal_of_social_history/v039/39.1morgan.html

Parkman, Ebenezer, The diary of Rev. Ebenezer Parkman, of Westborough, Mass : for the months of February, March, April, October, and November, 1737, November and December of 1778, and the years of 1779 and 1780, Westborough  : Westborough Historical Society, 1899.

Slack, Paul, The English Poor Law, 1531-1782, Cambridge : Cambridge University Press, 1995.

« The Acts and Resolves, Public and Private, of the Province of the Massachusetts Bay, Boston 1878-1922 », Boston : archives du Massachusetts, vol. 14, N°401, oct.1958.

Travill, Albert, « Juan Luis Vives : The De Subventione Pauperum », Waterloo  : Canadian Bulletin of Medical History, vol. 4, N°12, sept.1972; p. 165-181.

Waldman, Steve, Founding Faith. Providence, Politics, and the Birth of Religious Freedom in America, New York  : Random House, 2008.

Zuckerman, Michael, Peacable Kingdoms. New England Towns in the Eighteenth Century, New York  : W.W.Norton & Company, 1970.

Zuckerman, Michael, « The Fabrication of Identity in Early America » Williamsburg : The William and Mary Quarterly, vol. 34, N° 3, sept.1977; p.184-214.

Haut de page

Notes

1  Voir a ce titre les statistiques de : LeBlanc Robert A., « Les migrations acadiennes », Cahiers de géographie du Québec, vol.23, N°58, avril 1979, p.99-124 et Naomi Griffiths, The Contexts of Acadian History, Mc Gill-Queen’s University Press, Montréal & Kingston, 1992.

2  « The Acts and Resolves, Public and Private, of the Province of the Massachusetts Bay », Boston 1878-1922, 14, 401.

3  Massachusetts House of Representatives, « Report of the Committee on the condition of the French deportees », 5 November 1755, Gaudet Appendix E, 81.

4  Rappelons à ce titre que les idées physiocrates ont inspiré un projet d’établissement des Acadiens suite au Grand-Dérangement en France.

5  Voir à ce sujet l’article de Christopher Hodson, « Exile on Spruce Street : An Acadian History », Williamsburg : TheWilliam and Mary Quarterly, 3d series, Volume.67, N°2, April 2010, pp 250-278.

6  Sa vie nous est également connue de par sa correspondance soutenue avec sa dernière fille, Vénérande Robichaud (1753-1839) voir Anthologie de textes littéraires acadiens, 1606-1975, Marguerite Maillet et al.

7  « Yet they do not stand out as starkly as they might, for in eighteenth-century Massachusetts there was no clear distinction between child and adult. Portraits of Puritan children show only scaled-down adults, not children as the romantic nineteenth century would have recognized them. » (Zuckerman, 73).

8  Cette lettre m’a été transmise par le Musée d’Ipswich, Massachusetts.

9  Ainsi que Claude Benoit à Oxford, Claude LeBlanc, Charles Daigle et Pierre LeBlanc à Concord, Augustin LeBlanc à Worcester, Jacques Hebert et Joseph Vincent à Andover, Antoine Hebert à Waltham.

10  Cf. Le chef spirituel des Acadiens, lettre au déporté Louis Robichaud, Halifax, le 17 septembre 1761, (Marguerite Maillet et al, 113).

11  « Robichaud était franc-tireur de la Compagnie privée de Wrentham du Capitaine Olivier Ponds, qui répondirent à l’alarme du 19 avril 1775, pour un service de 7 jours » voir l’article de Clarence d’Entremont, « La participation acadienne à l’indépendance américaine », Moncton : Cahiers de la Société historique acadienne, Vol.7, N°1, Mars 1976, p 5-18.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Adeline Vasquez-Parra, « Identifier et intégrer les groupes non-anglophones dans la Nouvelle-Angleterre coloniale », Amerika [En ligne], 5 | 2011, mis en ligne le 20 décembre 2011, consulté le 28 juillet 2017. URL : http://amerika.revues.org/2547 ; DOI : 10.4000/amerika.2547

Haut de page

Auteur

Adeline Vasquez-Parra

Université Libre de Bruxelles
avasquez@ulb.ac.be

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo ERIMIT - Equipe de recherche interlangues : mémoire, identités, territoires
  • Les cahiers de Revues.org