Navigation – Plan du site
Autour du Mexique

Humboldt revisité : esthétique du danger et histoire culturelle

Humboldt Revisited : Cultural History and the Esthetics of Danger
Jean-Marie Lassus

Résumés

L’article décrit l’approche de Humboldt par Jaime Labastida, sa relecture des écrits du savant allemand et la réflexion qu’il mène sur sa réception et son image au Mexique et en Amérique latine depuis le XIXème siècle. Loin des récupérations nationalistes des pays qui se le sont appropriés, Humboldt apparaît ainsi davantage comme une figure universelle  et moderne, témoignant d’une indépendance d’esprit par rapport aux politiques officielles. L’interprétation de Labastida montre aussi comment a évolué l’image de Humboldt, de l’explorateur courageux du XIXè siècle à l’homme de Sciences. Elle pose aussi une question très actuelle : celle de l’interpénétration des sciences et des cultures, autre volet de la dimension universelle du savant allemand et de la pensée de Jaime Labastida.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Labastida, Jaime, Estética del peligro, México : Siglo XXI editores en co-édition avec le Colegio (...)
  • 2  Nous traduisons.

1L’ouvrage publié par El colegio de Sinaloa et Siglo XXI Editores en 2008 sous l’intitulé : Jaime Labastida, Estética del peligro1-Une esthétique du danger-, réunit plusieurs textes de l’auteur sous sa coordination. Ces écrits furent publiés à différentes époques et leur point commun semble être la quête simultanée d’une éthique et d’une esthétique, fait qui mérite d’être souligné, car il structure non seulement la pensée de l’auteur mais aussi l’ensemble des thèmes qui y sont abordés, depuis les textes théoriques de Marx jusqu’à l’analyse de la réalité politique et sociale du Mexique et de l’Amérique latine. La politique y est considérée comme une esthétique, mais, « une esthétique du danger ».
Cette approche originale est mise en relief par l’ensemble des articles qui constituent l’ouvrage et la façon dont ils sont « musicalement » présentés, en cinq mouvements dont les titres auraient aussi bien pu renvoyer à une partition musicale : le « prélude » est une conversation de Jaime Labastida avec Roberto García Bonilla, où sont abordés les sujets les plus divers, de Marx à Octavio Paz et où surtout l’auteur s’explique sur sa conception philosophique et esthétique de la politique et sur des concepts tels que « l’identité », qu’il accompagne toujours d’une réflexion sur la « différence ». Les cinq autres mouvements suivants s’intitulent respectivement : « I. Allegro : le marxisme en perspective » ; « II. Interlude : Démocratie et erreur » ; « III. Andante : Histoire et idéologie » ; « IV. Adagio : le Mexique hier et aujourd’hui » ; « V. Coda : le Mexique à nouveau »2. Le thème qui nous intéresse, c'est-à-dire les essais qu’il consacre à Alexander von Humboldt, appartiennent essentiellement au prélude, mais surtout au Coda, à son tour divisé en 3 mouvements, comme pour reprendre la structure de la partition musicale qui organise l’ensemble de l’œuvre : « 1. Allegro moderato : Humboldt voyageur et critique » ; « 2. Adagio, ma non troppo. L’impact de son œuvre. » ; « 3. Andante finale. Humboldt dans la ville de Mexico ». On ne saurait mieux lier la forme et le fond, l’esthétique (musicale) et l’éthique qui se dégagent de la trajectoire de l’illustre voyageur, avec parfois une dimension humoristique qui, sans jamais se départir de réflexions d’une certaine gravité, rend cette approche de Jaime Labastida d’autant plus attachante et originale.

Passion et conflits d’interprétation

  • 3  Labastida, Jaime, Humboldt ese desconocido, México : Secretaría de Educación pública, 1975. Cet ou (...)

2Dans l’entretien qu’il accorde à Roberto García Bonilla, Jaime Labastida rappelle que sa rencontre d’abord fortuite avec Humboldt ne tarda pas à se transformer en une véritable passion. Sa première approche de l’œuvre du savant allemand avait été la lecture de l’Essai politique sur le royaume de la Nouvelle Espagne (1822), avant qu’un ami ne lui demande de traduire Vues des cordillères et monuments des peuples indigènes de l’Amérique –1810-, puis d’en rédiger le prologue. Ce qui –à juste titre- était apparu à Jaime Labastida comme une entreprise colossale, car il lui fallait relire l’œuvre prolifique du savant allemand, ne tarda pas à se convertir en un passionnant état des lieux et en une exploration des conditions de réception de son œuvre particulièrement édifiante. Cette « rencontre » entre l’œuvre du savant allemand et le philosophe espagnol devait donner lieu à un essai Humboldt ese desconocido -Humboldt, cet inconnu- publié en 1975 par la SEP3. Labastida constate alors que dans la plupart des pays latino-américains Humboldt est largement un « inconnu », et que son œuvre est loin d’avoir été explorée dans toutes ses dimensions : partout il est considéré comme un « héros » intellectuel ou politique. Au Venezuela par exemple, ce serait le personnage historique le plus connu après Bolivar, où de nombreuses rues et places publiques portent son nom. Mais ce que regrette Labastida est que chaque pays latino-américains n’ait retenu de Humboldt que la contribution scientifique du savant allemand à chaque nation, presque toujours sans envisager son apport universel. Il déplore qu’au Mexique, où il reconnaît pourtant que des études sérieuses ont été menées sur ses écrits, on ne se soit concentré que sur les deux écrits cités plus haut. Il fait référence à des historiens de premier ordre –José Fernando Ramírez, Alfredo Chavero, Joaquín García Izcalbazeta, Manuel Orozco y Berra-, qui se sont intéressés aussi à ses travaux sur la géographie.

  • 4  Humboldt, Alexander von, Personal Narrative of Travels to the Equinoctial Regions of the New Conti (...)
  • 5  Labatida, Jaime, Estética del peligro, op. cit., p. 39-40.
  • 6  Ibid.,p. 40.

3Son œuvre aurait été ensuite mal interprétée : au Mexique notamment, où il aurait été l’objet de polémiques et d’anathématisation : accusé d’avoir plagié les savants de la Nouvelle Espagne, Humboldt n’est plus qu’un autre « homme des Lumières » en dialogue avec d’autres savants éclairés. Or, ce que découvre Labastida et qui l’oppose radicalement à cette approche, est que non seulement Humboldt n’est pas une figure du XVIIIème siècle, mais qu’il s’agit du savant le plus important de la première moitié du XIXème siècle. Sa « dimension universelle » le placerait largement au-dessus des préoccupations de ses homologues, par ailleurs adeptes d’un esprit philosophique des Lumières plutôt modéré, c'est-à-dire soucieux de ne jamais contredire la Bible et les Saintes Ecritures. Pour Jaime Labastida, Humboldt annonce Darwin, et il n’y a personne en Nouvelle Espagne qui n’ait alors cette dimension. Quant à la réception de ses œuvres, il regrette notamment le peu d’attention portée par les Mexicains aux Voyages aux régions équinoxiales du Nouveau Continent (1807-1834). Aucune traduction n’en a été faite alors en espagnol, alors qu’en Angleterre on en publiait une sous le titre Personal narrative (1818-1826)4, qui devait d’ailleurs avoir une influence décisive sur Darwin, qui l’emporta avec lui dans son voyage autour du monde (1831-1836)5. Labastida déplore enfin qu’au Mexique on ne trouve aucun article sur cette œuvre monumentale, tandis que les traductions vénézuéliennes consultées par l’auteur mettent entre parenthèses tout ce qui n’évoque pas le Venezuela.
Il apparaît donc bien que Humboldt reste un inconnu pour les latino-américains, hormis lorsqu’il s’agit d’en faire un héros national : « Il existe comme on le voit un Humboldt nationalisé, un héros intellectuel dans chacun de ces pays. Je constate au contraire que Humboldt est une figure de dimension universelle ; je crois qu’il est décisif car il ouvre la planète entière à la connaissance scientifique. »6.

4Jaime Labastida ne cache pas sa fascination pour l’étendue de la curiosité de Humboldt dans tous les domaines des sciences sociales, qu’ils soient militaire, historique, linguistique, démographique, archéologique économique ou politique, notamment lorsqu’il utilise les données de l’Economie politique moderne. D’après Labastida, cet intérêt serait venu à Humboldt au contact des pays andins, avant de s’accroître à Cuba et en Nouvelle Espagne.

Modernité de Humboldt

  • 7  « (…) ils veulent catéchiser, c'est-à-dire détruire l’Autre, l’indifférent, l’infidèle, l’idolâtre (...)
  • 8  Ibid., p. 361.
  • 9  Pour Jaime Labastida les expéditions  botaniques de José Celestino Mutis et Fancisco José de Calda (...)
  • 10  Ibid., p. 364.

5Dans le second article inclus dans l’édition citée de Estética del peligro qu’il consacre au savant allemand, Labastida précise son interprétation et ses interrogations, qui portent en premier lieu sur ce qui rapproche ou différencie Humboldt des autres voyageurs ayant parcouru l’Amérique : les voyageurs du XVIème siècle peuvent être classés selon lui en deux catégories –les conquérants et les missionnaires-. Les premiers sont en général des hommes du peuple exclus du système hiérarchique d’une Espagne qui se situe alors entre le Moyen Age et la Renaissance, aventuriers assoiffés d’or cherchant à acquérir un nouveau statut social sur le sol américain. Les seconds sont des hommes de foi, les « illuminés » qui voient dans le Nouveau Monde la terre promise dont ils doivent sauver les habitants de l’emprise du démon, quitte à détruire l’Autre7.
Or les voyageurs du XVIIIème et du XIXème siècles possèdent d’autres caractéristiques : ils ne cherchent plus à racheter les âmes ni à accomplir l’œuvre de Dieu en évangélisant le monde entier, mais à le connaître parfaitement : « La planète entière doit être connue, et peut-être mieux encore, reconnue. »8.
La dynastie des Bourbons qui accède au trône espagnol en 1700 est l’héritière de la rationalité française et n’hésite pas à organiser des expéditions scientifiques à l’instar des Français, des Anglais et des Hollandais afin d’explorer scientifiquement la planète, non sans arrière-pensée coloniale et capitaliste, mêlant ambitions économiques et politiques. Car il ne s’agit plus comme au XVIème siècle de gagner de nouveaux territoires pour l’Empire : il faut maintenant renforcer et moderniser un Empire en retard dans ses systèmes économiques d’exploitation des puissances européennes émergentes9.
Mais ces expéditions ont désormais un caractère scientifique indéniable, comme le montre l’examen de la flore et de la géographie américaine selon des perspectives modernes mais aussi selon une méthode de conservation des savoirs discutable : car le fruit de ces travaux s’inscrivant dans le cadre d’intérêts politiques et économiques de la monarchie espagnole, ils sont jalousement gardés dans des archives (Archives Royales de Madrid) et sont demeurés malheureusement inédits10.

  • 11  « Humboldt n’est pas au service de la Couronne d’Espagne ni du monarque prussien (j’ai déjà dit qu (...)
  • 12  Ibid., p. 364.
  • 13  Ibid., p. 366.

6Devant cette situation, Humboldt se distingue encore par son indépendance : comme il n’est au service d’aucun gouvernement, il ne dépend d’aucun monarque ou entreprise commerciale11.Il diffuse donc immédiatement le fruit de ses travaux au sein de la communauté intellectuelle européenne et américaine, et a fortiori éclairée.
C’est la grande modernité du savant allemand, que Labastida exprime en ces termes : « Humboldt adopte l’attitude des chercheurs modernes : il partage son travail avec la communauté scientifique mondiale, sans restriction nationaliste : c’est de cette manière que l’on fait progresser la science. »12.
Afin de mieux faire connaître les résultats de ses travaux et au lieu de les enfermer dans les coffres des archives royales comme un secret d’Etat, le savant allemand met son œuvre à la disposition des personnes cultivées de son époque, ne lésinant jamais sur les frais de son entreprise, si gigantesque que Labastida ne lui voit pas d’autre équivalent que l’Encyclopédie de Diderot13. Mais ce qui pour Labastida est remarquable, c’est qu’il affine en même temps un outil théorique dont il ne se séparera plus, et qu’il nomme « empirisme raisonné ». C’est pourquoi il est si différent des savants qui se contentent de ne recueillir que les faits, sans les intégrer dans un cadre théorique qui leur donne leur cohérence. La modernité de Humboldt est également décelable dans sa lucidité autant que sa rigueur : il évalue à sa juste mesure le degré de développement atteint par les cultures précolombiennes méso-américaines.

  • 14  Ibid., p. 373. Nous traduisons.

7Car Humboldt est aussi un chercheur de premier ordre dans le domaine des cultures méso-américaines où son apport est décisif et il relève un fait qui mérite d’être souligné : si toute l’Europe regorge alors de monuments grecs et égyptiens, l’Allemagne possède à côté de ces monuments une grande quantité de pièces archéologiques méso-américaines que l’on doit aux travaux et à la curiosité de Humboldt : « Il faut tracer une ligne de recherche rigoureuse qui part de Bernardino de Sahagún et arrive à Humboldt, et de celui-ci à nos jours. Incroyable ! L’année où l’on a célébré le cinquième Centenaire de la naissance du frère augustin et du bicentenaire de l’arrivée de Humboldt en terres américaines était le même : 1999 ! »14.

  • 15  Ibid., p. 374.
  • 16  Ibid., p.377.

8Dans le domaine des études amérindiennes il y a même pour Labastida un « avant » et un « après » Humboldt. Et la rupture se justifie par la méthode employée : comme on l’a vu, il s’écarte des textes bibliques cherchant à rendre compatible la découverte du Nouveau Monde avec les Ecritures Sacrées « (…) pour suivre une méthode lumineuse : celle des comparaisons universelles. »15. C’est ce qui le différencie radicalement, selon Labastida, des chercheurs adeptes d’une méthode fermée, dont les concepts ne s’appliquent qu’à un continent et à une culture. Alors que Humboldt, sur la base du calendrier nahua, établit au contraire une comparaison très éclairante entre les civilisations des deux côtés de l’Atlantique. Pour Labastida, Humboldt est le premier à avoir fait cette découverte jamais inégalée depuis : la conception du temps chez les peuples méso-américains (dont ils ne pouvaient se faire une idée abstraite) était indissociable de leur conception de l’espace. En observant le zodiac des peuples nahuatl, où figurent les animaux qui indiquent les maisons du soleil Humboldt, s’aperçoit qu’ils mesuraient simultanément l’espace et le temps.
Ce que Labastida admire aussi chez Humboldt, c’est son intuition de la pensée mythique précolombienne : la pyramide est le point de contact mythique entre le ciel et la Terre (sic) ; comme les arbres et les plantes, la pyramide naît de la Terre et elle s’unit à elle par ses fondements. Mais pour garder le lien mythique, la pyramide reproduit sur sa base l’image d’un dieu, par exemple le Seigneur du « Monde d’en bas », Mictlantecuhtli. Ces trois espaces sacrés que sont la surface terrestre, l’inframonde et le ciel, entrent ainsi étroitement en contact : de la voûte céleste tombe l’eau, qui fertilise, et qui est à la fois sang et vie. Les pyramides sont des êtres vivants qui, comme les plantes, ont besoin d’un espace pour respirer, etc. Après avoir exposé ces conceptions, Labastida conclut : « Tout ce que je dis là, c’est Humboldt qui me l’a fait remarquer. Ma proposition développe sa thèse. Rationaliste comme il l’était, Humboldt ne pouvait pas comprendre une vision mythique de la vie et du cosmos, mais dans sa thèse se trouve en germe ce que je dis. »16.

Esthétique du danger et histoire culturelle

9N’étant au service d’aucun prince, Humboldt prend des risques lorsqu’il finance sur fonds propre des voyages qui ne tardent pas à engloutir le tiers de son héritage, tandis que l’édition des trente volumes de Voyages aux régions équinoxiales du Nouveau Continent le ruinera.

10Pour mener à bien son expédition scientifique, il sillonnera de 1799 à 1804 le Venezuela, la Colombie, l’Equateur, le Pérou, le Mexique et Cuba. Déployant une activité hors du commun, nourrie par une curiosité insatiable qui l’amène à s’intéresser (entre autres sciences) aussi bien à la géographie qu’à la biologie ou à la zoologie, à la météorologie qu’aux sciences sociales, politiques et démographiques, Humboldt acquiert sous la plume de Jaime Labastida une dimension telle que le philosophe n’hésite pas à le rapprocher des récits de fiction contemporains :

  • 17  Ibid., p. 368. Nous traduisons.

Le premier impact de son voyage dans l’Europe savante, qui le suit à travers des publications périodiques, est dû à sa propre audace : il descend dans les mines ; traverse les Andes à pied, suivi par les grands animaux domestiques portant ses précieux appareils scientifiques : télescope, microscope, sextant et baromètre, théodolite, hygromètre. Il remonte l’Orénoque, dans un voyage qui est à la fois proche et différent de celui qu’un demi-siècle plus tard entreprendra, dans Le partage des eaux, le romancier cubain Alejo Carpentier. Il escalade le Chimborazo avec ses appareils scientifiques sur le dos (sans vêtements ni bottes pour la neige) (…) Sur l’une des rives de l’Orénoque, il découvre le cimetière d’un peuple inconnu…17

  • 18  Ibid., p. 370. Nous traduisons.

11Jaime Labastida énumère tous les risques que prend le savant allemand pour combler sa curiosité scientifique, payant de sa poche les graveurs et les dessinateurs chargés de représenter la flore et la faune des contrées traversées. Si bien que les trente volumes du Voyages aux régions équinoxiales du Nouveau Continent doivent être regardés comme le résultat d’un travail d’équipe, ou « (…) comme une vaste collaboration  interdisciplinaire, un effort éditorial, artistique et scientifique à la fois » (…) dû à l’effort et aux ressources économiques d’un seul homme. »18.

  • 19  González, Beatriz, “La escuela de Humboldt Los pintores viajeros y la nueva concepción del paisaje (...)

12Certains peintres académiques avaient voyagé en Amérique parce qu’ils avaient lu les œuvres de Humboldt : Jean-Baptiste-Louis Gros (1793-1870) y Auguste Le Moyne (ca. 1815-ca. 1880), ou encore le peintre nord-américain Frederic Edwin Church (1826-1900). Ce dernier aurait accompagné un ami à la recherche d’un de ses frères dans les forêts du Magdalena à hauteur de Guaduas. Pour le convaincre, il lui offrit un projet de description physique du monde qui venait de paraître dans une version anglaise en 1848. Church fut tellement convaincu que non seulement il l’accompagna, mais qu’il forma le projet de parcourir les mêmes endroits par où était passé Humboldt19. D’autres avaient fait le voyage aux Amériques sur recommandation de Humbodt et avaient reçu des indications exactes sur les lieux et la composition des représentations de la nature. On compte au nombre des plus importants d’entre eux Johann Moritz Rugendas (1802-1858), Ferdinand Bellermann (1814-1889) y Albert Berg (1825-1884). Le premier a donné lieu au roman de l’argentin César Aira, Un episodio en la vida del pintor viajero (2000), où Humboldt est présenté selon une perspective que n’aurait pas reniée Labastida et qui met en valeur toute sa modernité.

  • 20  Le texte de Aira relève l’admiration qu’éprouvait Humboldt pour Rugendas, lui conseillant de ne pa (...)

Alexander von Humboldt (1760-1859) fut un savant universel, peut-être le dernier ; il prétendait appréhender le monde dans sa totalité ; la vue lui parut être le chemin le plus adéquat pour y parvenir, par quoi il adhérait à une longue tradition. Mais il s’en écartait dans la mesure où ce qui l’intéressait, ce n’était pas l’image isolée, « l’emblème » de la connaissance, mais la somme d’images coordonnées dans l’ensemble d’un tableau, dont le « paysage était le modèle (…).20

13Cette activité hors du commun fera cependant naître un malentendu auprès de ses contemporains européens, qui le verront davantage comme un explorateur audacieux et courageux que comme un véritable scientifique. Or c’est tout le mérite de Jaime Labastida de de souligner la dimension véritable du savant allemand, mais aussi de ses équipes de peintres scientifiques, car ils mettaient aussi en application à leur manière une même esthétique du danger.

  • 21  Labastida, Jaime, op. cit., p. 412.
  • 22  Ibid., p. 386-387.

14Pour plusieurs de ces raisons l’approche de Jaime Labastida nous semble constituer un apport important dans le domaine des études consacrées à l’histoire culturelle, notamment par sa volonté de présenter Humboldt comme un homme des cultures autant que des sciences. Le Mexique a suscité chez le savant allemand des réactions contrastées d’attirance et de rejet : admiration et enthousiasme d’une part, mais aussi critique des conditions de vie dans la capitale, de sa misère sociale et sanitaire et d’un environnement dégradé. Labastida rappelle cette phrase cruelle qui a fait dire à Humboldt que la Nouvelle Espagne lui apparaissait sur le plan social, politique, économique comme « le » pays de l’inégalité, qui demeure malheureusement un trait permanent encore aujourd’hui21 : « Il n’existe peut-être nulle part une inégalité aussi épouvantable que celle qu’il y trouve « dans la distributions des richesses, la civilisation, la culture de la terre et la population. »22. Mais c’est aussi lui qui éveille de façon définitive l’intérêt pour les cultures mésoaméricaines en demandant que soit déterrée la Coatlicue que le vice roi avait fait enterrer. Ce qui en soit est tout un symbole.

Conclusion

  • 23  « Un concept domine cette immense exploration de portée universelle : celui de l’équilibre –qui es (...)
  • 24  Rasmussen, Anne, « La fabrique de la science : un objet pour l’histoire culturelle », in L’histoir (...)
  • 25  Ibid., p. 352.
  • 26  Voir note 20.
  • 27  Ibid., p. 352-353.

15Pour Jaime Labastida, le concept d’identité n’est pertinent que si on l’accompagne d’une réflexion sur la différence, tandis qu’une notion domine l’œuvre de Humboldt, celle de la quête d’un équilibre23. Mais cette notion pourrait aussi bien s’appliquer à la pensée du philosophe mexicain. C’est pourquoi lorsqu’il aborde les travaux d’un esprit universel comme celui de Humboldt, il s’oppose à toute interprétation nationaliste étroite de son œuvre. Ce discours est d’autant plus utile et pertinent à l’heure des commémorations nationales et des « récupérations » en tout genre et il est aussi d’une grande actualité. Mais surtout il ouvre des perspectives intéressantes pour le débat sur l’appartenance de la science à la culture.
Il semble évident que toute la trajectoire de Humboldt plaide pour l’appartenance de la science à l’histoire culturelle, mais cela ne va sans doute pas toujours de soi non plus. Car, comme le rappelle Anne Rasmussen, cette interrogation a traversé le débat intellectuel depuis plus d’un siècle, soulignant les relations conflictuelles entre « science » et « culture »24.
Elle pose la question des places respectives de l’histoire des sciences et de l’histoire culturelle et de leurs interférences, et de la « déconstruction du monolithe science »25.
Cette déconstruction qui passe par la prise au sérieux des « catégories indigènes et leur dénomination » voisinant avec les noms scientifiques latins des plantes26 est précisément ce qu’entreprend Humboldt, la science ne pouvant plus désormais être incarnée par une méthode et des énoncés collectifs, mais dans une multitude de champs disciplinaires (lieux, conditions sociales, langage), par la transformation des pratiques cognitives et culturelles.
La deuxième déconstruction a précisément à voir avec « des pratiques multiples, à la fois cognitives et culturelles, épistémologiques et sociales, discursives et matérielles27. Autant de voies explorées par Humboldt, qui sont bien loin de l’image « nationaliste » des discours étatiques qui se l’approprient. Car c’est bien dans ce décloisonnement fondamental que se trouvent l’actualité et la modernité sans cesse renouvelée de Humboldt, et sa dimension universelle. Dimension qui est aussi celle de la pensée de Jaime Labastida, pour qui la vision critique de l’histoire du Mexique actuel ne saurait se passer de l’histoire de ses représentations.

Haut de page

Bibliographie

Aira, César, Un épisode dans la vie du peintre voyageur, traduit de l’espagnol (Argentine) par Michel Lafon, Marseille : André Dimanche éditeur, 2001.

González, Beatriz, “La escuela de Humboldt Los pintores viajeros y la nueva concepción del paisaje”, Revista Credencial Historia, Bogotá : febrero 2000, N° 122.

Humboldt, Alexander von, Personal Narrative of Travels to the Equinoctial Regions of the New Continent, During the Years 1799-1804, Longman, Hurst, et al. 1818-1826.

Labastida, Jaime, Estética del peligro, México : Siglo XXI editores en co-édition avec le Colegio de Sinaloa, 2008.

Labastida, Jabastida, Humboldt ese desconocido, México : Secretaría de Educación pública, 1975.

Rasmussen, Anne, « La fabrique de la science : un objet pour l’histoire culturelle », in L’histoire culturelle du contemporain, sous la direction de Laurent Martin et Sylvain Venayre, Paris : Nouveau Monde Editions, 2005.

Haut de page

Notes

1  Labastida, Jaime, Estética del peligro, México : Siglo XXI editores en co-édition avec le Colegio de Sinaloa, 2008.

2  Nous traduisons.

3  Labastida, Jaime, Humboldt ese desconocido, México : Secretaría de Educación pública, 1975. Cet ouvrage est d’un accès assez difficile aujourd’hui et c’est pourquoi nous tenons à remercier tout particulièrement nos collègues de l’Université de Veracruz, Dr Mario Muñoz et Maestra Bertha Ladrón de Guevara, pour leur aide précieuse à la recherche de ce document.

4  Humboldt, Alexander von, Personal Narrative of Travels to the Equinoctial Regions of the New Continent, During the Years 1799-1804 : Longman, Hurst, et al. 1818-1826.

5  Labatida, Jaime, Estética del peligro, op. cit., p. 39-40.

6  Ibid.,p. 40.

7  « (…) ils veulent catéchiser, c'est-à-dire détruire l’Autre, l’indifférent, l’infidèle, l’idolâtre, possédé par le démon ». Ibid., p. 360. Nous traduisons.

8  Ibid., p. 361.

9  Pour Jaime Labastida les expéditions  botaniques de José Celestino Mutis et Fancisco José de Caldas dans le Nouveau Royaume de Grenade et de Martín Sessé en Nouvelle Espagne et sur la côte nord-est de l’Amérique du Nord notamment sont représentatives de ce point de vue. Jaime Labastida, Ibid., p. 363.

10  Ibid., p. 364.

11  « Humboldt n’est pas au service de la Couronne d’Espagne ni du monarque prussien (j’ai déjà dit que l’Allemagne en tant que telle n’existait pas à cette époque et n’était pas un pays développé mais au contraire l’une des nations les plus en retard d’Europe, sauf en matière de musique, de littérature et de philosophie (…) » Ibid., p. 364. Nous traduisons.

12  Ibid., p. 364.

13  Ibid., p. 366.

14  Ibid., p. 373. Nous traduisons.

15  Ibid., p. 374.

16  Ibid., p.377.

17  Ibid., p. 368. Nous traduisons.

18  Ibid., p. 370. Nous traduisons.

19  González, Beatriz, “La escuela de Humboldt Los pintores viajeros y la nueva concepción del paisaje” Revista Credencial Historia, Bogotá, febrero 2000, N° 122. disponible sur Internet sur : razoncartografica.com/articulos-web, dernière consultation le 9 avril 2011.

20  Le texte de Aira relève l’admiration qu’éprouvait Humboldt pour Rugendas, lui conseillant de ne pas gâcher son talent et de ne dessiner que ce qu’un paysage avait réellement d’exceptionnel. La description des végétaux qui suit témoigne de ce regard universel de Humboldt tentant d’appréhender le monde dans sa totalité : « Filicinées, lataniers, palmiers à feuilles pennées, bambous, cactus cylindriques, mimosas à fleurs rouges, ingas (à longues tiges et à grandes feuilles), malvacées à feuilles digitées, de la taille d’un arbuste, tout particulièrement l’arbre à menottes (Cheirantodendron) à Toluca ; le célèbre thuya d’Atlisco (le millénaire cyprès chauve) aux environs de Mexico (…) un Theobroma cacao dont les fleurs poussent sur les racines ; les racines externes de quatre pieds de hauteur, en forme de pieux ou de lattes, du cyprès chauve ». Aira, César, Un épisode dans la vie du peintre voyageur, traduit de l’espagnol (Argentine) par Michel Lafon, Marseille : André Dimanche éditeur, 2001, p. 10-12.

21  Labastida, Jaime, op. cit., p. 412.

22  Ibid., p. 386-387.

23  « Un concept domine cette immense exploration de portée universelle : celui de l’équilibre –qui est peut-être un antécédent de la moderne science écologique-. En somme, au concept philosophique de l’identité on doit ajouter celui de la différence. » Ibid., p. 210. Nous traduisons.

24  Rasmussen, Anne, « La fabrique de la science : un objet pour l’histoire culturelle », in L’histoire culturelle du contemporain, sous la direction de Laurent Martin et Sylvain Venayre, Paris : Nouveau Monde Editions, 2005, p.345-358.

25  Ibid., p. 352.

26  Voir note 20.

27  Ibid., p. 352-353.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Marie Lassus, « Humboldt revisité : esthétique du danger et histoire culturelle », Amerika [En ligne], 5 | 2011, mis en ligne le 20 décembre 2011, consulté le 25 novembre 2017. URL : http://amerika.revues.org/2483 ; DOI : 10.4000/amerika.2483

Haut de page

Auteur

Jean-Marie Lassus

Université de Nantes, IDA/CERCI/LIRA, jean-marie.lassus@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo ERIMIT - Equipe de recherche interlangues : mémoire, identités, territoires
  • Les cahiers de Revues.org