Navigation – Plan du site
L'Amérique latine à travers les mythes, les tabous, les stéréotypes

Prostituées et idéal féminin à San José, Costa Rica

(1880-1920)
Marion Giraldou - Gonzalez Portales

Résumés

Au Costa Rica, dans les années 1870, l’affirmation du pouvoir libéral signifie la mise en place de nouvelles stratégies de domination basées non plus sur la seule autorité des oligarchies mais sur l’assimilation des modèles culturels de l’élite par la majorité de la population. Leur volonté de modernisation se fait alors sentir à travers la valorisation de nouveaux principes issus de conceptions préexistantes mais qui, diffusés de façon systématique, favorise la mise en place d’une culture commune ou tout au moins d’un socle culturel commun à la majorité de la population. Ce processus d’homogénéisation conduit à rendre plus visible les différences entre la population « normalisée » ou en cours de normalisation – et particulièrement les femmes répondant à l’idéal féminin diffusée – et la population marginalisée. Corrélativement, ce phénomène s’accompagne d’une modification significative de la nature et de la conception de la marginalité et des marginaux en général. Il s’agit alors de comprendre la construction de la notion de prostitution comme la synthèse de l’influence de diverses représentations  – à l’échelle de l’État et de la population – et notamment comme le résultat de la diffusion d’un « idéal féminin » correspondant aux conceptions de l’élite libérale. La prostituée apparaît alors comme le négatif de cette image idéale.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1  Théorie selon laquelle la marginalité est déterminée directement par son contexte socioculturel. E (...)

1En 1870, au Costa Rica, l’élite libérale réussit à s’imposer face aux conservateurs et à s’installer durablement à la tête de l’État. De nouvelles stratégies de domination se mettent alors en place, basées non plus sur la seule autorité des oligarchies mais sur la diffusion et l’assimilation des modèles de l’élite par l’ensemble du corps social. Progressivement se constitue un socle culturel commun à la majorité de la population, faisant ressortir les différences entre les individus « normalisés » ou « en cours de normalisation » et les individus marginalisés. En écho à la théorie de Saul Becker Howard1, la mise en place de ces nouveaux codes s’accompagne d’une modification significative de la nature et de la conception de la marginalité et des marginaux en général. Dans cette perspective je cherche à comprendre la construction des processus de marginalisation à travers l’étude des diverses relations que les prostituées entretiennent avec la société.

2Plus précisément, cette analyse cherche à étudier la construction de la notion de prostitution à travers l’observation des rapports dialectiques que les représentations populaires et législatives de la prostitution entretiennent entre elles. C’est en effet en se légitimant et en se déterminant réciproquement dans un perpétuel mouvement de va-et-vient, que se forme une représentation collective stigmatisant les prostituées comme un danger social. Ainsi, l’existence d’une perception négative commune de la prostitution a favorisé, voire impulsé, la mise en place d’une législation répressive visant à surveiller les femmes considérées comme des prostituées. La législation s’inscrit donc dans un cadre culturel préexistant. Parallèlement, elle s’appuie sur ces représentations populaires pour devenir effective. En atteste le poids considérable des dénonciations, des témoignages et des déclarations dans la décision finale de toutes procédures. Ainsi, les lois puisent leur légitimité et leur effectivité dans les représentations populaires et, réciproquement, la mise en place d’une législation répressive influence ces représentations populaires. De sorte que législation et coutumes construisent ensemble une représentation collective de la prostitution qui participe à la construction des processus de marginalisation en renforçant la stigmatisation de la prostituée comme un élément négatif. Partant de là, il s’agit d’étudier la nature et la signification sociale des caractéristiques populaires et législatives qui entrent en jeu dans la stigmatisation d’une femme en tant que prostituée.

3Dans cette logique il s’agira d’abord d’observer la construction des représentations collectives de la prostitution fondées sur de multiples caractéristiques. Il s’agira ensuite de mettre en évidence l’opposition systématique entre ces éléments qui entrent en jeu dans la stigmatisation d’une femme comme prostituée et ceux qui fondent la notion de femme idéale.

Construction des représentations collectives de la prostitution

Hygiénisme et législation de prophylaxie vénérienne

  • 2 Steven Palmer, « Confinamiento, mantenimiento del orden y surgimiento de la política social en Cost (...)

4Comme l’ont montré de nombreux travaux2, du plus récent aux plus anciens, au niveau international, le XIXème siècle est marqué par le développement du concept d’hygiénisme. S’inscrivant dans cette transformation des relations état - société, les élites costariciennes s’attachent à diffuser, au sein de la communauté, un ensemble de codes visant à « protéger » moralement et physiquement les individus. La mise en place d’une politique hygiéniste touchant essentiellement à la répartition des rôles au sein de la famille, vise à prévenir la dégénérescence de la « race nationale » par la transmission de certaines valeurs à la communauté. Il s’agit pour les autorités de valoriser le travail et la famille en tant qu’éléments stabilisateurs favorisant à la fois la construction d’une nation culturellement homogène, le maintien d’un certain ordre social et le développement économique.

5C’est dans ce contexte d’homogénéisation culturelle et d’hygiénisme qu’est publié en 1894 le règlement de prophylaxie vénérienne. Si l’on en croit les mémoires du ministère de la police de 1897, l’objectif de ce règlement est avant tout de règlementer la pratique de la prostitution, perçue comme inévitable, afin de prévenir la diffusion de comportements moralement répréhensibles mais aussi la propagation des maladies vénériennes et :

  • 3 ANCR, Congreso, n° 3529, 1897, p. 56-57.

Il faut distinguer l’objet presque unique auquel obéit la loi de prophylaxie vénérienne, de l’action moralisante des dispositions visant à réprimer le vice de la prostitution. La première tend directement et exclusivement à éviter la contagion de maladies vénériennes en exerçant une surveillance constante et efficace des personnes qui s’adonnent malheureusement au commerce de leur corps, exposées à des infections et, pour cette raison, puissants agents de la propagation du mal. Par contre, la seconde, très éloignée de tel résultat, a pour objectif premier la moralité sociale. Elle cherche à détourner du vice les personnes à l’aide de moyens appropriés ou à délivrer le plus grand nombre de ses victimes. De toute façon, il serait souhaitable de concilier dans la mesure du possible ces deux objectifs, car il est important de protéger la société aussi bien d’un mal physique que d’un désordre moral.3

  • 4  Texte intégral en Annexe 6.

6En effet, la situation sociopolitique du Costa Rica de la fin du XIXème, marquée essentiellement par la diffusion systématique des valeurs des élites libérales à l’ensemble du corps social, explique la volonté des autorités de protéger, ce qu’ils entendent par normalité. Il est d’ailleurs intéressant de remarquer que le nom même de la loi, « Règlement de prophylaxie vénérienne »4, renvoie plus directement à l’idée de prévention sanitaire qu’à celle de répression d’un groupe déterminé.

  • 5  ANCR, Leyes y Decretos, 1894, p. 89-90.

7Dans cette perspective, le système coercitif mis en place en 1894 cherche moins à réprimer la prostitution qu’à surveiller ses conséquences sociales – physiques et morales – néfastes. En atteste les différentes mesures détaillées dans l’article 145 du règlement :

Art. 14 – Les prostituées publiques et clandestines sont soumises, dans le pays, aux restrictions suivantes :

[…] 2°.- Elles informeront l’autorité respective de tout changement de domicile qu’elles effectueraient, en indiquant le nom et le numéro de la rue de leur nouveau lieu de résidence.

3°.- Elles se présenteront tous les huit jours dans le local prévu à cet effet, pour être auscultées par le Médecin-directeur correspondant. Si elles sont saines, le Médecin leur donnera une attestation de bonne santé qu’elles devront présenter à la police ou aux particuliers chaque fois qu’ils le demandent. Si elles sont malades, elles seront conduites à l’hôpital par ordre du Médecin-directeur et elles ne pourront pas quitter cet établissement jusqu’à ce que le Médecin qui s’occupe d’elles, les déclare en bonne santé en émettant l’attestation correspondante.

  • 6 ANCR, Leyes y Decretos, 1894, pp. 89-90.

4e – Aucune prostituée publique ne pourra habiter à moins de 200 mètres des centres éducatifs ou des asiles d’enfants des deux sexes. La Police, en cas de non respect de cette mesure, pourra avoir recours à la force pour la faire respecter rigoureusement.6

8Ainsi, l’objectif n’est pas d’interdire la prostitution mais de codifier sa pratique depuis le contrôle des lieux de résidence et de travail de ces femmes jusqu’à la surveillance de leurs comportements quotidiens, en passant par l’obligation d’être inscrite dans les registres de prophylaxie vénérienne, de se soumettre à un examen hebdomadaire et à un internement obligatoire en cas de maladie. La question de la protection sanitaire apparait alors comme l’un des objectifs fondamentaux pour lequel les libertés des prostituées sont sacrifiées. Leur vie ne relève alors plus du domaine privée mais devient une responsabilité publique.

9Au niveau législatif, à la fin du XIXème siècle, la question de la protection de la santé publique a donc pris une telle importance qu’elle en arrive à modifier la nature de ce qui doit être considéré comme appartenant à la vie privée et au domaine public. Toutefois, comprendre la construction de la représentation collective de la prostitution implique de ne pas se contenter d’une analyse de la législation. Il faut aussi observer son assimilation au sein de la société et, plus généralement, étudier les éléments jouant un rôle dans la construction de la notion de prostitution au sein de la population.

Analyse de témoignages populaires

10Le tableau ci-dessous a été réalisé à partir de 554 témoignages émanant de 97 dossiers d’instructions traitant de l’inscription ou de la demande de désinscription d’une femme accusée de prostitution. Il regroupe l’ensemble des arguments utilisés par les témoins pour justifier leur perception d’une femme en tant que prostituée ou que femme « honorable ». Notons que la somme totale des taux présentés dépasse les cent pour cent du fait que les témoins s’appuient sur différents arguments dans une même déposition. L’intérêt de ce tableau est de révéler clairement la nature des critères qui retiennent l’attention des témoins, pris comme la fraction de la population fréquentant les prostituées. Il permet de différencier les éléments participant de façon déterminante à la stigmatisation d’une femme comme prostituée de ceux qui ne jouent qu’un rôle secondaire au sein de la population.

  • 7 Dans la plupart des cas, les témoins s’appuient sur de multiples arguments ce qui explique que le t (...)

Graphique 1 - Arguments employés par les témoins7.

  • 8  Article 13 du règlement de prophylaxie vénérienne de 1894, annexe 6.

11On s’aperçoit alors que la notion de commerce sexuel ne revêt que peu d’importance dans la conception populaire de ce qu’est l’acte de prostitution. Pourtant, cet élément est essentiel dans la définition légale de la prostitution. L’article 13 du règlement de prophylaxie vénérienne de 1894 classe les prostituées en deux groupes : les prostituées publiques dont le métier est de vendre leur corps et les prostituées clandestines qui « commercent avec leur corps »8 parallèlement à leur travail officiel. Dans les deux cas, la prostitution s’apparente à un commerce sexuel avec échange d’argent. Pourtant, les résultats de l’analyse des déclarations des témoins entre 1870 et 1899, montrent que cet argument n’est que très peu utilisé et ne semble pas participer à la détermination d’une femme en tant que prostituée. Le graphique ci-dessus met en effet en évidence la faiblesse de la notion de commerce sexuel, dans la conception d’une femme comme prostituée. Il apparaît que dans moins de 2% des cas étudiés, cet élément sert à étayer le témoignage d’un individu à l’encontre d’une femme accusée de prostitution.

12Dans la même logique, la notion de maladie vénérienne à l’origine de la mise en place de la répression de la prostitution par les autorités, ne semble pas entrer dans les préoccupations populaires. Seulement 0,4% des témoins utilisent cet argument pour justifier leur assimilation d’une femme à une prostituée. Il est d’ailleurs intéressant de remarquer que dans tous les cas où les individus accusent une femme de se prostituer du fait qu’elle est porteuse d’une de ces maladies « honteuses », c’est avant tout pour se venger de la contamination dont ils ont été victimes. Ils démontrent ainsi le peu d’intérêt qu’ils accordent aux finalités protectrices de la loi.   

13Au final, si ces deux éléments – commerce sexuel et maladie vénérienne – définissent légalement la notion de prostitution, ils semblent n’avoir qu’une faible importance dans la mise en place des représentations collectives de ce phénomène dans la population. Inversement, les données statistiques du graphique présenté ci-dessus mettent en évidence l’importance de facteurs révélateurs d’une certaine réalité sociale dans la détermination d’une femme comme prostituée.

14La notion de scandale, employée dans plus de 50% des cas, est essentielle. Elle regroupe quantité de comportements, tous perçus négativement par la population : une attitude violente physiquement ou verbalement, un comportement amoral, l’irrespect des règles familiales etc. Dans plus de 10% des cas il s’agit de femmes alcooliques, habituées à se promener ivres dans les  rues de San José. Tous ces comportements sont regroupés sous la notion de conduite scandaleuse et semblent occuper une place importante dans la détermination d’une femme comme prostituée. L’observation de certains dossiers de police confirme ce phénomène en mettant en évidence une continuelle assimilation entre la prostitution et un comportement social négativement connoté. Interrogé sur le comportement de Maria Mora et Zoila Sandoval, prostituées inscrites dans les registres, leur voisin Manuel Umaña Aguilar apporte un témoignage intéressant :

  • 9  ANCR, Alcaldía 2nda de San José,  n° 3969, 1898, f. 42v.

 « Ces femmes sont mes voisines et jusqu’à présent, bien qu’inscrites sur le registre de prophylaxie, elles n’ont pas, à ma connaissance, un comportement scandaleux. »9

15Il prend donc la peine de spécifier que « bien que » prostituées, elles ne provoquent pas de scandale ni par leur comportement ni dans leur propos. L’intérêt de cette déclaration est d’illustrer l’association, par défaut, de la prostitution à une attitude scandaleuse. Il existe une véritable habitude d’assimilation que l’on peut observer à travers la grande quantité de témoignages présentant la prostitution comme un aspect d’un comportement social général hors normes. Ainsi lors d’une instruction contre Maria Aguilar et une certaine Zuñiga, accusées toutes deux de vagabondage, on peut lire des déclarations de témoins très explicites à ce propos. Tous déclarent en parfaite harmonie que :

  • 10  ANCR, Policía, n° 2006, 1906, f. 17-17v

 « Mmes. Zuñiga et Aguilar ont mené et mènent une vie scandaleuse et de vagabondage, elles ne travaillent jamais, elles n’ont pas d’occupation ni de métier honnête, elles pratiquent la prostitution publique et ont une attitude continuellement scandaleuse, donnant ainsi un mauvais exemple aux jeunes filles honnêtes.  De plus, elles ne possèdent ni rentes ni biens dont elles puissent subsister. »10

16La prostitution apparaît à la fois comme une conséquence – elles ne travaillent pas – et comme une cause – elles provoquent des scandales – du comportement répréhensible général de ces deux femmes. En ce sens, la prostitution est intimement liée à une conduite sociale négative. Inversement, les témoins s’appuient sur l’attitude honorable d’une femme pour la défendre lorsque celle-ci est accusée de prostitution. Ainsi, en 1894 lors de la mise en accusation de Josefa Carvajal Vargas, les arguments présentés par ses voisins démontrent l’importance de la nature du comportement social d’une femme dans sa stigmatisation en tant que prostituée :

  • 11 ANCR, Gobernación, n° 34161, 1894, f. 4v.

« Il y a environ 2 ans qu’elle vit en concubinage avec M. Alberto Salazar. En plus, c’est une femme très travailleuse et elle n’a pas un comportement scandaleux. C’est pourquoi, le déclarant considère qu’il ne s’agit pas d’une femme prostituée. »11   

17Ce document met en exergue l’importance pour une femme d’adopter un comportement honorable qui n’offense pas l’opinion publique par une attitude trop scandaleuse. Parallèlement, il révèle les deux autres arguments qui participent majoritairement à la catégorisation d’une femme comme prostituée par la population : le travail et l’unicité des partenaires sexuels. Dans la société patriarcale qu’est le Costa Rica de la fin du XIXème, la femme n’est pas chargée de subvenir aux besoins de la famille, tâche qui incombe à l’homme. Toutefois, le célibat mais aussi la pauvreté reconnue de certains couples obligent de nombreuses femmes à participer à la survie financière du foyer. Seuls certains métiers leur sont alors accessibles : l’ensemble des professions dites domestiques (laver le linge, cuisiner, s’occuper des enfants etc.) mais aussi rouler les tabacs, coudre etc. Ces métiers, souvent évoqués dans les dossiers par la périphrase révélatrice « travaux conformes à son/leur sexe », sont reconnus par l’ensemble de la population comme étant des travaux honorables. Dans ce cadre, avoir une activité rémunérée est alors le signe d’un comportement social correspondant aux exigences populaires. Le graphique n° 10 confirme d’ailleurs, que dans plus d’un quart des cas, le facteur « travail honorable » sert à justifier le témoignage favorable d’un individu envers une femme accusée de prostitution.  

18Enfin, ce document qui traite de la mise en accusation de Josefa Carvajal, révèle l’importance de la notion d’unicité de partenaire sexuel. Il confirme le rôle essentiel joué par cet élément dans la stigmatisation d’une femme comme une prostituée. Toujours selon le graphique n° 10, dans près de 30% des cas observés, la multiplication des amants ou des concubins semble jouer un rôle important dans la désignation d’une femme comme prostituée. L’observation de cas particuliers démontre l’importance de cet élément. En 1895, Sinforosa Suárez est accusée de prostitution et les témoins déclarant à son encontre font valoir que :

  • 12 ANCR, Policía, n° 12407, 1895, f. 2v.

 « [...] au début de cette année, Sinforosa Suárez vivait avec un homme qui était son amant. Le témoin sait qu’elle a eu précédemment d’autres amants et il a aussi connu des gamins qui étaient ses enfants à elle. »12

  • 13 Id., f. 11.

19Le témoin pointe donc du doigt la multiplication, successive certes mais tout de même moralement condamnable, des amants de Sinforosa. Parallèlement, d’autres témoins l’accusent d’entretenir diverses relations simultanément, interprétant ce comportement comme un signe de prostitution : « [...] le déclarant affirme que la Suárez reçoit différents hommes chez elle. »13 Les 17% de cas observés dans les archives et représentés dans le graphique n° 10 soulignent d’ailleurs l’importance de cet argument dans les dépositions des témoins. Ainsi, la multiplication simultanée ou consécutive de partenaires sexuels mais aussi la simple admission d’hommes au sein de son foyer, apparaissent comme des facteurs déterminant dans la catégorisation d’une femme comme prostituée. Afin de mettre en valeur l’importance de ces arguments dans la mise en place des processus de marginalisation d’une femme, j’ai réuni dans la seule catégorie de « multiplication des partenaires sexuels » toutes les données relatives à ces types de comportement : de l’adultère à la réception de divers hommes dans la maison, en passant par la multiplication des concubins.

Graphique 2 - Arguments employés par les témoins.

20Ce graphique permet ainsi d’observer que la multiplication des partenaires sexuels au sens large, est, dans plus de 50% des cas, un élément déterminant dans la stigmatisation d’une femme comme prostituée.

21Plus généralement, l’ensemble de ces informations révèle l’importance d’un comportement hors norme dans la mise en place des processus de marginalisation. L’analyse conjointe des données statistiques et des études de cas met en évidence l’importance du comportement social de la femme dans sa catégorisation comme prostituée. Dans cette logique, l’enclenchement des processus de marginalisation est entièrement lié à la violation, volontaire ou non, des codes de bon voisinage établis tacitement dans la population. Il est d’ailleurs révélateur de ce phénomène que, dans près de 15% des cas, le témoin renforce la dénonciation du comportement scandaleux d’une femme en soulignant sa conduite perturbatrice pour le voisinage. Il s’agit alors moins de respecter les codes établis que de paraître s’y soumettre. Ce qui importe c’est de ne pas être suspecté d’enfreindre les « codes de bon voisinage » et, encore moins, d’être vu en train d’accomplir une action allant à leur encontre. La discrétion est de rigueur. L’existence au sein de la population de perceptions équivoques d’une même réalité relevant de la vie privée, en fonction du comportement général de la femme soumise au jugement, est révélatrice de cette logique. Ainsi, dans certains cas, avoir des enfants sans être marié est un élément entrant en jeu dans la désignation d’une femme comme prostituée, alors que dans d’autres circonstances, la population ne semble pas s’intéresser à ce facteur. En 1895, lors de la mise en accusation de Rosenda Mavisca, deux témoins viennent déposer en sa faveur, attestant de la faible importance qu’ils accordent au concubinage de Rosenda :

  • 14  ANCR, Policía, n° 12485, 1895, f. 3v.

 « Le deuxième témoin déclare qu’il connaît Rosenda Mavisca depuis 4 ou 5 ans et qu’au cours de cette période […] il n’a jamais observé chez elle aucun signe de malhonnêteté jusqu’à ce qu’elle entre en concubinage, il y a un peu plus de 2 ans, avec Gabriel Chacón avec qui elle mène une vie honnête et sans que son comportement soit du tout scandaleux. Elle se consacre à laver et à élever une fillette qu’elle a eue avec Chacón. »14

22Dans l’optique de ces témoins, le concubinage et la maternité illégitime de Rosenda ne représente absolument pas une marque de marginalisation. À l’inverse, le fait d’avoir des enfants sans être mariée apparaît dans d’autres instructions comme un argument confirmant le caractère de prostituée d’une femme :

  • 15 ANCR, Policía, n° 11592, 1895, f. 2v.

 « Il a remarqué que Maria, Bernarda et Mercedes Chavez ainsi que leurs mères, sèment la pagaille entre elles ; il suppose qu’elles sont des femmes publiques car elles ont fondé une famille sans être mariées. »15

23Dans le cas de ces quatre femmes, les témoins dénoncent l’illégitimité de leur famille. Cet élément devient même un des critères permettant d’assimiler ces femmes à des prostituées. Ainsi, dans ces deux exemples, le comportement général des accusées étant diffèrent, une même réalité – fonder une famille dans le cadre d’une relation de concubinage – donne lieu à deux conclusions antagonistes. Si Rosenda vit « honorablement » de son travail, « sans causer de scandale », les trois sœurs Chavez et leur mère choquent la population par leurs constantes disputes qui vont à l’encontre de ce qui est considéré comme une attitude honorable pour une femme.

24Tous ces documents permettent donc de mettre en avant la multiplicité des éléments qui entrent en jeu dans la construction du processus de marginalisation et conduisent une femme à être stigmatisée comme une prostituée. Même si de nombreux critères contribuent à l’élaboration de la conception populaire de la prostitution, certaines caractéristiques telles que le comportement social de la femme, notamment en ce qui concerne sa sexualité, occupent une place prépondérante. La représentation de la prostitution au sein de la population dans son ensemble apparaît alors plus comme la conséquence de la violation d’un code tacite de « bon voisinage » que comme un commerce sexuel susceptible de propager des maux moraux et physiques socialement dangereux. Il faut alors remarquer que cette représentation populaire de la prostitution s’écarte du discours hygiéniste officiel, à l’origine du règlement prophylactique. Rendu possible par la mise en place d’un appareil répressif tendant à rendre invisible le comportement de ces femmes afin d’éviter sa propagation, la répression de la prostitution s’organise pourtant autour de représentations populaires, certes imprégnées de la vision des élites, mais différentes de celle défendue par les autorités. Le terme de « prostituée » regroupe donc des réalités variées qui ne permettent pas de donner une définition exacte et absolue de ce qu’il faut comprendre comme un acte de prostitution et des individus qu’il faut regrouper sous cette dénomination. Ce manque de clarté dans la détermination des caractéristiques d’une prostituée empêche la validation d’une définition figée de la prostitution. Ainsi, au niveau des représentations collectives, la condamnation de la prostitution s’apparente plus à la répression d’une attitude qu’à celle d’un groupe déterminé.

Idéal féminin et prostitution

Répression des comportements hors normes

  • 16  J’ai fait le choix d’une période d’étude courte afin de concentrer l’étude sur les quelques années (...)

25Les informations judiciaires consultées visent à déterminer la pertinence de l’inscription d’une femme dans les registres de prophylaxie vénérienne ou la validité de sa demande de désinscription. Au cours de ces instructions, l’agent en charge du dossier s’attache à démontrer la culpabilité de l’accusée. Dans cette perspective, il utilise des arguments révélateurs des critères fondamentaux qui entrent en jeu dans la désignation d’une femme comme prostituée. Il est alors intéressant de s’apercevoir que les causes conduisant certaines femmes à être accusées de prostitution dépassent très largement celles explicitées par la législation et renvoient bien souvent aux représentations collectives de la prostitution. Ainsi, le graphique ci-dessous regroupe les arguments utilisés dans 90 dossiers mettant en accusation 104 femmes, entre 1894 et 189916.

  • 17 Dans la plupart des cas, l’accusation présente de multiples arguments ce qui explique que le total (...)

Graphique 3 - Arguments employés par les autorités lors des instructions judiciaires entre 1894 et 189917.

26Ce graphique permet de constater la faiblesse relative de la notion de commerce dans la définition de la prostitution, qui ne représente que 24% des arguments utilisés, et la multitude des éléments qui entrent en jeu dans la stigmatisation d’une femme comme prostituée. En effet, relativement à d’autres critères comme celui de la multiplication des amants, très peu de cas font référence à la notion de commerce sexuel, pourtant seule véritable caractéristique définie par la loi. Toutefois, une relation de cause à effet s’instaure entre le fait de recevoir des hommes, d’avoir plusieurs amants, de ne pas avoir de travail honnête assurant la subsistance et celui de pratiquer un commerce sexuel. Il ne s’agit plus alors de prouver l’effectivité de l’échange d’argent mais de le déduire à partir d’autres éléments. Ainsi, le cas de Felicitas Ramirez Barbosa est particulièrement explicite à ce sujet. En effet, le lien entre commerce sexuel et multiplicité des amants est clairement établi dans l’interrogatoire qui débute l’acte d’accusation :  

 « Elle a été accusée de gagner de l’argent en commerçant avec son corps, ce à quoi elle a répondu :

Qu’elle ne le fait pas pour gagner de l’argent mais parce qu’elle aime les hommes.

Puis, je lui ai posé les questions suivantes :

Agent : Vous rappelez-vous avec combien d’hommes vous avez été ?

Déclarante : J’ai vécu avec Teofilo Villalobos, avec Juan Barquero, avec Manuel Jimenez et dernièrement j’ai été avec Juan Castillo Vargas et avec José Morales.

 Agent : Est-il vrai que vous avez éprouvé dernièrement quelque malaise ou que vous avez une maladie secrète ?

  • 18  ANCR, Serie Policía, n° 10203, f. 1.

Déclarante : Moi je ne me sens pas malade. »18

27Felicitas reconnaît avoir eu plusieurs amants mais nie qu’il s’agisse d’un commerce. Pourtant cette simple reconnaissance permet à l’agent de prophylaxie de conclure sans même ouvrir d’information judiciaire ni même interroger des témoins :

  • 19 Id., f. 1v.

 « Vue la déclaration précédente, dans laquelle l’accusée Ramírez avoue avoir eu des relations intimes avec cinq hommes différents, raison pour laquelle, elle peut être qualifiée de prostituée clandestine et attendu que cette autorité a été informée du fait qu’elle a transmis des maladies vénériennes à un ou à plusieurs jeunes, ce qui rend nécessaire son auscultation et au cas où elle serait malade, son isolement afin d’éviter de nouvelles transmissions, cette autorité décide que : Felicitas Ramírez Barbosa, dont les qualités et le lieu de résidence figurent dans sa déclaration, doit être examinée par le médecin directeur de prophylaxie vénérienne et inscrite dans le registre correspondant. »19

28Ainsi, la pratique d’un commerce sexuel n’a pas été prouvée, Felicitas niant un quelconque échange d’argent et l’agent ne produisant aucune preuve relative à ce sujet. Toutefois, le simple fait de reconnaître avoir eu divers amants, la conduit à être accusée de prostitution. Ce document met donc clairement en évidence le rapport déductif qui existe entre l’accusation de commerce et la multiplication des partenaires sexuels, sans qu’il soit nécessaire de prouver l’effectivité de l’échange d’argent. De plus, à un autre niveau, il rappelle l’un des objectifs essentiels de la surveillance des prostituées : la protection sanitaire. Felicitas apparaît responsable de la propagation de maladies vénériennes, raison pour laquelle son inscription et son enfermement sont jugés nécessaires.  

29Ce document témoigne de l’utilisation de l’argument de « commerce sexuel » en tant que caractéristique de la pratique de la prostitution, mais il n’est ici qu’un argument rhétorique jamais démontré. D’autres éléments, qui pourtant ne relèvent pas de l’échange d’argent, permettent aux agents de déduire l’existence d’un commerce et forment ainsi un ensemble de critères entrant en jeu dans la construction de la conception de la prostitution. D’ailleurs, dans de nombreux cas seuls ces critères participent à la mise en place de cette notion, sans qu’il soit même fait mention d’un quelconque commerce, comme le démontre la lecture du graphique ci-dessus.

30Ainsi, les sœurs Cerdas, Macedomia, Maria et Fidelina, sont accusées de prostitution en 1895, sur la seule base d’une conduite dite scandaleuse :

  • 20  ANCR, Gobernación, n° 34291, f. 5-5v.

 « Cette autorité a été informée que Macedonia Cerdas, Maria et Fidelina, de même nom, majeures, célibataires (la première et la dernière) et mariée (la deuxième), sans profession et habitant dans le quartier de La Puebla, dans cette ville, ont une mauvaise conduite et provoquent des scandales dans leur voisinage à cause de leurs mœurs. On ouvrira une information judiciaire afin que, une fois   cela démontré, elles soient inscrites dans le registre des prostituées, selon les finalités de la loi. »20 

  • 21  BNCR, La Gaceta médica, n° 10, 15-05-1900, p. 248.

31En adoptant une conduite sociale ne correspondant pas aux normes définies par la société, les sœurs Cerdas enclenchent un processus de marginalisation qui les conduit à être assimilées à des prostituées. On remarque alors que le critère législatif participant à la construction de la conception de la prostitution – la notion de commerce sexuel – vient s’enrichir, dans la réalité, d’une grande quantité d’autres éléments. Cette extrapolation législative se comprend dans le cadre d’une répression qui dépasse largement la simple volonté de réprimer un groupe social précis. Il s’agit en effet de protéger la population des conséquences néfastes engendrées par certains comportements sexuels jugés dangereux. L’objectif n’est donc pas de réprimer uniquement les prostituées en fixant de façon restreinte une définition du groupe autour de caractéristiques précises mais, au contraire, de laisser un flou conceptuel permettant l’élargissement de la notion à d’autres types de sexualités « dangereuses ». Dans cette perspective, tous les comportements sociaux hors normes, liés aux relations de couple, sont visés par cette loi afin d’éviter à la fois la corruption de la morale, telle que l’entend l’élite libérale de la fin du XIXème siècle, et la diffusion des maladies vénériennes. Au début du siècle, un article de La Gaceta intitulé « Définition médico-légale de la prostitution21 » dénonce une définition « fourre-tout » qui, à trop vouloir engober de réalités variées, en arrive à ne plus rien signifier :

  • 22 Id., p. 248.

 « Le mot prostitution a été employé non seulement par la littérature pornographique mais aussi, dans la vie quotidienne des gens, en tant que terme générique désignant toute sorte de péchés contre l’honnêteté. »22

  • 23  Id., p. 250.
  • 24   Id., p. 250.

32A la suite de cette affirmation, on trouve une liste des différents comportements féminins  assimilés « injustement »à de la prostitution : l’adultère, le libertinage, la luxure etc. L’auteur pose une différence claire entre les femmes de mauvaises mœurs dont le comportement est guidé par l’appât du gain et les autres dont l’objectif est le plaisir charnel : « La prostituée n’offre rien d’autre que de la luxure pour de l’argent et non du plaisir en échange de plaisir vénérien. »23.  Pour lui, il est essentiel de différencier ces deux types de femme afin de pouvoir lutter efficacement contre les vraies prostituées qui représentent un « danger pour la morale, la société et la santé publique. »24 Cette vision s’oppose à l’observation des cas concrets qui mettent en évidence l’existence d’une volonté de réprimer non par un groupe parfaitement défini mais une attitude, un comportement social hors normes.

33 On constate alors que les réalités regroupées sous la dénomination de prostitution se multiplient, entraînant une constante assimilation entre prostituées et femmes dont le comportement ne respecte pas les normes morales en vigueur. Ainsi, la protection de ce qui est compris par la communauté comme la norme apparaît comme un élément clef qui participe pleinement à la construction de l’image de la femme accusée de prostitution. Comprendre la construction des processus conduisant une femme à être considérée comme une prostituée implique alors de s’interroger sur la nature de cette image inversée de la prostituée, « la femme idéale ».

La prostituée comme négatif de la femme idéale

34Cette image type nous renvoie dès le départ au système patriarcal qui domine dans la société costaricienne de la fin du XIXème siècle : l’honnêteté de la femme étant alors déterminée par sa subordination aux différentes figures masculines qui traversent sa vie, son père et son mari notamment. Le maintien de la gente féminine dans cette position socialement inférieure à l’homme tend à expliquer, en partie, la rigidité des codes dans lesquels on confine son comportement. Corrélativement, la conservation d’une place reconnue comme légitime au sein de la société passe alors par l’adoption d’une conduite conforme à l’ensemble des codes sociaux en vigueur. Le moindre écart comportemental ou même le simple soupçon, entraîne la stigmatisation négative de la femme par l’ensemble du corps social. C’est cette rigidité qui permet de légitimer le système patriarcal en renforçant la vision de la « bonne femme » contre la « mauvaise », celle qui multiplie les relations amoureuses et refuse, volontairement ou non, la domination masculine. La crainte suscitée par une telle désignation apparaît alors comme un élément qui permet d’enfermer les femmes dans un comportement normé et de réduire leur personnalité à leur fonction de mère et d’épouse ; la virginité de la femme étant la marque de cette domination. La notion de prostituée apparaît alors comme le reflet inversée du concept de bienséance.

35La mise en perspective des caractéristiques communes à la majorité des femmes considérées comme prostituées à l’aune des facteurs déterminant l’honorabilité féminine, permet de mettre en évidence le rôle des schémas de la femme idéale dans la construction des processus de marginalisation. Dès lors, la catégorie « prostituée » semble plus se fonder sur des représentations conjoncturelles de la « mauvaise femme », que sur un ensemble de traits objectifs renvoyant à un groupe particulier. Dans cette logique la prostituée apparaît comme le négatif de cette honnête femme, de cette femme idéalisée par les représentations collectives. On s’aperçoit alors que la mise en place de la notion de prostitution dépend essentiellement du contexte social dont elles sont issues. Réciproquement, les réalités englobées sous cette notion permettent d’observer en filigrane les valeurs et les tabous qui règnent dans la société en question. Le marginal et la prostituée en particulier, représentent alors l’image même de ce que les valeurs dominantes dans la société rejettent. De sorte que l’étude des processus de marginalisation au Costa Rica à la fin du XIXème siècle à travers la prostitution, démontre que les multiples réalités regroupées sous ce terme permettaient de consolider le système de contrôle social tout en participant à l’entreprise d’homogénéisation culturelle mise en place par l’élite. La femme accusée de prostitution, femme tapageuse, très souvent vulgaire et violente, légèrement vêtue, pauvre mais indépendante et multipliant les partenaires sexuels, symbolise tout ce que la société costaricienne de la fin du XIXème siècle rejette. De sorte que cette femme, stigmatisée par les représentations collectives peut donc aussi bien exercer réellement un commerce sexuel que s’écarter d’un comportement socialement accepté. L’analyse de diverses histoires de vie mettant en évidence l’existence de ces deux cas de figure incite à penser la notion de prostitution comme un instrument d’attaque permettant aux divers groupes sociaux d’exercer une pression légale sur les femmes dont le comportement hors normes ne correspond pas à celui attendu par la communauté.

Conclusion

  • 25  Michel Vovelle, Idéologies et mentalités, Paris, Ed. Gallimard, Col. Folio / Histoire, 1982, p. 13 (...)

36En conséquence, la répression des femmes accusées de prostitution répond à l’homogénéisation du corps social entreprise par l’élite autour de certaines valeurs, tout en s’appuyant sur un socle culturel préexistant, commun à l’ensemble de la population. Dans cette perspective, il ne faut pas s’enfermer dans des oppositions systématiques en réduisant la complexité des interactions culturelles à ce que Michel Vovelle nomme « un affrontement caricatural »25, entre une soi-disant culture populaire conçue comme autonome de celle de l’élite, et inversement.

37Ainsi, dans le contexte du Costa Rica de la fin du XIXème siècle, comme dans toutes les sociétés dominées par un système patriarcal omnipotent, naître femme signifie appartenir de fait au groupe social subordonné. La femme, soumise à la volonté des hommes et exclue du domaine public, est considérée comme incapable de prendre une décision pour soi, encore moins d’influer sur la société à laquelle elle appartient. Cette infériorité sociale originelle touche tous les individus de sexe féminin sans distinction de ressource économique, de couleur, d’âge… en bref sans qu’aucun élément extérieur mis à part leur sexe, ne vienne interférer. Toutefois, le processus qui transforme ces « êtres inférieurs » en marginales, s’appuie, à des degrés divers, sur d’autres aspects et notamment sur leur position économique, leur état civil et leur comportement social. Ainsi, la femme ne correspondant pas ou mal aux critères de la « femme idéale » est rapidement catégorisée comme une prostituée.  

38En définitive, l’utilisation de cette catégorie pour le moins imprécise, pour condamner l’ensemble des femmes « dérangeantes » dont la conduite s’écarte des codes en vigueur, démontre la nature de ce concept. Il s’agit moins de poser une définition pour ensuite pouvoir contrôler un groupe en particulier que d’utiliser les diverses imprécisions législatives pour condamner l’ensemble des femmes ne répondant pas aux critères de la femme idéale. De sorte que la mise en place des processus de marginalisation conduisant une femme à être catégorisée comme une prostituée apparaît plus comme une façon de surveiller et de réprimer certains comportements jugés socialement dangereux que comme une réponse à un véritable problème de société. Cette définition ne prétend pas être valable dans l’absolu mais cherche à représenter le plus justement possible une certaine réalité sociale, celle correspondant à l’étde et ayant permis l’étude.

Haut de page

Bibliographie

Acuña Ortega, Victor Hugo, « Nación y clase obrera en Centroamérica durante la época liberal (1870-1930) », dans Molina Jiménez, Iván et Palmer, Steven, El paso del cometa: estado, política social y culturas populares en Costa Rica, 1800-1950, 1994, San José, Editorial Porvenir, Plumstock Mesoamerican Studies, Col. Ensayos.

Becker, Saul Howard,Outsiders: études de sociologie de la déviance, 1963, Paris, éd Métailié, 1985.

Gil, José Daniel, « Controlaron el espacio, hombres, mujeres y almas. Costa Rica (1880-1920) », Repertorio Americano, Nueva época, n° 7, Jan-juin 1999.

Marin Hernandez, Juan José, « Prostitución y pecado en la bella y prospera ciudad de San José (1850-1930) », dans Molina, Ivan et Palmer, Steven (Dir.), El paso del cometa,Chap. 2, 1994, San José, Editorial Porvenir, Plumstock mesoamerican studies, Col. Ensayo, 1994.

Morales, Gerardo, Cultura oligárquica y nueva intelectualidad en Costa Rica, 1880-1914, 1994, Heredia, Ed. de la UNA, 1994.

Palmer, Steven, « Confinamiento, mantenimiento del orden y surgimiento de la política social en Costa Rica, 1880-1935 », Revista mesoamérica (Woodstock), n° 43, juin 2002, pp. 17-52.

Rodríguez Sáenz, Eugenia, Entre silencio y voces, Genero e historia en América central (1750-1900), 2000, San José, Ed. de la UCR, Instituto de las mujeres.

Vovelle, Michel, Idéologies et mentalités, Paris, Ed. Gallimard, Col. Folio / Histoire, 1982.

Haut de page

Notes

1  Théorie selon laquelle la marginalité est déterminée directement par son contexte socioculturel. En ce sens elle ne saurait exister, et donc être appréhendée, en dehors de lui, Saul Becker Howard,Outsiders: études de sociologie de la déviance, Paris, éd Métailié, 1985 (1963), p. 37.

2 Steven Palmer, « Confinamiento, mantenimiento del orden y surgimiento de la política social en Costa Rica, 1880-1935 », Revista mesoamérica (Woodstock), n° 43, juin 2002, pp. 17-52. – Iván Molina Jiménez et Steven Palmer, El paso del cometa: estado, política social y culturas populares en Costa Rica, 1800-1950, San José, Editorial Porvenir, Plumstock Mesoamerican Studies, Col. Ensayos, 1994, 232 p. – Gerardo Morales, Cultura oligárquica y nueva intelectualidad en Costa Rica, 1880-1914, Heredia, Ed. de la UNA, 1994, 244 p. – José Daniel Gil, « Controlaron el espacio, hombres, mujeres y almas. Costa Rica (1880-1920) », Repertorio Americano, Nueva época, n° 7, Jan-juin 1999, pp. 1-11.

3 ANCR, Congreso, n° 3529, 1897, p. 56-57.

4  Texte intégral en Annexe 6.

5  ANCR, Leyes y Decretos, 1894, p. 89-90.

6 ANCR, Leyes y Decretos, 1894, pp. 89-90.

7 Dans la plupart des cas, les témoins s’appuient sur de multiples arguments ce qui explique que le total des données enregistrées dépasse largement les cent pour cent.

8  Article 13 du règlement de prophylaxie vénérienne de 1894, annexe 6.

9  ANCR, Alcaldía 2nda de San José,  n° 3969, 1898, f. 42v.

10  ANCR, Policía, n° 2006, 1906, f. 17-17v

11 ANCR, Gobernación, n° 34161, 1894, f. 4v.

12 ANCR, Policía, n° 12407, 1895, f. 2v.

13 Id., f. 11.

14  ANCR, Policía, n° 12485, 1895, f. 3v.

15 ANCR, Policía, n° 11592, 1895, f. 2v.

16  J’ai fait le choix d’une période d’étude courte afin de concentrer l’étude sur les quelques années qui suivent la mise en place du règlement de prophylaxie vénérienne. Ces cinq années correspondent aussi à une des périodes la plus représentée quantitativement dans les archives.

17 Dans la plupart des cas, l’accusation présente de multiples arguments ce qui explique que le total des données enregistrées dépasse largement les cent pour cent.

18  ANCR, Serie Policía, n° 10203, f. 1.

19 Id., f. 1v.

20  ANCR, Gobernación, n° 34291, f. 5-5v.

21  BNCR, La Gaceta médica, n° 10, 15-05-1900, p. 248.

22 Id., p. 248.

23  Id., p. 250.

24   Id., p. 250.

25  Michel Vovelle, Idéologies et mentalités, Paris, Ed. Gallimard, Col. Folio / Histoire, 1982, p. 135.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Graphique 1 - Arguments employés par les témoins7.
URL http://amerika.revues.org/docannexe/image/2245/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Graphique 2 - Arguments employés par les témoins.
URL http://amerika.revues.org/docannexe/image/2245/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende Graphique 3 - Arguments employés par les autorités lors des instructions judiciaires entre 1894 et 189917.
URL http://amerika.revues.org/docannexe/image/2245/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marion Giraldou - Gonzalez Portales, « Prostituées et idéal féminin à San José, Costa Rica  », Amerika [En ligne], 4 | 2011, mis en ligne le 21 juin 2011, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://amerika.revues.org/2245 ; DOI : 10.4000/amerika.2245

Haut de page

Auteur

Marion Giraldou - Gonzalez Portales

Docteure en histoire (Soutenance le 23-01-2010), Postdoctorante, Laboratoire Framespa, Université Toulouse 2 – Le Mirail, France.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo ERIMIT - Equipe de recherche interlangues : mémoire, identités, territoires
  • Les cahiers de Revues.org