Navigation – Plan du site
L'Amérique latine à travers les mythes, les tabous, les stéréotypes

L’invention de la façade caraïbe centraméricaine : indios, negros, y piratas

The Invention of the Carribean Coast of Central America: Indios, Negros, y Piratas
Camille Le Masne

Résumés

La façade caraïbe de l'Amérique centrale naît au 16è siècle avec la conquête espagnole et la mise en pratique des théories sanitaires héritées d’Hippocrate dans le processus de colonisation. Auparavant, aucune spécificité ne semble distinguer cet espace des autres grands ensembles centraméricains : terres tempérées de la cordillère centrale, voire minces plaines littorales bordant le Pacifique. Le procès d’implantation des Espagnols rend bien compte d’une pensée prégnante, hippocratique, qui justifie les difficultés rencontrées pour contrôler les littoraux, notamment caraïbes, des emblématiques tierras calientes centraméricaines. Le littoral, au-delà de la lluvia qui continue à le caractériser de nos jours, est alors l’infierno par excellence, celui des indios, des negros, et des piratas. L’analyse historique montre ainsi que l’invention de cet espace tient autant aux données bioclimatiques et à leurs implications écologiques qu’aux tensions géopolitiques engendrées par la crise que traverse un Empire espagnol précocement confronté au harcèlement de groupes plus ou moins liés aux autres puissances européennes… La concordance entre espace de marges et plaines caraïbes pourrait suggérer un déterminisme géographique fondé sur des prédispositions qui font de l'homme un objet du milieu environnant. Ce serait cependant négliger l’impact des représentations, des clichés, et de leurs implications territoriales.

Haut de page

Texte intégral

1L'œuvre de Miguel Angel Asturias nous dévoile diverses facettes d'un isthme tiraillé par ses multiples origines. On est saisi par les frontières qui se dessinent dans l'œuvre, à travers les paysages d'abord, entre les hautes terres de Señor Presidente (1946) et les chaudes plaines tropicales de Papa Verde (1954), mais aussi chez les hommes qui les font vivre. Cette dichotomie centraméricaine souvent justifiée par celle des milieux naturels, opposant la « culture » à la « jungle », ne constitue pas une évidence en soi. L’imaginaire imprégnant la façade caraïbe est d’abord une construction intellectuelle issue des limites de la conquête : si les Espagnols ne sont pas parvenus à contrôler ces espaces, ce ne peut être lié qu’aux forces surnaturelles les régissant… Le cliché procède d’abord d’une rupture, celle qui voit la conquête de l’isthme par les Espagnols ; celle-ci n’est pourtant pas fulgurante, à l’instar de la constitution de cette ultime frontière isthmique dans les imaginaires des nouveaux maîtres de l’isthme. Les deux s’avèrent toutefois pérennes.

  • 1  Aguirre Beltrán, Gonzalo, Regiones de refugio, El desarrollo de la comunidad y el proceso dominica (...)

2Le littoral caraïbe centraméricain présente le paradoxe d’avoir été le premier site de colonisation espagnole sur la terre ferme, au cœur du commerce transatlantique pendant toute la période coloniale, tout en constituant un espace délaissé, marginal, voire rebutant, qu’illustre bien l’appellation tierras calientes. Le terme fait écho aux conceptions spatiales de l’époque, lesquelles sont essentiellement fondées sur une pensée « néo-hippocratique », empreinte de considérations sanitaires, qui fait référence dans l’appréhension du nouveau continent. La dichotomie de l’occupation de l’espace centraméricain émerge effectivement à cette époque, avec sur le versant pacifique des conquistadors qui s’efforcent de contrôler les populations précolombiennes et de progressivement substituer aux anciennes structures sociopolitiques une ébauche de système colonial. Sur l’autre rive, les Caraïbes centraméricaines servent principalement de « zone refuge »1 à des petits groupes fuyant ou s’efforçant de contrecarrer la domination espagnole (indigènes, cimarrons, flibustiers…). Sans nécessairement remettre en cause l’importance du critère sanitaire, climatique ou environnemental qui préside au procès d’implantation des Espagnols dans la zona torrida, il convient de s’interroger sur d’autres aspects, notamment géopolitiques, qui jouent un rôle fondamental dans la représentation de cette autre Amérique centrale et dans la construction du mythe de l’infierno.

Au secours, Hippocrate !2

  • 2  Davantage qu’Hérodote, qui se limite à la description, Hippocrate (-460 – -370) pose les fondement (...)

3En Amérique, les Espagnols n’envisagent guère trouver d’autres milieux avant les années 1520 et la conquête des hautes terres. Celles-ci semblent alors prédestinées, car rappelant étrangement le climat méditerranéen espagnol. Le relief apparaît ici clairement comme un élément positif relativisant les particularités climatiques de la zone tropicale. Les considérations espagnoles sur l’espace et son organisation vont être durablement marquées par cette approche des milieux : d’un côté le climat sain, relativement frais et sec, de l’autre un climat chaud et humide, malsain. L’espace est alors avant tout pensé de manière anthropocentrique, en termes médicaux, selon une échelle de valeur climatique qui se répercute immédiatement dans l’aménagement du nouveau monde. La façade caraïbe incarne dès lors l’Enfer vert, représentation entretenue par l’incapacité des Espagnols à contrôler cet espace.

  • 3  Lopez de Velasco, Juan, Geografía y Descriptión Universal de las Indias, 1571-1574, reed. Fortanet (...)
  • 4  Lopez deVelasco, op. cit. ; p. 311
  • 5  Lopez deVelasco, op. cit. ; p. 333
  • 6  Musset, op.cit. ; p. 85, p. 91

4Si pour Claude Ptolémée, il est impossible de vivre dans la zona torrida, Lopez de Velasco, cosmographe et courtisan, estime que « les conditions sanitaires tendent à s’améliorer grâce à la multiplication du bétail et à l’extension des zones de pâturages ».3 Au Honduras, ce dernier décrit une situation mitigée : si à Puerto Cabellos « il n’y a pas de pueblos indigènes tant cette comarca est malsaine », Trujillo est relativement bien mise en valeur.4 Le constat est moins nuancé chez les Indiens Botos du Desaguadero (río San Juan) : « C’est une région basse et marécageuse, ainsi est-elle pauvre de denrées et d’entretien, parce que les Indiens se nourrissent surtout de racines de manioc […] de maïs et de patates. »5Lopez de Velasco conclut cette présentation de la Mer du Nord de l’isthme par l’environnement déplorable de Portobelo et Nombre de Dios, accompagné d’un relâchement des mœurs, qui y explique la violence, l’impiété et l’inconstance des Indiens. Juan de Pineda, quant à lui, souligne l’insalubrité du littoral du Honduras, thème repris par l’archevêque de Guatemala, près de deux siècles plus tard, qui dresse toujours le constat accablant d’une chaleur y nuisant aux bonnes mœurs.6

  • 7  Ordonnances de découverte et de peuplement de 1573
  • 8  Musset, op.cit. ; p.135
  • 9  L’auteur estime qu’en Amérique centrale, quatre déplacements de villes s’effectuent pour la recher (...)

5Succédant aux initiatives individuelles, les autorités politiques vont entretenir cette tendance dans l’occupation de l’espace. Ainsi les Ordonnances de peuplement de 1573 vont elles entériner un sentiment préexistant, à savoir qu’il est préférable de s’établir dans des « parages sains, à l’air pur et au climat tempéré ».7 Ces références antiques sécurisantes face aux défis de la nature font surtout figure d’adaptation aux difficultés militaires de la façade caraïbe, puisque n’est maintenu dans les ports « que le personnel strictement nécessaire à la défense des côtes et au suivi des relations commerciales », réorganisation qui touche particulièrement le Honduras.8 A travers les déplacements de Veracruz et des ports caraïbes du Honduras et du Panamá, la Couronne tente de rationaliser l’espace centraméricain, délaissant par la même la façade, hormis sur ces deux axes transisthmiques. Pour autant, Portobelo souffre d’un déficit d’habitants que même les exemptions fiscales ne corrigeront jamais, tandis qu’à l’achèvement de la forteresse d’Omoa en 1775, il n’y a toujours pas de voie carrossable pour relier les hautes terres du Guatemala. Les déplacements de villes organisés par les autorités traduisent fréquemment ces problèmes liés au milieu, bien que les raisons soient assez variées en ce qui concerne l’ensemble centraméricain. Alain Musset souligne l’importance des facteurs « physiques » – entre le tiers et la moitié des cas –, dans une étude qui rappelle également l'enchevêtrement des facteurs naturels et politiques et l’existence d’une double menace européenne et indigène, cette dernière étant surtout représentée par les Miskitos.9

6L’aménagement de l’espace centraméricain par les Espagnols – et particulièrement celui de sa façade caraïbe – pâtit des contradictions d’une pensée dans le même temps hippocratique et œcuménique. En effet, l’Angleterre a parallèlement su mettre en valeur ces milieux chauds et humides, y développant même des colonies de peuplement : les bûcherons du Honduras britannique témoignent de la viabilité de ces littoraux caraïbes. Ces nouvelles formes d’implantation se fondent néanmoins sur d’autres conceptions géographiques, mettant en avant la capacité de l’homme à dompter la nature. Le déterminisme naturel de l’époque est alors mis en doute. Quelques siècles plus tard, le développement de l’activité bananière par les compagnies états-uniennes sur les tierras calientes constituera une démonstration à grande échelle du courant « positiviste » qui anime ces nouvelles conceptions de l’espace, où la technologie peut triomphe de la nature, l’homme du milieu…

Carte 1 : Les mondes précolombiens vers 1500

Carte 1 : Les mondes précolombiens vers 1500

7Pourtant, l’occupation des basses terres par la civilisation maya témoigne déjà de la possibilité de se passer des moyens techniques modernes propres à relativiser les contraintes du milieu. Ainsi, l’ « Enfer vert » des plaines caraïbes a vu se développer du nord au sud de l’isthme des sociétés tout aussi structurées que celles des hautes terres. Hormis au niveau des densités de population, les vestiges archéologiques montrent qu'il n’y a pas de déséquilibre à l’échelle de l’isthme entre les trois sous régions longitudinales (les littoraux caraïbes, pacifiques, et les hautes terres centrales ; carte 1). Cette division naît précisément avec les ères des « découvreurs », des « conquérants », puis des « pacificateurs » qui permettent l’émergence de cet espace de marges… Si la dichotomie entre les deux versants s’inscrit dans un temps long, elle s'affirme surtout à partir d'une rupture, la conquête, dont rend bien compte le « collapsus » indigène. La fuite est le seul exutoire des populations désireuses de se reconstruire : la façade caraïbe apparaît dès lors comme l'unique « zone refuge », dont vont aussi profiter les esclaves marrons ou quelques Européens ensauvagés.

L’œil de Colomb

  • 10  Colomb, Fernand, Histoire de la vie et des découvertes de Christophe Colomb, Paris, Dreyfus, 1879, (...)
  • 11  Etonnamment, les habitants de la future Mosquitia apparaissent déjà sous les traits de cannibales (...)
  • 12  Il semble que Colomb ait mal compris ces indigènes, qui évoquaient certainement un passage terrest (...)
  • 13  Colomb, op. cit. ; p. 259

8Pourtant, l'évocation du nouveau monde par Christophe Colomb ne laisse pas présager une telle désaffection. Dans sa relation de sa première rencontre en « Terre ferme », lors de son arrivée aux îles de la Baie en 1502, Colomb ne décèle pas de différences majeures entre les grandes îles et le continent, si ce n’est que les continentaux utilisent ce qui semble être une monnaie d'échange, le cacao, et maîtrisent davantage l'art des métaux : « D'ailleurs, ils [les habitants de Guanazi, actuelle Guanaja (Honduras)] portaient avec eux des lingots de ce métal [le cuivre] destinés à être fondus. »10 Doublant le cap de Gracias a Dios, l’Amiral rencontre « des hommes presque noirs […] les oreilles percées d'une ouverture si large qu'on y ferait passer un œuf de poule, de là vient que l'Amiral nomma le pays la côte de l'Oreille. »11L'objectif de ces expéditions est de toucher la Terre ferme des Indes, principalement parce que le continent est censé receler davantage d'or que les îles.12 « Or comme tous nous parlaient du pays de Beragua, qui était le lieu de provenance de l'or, dont ils faisaient des ustensiles et des ornements, l'Amiral prit pour visée de se rendre dans cette région fortunée. »13

  • 14  « Ils arrivèrent dans une région couverte de grands arbres touffus, entre les racines desquels cha (...)

9Colomb arrive à l'Epiphanie 1503 à l'embouchure d'un fleuve, qu'il nomme Bethléem. Là, les Indiens lui apprennent que le détroit dont lui ont parlé les habitants du Honduras se trouve plus à l'ouest. Momentanément, l'Eldorado est là.14 Colomb y fonde alors sa première cité sur la Terre ferme, Santa Maria de Belén. Cette première fondation disparaît presque aussitôt, même si les  toponymes ont été conservés par deux petits villages à l'embouchure de fleuves panaméens (Belén et Veraguas). Dans cette première évocation, les habitants de la Terre ferme sont assez proches de ceux des îles, bien que les « continentaux » soient plus évolués et souvent plus agressifs. C'est un monde techniquement supérieur à celui des Caraïbes : usage des habits, métallurgie du fer et du cuivre… Leurs réserves en or semblent elles aussi plus importantes, puisqu'on en trouve entre les racines des arbres ! La légende de la costa rica entretiendra longtemps les velléités d’implantation sur ce littoral…

10Le continent n'est pas envisagé à travers la dichotomie classique que nous adoptons, mais en comparaison avec les îles : la façade caraïbe est perçue au travers de son miroir, les Caraïbes insulaires. Ce point de vue, en référence à la Méditerranée antique et médiévale, suppose l’existence d’un bassin caraïbe. La Terre ferme constitue néanmoins une hyperbole des îles. Tout y est amplifié : richesse, gentillesse ou félonie, voire technologie ! La continuité est claire, même si ces représentations suggèrent une complexité accrue à mesure que l'on s'enfonce dans les Indes occidentales… Il n’y a ici rien de commun avec les descriptions postérieures des cosmographes et leur diabolisation du milieu tropical de la façade caraïbe, même s’il ne faut pas oublier que ces témoignages, notamment concernant l’or, visent dans une très large mesure à faire financer d’autres expéditions par les autorités espagnoles.

Carte 2 : L’établissement espagnol en Amérique centrale

Carte 2 : L’établissement espagnol en Amérique centrale

La carte montre l’émergence de quatre ensembles caraïbes finalement négligés par des conquistadors davantage attirés par les terres centrales : la Terre ferme, à l’est du futur Panamá (Darién), qui reste un point névralgique du système colonial espagnol ; le Veraguas, mythique héritage de Colomb correspondant à l’actuel Costa Rica ; le Honduras, où les fondations littorales n'ont de vocations que commerciales, puis militaires ; le Yucatán, presqu'île vierge symptomatique du repli indien sur la façade.

Brève relation de la quasi destruction des Indes

  • 15  Progressivement, le sud de l’actuel Panamá est contrôlé. Gil González Dávila, frère de Pedrarias, (...)

11Après l'échec de Belén, la cité de Colomb, la deuxième fondation sur la Terre Ferme est l'œuvre de Vasco Núñez de Balboa, qui érige Santa Maria del Darién en 1510. Cette première véritable colonisation s'effectue le long de l'actuelle côte de San Blas, ce qui tend à prouver que les conquistadors ne craignent pas a priori les particularités climatiques de la zone. Néanmoins, Santa Maria est abandonnée en 1524, à cause des tensions grandissantes entre colons et Indiens. Acla, plus à l'ouest, est fondée en 1515 mais semble complètement déserte dès 1532. D'autres fondations, peuplées par des Indigènes, émaillent l'actuelle côte de San Blas : leur nom, souvent celui d'anciens caciques (Careta, Comagra…), témoigne d'une période éphémère marquée par les relativement bonnes dispositions de Balboa à l’égard des Indigènes. Mais ces échecs répétés, comme la tentative infructueuse de Pascual de Andagoya de traverser l’isthme par le rio Atrato (1522), ont probablement détourné les autres aventuriers du Darién. Avec les fondations de Dávila, Panamá en 1519 et Natá en 1522, le développement du littoral pacifique paraît plus évident. A mesure que le chemin vers la Mer des Sud se précise, les villes du Darién s’éteignent progressivement. Si la façade caraïbe est à la base de toute la conquête, les Espagnols progressent plus rapidement dès lors qu’ils opèrent par le versant pacifique, à partir des années 1520 (carte 2).15

12La dimension stratégique de la future Audience de Panamá est perçue dès la découverte du Pacifique par Balboa. Le caractère interocéanique de l’isthme panaméen va s’affirmer très tôt, avec la création du Camino Real reliant Panamá à Nombre de Dios, que Diego de Nicuesa fonde en 1510. La ville devient l'emblème du commerce transatlantique, en même temps qu'elle illustre les difficultés de colonisation sur la façade caraïbe. A partir de 1520, elle devient la base maritime de la flotte des Indes, lorsque la Couronne espagnole commence à mettre en place des convois pour protéger son commerce avec la métropole des autres puissances européennes. Afin de relier le Pérou à l'Espagne, on commence à construire un chemin entre Nombre de Dios et Panamá, où alternent routes sinueuses, parfois pavées, et voie fluviale par le río Chagres. Les esclaves noirs sont prioritairement affectés à cette tâche. C'est d'ailleurs aux alentours de ce Camino real que s'établissent les premiers groupes de Cimarrons, Africains en fuite qui trouvent refuge dans cette zone. La ville de Nombre de Dios fait figure de symbole des dangers nés du processus de mondialisation en cours et des menaces grandissantes que font peser la France, puis l'Angleterre et la Hollande sur le bon fonctionnement de l'Empire colonial. Prise par Francis Drake en 1572, elle est progressivement transférée à Portobelo, par ordre royal, mais son déplacement ne sera effectif qu'en 1597, sans pour autant remplir son rôle de place imprenable.

13Dans le Darién, la conjonction d’éléments défavorables entraîne une colonisation inefficace. Les tensions avec les Indiens s’accentuent et les conditions climatiques jouent dans la désaffection des colons. La difficile mise en valeur d'un environnement exigeant contribue à l'abandon progressif des fondations du Darién, d'autant plus que la relative salubrité des nouvelles fondations pacifiques de Dávila incite les colons à migrer. Enfin, la découverte d'un axe transisthmique plus pratique et les tensions entre conquistadors – dont témoigne la décapitation de Balboa – ont scellé le destin du Darién. Ce désaveu précède donc largement les premiers risques liés à la piraterie, qui ne surgiront que dans la seconde moitié du siècle, mais contribueront, à Nombre de Dios comme à Portobelo, à associer façade et péril caraïbes.

14Plus au nord, le littoral du Veraguas suscite de nombreuses ambitions : les richesses soupçonnées et la perspective de s'y attacher des droits ont longtemps drainé les conquistadors sur les littoraux des actuelles provinces de Limón et Bocas del Toro. Le Veraguas est le théâtre d'une sérieuse déconvenue pour son premier conquistador, Felipe Gutiérrez, battu en 1534 par les Guaymies (aujourd’hui appelés Ngöbes) dans les montagnes de la Talamanca. Après l'échec de cette première expédition, son frère Diego de Gutiérrez est nommé gouverneur d'une nouvelle province de Cartago et de Costa en 1540, avant d’être finalement assassiné par les Indiens près de l'actuelle Turrialba en 1544. Pour autant, si ses successeurs ne désarment pas, il faut attendre 1637 pour que Gregorio de Sandoval établisse un chemin praticable entre Cartago et Matina.

15Autour de l’actuelle province de Bocas del Toro, on observe aussi quelques tentatives de colonisation marquées par des rivalités avec les expéditions venues du nord. Ainsi, Hernan Sánchez de Badajoz est envoyé en 1540 par l'Audience de Panamá pour disputer à la nouvelle province de Cartago et Costa Rica le Veraguas. Il fonde sur la rive droite du Sixaola l'éphémère ville de Badajoz, avant que la zone ne soit attribuée à l'autorité du Costa Rica. Croyant à la pérennité de la fondation de Santiago de Talamanca en 1605 par Diego de Sojo, l'Audience du Guatemala crée en 1610 une nouvelle province nommée Duy y Mexicanos, placée sous le gouvernement de Gonzalo Vázquez de Coronado, le conquistador du Valle central (conquis à partir de la région pacifique du Guanacaste entre 1561 et 1569). Celle-ci périclite avec la destruction de la ville lors d'une révolte indigène, bien qu'elle suscite ça et là des tentatives malheureuses pour établir un débouché atlantique.

16La conquête du Honduras s'effectue conjointement par le littoral caraïbe et les hautes terres. C’est une zone où s’engagent de féroces luttes contre les Indigènes, mais aussi entre factions espagnoles. Bien que les autorités espagnoles s’efforcent effectivement de créer des débouchés caraïbes aux nouvelles provinces centraméricaines, ces axes n’auront jamais la prétention de rivaliser avec celui du Panamá, qui bénéficie de l’étroitesse de l’isthme. Ainsi, dès 1536, la création d’Omoa est préconisée pour assurer le transit caraïbe à partir du Guatemala, qui apparaît déjà comme la région la plus riche. Trujillo, qui doit rapidement renoncer à son statut de capitale, constitue surtout un poste militaire avancé. Durant toute la période coloniale, et à l'instar des autres villes du littoral hondurien, sa vocation militaire s'est constamment renforcée au détriment de ses activités économiques et politiques.

  • 16  « Au début, les colons vivaient comme les Indiens, dans une douzaine de cases de palmes, cherchant (...)

17Puerto de los Cabellos ressuscite rapidement et concurrence bientôt Omoa, en drainant aussi le maigre commerce avec le Guatemala. C'est cette proximité de places fortes sur le littoral qui va encourager la création de San Pedro de Puerto Cabezas (l'actuelle San Pedro Sula) par Alvarado en 1536. La colonie de San Pedro est le premier foyer de peuplement espagnol durable sur le littoral caraïbe, mais ses deux premiers siècles d’existence sont assez emblématiques des difficultés propres au littoral caraïbe.16

18Comme ailleurs sur la façade caraïbe, la colonisation espagnole a failli, par manque de volontarisme politique et faute de colonies de peuplement suffisamment puissantes. La réputation d'insalubrité de la zone littorale en a fait un repoussoir pour les colons espagnols. La proximité de la zone refuge joue ici moins qu'ailleurs, les Indigènes du littoral se manifestant peu après la défaite de Lempira (1537). L'intégration retardée de la zone littorale aux hautes terres est davantage imputable à l’essor de la piraterie, de plus en plus préoccupante dans la partie septentrionale de l'isthme.  

  • 17  Le frère Bartolomé de Las Casas a longuement mûri son projet d’évangélisation pacifique des Indien (...)
  • 18  La rébellion maya ne s’est tarie que tardivement dans cette zone, se terminant pour certains avec (...)

19L’extrémité nord de l’Amérique centrale est instituée en Capitainerie générale du Yucatán, directement dépendante du Royaume de Nouvelle-Espagne. Les futurs territoires du Petén et de Belize sont théoriquement sous sa responsabilité, mais les autorités de Mérida se heurtent aux Dominicains qui commencent à administrer la Vera Paz.17 L’émergence de deux juridictions coloniales mal délimitées (Audiences du Guatemala et du Yucatan) contribue au vide littoral et continental, pointant les responsabilités de l’organisation administrative espagnole dans la perpétuation de la zone refuge. Outre la résistance des Itzás et les raids des pirates, l’établissement de la Vera Paz a durablement freiné la « pacification » de la région par les autorités espagnoles.18

20Au Yucatán, les Espagnols rechignent à s’installer au cœur du territoire péninsulaire et s’établissent à Mérida, dans le nord-ouest. L’administration de la zone est assez révélatrice de la variété des méthodes employées pour contrôler la zone refuge, que retracent les exemples de Valladolid et Salamanca de Bacalar. La première, « ville héroïque », fait figure de pont avancé de la colonisation, repoussant le siège des Mayas de Chemax en 1546. Elle témoigne d'une ambition nouvelle vis-à-vis des Indigènes : consolider une frontière rampante et gagner ses adversaires à la cause coloniale et chrétienne. Quant à Salamanca de Bacalar, moins exposée dans la lagune que ne l’était Chactumal, elle pointe un danger qui vient aussi bien des « Barbares » de la mer que des « Naturels ».

21Le premier temps de la conquête est marqué par l'effondrement des sociétés structurées de l'isthme. Certaines sociétés moins « hiérarchisées » – qu'elles le deviennent par une nécessité historique (la fragmentation comme réponse à la tutelle coloniale), ou qu'elles l'aient été auparavant – parviennent à lutter efficacement contre l’occupant. Ainsi, le Veraguas, espace caraïbe précocement convoité par Colomb, est le théâtre de deux défaites militaires espagnoles d'importance, l'une dans les montagnes de la Talamanca, l'autre dans la plaine caraïbe costaricienne. Les sociétés mayas des basses terres ne sont pas en reste, elles repoussent efficacement les invasions en se repliant au cœur du Yucatán et se distingueront par la périodicité de leurs révoltes.

  • 19  Gruzinski, Serge, "Découverte, conquête et communication dans l’Amérique ibérique : avant les mots (...)

22Il faut néanmoins se garder de tout manichéisme. La conquête n'est qu'un des aspects de l'arrivée des Espagnols. Avant la conquête et la destruction, il y a la découverte, parfois empreinte de réciprocité. Songeons que trois décennies séparent le premier voyage de Colomb de la conquête de Cortès, et que de nombreux échanges se nouent dans cet interstice. Ils permettent la survie des conquistadors avant la colonisation ; ce serait négliger les dispositions indigènes que de croire en l'inégalité absolue de ce premier commerce. Tout dépend du rapport de force, comme le montre l'expérience de Balboa au Darién qui « s'ingénie à détourner à son profit le système des échanges ».19  

  • 20  Les Espagnols nomment Zambos les habitants de la Costa de Mosquitos avant que l’appellation Miskit (...)
  • 21  Comme le rapporte Francisco Antonio de Fuentes y Guzmán en 1620 à propos des Noirs de Trujillo.

23Passé le traumatisme et le choc microbien, certains groupes indigènes de la façade caraïbe ont su profiter de l'intervention d'autres acteurs européens pour reprendre la lutte contre les Espagnols, profitant de la faiblesse de l’administration coloniale dans ce « ventre mou » de l’Empire. Néanmoins, dans leurs relations des événements, les Espagnols minimisent toujours la composante indigène de ces nouveaux ennemis, comme chez les Zambos Miskitos20, qui subissent avant tout l’influence néfaste d’Anglais et de Noirs à l’« attitude nocive et pernicieuse ».21

Le « grand jeu » caraïbe22

  • 22  En géopolitique, le « grand jeu » fait référence aux rivalités anglo-russes en Asie centrale au 19(...)

24Le processus de mondialisation se manifeste notamment par les relations soutenues que commencent à entretenir trois continents, à travers l’exploitation de l’Afrique et de l’Amérique par l'Europe. La mise en place d’un commerce esclavagiste visant à remédier à l’extinction des travailleurs indiens et le déplacement des tensions européennes outre-mer à travers la flibuste constituent deux phénomènes aux nombreuses implications, stratégiques, économiques, mais aussi sociales, notamment sur la façade caraïbe de l'Amérique centrale à l’époque moderne.

  • 23  Eve Demazière mentionne néanmoins l’existence de palenques de Noirs dans le département d’Izabal ( (...)
  • 24  En 1575, on compte dans l’Audience de Panamá 800 Blancs, 2000 esclaves noirs, 300 affranchis et 25 (...)
  • 25  En 1779, sur 15 000 habitants, la ville capitale de Panamá compte environ 9 000 esclaves noirs, 2  (...)

25Trente esclaves accompagnent Balboa lors du franchissement de l’isthme, et davantage encore aident Cortès dans son improbable escapade. Mais il s’agit exclusivement de Noirs ladinos, éduqués en Espagne, donc assez distincts de Noirs bossales directement venus d’Afrique. Le 22 février 1542, le premier convoi atteint le nord de l’isthme : 150 Noirs bossales débarquent à Puerto Cabellos. Les naufrages et le marronnage des esclaves noirs en fuite vont dès lors avoir un impact spatial majeur sur la région.On distingue généralement le petit marronnage, qui ne dure que quelques jours, du grand marronnage, définitif (cimarrones apalencados). On retrouve ce dernier tout au long de la période coloniale, mais il revêt une importance différente suivant la proportion de Noirs dans la population. Dans l’Audience du Guatemala, où ces derniers sont faiblement représentés, le marronnage se traduit par un banditisme itinérant de faible ampleur.23 Il prend en revanche une envergure inquiétante dans l’Audience du Panamá, où les groupes disséminés qui s’installent dans la forêt dès le 16è siècle représentent plus de la moitié des Noirs sous contrôle.24 Une loi y prohibe l’introduction de Noirs bossales au profit des ladinos en 1526. Il y est interdit aux Noirs de porter une arme en 1535, puis de sortir la nuit en 1542. Les petits groupes de Noirs marrons s’organisent en palenques, forteresses isolées dans la forêt, vivent des fruits de la terre et de rapines. A proximité du Camino real panaméen, plusieurs chefs se distinguent par leur pugnacité et la qualité de leur système de défense, comme Filipillo dès 1549. En 1554, 200 soldats espagnols échouent devant la forteresse du chef Bayano. Les autorités sont contraintes à la signature d’un traité avec certains marrons en 1580, qui assure à ces derniers une autonomie totale contre leur engagement à ne pas encourager le phénomène. A quelques kilomètres de la voie la plus empruntée du monde se développent donc des sociétés noires, parfois tolérées, à Barbacoa, Cruces, Pacora ou Chepo.25

Carte 3 : L’Amérique centrale entre flibuste et administration coloniale (16e- 17e siècles)

Carte 3 : L’Amérique centrale entre flibuste et administration coloniale (16e- 17e siècles)
  • 26  Les corsaires bénéficient d’une commission d’un Etat, contrairement aux pirates qui agissent pour (...)

26Pour les puissances européennes privées de terres à découvrir, la flibuste constitue l’unique moyen de bénéficier de la manne américaine (carte 3). Incapables de rassembler une flotte de guerre car trop occupés à s’affronter sur le vieux continent, les souverains européens autorisent des particuliers à faire la course.26 Les Espagnols refusent néanmoins d’admettre ce système des mercenaires de la mer et les jugent comme des pirates : les corsaires se soucient en effet peu de ces préliminaires diplomatiques. Le phénomène a un retentissement énorme dès ses débuts en 1523, lorsque le corsaire français Jean Fleury prend deux des trois caravelles ramenant l’or de Moctezuma. Les premières prises dans la mer des Caraïbes commencent à partir de 1525 et prennent de l’ampleur en 1528 avec le pillage de Cubagua, île perlière au large du Venezuela. Les guerres entre François 1er et Charles Quint alimentent ces tensions dans les grandes Antilles, rebaptisées « îles du Pérou »  par les Français.

27Dans les années 1540, la Couronne espagnole prend la mesure de la piraterie et organise le convoi des produits américains vers Séville. La flotte des Indes occidentales, composée de 6 navires de guerre et de bateaux marchands, se rend tous les ans de Nombre de Dios (marchandises du Pérou) à Cartagena (or, émeraudes et perles) puis à Cuba ou Hispaniola. La flotte de Veracruz la rejoint jusqu’au Açores où les attend l’Armada de la mer océane. En 1556, le monopole commercial est établi : il interdit tout commerce avec des étrangers, mis à part celui des esclaves. En 1543, le corsaire français Robert Baal rançonne Carthagène. En 1558, Trujillo est prise pour la première fois. L’année suivante, celle de la paix de Cateau-Cambrésis qui apaise les tensions en Europe, c’est le tour de Puerto Cabellos, mise à sac par les marins basques et bretons. Mais les Français, devenus les gendarmes de l’Europe, voient progressivement leur monopole dans ces escapades transatlantiques s’amenuiser.

28Les Anglais et les Hollandais les suppléent désormais outre-mer. En révolte contre les Espagnols, les marins des Provinces-Unies se joignent aux pirates dans la Mer du Nord puis la Caraïbe, grâce aux possessions de Curaçao. Les Anglais reprennent le flambeau français dès 1567 en saisissant deux des trois navires en transit du rio San Juan vers Nombre de Dios, prise qui témoigne des difficultés du cabotage sur la façade caraïbe. Cet acte signe les débuts de l’épopée de Sir Francis Drake, symbole de la mainmise anglaise sur toutes les mers du monde. En 1572, faute d’avoir pu prendre le fort de Nombre de Dios, il s’empare du convoi de mules chargées d’or, grâce à l’aide des Cimarrons du Darién et de quelques flibustiers français. Après son tour du monde, il contribue à la défaite de l’ « Invincible Armada » de Philippe II en 1588, puis prend Cadix et ses immenses réserves d’or avant de mourir devant Portobelo en 1596.

29Les attaques espagnoles sur le littoral caraïbe ont dans un premier temps contribué à dépeupler les littoraux stricto sensu, et les foyers de peuplement indigènes de la façade se sont repliés à l’intérieur des terres. L’accroissement des menaces, avec des pirates qui n’hésitent pas à s’aventurer dans la jungle pour survivre, voire à réduire en esclavage les populations amérindiennes, a largement contribué à vider les littoraux. L’arrivée d’Européens non hispaniques, de la même manière que celle des Noirs, a complexifié les rapports qui s’étaient provisoirement établis entre Indiens et Espagnols. Les populations indigènes colonisées, effrayées par ces razzias, réclamant parfois le déplacement de leurs villages. En revanche, les sociétés indigènes rebelles de la façade caraïbe opposent aux flibustiers des attitudes variées et fluctuantes : certaines les craignent, d’autres s’y allient. Progressivement pourtant, les flibustiers ont développé des relations avec les habitants de la zone refuge, pour leur ravitaillement, d’abord, puis dans des actions communes à l’encontre des Espagnols. Les Indigènes ont surtout pris conscience que les Anglais, les Français ou les Hollandais étaient les seuls à pouvoir leur fournir de la poudre.

  • 27  Exquemelin, Alexandre-Olivier, Histoire des aventuriers flibustiers, 1686, PUPS, 2005, 595 p.

30Faute de sources sûres, ces alliances restent souvent méconnues. Le flibustier Exquemelin nous en propose un panorama fantaisiste qui souligne aussi leur diversité : les Indigènes du Yucatán sont plutôt placides, tandis qu’ils sont bravos à proximité du San Juan, au Darién, aux Corn Island ou dans l’archipel de Bocas del Toro.27 Dans le Darién, Noirs marrons et Indigènes de la zone refuge collaborent avec les flibustiers désireux de traverser l’isthme. Abandonnant leurs embarcations, ils comptent sur les Indiens et les Cimarrons pour reconstituer leur flotte grâce à des prises faciles. En 1577, John Oxenham gagne le Pacifique grâce au chef marron Luis de Mozambique, puis débarque sur les îles de Las Perlas. Ainsi, les flibustiers désireux d’accéder à la Mer des Sud empruntent le même chemin que Balboa en 1513, véritable Camino pirata à moins d’une centaine de kilomètre à l’est du Camino real. Les Noirs et les Indigènes ne constituent pas seulement des guides pour les flibustiers et réclament aussi leur part du butin.

  • 28  « Nous trouvâmes plusieurs Indiens qui nous vinrent recevoir et nous firent mille caresses. Jamais (...)

31Ces nouvelles configurations, faites d’interactions entre société indigènes, noires et pirates, prennent une ampleur non négligeable avec les Miskitos, dont Exquemelin nous livre une vision très personnelle.28Pour les Espagnols, ce sont avant tout des Zambos, des Noirs, opinion partagée par les Indigènes de l’arrière-pays qu’ils terrorisent indistinctement. Si les Miskitos sont bien issus d’un métissage entre Indigènes et Noirs, l’ethnogenèse de cette population et sa différenciation avec leurs voisins Mayangnas (Sumus) est surtout basée sur des critères socio-politiques. C’est l’alliance avec les Européens qui fonde les Miskitos comme peuple, le métissage ne faisant qu’illustrer cette donnée. Le rejet de l’ethnie Sumu, c'est-à-dire les non métissés, correspond à une scission politique : le refus d’entrer dans le « grand jeu » aux côté des Anglais.

  • 29  « Le président Mencos [de l’Audience du Guatemala], par exemple, fut acquitté en 1668, et seulemen (...)

32Pour ces nouveaux arrivants, Noirs ou Blancs, les représentations de la façade caraïbe sont très différentes de celles des Espagnols. Eldorado de la flibuste pour certains, elle apparaît aussi comme une zone refuge pour des Noirs marrons qui s’accommodent de cette nature hostile. Le peuplement de la façade caraïbe ne s’effectue pas uniquement en raison de son rôle de refuge, mais aussi pour des raisons stratégiques. Il s’agit d’une lente gangrène souvent orchestrée par la nouvelle puissance hégémonique britannique. La faiblesse de la défense espagnole s’explique d’abord par l’immensité de l’espace à contrôler et à organiser, par la défaillance des structures administratives, mais aussi parfois par celle des hommes. Ainsi la corruption règne-t-elle dans les sphères dirigeantes, promptes à détourner les fonds consacrés à l’effort de défense ou à participer à la contrebande.29 Le manque de répondant des vecinos chargés de la défense des villes est aussi souligné, ces derniers préférant souvent fuir plutôt que d’affronter les pirates.

33Les conquistadors n’ont pas véritablement « osé » la façade caraïbe, tandis que l’impérialisme naissant des puissances européennes du 16è siècle s’engouffrait dans cette gigantesque faille du système espagnol. Inévitablement, la façade caraïbe ne pouvait plus se résumer à cette dualité un temps entrevue, Espagnols contre Indiens. L’impact de la mondialisation dans la mer des Caraïbes est énorme : elle empêche le contrôle de l’espace caraïbe continental par les Espagnols et contribue à l’émergence de sociétés de « marges », qui, bien qu’ayant des degrés d’allégeance divers et fluctuants aux pouvoirs extérieurs, s’opposent généralement à l’administration espagnole.

Conclusion

  • 30  Blaeu, Joan, Atlas Maior, 1665, Taschen, Köln, 2005, 593 p.
  • 31  On distingue 13 fondations sur le versant pacifique, à moins de 15 lieues de la côte (et 4 sur la (...)

34Dans son Atlas Major, Joan Blaeu livre une représentation de l’espace centraméricain édifiante(cartes 4 et 5).30 L’instabilité des fondations rend toujours difficile, dans la première moitié du 17è siècle, le référencement des lieux. Mais cette cartographie traduit bien l’équilibre des forces que l’on constate à l’époque. La carte du Yucatán et du Guatemala atteste du délaissement de la côte, mais surtout du dépeuplement de l’isthme. Les fondations espagnoles apparaissent totalement isolées des foyers de peuplement indigènes. Comparées à l’actuel Oaxaca (sud du Mexique), ces deux juridictions semblent vides, et leur faible peuplement se dessine surtout dans leurs parties occidentales ; la situation est toute autre pour le Panamá, véritable pivot du drainage des richesses vers la Vieille Espagne.31 La toponymie en dit également beaucoup sur l’imaginaire de ces Caraïbes à l’époque moderne : Isla Mujeres est à l’époque Desconocida, Gracias a Dios un simple ex-voto de Colomb, tandis que les cayes miskitos sont appelées Mewen et Hayen Eylanden, formalisant ainsi la perte de contrôle des Espagnols sur le littoral caraïbe. La façade caraïbe fait ainsi figure de marge de la déjà très obscure Audience des Confins (1543-1547). Dans une période marquée par les progrès de la science, notamment cartographique, ces représentations pointent l’échec des Européens à circonscrire le rivage occidental du bassin caraïbe.

Carte 4

Carte 4

BLAEU, Joan, Yucatan, Convention Juridique de la Nouvelle Espagne, Partie Occidentale, et Guatemala, Convention Juridique, 1662, in BLAEU, Joan, Atlas Maior, 1665, Taschen, Köln, 2005, 593 p. ; p.550

Carte 5

Carte 5

BLAEU, Joan, Tierra firme (détail), 1662, in BLAEU, Joan, Atlas Maior, 1665, Taschen, Köln, 2005, 593 p. ;  p.551

35La façade caraïbe est bien un objet historique qui émerge à travers le processus de colonisation espagnol, qui vise principalement à exploiter la main d’œuvre indigène. Les espaces contrôlés par les Espagnols rendent donc assez bien compte des densités de population précolombiennes : les conquistadors s’établissent principalement sur les hautes terres du Guatemala, du Salvador, du Costa Rica et du sud du Honduras, ainsi que sur les basses terres occidentales du Yucatán et du Nicaragua, enfin sur celles, méridionales, du Panamá. Les entreprises privées de conquête sont progressivement reprises en main par les autorités espagnoles. Toutefois, ces dernières se contentent de normaliser l’organisation de cet espace jusqu’alors inconnu, sans réellement en modifier les premières orientations. Les exigences du commerce interocéanique espagnol conduisent toutefois la Couronne à un contrôle accru sur le principal corridor transisthmique : Panamá est ainsi rattaché à la Vice-royauté du Pérou, l’éloignant durablement du reste de l’isthme, dont le délaissement est patent.

36La nouvelle organisation de l’isthme centraméricain s’explique aussi par d’autres phénomènes. En premier lieu, la réorganisation des populations indigènes des « marges » est un problème récurrent pour les autorités coloniales. Qu’ils soient de la fuite ou autochtones, ces groupes peu nombreux et épars, en comparaison avec ceux contrôlés par les Espagnols, s’établissent dans des environnements variés mais difficilement accessibles, qui constituent une véritable « zone refuge », notamment sur la façade caraïbe de l'Amérique centrale. Très rapidement, de nouveaux acteurs « ultramarins » viennent complexifier la dualité entre Indiens et Espagnols qui s’était instaurée dans l’isthme. Les répercussions du processus de mondialisation sont très importantes sur cette façade délaissée, à travers la flibuste ou l’établissement de sociétés noires. Les deux phénomènes, indissociables, notamment lorsqu’ils sont sciemment encouragés par l’hégémonie britannique qui se met en place à partir du 17è siècle, entraînent de nombreuses recompositions politiques, mais aussi sociales ou culturelles sur la façade, car les Indigènes des marges participent fréquemment à cette déstabilisation du système colonial espagnol.

37Pour les descendants d’Espagnols délaissés par la métropole, la façade caraïbe symbolise l’inachèvement du processus de conquête. Les sociétés des marges caraïbes sont assimilées à leur milieu environnant : dangereuses, superflues, mais évitables. Les Caraïbes centraméricaines se transforment en frontière de l’imaginaire, en « Enfer vert ». L’existence de la façade caraïbe comme objet géographique n’est donc pas tant liée à sa profonde nature physique qu’à la manière dont celle-ci est représentée.

Haut de page

Notes

1  Aguirre Beltrán, Gonzalo, Regiones de refugio, El desarrollo de la comunidad y el proceso dominical en mestizo america, Instituto Indigenista Interamericano, Mexico: 1967, 367 p.

2  Davantage qu’Hérodote, qui se limite à la description, Hippocrate (-460 – -370) pose les fondements de la géographie avec Des Eaux, des Airs et des Lieux, bien que l’ouvrage ait longtemps été oublié. Sa réflexion vise à déterminer l’impact physiologique de l’environnement, sans pour autant tomber dans un déterminisme catégorique, puisqu’il tient à souligner l’importance des facteurs culturels et sociaux. Ce sont surtout les aspects sanitaires de sa pensée qui seront pourtant remis au goût du jour à la Renaissance. Ainsi, au début du 16è siècle, les représentations occidentales les plus élaborées de la terre se fondent sur les quatre éléments et les quatre principes d’Aristote (air, eau, terre, feu ; humide, froid, sec, chaud). La combinaison de ces principes traduit l’environnement, défini comme sain ou malsain.

3  Lopez de Velasco, Juan, Geografía y Descriptión Universal de las Indias, 1571-1574, reed. Fortanet, 1894, 831 p. ; cité par Musset, Alain, Villes nomades du Nouveau Monde, EHESS, 2002, 397 p ; p. 80

4  Lopez deVelasco, op. cit. ; p. 311

5  Lopez deVelasco, op. cit. ; p. 333

6  Musset, op.cit. ; p. 85, p. 91

 Pineda, Juan de, Avisos tocantes a la Provincia de Guatemala, 1595

7  Ordonnances de découverte et de peuplement de 1573

Musset, op. cit. ; p. 79

8  Musset, op.cit. ; p.135

9  L’auteur estime qu’en Amérique centrale, quatre déplacements de villes s’effectuent pour la recherche d’un nouveau site, six en raison d’un site malsain, quatre de catastrophes naturelles, sept d’attaques d’Indiens et six d’attaques de pirates ou de guerres conventionnelles.

Musset, op. cit. ; p. 142

10  Colomb, Fernand, Histoire de la vie et des découvertes de Christophe Colomb, Paris, Dreyfus, 1879, 302 p. ; p. 253-254

11  Etonnamment, les habitants de la future Mosquitia apparaissent déjà sous les traits de cannibales noirs. Colomb, op. cit. ; p. 257.

12  Il semble que Colomb ait mal compris ces indigènes, qui évoquaient certainement un passage terrestre, à savoir l'isthme de Panamá. On peut noter que ces populations du nord du Honduras n'appartenant à aucune « grande civilisation » possédaient des connaissances géographiques assez précises.

13  Colomb, op. cit. ; p. 259

14  « Ils arrivèrent dans une région couverte de grands arbres touffus, entre les racines desquels chacun d'eux, en moins de deux heures, eut ramassé une certaine quantité d'or, ce qui ne pouvait que leur sembler merveilleux, car nul d'entre eux n'était muni d'aucun outil pour fouiller la terre. »

Colomb, op. cit. ; p. 262

15  Progressivement, le sud de l’actuel Panamá est contrôlé. Gil González Dávila, frère de Pedrarias, obtient un droit de conquête et une première expédition atteint le Costa Rica par le Pacifique en 1520 (Golfe d'Orotiña, où s’établit l’éphémère Bruselas de 1524 à 1526) ; en 1523, il rencontre le cacique des Nicarao et revient avec une énorme quantité d'or. Les conquistadors affluent alors de toutes parts. Hernández de Córdoba reprend le même chemin et fonde Granada, puis León la même année (1524). Cortès, qui vient de conquérir le Mexique et le Guatemala, envoie une expédition terrestre (dirigée par Pedro de Alvarado, le conquistador du Guatemala, qui fonde Santiago de los Caballeros en 1524) et une expédition maritime (celle de Cristóbal de Olid, qui tente de jouer sa carte personnelle au Honduras). Puis Cortés tente lui-même de mettre au pas Olid en traversant la péninsule du Yucatan à travers l’actuel Petén, exploit qui ne parvient pas à masquer son échec. En 1526, Diego López de Salcedo, gouverneur envoyé par la Couronne, arrive à Trujillo (érigée en 1525, comme Puerto de los Cabellos) pour arbitrer les tensions entre conquistadors du nord et du sud. Ces derniers ne laisseront à personne le soin de régler leurs différends, bien qu’un équilibre précaire s’installe entre eux. Pedrarias Dávila obtient finalement les plaines centrales du Nicaragua en 1526. En 1528, Diego de Mazariegos fonde la Villa Real de Chiapa (la future San Cristóbal de las Casas, renommée en hommage au frère Bartolomé). Au Yucatán, Francisco de Montejo obtient un droit d'expédition en 1526 ; sa première expédition, partie de Cozumel, échoue. Après plusieurs tentatives infructueuses, les Espagnols progressent par l'ouest. T’Ho (future Mérida) tombe finalement en 1541, mais l'est et l'intérieur des terres n'est pas pour autant pacifié. Des plaines pacifiques et des hautes terres centrales, seul le Valle costaricien, peu peuplé, échappe encore à la mainmise espagnole.

16  « Au début, les colons vivaient comme les Indiens, dans une douzaine de cases de palmes, cherchant de l'or dans les fertiles ríos Chamelecón et Ulúa. Dès 1541, on compte 35 vecinos (citoyens espagnols) qui organisent le transfert des indigènes vers les mines de l'Occident. En 1575, les 50 Espagnols de San Pedro contrôlent 30 villages indigènes et disposent de 700 tributarios (travailleurs indigènes). Mais l’endroit gardait toujours sa réputation de « maladif ». En revanche, les indigènes déclinèrent autant que les colons augmentèrent. Du coup, le nombre de vecinos déclina lui aussi : 20 en 1582 et seulement 9 en 1590. Un temps devenu Camino Real, le chemin qui la reliait à Puerto Cabellos fut emprunté par les pirates qui l'incendièrent en 1595. Santo Tomás de Amatique remplaçait Puerto Cabellos. De 1629 à 1665, la ville disparaît virtuellement des cartes. Les boucaniers contrôlent les eaux et les côtes honduriennes.»

Source anonyme.

17  Le frère Bartolomé de Las Casas a longuement mûri son projet d’évangélisation pacifique des Indiens, échouant dans une tentative d’implantation de « bons colons » à Cumaná (1522), puis dans le Desaguedero (Rio San Juan, 1535). La Couronne soutient finalement son action pacifique dans le centre du Guatemala, sur un territoire mal délimité, la Tierra de Guerra (1537). Suite aux bons résultats des Frères dominicains dans le Tuzulutlán, la Couronne suit Las Casas et interdit la « Vera Paz » à toute colonisation ou ingérence espagnole (1547).

Saint-Lu, André, La Vera Paz, Esprit évangélique et colonisation, Institut d’études hispaniques, Paris, 1968

18  La rébellion maya ne s’est tarie que tardivement dans cette zone, se terminant pour certains avec la dernière défaite des Itzás (1697), pour d’autres avec la fin de la Guerre des Castes (1847-1901). André Saint-Lu insiste néanmoins sur l’inefficacité des autorités militaires de l’embouchure du Golfo dulce et de l’alcaldia  major de la Vera Paz.

19  Gruzinski, Serge, "Découverte, conquête et communication dans l’Amérique ibérique : avant les mots, au-delà des mots", pp. 141-154, in Transferts culturels et métissages Amérique/Europe 16è-20è siècle, Turgeon, Laurier ; Delage, Denys ; Ouellet, Real, L’Harmattan, 1996 ; p. 148

20  Les Espagnols nomment Zambos les habitants de la Costa de Mosquitos avant que l’appellation Miskito n’apparaisse à la fin du 17è siècle. Cette dernière témoigne de la lente acceptation de la contribution indienne à la résistance aux Espagnols.

21  Comme le rapporte Francisco Antonio de Fuentes y Guzmán en 1620 à propos des Noirs de Trujillo.

22  En géopolitique, le « grand jeu » fait référence aux rivalités anglo-russes en Asie centrale au 19è siècle, élargies par la suite à d’autres puissances. L’affrontement de ces deux pouvoirs d’essences continentale et maritime débouche finalement sur la création de l’Etat tampon afghan. Du sucre au pétrole, en passant par le bois d’ébène, le processus est ici étrangement similaire à quelques siècles d’intervalle.

23  Eve Demazière mentionne néanmoins l’existence de palenques de Noirs dans le département d’Izabal (Guatemala), dont témoigne encore le village de Cimarron à quelques kilomètres à l’ouest de Santo Tomás, toponyme que l’on retrouve aussi à une dizaine de kilomètres de Puerto Limón, au Costa Rica…

Demazière, Eve, Les cultures noires d’Amérique centrale, Karthala, 1994, 221 p.

24  En 1575, on compte dans l’Audience de Panamá 800 Blancs, 2000 esclaves noirs, 300 affranchis et 2500 marrons, sans compter les populations indiennes.

Demazière, op.cit.

25  En 1779, sur 15 000 habitants, la ville capitale de Panamá compte environ 9 000 esclaves noirs, 2 000 Noirs libres, 2 000 Indiens et 2 000 Espagnols.

Hall, Carolyn ; Perez Brignoli, Hector, Historical Atlas of Central America, University of Ocklahoma, 2003,   322 p. ; p. 89

26  Les corsaires bénéficient d’une commission d’un Etat, contrairement aux pirates qui agissent pour leur propre compte. Le flibustier est un aventurier qui écume spécialement la mer des Caraïbes. Quant aux boucaniers, il s’agit d’éleveurs ou de chasseurs de bétail qui habitent les littoraux et ravitaillent à l’occasion les flibustiers. Ces trois domaines d’activité sont assez perméables et leurs conditions d’exercice très difficiles. Beaucoup sont des engagés venus faire fortune, qui doivent endurer 3 à 7 années de quasi esclavage. Leur violence perpétue celle des conquistadors, d’autant que la plupart des flibustiers sont condamnés à mort et n’ont rien à perdre. Les codes de fraternité qui existent au sein de ces groupes dépassent néanmoins les appartenances nationales.

27  Exquemelin, Alexandre-Olivier, Histoire des aventuriers flibustiers, 1686, PUPS, 2005, 595 p.

28  « Nous trouvâmes plusieurs Indiens qui nous vinrent recevoir et nous firent mille caresses. Jamais les Espagnols n’ont pu réduire ces Indiens, non plus que les autres, et ces Indiens ont bien voulu traiter avec les aventuriers tant anglais que français sans distinction. […] Ils dirent tant de bien des aventuriers à leurs gens qu’ils conçurent d’abord de l’amitié pour eux ; et ce qui l’augmenta, c’est qu’ils leur firent entendre que les aventuriers tuaient les Espagnols. […] Ils ont maintenant beaucoup de Nègres pour esclaves ; il y en a aussi beaucoup de libres, à qui leurs maîtres en mourant ont donné la liberté.»

Exquemelin, op. cit. ; p. 402, 408, 409

29  « Le président Mencos [de l’Audience du Guatemala], par exemple, fut acquitté en 1668, et seulement trois ans plus tard Mateo de Rivera et Domingo de Acosta furent condamnés à mort pour avoir traité avec les Hollandais. […] On sait aussi qu’en 1681, en Espagne, on devait acheter le cacao à des étrangers et à un prix exorbitant, parce que les Espagnols n’arrivaient pas à s’approvisionner par leurs propres flottes. »

Cabezas Carache, Horacio, La Piratería en la Capitanía General de Guatemala, 11 p.  [www.mineco.gob.gt]

30  Blaeu, Joan, Atlas Maior, 1665, Taschen, Köln, 2005, 593 p.

31  On distingue 13 fondations sur le versant pacifique, à moins de 15 lieues de la côte (et 4 sur la partie yucatèque qui borde le Golfe du Mexique). 12 villes sont au cœur de l’isthme, dans les régions centrales. En revanche, côté caraïbe, les villes sont rares et espacées, à l’exception notable du Honduras et du sud du Veraguas. La localisation des villes révèle les difficultés cartographiques de l’époque, du fait de sources de seconde main. et d’informations souvent datées, comme sur le littoral caraïbe des Mayas. San Pedro Sula, Puerto Cortés et Trujillo, témoignent de l'ancienneté du peuplement du littoral hondurien. Pour le Veraguas, que l'on distingue encore très mal du Costa Rica, Blaeu présente trois fondations : Trinidad, Concepción et Santa Fe, dont on trouve encore de nos jours une trace minime concernant les deux dernières.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1 : Les mondes précolombiens vers 1500
URL http://amerika.revues.org/docannexe/image/2210/img-1.png
Fichier image/png, 459k
Titre Carte 2 : L’établissement espagnol en Amérique centrale
Légende La carte montre l’émergence de quatre ensembles caraïbes finalement négligés par des conquistadors davantage attirés par les terres centrales : la Terre ferme, à l’est du futur Panamá (Darién), qui reste un point névralgique du système colonial espagnol ; le Veraguas, mythique héritage de Colomb correspondant à l’actuel Costa Rica ; le Honduras, où les fondations littorales n'ont de vocations que commerciales, puis militaires ; le Yucatán, presqu'île vierge symptomatique du repli indien sur la façade.
URL http://amerika.revues.org/docannexe/image/2210/img-2.png
Fichier image/png, 180k
Titre Carte 3 : L’Amérique centrale entre flibuste et administration coloniale (16e- 17e siècles)
URL http://amerika.revues.org/docannexe/image/2210/img-3.png
Fichier image/png, 221k
Titre Carte 4
Légende BLAEU, Joan, Yucatan, Convention Juridique de la Nouvelle Espagne, Partie Occidentale, et Guatemala, Convention Juridique, 1662, in BLAEU, Joan, Atlas Maior, 1665, Taschen, Köln, 2005, 593 p. ; p.550
URL http://amerika.revues.org/docannexe/image/2210/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Carte 5
Légende BLAEU, Joan, Tierra firme (détail), 1662, in BLAEU, Joan, Atlas Maior, 1665, Taschen, Köln, 2005, 593 p. ;  p.551
URL http://amerika.revues.org/docannexe/image/2210/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Camille Le Masne, « L’invention de la façade caraïbe centraméricaine : indios, negros, y piratas », Amerika [En ligne], 4 | 2011, mis en ligne le 18 décembre 2011, consulté le 17 août 2017. URL : http://amerika.revues.org/2210 ; DOI : 10.4000/amerika.2210

Haut de page

Auteur

Camille Le Masne

Docteur en géographie, Chercheur associé au SEDET (EA 4534) – Université Paris Diderot – Paris 7

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo ERIMIT - Equipe de recherche interlangues : mémoire, identités, territoires
  • Les cahiers de Revues.org