Navigation – Plan du site
L'Amérique latine à travers les mythes, les tabous, les stéréotypes

Les agents français dans la Plata

L’impact du stéréotype de la barbarie rosiste pendant le blocus du port de Buenos Aires, 1838 – 1840
Clara María Avendaño Marín

Résumés

Cet article vise à mettre en évidence le poids et la portée politique et diplomatique du stigmate de barbarie qui frappe le Gouverneur de Buenos Aires Juan Manuel Rosas pendant le blocus de la Plata entre 1838 et 1840. Cette barbarie rosiste, dont les agents français ont été les premiers coryphées en France, était définie dans leurs écrits par un rapport dialectique entre civilisation et barbarie. Cette antinomie qui leur sert d’argument pour soutenir non seulement les prétentions françaises,  mais aussi les opposants politiques du rosisme, s’articule autour de l’opposition entre la « ville civilisée » et la « campagne barbare », entre l’Europe, sa culture et son commerce et l’Amérique, ses coutumes et la défense de ses intérêts.

Haut de page

Texte intégral

1Le 28 mars 1838, le Contre-amiral Leblanc, commandant de la station navale française dans la Plata, déclare le blocus du port de Buenos Aires. Le but avoué : protéger les ressortissants et le commerce français de l’arbitraire du régime de Juan Manuel Rosas. Mais l’objectif réel est d’y obtenir la pièce manquante de la stratégie commerciale française : un traité de commerce et navigation avec la Confédération Argentine. Alors que la confrontation paraît sans issue, les agents français décident de changer de stratégie et d’obtenir gain de cause en soutenant financièrement et militairement les ennemis intérieurs et extérieurs du rosisme. En 1839, le blocus prend des allures de guerre civile et étrangère soutenue et financée par la France. Montevideo devient alors la colonne vertébrale du blocus et les opposants argentins, de véritables bras armés d’une coalition créée de toute pièce par les agents français.

  • 1  Quattrocchi-Woisson, Diana, « Discours historiques et identité nationale en Argentine », Vingtième (...)

2Cet article, dont les sources proviennent de la correspondance des consuls français dans la Plata et des articles de presse écrits par les agents diplomatiques et militaires français, vise à mettre en évidence la portée politique et diplomatique de la stigmatisation dont Rosas et son régime furent l’objet et à déceler dans leur discours les traits saillants de cette stigmatisation. Les agents français présentaient Rosas comme un « barbare » déployant une forme de gouvernement « sanguinaire » et « despotique ». Il ne s’agit pas d’apporter une autre pierre à l’édifice du débat du révisionnisme argentin1 ou de vouloir déceler la réalité politique de l’Argentine de la première moitié du XIXe siècle au travers du discours des agents français. L’objectif est de montrer comment ils ont utilisé l’image véhiculée du gouverneur de Buenos Aires pour servir et justifier leurs agissements dans la Plata et de mettre en avant le poids et l’importance de la désinformation et de la stigmatisation dans le conflit qui oppose la France à Buenos Aires.

Les constructeurs et diffuseurs de stéréotypes

3Après 1830 la France essaie de prendre au pas l’Angleterre dans la stratégie commerciale que celle-ci avait déployée dans le bassin de la Plata dès le début du siècle. C’est en 1830, lorsque la France reconnaît les républiques sud-américaines que la Monarchie de Juillet montre sa volonté d’officialiser les rapports commerciaux dans cette partie du monde. C’est dans ce contexte que s’inscrit l’action des agents français dont la mission était de protéger non seulement le commerce français, mais aussi les Français de plus en plus nombreux qui résident sur les deux rives de la Plata.

4Les agents français de la Plata sont :

    • 2  Alors qu’éclate l’Affaire de Buenos Aires, Roger était élève-consul attaché à la mission du Marqui (...)

    Aimé Roger, élève consul2, alors à la tête de l’intérim du Consulat Général de France à Buenos Aires en 1836. C’est sous son instigation que le Contre-Amiral Leblanc décrète le Blocus du port de Buenos Aires par les forces navales françaises en mars 1838 ;

  • Buchet Martigny, Consul Général de France à Buenos Aires dès novembre 1838 ; Raymond Baradère, Vice-Consul, puis Consul Général de France à Montevideo ;

    • 3  Bécourt, Lefebvre, « Rapports de la France et l’Europe avec l’Amérique du Sud » Revue des Deux Mon (...)

    Lefebvre de Bécourt, Secrétaire de la légation de France à Buenos Aires, puis Consul par intérim à partir de 1840. Il livre son témoignage dans deux articles publiés dans la Revue des Deux Mondes3. Libérés du carcan des dépêches ministérielles, ceux-ci visent à faire connaître à l’opinion publique française et internationale l’engagement de la France dans ce qui entrera dans l’Histoire sous le nom de l’Affaire de la Plata ;

    • 4  Page, Théogène, « Affaires de Buénos Ayres, expédition de la France contre la République argentine (...)

    Et enfin Théogène Page, Amiral de la flotte française dans les rives de la Plata et aide de camp de l’Amiral Mackau lors des négociations qui précèdent la fin des hostilités en octobre 1840. Lié par une amitié personnelle avec Lefebvre de Bécourt, il avance  son regard critique sur l’affaire dans un article publié en 18414.

La source de la Barbarie

  • 5  Le travail de G. Puentes  met en lumière cet aspect du conflit, c.f. Puentes, Gabriel A., La inter (...)

5L’historiographie s’accorde à dire que l’image négative de Rosas en France était le produit de la collusion entre les agents français et les opposants politiques du rosisme5. L’accusation de partialité à l’encontre des agents français est certes fondée, car inclure dans leur stratégie les Argentins réfugiés à Montevideo pour servir leur cause dénature le conflit et empêche une solution diplomatique, la seule issue étant la chute de Juan Manuel Rosas.

  • 6  Varela, Florencio, Considérations sur le traité du 29 octobre 1840 (pub. Bellemare, délégué de la (...)
  • 7  Halperin Donghi, Tulio, «Rosismo y Restauracion europea en los informes del consul sardo en Buenos (...)

6Les sources attestent du tropisme des agents français à l’égard des opposants du rosisme. Cette proximité, d’ailleurs très bien documentée par les témoignages directs de Théogène Page ou de Florencio Varela6, secrétaire de la Comisión Argentina, mettent en évidence le glissement opéré par les agents français dans le Rio de la Plata. D’observateurs avisés, transmetteurs d’images et de réalités, ils deviennent, par le regard qu’ils portent et les stéréotypes qu’ils véhiculent, des acteurs à part entière dans l’échiquier politique de la Plata. Certes, l’image qu’ils véhiculent de Rosas est « le reflet fidèle des espoirs, craintes et croyances de l’opinion anti-Rosas de Buenos Aires »7, mais le stigmate dont ils marquent le rosisme trouve aussi sa source dans leurs idées et leur vision du monde.

7Le principal stigmate porté par les agents français sur le rosisme est celui de la barbarie. L’utilisation de ce terme est récurrente dans leurs correspondances et leurs articles. Mais ce qui transparait dans leurs écrits est la dichotomie inévitable entre civilisation et barbarie. Ces deux termes y sont toujours employés sous un rapport dialectique et sont d’une importance capitale pour comprendre les stéréotypes véhiculés par les agents français à propos du gouverneur de Buenos Aires et de son régime.

8Sans cesse, les agents français opposent leur conception de la civilisation et de la barbarie lorsqu’ils essayent de décrire le gouverneur de Buenos Aires et son régime. Trois lignes directrices servent ce rapport dialectique dans leur discours : la liberté des institutions contre le prétendu absolutisme de Rosas, l’Europe contre l’Amérique, la ville civilisée contre la campagne barbare.

9La première ligne directrice se manifeste d’une manière remarquable dans le discours de L. de Bécourt :

  • 8  Bécourt, Lefebvre, « Les deux rives…, op. cit., p. 21.

On a érigé [à Buenos Aires] en système politique l’abrutissement et la dégradation de tout un peuple par la destruction des sentiments, des idées, des institutions et des garanties qui assurent et embellissent l’existence des sociétés humaines, qui les honorent et les élèvent à leurs propres yeux et aux yeux des autres nations. En un mot à Buenos Ayres on se croit souvent en dehors de la civilisation moderne8.

  • 9  Ibid., p. 18.
  • 10  Bert, Jean F., « Éléments pour une histoire de la notion de civilisation : la contribution de Norb (...)

10C’est la conclusion qu’il tire lorsqu’il parle de l’état de l’éducation, de la presse et des lettres à Buenos Aires en les opposant à celles de Montevideo où le gouvernement « favorise et honore la culture de l’esprit », « marche dans la voie » et « parle le langage de tous les gouvernements civilisés »9. En filigrane, il y a la définition de la civilisation en tant que progrès intellectuels et sociaux de l’humanité10, aspects qui étaient absents dans le Buenos Aires de Rosas aux yeux des agents français.

  • 11  Bécourt, Lefebvre,  « Les deux rives…, op. cit., p.19.
  • 12  AE, c.p. Argentine, t. 8, Roger à Molé, N°27, Buenos Aires, 22 déc. 1837.

11Les agents français témoignent d’un unanimisme politique établi par la force de la terreur et visible dans tous les aspects de la société argentine : la presse, l’habillement, la musique et les manifestations sociales. Tous ceux-ci étaient marqués par le « cri à mort contre les Unitaires »11. Ces éléments étaient pour les agents français le produit de la « mégalomanie » du gouverneur de Buenos Aires12.

  • 13  Bécourt, Lefebvre,  « Les deux rives…, op. cit., p. 38.

12Ils critiquent les pouvoirs extraordinaires de Rosas, son système politique qui donne l’apparence d’un système démocratique idéal, où la dissidence n’a pas sa place et où l’équilibre « ne s’explique que par la terreur»13. Ce qui échappe aux agents français, c’est que pour Rosas, l’homogénéité politique est le garant de la stabilité, les marques d’adhésion publique au fédéralisme (le Fédéralisme selon Rosas) et sa reconnaissance publique en tant que chef sont des éléments fondamentaux de sa politique.

13Une presse libre et réfléchie, une possibilité de discussion et de désaccord étaient à leurs yeux les conditions sine qua non d’une civilisation moderne.

14Le deuxième rapport dialectique, dont l’idée centrale est l’opposition entre l’Amérique et l’Europe, est présent dans l’argumentaire des agents français pour expliquer l’entreprise qu’ils engagèrent contre Rosas :

  • 14  Ibid., p. 45.

Les ennemis de Rosas se rattachent en général à l’ancien parti de la civilisation, au parti qui a toujours favorisé les relations avec l’Europe, qui appelait l’émigration européenne en Amérique et qui ménageait l’opinion publique du monde civilisé, tandis que Rosas et les siens, tout aussi ennemis que leurs adversaires de la domination espagnole ; en auraient néanmoins voulu conserver les traditions et les former au profit des gouvernans américains, se défient de toute importation étrangère, repoussent les mœurs, les idées de l’Europe […] le premier de ces deux partis vaut donc mieux que le second, au moins comme tendance, quelles que soient d’ailleurs les fautes d’incapacité ou l’immoralité de ceux qui se trouvent à sa tête […] 14.

15Ce sont les grands traits de la perception que les agents français avaient sur la façon dont les deux tendances politiques de l’Argentine de la première moitié du XIXe siècle envisageaient leurs rapports avec l’Europe. La construction de l’image négative de Rosas et son régime passe donc par l’opposition entre celui-ci et le régime Unitaire de Rivadavia, le premier étant l’antithèse du deuxième et le deuxième ayant facilité les rapports que l’Argentine entretenait avec l’Europe. En parcourant la correspondance des agents français, il est perceptible qu’ils étaient partagés entre cette image positive qu’ils tâchaient de véhiculer sur les opposants de Rosas et la réalité de la situation. Ainsi, Aimé Roger fait preuve d’esprit critique lorsqu’il écrit en février 1838 :

  • 15  AE, c.p. Argentine, t. 8, Roger au Comte Molé, Montevideo 24 fév. 1838.

La haine des étrangers, est commune à tous les partis qui se disputent le pouvoir à Buenos Ayres, et ce serait oublier tout le passé et compromettre inconsidérément l’avenir, que de se livrer à cet égard, à des espérances que rien ne peut justifier15.

  • 16  Ibid., t. 9, Roger au Comte Molé, N°38, Montevideo le 17 août 1838.
  • 17  Signé en octobre 1840 en mettant fin au blocus français.
  • 18  Guizot, François, Histoire parlementaire de la France : recueil complet des discours prononcés dan (...)

16Six mois plus tard, c’est Roger lui même qui demande l’autorisation au Ministère pour financer les opposants politiques de Rosas et ce, pour soutenir le blocus français16. La détermination de Rosas, l’ineffectivité réelle des six premiers mois de blocus et les pressions de Paris ont eu raison de la perception initiale que Roger avait sur leurs dispositions à l’égard de la France. La conjoncture fit office de prisme déformant l’image initiale qu’il avait à leur égard. Le stéréotype d’un régime fédéral marqué par la haine contre les étrangers, véhiculé par les agents français de la Plata eut une portée importante et marqua l’image que le Cabinet français eut sur le Régime fédéraliste de Rosas. Ainsi, lorsque Guizot défend la Convention Mackau-Arana17 devant la Chambre des Pairs, il exalte comme une grande victoire le fait d’avoir pu parvenir à un accord avec un gouvernement qui faisait preuve d’hostilité envers l’Europe et les étrangers18.

17En dehors de la position que le Gouvernement argentin adopte face aux prétentions françaises et de la perception que les agents et le Gouvernement français ont sur cette question, le point essentiel qui apparaît en filigrane est la connotation négative de l’Amérique et de tout ce qui s’y rapporte.

18C’est en 1846 que l’on trouve la première définition de l’américanisme en tant qu’objet négatif clairement défini et en se rapportant à l’ancienne Amérique espagnole ; ce n’est d’ailleurs pas un hasard si l’adjectif en question est le titre par lequel Charles de Mazade présente au public français le Facundo de Sarmiento :

  • 19  Mazade, Charles de, « De l’Américanisme et des Républiques du Sud », Revue des Deux Mondes, N° 16, (...)

Américanisme, mot barbare comme la chose elle même ! Trompeuse satisfaction donnée aux besoins de nationalité que ressentent ces pays nouveaux ! Illusion d’un patriotisme étroit, inintelligent et brutal ! Les instincts sauvages et les préjugés exclusifs de la vieille nature espagnole se confondent pour former ce type national dont le trait saillant est une antipathie déclarée contre les autres peuples ; plus le nombre d’émigrans européens s’est accru, plus ce sentiment d’aversion s’est développé19 .

  • 20  AE, c.c. Montevideo, t. 3, Baradère au Comte Molé, N°20, Montevideo 25 mai 1838.
  • 21  AE, c.p. Argentine, t. 9, Roger au Comte Molé, N°38, Montevideo 20 mai 1838.
  • 22  AE, c.p. Argentine, t. 9, Roger au Comte Molé, Montevideo 4 mai 1838.

19Il ne s’agit pas de faire appel à des références anachroniques pour expliquer la position que les agents français avaient sur ce qu’ils désignent comme « la question américaine […] leur impuissance mise à nu ; et le ridicule, le néant de leur orgueil rendu manifeste […] »20, « leur mauvaise volonté érigée en système »21. L’idée d’américanisme en tant que forme de barbarie se manifeste par la résistance des nouvelles républiques aux prétentions européennes, barbarie matérialisée dans les esprits européens quelques années après par Sarmiento. Cette idée avait donc un socle qui portait le stigmate de la barbarie américaine que les agents français contribuèrent à établir en France. En un sens, cette première perception de l’américanisme comme l’un des éléments de la barbarie rosiste répond aussi à l’argument employé par Rosas pour justifier sa conduite récalcitrante à l’égard de la France. Il brandit le drapeau de la défense de l’indépendance de l’Argentine, mais aussi de toute l’Amérique et cela dans le but de discréditer la France auprès des autres républiques américaines. Il se sert de la presse pour relayer son combat qui est alors salué dans toute l’ancienne Amérique espagnole. La correspondance des agents français témoigne aussi de cette vague anti-française qui déferle sur l’Amérique du Sud. Roger exprime ainsi dans sa correspondance que les mesures coercitives engagées par la France « blessent l’esprit national américain »22. Les réclamations de la France contre Rosas prenaient au début de l’affaire qui l’opposait à Buenos Aires les airs d’un positionnement de la France au niveau continental. En avril 1838 Roger écrivait :

  • 23  Ibid., Montevideo 4 avr.1838.

Les intérêts de la France dans l’Amérique du sud et le nombre des français qui s’y établissent deviennent tous les jours plus considérables, et il est enfin temps de faire comprendre aux Républiques qui ont adopté par système, de repousser tout traité avec nous, qu’elles ne violeront jamais impunément, à notre égard les lois de l’équité et du droit international. Il importe après avoir donné aux Américains des nombreuses preuves de la clémence et de la longanimité de la France, de leur donner une éclatante preuve de sa puissance. Buenos Ayres qui avait imposé aux Anglais une capitulation humiliante a levé la première l’étendard de la révolte contre l’Espagne ; elle jouit parmi toutes les autres Républiques d’une considération que les défaites des Portugais, sont venues augmenter encore. Infliger à l’invincible Buenos Ayres, un châtiment mérité c’est donner une leçon salutaire à tous les Etats d’Amérique à la fois23.

20L’américanisme en tant que valeur négative avait pour source les oppositions réelles rencontrées par les agents français dans la Plata, mais d’autres éléments liés au propre de la culture américaine servent leur rapport dialectique pour opposer la civilisation européenne à la barbarie américaine. Pour les agents français, la barbarie qui sévit à Buenos Aires dans tous les aspects de la vie quotidienne, est le fait de l’abandon des influences européennes. Ainsi, il faut comprendre le témoignage de L. de Bécourt :

  • 24  Bécourt, Lefebvre, « Les deux rives…, op. cit., p. 20.

Tout à Buenos Aires reculerait à grands pas vers la barbarie, si les relations nécessairement entretenues avec le reste du monde par un commerce actif et par une nombreuse population étrangère n’arrêtaient ce progrès à rebours d’une société que l’Europe avait crue appelée à un meilleur sort24.

  • 25  Sarmiento, Domingo. F., Civilizacion i barbarie : vida de Juan Facundo Qiroga, aspecto fisico, cos (...)

21Dans ce discours on trouve avant l’heure l’un des thèmes phares de Sarmiento, lorsque dans son parallèle entre Rosas et Rivadavia, il les présente comme les deux extrêmes de la République Argentine qui « se liga a los salvajes, por la Pampa i a la Europa por el Plata »25.

22Dans l’argumentaire des agents français, la construction du stéréotype négatif de l’américanisme passe aussi par la comparaison faite entre le régime de Bernardino Rivadavia et de Juan Manuel Rosas. Ce qui se traduit dans les écrits de T. Page par :

  • 26  Page, Théogène,  « Affaire de Buénos Ayres…, op. cit., p. 355.

[…] on conserva longtemps le souvenir de ce qu’était Buenos Ayres à cette époque : elle justifiait son surnom d’Athènes de l’Amérique. Quel triomphe pour la civilisation européenne ! L’intelligence donnait la loi, et la force brutale qui s’ignorait encore, demeurait passive et obéissait […]26.

  • 27  Bécourt, Lefebvre, « Les deux rives…, op. cit., p. 11.

23Le triomphe de la civilisation passait à leurs yeux par l’abandon obligatoire de ce qui était propre ; c’est ainsi qu’il faut comprendre les mots de L. de Bécourt lorsqu’il critique l’amour de Rosas pour ce qui est « populaire, américain et porteño »27.

24Il serait toutefois erroné de penser que la culture américaine en tant qu’objet de barbarie est uniquement le produit de l’argumentaire de Rosas contre les prétentions françaises. Un nombre important de stéréotypes transmis par les agents français à propos de l’ancienne Amérique espagnole trouvent  leurs sources dans l’histoire de son image en Europe.

  • 28  Bécourt, Lefebvre,  « Rapports de la France…, op. cit.,  p.54-69.

Il faudrait signaler chez l’américain du sud une déplorable absence de moralité qui remonte de la vie privée à la vie publique, et qui mène à l’extinction de tout patriotisme. Il faudrait parler de cette mollesse d’esprit et de corps, qui fait que sous le rapport du matériel de la civilisation et dans les contrées si éminemment favorisées de la nature, on est resté prodigieusement en arrière des pays de l’Europe les moins avancés28.

  • 29  À propos de cette question, cf. Gerbi, Antonello, La disputa del nuovo mondo, storia di una polemi (...)

25Il est question ici du mythe de l’infériorité américaine. Les penseurs du Siècle des Lumières ont été les producteurs de cette image qui encore au début du XIXe siècle reste présente dans les mentalités européennes29.

26L’image que l’Europe avait de l’Amérique et de son peuple joue un rôle important, non seulement auprès des agents, mais aussi auprès du Cabinet français. La portée de l’image négative du peuple américain, anarchique, désordonné et inférieur à celui de l’Europe entre en ligne de compte dans les décisions prises par Paris.

27L’idée d’un Buenos Ayres et par là même d’une Amérique diamétralement opposée à l’Europe en ce qui concerne les mœurs et les coutumes, pèse dans les décisions prises par Paris. Les instructions adressées à Martigny en sont l’exemple le plus remarquable. Elles l’enjoignaient à précipiter l’issue du conflit car :

  • 30  AE, c.p. Argentine, t. 9, Comte Molé à Martigny, Paris 12 oct.1838.

Les populations de ce continent ne ressemblent point à la plupart de celles des autres contrées, qu’habituées à l’anarchie et à tous ses maux, elles offrent beaucoup moins de prise que les Européens à l’action de la privation et de la contrainte »30

28Le même raisonnement du Cabinet Molé est tenu a posteriori par T. Page, lorsqu’il analyse les raisons de l’échec du blocus :

  • 31  Page, Théogène, « Affaire de Buénos Ayres…, op. cit., p. 311.

[…] seulement on avait oublié deux traits distinctifs du caractère de ces peuples de race espagnole : l’inertie et une certaine fanfaronnade de point d’honneur. Là se retrouve encore comme une vertu innée quelques restes de la sobriété antique des espagnols […] les habitants savent se passer, avec une merveilleuse facilité du luxe de notre Europe, qui n’est encore naturalisé au milieu d’eux31.

  • 32  Ibid., p. 355.

29La troisième ligne directrice de l’argumentaire de la barbarie rosiste dans le discours des agents français est son côté gaucho et paysan, la « nature barbare » de la majorité du peuple argentin au milieu de laquelle s’élève Rosas, présenté comme le chef naturel des masses incivilisées de la campagne, « […] destiné à faire triompher la civilisation grossière mais énergique du paysan sur la civilisation raffinée et un peu énervé du riche habitant de la ville […] »32. La campagne était aux yeux des agents français l’un des éléments clés de cette barbarie tant contestée et qu’ils opposaient sans cesse aux habitants de la ville, éclairés par les influences de l’Europe.

  • 33  Bécourt, Lefebvre,  « Rapports de la France…, loc. cit.
  • 34  AE, c.p. Argentine, t. 9, Roger au Comte Molé, Montevideo 4 avr. 1838.
  • 35  Ibid.18 août 1838.

30Le stigmate porté par ces « gauchos qui vivent à cheval et sans chemise, enfans dégénérés d’héros espagnols de la conquête, qui n’ont presque plus de chrétien que le nom, et de l’homme que la figure »33 est aussi porté par Rosas « chef des gauchos devenu gouverneur »34, et élevé au pouvoir « par la campagne et contre la ville »35 :

  • 36  AE, c.p. Uruguay, t. 4, Baradère au Duc de Dalmatie, Montevideo 15 juil. 1839.

Triomphe de la population de la campagne sur celle de la ville, de la masse ignorante brutale sur la patrie éclairée, du gaucho à demi sauvage et en chiripa, sur l’homme social. Le triomphe en un mot de la barbarie sur la civilisation36.

  • 37  Page, Théogène,  « Affaire de Buénos Ayres…, op. cit., p. 355.
  • 38  Ibid., p. 361.

31La majorité des agents français de la Plata se borne à critiquer cet aspect « barbare » de Rosas. Toutefois, T. Page est le seul à concevoir l’existence et à admettre l’idée d’une autre civilisation : « la civilisation grossière, mais énergique du paysan »37 dont Rosas, par son origine « un peu sauvage »38, était le représentant. A son sens, l’adhésion des masses au rosisme était la manifestation de la volonté populaire et sa conclusion nous met sur la voie du point essentiel qui est à l’origine de la stigmatisation de Rosas : 

  • 39  Ibid., p. 362.

[…] on peut au fond de son cœur détester le principe qui pousse ainsi le peuple ; mais vouloir lui prouver par la violence qu’il se trompe, le civiliser par le sabre, c’est folie aujourd’hui39.

  • 40  Collingwood, Robin G., « Ce que « la civilisation » veut dire », Cités, vol. 4, N° 12, p. 158, 200 (...)
  • 41  Bert, Jean F., « Éléments pour une histoire de la notion de civilisation : la contribution de Norb (...)

32L’idée de civilisation au XIXe siècle est une affaire de degrés, comprise comme un processus qui tend toujours vers le même but sans tenir compte de l’espace et du temps dans lequel celui-ci se déroule40. La civilisation est toujours opposée par antinomie à la barbarie qui est matérialisée par ce qui était propre à l’Amérique, tant dans les aspects factuels qu’immatériels. De son côté, la civilisation était comprise d’un point de vue ethnocentrique, celui d’une civilisation supérieure portée et véhiculée par les peuples blancs de l’Europe occidentale41.

33Lorsque L. de Bécourt écrit :

  • 42  Bécourt, Lefebvre, « Rapports de la France…, loc. cit.

 […] nous croyons qu’avec quelques années de gouvernement stable et régulier conduit par des esprits éclairés et des volontés fermes, la civilisation pénétrerait jusqu’à ces sauvages habitants des plaines de Buenos Ayres […]42.

34Le processus de civiliser transparaît dans ce discours, perçu comme la condition nécessaire pour que l’Argentine soit dans le rang des nations civilisées.

  • 43  AE, c.c. Montevideo, t. 3, Baradère au Comte Molé, Montevideo 20 mars 1838.
  • 44  Bécourt, Lefebvre,  « Rapports de la France…, loc. cit.

35Au fond, les prétentions des agents français, les demandes du respect du Droit des gens43 et des nations civilisées44, rejoignent cette conception de la civilisation. À leurs yeux, Rosas et son régime incarnent tout le contraire et il n’est donc pas en mesure d’accéder à leurs demandes. L’issue était donc inévitable, la chute de Rosas représentait l’éventualité du retour de la civilisation (celle de Rivadavia) dans la Plata qui, par ses propres caractéristiques, serait à même de leur donner raison dans le conflit qui les opposait à Buenos Aires.

  • 45  Bécourt, Lefebvre,  « Les deux rives…, op. cit., p. 37.

36Ce qui apparaît dans les faits comme une manœuvre stratégique peut alors s’expliquer par une approche idéologique. Le soutien financier que la France livre aux opposants argentins du rosisme, incarnés par la Comisión Argentina et son bras armé la Legión Libertadora n’est pas seulement le produit de la résistance acharnée de Rosas et de la longueur du blocus qui mettait la France dans une position délicate sur le plan international. Les agents français avaient la conviction que l’opposition de Rosas marchait dans la voie de leur conception de la civilisation, que le futur gouvernement composé « d’hommes distingués, amis de la civilisation, des lumières et de la liberté »45 donnerait raison à la France. Preuve leur fut donnée lorsque la Commission argentine accepte de signer avec la France un traité de navigation et de commerce.

  • 46  AE, c.p. Argentine, t. 10, Duc de Montebello à Martigny, Paris 6 mars 1839
  • 47  Ibid. Martigny au Duc de Dalmatie. Montevideo 7 juin 1839
  • 48  Bécourt, Lefebvre,  « Rapports de la France…, loc. cit.

37Entre 1837 et 1840, la neutralité des agents français dans les affaires locales a été remise en question dans les deux rives de la Plata. A plusieurs reprises, Paris met en garde les agents français sur la nécessité du respect de celle-ci46. Ils se défendent officiellement de lui porter atteinte47 mais ils la questionnent, non par des arguments stratégiques, mais en tant que « l’accomplissement du devoir » qui est imposé aux nations européennes par leur « supériorité  et la puissance des lumières et de civilisation », dans la mesure où les principes de non intervention « aussi équitables que salutaires dans les rapports mutuels de grands peuples égaux en lumières » ne peuvent s’appliquer à des « sociétés presque en enfance, à des républiques mal organisées »48.

  • 49  Société populaire Restauratrice, partisane de Rosas accusé de violences à l’encontre de ses opposa (...)
  • 50  AE, c.p. Argentine, t. 9, Roger au Comte Molé, Montevideo 12 juin 1838.
  • 51  Bécourt, Lefebvre,  « Les deux rives…, op. cit., p. 20.

38La stigmatisation dont Rosas a été la victime est le produit des rapports étroits entretenus par les agents français avec ses opposants, de la résistance de Rosas face aux demandes du Gouvernement français, mais elle porte aussi la marque de la conception que les agents français avaient de leur époque et de ce que la civilisation y devait représenter. Pour ces hommes de la Monarchie de Juillet, aux idéaux libéraux, nourris en quelque sorte par l’acte fondateur de la Révolution de 1830 et du progrès qu’elle représentait à leurs yeux, Rosas représentait une sorte de retour en arrière. Dans ce sens, le vocabulaire qu’ils emploient pour désigner certains aspects du rosisme prend tout son sens. Dans les mots qu’ils utilisent pour parler de la Mazorca49, « les jacobins argentins »50, ou pour parler de la Gazette de Buenos Ayres, « qui rappelle à s’y méprendre les lettres des Couthon, des Carrier »51, il apparaît dans leur discours le spectre des heures noires de la Terreur révolutionnaire.

39La barbarie rosiste, dont les agents français ont été les premiers coryphées en France et telle qu’elle était inscrite dans leur imaginaire, avait plusieurs visages. Autant de facettes qui trouvaient leur source dans leur conception du monde et de ce que devait être la civilisation. La barbarie à laquelle Rosas est associé eut des impacts concrets sur la stratégie qu’ils ont déployée dans la Plata et dans les rapports que la France entretenait avec l’Argentine.

40Les conséquences d’une image défigurée

  • 52  AE, c.p. Argentine, t. 9, Roger au Comte Molé, N°38, Montevideo 24 avr.1838.
  • 53  AE, c.p. Uruguay, t. 4, Baradère au Duc de Dalmatie, Montevideo 5 juil. 1839.

41Le fait que Rosas soit décrit comme un « tyran » gouvernant sur une nation divisée et fatiguée52, comme un homme cruel, féroce, sanguinaire et barbare par nature et par calcul, utilisant ses pouvoirs pour servir ses vengeances personnelles et l’extermination de ses ennemis politiques, à la tête d’un régime despotique et sans aucun type de liberté53, eut des conséquences notoires dans l’Affaire de la Plata.

  • 54  AE, c.p. Argentine, t. 9, Roger au Comte Molé, N°38, Montevideo 28 avr. 1838.

42La première conséquence fut l’adoption d’un blocus. À maintes occasions, les agents français supposent que la seule vue de l’escadre française ferait plier Rosas. L’image défigurée d’un peuple tyrannisé, prêt à se soulever à la moindre opportunité, joue un rôle important. L’adoption d’un blocus, entreprise dans laquelle les Portugais avaient échoué pendant les Guerres Cisplatines, se justifiait aux yeux des agents français par la conjoncture. Ils observent que, pendant le conflit avec le Brésil, les argentins étaient encore sous l’impulsion des guerres d’indépendance, qu’ils se battaient en tant que Nation libre. Au contraire, la Nation argentine gémissait au présent « sous le joug d’un  tyran » en attendant que quelqu’un leur ouvre la brèche pour le renverser54.

  • 55  Ibid., Rapport du Comte Molé au Roi, Paris 23 avr. 1838.

43Lorsque Molé informe le Roi sur la situation à Buenos Aires en avril 1838, il n’emploie pas seulement l’argument des outrages dont les français sont victimes, mais aussi celui d’un régime contesté et contestable. Il désigne Rosas comme un despote cruel et capable d’atrocités et la population argentine comme « fatiguée de la tyrannie qui pèse sur elle », repoussant « toute solidarité dans la querelle que Rosas n’a pas craint de se faire avec la France »55. L’utilisation de tels arguments émanant de la plume du Ministre français montre que l’image que les agents français avaient transmise du gouverneur de Buenos Aires eut des conséquences dans l’engagement de la France.

  • 56  Page, Théogène,  « Affaire de Buénos Ayres…, op. cit., p. 352.

44La deuxième conséquence fut la dénaturation du conflit, le blocus devenant au cours de l’année 1839 l’auxiliaire des manœuvres militaires de Fructuoso Rivera et de la Legión Libertadora. Cette stratégie reposait sur leur conviction de la faible affirmation du pouvoir de Rosas et la certitude que la simple apparition d’une armée dissidente sur le sol argentin suffirait à le faire tomber. Le glissement s’opère à partir du moment où les agents français inféodent les intérêts de la France aux intérêts de leurs alliés dans la Plata. Les témoignages de ceux qui étaient moins compromis dans cette alliance, comme T. Page, décrient l’influence que les opposants politiques de Rosas ont eue auprès des agents français en accusant les premiers d’avoir « caressé l’idée de le mettre au ban de l’humanité et d’appeler, s’il se pouvait, contre lui, l’Europe entière […] ils s’efforcent de représenter comme une monstruosité sociale l’état actuel du pays qui les repousse de son sein […] »56.

  • 57  AE, c.c. Montevideo, t. 2, Baradère à Thiers, Montevideo 27 août 1836.

45Les conséquences de la proximité des agents français et des opposants du rosisme dans la stigmatisation de Rosas, mais aussi dans la stratégie des agents français, se manifestent par la mise en cause de la neutralité de la France dans les affaires internes des gouvernements des deux rives de la Plata. Par exemple, les différentes initiatives prises par Raymond Baradère pour intercéder en faveur des Argentins réfugiés dans la Capitale orientale, rendus vulnérables par les rapports étroits que le président Manuel Oribe entretenait avec Rosas57. Par là, l’image d’Oribe, en tant qu’ennemi de la France est fortement influencée par sa proximité avec Rosas. Cette image joue un rôle important dans sa chute qui fut précipitée par l’intervention française et la collaboration des troupes insurgées de Fructuoso Rivera dans la prise de l’île Martin Garcia, nécessaire pour mener à bien le blocus.

  • 58  AE, c.p. Argentine, t. 11, Duc de Dalmatie à Martigny, Paris 26 février 1840 ; ibid. t.10, Paris 6 (...)

46Lorsque l’intervention française dans la Plata prend des allures de guerre civile et étrangère, soutenue par le blocus et financée par la France, les agents français deviennent des acteurs à part entière du conflit. La perception qu’ils avaient de la réalité politique argentine était déformée par les idées et les visions de l’opposition argentine. Ces derniers ont survalorisé la capacité de la Legión Libertadora à soulever les provinces argentines et ont donné l’apparence d’un consensus dans leurs rangs, ce qui influence la stratégie des agents, maintenue en outrepassant leurs instructions et en dépit des mises en garde répétées du Cabinet français58.

47La France, victime des pressions internationales et menacée sur d’autres fronts (la Question d’Orient) s’est vue dans la nécessité de parvenir à un accord avec Rosas. La convention Mackau-Arana signée en octobre 1840 rétablit alors les relations entre les deux gouvernements. L’Amiral Mackau, malgré sa répugnance manifeste à entamer des négociations avec Rosas, se refuse à sacrifier la raison d’État à ses propres convictions.

  • 59  Ibid., t. 9, Martigny au Comte Molé, Montevideo 20 novembre 1838.

48Martigny et Baradère, quant à eux, ont manifesté leur opposition à tout arrangement diplomatique, d’abord au nom des engagements officieux qu’ils avaient pris avec leurs alliés, mais aussi pour des raisons idéologiques. Leur conception d’un rosisme barbare faisait que toute négociation soit inenvisageable : « pour l’honneur de la France il ne faudrait pas entrer en compromis avec Rosas […] la guerre avec lui quoi qu’il se passe sera éternelle, et la paix ne serait qu’apparente »59. Désormais Rosas et son régime portent le stigmate de barbarie et ce jusqu’à sa chute en 1852.

49Le blocus a rallumé le brasier mal éteint de la Plata, ce qui donne l’occasion à Rosas de mener, dans la Bande Orientale, une guerre contre son rival Fructuoso Rivera. La France et la Grande Bretagne, voulant protéger leur commerce et l’indépendance de l’Uruguay, décident d’un blocus conjoint de la Plata entre 1845 et 1848. Et ce fut finalement la Deuxième République qui conclut la paix définitive avec l’Argentine en 1850.

Haut de page

Bibliographie

Ministère des Affaires Étrangères (AE) :

Correspondance Politique (c.p.) : Argentine, t. 8, 9, 10,11. Uruguay, t.  3, 4

Correspondance Commerciale et Consulaire (c.c.) Montevideo, t. 2, 3

Bécourt, Lefebvre, « Rapports de la France et l’Europe avec l’Amérique du Sud » Revue des Deux Mondes, N°31, t. 15, p. 54-69, juil. 1838.

Bécourt, Lefebvre, « Les deux rives de la Plata, Montevideo, Buenos Aires, Rivera, Rosas » Revue des Deux Mondes, N° 2, n.sér., p. 6-49, avr.-juin 1843.

Guizot, François, Histoire parlementaire de la France : recueil complet des discours prononcés dans les chambres de 1819 à1848, t. 3,  Paris : Michel Lévy, 1863.

Page, Théogène, « Affaires de Buénos Ayres, expédition de la France contre la République argentine» Revue des Deux Mondes, N° 31, t. 25, p. 301-370, janv.-mars 1841.

Mazade, Charles de, « De l’Américanisme et des Républiques du Sud », Revue des Deux Mondes, N° 16, n.sér., p.625-659, 1846.

Sarmiento, Domingo. F., Civilizacion i barbarie : vida de Juan Facundo Qiroga, aspecto fisico, costumbres i abitos de la Republica Argentina, Santiago : Imprenta del Progreso, 1845.

Varela, Florencio, Considérations sur le traité du 29 octobre 1840 (pub. Bellemare, délégué de la population française à Montevideo), Paris : Guiraudet, 1841.


**

Bibliographie

Alonso, Carlos J., « civilización y barbarie », Hispania, vol. 72, N° 2, p. 256-263, mai 1989.

Bert, Jean F., « Éléments pour une histoire de la notion de civilisation : la contribution de Norbert Elias », Vingtième Siècle. Revue d’Histoire, vol. 2, N°106, p. 71-80,  2010.

Collingwood, Robin G., « Ce que « la civilisation » veut dire », Cités, vol. 4, N° 12, p. 149-185, 2002.

Gerbi, Antonello, La disputa del nuovo mondo, storia di una polemica 1750-1900, 1955, Milano : Adelphi, 2000.

Halperin Donghi, Tulio, «Rosismo y Restauracion europea en los informes del consul sardo en Buenos Aires, Baron Henri Picolet d’Hermillon (1835-1848)», Revista de Historia de América, N° 37/38, p. 205-254, janv.-déc. 1954.

Minguet, Charles, « La imagen de América Latina en la Francia de los siglos XIX y XX », Actas de la Va reunion de historiadores latinoamericanos, N° 6, part.1, p.171-198, 1980.

Puentes, Gabriel A., La intervención francesa en el Rio de la Plata : federales, unitarios y romanticos, Buenos Aires : Theoria, coll. Biblioteca de Estudios Históricos, 1958.

Quattrocchi-Woisson, Diana, «Discours historiques et identité nationale en Argentine», Vingtième Siècle. Revue d’Histoire, N° 28, p. 41-55, oct.-déc. 1990.

Haut de page

Notes

1  Quattrocchi-Woisson, Diana, « Discours historiques et identité nationale en Argentine », Vingtième Siècle. Revue d’Histoire, N° 28, p. 41-55, oct.-déc. 1990.

2  Alors qu’éclate l’Affaire de Buenos Aires, Roger était élève-consul attaché à la mission du Marquis de Vins. À la mort de ce dernier, Roger assume la tête du consulat par intérim. Son inexpérience a été mise en avant comme l’une des causes de la dégradation des rapports entre la France et Buenos Aires. c.f. Page, Théogène, « Affaires de Buénos Ayres, expédition de la France contre la République argentine» Revue des Deux Mondes, N° 31, t. 25, p. 303, janv.-mars 1841.

3  Bécourt, Lefebvre, « Rapports de la France et l’Europe avec l’Amérique du Sud » Revue des Deux Mondes, N°31, t. 15, p. 54-69, juil. 1838 ; « Les deux rives de la Plata, Montevideo, Buenos Aires, Rivera, Rosas » Revue des Deux Mondes, N° 2, n.sér., p. 6-49, avr.-juin 1843.

4  Page, Théogène, « Affaires de Buénos Ayres, expédition de la France contre la République argentine» Revue des Deux Mondes, N° 31, t. 25, p. 301-370, janv.-mars 1841.

5  Le travail de G. Puentes  met en lumière cet aspect du conflit, c.f. Puentes, Gabriel A., La intervención francesa en el Rio de la Plata : federales, unitarios y romanticos, Buenos Aires : Theoria, coll. Biblioteca de Estudios Históricos, 1958.

6  Varela, Florencio, Considérations sur le traité du 29 octobre 1840 (pub. Bellemare, délégué de la population française à Montevideo), Paris : Guiraudet, 1841.

7  Halperin Donghi, Tulio, «Rosismo y Restauracion europea en los informes del consul sardo en Buenos Aires, Baron Henri Picolet d’Hermillon (1835-1848)», Revista de Historia de América, N° 37/38, p. 244, janv.-déc. 1954.

8  Bécourt, Lefebvre, « Les deux rives…, op. cit., p. 21.

9  Ibid., p. 18.

10  Bert, Jean F., « Éléments pour une histoire de la notion de civilisation : la contribution de Norbert Elias », Vingtième Siècle. Revue d’Histoire, vol. 2, N°106, p. 74, 2010

11  Bécourt, Lefebvre,  « Les deux rives…, op. cit., p.19.

12  AE, c.p. Argentine, t. 8, Roger à Molé, N°27, Buenos Aires, 22 déc. 1837.

13  Bécourt, Lefebvre,  « Les deux rives…, op. cit., p. 38.

14  Ibid., p. 45.

15  AE, c.p. Argentine, t. 8, Roger au Comte Molé, Montevideo 24 fév. 1838.

16  Ibid., t. 9, Roger au Comte Molé, N°38, Montevideo le 17 août 1838.

17  Signé en octobre 1840 en mettant fin au blocus français.

18  Guizot, François, Histoire parlementaire de la France : recueil complet des discours prononcés dans les chambres de 1819 à1848, t. 3, Paris : Michel Lévy, p. 395-424, 1863.

19  Mazade, Charles de, « De l’Américanisme et des Républiques du Sud », Revue des Deux Mondes, N° 16, n.sér., p.631, 1846.

20  AE, c.c. Montevideo, t. 3, Baradère au Comte Molé, N°20, Montevideo 25 mai 1838.

21  AE, c.p. Argentine, t. 9, Roger au Comte Molé, N°38, Montevideo 20 mai 1838.

22  AE, c.p. Argentine, t. 9, Roger au Comte Molé, Montevideo 4 mai 1838.

23  Ibid., Montevideo 4 avr.1838.

24  Bécourt, Lefebvre, « Les deux rives…, op. cit., p. 20.

25  Sarmiento, Domingo. F., Civilizacion i barbarie : vida de Juan Facundo Qiroga, aspecto fisico, costumbres i abitos de la Republica Argentina, Santiago : Imprenta del Progreso, p. 136, 1845.

26  Page, Théogène,  « Affaire de Buénos Ayres…, op. cit., p. 355.

27  Bécourt, Lefebvre, « Les deux rives…, op. cit., p. 11.

28  Bécourt, Lefebvre,  « Rapports de la France…, op. cit.,  p.54-69.

29  À propos de cette question, cf. Gerbi, Antonello, La disputa del nuovo mondo, storia di una polemica 1750-1900, 1955, Milano : Adelphi, 2000 ; Minguet, Charles, « La imagen de América Latina en la Francia de los siglos XIX y XX », Actas de la Va reunion de historiadores latinoamericanos, N° 6, part.1, p.171-198, 1980.

30  AE, c.p. Argentine, t. 9, Comte Molé à Martigny, Paris 12 oct.1838.

31  Page, Théogène, « Affaire de Buénos Ayres…, op. cit., p. 311.

32  Ibid., p. 355.

33  Bécourt, Lefebvre,  « Rapports de la France…, loc. cit.

34  AE, c.p. Argentine, t. 9, Roger au Comte Molé, Montevideo 4 avr. 1838.

35  Ibid.18 août 1838.

36  AE, c.p. Uruguay, t. 4, Baradère au Duc de Dalmatie, Montevideo 15 juil. 1839.

37  Page, Théogène,  « Affaire de Buénos Ayres…, op. cit., p. 355.

38  Ibid., p. 361.

39  Ibid., p. 362.

40  Collingwood, Robin G., « Ce que « la civilisation » veut dire », Cités, vol. 4, N° 12, p. 158, 2002.

41  Bert, Jean F., « Éléments pour une histoire de la notion de civilisation : la contribution de Norbert Elias », Vingtième Siècle. Revue d’Histoire, vol. 2, N°106, p. 74, 2010.

42  Bécourt, Lefebvre, « Rapports de la France…, loc. cit.

43  AE, c.c. Montevideo, t. 3, Baradère au Comte Molé, Montevideo 20 mars 1838.

44  Bécourt, Lefebvre,  « Rapports de la France…, loc. cit.

45  Bécourt, Lefebvre,  « Les deux rives…, op. cit., p. 37.

46  AE, c.p. Argentine, t. 10, Duc de Montebello à Martigny, Paris 6 mars 1839

47  Ibid. Martigny au Duc de Dalmatie. Montevideo 7 juin 1839

48  Bécourt, Lefebvre,  « Rapports de la France…, loc. cit.

49  Société populaire Restauratrice, partisane de Rosas accusé de violences à l’encontre de ses opposants.

50  AE, c.p. Argentine, t. 9, Roger au Comte Molé, Montevideo 12 juin 1838.

51  Bécourt, Lefebvre,  « Les deux rives…, op. cit., p. 20.

52  AE, c.p. Argentine, t. 9, Roger au Comte Molé, N°38, Montevideo 24 avr.1838.

53  AE, c.p. Uruguay, t. 4, Baradère au Duc de Dalmatie, Montevideo 5 juil. 1839.

54  AE, c.p. Argentine, t. 9, Roger au Comte Molé, N°38, Montevideo 28 avr. 1838.

55  Ibid., Rapport du Comte Molé au Roi, Paris 23 avr. 1838.

56  Page, Théogène,  « Affaire de Buénos Ayres…, op. cit., p. 352.

57  AE, c.c. Montevideo, t. 2, Baradère à Thiers, Montevideo 27 août 1836.

58  AE, c.p. Argentine, t. 11, Duc de Dalmatie à Martigny, Paris 26 février 1840 ; ibid. t.10, Paris 6 mars 1839.

59  Ibid., t. 9, Martigny au Comte Molé, Montevideo 20 novembre 1838.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Clara María Avendaño Marín, « Les agents français dans la Plata », Amerika [En ligne], 4 | 2011, mis en ligne le 18 décembre 2011, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://amerika.revues.org/2172

Haut de page

Auteur

Clara María Avendaño Marín

Université de Paris-Sorbonne (Parix IV), Doctorante en Histoire sous la direction du Profersseur Luiz Felipe de Alencastro

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo ERIMIT - Equipe de recherche interlangues : mémoire, identités, territoires
  • Les cahiers de Revues.org