Navigation – Plan du site
Comptes-rendus

Anne-Marie Brenot (dir.), Mémoires d’Amérique latine, correspondances, journaux intimes et récits de vie (XVII– XXème siècles)

Madrid, Iberoamericana Vervuert, 2009
Laure Bobard
Référence(s) :

Anne-Marie Brenot (dir.), Mémoires d’Amérique latine, correspondances, journaux intimes et récits de vie (XVII– XXème siècles), Madrid, Iberoamericana Vervuert, 2009

Texte intégral

1Les dix-huit articles qui composent cet ouvrage nous invitent à un voyage singulier à travers les méandres de la mémoire latino-américaine. Tout au long des trois parties, « Les territoires de la mémoire », « Les chemins de la mémoire » et  « Aux frontières de la mémoire », l’écriture de soi est entendue dans un sens très large, qui dépasse amplement la notion de « journal intime ». Parmi les documents analysés, on trouvera également des journaux de bord ou des carnets de route, des correspondances, des autobiographies, ou encore des récits de vie qui peuvent prendre des formes variées. Le lecteur découvrira que ces écrits personnels ne sont pas uniquement synonymes de repli sur soi, mais bien souvent au contraire d’ouverture vers l’Autre.

2Loin d’être seulement des écritures de l’intime et même si elles sont le fruit de mémoires individuelles, les écritures personnelles, comme le précise en effet Anne-Marie Brenot en introduction « finissent toujours par se fondre dans une mémoire collective ». Elles sont souvent autant de regards portés sur des périodes ou des évènements historiques et, en ce sens, se révèlent être des sources d’information non négligeables. Tel est le cas, par exemple, du journal de Louis-Léger Vauthier, ingénieur français dans la province du Pernambouc entre 1840 et 1846, qui nous renseigne sur la société brésilienne du XIXè siècle. Dans ce manuscrit qui ne sera publié qu’en 1940, l’ingénieur consigne ses impressions sur un pays et des coutumes qu’il découvre. Le journal, dépassant le cadre de l’écrit intime est aussi l’occasion pour Louis-Léger Vauthier de livrer une vision, celle d’un étranger, de surcroît  « socialiste utopique » comme le précise Claudia Poncioni, sur des sujets aussi brûlants que l’esclavage ou la condition féminine. Cette découverte de l’altérité est aussi, par exemple, celle que fait Alexandre-Olivier Exquemelin, chirurgien aux Antilles à la fin du XVIIè siècle, dont  Françoise Chevalier nous présente l’étonnant parcours. Le récit qu’il nous laisse : Histoire des flibustiers qui se sont signalés dans les Indes…, savant mélange entre journal de bord,  mémoires et  récit de vie regorge de renseignements sur les conditions d’existence des engagés et l’univers des flibustiers.

3L’écrit personnel, s’il peut avoir une valeur de témoignage, notamment a posteriori dévoile aussi fréquemment une écriture introspective et constitue alors dans certains cas une forme de thérapie. L’exemple du Diario de mi vida de l’écrivain portoricain Eugenio María de Hostos, étudié par Carmen Ana Pont, est en ce sens évocateur. Outil essentiel à la compréhension de la pensée hostosienne, le Diario de mi vida, tout en s’imposant comme « un témoignage sur les guerres d’indépendance des Antilles hispaniques », est aussi un lieu de confidences, un refuge où se dévoile le « je souffrant » de l’auteur.

4L’intérêt documentaire du journal de Francisco Estévez : Diario del rancheador, publié en 1982, et étudié par Anne-Marie Brenot est également patent. Dans ce cas précis, pas d’expression de sentiments personnels : le journal a pour simple but de consigner les détails des battues effectuées par Estévez, à la recherche des esclaves marrons à Cuba dans la première moitié du XIXè siècle. Le journal  prend ici l’allure d’un compte-rendu sordide ou d’un document administratif, dont Anne-Marie Brenot souligne la « lourdeur du style ». Ce chasseur d’hommes particulièrement zélé, se devait en effet de faire parvenir ce rapport à des inspecteurs de la Junte de l’Agriculture et du Commerce pour toucher son salaire. Mais l’article pose aussi la question d’une définition générique, car on est bien loin dans ce cas du traditionnel journal intime, et pourtant, si l’on s’en tient à la définition de Philippe Lejeune, cet « écrit professionnel » d’Estévez, en tant qu’ « écrit daté » rentre bien dans la catégorie du journal comme nous le rappelle l’auteure de l’étude.

5L’écrit personnel prend encore une forme inattendue dans les corridos et narco-corridos mexicains auxquels s’intéressent Catherine Héau Lambert et Gilberto Giménez Montiel.  Le corrido,  court récit de vie qui entretient un rapport étroit avec l’oralité puisqu’il est destiné à être chanté, joue également un rôle de vecteur de la mémoire collective. Les auteurs étudient particulièrement les liens qui unissent, aux niveaux thématique et formel, le corrido traditionnel et le narco-corrido. Celui-ci dérive du précédent et jouit d’un certain succès populaire au Mexique. Le narco corrido, mise en scène à la première personne du trafiquant de drogue, reflet de l’univers violent de hors-la-loi qui  revendiquent leur statut et tentent de s’ériger en héros des temps modernes, et le corrido traditionnel « en appellent à un même imaginaire social, profondément enraciné dans la culture populaire ».

6La relation entre écriture de soi et oralité est également signalée par Sandrine Revet, une anthropologue qui, entre 2003 et 2005 a recueilli des témoignages sur La Tragedia, catastrophe naturelle survenue au Venezuela en décembre 1999. Ces témoignages ne contribuent pas seulement à l’historiographie d’une catastrophe, mais selon Sandrine Revet, « participent à la construction de sujets, d’auteurs singuliers », qui structurent eux-mêmes « la communauté des victimes de La Tragedia ». On comprend aisément, au fil de l’étude, que le récit de soi dans le contexte de la  catastrophe, récit de la sphère  privée se trouve dans ce cas particulier en lien direct avec un « nous » qui s’inscrit dans une expérience collective.

7Par ailleurs, dans cet ouvrage, une large place est accordée aux écritures personnelles féminines. Outre les fonctions habituelles qui lui sont attribuées, le récit personnel acquiert alors souvent une dimension singulière, en se transformant en support privilégié de revendications féministes, parfois même en cris d’alarme ou de douleur. Parmi les articles qui traitent d’auteurs féminins, il faut citer celui d’Émilie Beaudet à propos de : Si on me donne la parole, récit de vie de Domitila de Chungara, une femme de mineur bolivien née en 1937. Publié en 1976, ce récit témoigne à la fois des conditions de vie déplorables des mineurs, de l’exploitation dont ils sont victimes, mais aussi du combat d’une femme engagée, militante syndicale dans un contexte de dictatures militaires. Le récit de vie est également dans ce cas précis l’histoire d’une rencontre entre deux femmes : Domitila, que rien ne prédestinait à occuper le devant de la scène, et Moema Viezzer, journaliste brésilienne qui l’incitera dans un premier temps à participer à la Tribune de l’Année Internationale de la Femme à Mexico, puis à publier son témoignage.

8C’est encore une rencontre, celle entre Carolina Maria de Jesus,  et un jeune journaliste qui est à l’origine de la publication des écrits personnels de cette femme noire, chiffonnière à São Paulo dans les années 40. L’apparition de Quarto de despejo en 1960, puis de Casa de alvenaria, permit à Carolina Maria de Jesus de bénéficier d’un réel succès et de sortir, pour un temps tout du moins, de sa condition misérable. Son parcours est peu commun, comme le précise Germana Henriques Pereira de Sousa, car ce sont ici de simples cahiers trouvés dans des poubelles qui font office de support d’écriture et permettent à cette femme, vivant dans la plus grande précarité, de relater sa vie ou plutôt sa survie au sein d’une favela. L’exemple de Carolina Maria de Jesus, représente, selon l’auteure de l’article, « un cas pratiquement inédit dans les lettres brésiliennes »,  son itinéraire est évidemment atypique, car fait rare, lecteurs et auteure n’appartiennent pas ici au même milieu social.

9Les regards de femmes sur leurs propres destins et sur la société qui les entoure analysés à travers l’écriture personnelle sont aussi ceux d’artistes ou d’auteures davantage connues. Le lecteur retrouvera tout au long du recueil des noms qui lui sont familiers comme celui de Frida Kahlo, objet de deux études qui mettent en exergue toute la sensibilité d’une artiste hors normes. Le Diario de Frida Kahlo qu’étudie Efer Arocha, par sa structure inattendue, où dialoguent signes iconiques et linguistiques, est sans nul doute un outil précieux pour qui s’intéresse à l’artiste mexicaine. Montserrat Becerril, s’attachant quant à elle à la correspondance de Frida Khalo entre 1922 et 1954, nous entraîne dans l’univers intime d’une femme en quête perpétuelle d’amitié ou d’amour, une femme pour qui la relation épistolaire représentera dans les moments de solitude et de souffrance, notamment à la fin de sa vie, la seule possibilité d’ouverture vers l’Autre. L’écrit personnel, une fois de plus, n’est pas synonyme d’enfermement, mais selon Montserrat Becerril : « ouverture sur le monde et plaidoyer pour la vie ».

10Citons encore l’article de Françoise Léziart sur Elena Poniatowska, auteure qui  transcende les règles du genre autobiographique dans Querido Diego, te abraza Quiela. Elena Poniatowska fait en effet fusionner sources documentaires et fiction pour recréer la correspondance qu’adresse une peintre russe (Angelina Beloff, alias Quiela) à Diego Rivera, avec lequel elle a vécu durant une dizaine d’années à Paris. Il en résulte un texte qui est à la fois « correspondance monodique » et « sorte de journal intime », où transparaît une volonté d’auto-affirmation, tant personnelle que professionnelle, mais aussi la solitude d’une femme blessée par la perte de son enfant et la trahison de son amant.  

11Deux études sont consacrées à l’auteure argentine Victoria Ocampo. Charles Lancha qui s’intéresse particulièrement au troisième volume de son autobiographie : El ramo de Salzburgo nous fait partager la passion clandestine qu’a connue Victoria Ocampo à l’âge de vingt-deux ans avec un diplomate, Julián Martínez, au sein de la société  patriarcale argentine d’alors. C’est une femme révoltée, contrainte de vivre avec un mari qu’elle n’aime pas qui apparaît dans ce volume. En évoquant son parcours personnel, son mariage voué à l’échec, en clamant sa revendication à l’amour véritable, à la passion, fût-elle adultère, en faisant allusion à l’érotisme de sa relation avec son amant, ou encore en critiquant ouvertement l’Église catholique, Victoria Ocampo tente de briser bon nombre de tabous. Une fois encore, l’ouverture de l’écrit personnel vers autrui est patente, notamment à travers les moyens mis en place par Ocampo pour interpeller le lecteur, et établir un dialogue avec lui.

12Au fil des pages de Mémoires d’Amérique latine…, le lecteur découvrira des parcours singuliers, des écritures passionnées ou révoltées, des histoires personnelles, qui dans certains cas, croisent aussi le chemin de l’Histoire et réussissent à s’y faire une place. Les différents articles invitent à un questionnement pluriel sur l’écriture à la première personne qui ne se limite pas uniquement à la sphère privée, mais entretient au contraire des rapports étroits avec la sphère publique. L’ouvrage dans son ensemble tend également à démontrer que derrière les écrits personnels, se cachent des pratiques discursives hétéroclites, et propose ainsi une approche décloisonnante d’un genre longtemps en quête d’une légitimité esthétique et théorique, mais qui suscite aujourd’hui un intérêt sans cesse renouvelé. Les études ici regroupées proposent un panorama ouvert à l’interdisciplinarité tout en interrogeant les limites d’un genre aux contours mouvants. Nul doute que dans ce domaine, et s’agissant en particulier de l’Amérique latine, creuset d’influences diverses et d’apports culturels variés, des voies restent à ouvrir, et, à n’en pas douter, d’autres écritures du « moi » à découvrir.

13Ont collaboré à cet ouvrage : Claudia Poncioni, Carmen Ana Pont, Anne-Marie Brenot, Efer Arocha, Montserrat Becerril, Germana Henriques Pereira de Sousa, Françoise Chevalier, Isabelle Grégor, Charles Lancha, Françoise Aubès, Nathalie Jammet, Miguel Rodríguez, Jacques Dupont, Catherine Héau Lambert et Gilberto Giménez Montiel, Émilie Beaudet, André Gabastou, Sandrine Revet, Françoise Léziart.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laure Bobard, « Anne-Marie Brenot (dir.), Mémoires d’Amérique latine, correspondances, journaux intimes et récits de vie (XVII– XXème siècles) », Amerika [En ligne], 3 | 2010, mis en ligne le 24 mai 2012, consulté le 22 mars 2017. URL : http://amerika.revues.org/1598

Haut de page

Auteur

Laure Bobard

LIRA, Université de Rennes 2

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo ERIMIT - Equipe de recherche interlangues : mémoire, identités, territoires
  • Les cahiers de Revues.org