Navigation – Plan du site
Mémoire et image

Les représentations esthétiques de la violence dans l’œuvre de Fernando Botero

De la Colombie à Abou Ghraib
Jean-Marie Lassus

Résumés

En 2005, le peintre colombien Fernando Botero expose à Rome une cinquantaine d'œuvres (triptyques, tableaux et dessins) sur les tortures commises par des soldats américains dans la prison d'Abou Ghraib, conséquences de la guerre en Irak et des attentats du 11 septembre 2001. Après avoir traité de la violence en Colombie, Botero élargit la portée de son témoignage esthétique, humain et politique sur un thème qui a aussi à voir avec la question des prisonniers de Guantánamo. Dans des sociétés de plus en plus mondialisées, ces œuvres permettent de s’interroger sur la nécessité de la représentation d’une « méta-mémoire » et sur les conséquences de l’impunité et de la violence d’Etat. Elles révèlent aussi l’interaction des discours sur l’art et les sociétés dans l’opération de mémoire : les références explicites à Goya et Picasso des commentateurs de ces œuvres, les relations entre les textes, les photos et les œuvres picturales, mais aussi les conditions de la représentation esthétique dans le cadre de l’histoire immédiate.

Haut de page

Entrées d’index

Géographique :

Colombie, Cuba, Guantánamo, Irak
Haut de page

Texte intégral

El arte es una acusación permanente

Fernando Botero

  • 1  Pour la visualisation des tableaux de la série Abu Ghraib peints par Botero voir le site internet  (...)
  • 2  « Estas obras serán exhibidas próximamente en dos museos, en junio en Roma y en octubre en Alemani (...)

1En 2005, le peintre colombien Fernando Botero expose à Rome une cinquantaine d'œuvres (tableaux dessins et triptyques, simplement intitulés « Abou Ghraib » sur les tortures commises sur les prisonniers d'Abou Ghraib, conséquence de la guerre en Irak et des attentats du 11 septembre 20011. Botero déclara ne pas vouloir vendre ces œuvres, mais les exposer dans des musées et particulièrement aux Etats-Unis, où, dit-il, la grande majorité du peuple nord-américain condamne la pratique de la torture2. Les quatre-vingts peintures et dessins qu’il réalise sur ce thème ne seront cependant pas montrés entièrement. Trois expositions notamment les rendront accessibles au grand public :la première à la Marlborough Gallery de New York en octobre-novembre 2006 ;  la seconde en janvier-mars 2007 à l’Université de Californie à Berkeley et la troisième de novembre à décembre 2007 à l’American University Museum situé à Washington. Ces représentations de la terreur qu’a fait régner l’administration Bush à Abou Ghraib sont uniques et suscitent de nombreuses questions : le lien avec l’Amérique latine tout d’abord, qui est ici indirect, s’agissant d’une esthétique qui vise à l’universalité – ; elles nous interrogent ensuite sur les formes de protestation contre la barbarie d’Etat, une protestation s’inscrivant dans une perspective mondiale avant d’être régionale ou nationale : l’Irak est ici la référence, et non Cuba ou la Colombie, alors que la situation faite aux prisonniers de Guantánamo a également donné lieu comme on le sait à de nombreux débats. Elles posent aussi la question de la fonction d’un « art immédiat » répondant à l’histoire immédiate et à sa violence en déjouant les pièges de la médiatisation pour mieux affirmer le pouvoir de la création.

De la Colombie à Abu Ghraib

  • 3  « Par leur audace et leur portée politique, ces œuvres marquent un tournant dans la carrière artis (...)
  • 4  On peut voir des reproductions de bonne qualité de ces œuvres sur les sites : www.thypott-art.com (...)

2Après avoir traité de la violence en Colombie, Botero semble donc élargir encore la portée de son témoignage esthétique, humain et politique. Beaucoup considèrent alors que ces représentations marquent un tournant dans sa carrière artistique, voyant dans la totalité des œuvres réalisées pour cette occasion une « démarche systématique » autour de la représentation de la souffrance3. On se souvient en effet des oeuvres du peintre dénonçant la violence aveugle et le terrorisme en Colombie, qu’ils soient liés à des questions idéologiques, ou aux cartels de la drogue. On se rappellera des œuvres comme Carrobomba (1990), Muerte de Pablo Escobar (1999) ou encore Masacre en Colombia (2000) et  Matanza en la Ciénaga grande (2001)4. On remarquera cependant une différence notable dans le processus initial de création qui fera émerger ces représentations. La série d’Abou Ghraib est en effet précédée d’un événement médiatique d’un grand retentissement qui semble en être le déclencheur : la publication de photos révélant les tortures faites aux prisonniers dans le camp militaire, et qui souleva l’indignation mondiale, y compris aux Etats-Unis, avec d’autant plus d’impact que ces photos semblaient avoir été prises par les tortionnaires eux-mêmes.

  • 5  Comme par exemple Christopher Hitchens dans son article intitulé « Abu Ghraib Isn't Guernica », pa (...)
  • 6  Mia Fineman, « Cartoon Violence – The True Power of Fernando Botero’s Abu Ghraib Paintings », 15 n (...)
  • 7  « The Art of Abu Ghraib ». www.zonaeuropa.com/20050413_2.htm

3La question de la relation pouvant exister entre ces documents visuels et les peintures a été maintes fois posée à Botero, entraînant régulièrement la même réponse : à l’encontre des commentateurs qui identifient ces oeuvres avec les photos prises sur place par les soldats américains, Botero déclarera s’être inspiré uniquement des articles de journaux pour ses tableaux5. Il répètera que toutes ses images découlent de témoignages écrits et qu’il ne s’est pas inspiré des  photos pour la représentation de la torture à Abou Ghraib6. La comparaison entre les photos et l’œuvre picturale semble révéler malgré tout des similitudes : amoncellement de corps, prisonniers entravés, ligotés et encapuchonnés. Par bien des aspects, la sinistre mise en scène fait coïncider les représentations. Mais on voit déjà une différence dans la symbolique recherchée : là où les photos d’Abou Ghraib apparaissent comme de véritables « trophées de chasse », envisagés depuis la perspective du dominant, celle du peintre colombien font ressortir continuellement la violence du dominant et la souffrance du dominé7.

  • 8  Mariana Hanstein, Botero, Cologne, Taschen, 2003, pages 40, 54 et 58.

4Un élément qui éloigne ces peintures de toute représentation « réaliste » tout en donnant plus d’ampleur à la réalité est le motif récurrent de l’obésité, qui comme on le sait caractérise tous les personnages de Botero. Mariana Hanstein avait déjà souligné toute l’ambiguïté interprétative que suscitent les œuvres du peintre colombien : d’une part – dans les représentations qui n’illustrent pas la violence sociale- un sentiment de gaîté, l’opulence des formes étant associée à la santé, la prospérité, la joie de vivre ; d’autre part, dans ces mêmes œuvres, un sentiment diffus de souffrance intérieure. Reprenant à ce propos l’analyse d’Alberto Moravia, Mariana Hanstein pense que chez Botero l’opulence apparente des corps  donne aussi « le sentiment obscur, et au fond tragique, que dans ce monde dilaté s’exprime une souffrance singulière, à la fois figée et indolore. »8

5Avec la série consacrée à Abou Ghraib, c’est le même procédé de « dilatation » des corps qui est utilisé, mais cette fois, toute ambiguïté a disparu : la souffrance est ici d’autant moins indolore et ambivalente qu’elle s’explique par la torture et est encore soulignée par la nudité et la dilatation des corps dans l’espace carcéral : l’exiguïté de celui-ci accentue en effet la monstruosité de la terreur qui règne dans les coulisses du pouvoir répressif (grilles, couloirs, cellules). Cette nudité systématique aurait été imposée par les tortionnaires pour mieux donner libre cours à leur sadisme, selon un rituel expliqué par les bourreaux eux-mêmes :

  • 9  Les photos sont visibles sur le site : photobucket.com/images/abu%20ghraib. Pour les témoignages, (...)

Bueno, tienen a un sujeto desnudo en una celda húmeda y le meten cosas en el recto y no está vestido – quiero decir, no lo han alimentado, y no ha sido atendido – saben, no sé qué otra cosa pueden llamarlo que tortura. 9

  • 10  « The Art of Abu Ghraib », www.zonaeuropa.com/20050413_2.htm, op. cit.
  • 11  Ibidem.

6Dans la grande majorité des œuvres représentées, la surface dilatée du corps rend encore plus visibles les stigmates, et ce d’autant plus brutalement que les visages sont masqués, comme niés : le regard s’attarde alors sur le corps et sur les traces qu’y a laissé la terreur d’Etat, comme une « mémoire » de sa violence. Ce procédé est repris avec une force accrue dans la série des dessins consacrés à Abou Ghraïb10. Et là où les visages sont masqués les corps parlent. On voit également que l’artiste ne prend plus la peine de saisir comme autrefois les derniers instants de vie avant leur mort. En effet, si dans Masacre en Colombia et  Matanza en la Ciénaga grande les personnages, alors qu’ils sont fauchés par la mitraille, laissent apparaître sur leur visage les derniers instants de vie marqués par la surprise ou l’horreur, les prisonniers d’Abou Ghraïb ont rarement l’occasion de montrer le leur, en raison des bandeaux ou des capuchons que leur font porter leurs bourreaux. L’obscurantisme inquisitorial des prisons d’Abou Ghraïb semble reposer alors sur la négation de l’autre, qui commence par la négation de son visage et se complète par la torture du corps dénudé. Botero se saisira de cette pratique symbolique des tortionnaires pour accentuer les effets de ses représentations. Le corps nu dilaté est une surface qui permet à l’artiste de souligner les stigmates de la torture, en inversant les perspectives par la stigmatisation, cette fois, de la violence d’Etat. Pas d’imitation médiatique de la violence, donc, mais transcendance par la vision de l’artiste. La dilatation des corps met en relief la monstruosité d’une répression qui s’instaure dans l’espace du caché : au contraire des photos où ils s’exhibaient, les bourreaux n’apparaissent ici que subrepticement par la présence d’un dos, d’une main, ou d’un bras, rendant plus anonyme – et donc plus effrayante encore cette terreur d’Etat11.

  • 12  Daniel García « Fórmulas emotivas de la violencia en Colombia según Fernando Botero », inédit, Uni (...)

7Dans son essai inédit sur « Fórmulas emotivas de la violencia en Colombia según Fernando Botero » Daniel García relevait avec justesse que la monumentalité était la caractéristique de l’esthétique de Botero.  Il y aurait chez lui une forme d’hyperbole sereine qui imposerait sa présence au-delà de toutes les menaces, comme un signe de permanence12. Cela finirait par créer un effet paradoxal de légèreté constante malgré l’omniprésence des volumes. Or il semble bien qu’avec la série consacrée à Abou Ghraib, pour la première fois peut-être, cette légèreté a disparu.

« Guantanamizar Irak »

  • 13  Certains de ces cours ont été publiés et se trouvent dans les Dits et écrits : Michel Foucault, «  (...)
  • 14  Giorgio Agamben, Homo sacer I. Le pouvoir souverain et la vie nue, traduit par Marilène Raiola, Pa (...)

8A l’obscénité du pouvoir exhibant les effets de sa répression Botero répond donc par une autre mise en scène, esthétique, cette fois, suggérant l’anonymat du pouvoir qui s’exerce directement sur les corps. Cette perspective nous rappelle la notion de « biopolitique » telle qu’elle a été énoncée par Michel Foucault dans ses cours au Collège de France13. C'est-à-dire comme un néologisme forgé pour identifier une forme d’exercice du pouvoir sur les populations et la vie des gens plus que sur les territoires. Autrement dit un « biopouvoir”, notion qui a été reprise et développée par Giorgio Agamben. Commentant certains ouvrages d’Agamben - Homo sacer I. Le pouvoir souverain et la vie nue14, et  L’état d’exception - (2003)- Bernard Harcourt rappelait que pour le philosophe italien l’extermination de la Shoah n’était ni religieuse, ni juridique, mais « biopolitique». Agamben utilisa aussi la notion d’homo sacer et de biopolitique – empruntée à Michel Foucault et à son concept de gouvernementalité pour décrire les méthodes spéciales utilisées dans la prison de Guantánamo. Au lieu de corriger les délinquants et de discipliner les déviants, il s’agit plutôt, comme le remarque Bernard Harcourt, d’exercer un contrôle à l’état pur sur une population, en traitant chacun  « […]comme une « vie nue », comme juste une vie, comme homo sacer – cette figure du droit romain désignant un être exclu de la société mais non pas pour autant exécuté, subsistant sans aucun droit civil et pourtant sans protection, pouvant être tué par n’importe qui sans conséquence pour son meurtrier ». Même si, écrit-il dans le même article,

  • 15  Bernard H. Harcourt: « Au revoir Guantánamo », publié le 4 janvier 2009. socio13.wordpress.com/... (...)

9Guantánamo n’a jamais vraiment été un lieu sans droit, sans justice, sans règles, sans règlementation – un espace d’exception. Au contraire, c’était un lieu dédoublé de lois, constitué de strates militaires, mais aussi civiles, d’habeas corpus, mais aussi de cette résistance au droit, de la Cour Suprême et de son regard répété – et tout cela à l’ombre de ce fantôme étranger, ce territoire Cubain, impuissant15.

  • 16  Ibidem.
  • 17  Giorgio Agamben, Signatura rerum, Sur la méthode, traduit par Joël Gayraud, Paris, Vrin, 2008.
  • 18  Mohamed Chaouki Zine : « Mystique et mystère du pouvoir, Michel de Certeau et Michel Foucault ». h (...)

10Les photos d’Abou Ghraib montrent quant à elles que les prisonniers des deux camps ont aussi servi à « représenter la véridiction d’une guerre qui est invisible, contre un ennemi insaisissable ». Ce sont donc bien des « trophées » vivants qu’il faut montrer16. Dans  Signatura rerum (2008)17, Agamben précisait que le camp doit être compris comme paradigme qui rend intelligible le concept d’homo sacer, « la signature » de la biopolitique. Dans un article sur « Mystique et mystère du pouvoir », consacré à Michel de Certeau et Michel Foucault, Mohamed Chaouki Zine observait quant à lui que c’était l'organisation de l'espace comme instrument utilisable pour discipliner et assujettir les corps qui donnait aux dispositifs du pouvoir leur raison d'être (…). Tandis que pour Foucault - Surveiller et punir. Naissance de la prison(1975)- le corps demeure le lieu où le pouvoir exerce et explicite sa toute-puissance. Le pouvoir est omniprésent tant que le corps reçoit l'assujettissement et la soumission. S’appuyant sur les analyses de Michel Foucault et Michel de Certeau, Mohamed Chaouki Zine voit la torture comme une pratique à travers laquelle  « le « dehors » l'exclus, l'étranger ou le « forclos » entre dans l'espace maîtrisable du « dedans », dans l'image de l'institution disciplinaire. Car la torture cherche à « dévoiler la vérité du corps et à produire les copies d'un simulacre qui s'articule dans cette géographie corporelle », le corps demeurant ainsi « la surface topographique de la production des simulacres par la machine panoptique de la surveillance et de la torture. »18

  • 19  Dans son article sur « Biopolítica de la tortura: guantanamizar Irak », Benjamín Ortega Guerra rap (...)

11Espaces et juridictions dédoublées : les peintures de Botero semblent offrir une réponse à cette problématique, en intégrant dans une même dimension – créée par ses propres canons esthétiques- une réalité complexe et mondialisée. Car la situation des prisonniers d’Abu Ghraïb ne peut pas ne pas renvoyer par allusion à celle de Guantánamo. L’art de Botero apparaît ainsi moins comme une réponse aux photos des tortionnaires qu’à cette expression censée résumer la stratégie nord-américaine « Guantanamizar Irak », qui en dit long sur un système répressif cherchant à exporter ses « modèles»19.Occupation de l’espace pictural contre la désinformation et l’anonymat de l’Etat, disparition des visages des bourreaux qui étaient au contraire exhibés dans les photos : des écarts apparaissent entre les photos et les peintures, qui laissent penser que Botero a délibérément pensé et réinterprété le conflit entre la barbarie et l’humanité en les intégrant à ses propres canons artistiques.

  • 20  « Il faut remonter à Francisco Goya pour retrouver l’horreur et la terreur figées dans des toiles (...)

12Est-il d’ailleurs besoin de « voir » la torture pour être convaincu de sa barbarie ? L’art du peintre, en s’écartant des photos, renforce ce principe moral universel et le réaffirme. Montrer et imposer les corps niés : les déformer pour mieux les voir, là où la torture les déforme pour mieux les mutiler : c’est dans cet espace entre le mimétisme du sordide et l’imagination artistique que s’affirme sans aucun doute la puissance d’un art et aussi son réel pouvoir face au véritable défi qui consiste à « peindre la torture ». Si nombre de critiques ont évoqué à propos de ces peintures dénonçant la guerre et ses conséquences des références telles que Goya – Los desastres de la guerra- 1810-1815 - et Picasso –Guernica -1937-20, il semblerait que le peintre colombien dispose encore d’un autre paramètre, en accord avec un monde contemporain où se superposent les espaces et les représentations et où se vérifie l’ubiquité constante du pouvoir répressif de l’Etat. Car ces peintures désignent par allusion d’autres barbaries pratiquement simultanées en créant des « paradigmes exportables » dans le monde actuel, et en donnant un pouvoir accru à l’iconographie. Cette perspective semble coïncider avec la souplesse aujourd’hui de l’image par rapport au texte, selon les termes de Régis Debray :

  • 21  Régis Debray, Vie et mort de l’image, Paris, Gallimard, 1992,  p. 348-349.

Le Mahabharata a une fonction symbolique en Inde, non à Paris. Et Racine n’en a aucune à Bénarès. Poussin non plus, qui n’a pourtant pas besoin, lui, de traducteur.  Une image voyage mieux qu’un texte- elle est plus légère apparemment. Elle saute les frontières et arrive où on la veut - mais dans quel état ? Aseptisée. Neutralisée. Esthétisée. Bonne pour la vitrine - ou l’écran. Solitaire – ou bénigne, cela revient au même. Une image ne tire pas son pouvoir d’elle-même mais de la communauté dont elle est ou fut le symbole, et qui, à travers elle, se parle ou entend l’écho de son passé 21.

13Entre l’esthétisation de l’horreur et le témoignage esthétique rendus possibles par cette « souplesse de l’image » aujourd’hui, il semble que - pour reprendre la célèbre formule d’Albert Camus-, Botero nous montre l’autre dimension d’un art « solidaire »,  par delà les frontières et la violence d’Etat.

  • 22  Ibidem, p.361.

14Ces tableaux sur la terreur américaine de l’ère de George Bush représentent-ils vraiment une « rupture » avec la production antérieure de Botero ? Ne faudrait-il pas considérer au contraire que ces œuvres s’inscrivent dans une certaine continuité dans sa démarche sur la représentation de la violence et de la mémoire ? La série d’Abou Ghraib donnerait ainsi à relire les tableaux antérieurs sur ces mêmes thèmes tout en les éclairant d’un jour nouveau, tandis que ces œuvres tireraient leur force des écarts et des innovations réalisées par rapport aux représentations antérieures. Comme souvent chez les peintres latino-américains contemporains, semble s’instaurer alors un double dialogue : intra-iconique et extra-iconique (Goya et Picasso, pour ne reprendre que les références les plus souvent citées à propos de la série d’Abu Ghraib), au sens où l’on pourrait parler d’intertextualité pour la littérature. C’est aussi de cette continuité interne et externe et des variations dont elles jouent à l’infini que ces œuvres semblent tirer toute leur force. Chronique peinte de l’infamie du temps présent, ces oeuvres relèvent un double défi : celui de réunir la force du témoignage et la puissance esthétique. A l’hyperbole monstrueuse du projet « guantanamizar Irak » elles répondent par l’hyperbole esthétique des corps dilatés par la souffrance, de la Colombie à l’Irak. Dans son essai sur Vie et mort de l’image, Régis Debray rappelait la phrase d’André Breton sur la force de l’art dans son rapport à l’actualité : « Le problème n’est plus guère de savoir si un tableau tient par exemple dans un  champ de blé, mais bien s’il tient à côtédu journal de chaque jour, ouvert ou fermé, qui est une jungle. »22 L’art de Botero nous aide à mesurer à quel point les corps dilatés et la souffrance des prisonniers d’Abu Ghraib cherchent sans cesse à déborder notre espace quotidien pour mieux rivaliser avec la monstruosité de l’hyperbole médiatique.

Haut de page

Bibliographie

Agamben, Giorgio, Homo sacer I. Le pouvoir souverain et la vie nue, traduit par Marilène Raiola, Paris, Le Seuil, 1997.

Agamben, Giorgio,  Signatura rerum, Sur la méthode, traduit par Joël Gayraud, Paris, Vrin, 2008.

Debray, Régis,  Vie et mort de l’image, Paris, Gallimard,  1992.

Foucault, Michel, Dits et écrits, t. 2, Paris, Gallimard, 2001.

Foucault, Michel, Surveiller et punir. Naissance de la prison, Gallimard, Paris, 1975.

García, Daniel, « Fórmulas emotivas de la violencia en Colombia según Fernando Botero », inédit, Université de Bogotá.

Hanstein,  Mariana, Botero, Cologne, Taschen, 2003.


***

Articles:

Chaouki Zine, Mohamed, « Mystique et mystère du pouvoir, Michel de Certeau et Michel Foucault ». http://www.philo.8m.com/mystique_et_mystere.html.

Fineman, Mia, « Cartoon Violence – The True Power of Fernando Botero’s Abu Ghraib Paintings », 15 novembre 2006. www.slate.com.

Grandchamp, Julien « Les atrocités d’Abu Ghraib selon Botero ». www.chairerenemalo.uqam.ca/PenserLesImages/ntederech_julien08_3.pdf.

Harcourt, Bernard, « Au revoir Guntánamo », publié le 4 janvier 2009. socio13.wordpress.com/.../au-revoir-guantanamo-par-bh-harcourt-comme-des-poux

Mizaanoun, « Fernando Botero peint pour l’histoire la terreur de Bush », 24 juin 2005,  www.nawaat.org/portail/2005/.../gct-la-nouvelle-franchise-made-in-usa-iii.

Ortega Guerra, Benjamín, « Biopolítica de la tortura: guantanamizar Irak ». opera@uexternado.edu.co.  


***

Œuvres de Fernando Botero :

www.thypott-art.com

http://artgalleryartist.com/fernando-botero/

semana.com/galeria-galerias/violencia-ojos-botero/519.aspx


***

Sur Abou Ghraib :

« The Art of Abu Ghraib ». www.zonaeuropa.com/20050413_2.htm.

« Botero pinta el horror de Abu Ghraib ».

www.revistadiners.com.co/noticia.php3?nt=24663.

photobucket.com/images/abu%20ghraib/

paraisodesahuciado.blogspot.com/.../la-negra-trastienda-del-caso-abu-ghraib.html.

Haut de page

Notes

1  Pour la visualisation des tableaux de la série Abu Ghraib peints par Botero voir le site internet : « The Art of Abu Ghraib ». www.zonaeuropa.com/20050413_2.htm Dernière consultation : 30 avril 2010.

2  « Estas obras serán exhibidas próximamente en dos museos, en junio en Roma y en octubre en Alemania. No tengo la menor intención de venderlas. Las mostraré donde me inviten a exponer, ojalá en los Estados Unidos. No hay que olvidar que la gran mayoría de los norteamericanos condena la práctica de la tortura. La prensa de ese país ha denunciado permanentemente los hechos ocurridos en Abu Ghraib ». Voir « Botero pinta el horror de Abu Ghraib », Revista Diners. www.revistadiners.com.co/noticia.php3?nt=24663. Dernière consultation : décembre 2009.

3  « Par leur audace et leur portée politique, ces œuvres marquent un tournant dans la carrière artistique de Botero, lequel renonce, pour l’occasion, à tirer profit de son art. Si, par le passé, l’artiste s’est déjà attaqué à des sujets difficiles (la guerre du Kippour, les violences occasionnées en Colombie en raison du trafic de drogue), jamais encore il n’avait entrepris une démarche aussi systématique autour de la représentation de la souffrance ». Julien Grandchamp, « Les atrocités d’Abu Ghraib selon Botero ». www.chairerenemalo.uqam.ca/PenserLesImages/ntederech_julien08_3.pdf. Dernière consultation : décembre 2009.

4  On peut voir des reproductions de bonne qualité de ces œuvres sur les sites : www.thypott-art.com et http://artgalleryartist.com/fernando-botero/ « Matanza en la Ciénaga grande », voir « Violencia con ojos de Botero » sur le site : semana.com/galeria-galerias/violencia-ojos-botero/519.aspx

5  Comme par exemple Christopher Hitchens dans son article intitulé « Abu Ghraib Isn't Guernica », paru le 9 mai 2005 sur le site www.slate.com, cité par Julien Grandchamp, op. cit.

6  Mia Fineman, « Cartoon Violence – The True Power of Fernando Botero’s Abu Ghraib Paintings », 15 novembre 2006, disponible sur le site www.slate.com.

7  « The Art of Abu Ghraib ». www.zonaeuropa.com/20050413_2.htm

8  Mariana Hanstein, Botero, Cologne, Taschen, 2003, pages 40, 54 et 58.

9  Les photos sont visibles sur le site : photobucket.com/images/abu%20ghraib. Pour les témoignages, voir : paraisodesahuciado.blogspot.com/.../la-negra-trastienda-del-caso-abu-ghraib.html.

10  « The Art of Abu Ghraib », www.zonaeuropa.com/20050413_2.htm, op. cit.

11  Ibidem.

12  Daniel García « Fórmulas emotivas de la violencia en Colombia según Fernando Botero », inédit, Université de Bogotá, page 46-47. Nous devons la lecture de cet article à l’aimable collaboration de son cousin, notre collègue Andrés Castro Roldán, de l’Université de Nantes.

13  Certains de ces cours ont été publiés et se trouvent dans les Dits et écrits : Michel Foucault, « La naissance de la médecine sociale », p. 207-228, in Dits et écrits, t. 2, Paris, Gallimard, 2001 et Michel Foucault,

« L'incorporation de l'hôpital dans la technologie moderne », p. 508-521, in Dits et écrits, t. 2, Paris, Gallimard, 2001.

14  Giorgio Agamben, Homo sacer I. Le pouvoir souverain et la vie nue, traduit par Marilène Raiola, Paris, Le Seuil, 1997.

15  Bernard H. Harcourt: « Au revoir Guantánamo », publié le 4 janvier 2009. socio13.wordpress.com/.../au-revoir-guantanamo-par-bh-harcourt-comme-des-poux.

16  Ibidem.

17  Giorgio Agamben, Signatura rerum, Sur la méthode, traduit par Joël Gayraud, Paris, Vrin, 2008.

18  Mohamed Chaouki Zine : « Mystique et mystère du pouvoir, Michel de Certeau et Michel Foucault ». http://www.philo.8m.com/mystique_et_mystere.html

19  Dans son article sur « Biopolítica de la tortura: guantanamizar Irak », Benjamín Ortega Guerra rappelle quant à lui dans quelles conditions ont été rendues possibles les tortures de Guantánamo et d’Abu Ghraib, juridiquement et politiquement. Benjamín Ortega Guerra, « Biopolítica de la tortura: guantanamizar Irak », Opera n°8, Universidad Externado de Colombia, 2008, p. 30 et 47, disponible sur opera@uexternado.edu.co.  « Y se decidió el envío de un comandante de Guantánamo, […] a Iraq para entrenar a los muchachos, adiestrarlos y fijar reglas y procedimientos para realizar interrogatorios estratégicos. Y de ese modo, llevaron a algunos de las Fuerzas Especiales, y algunas de las técnicas de inteligencia del más alto nivel a Abu Ghraib. [...] Miller era sólo un oficial de artillería quien – competente, inteligente, bastante inteligente, y dispuesto a hacer lo que querían – fue a Guantánamo. Trataban a los prisioneros como les daba la gana. […] hizo lo que ellos querían en Guantánamo, fue a Iraq, hizo lo que ellos querían allí. Cuando todo se fue al diablo en la primavera siguiente, trataron de protegerlo. No pudieron. Se fue al retiro temprano, estaba definitivamente muy amargado al respecto, no va a hablar. ». paraisodesahuciado.blogspot.com/.../la-negra-trastienda-del-caso-abu-ghraib.html, op.cit.

20  « Il faut remonter à Francisco Goya pour retrouver l’horreur et la terreur figées dans des toiles de peinture. Bienque Pablo Picasso ait aussi immortalisé dans la fresque célèbre Guernica le bombardement de cette ville basque en 1937 […] aucun artiste encore n’a jamais osé peindre la torture. A présent c’est fait. »  Mizaanoun, « Fernando Botero peint pour l’histoire la terreur de Bush », 24 juin 2005 Disponible sur Internet : www.nawaat.org/portail/2005/.../gct-la-nouvelle-franchise-made-in-usa-iii/

21  Régis Debray, Vie et mort de l’image, Paris, Gallimard, 1992,  p. 348-349.

22  Ibidem, p.361.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Marie Lassus, « Les représentations esthétiques de la violence dans l’œuvre de Fernando Botero », Amerika [En ligne], 3 | 2010, mis en ligne le 29 octobre 2010, consulté le 25 juin 2017. URL : http://amerika.revues.org/1459 ; DOI : 10.4000/amerika.1459

Haut de page

Auteur

Jean-Marie Lassus

Université de Nantes, IDA/CERCI/LIRA

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo ERIMIT - Equipe de recherche interlangues : mémoire, identités, territoires
  • Les cahiers de Revues.org