Navigation – Plan du site
Mémoire et droits de l'homme

Colombie : la voix des victimes d’enlèvement

Liliana Buitrago Orjuela

Résumés

Depuis quelques années, en Colombie, se multiplient les publications de récits et de journaux intimes rédigés par les victimes d’enlèvement. Ce genre de récit devient un des outils de la lutte des victimes du conflit pour se faire reconnaître.
Ces publications des récits personnels des victimes sont-elles des nouvelles manières d’exposer et dénoncer la violence ? Comment se situe le narrateur dans sa relation à sa société ? A partir des ces textes, je propose d’exposer les effets de ce genre d’écrits dans la gestion du conflit par les victimes.

Haut de page

Entrées d’index

Géographique :

Colombie
Haut de page

Texte intégral

1En Colombie, la croissance et la variété des publications sur le phénomène de l’enlèvement montrent son impact sur la société. Dans la bibliographie sur l'enlèvement, on peut trouver à la fois des enquêtes journalistiques, des analyses politiques et historiques et bien d'autres encore ; mais ce qui est vraiment propre à la bibliographie de ce phénomène est l’apparition de journaux intimes et de récits rédigés par des victimes où des rescapés.

  • 1  Actuellement, se développent plusieurs travaux académiques de recueil des témoignages oraux des vi (...)

2A la fin des années 80, la voix des victimes et celle de leurs familiers commence timidement à se faire entendre. Même si les publications restent peu nombreuses par rapport au nombre des victimes, le témoignage écrit devient un outil de plus en plus important pour sensibiliser le monde politique et l’ensemble de la société contre l'enlèvement. Aujourd’hui, ces témoignages sont devenus une caractéristique des victimes d’enlèvement, car les victimes d’autres formes de violence - tortures, expulsions, massacres - ne l’utilisent guère1, notamment du fait que leurs origines sociales, le plus souvent défavorisées, ne valorisent pas beaucoup l’expression écrite.

Les victimes

3Dans la pratique de l’enlèvement, on observe deux grandes catégories : c’est tantôt une arme politique, un moyen d’action qui vise à obtenir une réponse immédiate de l’Etat ; tantôt une ressource économique, un moyen de financement de la lutte avec les rançons obtenues des familles des otages. C’est la guérilla qui détermine si l’otage sera politique ou économique. Les différences entre l’un et l’autre sont les conditions demandées pour sa liberté : concession politique dans un cas, versement d’une rançon dans l’autre.

4Mais l’otage n’est pas la seule victime de l’enlèvement. Autour de lui se trouvent ses proches qui subissent le même drame, bien que leurs rôles et leurs expériences soient différents. Ils partagent la douleur de la séparation, l’angoisse d’une communication rompue et l’espoir du retour. Le traumatisme personnel et familial engendré par cette situation va créer une sorte d’identité commune entre toutes les victimes d'enlèvements.

5Dans la dynamique de l’enlèvement, l’action des proches contribue fortement aux actions pour libérer les otages car ils deviennent automatiquement les négociateurs de l’échange après l’enlèvement. Soit pour des raisons économiques, soit pour des raisons politiques, les familles se trouvent soumises aux conditions des ravisseurs, elles sont victimes d’une violence psychologique : de leurs actions dépend la vie de leurs proches. Ils vivent dans une grande tension émotionnelle. Trouver l’argent ou faire pression sur le gouvernement pour parvenir à un accord est, en apparence, la seule sortie de cette situation.

6Parmi les victimes des enlèvements, ceux des enlèvements politiques ont publié presque tous des témoignages. Les rescapés qui publient ont, pour la plupart, une vie publique ; ils sont reconnus dans leur rôle politique, régional et parfois national. Le public est habitué à les voir et à les entendre. Lors de l’enlèvement, le scénario change : ces hommes et ces femmes politiques ne sont plus reconnus par leurs actions et leurs paroles, mais par leur drame et les paroles de leurs proches. Otages et proches deviennent protagonistes du conflit et la mise en scène médiatique augmente la curiosité du public.

7Les images de l'enlèvement transmises et commentées par les médias, la diffusion des preuves de la survie des otages, les manifestations publiques des familiers plus ou moins suivies d'effets et le retour des otages chez eux donnent au public l'envie de les entendre. La publication des témoignages s’inscrit dans un processus : prise d’otage, captivité, diffusion des preuves de vie, libération et publication.

8Quand ces écrits sont ensuite entendus et appréhendés par un lecteur dans leur contexte réel, ils deviennent donc aussi des paroles engagées contre l’enlèvement, un geste politique qui devient une nouvelle forme de dénonciation de la violence colombienne.

9Notons que la plupart des témoignages écrits viennent de personnes issues d'un milieu social aisé, où l’écriture est une pratique habituelle et très valorisée. Elles accordent donc de l’importance à la parole et aussi au témoignage écrit, dont une publication est toujours envisageable. Ils témoignent car ils ont survécu à la violence, mais aussi ont les moyens ou les relations pour se faire entendre. C’est leur chance par rapport aux autres victimes : le fait de retourner ‘à la vie’ et de pouvoir se faire entendre des médias et de leur milieu social.

Les publication des témoignages

10L’histoire des publications des témoignages sur l’enlèvement et de leur évolution ne peut se comprendre qu’en relation avec les événements politiques. Dans les années 80, il y avait des enlèvements sur de courtes périodes, avec un fort suivi des médias et une intervention politique rapide, comme dans le cas de l’enlèvement de Álvaro Gómez, un des plus importants candidats à la présidence du parti conservateur ces dernières décennies. De cette expérience sort une des premières publications sur ce sujet, Itinerario político de un secuestro (1988) : chronique rédigée par Rodrigo Marín Bernal, qui avait participé directement à la négociation pour sa libération.

11L’enlèvement commence petit à petit à s’introduire dans la conscience quotidienne des Colombiens, renforcée avec les otages politiques enlevés en masse, dont les publications se diffusent largement, écrits par les otages eux-mêmes pendant ou après leur captivité, ou par leur proches.

12Le cas de l’enlèvement d’un groupe de journalistes par Pablo Escobar au début des années 90 a ainsi fait l’objet de trois publications :

  • Una historia que no fue contada de Azucena Lievano (1992)

  • Secuestrados : la historia por dentro de Juan Vitta Castro (1996)

  • Noticia de un secuestro de Gabriel García Márquez. (1996)

13Les « pescas milagrosas », réalisées par l’Eln à la fin des années 90 donnent lieu à Secuestrada de Leszli Kalli (2000).

14L’enlèvement de plusieurs politiques et militaires par les Farc à partir des années 2000, dans le but de négocier leur  échange contre des prisonniers, a aussi donné lieu à de nombreuses publications :

  • Crónica de Miraflores par Jaime Lozada Perdomo (2004)

  • Del secuestro y otras muertes de Camilo Guerrero (2004)

  • Diario de un gobernador secuestrado de Guillermo Gaviria Correa (2005)

  • Buscando a Ingrid de Juan Carlos Lecompte (2005)

  • Bitácora desde el cautiverio de Gilberto Echeverri Mejía (2006)

15L’enlèvement politique ayant pris parfois une dimension internationale, la publication des témoignages a augmenté de plus en plus, et est même devenue un « business » rentable pour certains éditeurs, de l’ordre du « best seller ». Ainsi se sont multipliés des mémoires et récits écrits par des rescapés après leur libération :

  • 7 años secuestrado por las FARC de Luis Eladio Pérez (2008)

    • 2  Traduit en Français : Evadé de l’enfer, éditions Massot, 2008.

    Mi fuga hacia la libertad2 de John Pinchao (2008)

  • El trapecista de Fernando Araujo (2008)

  • Desviaron el vuelo de Jorge Eduardo Gechem Turbay (2008)

    • 3  Traduit en Français : Captive : Otage des Farc, elle accouche au coeur de l'enfer, éditions Plon, (...)

    Cautiva3 de Clara Rojas (2009)

    • 4  Traduit en Français : Otages : 1967 jours dans la jungle colombienne, Michel Lafon éd, 2009.

    Lejos del infierno4 de Marc Gonsalves, Keith Stansell y Tom Howes (2009)

16Par ailleurs, les victimes des enlèvements à caractère économique, contre rançon, commencent eux aussi à partir des années 90 à rendre publiques leurs expériences. Il faut souligner que cela constituait un geste inhabituel et très risqué, vu le caractère secret de leur enlèvement et la menace qui persistait sur eux malgré la rançon payée. Ces cas sont très particuliers car leurs auteurs, qui ne sont pas des personnalités politiques, attirent beaucoup moins l’attention médiatique. Mais ils veulent participer à la dénonciation de cette violence. Les publications sur ce genre d’enlèvements sont peu nombreuses. Parmi les plus connues, on peut citer :

  • El rescate de Herbert Braun (1994)

  • Experiencias de un secuestrado de Octavio Ramírez García (1996)

  • Lágrimas Amargas de Siham Sabagh(2000)

  • Diario de mi cautiverio de Maria Carolina Rodríguez (2008)

Ecrire la captivité

17Devenir otage ou proche d’un otage oblige l'individu à regarder en face la violence et à prendre conscience de sa place, de son rôle, au milieu du conflit. La période de captivité peut amener à une réflexion continue sur les réalités politiques, économiques et sociales qui mettent en jeu les libertés essentielles. Les traumatismes personnels et familiaux engendrés par cette situation vont créer une identité commune entre toutes les victimes d'enlèvements : les otages et leurs proches. Le rescapé, ayant reçu une deuxième chance de vie, se considère comme un ‘revenant’ et estime que son récit peut contribuer à dénoncer les actions qui blessent l’ensemble de la société. Les proches, de leur côté, apprennent aussi au lecteur les péripéties des démarches pour libérer les leurs.

18C’est une vie qui se déroule entre le choc et l’adaptation, et qui s’exprime avec frustration, tristesse et désespoir. Le rescapé témoigne des impressions d'une vie hors des grandes villes. Mais c’est aussi un milieu où domine la logique de la force.

19A travers ces témoignages, on connaît la guérilla, sa logique, son idéologie, ses discours, ses façons de vivre dans la forêt. Ce regard à l'intérieur du maquis de la guérilla découvre l’existence de ceux qui ont choisi la voie des armes. Ces témoignages sont une fenêtre qui permet de voir le pays de l’autre côté du conflit. En voici deux exemples :

    • 7  « Ya pasamos de los 180 días, mas de medio año. El lunes serán seis meses por fecha. No se puede d (...)

    « Nous avons déjà dépassé 180 jours, plus de la moitié d’un an. Lundi cela fera six mois. On ne peut pas dire que cela s’est mal passé ; nous avons connu la guerre, ses méthodes, les hommes des Farc, leur foi en leur lutte, leurs rêves de révolution, leur entraînement, comment être ‘une autre armée’ dont ils soient fiers, comment ils maîtrisent un grand territoire dans la partie nord-ouest et sud-est d’Antioquia et de la moitié du Chocó. Ils nous ont bien traités, avec du respect, et je les remercie car ils n’ont pas agressé notre dignité et ils n’ont pas essayé de laver les cerveaux des sous officiers, officiers et nous mêmes. Je souffre pour Yaya et mes enfants, petits enfants et ma famille ; ils sont très inquiets et ils n’ont pas de nos nouvelles. »7

    • 8  ROJAS, C. (2009), p. 56-57.

    « En réalité, nous avions peu de contacts avec les guérilleros, et seulement avec les commandants intermédiaires et nos gardes : des personnes modestes, d’origine paysanne ou indigène, venues pour la plupart du sud du pays. Ils avaient pour mission de nous surveiller, de nous nourrir, de s’occuper de nos besoins le plus basiques, et ne nous adressaient que très rarement la parole. Ils étaient généralement jeunes (entre dix-huit et trente-cinq ans) dynamiques, disciplinés, bien entraînés militairement, mais illettrés, peu instruits et sans aucunes connaissance de leur pays ou du monde, bref de la civilisation. Les guérilleros ont en général très peu de liens familiaux, aucun sentiment d’appartenance à leur pays ou à la société dans son ensemble. Certain sont même mineurs, et d’est un crève-cœur de voir ces enfants, filles et garçons, le fusil à l’épaule, couper le bois, transporter de lourdes charges, monter des gardes absurdes, mal soignés, mal nourris, mal habillés, recevant simplement, de temps à autre, une formation fariana (autrement dit, qui provient exclusivement des Farc) avec le degré d’endoctrinement que cela suppose. »8

20A force de vivre ensemble, l’otage a le temps de dialoguer avec son ravisseur ; contrairement aux préjugés, son témoignage ne donne pas toujours une image négative de la guérilla, car la proximité entre victimes et guérilleros permet de montrer le côté très humain de chaque personne. Les otages n’ont pas contact avec les grands chefs, mais avec les combattants que la guérilla a recrutés : des jeunes très pauvres, victimes des autres violences (paramilitaires, crimes d’Etat) et qui ont trouvé dans la guérilla la seule option pour survivre. Dans ces récits, l’image des guérilleros n’est pas celle de la violence donnée par les médias et les autorités ; ce sont des personnes avec qui ils partagent leurs jours. Les guérilleros et les otages vivent ensemble, isolés, cachés, confrontés aux mêmes dangers de la forêt et fuyant les attaques de militaires et paramilitaires.

Les proches

21Les récits des proches inscrivent leurs histoires dans un autre point de vue. Ils se trouvent confrontés à une situation qu’ils ne connaissent guère. Ces récits nous parlent souvent de leur impuissance face à une grande machine politique qui ne les soutient pas assez dans leurs démarches. Ils publient l’histoire et les raisons de leurs actions, les souvenirs de leur lutte, leurs échecs et leurs sentiments vis-à-vis du drame.

22Ils ont vécu avec peur la captivité de l’otage qui leur est familier ; ils ont souffert de son absence et se sont accrochés à l’espoir de son retour. Ils racontent aussi toutes leurs démarches pour exiger le respect du droit à la vie des leurs : les débats avec les autorités, les journées de solidarité, les messages par radio, etc. Ils veulent montrer au lecteur les difficultés de leur rôle, de leurs possibilités d’action positive dans le conflit. Ils luttent contre certaines indifférences ou mauvaises prises de position de la société et de ses gouvernants face à ce drame.

23La gamme de ces récits est large : depuis la complexité des questions touchant l’enlèvement et la difficulté de l’encadrer dans une logique juridique, comme dans Del secuestro y otras muertes de Camilo Guerrero (2004), jusqu’à de simples récits émotionnels, qui se centrent sur la douleur personnelle, comme dans Buscando a Ingrid de Juan Carlos Lecompte (2005).

Les effets des témoignages

24Ces ouvrages peuvent s'inscrire dans une nouvelle tendance, à la fois littéraire et historique, qui met en avant l’importance du témoignage dans la construction de l'Histoire. Car le témoignage a gagné en importance à mesure que grandissait dans la société le besoin de construire et de maintenir sa mémoire. Depuis la Seconde Guerre Mondiale jusqu'à nos jours, les témoignages servent à construire une histoire que la société et/ou ses autorités ont souvent voulu nier. Le survivant, le rescapé, va donc devenir le témoin privilégié, face à un régime d'oppression qui cache ses exactions.

25Annette Wieviorka, dans L'ère du témoin, explique comment les événements de destruction en masse du XXe siècle ont donné un rôle essentiel au témoignage, car la voix des peuples qui avait trop souvent été négligée dans les annales de l'histoire officielle prend une place importante. Avec le témoin, l'histoire des vaincus et des victimes commence enfin à s'entendre et leur parole se libère. Les victimes d'enlèvement, à travers un journal intime, un journal de bord ou une chronique, donnent une image intime et personnelle de leur enlèvement et de celui de leurs compagnons.

  • 9  LEJEUNE, P. (1980), p. 219.

« De plus, les récits de dénonciation sont des livres moraux qui suscitent chez le lecteur des réactions d'indignation devant l'injustice, la méchanceté et la bêtise liées à une institution, ce qui suppose que le témoin auquel le lecteur s'identifie soit perpétuellement dans une position d'innocence et de générosité qui autorise cette dénonciation [...]. »9

26En Colombie, les marques de tels témoignages trouvent aussi un écho qui s’amplifie après les décennies de violences ininterrompues sur tout le territoire national qui ont fait beaucoup de victimes. Peu à peu, celles-ci cherchent à mieux se faire entendre dans toutes les sphères de la société.

  • 10  MAUSEN, Y. et GOMART T. (2000), p.74.

27Les témoignages des personnes enlevées ne révèlent ni une vérité, ni un fait ignoré. Ils communiquent plutôt la réflexion sur la violence des victimes qui en ont été blessées directement : « La valeur du témoignage n'a pas son origine dans la vérité de ses propos, mais dans l'utilisation qui en est faite. Les critères d'appréciation ne sont pas ceux d'une adéquation entre discours et réalité mais entre discours et utilité. »10. Il s'agit de connaître l’expérience d’une vie en otage, ses pensées, ses luttes car sa condition externe à été déjà divulguée par les informations journalistiques.

28Ces publications sont des paroles qui témoignent d’une individualité agressée. Toute publication presque immédiate d'une expérience permet au public de reconnaître en elle la voix d'une souffrance qu'il avait déjà identifiée ; le rescapé va prolonger son identité d'otage dans la mémoire des Colombiens.

  • 11 Id., p. 73.

« [...] Le rôle du témoin doit être considéré à partir des effets de son témoignage plutôt que de l'estimation de son contenu : faisant part de sa conviction, il doit à son tour convaincre, rendre certain. »11

29Ils veulent que la Colombie s'en souvienne et la publication des souvenirs des victimes entre dans la mémoire nationale. Ces expressions du vécu cherchent à sensibiliser le lecteur face au drame social.

30Le besoin de connaître le conflit de l'intérieur du maquis attribue aux paroles de la victime une double valeur : la valeur de son intimité qui nous permet d'entendre la profondeur émotionnelle de sa captivité, et la valeur de sa représentation individuelle du social où se met en scène sa condition, réduite à une circonstance sociale issue de la violence.

L’otage et le conflit

31L’enlèvement reste un sujet difficile à aborder des points de vue politique, juridique, social, voire militaire. La constante mutation de cette pratique et la dimension du conflit effacent l’importance de l’individu-victime. Les discours des ravisseurs et du gouvernement minimisent les effets de leurs actions sur la société. Toute forme d'expression des victimes d'enlèvement est le résultat d'improvisations autour d'une guerre sans fin. Après de telles épreuves, les victimes sont conscientes du besoin de survie collective d'un peuple et d'une société. Les publications, très spontanées, sont rares par rapport au nombre réel de victimes et elles sont plutôt le produit du statut social de la victime ; mais ces publications laissent une première trace qui veut sensibiliser un public assez abattu par la réalité et déjà habitué à la violence et à ses images.

32Le journal intime, le récit d’un rescapé ou de leurs proches, peuvent être compris soit dans leur forme littéraire, soit selon le contexte politique et social. Il s'agit de récits personnels qui parlent de conflits dans leur forme la plus explicite : la voix de la victime. Ils sont influencés par le discours social de l'époque et incorporent dans leur trame les événements nationaux et au-delà. Entre les informations nationales et les paroles du journal intime et du récit, on perçoit les dimensions de conflits qui accablent l'individu.
La publication des témoignages écrits change la dynamique d’une mémoire collective. Ces écrits donnent l'image d'une réalité très prenante depuis de longues années pour toute la population d'un pays. Ils constituent le terrain d'une expérience concrète, parfois très proche du lecteur, parfois plus éloignée, mais très tangible. Même s’ils ne seront pas forcément inclus dans l’écriture de l’Histoire nationale, ils font partie du discours du conflit et du phénomène de l’enlèvement.

33La dénonciation directe et à haute voix de cette pratique fait partie des démarches individuelles pour la combattre sur un plan collectif. Grâce à cette médiatisation, la victime devient visible. En Colombie, ces témoignages sont des actes individuels dont la résonance collective est fournie par les médias ; ce n’est pas leur quantité qui leur donne du poids ; c’est plutôt le bruit médiatique provoqué par l’enlèvement et par la notoriété de la personne enlevée.

34Les témoignages nous rendent visible l’enlèvement, « l’état » d’une vie suspendue, enlevée violemment à son entourage et soumise à des conditions externes, notamment aux jeux politiques. L’« otage » prend une forte dimension sociale. Cette visibilité résulte pour une part de l’action des ravisseurs et de leur condamnation par les gouvernements, mais surtout de la dénonciation par les victimes. Les témoignages fournissent à la société les paroles et les images d’une réalité qui n’est pas encore assez comprise.

Haut de page

Bibliographie

Lejeune, Philippe, Je est un autre, Paris : éditions du Seuil, collection Poétique, 1980.

Mausen, Yves et Gomart, Thomas, « Témoin et témoignages », dans Hypothèses, Paris : Publications de la Sorbonne, Travaux de l'école doctorale d'Histoire, 2000, p.71-79.

Wiewiorka Annette, L’ère du témoin, Paris : Hachette littératures, éditions Plon, 1998.

Documents

Araujo, Álvaro, El trapecista, Bogotá : Editorial Planeta Colombiana S.A., 2008.

Bedoya Lima, J., Diario de un combate y otras crónicas de guerra, Bogotá : Intermedio Editores, 2005.

Braun, Herbert, El rescate, Bogotá : Grupo Editorial Norma, 1994.

Echeverri Mejía, Gilberto, Bitácora desde el cautiverio, Medellín : Fondo Editorial Universidad EAFIT, 2006.

García Márquez, Gabriel, Noticia de un secuestro, Bogotá : Grupo Editorial Norma, 1996.

Gaviria Correa, Guillermo, Diario de un gobernador secuestrado, Medellín : Revista Número Ediciones, 2005.

Gonsalves Marc, Stansell, Keith et Howes, Tom, Lejos del infierno, Bogotá : Editorial Planeta Colombiana S.A., 2009.

Guechem Turbay, Jorge Eduardo, Desviaron el vuelo, Bogotá : editorial Oveja Negra et Quintero Editores, 2008.

Guerrero, Camilo, Del secuestro y otras muertes, Bogotá : Intermedio Editores, 2004.

Kalli, Leszli, Secuestrada, Bogotá : Planeta Colombiana Editorial, 2000.

Lecompte, Juan Carlos, Buscando a Ingrid, Bogotá : Editora Aguilar, 2005.

Lievano, Azucena, Una historia que no fue contada, Bogotá : Editorial Planeta Colombiana S.A., 1992.

Lozada Perdomo, Jaime, Crónica de Miraflores, Medellín : Señal Editorial, 2004.

Marín Bernal, Rodrigo, Itinerario político de un secuestro : Bogotá, Tercer Mundo, 1988.

Pérez, Luís Eladio, 7 años secuestrado por las FARC, Bogotá : Editora Aguilar, 2008.

Pinchao, John, Mi fuga hacia la libertad, Bogotá : Editorial Planeta Colombiana S.A., 2008.

Ramírez García, Octavio, Experiencias de un secuestrado, Garzón : Editorial Garzón, 1996.

Rodríguez, María Carolina, Diario de mi cautiverio, Bogotá : Editorial Norma S.A., 2008.

Rojas, Clara, Cautiva, Barcelona : Grupo Editorial Norma, Mosaico, 2009.

Rojas, Clara, Captive, otage des FARC, elle accouche au coeur de l'enfer [traduit de l'espagnol (Colombie) par Carole Hanna ;titre original : Cautiva] Paris : éditions Plon, 2009.

Sabagh, Siham, Lágrimas amargas: cien y una noches a merced de las Farc, Bogotá : Ediciones Cálami, 2000.

Vitta Castro, Juan, Secuestrados: la historia por dentro, Bogotá: Editorial Aguilar, 1996.

Haut de page

Notes

1  Actuellement, se développent plusieurs travaux académiques de recueil des témoignages oraux des victimes d’autres formes de violence et d’élaboration d’une nouvelle approche de l’histoire colombienne à partir de la parole des victimes. Voir notamment Centro Nacional de Reparacion y Recuperacion -CNRR-, Trujillo, una tragedia que no cesa. La reconnaissance progressive du témoin en Colombie révèle de nouveaux besoins dans l'écriture de l'histoire.

2  Traduit en Français : Evadé de l’enfer, éditions Massot, 2008.

3  Traduit en Français : Captive : Otage des Farc, elle accouche au coeur de l'enfer, éditions Plon, 2009.

4  Traduit en Français : Otages : 1967 jours dans la jungle colombienne, Michel Lafon éd, 2009.

5  « Los grandes trayectos tienen la ventaja de que algunas veces nos tocan atardeceres y amaneceres y son realmente espectaculares. Nos han tocado dos amaneceres hacia el Pacífico, realmente maravillosos. Como no se ven e Medellín. Otra ventaja es poder ver las estrellas. » GAVIRIA CORREA, G. (2005), p. 22 (c’est nous qui traduisons).

6  « Es un sitio muy tranquilo, lleno de vegetación y de árboles de todos los tamaños. Es increíble la imponencia de estos regalos de la naturaleza. Los árboles despiertan en mi gran admiración : ¡ hay tanta fortaleza en ellos ! Los miro y quedo embobada, Se ven esos pájaros que se llaman tucanes, de color amarillo y negro, algo grandes y con un enorme pico en curva. También hay pájaros carpinteros. » KALLI, L. (2000), p. 27. (c’est nous qui traduisons).

7  « Ya pasamos de los 180 días, mas de medio año. El lunes serán seis meses por fecha. No se puede decir que nos ha ido mal ; hemos vivido la guerra, sus métodos, los hombres de las Farc, su fe en la lucha, sus sueños de revolución, su entrenamiento, como ser “otro ejercito” del que sienten orgullo, como dominan un gran territorio en la parte noroccidental y sureste de Antioquia y medio Choco. Nos han tratado bien y con respeto, cosa que agradezco porque no ha pisoteado nuestra dignidad, ni han tratado de lavarnos el cerebro ni a los suboficiales ni a nosotros. Mi sufrimiento es por Yaya y mis hijos, nietos y familia ; Ellos están angustiados y no tienen noticias nuestras. » ECHEVERRI MEJÍA, G. (2006), p. 98. (c’est nous qui traduisons).

8  ROJAS, C. (2009), p. 56-57.

9  LEJEUNE, P. (1980), p. 219.

10  MAUSEN, Y. et GOMART T. (2000), p.74.

11 Id., p. 73.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Liliana Buitrago Orjuela, « Colombie : la voix des victimes d’enlèvement », Amerika [En ligne], 3 | 2010, mis en ligne le 30 septembre 2010, consulté le 28 avril 2017. URL : http://amerika.revues.org/1316 ; DOI : 10.4000/amerika.1316

Haut de page

Auteur

Liliana Buitrago Orjuela

Doctorante, Université Paris 8
Traverses/Alhim
Liliana_buitrago@yahoo.com

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo ERIMIT - Equipe de recherche interlangues : mémoire, identités, territoires
  • Les cahiers de Revues.org